LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

La segmentation du marché du travail en France - Quelques chiffres 28

Entre 1975 et 2009, la part des actifs qui connaissent en une année un changement d’emploi

(passage de l’emploi au chômage, ou du chômage à l’emploi) est passée de 2,7 à 5,2 millions

(cela représente 20% des actifs).

10 à 15% des personnes en CDD basculent vers le chômage chaque année (contre 2% des

personnes en CDI).

Entre 2000 et 2012, la part des embauches en contrats à durée limitée a doublé. Fin 2014, ces

contrats représente 86% des embauches.

Sur les 20 millions de contrats proposés chaque année, près de deux tiers sont des CDD de

moins d’un mois.

Plus d’un tiers des CDI sont rompus avant un an, que ce soit en raison d’une démission, d’une

fin de période d’essai, d’un licenciement ou d’une rupture conventionnelle.

Parts des formes particulières d’emploi

Une précarisation des parcours de vie!

L’instabilité installée du marché du travail, touchant en particulier des publics cibles (jeunes,

seniors, non diplômés), fragilise les parcours professionnels et par extension, la protection

sociale de ces personnes. Alors que dans les années 1980-1990, la mobilité était en majorité

choisie et témoignait souvent d’une progression de carrière, aujourd’hui l’accumulation de

contrats courts est de plus en plus subie et concentrée sur les emplois moins qualifiés. Cette

instabilité touche également les jeunes diplômés, perdure chez les femmes (temps partiel

subi) et se renforce chez les seniors. Selon le rapport de France Stratégie sur le CPA, en 2013,

plus d’une personne sur deux au chômage a plus de 50 ans, 7 femmes sur 10 ont au moins

connu une interruption de carrière depuis leur premier emploi (contre 1 homme sur 2), le

taux de chômage des jeunes (15-24 ans) s’élèvent à 25% (contre 16% en 2000).

La période de crise économique ne favorisant pas l’insertion professionnelle des outsiders, la

tendance est donc à la précarisation de ces publics. Cette précarité de l’emploi fait courir le

risque de l’exclusion et du déclassement : l’accès au logement, au crédit, à la formation est

réduit, tout comme les perspectives d’entrer à nouveau sur le marché. Ceci concerne tant un

salarié en CDD de courte durée, qu’un travailleur indépendant, ou un bénéficiaire

d’allocations chômage et/ou minima sociaux.

...AMPLIFIEES PAR LE NUMERIQUE

28

Sources :

-! Rapport France Stratégie : Le compte personnel d’activité, de l’utopie au concret, octobre

2015

-! “Mobilité et segmentation du marché du travail : quel parcours professionnel après avoir

perdu ou quitté son emploi ?” Thomas Amossé, Corinne Perraudin et Héloïse Petit, INSEE, Economie

et statistique n°450, 2011 http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES450D.pdf

-! “Une rotation de la main-d’oeuvre presque quintuplée en 30 ans : plus qu’un essor des

formes particulières d’emploi, un profond changement de leur usage”, Claude Picart, dans Emploi et

salaires - Insee références, Edition 2014

38

More magazines by this user
Similar magazines