TOURISME - Réseau wallon de développement rural

reseau.pwdr.be

TOURISME - Réseau wallon de développement rural

4Des contraintes transversaleset des questionsLes échanges au sein du GT « Tourisme »ont suscité diverses questions et pointé descontraintes qui n’ont pas trouvé à ce jour desolution. Certaines questions ne peuventêtre tranchées par les participants, d’autresméritent un redoublement d’effort pourobtenir les réponses.La question de l’évolution rapide du matérielet des logiciels fait planer un risque surles importants investissements consentispour utiliser les TIC. Les partenaires y sontsensibles, ce qui tempère l’enthousiasmepour ces produits. D’autant plus que lescoûts de maintenance ou de mise à jourdes applications sont peu ou pas du toutpris en compte.En lien avec la question précédente, sepose le problème de cerner les besoins ouattentes des touristes en matière de TIC.Comment mieux profiler les publics cibles?A ce jour, il n’existe pas de statistiques finesou d’études suffisamment riches sur le sujeten Wallonie et rien ne laisse présager quece genre d’information sera disponible. Lesétudes de marché sont complexes à meneret le recours à une enquête menée avecdes étudiants a été estimé à 70.000 euros.Dans les questions intéressantes à suivre enréseau, celle de l’entretien des sentiers estimportante. Ces voies sont un atout fantastiquepour le tourisme, mais leur entretienet celui du balisage sont à la charge descommunes qui généralement ne peuventy faire face. Des solutions existent : les jobsd’étudiants dans les communes ou le programmeWallonet (qui permet aux Maisonsdu Tourisme de recruter des ouvriers pourl’entretien des sites et sentiers touristiques).D’autres solutions sont à développerpour pouvoir supporter la comparaisonavec la situation de territoires voisins bienorganisés, notamment les réseaux de sentiersen Allemagne, en France, en Suisse…ou chez nous, dans les cantons de l’Est.Autre sujet méritant un suivi : la valorisationtouristique des forêts. Un projet « massifsforestiers » a été initié, un diagnostic établi,une stratégie globale déclinée en approchesspécifiques pour chacun des huitmassifs forestiers wallons identifiés. Quatremassifs ont finalement été retenus, maisle processus démarre lentement et c’est lemassif de Saint-Hubert qui est le plus avancé.Les actions sont lourdes et réclamentdes moyens importants. Il faut sans doutelaisser mûrir les partenariats, convaincre lesacteurs de la réalité des bénéfices face auxinvestissements à consentir.Le problème le plus épineux concerne lajointure et la gestion des bases de données.Les bases de données dans le secteur sontmultiples (événements, disponibilités d’hébergement,offres de produits, opérateurs)et parfois démultipliées entre partenairesdifférents. Un vrai casse-tête, source d’erreurdans les mises à jour ! Des solutions partiellesexistent pourtant. Le Commissariatgénéral au Tourisme a développé la basede données intégrée « PIVOT », accessibleà toutes les Maisons du Tourisme, mais lamigration des bases de données existantesest délicate. Autre solution partielle, leweb-service « Walhebcalendar », projet développéconjointement par la Fédérationdu Tourisme de la Province de Luxembourget la Fédération des Gîtes de Wallonie pourpouvoir accéder à l’ensemble des événementsofferts sur un territoire et paramétrerdes dates.La question des bases de données cachele plus sérieux problème : aucun dispositifcoordonné ne permet plus de réservergîtes ou chambres d’hôtes en Wallonie. Unsous-groupe de travail va tenter d’obtenirun réel appui sur ce sujet. Dans l’attente, lesopérateurs se tournent vers des solutionsgratuites comme Google Adresse, sans cahierdes charges mais réclamant une accessibilitéWeb permanente.Ruralités – Magazine n°18 – 2 ème trimestre 2013

More magazines by this user
Similar magazines