Télécharger - Pcf

pcf.fr

Télécharger - Pcf

avancer à gaucheLes rares « mesures de gauche » annoncéesne changent pas la donne. Le salairemaximum, présenté comme une concessionau Front de Gauche, ne concerneraitque les firmes dans lesquelles l’Etata des participations, soit 7 % des salariésdans 57 des 3 millions d’entreprises dupays. Et le « droit de partir à 60 ans » estun mot creux dès lors qu’est avalisé l'allongementde la durée de cotisations quile fait rimer avec retraite amputée.BIENVENUE CHEZ BISOUNOURSCe projet ne prépare aucun affrontementavec les puissances qui se coalisent pourtantactuellement contre les gouvernementssociaux-démocrates dans toutel’Europe. Il ne cherche pas à combattrel’emprise des banques et de la financeinternationale, n’envisage aucun affrontementavec les traités européens etsemble ignorer le fait que l’oligarchie aupouvoir dans notre pays pourrait semontrer insensible aux bonnes intentionsdu PS.Ainsi, le PS ne prévoit aucune mesurestructurelle pour sortir la dette publiquede sa dépendance face aux banques etaux marchés. Il prévoit plutôt d'affecterchaque année 25 des 50 milliards deressources nouvelles à rembourser purementet simplement la dette. Il n’est pasquestion par exemple d’autoriser l’Etatà emprunter auprès de la banquecentrale ou d’obliger les banques àdétenir des titres de dette publique... Cesilence fragilise l'ensemble du projet duPS, car un gouvernement désarmé faceaux marchés financiers serait de faitsoumis à leur bon vouloir.De même, le PS ne prévoit aucune remiseen cause du cadre actuel de l'Union européenne.Cela ôte toute crédibilité à sespropositions contraires au Traité deLisbonne : les "emprunts européens pourfinancer les investissements du futur"(rendus impossibles par les articles 310et 311 TFUE), la "taxation des transactionsfinancières au sein de l'Union"(contraire à l'article 63 TFUE), "l’augmentationdes droits de douane au niveaueuropéen sur les produits ne respectantpas les normes internationales en matièresociale, sanitaire ou environnementale"(contraire aux articles 21 TUE et 206TFUE). Quant à l’idée de "donner vie auxcoopérations renforcées, proposer lescontours d'un groupe pionnier adossé àla France et à l'Allemagne, autour d'objectifsprécis" et la "construction avec lespays qui le voudront, dons le cadre d'unecoopération renforcée permise par lestraités actuels, d'une communauté européennedes énergies", elle ignore visiblementle contenu du traité qui conditionnele lancement d’une coopération renforcéeà l’accord de la Commission européenne,à l’unanimité à 27 pays au Conseil (art.329 TFUE), à la participation d’au moins9 Etats et le prévoit uniquement pourréaliser des objectifs de l’Union sans créerde distorsion de concurrence (art. 20TUE).Dès lors, le projet du PS ne cherche pasà créer dans la société un rapport deforces favorable au changement. Il validele cadre débilitant de la 5 e République etabandonne toute perspective de 6 e . Il nereprend les revendications d’aucune desUN PROGRAMME DE« CHANGEMENT RAISONNABLE »grandes mobilisations de ces dernièresannées, sur les retraites, les sans-papiersou les suppressions de postes dans lafonction publique… Sa stratégie estplutôt de capter le rejet de Sarkozy jusquedans l’électorat de droite. On lit ainsi unsurprenant hommage aux fondateurs del’UDF et du RPR, Chirac et VGE : « Depuis1958, par-delà les alternances et lesépoques, tous ceux qui ont exercé la magistraturesuprême ont contribué au rayonnementde la France. Tous sauf l'actuelchef de l'Etat. » n*François Delapierre est secrétaire nationaldu Parti de GaucheLe programme rendu public par le Parti Socialiste nécessite un examenattentif, notamment pour celles et ceux qui aspirent à une alternativeaux politiques menées depuis des années sur la base deslogiques dominantes du système capitaliste.PAR FRANCIS PARNY *Hélas rien de fort qui symboliseraitune ambition nouvelle pour notrepays. Rien de comparable mêmeavec les nationalisations portées en 1981par exemple ou la réduction du tempsde travail qui en 2007 avait sans douteporté Lionel Jospin à Matignon. Il s’agiten quelque sorte d’un programme de« changement raisonnable ». On saitmalheureusement que le raisonnable estl’ennemi des révolutions.L’ambition affichée est celle du redressementde la France et d’un nouveaumodèle de développement. Mais cesobjectifs s’inscrivent dans une acceptationd’un monde concurrentiel dominépar les marchés financiers et dans uneconception de la croissance économiqueoù les gains de productivité ne sontjamais redistribués en faveur de l’emploi,des qualifications et des salaires.CE PROGRAMME EST-IL DE GAUCHE ?Il y a certes des choses qu'on ne peutbalayer d'un revers de main, comme lacréation de 300.000 emplois jeunes oula modulation de l'impôt sur les bénéficesqui prévoit d’appliquer un taux de40 % lorsque ceux-ci sont distribués endividendes. Mais quelques propositionsconcrètes ne constituent pas une visionde la société. Ce programme ne romptpas avec les logiques libérales et atlantistesdes politiques menées cesdernières années.Pour l’OTAN par exemple, on frise le ridiculepuisqu’il est suggéré d’évaluer lesconséquences de l’entrée de la Francedans l’OTAN. Tous les jours nous constatonsqu’elle nous entraîne dans la guerre.Concernant l’Europe, il y a acceptationpar le PS de toutes les logiques issues dutraité de Lisbonne.Et cette acceptation des politiques libéralesse retrouve au plan national. Leshypothèses économiques du parti socialisteprévoient une inflation à 2 et uneaugmentation des dépenses publiquesà 1,7 %, c'est-à-dire moins vite que l’inflation.Nous sommes dans une logiquede diminution de la dépense publiqueconfirmée par des propositions deréformes fiscales à budget publicconstant. Dans ces conditions, oncomprend que rien n’est dit sur l’arrêtde la RGPP ou la nécessité d’un pland’embauche de fonctionnaires pourtantnécessaire dans tous les services rendusà la population. Le PS annonce 10 000policiers recrutés, cinq cents magistrats,mais combien pour l’école considéréecomme une priorité ? On ne sait pas, etrien sur la poste. Rien pour empêcher ledémantèlement de notre système deMAI 2011- LA REVUE DU PROJET9> SUITEPAGE 10

More magazines by this user
Similar magazines