LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

RECOMMANDATION 9

Soutenir les formes alternatives

de collectifs de travail

Afin de répondre à l’enjeu de la protection des travailleurs indépendants et notamment des

entrepreneurs, de nouveaux types de collectifs de travail ont été créés, combinant

l’agilité propre au travail indépendant, la création de sens qui lui est propre et la protection

relative au travailleur salarié.

Le mouvement coopératif semble ainsi permettre de donner une nouvelle valeur au collectif

de travail, en favorisant une participation de chaque employé à la gouvernance et au capital

de l’entreprise. L’innovation sociale est donc intégrée dans le mode d’organisation même de

l’entreprise.

De manière générale le Conseil estime que le mouvement coopératif est un élément de

réponse aux questions juridiques et économiques que pose la multiplication des

indépendants. Ce modèle coopératif semble particulièrement adapté à l’univers numérique.

Le coopérativisme de plateforme permet tout d’abord, notamment autour de la technologie

blockchain, de résoudre un certain nombre d’enjeux que soulève l’économie collaborative

(voir recommandation 8). De manière plus générale le modèle de la société coopérative

d’intérêt collectif (SCIC), qui autorise un multi-sociétariat incluant les salariés, les

bénéficiaires et des tiers, semble tout à fait adapté aux logiques d’écosystème qui président à

la création de valeur dans le monde numérique.

Dans ce contexte le Conseil recommande de donner davantage de visibilité aux

formes de travail coopératif en termes de statuts et de modalité de coopération

: SCIC, SCOP, CAE... (cf. encadré) :

●! Augmenter l’information sur le modèle coopératif via la French Tech, les

chambres de commerce, les incubateurs et les institutions universitaires :

un des principaux freins au développement des coopératives réside dans la faible

diffusion de l’information concernant ce modèle et les formes qui y sont associées. Le

mouvement coopératif est souvent associé à la reprise, par les salariés, d’entreprises

en difficulté, quand seulement 11 % des SCOP et SCIC ont été créées ainsi.

○ ! Les organismes traditionnels de formation et d’aide à l’entrepreneuriat

(chambres de commerce et d’industrie, institutions de l’enseignement

supérieur…) pourraient avoir pour rôle de diffuser davantage d’informations

concernant ce type de structure.

○ ! Les acteurs du numérique, tels les incubateurs et les pôles de compétitivité

pourraient également faciliter la diffusion de ce type de modèle. A cet égard la

French Tech pourrait jouer un rôle d’impulsion important.

○ ! Des événements pourraient être organisés au niveau national et local afin de

valoriser ce type de modèle.

●! Faciliter le financement des coopératives :

123

More magazines by this user
Similar magazines