LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

Particuliers amateurs ou entrepreneurs individuels vs. TPE et artisans

“L’artisanat est impacté depuis longtemps par le numérique. Il a permis une réappropriation

des moyens de production par les artisans, notamment grâce aux machines à commande

numérique. Cela a eu un effet très positif sur l’artisanat : la baisse des coûts marginaux de

production a rendu possible à l’artisan de gagner des parts de marché sur l’industrie. Par

exemple, les prothèses dentaires auparavant commandées en Asie sont de plus en plus

réalisées localement par des imprimantes 3D. (...) Les politiques qui encouragent l’autoentrepreneuriat

plutôt que des formes sociétaires ou des entreprises individuelles conçues

pour les indépendants-artisans vont à rebours de cette tendance. L’économie collaborative

en général induit des inégalités importantes, en termes de fiscalité, d'assujettissement aux

cotisations sociales, mais également en termes de réglementation. Il y a aussi des enjeux

sanitaires : la tapenade, mal préparée par le voisin qui s’improvise cuisinier peut être

mortelle.”

extrait des contributions

Pour une partie des contributeurs, l’enjeu se situe au niveau des réglementations et des

qualifications exigées pour exercer. Certains estiment qu’il serait néfaste de brider des

compléments de revenus possibles ou de nouvelles occasions d’enrichir son curriculum vitae

en période de crise 84 . D’autres s’opposent à un mouvement de libéralisation de l’accès des

“profanes” aux métiers artisanaux. Ils se réfèrent notamment sur le besoin d’assurer une

qualité et une sécurité minimale aux consommateurs. Parfois l’argumentation des

compétences approfondies porte davantage sur l’enjeu de préservation d’un tissu

d’entreprises suffisamment consolidé pour que les secteurs se maintiennent en capacité

d’investir et d’innover. La controverse se déplace pour eux sur le terrain de la formation

professionnelle des entrepreneurs et de l’accès au financement des TPE/PME pour leur

transformation numérique.

Pour d’autres, le fait d’installer des barrières importantes à l’entrée sur certains marchés par

des niveaux de qualifications et des réglementations trop rigides empêcherait justement les

opportunités d’évolution de l’entrepreneuriat profane et occasionnel, vers un statut d’autoentrepreneur,

ou une entreprise plus importante. De même, des seuils de volume d’activités

trop rigides pourraient mécaniquement contenir l’offre sous une forme fractionnée, et

favoriser une concurrence entre particuliers par des prix bas plutôt que par une

différenciation qualitative.

“Des opportunités professionnelles accrues pour chacun” vs. “l’avènement de

la course au moins-disant”. Si un nombre croissant de personnes prend l’habitude de

proposer ses prestations sur des plateformes pour composer une ou plusieurs sources de

revenus, peut-on imaginer que chacun puisse être son propre patron ?

84

Pour le chercheur américain Aryn Sundajaran, les pateformes numériques peuvent ainsi officier en

tant qu’école de l’entrepreneuriat en leur ouvrant des moyens de tester plus facilement l’activité

indépendante. Une étude du cabinet MBO Partners a pour sa part conduit une étude qui montrerait

que dans 82% des cas les particuliers prévoient de poursuivre leur activité sous la forme

entrepreneuriale

http://www.1776.vc/insights/charting-the-future-of-labor-in-the-on-demand-economy/

60

More magazines by this user
Similar magazines