LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

Avoir l’intention de contribuer gratuitement vs. être intéressé. Le concept de

communauté, très présent chez les penseurs des premiers stades de développement du Web,

mettait en avant des valeurs de partage, d’échanges non orientés vers la finalité. Il existe ainsi

une grande diversité de plateformes où les participants contribuent gratuitement, mais

librement, à enrichir la sphère commune : développeurs du logiciel libre, rédacteurs d’articles

Wikipédia, etc. Pour l’économiste Jean Tirole, cela ne peut s’expliquer seulement par une

motivation intrinsèque de générosité. La réputation acquise par les développeurs de logiciel

libre leur donnerait par exemple un pouvoir de négociation pour se faire recruter au prix

fort 49 . Le sociologue Dominique Cardon considère qu’il est plus juste de distinguer les

rétributions financières et les rétributions symboliques (réputation) qui ne peuvent être

calculées selon leurs finalités et ne peuvent être séparées de la réalisation de soi. Il invite aussi

à distinguer les motivations intrinsèques et extrinsèques des personnes. Des pratiques

sociales peuvent ainsi devenir économiques lorsqu’elles se déroulent dans un marché qui

invite les acteurs à adopter une posture intéressée : calculer, comparer, gagner du prestige.

La confrontation du marchand et du non marchand aurait ainsi dynamisé le développement

d’Internet 50 . Cet équilibre connaîtrait actuellement une crise, due à la prise de contrôle des

zones de haute visibilité du web par des acteurs économiques. La concurrence pour accéder

à une visibilité optimale peut alors impacter tant les entreprises que les individus pour

lesquels la réputation devient un signal de différenciation sur le marché du travail. L’essor du

concept de Digital Labor révélerait en ce sens un affaiblissement de la croyance en l’existence

possible d’un Web désintéressé, désormais gouverné par un ethos du calcul de la valeur des

uns par rapport aux autres.

!

Avoir l’intention de contribuer gratuitement vs. y être contraint. Le chercheur

Craig Lambert 51 décrit un sentiment de saturation dû au transfert d’une variété croissante de

tâches aux consommateurs et aux usagers des services privés ou publics (remplir soi-même

un formulaire, imprimer ses billets d’avion, monter soi-même un meuble, etc.). Pour certains,

dans la nouvelle génération de services applicatifs tels qu’Uber ou Airbnb, les outils de

notation, a priori proposés pour établir un lien de confiance entre utilisateurs, sont devenus

des leviers de contrôle : les clients ont endossé une fonction de contrôle qualité autrefois

dévolue à des cadres intermédiaires 52 . Le caractère contraignant de cette contribution

gratuite peut ainsi varier : incitations à partager des contenus, impossibilité de négocier des

conditions générales d’utilisation préétablies, services quasi-monopolistiques qu’il est

difficile de ne pas utiliser sans se marginaliser. Certains contributeurs ont plutôt proposé de

distinguer les cadres marchands et non marchands. Il serait de ce point vue plus difficile de

considérer autant comme une forme d’exploitation le fait de partager des données ou des

contenus sur une plateforme pair à pair à but non lucratif, où lorsqu’il s’agit d’une

contribution au bénéfice du site d’un service public (voir paragraphe précédent).

Répartition équitable vs. répartition inégale de la valeur créée. Le courant du

Digital Labor propose de lire le Web d’aujourd’hui tel que gouverné par des mécanismes de

méritocratie ésotérique, restent dans un entre soi qui les protège des nouveaux arrivants. Je le dis

sous forme de provocation, mais un des problèmes qu’il faudrait affronter, plutôt que de chercher à

le marquer, est que les marchands de l’Internet ont sans doute plus fait pour la démocratisation des

usages que les communautés historiques”- Qu’est-ce que le Digital Labor - Dominique Cardon –

Antonio Casilli, Août 2015

49

Tirole, Jean, Lerner, Josh, « Some Simple Economics of Open Source”, Journal of Industrial

Economics, vol. 50, n° 2, juin 2002

50

Pour Dominique Cardon, le travail bénévole reçu par internet n’aurait jamais été aussi important

dans un cadre rémunéré. Il donne l’analogie du don du sang dont des études ont révélé qu’il serait

moins important dans un cadre rétribué puisque la valeur placée par les personnes dans leur geste

s’en trouverait diminuée.

51

Shadow work – 2015 http://harvardmagazine.com/2015/05/craig-lambert-book-shadow-work

52 Voir par exemple les travaux d’Edward Chen, Arun Sundarjan ou Benjamin Sachs

49

More magazines by this user
Similar magazines