disponible en format PDF - Cahors

cahors.fr

disponible en format PDF - Cahors

13 11 15 168 - Le courtil* des moinesCour de l'ArchidiaconéCe jardin est composé de plessis* dechâtaignier tressé, plantés de légumesconsommés au Moyen Âge, les potherbes* :ortie, arroche (ancêtre de l'épinard), roquette,chou palmiste (en forme de palmier, il seconsommait gelé), souci, fenouil, cardes(ancêtre de l'artichaut)... L'oreille d'ours,plante non-consommable aux feuillesduveteuses, protégeait le jardin du mauvaissort.9 - L'herbularius*ou jardin des simplesChevet de la cathédrale saint-EtienneLes six grands plessis* de châtaignierprésentent des plantes médicinales. Chacuned'elles guérissant un mal, elles étaientqualifiées de « simples ». Six affections sontreprésentées : les fièvres, les douleurs deventre, les maux féminins, les faiblesses(vulnéraires), les empoisonnements et lesproblèmes digestifs (purges).410 - Le jardin bouquetierChevet de la cathédrale saint-EtienneDu côté de la rue Foch, trois grands plessis*proposent des fleurs pour la décoration desautels. Le premier, blanc et bleu, rendhommage à la Vierge Marie ; le second, rougeet orangé, fait référence à la souffrance duChrist ; le troisième, jaune et or, symbolise lemystère de la Résurrection.11 - La fontaine Clément-MarotPlace ChampollionCette fontaine néo-Renaissance est consacréeà Clément-Marot, poète humaniste né àCahors, considéré comme l'inventeur dusonnet. Au pied du monument se trouventdeux petits massifs blanc et bleu, en écho auxcouleurs de la mosaïque entourant le buste del'artiste.12 - L'hortus* des Damesou des BénédictinesSquare Olivier-de-MagnySitué au coeur du quartier de la Daurade, cesquare est dédié aux Dames de Cahors, enréférence à l'ancien couvent des Bénédictinessitué à son emplacement. Il est clos d'osiervivant tressé et ombragé par les plus anciensplatanes de Cahors, âgés de près de 200 ans.13 - Les chapelles des basmes*Square Olivier-de-MagnyDans l'enceinte de l'hortus* des Dames deCahors, ces plessis* de métal sont consacrésaux huit familles de parfums : les hespéridés(huiles essentielles très volatiles à based'agrumes), les aromates (effluves de sauge,romarin, thym, lavande, anis...), les notesfleuries (liées aux fleurs), les notes vertes oufougères (odeurs de gazon, de mousse, defeuilles), les notes fruitées (odeurs de fruits :framboise, poire, pêche, mûre...) les notesépicées (girofle, cannelle, muscade...), lesnotes boisées (notes chaudes comme le santal,le cèdre, la patchouli...), les notes orientalesou balsamiques (parfums orientaux, mélangede chaleur, de sensualité, poudré ou vanillé).Les trois autres carrés sont consacrés à laviolette de Cahors, aux menthes et auxgéraniums odorants.


23 - Le sentier du colporteurPartie basse du jardin dupasseur, au bord du LotDes bacs « sentinelles » marquentle sentier qui longe le Lot.24 - Le capitulaire« De Villis »*Promenade de CotyCe jardin, qui tient compte duverger existant réalisé en 2000, sedivise en huit chambres de verdureconsacrées aux différentes plantescitées dans le capitulaire De Villis :• le jardin de la Création (premièresplantes citées dans la Bible :pommier, palmier, grenadier...).• l'herbier (plantes médicinales).• le vergier * (poirier, figuier,noisetier...).• le jardin de Marie (fleursblanches pour les autels).• le jardin des métiers (plantestinctoriales...).• l'hortus* (jardin potager).• le jardin de la fontaine(résurgence située à proximité).• le pomarium* (collection depommiers).25 - L'hortusde la fée MélusineParc Philippe-GaubertL'histoire de la fée Mélusine estl'une des légendes les plusrépandues au Moyen Âge.Personnage d'un roman de Jeand'Arras en 1392, la fée Mélusine,représentée vêtue de blanc, setransforme en serpent en certainesoccasions. Ce jardin se décline surla couleur blanche, entre rosiers etgraminées.20227


Les Jardins Secrets1 - Le Jardin d’IvresseAllées des Soupirs14 - Le préau* célesteCloître de la cathédrale Les Jardinsdu Savoir2 - L'enclos* des CordeliersRue Wilson, devant la chapelledu collège Gambetta3 - La banquette* d'IssalaCroisement de la rue Bergougniouxet de la rue Nationale4 - Le préau* LastiéPlace Saint-Urcisse15 - Le jardin de la sorcièreet du dragonRue du Château-du-Roi16 - L'herbularium*de l'hôpital de GrossiaRue de Fouilhac17 - La cour des CaorsinsIlôt Fouilhac1 - PaxAllées des Soupirs2 - SensitifAllées des Soupirs3 - Display gardenFleuroselectAllées des Soupirs85 - Le jardin bibliqueChevet de l'église Saint-Urcisse6 - La place des épicesPlace Saint-James7 - Le jardin mauresqueRue du Petit-Mot8 - Le courtil* des moinesCour de l'Archidiaconé9 - L'herbularius*ou jardin des simplesChevet de la cathédrale10 - Le jardin bouquetierChevet de la cathédrale11 - La fontaine Clément-MarotPlace Champollion12 - L'hortus* des Damesou des BénédictinesSquare Olivier-de-Magny13 - Les chapelles des basmes*Square Olivier-de-Magny18 - Le jardin de Saint-JacquesEglise Saint-Barthélémy,côté Boulevard19 - Le jardin des pèlerinsEglise Saint-Barthélémy,côté Boulevard20 - Le closelet* des croisadesPlace Lucterius21 - Le petit clos* des ClarissesRue du Pape-Jean-XXII22 - Le jardin du passeurPlace Lafayette23 - Le sentier du colporteurPartie basse du jardin du passeur,au bord du Lot24 - Le capitulaire « De Villis »*Promenade de Coty25 - L'hortus de la fée MélusineParc Philippe-Gaubert4 - RodjiCour de l'Auditorium Les parcs& les jardinspublics1 - Le square JouvenelAllées Fénelon2 - Le parc TassartRue Emile-Zola, derrière le Muséede Cahors Henri-Martin


Les Jardins Secretshors les mursLe concept des Jardins Secrets s'est exportédans deux autres villes de France.21 - À Troyes (Aube)Maison de l'outilet de la pensée ouvrièreCréé en 2006, en collaborationavec la première promotion desCompagnons du Tour de France,spécialisation jardinier, cejardin, remodelé chaque année,fait référence au courtil desmoines de Cahors.2 - À Bitche (Moselle)Place des LilasCréé en 2007, ce jardin est le fruit d'une collaboration entre lesespaces verts des villes de Cahors et de Bitche. Il est composéde trois chambres de verdure : le potager, le jardin de Marie, lejardin des belles fleurs.10


Les Jardins du SavoirSitués dans la partie ouest de la ville, les quatre Jardins du Savoirsont des créations libres autour d’un thème.1 - PaxAllées des SoupirsLa paix désigne habituellement un état de calme ou de tranquillité, comme uneabsence de perturbation ou d'agitation. Ce jardin blanc est représenté par troisarbres métalliques, qui servent de support à des rosiers rouges, symbole de lapaix éphémère.2 - SensitifAllées des SoupirsDans le cadre de la charte « ville handicap », ce jardin, conçu en collaborationavec les associations concernées, décline les cinq sens à travers cinq chambresde verdure : le toucher (textures douces et piquantes), la vue (couleurschatoyantes), l'odorat (senteurs diverses), le goût (petits fruits) et l'ouïe(bruissement des graminées). L'étiquetage est en braille.143 - Display garden FleuroselectAllées des SoupirsFleuroselect est une organisation européenne regroupant l'ensemble descréateurs de nouvelles variétés florales. Cette association décerne chaqueannée des médailles d'or aux plantes qui ont apporté « un plus » à l'horticulture.Ces plantes sont présentées dans trente six « display gardens », ou jardins dedémonstration, dans le monde, dont six en France : Paris, Lyon, Dijon,Orléans, Nantes et Cahors.4 - RodjiCour de l'AuditoriumCe jardin inaccessible offert à la contemplation est lié à la cérémonie du thé auJapon. L'art du jardin japonais consiste à opposer la fragilité d'élémentssouples comme le roseau à la solidité de matériaux comme le bambou.11


11 2 Les parcs et les jardins publicsAccueillant des arbres venus de contrées lointaines et ornés d'une statuaire variée, deux jardinspublics réhabilités illustrent le développement urbanistique de Cahors au XIX° siècle.1 - Le parc TassartRue Emile-Zola, derrière le Musée de Cahors Henri-Martin.Ancien jardin de l'évêché concordataire au XIX°s., il devient jardinpublic en 1906. Il est conçu au fil des ans comme une oeuvre d'artoù la sculpture et l'architecture ont un rôle important et où la pièced'eau constitue un des accessoires indispensables à son statut dejardin public. Aujourd'hui, la plupart des aménagements (petit coursd'eau accueillant des cygnes, volière...) ainsi que la plupart dessculptures ont disparu, victimes du vandalisme. Seule demeurel'oeuvre du sculpteur Paul Niclausse intitulée « L'Orpheline » -1913. Toutefois, on peut encore admirer de splendides arbresintroduits en France à partir de la fin du XVIII°s. : sequoia Giganteaet magnolia Grandiflora d'Amérique, magnolia Soulangea du Japon.Depuis ces dernières années, ce parc accueille également des arbresde collection : pinus Bungéana Napoléon originaire de Chine àécorce de platane, taxodium Dicichum (cyprès chauve deLouisiane)...contribuant toujours à faire de ce parc un lieu decontemplation et d'étude.122 - Le square JouvenelAllées FénelonAutrefois appelé « Jardin des plantes », ce square clos est à l'image desespaces verts créés par le baron Hausmann à Paris dans la secondemoitié du XIX°s., où cohabitaient plantations et statues monumentales.Ici, le jardin arboré abrite en son centre une pièce d'eau surplombéed'un rocher sur lequel est juché un monumental Neptune, oeuvre deVital-Gabriel Dubray. A l'origine, à l'arrière du rocher était aménagéeune grotte ; en pénétrant à l'intérieur de celle-ci, le visiteur découvraitun aquarium, aujourd'hui disparu. Des grilles ouvragées marquentl'entrée du square ; deux statues en pied figurant Joachim Murat etJean-Baptiste Bessières, maréchaux d'Empire (oeuvres de DominiqueMolchneht – 1844), en gardent l'accès. Les deux vasques de fonteparachèvent le décor.


Cahors Juin JardinsLe festival qui cultive l'artDepuis 2005, le festival Cahors Juin Jardins a inscrit son empruntevégétale et artistique dans les jardins de Cahors, qu'ils soient publics,privés ou secrets. Les artistes plasticiens ou de spectacle vivant trouventleur espace scénique à l'intérieur de ces écrins de verdure, tandis que lepublic et les visiteurs déambulent poétiquement de jardins en jardins,trouvant ça et là, une surprise, un émerveillement, une interrogation. Bref,le jardin nourrit les esprits. C'est en tout cas l'ambition de l'équipe deCahors Juin Jardins.De nature invasive, l'édition 2013 du festival occupera l'espace urbain etrural, convoquant les mains vertes de tous horizons artistiques.Naturellement, Cahors Juin Jardins interroge toujours sur ce qui fait(encore) lien entre les individus dans une société de réseau, decommunication, d'échange mais aussi de précipitation et d'inégalité etd'exclusion. Le jardin sera une terre d'accueil à cette réflexion. Les artistesseront invités à nous livrer leur lecture de ce monde en mutation à traversinstallations, ateliers, performances, spectacles vivants.13


Lexique Banquette : structure de bois, pierreou brique remplie de terre et tapissée deplaques d'herbes. Basmes : les parfums au Moyen Âge. Berceau : voûte végétale. Capitulaire « De Villis » : éditpromulgué par Charlemagne, qui présentenotamment une liste des 88 plantes qu'ilfaut cultiver dans les monastères pour senourrir, se vêtir, se soigner ou travailler. Clos : terrain cultivé clos de haies oude murs. Closelet : petit enclos. Courtil : jardin potager. Courtillier : jardinier au Moyen Âge. Enclos : terrain fermé par une clôture. Gabion : caisse à carcasse métalliqueremplie de sable ou de cailloux et servantnotamment à renforcer une berge, un talus.Au Moyen Âge, c'était un cylindre debranchages rempli de terre utilisé enprotection dans la guerre de siège. Herbularium ou herbularius :jardin de plantes médicinales. Hortus : potager. Plessis : clôture formée de branchesvivantes ou sèches entrelacées retenant desplantations faites hors-sol. Visibles sur desmanuscrits de la fin du Moyen Âge, leurtaille réduite doit permettre de les travaillersans y mettre le pied. Pomarium ou pommeraie : vergerde pommes. Potherbes : plantes à pot entrant dansla confection de la « porée », sorte desoupe épaisse de feuilles, d'oignons et depain cuite longuement dans un chaudron.On en trouve de nombreuses recettes dansle Mesnagier de Paris, précis d'économieculinaire (1394). Préau : banquette surélevéerecouverte d'herbe. Vergier, virgultum, viridarium :verger.14


La charte du jardinier écoresponsablede la Ville de CahorsLes jardins de la Ville sont entretenus selon la charte du jardinier éco-responsable,adoptée par la Ville pour une pratique plus durable.Les jardins de la Ville sont entretenus selon lacharte du jardinier éco-responsable, élaboréepar le service des Espaces verts de la Ville.La matière organique précieuse, issue destontes et des tailles, est recyclée sur place parbroyage, paillage ou compostage. La naturen’est pas un déchet, mais une richesse.Les plantes sont choisies, selon leuradaptation aux conditions du sol et du climat,ainsi que pour leur résistance à la sécheresseet aux maladies.Les végétaux sont taillés selon les principesde la taille douce, sans perturbation del’architecture naturelle des plantes.Les plantations sont régulièrement pailléesafin d’éviter l’évapotranspiration de l’eau dusol, et de maintenir l’humidité.Les plantes ne sont pas dopées par des apportsmassifs d’engrais, les amendements utiliséssont d’origines organiques.Le sol n’est pas retourné ou mis à nu, lesplantes couvre sol sont privilégiées.Les arrosages sont limités au strict minimum.Les macérations de plantes, les méthodesalternatives et la lutte bio PBI sontsystématiquement privilégiées, lesagrotoxiques, les pesticides et autresdésherbants chimiques ne sont pas utilisés,sauf après avis compétents et indépendants.15


2005 Label Ville d’Art et d’Histoire2006 Label Jardin Remarquable2011 Renouvellement Label Jardin RemarquableLes jardins de Cahors bénéficient du soutien dePLUS D'INFORMATIONSLes visites guidées de Cahorsen compagnie d'un guide-conférencieragréé par le Ministère de la Culture.• OFFICE DE TOURISME DU GRAND CAHORSVILLA CAHORS MALBECPlace François-Mitterrand . 46000 Cahors05 65 53 20 65www.tourisme-cahors.comwww.grandsites.midipyrenees.fr• HÔTEL DE VILLEBoulevard Gambetta . BP 30 249 . 46 005 Cahors05 65 20 87 87www.mairie-cahors.frcommunication@mairie-cahors.frRéalisation : Direction de la communication Ville de Cahors. Impression : ImprimerieGraphi & Chabrillac. Crédits photos : Photothèque Ville de CahorsC. Squassina, C. Julien, P. Lasvènes. J. Lagier. Août 2012

More magazines by this user
Similar magazines