JEUDI 14 MAI VENDREDI 15 MAI MERCREDI 13 MAI DU ... - Khiasma

khiasma.net

JEUDI 14 MAI VENDREDI 15 MAI MERCREDI 13 MAI DU ... - Khiasma

DU 12 AU 16 MAI 2009RELECTURES VII : EXPLORATIONSFESTIVAL ARTS VISUELS – LITTERATURES VIVANTES - RENCONTRESPour sa 7ème édition, le festival RELECTURES de Khiasma croise la langue et l’image dans un jeu d’exploration. Alors que le cycle du monde devientsans cesse plus abstrait, ce programme n’est pas autre chose qu’une invitation à aller voir soi-même comment s’agite le monde, comment se racontel’humanité singulière, vue de près. Les territoires à explorer ne sont pas ici de ces continents lointains mais les écosystèmes de notre quotidien ;les explorateurs de simples artistes sans caravelle, arpenteurs des villes et des terrains vagues. Que reste-il à découvrir dans ce que nous croyons être unréel érigé selon nos souhaits ? Ce qui se refuse au dess(e)in, ce qui se produit au bout de la chaîne des événements : drames, apparitions, moments improbablesde fraternité. L’exploration est ici histoire d’engagement, d’un réel pris par le col et peut-être, l’endroit d’un ultime réenchantement.MARDI 12 MAIREACTUALISER LES MYTHESPERFORMANCE ET PROJECTION SUIVIES D’UNE RENCONTRE AVEC LES ARTISTES20H00 LECTURE / PERFORMANCE / SON❋ RETOUR SUR LES INVASIONS MOMIES.D’ALEXIS FICHET ET FRÉDÉRIC MAROLLEAUProduction Cie Lumière d’août (Rennes). Accueil en résidence au festival Playbox (Lyon).En mars 2008, on rencontre un ibis sacré sur une île française,mais on ne le reconnaît pas. C’est chez soi, plus tard, qu’on ledécouvre. Sacré, l’ibis est le dieu des scribes (donc de l’écriture)chez les Egyptiens. Au XIX ème , Cuvier étudiera les momiesd’ibis ramenées par les armées napoléoniennes pour confirmerses théories sur l’évolution. Aujourd’hui cet oiseau envahit unterritoire qui n’est pas le sien, et a disparu d’Egypte. L’ibis faitpeur, c’est un piège à écologiste. Il a surgi des ténèbres, commeune momie dans un film d’épouvante. Il a une sale tête, noireet chauve. Belle.21H00 PROJECTION DOCUMENTAIRE DE CREATION❋ DITHYRAMBE POUR DIONYSOSDE BÉATRICE KORDON (2007 - 56' - l’Atelier 46 - France)Dionysos-le-dieu-du-vin, fils de Zeus et d’une simple mortelle,est l’être le plus singulier de la mythologie grecque.Mi-homme mi-dieu, ni homme ni dieu, tout à la fois mortel etimmortel, Dionysos, nous ouvre à un monde où les identitésne sont pas tranchées et le temps non linéaire. Au-delà del’histoire, le film cherche à retrouver le sens du geste mythique- créer un récit intemporel, an-historique, nous parlant desrapports que l’homme entretient avec le monde.MERCREDI 13 MAICAPTURER LE REEL.PROJECTION SUIVIE D’UNE RENCONTRE AVEC L’ARTISTE.20H30 CINEMA D’ARTISTE❋ CARTE BLANCHE À JEAN-CHARLES HUELe monde gitan, Jean-Charles Hue en a fait sa nouvelle famille.Il y collecte des fragments d’aventures banales devenusmoments d’une geste épique et sombre. Virée en voiture,impulsion électrique, coup de feu dans la nuit, autant de rituelsobscurs pour défier le sort, briser les os d’une mort qu’on portedans la peau. Cinéaste et plasticien, Jean-Charles Hue composedes films au seuil du documentaire. Aux côtés des « voyageurs »,il nous plonge au cœur de situations instables, où la violencele dispute au mystique. Un cinéma de l’extrême qui est aussile portrait délicat d’une humanité de la marge.UN ANGE (2005 - 38’)Hue filme Fred, imposante figure de gitan dans la force de l’âge, mélange deviolence pure, de fragilité et de philosophie à l’emporte-pièce. En cinq ans, ondécouvre la métamorphose du jeune homme dont l’épaisse silhouette explosebientôt le cadre. Un soir, Fred croit enfin apercevoir le chemin vers larédemption après la visite d’un étrange visiteur…Y’A PLUS D’OS (2006 - 6’)Où l’on retrouve Fred et ses acolytes au plus fort d’une soirée arrosée. Entreles caravanes, à la lueur des phares, l’équipée fusille ses fantômes et sesfrustrations. Tout se noue autour du pistolet, ultime objet fétiche de cetunivers d’hommes. Jusqu’à la libération soudaine de la dernière balle…Courtesy Galerie Michel Rein - ParisJEUDI 14 MAIINVENTER LE QUOTIDIEN18H00 DEBAT / LECTURES / PROJECTIONS❋ ENCORE ! N°1Avec Michel Jeannès Patrick Fontana, Till Roeskens (liste en cours)Michel Jeannès, auteur et plasticien, a développé depuis 1998un ambitieux projet artistique et citoyen avec les habitants duquartier de la Duchère à Lyon à partir du bouton - plus petitobjet culturel commun - considéré ici dans sa fonction demédiateur et de métaphore du lien social. Il proposera untémoignage de cette aventure, où il expérimente différentsdispositifs participatifs pour faire émerger un espace decollaboration avec les habitants, et expose le déplacement de lanotion d’auteur qui en est la conséquence. À partir des témoignagesd’autres artistes invités, un échange s’engagera avec lepublic autour des différents enjeux, modes opératoires etdifficultés d’une écriture artistique travaillée par le principede participation et d’implication dans un tissu social deproximité. Comment s’écrivent alors les œuvres, quel sensont-elles dans le contexte de leur production pour les personnesqu’elles ont impliquées et comment se déplacent-elles ensuitevers les espaces spécifiques de la diffusion de l’art ?Ponctuée de lectures, d’écoutes et de projections, cette soiréesera la première de la série Encore ! consacrée aux nouveauxterritoires de l’action culturelle, aux processus participatifs et àleur relation avec les pratiques contemporaines de l’art.VENDREDI 15 MAITROUVER SA VOIXLECTURE ET DIFFUSION SUIVIES D’UNE RENCONTRE AVEC LES ARTISTES.20H30 LECTURE / DIFFUSION SONORE❋ FOUND WORDSCARTE BLANCHE À PHILIPPE VASSETLes musiciens parlent de "sons trouvés" : ce sont des bruitsenregistrés à la volée, souvent en extérieur, puis intégrés à descompositions. Philippe Vasset lira à Khiasma un texte créé demanière identique : chaque phrase, chaque mot, aura étérecueilli dans la rue, aux Lilas. Huit jours avant la lecture,certains de ces énoncés seront affichés dans la ville, sur les panneauxmunicipaux. En deuxième partie de soirée, le compositeurPierre-Yves Macé diffusera Pollution, une composition réalisée àpartir d'un texte de Philippe Vasset. Partiellement inaudible,saturé, susurré par le comédien Pierre Baux, le texte circulera ende multiples points de Khiasma pour donner à entendre unobjet neuf : ni tout à fait un texte, ni tout à fait une piècesonore, ni tout à fait une voix enregistrée - des circulations.


SAMEDI 16 MAITRACER SON CHEMINPROJECTIONS COMMENTÉES PAR L’ARTISTE18HOO PROJECTION VIDÉO / PERFORMANCE❋ CARTE BLANCHE A TILL ROESKENSAmateur de géographie appliquée, Till Roeskens appartient àla famille des artistes-explorateurs. Son travail se développedans la rencontre avec un territoire donné et ceux qui tententd’y tracer leurs chemins. Ce qu’il ramène de ses explorations,que ce soit sous la forme d’un livre, d’un film vidéo, d’uneconférence-diaporama ou autres formes légères, n’est jamaisun simple rapport, mais une invitation à l’exercice du regard,un questionnement permanent sur ce qu’il est possible de saisirde l’infinie complexité du monde. Ses « tentatives de s’orienter »s’élaborent avec le souci constant de toucher un public non avertiet de rendre les personnes rencontrées co-auteurs de l’œuvre.Ce programme présente un panorama des œuvres audiovisuellesde l’artiste et une performance, associant aux thèmes centraux del’exploration et de la frontière, des recherches sur la question dela mémoire et de la valeur.18H SÉANCE 1MOTS / CHOSES (2004 - 6’50)Images filmées hors du train, entre Strasbourg et Tübingen. En off, deux voix– celles du réalisateur et de sa fille de cinq ans – s’amusent à nommer toutes leschoses qui passent devant la vitre. Les mots, prononcés en allemand, s’inscriventen français sur l’image. Au fil de ce jeu des mots et des choses, naissent despetits moments de philosophie sur l’état du monde.DE LA BASE AÉRIENNE 110 À LA PAIX SE RÉVÉLANT ÀL’HUMANITÉ (2008 - 16’26)Basé sur le défi d’arriver à suivre sur le terrain, tant bien que mal, une ligne droitearbitrairement tracée sur le plan cadastral de la ville de Creil – reliant l’entréed’une importante base militaire à une « paix » plutôt dérisoire – ce geste filmiqueaussi simple que jubilatoire opère comme une coupe au scalpel à travers lequotidien d’une petite ville française.LITTLE FENCE MUSIC (2004 - 3’35)Les clôtures en général ne sont pas spécialement prévues pour faire de la musique.Encore moins celles derrières lesquelles s’abritent un commissariat, un centrede dédouanement, ou les consulats des différents pays d’Europe. Pourtant, ilsuffit de les longer un bâton à la main… Petite promenade frontalière enhommage à Imer Bruqi, citoyen sans papiers.DE LA PROPRIÉTÉ (2008 - 20’45)"Qu’est-ce que la propriété" de Pierre-Joseph Proudhon, paru en 1840, ne secontente pas d’identifier la propriété au vol, mais s’attache à prouver qu’elle estune pure illusion et qu’elle est mathématiquement impossible. D’ailleurs, quandtout le monde après lecture du livre s’en sera rendu compte, elle disparaîtra touteseule. Raisonnement utopique et implacable, plaidoyer féroce et jubilatoire.La présente vidéo est le fruit d’un atelier collectif organisé à La Compagnie, àMarseille, au printemps 2008.CARTE BLANCHE A TILL ROESKENS19H30 SÉANCE 2VIDÉOCARTOGRAPHIES : AÏDA, PALESTINE (2008 - 45’)L’histoire d’un camp de réfugiés, quelques passages de frontières, une maisonentourée par un mur… À tour de rôle, les habitants du camp Aïda à Bethléemesquissent des cartes de ce qui les entoure, tout en nous livrant les récits quianiment ces géographies subjectives. Pas à pas, au fil des dessins, nous découvronsle camp et ses environs, nous suivons les trajets de quelques personnes et leurstentatives de composer avec l’état de siège sous lequel ils vivent. Un hommageà ce que l'on pourrait appeler « la résistance par contournement », à l’heure oùla possibilité même de cette résistance semble disparaître.20H30 PLAN DE SITUATION : SÉLESTATune conférence-diaporama de Till Roeskens(production FRAC Alsace 2006 / durée approximative : 99’)Tentative quelque peu utopique de description exhaustive d’une petite ville deprovince et de ses habitants, cette conférence-performance ouvre en mêmetemps sur des horizons tels que la mondialisation, l’urbanisme, la conditionouvrière ou simplement humaine, sans oublier ni le canoë-kayak ni la fabricationdes brosses à dent. Entre one-man-show et soirée de contes, entre leçon degéographie et discours engagé, voilà une drôle de conférence, richement illustrée,qui s’amuse à questionner la validité de nos repères et de nos représentationsface à l’infinie complexité du réel.RELECTURES VII : EXPLORATIONSMANIFESTATIONS EN ENTRÉE LIBRERÉSERVATION CONSEILLÉEPROGRAMME DÉTAILLÉ / RÉSERVATION / ACCÈS :WWW.KHIASMA.NET - TEL : 01 43 60 69 72ESPACE KHIASMA15 RUE CHASSAGNOLLE 93260 LES LILASM° PORTE OU MAIRIE DES LILAS (LIGNE 11)L’ACTUALITÉ SUR HTTP://KHIASMA93.BLOGSPOT.COM/DIRECTION ARTISTIQUE : OLIVIER MARBOEUF ★ COORDINATION -ADMINISTRATION - MÉDIATION : ROSELYNE BURGER, SOFIA CUMBAT ★CHARGÉE DE COMMUNICATION : SORAYA DABLIZAVEC LE SOUTIEN DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE, DU CONSEIL GÉNÉRALDE LA SEINE-SAINT-DENIS ET DE LA VILLE DES LILASRRELECTURESARTS VISUELS LITTÉRATURES SONS DÉBATS7 ÈME ÉDITIONEXPLORATIONSKHIASMA

More magazines by this user
Similar magazines