LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

La défense de la déconnexion du revenu et de l’emploi réunit des personnes d’horizons très

divers, pour des objectifs très variés : comptent parmi ses promoteurs aussi bien des

néolibéraux, qui y voient un moyen de simplifier le marché du travail et de réduire le rôle de

l’Etat que des anticapitalistes d’inspiration marxiste, pour qui c’est au contraire une étape

supplémentaire dans la socialisation des revenus ; des keynésiens en quête d’un moyen de

soutenir la demande que des écologistes promouvant la sobriété volontaire. Ces différences

d’objectifs entraînent nécessairement des différences quant au dispositif du revenu de base

lui-même.

Revenu de base, revenu universel, salaire à vie ? !

Un grand nombre de termes différents sont utilisés : revenu de base, revenu inconditionnel,

revenu d’existence, allocation universelle, salaire à vie… A l’exception du salaire à vie, la

plupart de ces termes correspondent à la même chose, c’est-à-dire à un revenu distribué de

manière inconditionnelle à l’ensemble des citoyens. Les différences entre ces dispositifs

relèvent plutôt des finalités ou des montants envisagés, qui vont de l’équivalent du RSA

jusqu’à 750 ou 1000 euros par mois.

Le salaire à vie suit un principe semblable au revenu de base, c’est-à-dire l’individualisation

de la rémunération, mais son fonctionnement est très différent. Alors que le revenu de base

consiste à distribuer la même somme à chacun, de manière inconditionnelle, tout en laissant

persister le modèle économique de manière identique (même si le revenu de base peut être

accompagné d’autres mesures), le salaire à vie consiste au contraire à transformer l’intégralité

du modèle économique en socialisant l’ensemble des revenus : les cotisations sociales

seraient donc portées à 100 % du revenu. Ce revenu socialisé serait pour une partie distribué

sous forme de salaire à vie à chaque individu et pour une autre investi dans l’appareil

productif par des comités collectifs d’investissement.

Pourquoi défendre le revenu de base ?!

Les défenseurs du revenu de base poursuivent des objectifs différents : cela entraîne

nécessairement des dispositifs également différents, en termes de montants ou de mesures

associées. Des critiques diverses, ne provenant pas obligatoirement des mêmes personnes,

ont été formulées pour chaque objectif.

●! Éradiquer la très grande pauvreté et simplifier notre système de

protection sociale

L’objectif est de réduire la complexité du modèle socio-fiscal et de diminuer le

non-recours aux droits. !

○ ! Montant : le montant du revenu de base peut être fixé au niveau du RSA.

○ ! Critiques : cette refonte du modèle de protection sociale est très complexe à mettre

en œuvre. L’argument de la simplification peut donc être retourné contre le

processus lui-même.

●! Fluidifier le marché du travail et limiter les effets de seuil

Le revenu de base permettrait de mettre en place une personnalisation du revenu

: si demain chacun est auto-entrepreneur, multi-actif, indépendant, si à

l’alternance traditionnelle du chômage et du salariat se substitue un flux continu

d’activité, combinant des moments de suractivité avec des périodes de sous-

65

More magazines by this user
Similar magazines