LES NOUVELLES TRAJECTOIRES

ddjs82

23j7C1f

-! certaines modalités de temps partiel 118 .

Ces dispositifs sont pour la plupart financés. Pour faciliter leurs recours, et élargir leurs

bénéficiaires, certaines règles de financement et de mutualisation pourraient être revues,

ainsi que les critères d’attribution.

La participation à ce type de projets pourrait ainsi être reconnue comme des temps de

formation, et comptabilisée dans le futur compte personnel d’activité (ou via le compte

épargne temps), y compris pour les allocataires de l’assurance-chômage exerçant des

activités de ce type en parallèle de leur recherche d’emplois.

Par ailleurs, il existe de nombreuses activités qui sont créatrices de valeur sociale, sans pour

autant rentrer dans le champ économique, soit parce qu’elles ne sont pas solvables, soit parce

qu’elles n’ont pas vocation à y entrer (les motivations extra économiques de l’exercice de ces

activités pourraient disparaître si on les faisait entrer dans le champ économique). Ces

activités sont pourtant vectrices de sens :

-! pour l’individu : elles lui permettent de produire du savoir et du savoir-faire dans

un contexte où beaucoup de salariés ne s’épanouissent pas au travail ; de donner

du sens à sa vie ;

-! pour la société dans son ensemble : elles créent du lien social (ex : care, vie

dans les quartiers…), entretiennent une relation à la nature (ex : entretiens des

espace naturels, jardins partagés, recyclerie…), font vivre des médiations (ex :

activités associatives d’aide aux devoirs, de médiations numériques,

d’accompagnement de personnes isolées ou handicapées…).

Ces activités doivent être encouragées et reconnues, tout comme les personnes qui s’y

engagent. Développées à côté d’un travail rémunéré, elles peuvent le compléter en y

réinjectant du sens et alimenter une boucle vertueuse.

Indépendamment d’une réflexion sur un revenu universel, inconditionnel ou non 119 , le

Conseil estime essentiel que les pouvoirs publics s’emparent des sujets liés à la valorisation

d’activités qui se situent en dehors du cadre marchand ou monétarisé. Bénévolat, “travail”

sur ou pour les plateformes, contribution à un projet d’intérêt général (réparation d’une

route, mise à disposition gratuite d’espaces pour des conférences, ateliers, etc.), sont autant

d’activités qui construisent du collectif. Collectif de plus en plus nécessaire dans le contexte

actuel de transformation sociétale.

La loi de 2013 relative à l’économie sociale et solidaire a permis de mieux accompagner de

nombreuses organisations et individus, dont certains rentrent dans le champ du travail

118

En Suède, un dispositif de congé sabbatique avait été mis en place en 2005 : pendant un an, un

salarié peut cesser son activité d’employé pour se consacrer à d’autres projets qu’un emploi salarié

(voyage, formation, création d’entreprise) et être indemnisé par l’assurance chômage (environ 85%

des indemnisations). Pendant son congé, il est remplacé par une personne auparavant au chômage,

payée par l’entreprise. Voir : http://www.liberation.fr/futurs/2004/10/25/suede-un-congesabbatique-contre-le-chomage_497148

et

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/12/09/en-suede-un-systeme-d-aide-a-lareconversion-parmi-les-plus-genereux-du-monde_3527829_3234.html

119 Voir axe VI du rapport

97

More magazines by this user
Similar magazines