socioéconomique

qbareille

DP_Conseil_22-01-2016

DOSSIER DE PRESSE du 22 janvier 2016

DEPLACEMENTS

Une stratégie globale de mobilité pour les dix ans à venir

Le Conseil de Bordeaux Métropole se dote d’une stratégie globale de

mobilité pour les dix ans à venir. Ce plan ambitieux doit permettre de tenir

le cap des objectifs de développement de la métropole bordelaise et de

répondre au défi de l’augmentation croissante des besoins de

déplacements. Il repose sur deux piliers, avec d’un côté la validation de la

feuille de route du SDODM (Schéma directeur opérationnel des

déplacements métropolitains), de l’autre une intervention sur l’ensemble

de la palette des déplacements.

Le schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains

A l’échelle du réseau Tbc, la poursuite des investissements de la

troisième phase et la réalisation des opérations inscrites au SDODM

représentent un potentiel de 60 000 nouveaux voyageurs / jour.

Additionnés aux 320 000 voyages / jour comptabilisés en 2013 (pour

250 000 en 2009), ils permettent de satisfaire 80 % des objectifs

ambitieux du Plan Climat : 415 000 voyages / jour en 2020, 15 % de part

modale pour les transports en commun.

. Il faudra attendre la clôture de la concertation en cours pour des

conclusions définitives sur la desserte de la zone d’activités de l’aéroport.

Mais les études montrent qu’un programme global, cumulant l’extension

de la ligne A du tramway jusqu’à l’aéroport et la création d’une « Lianes »

Pessac Alouette - aéroport, s’avère envisageable d’un point de vue socioéconomique.

Cette opération représente un potentiel cumulé de 6 800

voyages / jour (4 800 pour le tramway), le coût de l’extension de la ligne A

du tramway étant estimé à 75 M€ (pour une mise en service en 2019).

. La création d’une liaison Gradignan - Talence - Bordeaux - Cenon,

empruntant le corridor des boulevards, ressort elle aussi des études.

Dotée d’un potentiel de 66 000 voyages/jour, cette nouvelle ligne de 20

km peut justifier le recours au tramway, mais impose de poursuivre les

études sur différents points, dont celle d’un plan de circulation associé sur

les boulevards. Cette opération est globalement chiffrée à 400 M€, si l’on

intègre 50 M€ dédiés à l’amélioration de la vitesse commerciale des

Lianes bus entrant sur les boulevards, sur le modèle du « Chronobus »

nantais (Lianes 2, 4, 5, 11 15 et 16).

22 janvier 2016. Dossier de presse Conseil - Page 1 / 5


. Le projet de BHNS Bordeaux - Saint-Aubin-de-Médoc devrait être

soumis à enquête publique dans le courant de l’année 2016. La

concertation en cours va permettre de rendre les derniers arbitrages quant

au tracé définitif de cette nouvelle ligne (30 000 voyages / jour pour un

terminus côté Quinconces et 50 000 voyages / jour pour un terminus côté

gare Saint-Jean). Le choix d’un terminus à la gare Saint-Jean paraît

d’autant plus pertinent que cette ligne pourrait être prolongée jusqu’à la

nouvelle salle de spectacle de Floirac, dès la mise en service du pont

Jean-Jacques Bosc.

. Les études relatives à l’extension de la ligne D vers Saint-Médard-en-

Jalles vont se poursuivre, ce projet représentant un potentiel de 4 000

voyageurs / jour (dont 2 400 nouveaux voyageurs), pour un coût estimé à

60 M€.

. Les études vont être également approfondies dans quatre directions : la

création d’une ligne Bassens - campus (via les quais de Garonne, le pont

Saint-Jean et nouveau pont Amédée St-Germain - Armagnac) dont la

capacité est estimée à 23 000 voyageurs / jour pour un terminus à Arts et

Métiers ; la réalisation d’une liaison pont à pont (pont Jacques-Chaban-

Delmas et Jean-Jacques-Bosc), dont le potentiel atteint 30 000 voyages /

jour avec une desserte du stade Matmut Atlantique, du secteur Garonne

Eiffel et, via la voie Eymet, de la zone des quais à Floirac ; l’extension du

tramway entre Blanquefort et Parempuyre et, pour finir, la création d’une

grande liaison BHNS extra-rocade.

. Enfin, différentes études ferroviaires sont également d’actualité, en

association avec la Région Aquitaine : un premier volet concerne la

possible densification des points d’arrêts situés sur la voie ferrée de

ceinture (par exemple côté Le Bouscat ou gare de la Médoquine à

Talence), le second prévoit d’évaluer le potentiel de voyageurs de chaque

gare ou halte ferroviaire et de préciser les fonctions respectives de

chaque pôle d’échange.

Un plan d’action global sur le terrain de la mobilité

Les élus s’accordent à pousser un plan d’action qui vise à développer tous

les modes de déplacements, en complément de la mise en œuvre du

SDODM.

. Renforcer l’efficacité des transports en commun, via l’amélioration de la

vitesse commerciale des bus et des tramways (couloirs bus, priorité aux

carrefours…), l’anticipation des investissements découlant du

vieillissement du patrimoine (infrastructures du tramway, rénovation du

dépôt de Lescure, nécessité d’un troisième dépôt bus…), la révision à la

baisse du coût du réseau existant (les dépenses comptabilisées dans le

cadre de la DSP Transports sont par exemple passées de 106 M€ en

2010 à 141 M€ en 2014) et « last but not least » la mise en place d’un

syndicat mixte de transports. Des études devraient également être

lancées en 2016, dans la perspective d’aménagements favorables aux

transports en commun et au covoiturage sur les voies rapides et les

autoroutes qui sillonnent l’aire métropolitaine.

22 janvier 2016. Dossier de presse Conseil - Page 2 / 5


. Optimiser l’usage de la voiture, en tablant à la fois sur l’amélioration des

infrastructures et la régulation de l’usage de la voiture, là où c’est

nécessaire (59 % des déplacements en 2009). Cela passe d’abord par

l’achèvement de la mise à 2 x 3 voies de la rocade et le possible accueil

de bus à haut niveau de service sur la bande d’arrêt d’urgence (cf. étude

en cours des services de l’Etat, entre les échangeurs 12 et 13, dans le

cadre du projet de liaison gare de Pessac Alouette - aéroport). Plusieurs

mesures structurelles sont également listées, ce chapitre incluant la

suppression des carrefours à feux injustifiés (le chiffre de 200 est avancé),

l’essor de la pratique du covoiturage et de l’auto-partage (développement

d’aires dédiées, développement d’un projet de covoiturage dynamique sur

le parc relais de la Buttinière, réservation de voies de circulation), le

développement des mobilités électriques (aide à l’équipement en bornes

de charge…). A court et moyen terme, toute une panoplie d’opérations

ciblées sont également listées : traitement des carrefours les plus

congestionnés, éventuelle interdiction à la circulation automobile sur le

pont de pierre (en lien avec les travaux prévus en 2018), aménagement

de vélo-rues, expérimentation d’une zone à restriction de circulation,

extension des zones à contrôle d’accès et des zones 30, suppression du

« bouchon » du pont François-Mitterrand, aujourd’hui « rétréci » à 2

voies...

. Développer une politique cohérente de stationnement, en lien avec les

communes, ce qui est une clé de la régulation de l’usage de la voiture.

Concernant ce chapitre, les communes ont conservé la gestion du

stationnement sur voirie sur la base d’une décision prise à l’unanimité en

2014. Les principales mesures annoncées sont les suivantes :

participation de Bordeaux Métropole au financement des zones de

stationnement réglementées (jusqu’à 50 % du coût d’un horodateur,

500 000 € inscrits en 2016), tarification au quart d’heure dans les

parkings, aménagement de parcs relais, développement d’applications

numériques…

. Exploiter le potentiel des modes doux, plusieurs mesures étant listées

pour tenir l’objectif de 15 % de part modale pour le vélo : implantation d’un

réseau de « maisons de la mobilité » en s’appuyant sur l’exemple des

maisons du vélo de Bègles et Bordeaux, recherche d’aménagements

simples et efficaces (dont les vélo-rues…) développement des VCub dans

le centre de l’agglomération, extension du dispositif de prêt de vélo mis en

œuvre par Bordeaux, développement des vélos électriques, multiplication

des dispositifs de stationnement sécurisés, recours à des actions de

communication ciblées et à divers partenariats avec les associations…

. Faciliter l’utilisation des services de transports, en « surfant » sur l’après

congrès ITS : développement de Gertrude, partenariat avec des

opérateurs comme Tom-Tom, appui aux sociétés innovantes locales

comme Qcit, conception d’un système tarifaire simple et équitable,

promotion des plans de déplacements en entreprise…

22 janvier 2016. Dossier de presse Conseil - Page 3 / 5


MOBILITE / STATIONNEMENT

Un accord pour la réception des travaux du pont Jacques-Chaban-

Delmas

Le Conseil de Bordeaux Métropole approuve le projet de transaction avec

le groupement d’entreprises piloté par GTM, qui constitue le préalable à

une « réception sans réserve » du pont Jacques-Chaban-Delmas à

Bordeaux. En tenant compte des pénalités de retard dues à la collectivité,

les indemnités admises par Bordeaux Métropole au titre des travaux

supplémentaires et sujétions imprévues s’élèvent au final à un peu plus de

3,9 M€ HT (alors que les prétentions initiales de GTM s’élevaient à 26

M€). Ce règlement amiable intervient au terme de deux expertises

judiciaires distinctes.

Un parking en silo au Grand Parc

Les élus métropolitains approuvent le principe de l’édification, rue

François Lévêque dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux, d’un parc

de stationnement de près de 250 places. Cet ouvrage, qui permettra de

faire face à des besoins croissants de stationnement dans le secteur

Grand Parc - Ravezies, pourra être construit et exploité par Parcub. Sur la

base des premières études de faisabilité, ce nouveau parc public devrait

être réalisé en silo, sur 3 niveaux, pour un coût estimé à 3,4 M€ HT.

URBANISME

Un projet urbain pour le site de Carès Cantinolle à Eysines

Le Conseil de Métropole approuve le dossier de réalisation de la ZAC

Carès Cantinolle à Eysines et confie l’aménagement du site à la « La

Fab ». 750 logements, plus 3 000 m² de commerces, activités et services,

devraient être construits sur ce site de 17,2 hectares bientôt desservi par

le tramway. Bordeaux Métropole participera à hauteur de 10,2 M€ à cette

opération dont le coût total s’élève à 16,4 M€.

Le futur centre-ville de Martignas-sur-Jalles à l’étude

Le groupement Desurb / Neorama / Atelier Fabrique / Sabine Haristoy est

missionné pour la réalisation d’une étude urbaine sur le centre-ville de

Martignas-sur-Jalles, commune qui devrait atteindre 10 000 habitants d’ici

2030 pour 7 300 aujourd’hui. Le montant du marché s’élève à 69 850 €

HT.

Une réhabilitation de copropriétés dégradées dans le quartier du

Burck à Mérignac

Dans le cadre de sa nouvelle compétence « amélioration du parc

immobilier bâti », Bordeaux Métropole confirme le lancement de deux

opérations de réhabilitation de l’habitat qui concernent les copropriétés

Les Dahlias et les Eglantines à Mérignac. Ce programme intéresse un

parc de 365 logements. Au-delà des aides aux travaux estimées à près de

550 000 €, Bordeaux Métropole participera au financement des missions

de suivi-animation de cette opération, à hauteur de 420 000 €.

22 janvier 2016. Dossier de presse Conseil - Page 4 / 5


RAYONNEMENT METROPOLITAIN

De nombreuses animations pendant l’Euro 2016

Bordeaux Métropole agrée une liste de 58 candidats retenus dans le

cadre de l’appel à projet UEFA Euro 2016 et s’engage à signer les

conventions ad hoc. Une enveloppe de 500 000 € a été réservée à cet

effet. Associations, communes, clubs inter-entreprises, MJC…, ont

répondu avec enthousiasme à cet appel à candidature, pour proposer un

véritable bouquet d’animations (jeux, concours photos, tournoi, actions

citoyennes ….) et participer à la réussite de ce rendez-vous majeur pour

la métropole.

ADMINISTRATION

Des missions de service civique à Bordeaux Métropole

Les élus s’engagent sur l’ouverture de 50 missions de service civique, qui

intéressent les domaines du développement durable, de la propreté, de la

collecte et du traitement des déchets, de l’habitat et de la politique de la

ville. Le budget lié à ce dispositif est estimé à 43 000 €.

SUBVENTIONS

Le Conseil de Bordeaux Métropole vote un train de subventions.

. Urbanisme : subvention de 4,6 M€ à l’A’urba, qui découle de la

convention signée pour la période 2016 - 2020,

. Culture : soutien de 600 000 € à la Fabrique Pola, motivé par les travaux

d’aménagements du hangar « Pargade » à Bordeaux,

. Déplacement : subvention globale de 11 034 € aux acquéreurs de vélos

à assistance électrique, vélos pliants, vélos cargos et tricycles pour

adultes,

. Economie : coup de pouce de 5 000 € à chacun des trois lauréats du prix

« Coup de cœur de l’initiative sociale et solidaire » : Supercoop, Les

Détritivores et l’Atelier budgétaire.

22 janvier 2016. Dossier de presse Conseil - Page 5 / 5

More magazines by this user
Similar magazines