MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel deux mille ...

rungisinternational.com

MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel deux mille ...

MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel deux mille huit MARCHEmille huit MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel deux millerapport annuel 2008 MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel


L’horticultureet la décorationUn jardin extraordinaire, fleuri toute l’annéeEn 2008, les plantes en pot et les fleurs coupéesont dû faire face à la morosité de seconde partie d’année.Mais la décoration reste un des attraits de Rungispour les clients du secteur. Leur fréquentation importantefait du Marché un lieu unique en France.Arrivages (en tonnes)Variation2008/2007Fleurs coupées (en milliers de tiges) 197 896 *Plantes en pot (en milliers de pots) 16 609 - 5,0 %26 MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS* En milliers de tiges depuis le 1 er janvier 2008 (pas de variation).


Nombre Chiffre d’affaires Estimation/ Effectifsd’entreprises 2007 Variation CA 2008/2007Grossistes 80 205 137 - 1,7 % 388... en plantes 12 60 667 - 4,5 % 74... en fleurs coupées, feuillages 68 144 470 - 0,5 % 314Producteurs 104 15 499 - 5,2 % 104Courtiers et sociétés d’import-export 3 3 311 N.C. 5Horticulture 187 223 947 - 1,2 % 497“Nous aimonsl’ambianceconviviale deRungis.”Leur idée était simple : “mettretous nos œufs dans le mêmepanier” ! Sophie Dareau etStéphane Ventura travaillaient déjàsur Rungis chacun de leur côté. Lecouple a choisi d’y créer sa propresociété, Natural, le 19 août 2008.Il réunissait ainsi des compétencescomplémentaires, d’acheteur pourlui, de commerciale pour elle, pourvendre des fleurs sur le Marché.“Un choix évident par rapport ànotre expérience” explique SophieDareau, d’autant que “pour nosclients, Rungis constitue tout desuite une carte de visite”.En outre, grâce à sa fréquentation,“nous pouvons y rencontrer laplus large palette de clients etnous avons rapidement noué desnouveaux contacts commerciaux,en plus des connaissancesque nous avions déjà”.Et le couple d’affirmer de concert :“nous aimons l’ambiance convivialede Rungis, qui crée de laconfiance entre les parties, ycompris avec nos confrères”.Tout en évoquant au passage “laproximité et l’écoute des servicesde la SEMMARIS, qui sonttrès réactifs par rapportà nos besoins”.Horticash a démarré son activitésur Rungis en 2008. Basée àAngers, l’entreprise y cherchaitdepuis quelque temps déjà uneimplantation pour fournir desaccessoires aux fleuristes de larégion francilienne. L’entreprise ypropose des papiers d’emballage etdes mousses florales, des vases etdes pots, de la vannerie et du zinc ;en un mot, tous les consommablesnécessaires pour soutenir les ventesde produits horticoles. “Nousavons été surpris par l’importantefréquentation que nous recevonsdans un laps de temps très court”Rungis Accueil, un service personnalise pour les clients du MarcheLe service des cartes d’accès est devenu Rungis Accueil en 2001 : tout un symbole ! En effet, il s’agit d’offriraux usagers du Marché un accueil personnalisé. L’obtention de la carte d’accès au Marché n’est donc plusconçue seulement comme une formalité administrative mais elle garantit à ses détenteurs de nombreuxservices. Réservée aux seuls professionnels, la carte d’acheteur est gratuite et valable durant deux ans :elle permet un tarif d’entrée préférentiel sur le Marché, des stationnements réservés sur les parkings et laréception de nombreux supports de communication comme Rungis Actualités ou le “Qui fait quoi à Rungis”.Par ailleurs, l’inscription en ligne est possible à tout moment sur le portail internet du Marché. En 2008, plusde 3 600 nouvelles cartes d’acheteur ont été créées.RAPPORT ANNUEL 2008 27


L’horticulture et la décorationexplique Laurent Camus, directeurassocié : “elle nous impose d’êtreparticulièrement réactif”. Avecun grand nombre de grossisteset une forte affluence de clients,“Rungis est le pôle commercialle plus important de Francedans notre domaine” tranche-til.Résultat : “nous avons atteintnos objectifs dès 2008”. Etl’entreprise prépare déjà en 2009une seconde implantation, sur unesurface équivalente, “pour étendrenotre gamme avec des produitscomplémentaires, par exemple avecde la verrerie haut de gamme etdes fleurs artificielles ou séchées”.Les fleurs pénaliséespar les arbitragesdes consommateursPlus que les autres secteursdu Marché, l’horticulture et ladécoration ont été influencéespar la morosité qui a gagné laconsommation en 2008. Pardéfinition, cet univers ne proposepas des produits de premièrenécessité, contrairement auxsecteurs alimentaires.Et l’arbitrage des consommateursprivilégie évidemment l’assietteau vase. Ce phénomène a étéparticulièrement ressenti par lesentreprises proposant des fleurscoupées. Dans ce domaine(à l’exception des feuillages), lesarrivages sont comptabilisés à latige et non plus à la botte depuisle 1 er janvier 2008. Gagnant ainsien précision, les statistiques setrouvent temporairement dansl’incapacité d’être comparées àcelles de l’année antérieure (où lesarrivages s’étaient montrés stablespar rapport à 2006). Toutes lesprovenances ont sans doute pâtide la conjoncture, notamment àpartir de la rentrée de septembre,sachant que les produitsd’importation en représentent lestrois quarts (près de 62 % pourles seules fleurs néerlandaises).Au vu des dernières années, il estprobable que seuls les produitsdits “de niche” aient moins souffert,comme les roses d’Equateur oud’autres fleurs exotiques qui, depar leurs spécificités, parviennentà se différencier des produits“standard” à fort volume.“Nous avonsété surpris parl’importantefréquentationdu marché.”Par ailleurs, les statistiques desplantes en pot qui, elles, peuventêtre comparées à celles del’année précédente, indiquentune tendance baissière. La légèrediminution enregistrée en 2007(- 2,9 %) s’est amplifiée en 2008à - 5 %. Pour cette catégorie,les conditions climatiques jouentégalement un rôle important.Des conditions hivernales trèsrigoureuses suivies d’un printempsclément encouragent les nouvellesplantations, en remplacementde celles que le gel a détruites.Un phénomène qui ne s’est pasproduit en 2008, puisque lesplantes à massif n’ont diminuéque de 3,7 %, soit moins quel’ensemble de leur catégorie,tirée par l’essor des plantesvertes (+ 9,3 %) mais handicapéepar la contre-performance desplantes fleuries (- 7,1 %).28 MARCHE INTERNATIONAL DE RUNGIS


De la verdure a decouvrirPlus de 80 000 mètres carrés de pelouse, plus de 26 000 mètres carrésd’herbe, plus de 12 200 mètres carrés de massifs d’arbustes, plus de1 100 arbres, des haies, des jardinières… Le Marché de Rungis est aussiun espace de vie. Mais comme cela n’est pas sa vocation principale, cettedimension est restée cachée durant longtemps.Le rond-point des Halles a été restructuré au mois de novembre 2008pour être doté de plantations alternant suivant les quatre saisons : outreces fleurissements saisonniers, il comprend désormais une plantationde massifs arbustifs colorés ainsi qu’un camouflage végétal des blocsde béton mis en place pour des opérations événementielles commeles décorations de Noël. Une étude a été lancée en 2008 pour embellirl’ensemble des espaces verts du Marché.“Pour nos clients,Rungis constituetout de suite unecarte de visite.”La décoration,locomotive du secteurLa troisième famille du secteur,les accessoires et la décoration,ne peut pas être suivie, quant àelle, par les statistiques. Elles nesauraient agréger des produitsaussi divers que la vannerie et lapoterie, mais aussi les bougies, lesvoilages ou même le mobilier enbois ou en fer forgé. Toutefois, lesentreprises spécialisées affichentdepuis quelques années de bellesprogressions de chiffre d’affaires,parfois à deux chiffres et ellesreprésentent désormais plus de15 % des ventes du secteur.Malgré la conjoncture, uneannée en horticulture est aussi lefruit des grandes fêtes qui sontautant d’occasions d’offrir desfleurs ou des plantes. La SaintValentin 2008 s’est ainsi fort bienpassée pour les professionnels,notamment parce qu’elle se situaithors vacances scolaires et enmilieu de semaine. En revanche,le muguet du 1 er mai connaîtquelques difficultés depuis plusieursannées. Rendu complexe par sesapprovisionnements et ses réseauxde vente, l’événement encouragecertaines spéculations dont desopérateurs préfèrent désormaiss’abstenir. Une fois de plus, la miseen œuvre d’une réglementationuniforme risque de mettre enpéril une fête traditionnelle.Des fêtesaux destins variésTandis que la fête des grandmèress’installe progressivementdans le calendrier, la fête desmères reste un moment privilégiépour les grossistes. A l’inversede la célébration des défunts,à la Toussaint, dont la traditions’estompe d’année en année mêmesi les ventes de chrysanthèmesrestent importantes. Enfin, l’annéese clôt avec la “campagne sapin”.En 2008, alors que les fêtes defin d’année ont relancé les ventesdes secteurs alimentaires, ilsemble que les Franciliens aient,encore une fois, accompli desarbitrages à leur détriment.Le fameux Nordmann, enprovenance du Danemarknotamment, a pâti de cours enhausse peu justifiée, profitant auplus classique épicéa dont lesformats de 1,5 à 2 mètres ontprogressé de 6 %, alors que laplupart des autres sapins ont vuleurs arrivages baisser. A noteren revanche le regain du sapin enmotte (+ 3 %) et surtout l’explosiondu houx en botte (+ 122 %).RAPPORT ANNUEL 2008 29


Semmaris1, rue de la Tour - BP 40316 - 94152 Rungis Cedexwww.rungisinternational.com