Shen Yun

epochtimesfr

LGE_Paris_369

Twitter,

l’inévitable déclin

P. 4 - RÉSEAUX SOCIAUX

12 - 25 AVRIL 2016 · ÉDITION FRANÇAISE N° 369 · WWW.EPOCHTIMES.FR

Panama Papers :

la France peut-elle

lutter contre les

paradis fiscaux ?

Les impressionnistes

en Normandie

P. 10 - ARTS & CULTURE

PIXABAY

Le Consortium International des

journalistes d’investigation publiait,

le dimanche 3 avril, les résultats

d’un an de recherche sur des documents

d’un cabinet panaméen d’avocats,

Mossack Fonseca, spécialisé

dans la création de sociétés offshore.

Les 11 millions de fichiers continuent

à révéler des noms de personnalités

impliquées dans le système monté au

sein de ce paradis fiscal.

P. 3 - FRANCE

DOMINIQUE FAGET/AFP/Getty Images

La colère, un

comportement

addictif et dangereux

P. 15 - SANTÉ & BIEN-ÊTRE

Les maisons japonaises

du XIX e siècle restaurées

P. 12 - ARCHITECTURE

La Saxe, fief de

l’industrie automobile

allemande

Shen Yun revient

du 15 au 17 avril

au Palais des Congrès.

Devenue l’une des plus

grandes références

de la scène mondiale,

la compagnie de danse

classique chinoise jouera

pour les yeux et le cœur

du public parisien. Faites

l’expérience du divin,

découvrez Shen Yun !

Shen Yun :

La culture traditionnelle de la Chine

racontée avec le coeur

P. 9 - ARTS & CULTURE

SHEN YUN PERFORMING ARTS

P. 13 - VOYAGE

CHINE

233 173 8888

citoyens ont quitté

le Parti communiste chinois

et ses organismes affiliés.

P. 6 - INTERNATIONAL

CONTACTEZ-NOUS

Courrier des lecteurs

courrierdeslecteurs@epochtimes.fr

Téléphone 06 24 30 66 55


2 |

12 - 25 AVRIL 2016

FRANCE

www.EpochTimes.fr

« La culture est la meilleure réponse à l’obscurantisme »

La culture et les arts émancipent

les esprits et sont

des moteurs économiques

pour le pays. La

politique culturelle française est le

fruit d’une longue histoire. Certains

la font commencer en 1959

à la création du ministère de la

Culture sous la direction d’André

Malraux. Sa mission était alors

de « rendre accessibles les œuvres

capitales de l’humanité au plus

grand nombre de Français et assurer

la plus vaste audience à notre

patrimoine culturel ». L’idée d’une

culture subventionnée par l’État

et accessible pour tous remonte

en réalité au Grand Siècle, lorsque

Louis XIV devenait le protecteur

des arts et des sciences et faisait

rayonner la culture et les arts

français à travers le monde. Qu’en

est-il aujourd’hui, quelle place

tient cette culture dans notre

société ?

La culture, poids lourd de l’économie

française

L’économie de la culture et de la

création a généré en 2013 plus de

83 milliards d’euros de revenus

et 1,3 million d’emplois, soit « le

double » de la production automobile

– souligne le deuxième

Panorama de l’économie de la

culture et de la création en France

réalisé par le cabinet EY et France

Créative et publié fin 2015.

La culture et la création sont

donc des forces économiques

essentielles pour le pays et se

déclinent en dix secteurs : les

arts visuels, la musique, le spectacle

vivant, le cinéma, la télévision,

la radio, le jeu vidéo, le livre,

Le plafond du salon d’Hercule au Château de Versailles.

la presse et la publicité et communication.

Ces secteurs ont enregistré

une croissance de +1,2% entre

2011 et 2013, « supérieure au reste

de l’économie française » (+0,9%

sur la même période).

Selon France Créative, la

culture et la création sont

doubles : « Si leur apport à l’économie

générale est indéniable,

elles sont également et surtout porteuses

de valeurs autres que purement

économiques : elles donnent

du goût, du sens et de la couleur à

la vie dans un monde atteint par la

morosité ». C’est ce que souligne

le Premier ministre Manuel Valls

en avant-propos : « La culture, la

création sont la richesse, le ciment

d’une société. Elles procurent des

émotions, rassemblent, éveillent les

consciences ».

« La culture est la meilleure

réponse à l’obscurantisme »

Interviewé par France24, lors du

Forum d’Avignon qui s’est tenu à

Bordeaux le 1 er avril, l’ancien Premier

ministre Alain Juppé, candidat

à la primaire à droite pour les

CC0 Public Domain

présidentielles de 2017, a déploré

l’essoufflement de la politique

culturelle en France. La culture

doit, selon lui, retrouver toute

sa priorité au sein de la politique

nationale car elle est la meilleure

réponse « à l’obscurantisme, au

fanatisme et au terrorisme ».

Pour rendre cela possible, le

maire de Bordeaux propose un

« plan décennal » pour la culture

autour du patrimoine, de l’éducation

et de la création artistique.

Sur ce point, la loi Aillagon votée

en 2003 avait donné un coup de

« La culture,

la création sont

la richesse,

le ciment

d’une société. »

– Manuel Valls

pouce au mécénat culturel des

entreprises, en accordant des

avantages fiscaux aux investisseurs.

L’ancien Premier ministre préconise

un acte II pour aller plus

loin dans les participations privées

au développement culturel.

Selon lui, une entreprise n’est pas

uniquement un lieu de réalisation

de profits, elle a également « intérêt

à s’investir dans la culture,

parce que c’est une façon de fédérer

ses salariés, de leur donner envie

de partager un projet collectif et de

donner du sens ».

Pour combattre l’obscurantisme,

l’« État stratège » propose

donc plus d’accessibilité à la

culture et plus de liberté de créer,

les deux soutenus par des investissements

privés favorisés par une

fiscalité plus clémente. Le retour

d’un « soft power » à la française ?

Laurent Gey

La mixité sociale, nouvelle donne des politiques du logement ?

90% des ménages

sont éligibles

au prêt à taux

zéro sur tout le

territoire national.

Le gouvernement réaffirme sa

politique du logement

En visite sur un chantier de logements

sociaux, le président de la

République a annoncé la mise

« à disposition dans le prochain

mois » du fonds national d’aide

à la pierre (Fnap), récemment

créé pour mutualiser les moyens

financiers des bailleurs sociaux

et pour lequel « l’État a dégagé

250 millions d’euros ». L’enveloppe

d’1,5 milliard promise

pour la construction et la rénovation

des logements sociaux

sera aussi disponible pour les

organismes HLM « dans les prochaines

semaines ».

Parallèlement à ces mesures

plus spécifiques au logement

social, François Hollande a aussi

rappelé que depuis le 1 er janvier

2016, « 90% des ménages sont éligibles

au prêt à taux zéro » (PTZ)

et ceci, « sur tout le territoire

national ». Cet assouplissement

des critères aurait déjà permis la

signature de 19 000 PTZ pour un

objectif de 120 000 PTZ distribués

sur toute l’année.

Quelques jours avant la présentation

prochaine en Conseil des

ministres du projet de loi « Égalité

et citoyenneté » dont l’objectif

est d’en finir avec « la logique

de ségrégation », ces déclarations

tenues dans le département francilien

le plus défavorisé, semblent

prendre une tout autre ampleur.

En effet, selon La Gazette des

Communes, ce projet d’une quarantaine

de mesures fait la part

belle au logement social, plaçant

la mixité sociale au cœur du

débat. Pour cela, le gouvernement

projette de renforcer l’application

de la loi SRU, qui exige un quota

de 25% de logements sociaux

dans les villes des grandes zones

urbaines de plus de 3 500 habitants.

Les communes récalcitrantes

verront donc l’amende,

déjà majorée depuis 2013, encore

augmenter.

Autre mesure, qui s’établira à

l’échelle de l’immeuble même :

la possibilité pour les HLM de

moduler les loyers au sein d’un

même immeuble en fonction des

revenus du foyer afin de favoriser

la cohabitation de familles aux

revenus très différents.

En Île-de-France, la Région réoriente

Ces mesures gouvernementales

arrivent au moment où le

Conseil Régional d’Île-de-France

vient de voter son nouveau budget

vendredi dernier. Toujours

dans l’optique d’une plus grande

mixité sociale, la nouvelle majorité

régionale présidée par Valérie

Pécresse a ainsi présenté

les mesures de son « dispositif

anti-ghettos ».

Il a notamment été décidé de

cesser le financement de logements

« très sociaux » (PLAI,

prêt locatif aidé d’intégration)

dans les communes disposant

déjà de 30% de logement social.

La mesure concerne précisément

le financement des logements

PLAI, ces logements « très

sociaux » destinés aux revenus les

plus modestes. Parallèlement, il

a été voté la reprise du financement

des logements sociaux PLS

(prêt locatif social), dits intermédiaires

et à destination des classes

moyennes, à hauteur de 10 millions

d’euros.

Sarita Modmesaïb

MATTHIEU ALEXANDRE/AFP/Getty Images

Immeuble HLM à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

En bref

La facture

téléphonique

moyenne

en baisse

Selon les chiffres de l’Autorité

de régulation des télécoms

(Arcep) publiés la semaine

dernière, en 2015 la facture

téléphonique moyenne

mensuelle est en baisse en

France. Le montant de la facture

moyenne est passé de

32,50 à 31,80 euros pour la

téléphonie fixe et de 16,70 à

16,30 euros pour la téléphonie

mobile. L’Arcep a rappelé que

cette tendance à la baisse se

confirme depuis 2010, grâce à

l’un des secteurs les plus compétitifs

au monde avec la présence

de quatre grands opérateurs

sur le territoire.

L’État veut

privatiser

les radars

embarqués

Pour intensifier la prévention

des accidents de la route, qui

ont augmenté de 2,4 % en 2014,

le gouvernement envisage de

déléguer à des sociétés privées

l’usage des radars embarqués

dans des véhicules banalisés.

Ce qui permettra au passage

de rentabiliser le parc de voitures

équipées, dont l’achat et

l’entretien sont onéreux et de

redéployer les gendarmes sur

d’autres missions prioritaires.

La mesure sera effective dès

janvier 2017.

Hausse

du nombre de

touristes en 2015

Malgré les attentats, la fréquentation

des touristes étrangers en

France a augmenté de 0,9% en

2015 pour atteindre 84,5 millions

de visiteurs. Les attentats de

novembre ont cependant « limité

cette progression, en particulier

dans la capitale » selon le ministère

des Affaires étrangères. Les

touristes asiatiques sont toujours

les plus dynamiques avec une

hausse spectaculaire de 22,7%.

Des publicités

commerciales

à Radio France

Suite au décret autorisant la

publicité commerciale sur les

antennes de Radio France,

France Inter, France Info et

France Bleu pourront désormais

diffuser des publicités commerciales.

Seuls les spots pour la

grande distribution et ses promotions,

ainsi que les publicités

pour les alcools demeureront

interdits. Le volume global des

publicités diffusées se verra aussi

réduit, passant à 17 minutes par

jour.


FRANCE

www.EpochTimes.fr

12 - 25 AVRIL 2016 | 3

Panama Papers : la France peut-elle lutter contre

les paradis fiscaux ?

Dimanche 3 avril, le

Consortium International

des journalistes

d’investigation

publiait les résultats d’un an de

recherche sur des documents

d’un cabinet panaméen d’avocats,

Mossack Fonseca, spécialisé dans

la création de sociétés offshore.

Les 11 millions de fichiers continuent

encore à révéler des noms

de personnalités impliquées dans

le système monté au sein de ce

paradis fiscal.

Partout dans le monde, les premières

réactions ont été immédiates.

En Islande, le Premier

ministre Sigurdur Ingi Johannsson

a dû démissionner face à la vindicte

populaire. Le 6 avril, le siège

de l’UEFA était perquisitionné par

la police suisse. Ces deux évènements,

liés au dossier, ne sont que

le début. Alors que de nouvelles

révélations sont à attendre, le gouvernement

français a déjà annoncé

sa volonté de poursuivre les fraudeurs.

Le fichier implique d’ores et déjà

1 500 personnalités françaises. Les

réactions du milieu politique ont

été vives. Michel Sapin a remercié

« la presse et les lanceurs d’alertes ».

« Si je peux dire, c’est une bonne

nouvelle que nous ayons connaissance

de ces révélations parce que

ça va nous faire encore des rentrées

fiscales de la part de ceux

DOMINIQUE FAGET/AFP/Getty Images

La Société Générale fait partie des cinq banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l’intermédiaire du cabinet

d’avocats panaméen Mossack Fonseca.

qui ont fraudé », a affirmé pour

sa part François Hollande. Mais

au-delà des bonnes intentions,

une question se pose désormais :

Le Panama et la France, entre menaces et légion d’honneur

Les relations diplomatiques

entre la France et le Panama

mettent en lumière une politique

de « laisser faire » en matière de

justice fiscale.

En 2011, le président Nicolas

Sarkozy décide de sortir le

Panama de sa liste noire des

paradis fiscaux. Une mesure

qui met fin à l’embargo financier

de l’OCDE sur ce pays, qui

durait depuis plus de deux ans.

Le Panama, pour être définitivement

rayé de la liste des « paradis

fiscaux non-coopératifs », devait

réunir au moins 12 signatures de

pays membres de l’institution. Le

geste de Nicolas Sarkozy a donc

beaucoup compté.

En visite à Paris à l’automne

2011, Ricardo Martinelli, alors

président, n’a pas hésité à menacer

le chef de l’État, faisant savoir

qu’il écarterait les entreprises

françaises de contrats, tels que

l’élargissement du Canal confié

à la Compagnie du Rhône, ou

encore le métro panaméen (déjà

signé) par Alstom. Dès le lendemain,

l’Assemblée nationale

adoptait un texte de ratification.

Cela, bien qu’en septembre

2010, Nicole Bricq, rapporteur

générale socialiste du Budget au

Sénat, stipulait que le « Forum

mondial ne mettait que 3 critères

sur 10 ».

Depuis, il n’y avait plus eu un

murmure sur le paradis fiscal

panaméen, si ce n’est la remise

de la légion d’honneur à Ricardo

Martinelli par François Hollande,

en 2013. Aujourd’hui,

l’ancien président est en cavale :

en plus d’avoir surveillé illégalement

plus de 150 personnes,

on lui reproche d’avoir mis sur

pied une vaste organisation de

détournements de fonds publics.

Ça ne s’invente pas.

« Cela prouve clairement le

non-sens des critères retenus par

les auteurs de ces listes », évoque

Manon Aubry. Depuis la révélation

du Panama Papers, Bercy

assure vouloir réinscrire le pays

dans sa liste noire.

les révélations du Leak de Panama

auront-elle un effet au-delà des

annonces ?

L’État français veut enquêter

En substance, le dossier n’apprend

rien de ce qui était déjà connu et

révélé dans de précédentes affaires

comme les Swiss Leaks en octobre

dernier ou les Offshores Leaks en

2013. « Les scandales d’ampleur

s’enchaînent, mais les mesures

concrètes se font rares », regrette

Manon Aubry, responsable plaidoyer

justice fiscale à Oxfam, une

association de lutte contre les inégalités.

François Hollande a assuré que

les renseignements du document

publié par Le Monde « donneraient

lieu à des enquêtes des services

fiscaux et à des procédures

judiciaires ». L’administration a dit

vouloir récupérer les 1 500 noms

des Français figurant dans les

« En marche ! », jusqu’où peut aller Macron ?

Panama Papers. Mais pour y arriver,

les autorités devront piocher

dans des listes autres que celle du

consortium, étant donné que les

journalistes ont refusé de communiquer

les noms.

« L’État a trois moyens pour

récupérer les informations. D’une

part demander aux banques,

d’autre part demander à d’autres

administrations fiscales – on

sait que le Royaume-Uni, que le

Canada, que l’Allemagne dispose

d’informations – enfin, utiliser

ses propres fichiers », explique

Christian Chavagneux, éditorialiste

à Alternatives Économiques.

Quand bien même ces 1 500 noms

seraient portés à la connaissance

de Bercy, reste encore la question

de savoir comment enquêter. Seul

un dossier sur seize investis par le

fisc aboutit à une condamnation

pénale et les effectifs ne sont pas

toujours présents.

Les scandales

d’ampleur

s’enchaînent,

mais les mesures

concrètes se font

rares.

– Manon Aubry,

Oxfam

Des mesures inefficaces ?

De nombreuses institutions et

acteurs internationaux sont amenés

à intervenir dans l’application

de la justice fiscale : le FMI,

la Banque Centrale Européenne,

la Banque Mondiale, les Nations

Unies, les gouvernements euxmêmes.

Cependant, d’après la Tax

Justice Network, une ONG luttant

contre les paradis fiscaux et pour la

justice fiscale, chacune de ces institutions

le fait « sous un angle différent

(stabilité financière, évasion

fiscale, blanchiment, lutte contre

la corruption, etc.), et de façon très

dispersée ».

L’ONG note également que le

G8 initie les mesures concernant

la lutte contre les paradis fiscaux,

mais que la protection des intérêts

des pays limite fortement ces

impulsions. « Hormis quelques

progrès limités dans l’échange

d’information entre administrations

fiscales et judiciaires des

pays riches, les principaux centres

offshore n’ont eu qu’à se mettre en

conformité avec un ensemble de

normes pour s’acheter une respectabilité

; personne ou presque n’est

là pour en vérifier ni en sanctionner

l’application effective », résume

l’ONG.

David Vives

Mercredi dernier, lors

de son déplacement à

Amiens, le ministre de

l’Économie Emmanuel Macron a

annoncé la création de son nouveau

parti politique « En Marche ! ».

C’est lors de la cinquième rencontre

citoyenne dans sa ville natale, que le

ministre a dévoilé devant 350 personnes

sa vision de la France et le

nouveau visage de la politique qu’il

entend incarner. « Ce mouvement

politique, c’est une dynamique face

au blocage de la société, c’est essayer

d’avancer. »

L’accueil du nouveau parti qui ne

se veut « ni de droite, ni de gauche »

a été mitigé. Même si les journalistes

n’étaient pas conviés à la

conférence qui était transmise uniquement

sur internet, la phrase lancée

vers la fin de son discours : « J’ai

décidé qu’on allait créer un mouvement

politique » n’a pas manqué de

remuer le paysage politique. Pour

couper court aux spéculations, le

ministre a pris les devants en expliquant

que ce n’était pas « un mouvement

pour avoir une énième

candidature à la présidentielle », en

affirmant avoir d’autres priorités.

Des idées réchauffées ?

Jugé « rafraîchissant » par Pierre

Ce mouvement

politique, c’est une

dynamique face

au blocage de la

société, c’est essayer

d’avancer.

– Emmanuel Macron

Gattaz du MEDEF, allant dans

la « bonne direction » selon Jean-

Pierre Raffarin, sénateur Les Républicains

ou « utile et vertueux »

pour Najat Vallaud-Belkacem,

ministre de l’Éducation nationale,

la démarche d’Emmanuel Macron

a aussi suscité des avis négatifs. Florian

Philippot, vice-président du

Front National, a qualifié le nouveau

parti de « premier parti au

label certifié UMPS », désignant

le bloc formé par les deux partis

majeurs de la scène politique française.

Le député Les Républicains Bernard

Accoyer a également souligné

qu’en politique « il y a toujours

un moment où il faut choisir » entre

la gauche et la droite. Dany Lang,

professeur à l’université Paris XIII

et membre de l’association des

Économistes atterrés, pense que la

ligne directrice du nouveau parti

ressemble à « des vieilles idées libérales

» qui ne sont pas à la hauteur

« des enjeux d’aujourd’hui ».

Vers une convergence des idées

politiques

Emmanuel Macron semble émerger

de la politique du gouvernement

actuel, qui a subi le désaveu

de ses sympathisants à cause des

réformes jugées trop « de droite ».

Le sondage Odoxa montre que le

ministre de l’Économie est plus

populaire chez les électeurs de

droite, que de gauche. Le politologue

Philippe Braud affirme que

« depuis toujours, une majorité de

Français souhaite qu’on dépasse le

clivage droite-gauche » en rappelant

que les tentatives du passé, ne pouvant

transgresser le fossé des partis

politiques, ont été voués à l’échec.

Restera peut-être l’énergie d’un

Emmanuel Macron pour faire bouger

les lignes et peser de son poids

sur le jeu politique de 2017.

Ivo Paulovic


4 |

12 - 25 AVRIL 2016

RÉSEAUX SOCIAUX

www.EpochTimes.fr

Twitter, l’inévitable déclin ?

Dix ans après sa création, malgré sa popularité, les résultats du réseau social inquiètent ses investisseurs.

Le 21 mars dernier, Twitter

soufflait ses dix bougies.

Le réseau social,

qui compte aujourd’hui

320 millions d’utilisateurs actifs

dans le monde, a réussi à s’imposer

en tant que portail et à amener

sa griffe dans la façon même

dont les internautes consomment

et communiquent l’information.

Et pourtant, du point de vue

des actionnaires, Twitter est un

échec. Le chiffre d’affaires annuel,

basé sur la publicité, est passé de

1,4 milliard en 2014 à 2,2 milliards

de dollars en 2015. Pourtant, l’entreprise

n’a engendré aucun bénéfice

: les pertes de 2015 se sont

élevées à 521 millions de dollars.

Le nombre d’actifs sur le

réseau a baissé de 307 à 305 millions

sur le dernier trimestre 2015

(en ajoutant les internautes utilisant

le service de SMS rapide,

on atteint les 320 millions). Le

processus de simplification du

réseau a été lancé en début d’année,

alors même que l’entreprise

a dû se séparer de quatre de ses

vice-présidents. De plus, de nombreux

spécialistes s’inquiètent de

la capacité du réseau social à capter

davantage d’internautes et à

occuper un espace plus grand.

Une limite atteinte ?

La visibilité de Twitter n’est pas

en manque : d’après Jack Dorsey,

son patron et créateur, 500 millions

d’internautes se connectent

chaque mois au réseau sans posséder

eux-mêmes de compte, et les

tweets incrustés dans des pages ou

articles sur le web seraient vus par

près d’un milliard d’internautes.

Pourtant, Twitter peine à retenir

ou à attirer ces internautes,

et donc à en tirer des bénéfices.

« Le réseau a une vie au-delà de

sa propre plateforme, mais le problème

c’est qu’il ne sait pas comment

monétiser cette partie »,

assure Omar Akhtar, analyste

pour la firme Altimeter.

Pour développer leur activité,

les grosses entreprises du digital

n’ont cessé de s’agrandir. Facebook

récupère toujours plus de

données sur ses utilisateurs pour

mieux les revendre aux annonceurs,

Snapchat et Youtube

tentent leur chance en tant que

médias, Instagram devient le terrain

de jeu des grandes marques…

Mais Twitter, de son côté, ne saurait

proposer plus que ce qu’il

ne fait déjà. Pourtant, le PDG de

Twitter se veut confiant : « Nous

nous concentrons sur ce que Twitter

fait de mieux, le live. Twitter,

c’est le live, […] Il a toujours été

considéré comme le "deuxième

écran" sur tout ce qui se passe dans

le monde ».

Deuxième écran

Au-delà du cercle de ses fidèles du

premier rang, parmi lesquels on

compte journalistes, célébrités,

militants et parfois politiques, le

réseau social peine à étendre son

influence. À croire qu’il est plus

amusant de raconter sa journée

en photos sur Instagram que de

poster 140 caractères sur le buzz

du jour. La recherche de l’expérience

de l’utilisateur est au cœur

des métiers digitaux : améliorer

le plaisir, le confort et l’accessibilité

d’un outil garanti son utilisation.

C’est le premier point parfois

reproché au réseau : son austérité.

Vient ensuite la rentabilité. La

monétisation d’un réseau social

est fortement liée avec l’engagement

des internautes ; par

exemple, plus un contenu est partagé,

plus les internautes iront visiter

le site publiant le contenu, ou

plus ils seront tentés de consommer

un certain produit.

Or, les entreprises et médias le

savent : pour avoir du trafic sur

sa page (et donc attirer annonceurs

et consommateurs), mieux

vaut Facebook que Twitter. Derek

Thompson, éditorialiste à The

Atlantic, décrit une de ses récentes

observations. Un de ses articles a

été vu 155 260 fois sur Twitter,

mais parmi cette audience, seulement

1% a daigné lire son article

sur le site. Le journaliste a constaté

que ses tweets les plus partagés

ne rapportaient que peu de clics

vers le site. « Les internautes n’ont

remarqué l’url que comme une

signature, sans y porter attention.

Et certains tweets sont "trop bons" :

« Twitter crée des rois » : l’exemple Trump

Donald Trump est un

exemple de sucess story

à la mode Twitter.

D’après le site web d’information

américain Business Insider,

le candidat républicain aura

été la personne dont on a le plus

parlé sur le réseau en janvier,

parmi d’autres personnalités

telles que Kanye West ou David

Bowie. Le succès du milliardaire

amène à s’interroger sur la capacité

du réseau social à mettre des

personnalités sur un piédestal.

« Il y a huit semaines, j’aurais dit

que les jours de Twitter étaient

comptés, mais aujourd’hui je ne

dirais plus cela, […] Twitter crée

des rois », soutient Trip Chowdhry,

analyste chez Global Equities

Research.

Le candidat à la présidentielle

américaine a peu dépensé

en frais de campagne, en comparaison

avec ses concurrents ;

mais a investi gros sur sa stratégie

de communication. Résultat,

il compte aujourd’hui plus de

followers que ses rivaux : presque

7 millions de personnes suivent

KENA BETANCUR/AFP/Getty Images

Donald Trump dans un meeting donné à Bethpage, dans le Long Island, le 6 avril 2016.

ses déclarations sur Twitter. Les

140 caractères de Twitter sont

savamment utilisés par le milliardaire

– qui dicte ses formules

à ses assistants.

Un exemple permet de s’en

PIXABAY

en faisant un très bon résumé sur

un sujet, ils ne donnent pas envie

d’en savoir plus ».

Un avis que partage Tony

Haile, PDG de Chartbeat ; d’après

lui, « aucune corrélation ne peut

être établie entre les partages sur

le réseau et les gens qui prennent

le temps de lire les contenus ». En

résumé, l’expérience s’avère bien

différente d’un Facebook ou Instagram.

Plutôt que d’être un portail

ouvrant sur les milliards de

pages que contient le web, Twitter

est un portail… pour lui-même.

« Twitter, c’est comme la télévision.

On regarde, mais on ne clique

pas », résume Derek Thompson.

La comparaison du « deuxième

écran » de Jack Dorsey est peutêtre

plus pertinente que ce dernier

ne l’aurait voulu.

David Vives

rendre compte. Quand Hillary

Clinton dit, dans une relative

simplicité : « Nous devons permettre

aux parents d’équilibrer

plus facilement leur vie de famille

et leur vie professionnelle », elle

est retweetée près de 500 fois.

Quand Donald Trump dit :

« Un kamikaze a tué des militaires

américains en Afghanistan.

Quand est-ce que nos leaders

vont devenir durs et intelligents.

On nous mène à l’abattoir ! », il

est retweeté près de 9 500 fois.

D’après les analyses sémantiques

des discours de campagne

du candidat républicain,

il apparaît que la maîtrise du

réseau social repose sur une

logique… aristotélicienne. Un

article du magazine en ligne

Slate démontre que tout les

tweets « Trump » répondent

à un énoncé divisé en trois

séquences : logos (appel à la

logique), ethos (à la crédibilité)

et pathos (à l’émotion). Avec, au

centre, une stratégie de l’outrage

constant et répété, voire de l’insulte,

qui l’amène à être au centre

des attentions – et ce, on l’aura

compris, quelque soit la teneur

du débat.

Twitter,

c’est comme

la télévision.

On regarde, mais

on ne clique pas.

– Derek Thompson,

éditorialiste

The Atlantic

Les chiffres

500

millions

de messages sont

échangés chaque

jour sur Twitter,

soit environ

200 milliards

par an.

Entre 14 et

17 dollars

c’est le montant de

l’action de Twitter.

En 2013, ce chiffre

était allé jusqu’à

69 dollars.

84 476 488

C’est le nombre

de followers de

Katy Perry, le

compte Twitter le

plus populaire du

réseau.

130 000

publicitaires

sont attirés chaque

année par le réseau

social. C’est moins

que Facebook

(2,5 millions)

ou Instagram

(200 000).


Achetez votre appartement dans le neuf

et emménagez rapidement

COGEDIM

VOUS OFFRE (1)

VOTRE

DÉMÉNAGEMENT

Des résidences proches de tout, proches de vous

Dernières opportunités : ne passez pas à côté de votre nouvelle vie !

Aubervilliers (93) - Le Temps Libre : Votre appartement avec terrasse, un espace à vivre en plus,

Vitry-sur-Seine (94) - Le Temps des Lilas : Une résidence entourée de verdure, de belles ballades en perspective

0 811 330 330

cogedim.com

- COGEDIM SAS - SIRET N°054 500 814 000 55 - Crédits photos : Getty Images. (1) Offre de remboursement du déménagement, subordonnée à la réservation d’un appartement dans l’un des programmes suivants : Le Temps Libre à

Aubervilliers et Le Temps des Lilas à Vitry-sur-Seine. Valable du 1er avril au 30 juin 2016, sous réserve de la signature de l’ acte dans les 45 jours suivants la notification notaire et dans la limite des plafonds suivants : Cogedim vous offre le déménagement à hauteur

maximum de 1000€ pour les studios, 1500€ pour les 2 pièces, 2000€ pour les 3 pièces, 2500€ pour les 4 pièces et 3000€ pour les 5 pièces. Si vous ne souhaitez pas bénéficier de cette offre, le montant correspondant à la valeur du déménagement de votre ancien

logement sera déduit du prix de votre logement lors de la signature du contrat de réservation. Selon stocks disponibles. Illustration non contractuelle destinée à exprimer une intention architecturale d’ensemble et susceptible d’adaptations : D. Barçon - Les illustrations

présentées sont une libre interprétation des projets élaborés par les artistes, en conséquence, les caractéristiques présentées dans ce document ne sont pas définitives et sont susceptibles d’être modifiées en fonction des contraintes techniques, financières, administratives

ou réglementaires imposées à Cogedim, notamment lors de l’instruction des autorisations à construire. Ces caractéristiques n’entrent donc pas dans le champ contractuel. Les appartements sont vendus et livrés non aménagés et non meublés - 03/2016


6 | 12 - 25 AVRIL 2016

INTERNATIONAL

www.EpochTimes.fr

Chine : pourquoi tant d’enfants disparaissent-ils ?

Un internaute chinois

connu pour ces vidéos

insolites a récemment

décidé d’attirer l’attention

sur un problème social grave :

l’enlèvement de centaines de milliers

d’enfants chaque année.

Dapengprank, un Chinois de

20 ans avec plus de 5 000 internautes

sur Youku, l’équivalent

chinois de Youtube, a fait équipe

avec un jeune garçon pour voir

comment les gens dans des lieux

publics réagissent à l’enlèvement

d’un enfant. Une vidéo de trois

minutes et demie avec sous-titres

en chinois et en anglais a été postée

le 27 mars.

« Environ 200 000 enfants disparaissent

chaque année en Chine

et seulement 1% d’entre eux sont

retrouvés », annonce le message

d’ouverture de la vidéo – l’information

qui semble être tirée de

l’émission d’actualités du soir du

radiodiffuseur officiel China National

Radio.

Vêtu d’un pull à capuche et d’un

jean, Dapengprank attrape son

jeune ami alors que ce dernier se

promène devant des passants. Il lui

pose un chiffon blanc sur le visage

pour simuler l’utilisation de chloroforme

et s’enfuit en tenant dans ses

bras le garçon qui émet des gémissements

étouffés. Cette expérience

a été répétée dans des rues animées,

des parcs publics et dans des centres

commerciaux.

La réaction des passants à « l’enlèvement

» était variable. Trois

femmes sur le trottoir étaient visiblement

en état de choc alors

qu’une dame assise sur un banc

dans un parc est restée complètement

stoïque. Cependant personne

n’a levé le petit doigt pour arrêter

ou même poursuivre le ravisseur

de l’enfant.

« Pourquoi tu regardes ? », a murmuré

un homme à sa compagne

après avoir vu que Dapengprank

poursuivait son jeune complice

devant un centre commercial avant

de le saisir juste en face d’eux. Toutefois,

la femme continuait à tourner

la tête pour voir la scène du

« crime » en ayant l’air d’être perturbée.

L’homme a continué de

mâcher ses boulettes de poisson en

murmurant : « Ne regarde pas ».

Pour la dernière mise en scène

de l’enlèvement, Dapengprank a

enlevé sa capuche et a mis un bandana

pour couvrir la moitié inférieure

de son visage et avoir l’air

plus « criminel ». Deux femmes et

un jeune garçon qui l’ont vu commettre

ce « crime » lui ont jeté

quelques regards curieux avant de

partir rapidement.

« Lors de ces expériences, les gens

me regardaient mais personne n’a

essayé de m’arrêter. Quelle que soit

(Capture d'écran YouTube)

la raison qui rend les Chinois aussi

indifférents, nous devons y réfléchir

sérieusement. », peut-on lire à la fin

de la vidéo. Les utilisateurs du très

populaire réseau de micro-blogging

chinois Sina Weibo étaient indignés

par la réaction des passants

dans la vidéo. « Comment qualifier

ce manque de réaction ? », a écrit un

internaute de la province d’Anhui.

« Sont-ils des zombies ? Comment

peuvent-ils être tellement sans cœur

et indifférents ? Ils n’avaient qu’à

courir et demander ce qui se passe.

Je suis furieux. »

L’internaute « Black White

Elder » de la province du Zhejiang

a écrit : « Il est bien connu que les

gens en Chine n’ont plus de moralité.

Il faut arrêter ce genre d’expériences

autodestructrices… Ceci est

sûrement le résultat d’une société

sans état de droit et les gens ont des

valeurs déformées parce qu’ils n’ont

pas de foi spirituelle. »

L’enlèvement et le trafic d’enfants

représente en Chine un

problème grave qui n’est pas correctement

documenté par le

régime communiste chinois. À part

une émission de 2013 de la China

National Radio, on ne trouve pas de

chiffres officiels sur le nombre d’enfants

disparus en Chine. Le Département

d’État américain estime

qu’il y a environ 20 000 enfants

enlevés en Chine chaque année,

mais le nombre réel est certainement

beaucoup plus élevé.

Selon People’s Net, la version

en ligne du journal officiel

Le Quotidien du peuple, dans

un cas rapporté en juin 2012, un

gang de 36 personnes avait enlevé

223 enfants dans la province méridionale

du Yunnan et les avait

vendu dans la province du Henan

dans la Chine centrale entre fin

2009 et août 2010. Jiang Kaizhi, chef

de gang, avait été reconnu coupable

et condamné à mort.

L’enlèvement d’enfants est l’un

des héritages les plus macabres de

la politique de l’enfant unique du

régime chinois qui a été récemment

abandonnée. Charles Custer, éditeur

chez Tech in Asia a publié un

Le prix sur

le marché noir

est de 8 000 euros

pour une fille

et de 11 000 euros

pour un garçon.

documentaire sur les enfants enlevés

en Chine qui sont à la recherche

de leurs vrais parents. Il a écrit dans

un article publié dans Foreign Policy

que « la plupart des enlèvements est

perpétrée par des gangs très bien

organisés dans des réseaux nationaux

». Certains des enfants enlevés

sont « vendus pour travailler comme

des esclaves, pour être prostitués ou

pour mendier dans la rue ».

Les gangs de trafic d’enfants

cherchent à satisfaire la demande :

en Chine il y a des couples mariés

qui ne peuvent pas avoir d’enfant,

ceux qui veulent un enfant de sexe

masculin ou ceux qui veulent s’assurer

que leur fils aura une épouse

dans l’avenir ; des couples étrangers

cherchent aussi à adopter des bébés

chinois.

Selon un reportage publié en

janvier 2015 sur Tencent, un portail

d’informations chinois populaire,

le prix sur le marché noir est

d’environ 60 000 yuans (environ

8 000 euros) pour une fille et 80 000

yuans (environ 11 000 euros) pour

un garçon. Les parents étrangers

qui cherchent à adopter des bébés

chinois par des moyens légitimes

doivent payer 4 800 euros de « frais

d’orphelinat » aux agences d’adoption

chinoises, qui, dans plusieurs

cas, ont été accusées d’avoir acheté

les enfants à des trafiquants.

Frank Fang

Neuf commentaires sur le Parti communiste

OPINION

Le livre qui change la Chine. Cet éditorial primé d’Epoch Times révèle l’histoire et la nature du Parti communiste chinois (PCC). À chaque édition, nous publions un extrait

de cet ouvrage ayant déjà une portée historique.

9 e COMMENTAIRE

La nature sans scrupule du Parti

communiste chinois

Préambule

Pendant plus d’un siècle, le

bruyant mouvement communiste

n’a apporté à l’humanité

que guerres, pauvreté, brutalité

et dictature. À la fin du siècle

dernier, avec l’effondrement de

l’Union soviétique et des partis

communistes de l’Est, ce mélodrame

désastreux et absurde

est finalement entré dans sa

dernière phase. Plus un seul

citoyen, de l’homme ordinaire

au Secrétaire général du Parti

communiste, ne croit désormais

au mythe du communisme. Le

régime communiste n’est pas

né d’un « mandat céleste » ni

d’une élection démocratique.

Aujourd’hui, son idéologie détruite,

la légitimité de son règne

est face à un défi sans précédent.

Le Parti communiste chinois

(PCC) est réticent à quitter le

devant de la scène et à suivre le

cours de l’histoire. Au contraire

il recourt aux méthodes violentes

qu’il a mises en place

pendant des décennies de campagnes

politiques pour relancer

sa lutte furieuse, chercher une

légitimité et ranimer son mandat

moribond.

Les politiques de réformes

et d’ouverture du PCC cachent

son intention désespérée de

conserver son intérêt collectif

et son pouvoir totalitaire. Malgré

des restrictions serrées, les

réussites économiques, fruit du

dur labeur du peuple chinois

de ces vingt dernières années,

n’ont pas convaincu le PCC de

poser son couteau de boucher.

Au lieu de cela, il s’approprie

ces réussites pour valider son

règne, son comportement toujours

aussi dénué de principes

est de plus en plus trompeur et

fallacieux. Le plus terrifiant c’est

qu’il fait tout pour détruire les

fondations morales de la nation,

tentant de transformer tout

Chinois en un manipulateur potentiel

pour se créer un environnement

favorable et « avancer

contre le temps ».

En ce moment historique, il

est très important pour nous de

comprendre clairement pourquoi

le PCC agit telle une bande

de crapules et de dénoncer sa

nature malfaisante afin que la

nation chinoise puisse parvenir

à la paix et à une stabilité durable,

entrer le plus vite possible

dans une ère sans PCC et rebâtir

la splendeur nationale.

I. La nature sans scrupule du

PCC n’a jamais changé

Pour qui la réforme du PCC estelle

faite ?

Au cours de l’histoire, à chaque

fois que le PCC a fait face à des

crises, il a montré quelque intention

de s’améliorer, entraînant

ainsi les gens à se créer

des illusions à propos du PCC.

Sans exception, ces illusions se

sont évanouies les unes après

les autres. Aujourd’hui le PCC

cherche des profits à court

terme, et en agissant ainsi, il

donne une impression de prospérité

économique qui a une

fois de plus persuadé les gens

à croire aux illusions du PCC.

Toutefois, les conflits d’intérêts

fondamentaux entre le PCC et

ceux de la nation et du peuple

font que cette fausse prospérité

ne durera pas. La « réforme »

promise par le PCC a un but :

prolonger son règne. C’est une

233 173 888 démissions

au 10 avril 2016

réforme boiteuse, un changement

d’apparence mais sans

substance.

Depuis la publication des Neuf Commentaires sur le Parti communiste

en novembre 2004 par Epoch Times, chaque jour des milliers de

Chinois quittent le Parti communiste et ses organisations affiliées, via

le site web www.ninecommentaries.com, ou par téléphone grâce à un

centre d’assistance internationale. D’autres affichent des déclarations

sur des murs et des poteaux sur la voie publique ou écrivent encore

sur des billets de banque. Lisez la version intégrale des Neuf Commentaires

sur www. epochtimes.fr


INTERNATIONAL

www.EpochTimes.fr

12 - 25 AVRIL 2016

| 7

Le président vénézuélien décrète des week-ends de

trois jours pour économiser l’électricité

Le 6 avril dernier, le président vénézuélien Nicolas Maduro a décrété que les fonctionnaires du pays pourront bénéficier de week-ends plus longs. En

raison de la crise énergétique que traverse le pays, cette mesure pourrait, d’après les calculs de son administration, diminuer de 20% la consommation

d’électricité.

Sur ordre présidentiel, les travailleurs

de l’État devront

prendre tous leurs vendredis

pendant deux mois. On

ignore pour le moment l’impact

qu’aura cette mesure sur les systèmes

comme les écoles et les hôpitaux.

Nicolas Maduro a précisé que

le décret s’applique à tous les travailleurs

du secteur public, dans

la mesure où cela n’impacte pas la

production.

Dans un tweet, Luis Motta

Domínguez, ministre de l’Énergie

électrique, a publié une photo

d’avant et d’après qui illustre la

réduction du niveau d’eau du Guri

sur une période de cinq jours.

Pendant plusieurs semaines, les

fonctionnaires ont alerté le public

sur le niveau d’eau du plus grand

barrage du pays, tombé à son

niveau de fonctionnement minimum.

Près de 70% de l’électricité

du Venezuela provient du barrage

de Guri, le quatrième plus grand

barrage du monde. Si les niveaux

d’eau baissent trop, le barrage sera

Centre de Caracas, municipalité de Libertador.

contraint de cesser toute activité.

Pour le cabinet de Maduro, les

vrais coupables du faible niveau

d’eau sont le phénomène météorologique

El Niño et les actes de sabotage.

Mais des experts estiment

que la crise aurait pu être évitée si

le gouvernement avait investi dans

l’entretien et la construction de centrales

thermoélectriques.

En plus de donner aux fonctionnaires

leurs vendredis, le chef

de l’État a fait d’autres suggestions

invitant ses compatriotes à procéder

à de petits changements dans

leurs habitudes, comme éteindre

leurs climatiseurs malgré le climat

tropical, de sécher les vêtements à

l’air libre plutôt que d’utiliser leur

sèche-linge électrique. Les femmes

sont aussi encouragées à se passer

de leur sèche-cheveux.

« Je pense toujours qu’une femme

est plus belle lorsqu’elle se contente

de passer les doigts dans ses cheveux

et de les laisser sécher naturellement

», ose-t-il. « C’est juste une

idée ». Sur Twitter, les longs weekends

et les propositions de Maduro

ont été tournés en dérision par les

internautes.

Ainsi Henry Ramos, chef de

l’opposition et président du Parlement

vénézuélien se lâche sur Twitter

: « Pour toute réponse au chaos

qui frappe l’électricité du pays, les

génies du palais présidentiel veulent

augmenter les jours de congé. Pour

WIKIPEDIA

L’électricité étant

gratuite,

les Vénézuéliens

sont peu motivés

pour l’économiser.

vraiment régler le problème, il faudrait

étendre les congés à 365 jours

par an ».

Sur Twitter, un journaliste

a interrogé les femmes vénézuéliennes

sur leur désir de laisser

tomber leur sèche-cheveux pour

économiser l’électricité.

« À mon avis, aucune d’elles », a

répondu une internaute à la question

du journaliste. « Les femmes

vénézuéliennes sont fières par

nature, nous ne mettons un pied

dehors qu’après un bon séchage et

un maquillage parfait ! », ajoute-telle.

Un autre utilisateur ironise sur

Twitter en disant que le président

a oublié d’exhorter le peuple vénézuélien

à cesser de prendre des

douches pour économiser l’eau.

D’autres critiquent l’appel du gouvernement

à économiser l’électricité

alors même que le pétrole

coule à flot.

Pour beaucoup, la nouvelle

mesure n’aura pas d’effet palpable,

puisqu’après être rentrés chez eux,

les fonctionnaires allumeront naturellement

la lumière et utiliseront

leurs appareils électriques. L’électricité

étant gratuite dans le pays,

les Vénézuéliens sont peu motivés

à faire des effort d’économie

d’énergie.

Le décret n’est pas la première

tentative du président d’insuffler

une tactique d’économie d’énergie.

Au mois de mars, les travailleurs

se sont vus offrir une semaine

complète de congé et en février les

horaires des centres commerciaux

avaient été réduits à l’échelle nationale.

Depuis plusieurs années, la

nation sud-américaine a été sujette

aux pannes d’électricité, même le

président a été affecté par l’une de

ces pannes lors d’un discours télévisé

retransmis en direct.

Denisse Moreno

NTD


Graphisme : Doc Levin — Étriers de François I er ©RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance), Stéphane Maréchalle


ARTS

Shen Yun

La culture

traditionnelle

de la Chine

racontée avec le coeur

CULTURE

12 - 25 AVRIL 2016 | 9

Depuis sa création en 2006, la compagnie

de danse classique chinoise surpasse toutes

les autres productions asiatiques en ramenant

à la vie, pendant plus de deux heures, cinq

mille ans d’une culture d’une grande richesse,

profondément inspirée par le divin.

Avant d’être danseur

étoile et chorégraphe

au sein de Shen Yun,

Chen Yungchia faisait

des compétitions autour du

monde, remportant de nombreuses

récompenses. « Parmi tous

les danseurs de mon école, je suis le

seul à avoir continué. Après avoir

passé des années dans ces compétitions,

je pensais avoir atteint le sommet

», témoigne l’artiste. « Mais en

entrant dans Shen Yun, j’ai compris

qu’il y avait quelque chose de supérieur

».

Yungchia a grandi durant la

Révolution culturelle, il a vu de ses

yeux la transformation de la Chine.

« Toute la culture et les arts étaient à

propos de chanter des chants sur la

lutte des classes, la gloire du Parti, les

gens qui sont incités à se battre entre

eux », regrette-t-il. D’après lui, il y a

de très nombreux athlètes de haut

niveau en Chine, mais la disparition

de la culture traditionnelle a eu un

fort impact sur ce qui est présenté

sur scène : lumières, effets spéciaux,

histoires vulgaires, mélange de ballets

et de danse moderne…

Shen Yun est différent. La

compagnie de danse classique

chinoise, à but non lucratif, se

donne pour mission de faire

« revivre la culture traditionnelle

chinoise ». Depuis sa création en

2006, ses spectacles ont été vus par

des millions de personnes à travers

le monde. Les artistes, formés à partir

de l’école des Arts Feitian à New

York, placent la barre très haut dans

leur art.

« Nos spectacles touchent très souvent

nos publics jusqu’aux larmes,

ce qui est très rare pour un spectacle.

Pour moi, c’est une expérience très

spéciale. Faire partie de Shen Yun

a été un processus d’élévation de

SHEN YUN PERFORMING ARTS

La danseuse principale Angelia Wang présente un fan shen.

mon corps et de mon esprit », confie

encore Yungchia.

La danse classique chinoise,

ancêtre des arts martiaux et de la

gymnastique

Certaines disciplines bien connues

telles que le Taï Chi ou le Kung Fu

Wushu présentent des mouvements

ancrés dans la culture de la

Chine millénaire. Issue des mêmes

racines que ces arts martiaux, la

danse classique chinoise a pourtant

évolué en parallèle. Celle-ci poursuit

un but différent. Alors que les

arts martiaux s’imposent par leur

approche pratique, la danse classique

chinoise garde un caractère

purement artistique ; une forme

d’art du spectacle qui fait appel à

nos sentiments les plus nobles.

Durant les milliers d’années

d’histoire de la Chine, chaque

dynastie avait ses propres cours de

danse impériaux, et la forme a été

transmise au public par des cours,

des prestations et des spectacles.

D’après les créateurs de Shen Yun,

la danse classique chinoise comporte

trois éléments essentiels : la

forme, la technique et le maintien.

Certains mouvements tels que

les grands écarts et les sauts de

main en gymnastique, ou encore les

coups de pieds retournés, les vrilles

et les torsions dynamiques dans les

arts martiaux relèvent de formes

athlétiques remarquables. Ceux-ci

sont des déclinaisons austères, si

on les compare à leurs formes originelles,

plus élégantes, provenant

de la danse classique chinoise.

Ces mouvements, dont certains

sont très difficiles à exécuter, ne se

retrouvent pas dans les autres styles

de danse. Ils peuvent être utilisés et

combinés à volonté, de sorte qu’ils

constituent une palette d’expressions

très riche.

Par exemple, une de ces techniques

est le fan shen, qui signifie

littéralement « retourner le corps ».

Le danseur lance ses jambes vers le

haut, se propulsant dans une vrille,

mais le torse est incliné de sorte que

les bras sont tendus sur un plan

vertical, tournant presque parallèlement

aux jambes. D’après la première

danseuse Alison Chen, bien

exécuter ce mouvement « semble

presque irréel ». Le fan shen est

polyvalent, il peut être fait rapidement,

lentement, à l’arrêt ou en traversant

la scène, ou même sur une

seule jambe.

Les techniques aériennes ou de

chute comprennent des pirouettes,

des grands sauts et des bonds de

toutes sortes. Comme le si cha, où

l’on effectue un grand écart parfait

en l’air ; ou la pirouette qui exige

de se mettre en poirier, de faire un

grand écart à l’envers, et de revenir

sur ses pieds une jambe après

l’autre en attrapant un mouchoir

jeté en l’air une seconde avant.

« Échange de cœur à cœur »

Le maintien est la traduction d’un

terme chinois spécifique,le yun,

que l’on peut décrire comme étant

un esprit intérieur bien particulier,

inné à l’artiste, et particulier pour

chaque danse accomplie. Ce maintien

est très important et détient un

sens particulier quand il s’agit de

décrire des émotions fortes ou de

raconter l’histoire de héros légendaires.

La culture traditionnelle

chinoise met l’accent sur des principes

comme la vertu, le respect

envers les cieux, la rétribution du

bien et du mal. Le peuple chinois

s’est développé sous l’influence

des religions bouddhiste, taoïste

et confucianiste. De nombreux

personnages historiques – qu’ils

soient nobles, guerriers, érudits ou

artistes – ont incarné la bienveillance,

l’honneur, la bienséance, la

sagesse et la sincérité. Afin de saisir

l’âme de cette culture, les danseurs

évoquent la recherche d’élévation

dans leur art.

Une année, Michelle Ren, danseuse

et chorégraphe de la compagnie

qui a incarné Mulan – cette

jeune fille qui se fait passer pour

un homme afin de se faire engager

dans l’armée à la place de son

père – a dit : « En dansant, je pensais

à cette femme qui a dû se battre

pour sa famille, qui voulait honorer

«

Shen Yun est différent. Nos spectacles

touchent très souvent le public

jusqu’aux larmes.

Chen Yungchia, chorégraphe de la compagnie

les valeurs familiales en partant à la

place de son père ».

« En essayant de faire revivre la

culture traditionnelle, nous devons

nous conformer à ses valeurs et à son

esprit. Notre retour à la tradition ne

peut pas être qu’une démonstration.

Les anciens Chinois avaient

une grande foi et du respect pour le

divin », indique Chen Yungchia,

poursuivant : « La question est de

savoir comment communiquer avec

le public, comment avoir cet échange

de cœur à cœur ».

La chorégraphe Michelle Ren

suggère pour sa part qu’un lien

subtil existe entre Shen Yun et son

public. « À chaque représentation,

nous faisons de notre mieux pour

toucher le cœur des gens… ce n’est

pas facile, chaque représentation

est comme la première. Les Chinois

parlent d’affinité ou de liens prédestinés.

Peut-être est-ce le cas pour les

spectateurs, peut-être viennent-ils à

notre spectacle parce qu’ils ont déjà

cette affinité… c’est pourquoi je mets

toutes mes forces dans chaque représentation

», conclut-elle.

Daniel Trévise

Shen Yun 2016

Shen Yun Performing Arts

Le Palais des Congrès de Paris

2, place de la Porte Maillot

Billets

09 80 71 82 81

reservation@lotus-sacre.com

Durée

2 heures 15 minutes

Enfants à partir de 5 ans

Dates & horaires

Vend. 15 avril à 20h30

Sam. 16 avril à 15h00

Dim. 17 avril à 15h00

Bande annonce :

ShenYun.com

SHEN YUN PERFORMING ARTS


10 |

12 - 25 AVRIL 2016

ARTS

CULTURE

L’atelier en plein air

Les impressionnistes en Normandie

EXPOSITION

Le musée Jacquemart André présente du 18 mars au 25 juillet une cinquantaine d’œuvres prestigieuses, issues de collections

particulières et d’institutions européennes et américaines majeures, qui retracent l’histoire de l’impressionnisme.

Le XIX e siècle voit l’émergence

d’un genre pictural

nouveau : le paysage en

plein air. Cette révolution

picturale, née en Angleterre, se propage

sur le continent dès les années

1820 et la Normandie devient, pendant

un siècle, la destination préférée

des peintres d’avant-garde.

Pour attirer les artistes, la Normandie

dispose de sérieux atouts :

la beauté et la diversité de ses paysages

; la richesse de son patrimoine

architectural ; la mode des bains de

mer qui draine une clientèle fortunée

; la facilité d’accès par bateau

ou par diligence, puis par le train ;

sa situation à mi-chemin entre

Londres et Paris, les deux capitales

artistiques de l’époque.

Dès la fin des guerres napoléoniennes,

les paysagistes anglais

(Turner, Bonington, Cotman...)

débarquent en Normandie, avec

leurs boîtes d’aquarelle, tandis que

les Français (Géricault, Delacroix,

Isabey...) se rendent à Londres pour

découvrir l’école anglaise. De ces

échanges naît une école française

du paysage, dont Corot et Huet

prennent bientôt la tête. À leur

suite, c’est une myriade de peintres

qui va sillonner la région et inventer

une nouvelle esthétique : Delacroix,

Riesener, Daubigny, Millet, Jongkind,

Isabey, Troyon...

Cette révolution artistique se

cristallise, au début des années

1860, lors des rencontres de

Saint-Siméon, qui réunissent

chaque année à Honfleur et sur

la Côte Fleurie tout le gratin de la

nouvelle peinture. Il y a là Boudin,

Monet et Jongkind, un trio inséparable,

mais aussi tous leurs amis :

Courbet, Daubigny, Bazille, Whistler,

Cals... Sans compter Baudelaire,

le premier à avoir célébré, dès 1859,

les « beautés météorologiques » de

Boudin. Non loin de là, dans la

Normandie bocagère, Degas peint

ses premières courses de chevaux

au Haras-du-Pin et Berthe Morisot

s’initie au paysage, tandis qu’à

Cherbourg, Manet révolutionne la

peinture de marine. Dès lors, pendant

plusieurs décennies, la Normandie

va devenir l’atelier en plein

air préféré des impressionnistes.

Monet, Degas, Renoir, Pissarro,

Boudin, Morisot, Caillebotte, Gonzalès,

Gauguin... vont y épanouir

leur art et le renouveler constamment.

Photograph Incorporated, Toledo

Gustave Caillebotte (1848-1894). Régates en mer à Trouville, 1884.

L’exposition se propose d’évoquer

d’abord le rôle décisif joué par

la Normandie dans l’émergence

du mouvement impressionniste,

à travers les échanges franco-anglais,

le développement d’une

école de la nature et les rencontres

de Saint-Siméon. Puis, passant

d’une approche historique à une

approche géographique, l’exposition

montrera à quel point les paysages

et plus encore les lumières de

la Normandie ont été déterminants

dans l’attirance que cette région a

exercée sur tous les maîtres de l’impressionnisme.

Les historiens d’art ont longtemps

considéré que Paris avait un

rôle prépondérant dans la confirmation

de l’impressionnisme. Les

recherches menées depuis une

trentaine d’années ont conduit à

repenser cette histoire dans une

chronologie longue qui fait remonter

les origines de l’impressionnisme

au début des années 1820.

Cette nouvelle approche souligne

l’influence de l’école anglaise

dans la naissance d’une école française

du paysage et accorde à la

Normandie un rôle déterminant.

De multiples raisons expliquent

que la Normandie ait été le berceau

de l’impressionnisme

Sa position géographique, à mi chemin

entre Londres et Paris, les deux

capitales artistiques de l’époque. La

richesse de son patrimoine architectural,

au temps où les artistes

participaient activement à sa redécouverte.

À partir de 1820, Isidore

Taylor publie les Voyages

pittoresques et romantiques dans

l’ancienne France, dont les deux

premiers volumes sont consacrés

à la Normandie, et en 1825 Victor

Hugo lance son pamphlet Guerre

aux démolisseurs. La beauté et la

diversité de ses paysages mais aussi

la subtilité et la versatilité de ses

lumières, à une époque où le paysage

devient un genre à part entière

et où les peintres sortent de leur

Claude Monet. Étretat, la porte d’Aval, bateaux de pêche sortant du port, vers 1885.

atelier pour capter, sur le motif, la

lumière naturelle (Monet, La Charrette.

Route sous la neige à Honfleur

avec la ferme Saint-Siméon, Musée

d’Orsay, Paris). La facilité de transport

par le fleuve puis par le train.

Les lignes ferroviaires entre Paris

et la côte normande sont parmi les

premières à être créées, favorisant

l’essor des stations balnéaires.

Plages, loisirs et mondanités

Le rivage était traditionnellement

le domaine des marins, débarquant

leurs cargaisons ou ravaudant

leurs filets, et de leurs femmes,

lavant le linge ou ramassant les

coquillages (Boudin, Marée basse

à Trouville, pêcheurs de crevettes,

Association Peindre en Normandie,

Caen). Avec la mode des bains

de mer, le rivage se transforme en

plage, un espace désormais partagé

entre travailleurs de la mer et estivants

en villégiature (Monet, Sur

les planches de Trouville, Hôtel des

Roches noires). D’un côté, un prolétariat

de plus en plus mis à l’écart, de

l’autre une aristocratie et une haute

bourgeoisie venant profiter du bon

air, des baignades et d’une vie mondaine

prolongeant la vie parisienne.

D’où la création de promenades (les

fameuses planches de Trouville et

de Deauville), d’hippodromes pour

jouer aux courses (Degas, Course

de gentlemen. Avant le départ), de

kiosques à musique pour écouter

des concerts, de casinos pour

parier, assister à des opérettes ou à

des pièces de théâtre. Bientôt ce sera

l’ouverture de clubs de tennis sur le

modèle anglais. Autant de lieux à la

fois de convivialité et de ségrégation

sociale.

Sous le Second Empire (1852–

1870), époque d’industrialisation

et d’essor des grandes fortunes, la

François Jay/Musée des beaux-arts de Dijon

villégiature prolifère avec la création

ex nihilo de nouvelles stations

balnéaires tout au long de la Côte

Fleurie, entre Deauville et Cabourg.

L’émergence d’une civilisation

des loisirs, dont les peintres

se font les chroniqueurs, est une

aubaine pour des artistes qui peinaient

à écouler leurs « marines »

et qui peuvent maintenant vendre

à bon prix des « scènes de plage ». Ce

genre, inventé en 1862 par Eugène

Boudin, sera repris par tous ses

amis impressionnistes.

Michal Bleibtreu Neeman

INFOS PRATIQUES

Musée Jacquemart André

158 boulevard Haussmann

75008 Paris

Tél. : 01 45 62 11 59

Le château de Castelnaud en Dordogne

EN FAMILLE

Pour les vacances de Pâques

et d’été, le château de

Castelnaud, forteresse

médiévale classée Monument

historique en 1966, invite toute

la famille à participer à de

nombreuses activités : découverte

d’une grande peinture

murale sur le thème des Neuf

Preux, spectacle de maniement

d’armes, initiation à l’escrime,

face à face avec un arbalétrier.

Le Château fait renaître, sur

une peinture murale, un des

célèbres thèmes adoptés par la

noblesse pour orner ses châteaux

: le cycle des Neuf Preux.

Ces modèles de chevalerie, qui

illustrent tout un pan de la littérature

narrative médiévale,

composent un décor peint

utilisant rigoureusement les

techniques traditionnelles de

l’époque. Héros populaires et

modèles de chevalerie, les Neuf

Preux sont répartis en trois

triades : l’Ancien Testament

avec Josué, David et Judas Maccabée

; l’Antiquité avec Hector,

Alexandre le Grand et César et

les temps chrétiens avec Arthur,

Charlemagne et Godefroy de

Bouillon.

Ce projet de décor mural a un

double enjeu : montrer un décor

civil caractéristique des XIV e et

XV e siècles, mais aussi œuvrer

pour la transmission d’un

savoir-faire puisque les techniques

qui sont employées sont

fidèles à celles du XV e siècle.

Les jardins de Marqueyssac

Situé à 3 km du château de

Castelnaud, Marqueyssac est

aujourd’hui le jardin le plus

visité du Périgord. Aménagé

sur un éperon rocheux, le parc

domine de ses hautes falaises

calcaires la vallée de la Dordogne

et offre l’un des plus

beaux panoramas du Périgord.

INFOS PRATIQUES

MBN

Château de Castelnaud

24 250 Castelnaud-la-Chapelle

Tél. 05 53 31 30 00

chateau@castelnaud.com

Programme complet :

www.castelnaud.com

©Laugery


Aux portes de Paris

la tranquillité préservée

DERNIÈRES

OPPORTUNITÉS

À VITRY-SUR-SEINE

Résidence Pixel

APPARTEMENTS AVEC TERRASSES OU BALCONS

À 8 MINUTES À PIED DU RER C

CUISINE

OFFERTE

(1)

Jusqu’au 30 avril

0 811 330 330

cogedim.com

- COGEDIM SAS - SIRET N°054 500 814 000 55 - Crédit photo : Fotosearch. (1) Pour tout contrat de réservation signé entre le 08/03/2016 et le 30/04/2016 – une cuisine équipée offerte (hors électroménager – la valeur varie en fonction

du prix d’acquisition ou de la typologie du logement) – Conditions détaillées disponibles sur m2-cogedim.com ou dans nos espaces de vente sur simple demande. Illustration non contractuelle destinée à exprimer une intention architecturale d’ensemble et susceptible

d’adaptations : STUDIOSEZZ - Les illustrations présentées sont une libre interprétation des projets élaborés par les artistes, en conséquence, les caractéristiques présentées dans ce document ne sont pas définitives et sont susceptibles d’être modifiées en fonction des

contraintes techniques, financières, administratives ou réglementaires imposées à Cogedim, notamment lors de l’instruction des autorisations à construire. Ces caractéristiques n’entrent donc pas dans le champ contractuel. Les appartements sont vendus et livrés non

aménagés et non meublés - 04/2016


12 |

12 - 25 AVRIL 2016

ARCHITECTURE

www.EpochTimes.fr

Des maisons japonaises du XIX e siècle restaurées

Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, a inauguré le 2 avril dernier, par une cérémonie de pose de la première

pierre, la création du nouveau bâtiment du Musée départemental Albert-Kahn à Boulogne-Billancourt.

Lors de cette cérémonie,

Patrick Devedjian a salué

les diverses personnalités

politiques présentes

et l’architecte Kengo Kuma. « Ce

nouveau musée, attendu pour

2018, est d’abord un objet architectural

particulièrement remarquable

signé Kengo Kuma, à qui

l’on doit notamment la Cité des

Arts de Besançon, le FRAC de

Marseille, ainsi que le futur stade

des Jeux olympiques de Tokyo. »

C’est un grand projet, dont le budget

s’élève à 27,8 millions d’euros

pour le Département qui permettra

d’augmenter la surface d’exposition

de 60%.

La pose de la première pierre a

été précédée d’une cérémonie de

bénédiction de la restauration des

maisons japonaises nommée Jyotoshiki.

L’objectif de la cérémonie

est de souhaiter longue vie aux

maisons en cours de restauration,

en plaçant les édifices et les personnes

qui œuvrent à ce chantier,

sous la protection du Saint-Patron

des charpentiers. Après le

rite de bénédiction de la maison,

une plaque commémorative, indiquant

le nom du commanditaire

– le Président du Conseil départemental

–, l’architecte, le maître

charpentier et les entreprises, est

posée sous le faîtage de l’édifice.

La cérémonie s’est déroulée sous

la direction du maître charpentier.

Restauration des maisons japonaises

Les bâtiments installés au début

du XX e siècle sur la propriété

d’Albert Kahn ont été démontés

à l’automne 2015. Les pièces les

plus abimées seront remplacées

ou restaurées grâce aux matériaux

en bois arrivés du Japon en

janvier 2016. En effet, « le village

japonais » était très abîmé. Les

deux maisons traditionnelles en

bois et cloisons de papier bénéficieront

d’une restauration exemplaire

qui s’appuiera sur des

enquêtes archéologiques et historiques

menées sur le bâti japonais,

au sein des archives du musée.

Grâce aux connaissances de

spécialistes, le délicat sauvetage

se déroulera en trois temps. D’octobre

à décembre 2015, démontage

pièce par pièce numérotée.

En janvier, les pièces ont été transportées

dans la prairie du jardin

anglais, sous une tente de 200 m 2 .

En ce printemps 2016, les maîtres

charpentiers remontent les maisons

à leur emplacement initial.

Une coque de protection les

entourera jusqu’en 2017, date à

laquelle prendra fin la construction

du bâtiment principal, le nouveau

bâtiment du musée, imaginé

par l’architecte Kengo Kuma.

Les parois transparentes permettront

aux visiteurs de suivre le

travail en cours. Chaque partie de

bois abîmée sera refaite à l’identique

(toutes les essences de bois

viennent du Japon) et l’ensemble

des toitures, des cloisons amovibles,

des paravents, des tatamis,

des entrecroisements en bambou

et des décors marouflés seront restaurés.

Des traces de pigmentation

ocre et bleue sur les bois ont permis

de retrouver l’origine géographique

de ces maisons villageoises.

Elles proviennent du Kantô, dans

sa partie proche des contreforts

Un cœur pur, calme, sans émotion peut préparer le thé

Au Japon on dit qu’on ne peut

bien préparer le thé que si l’on a

un cœur pur, calme, sans émotion.

Le thé reflète l’état intérieur

de celui qui le prépare. Cette

recherche de pureté et de simplicité

a influencé l’architecture

japonaise, la décoration intérieure,

la céramique, la peinture

et l’art de la laque.

D’avril à juin et en septembre,

les mardis et dimanches, un

maître formé à l’École Urasenke

de Kyoto propose des cérémonies

de thé dans le pavillon

dédié. L’ensemble de la cérémonie

est perçu comme un pèlerinage

vers un lieu écarté de la

civilisation et vise à se rapprocher

de la nature. À l’entrée du

Jardin japonais du musée Abert Kahn.

jardin, terre humide, un tsukubai

(pierre creusée et alimentée

en eau par un tube en bambou)

sert à se purifier les mains et la

bouche avant la cérémonie. Une

louche est utilisée pour les ablutions.

La cérémonie de thé japonaise

représente un grand moment de

sociabilité. Au Japon, elle peut

durer toute une journée. À la

contemplation du jardin succède

la cérémonie du thé proprement

dite, puis viennent les échanges

philosophiques, l’évocation des

poètes anciens et les improvisations

de Haïku, forme très prisée

de la poésie japonaise. Il s’agit

d’un poème court visant à célébrer

l’évanescence des choses.

des montagnes, dans la région de

Tokyo. Grâce aux 72 000 autochromes

– des photos couleur sur

plaques de verre réalisées autour

du monde – léguées par Albert

Kahn, les formes et matériaux des

maisons ont été redécouverts :

les volutes du toit, le faîtage, ou

encore le chaume de l’une, l’autre

étant recouverte de lauze. Les différentes

phases de la restauration

seront photographiées et exposées

avec les plans et les dessins de

l’avant-projet sur des panneaux

autour du chantier.

La restauration s’appuie sur

une étude historique et un diagnostic

technique précis, réalisés

par un archéologue spécialiste de

l’architecture japonaise de la fin

du XIX e siècle. Ces travaux sont

conduits dans le souci du maintien

de l’intégrité des matériaux originaux.

Les interventions effectuées

au sein du jardin sont limitées au

strict nécessaire et prennent en

compte les logiques paysagères

dictées par l’histoire et l’esprit du

lieu.

Albert Kahn, musée et jardins.

Une incitation à la méditation

Au départ, lors de la première installation,

les maisons avaient été

fabriquées en quelques jours. Elles

ont été montées dans leur pays

d’origine, puis démontées pour le

transport puis remontées dans le

jardin d’Albert Kahn par un charpentier

et un maçon japonais. Les

constructions d’exposition n’ont

jamais été habitées. Entourées

d’une collection de végétaux en

pot, elles complètent le village.

Les portes coulissantes des maisons

appelés shōji sont constitués

de papier de riz et des fenêtres placées

à hauteur du regard offrent

une vision sur le jardin. Ainsi, assis

en tailleur sur un tatami, l’hôte et

ses invités contemplent le paysage,

devenu une succession de tableaux

mouvants à regarder depuis l’intérieur

de la maison. Entourant

le pavillon occidental, une plateforme

nommé engawa, une sorte

de véranda, permet de s’asseoir

dehors à la belle saison.

À l’intérieur, les pièces sont à

usage multiple : réception, salle à

manger ou chambre. Le mobilier

est rare. Dans le tokonoma, une

sorte d’alcôve consacrée à l’art et à

la spiritualité, on dépose des bibelots,

comme le kakemono, une

peinture verticale, estampe ou une

calligraphie sur soie, et l’ikebana

une composition florale, bonsaï

ou autre.

Une colline pour évoquer les

pavillons de thé au Japon

Au nord du village japonais, s’élève

un pavillon de thé. Une première

maison en chaume était située sur

un terrain légèrement surélevé. Il

est possible que cette colline ait été

élevée pour évoquer les pavillons

de thé au Japon, représentant les

ermitages de montagne. De petite

dimension, cette « cabane » imitait

alors le style miniature d’une maison

de thé traditionnelle, destinée

à limiter le nombre d’hôtes. Devenue

trop vétuste, elle a été remplacée

en 1966 par un pavillon plus

grand, offert par l’école Urasenke

de Kyôto.

Cette « maison de thé », toujours

active, complète le village, « afin

d’unir dans une même harmonie

Kengo Kuma Associates

FRANCOIS GUILLOT/AFP/Getty Images

Une pagode de cinq étages

représente les cinq éléments

de l’univers bouddhique

Une pagode de cinq étages

existait à l’origine, elle avait été

construite dans ce village, entre

la laiterie normande et les maisons

japonaises. Ce temple,

dont les cinq étages symbolisent

les cinq éléments de l’univers

bouddhique (la terre, l’eau,

le feu, le vent et le ciel) rompt

alors avec le caractère profane

de cette partie du jardin

japonais, mais son bois ocre et

l’ambiance chaude qu’il crée,

s’accordent parfaitement aux

couleurs automnales des érables

rouges miniatures disposés tout

autour. Malheureusement, ce

bâtiment a disparu dans un

incendie en 1952. Mais, dans

le cadre des travaux de rénovation

du site, la reconstruction de

cette pagode est prévue.

de sentiment le citoyen de Kyoto

et le citoyen de Paris ». En écho au

jardin traditionnel, un jardin de

conception contemporaine a été

réalisé en 1990 par le paysagiste

Fumiaki Takano. « L’harmonie du

site tient à la fluidité entre les deux

jardins. D’un côté se dressent le

hêtre pleureur et le cèdre évoquant

le yin et le yang, et de l’autre, le pont

rouge et le pont en bois qui viennent

d’être restaurés à l’identique ».

Christian Lemoing, chef de projet

de la restauration, témoigne :

« Rien n’a vraiment changé depuis

1900. Pour entrer dans le village

japonais, on franchit toujours un

portique avant d’accéder aux maisons

; l’ensemble des pierres et les

alentours paysagers sont conformes

aux autochromes qui montrent

également un jardin de glycines et

de bonsaïs dans des pots d’époque ».

Héloïse Roc


VOYAGE

www.EpochTimes.fr

12 - 25 AVRIL 2016

| 13

La Saxe, fief de l’industrie automobile allemande

À une portée de regard de la Pologne et de la Tchéquie, la Saxe apparaît aujourd’hui comme la vitrine de référence car elle allie les atouts culturels et

industriels du passé avec un extraordinaire redéploiement depuis la réunification allemande...

Comme si elle avait enfin

retrouvé la créativité

de naguère lorsqu’elle

découvrit le secret de la

porcelaine ou lorsqu’elle inventa le

tube de dentifrice et le filtre à café.

Une énergie symbolisée aussi par

l’insolite usine de verre Volkswagen

qui s’affiche à quelques minutes

à pied du vieux centre baroque de

Dresde.

L’Allemagne a décidément l’art

de surprendre ses visiteurs. Sait-on

encore que Dresde était durant le

VIII e siècle la cour d’Europe la plus

brillante après celle de Louis XIV ?

Que la Saxe était jusqu’à la Seconde

Guerre mondiale la région la plus

prospère d’Allemagne ? Deux épisodes

successifs vont complètement

interrompre cet essor. Le

13 février 1945, les bombardiers

alliés s’acharnent sur la capitale de

la Saxe, histoire de saper le moral

des troupes nazies. La ville n’est plus

qu’un champ de ruines calcinées.

Les superbes collections saxonnes

transférées au début de la guerre

dans différents abris furent saisies

par l’armée soviétique et transportées

en Russie. De plus, la Saxe bascule

du mauvais côté du rideau de

fer. Mille ans d’histoire vont tomber

dans l’oubli dont 829 pendant lesquels

la Saxe fut gouvernée par une

seule et même famille qui contribua

à son essor économique sans

précédent.

Fort heureusement, depuis la

réunification, Dresde a rejailli de

Charles Mahaux

Un petit bijou en porcelaine de

Meissen réalisé par le sculpteur

Chris Antemann « Love Temple

Forbidden Fruit ».

ses cendres à force d’obstination et

a retrouvé toute son aura du passé

sur les rives de l’Elbe. L’économie

saxonne reprend du poil de la bête

entre autres grâce à l’automobile.

C’est dans cette région que sont

nées les entreprises Horch, Audi,

Wanderer et DKW qui vont fusionner

en 1932 pour former le consortium

Auto Union, une fusion à

l’origine des quatre anneaux de la

marque Audi.

Le régime communiste créa la

rupture : on fabriquait désormais

des Trabant qui gardent toutefois

la cote auprès des collectionneurs.

Mais les savoir-faire se perpétuent

dès le lendemain de la réunification.

En 1990 on pose la première pierre

de la nouvelle usine VW de Zwickau

; près de 6 millions de moteurs

VW sont construits à Chemnitz ;

depuis 2001, dans les jardins du

cœur de la ville de Dresde s’est

ouverte la célèbre manufacture de

verre où est assemblé le modèle

haut de gamme Phaeton, essentiellement

vendu hors des frontières

européennes. Véritable fief

de l’industrie automobile allemande,

la Saxe accueille également

à Leipzig l’usine de montage de la

Cayenne, de la Carrera GT et de la

Panamera. C’est également à Leipzig

que BMW produit ses modèles

Série 3. Une stratégie qui s’est avérée

payante car aujourd’hui le land

de Saxe a développé autour de ses

universités un savoir-faire pointu

dans les domaines techniques et on

peut véritablement parler de Silicon

Saxony.

Petit tour d’horizon !

Résidence des ducs et des rois,

Dresde était si belle qu’on la surnommait

la Florence sur l’Elbe.

Restaurée à l’identique, elle offre

une collection unique de toiles

exceptionnelles signées par des

maîtres comme Raphaël, Rubens,

Vermeer, Rembrandt ou Bruegel,

des trésors d’orfèvrerie, des horloges

savantes, des porcelaines de

Chine et de Meissen, du cristal de

roche ciselé, des coupes incrustées

de pierres précieuses, bref une

débauche d’ambre, d’argent, d’or,

d’ivoire et de gemmes à la hauteur

de l’incroyable mégalomanie des

princes de Saxe.

C’est à partir de Meissen, sur

les rives de l’Elbe, que débuta la

colonisation de la Saxe jusqu’à ce

Charles Mahaux

La petite ville de Meissen avec ses maisons colorées sur une place

pavée a conservé tout son charme historique.

Le long de l’Elbe s'étend la petite ville de Pirna dont le centre historique a inspiré le peintre Canaletto.

que Dresde devienne la nouvelle

capitale. Jamais détruite au fil des

siècles, la ville dominée par son

château fort et les clochers effilés de

sa cathédrale invite à une flânerie

romantique dans son vieux centre

médiéval. Mais Meissen est davantage

réputée pour être le temple de

la porcelaine grâce à un alchimiste

qui en découvrit le secret de la fabrication

jusque-là soigneusement

gardé par les Chinois et les Japonais.

Le roi Auguste II comprit que cette

découverte était une mine d’or pour

le pays et il logea son créateur dans

une forteresse de Meissen où il lui

fit aménager une manufacture de

porcelaine www.meissen.com/en.

Une route des vins de Saxe se

déploie depuis Pirna, traverse

Dresde et aboutit à Meissen en passant

par Radebeul. Ici plus qu’ailleurs,

les vignes escarpées, étagées

en terrasses étroites dessinent un

décor de carte postale. C’est que le

belvédère baroque du château de

Wackerbarth, le premier domaine

viticole d’État européen, est d’une

élégance toute particulière qui rappelle

les jardins à la française. L’Elbe

agit ici comme un vaste miroir qui

réfléchit sur les coteaux la chaleur

des journées d’été accumulée

par des murs de pierre qui la

redistribuent durant la nuit www.

scloss-wackerbarth.de/english.

Pirna, au sud de Dresde, a tout

d’une cité secrète avec ses maisons

bourgeoises aux frontons richement

décorés, ses ruelles tortueuses

et sa place du Marché Renaissance.

À croire que le temps s’est arrêté au

XVIII e siècle. Pirna est plus connue

pour être la porte de la Suisse

Saxonne, site pittoresque au cœur

d’un environnement qui ne l’est pas

moins car l’Elbe coule entre d’impressionnantes

colonnes de grès en

forme de tables qui surmontent des

gorges profondes. Une perspective

qui a inspiré deux peintres suisses

en mal de leur Jura natal. Ils imaginèrent

ce surnom insolite qui s’est

imposé au grand désarroi des autorités...

Görlitz, au bord de la Neisse,

frontière naturelle avec la Pologne,

est fière de ses 4 000 monuments

Charles Mahaux

La Neumarkt, le cœur des attractions de la vieille ville de Dresde avec sa splendide église protestante de

Notre-Dame et son enfilade de prestigieuses bâtisses.

historiques pour à peine 55 000

habitants ! Cité marchande prospère

grâce à ses maîtres drapiers,

elle charme par le mariage singulier

de plusieurs styles architecturaux

qui s’étalent sur mille ans

d’histoire : gothique, Renaissance,

baroque, Art nouveau. Rencontre

inattendue avec des dizaines de

Trabant colorées, si petites qu’elles

peinent à combler l’Untermarkt !

Sur la Route de l’Argent qui relie

Dresde à Zwickau, Freiberg affiche

encore son caractère médiéval derrière

ses remparts bien conservés.

Silbermann, le facteur d’orgues

mondialement connu, y installa son

atelier et ses œuvres se découvrent

dans la cathédrale. Le château

abrite une extraordinaire collection

de 3 500 cailloux prélevés dans

les 20 000 minerais légués par leur

propriétaire à l’université de Freiberg

spécialisée dans les technologies

minières www.terra-mineralia.

de.

Christiane Goor

et Charles Mahaux

INFOS PRATIQUES

Charles Mahaux

À découvrir sur le site de www.

germany.travel/fr/ms/saxe/home/

index.html ou en anglais www.

sachsen-tourismus.de. Si vous

aimez vous faire guider durant

votre séjour un bon contact multi-langue

Christiane Mörke et son

agence www.allegro-dresden.de

Se loger. On peut choisir de se

loger à Dresde et nous y avons testé

le Innside Hotel www.melia.com/

innside un très bon rapport qualité/prix

avec une excellente table

et idéalement situé à deux pas du

centre historique. On peut préférer

le charme de Pirna, une petite

ville située entre Dresde et la Suisse

Saxonne. Son cœur moyenâgeux

a conservé tout son charme d’antan

et la cité est plus tranquille que

la capitale voisine. C’est aussi un

point de départ idéal pour toutes les

excursions. À découvrir le Romantik

Hotel Deutsches Haus www.

romantikhotel-pirna.de. A Görlitz,

un autre Romantik Hotel, le Tuchmacher

idéalement situé dans le

décor historique d’une maison de

drapier, à deux pas du centre www.

tuchmacher.de

Se nourrir. De nombreux restaurants

restent fidèles à une gastronomie

très germanique et quelque

peu roborative. Toutefois, il est des

perles à découvrir à Dresde bien

sûr, mais surtout à Görlitz au Vino

e Cultura, un plongeon raffiné

en Méditerrannée avec des produits

frais et de saison www.vinoecultura.de

Christiane Goor, journaliste.

Charles Mahaux, photographe.

Un couple, deux expressions

complémentaires, ils fixent l’instant

et le racontent. Leur passion,

ils la mettent au service

du voyage, de la rencontre avec

l’autre.



14 |

12 - 25 AVRIL 2016

GOÛTS & SAVEURS

www.EpochTimes.fr

Meunier d’or, redécouverte d’une pratique

ancestrale

Au Tessin, un enseignant redonne vie à une spécialité de farine tombée dans l’oubli. Et devient lui-même meunier. Avec

succès.

L’histoire

de la farine

de maïs

torréfiée

Ilario Garbani est enseignant

à Intragna, commune

des Centovalli, au Tessin,

en Suisse. Ce pédagogue

jusqu’au bout des ongles souhaite

vraiment apporter quelque chose

aux enfants. Un beau jour, il s’est

demandé à quoi bon les ennuyer

avec la succession du trône d’Espagne…

On peut enseigner l’histoire

de manière plus vivante ! Par

exemple, en se penchant sur un aliment

régional qu’on pensait oublié

– la Farina bona – dans le cadre

d’un projet d’étude.

Le maïs est arrivé dans le val

Onsernone au début du XIX e siècle.

Dès lors, cet aliment s’est popularisé

jusqu’aux années 1970. Pourquoi

cette farine originale est-elle

ensuite tombée dans l’oubli ?

Ilario Garbani n’en sait rien :

« Peut-être qu’après la guerre, les

gens n’avaient plus peur d’avoir

faim et pouvaient s’offrir d’autres

produits », suppose-t-il.

Redonner vie au maïs torréfié

Qu’importe. Plus Ilario Garbani

et ses élèves ont avancé dans leurs

recherches, plus le sujet les a passionnés.

À tel point que l’enseignant

s’est essayé à la confection de

cette célèbre farine. Le vieux moulin

de Loco, dans le val Onsernone,

en fabriquait certes encore, histoire

de préserver le patrimoine, mais

cette farine n’a plu que moyennement

à notre enseignant avide de

savoir : « La farine de Loco n’était

pas vraiment bonne. Nous avons

donc poursuivi nos recherches. Puis,

nous avons découvert l’histoire de

Nunzia à Vergeletto ».

Originaire de Vergeletto, l’un

des hameaux les plus reculés du val

Onsernone, Ilario Garbani a donc

farfouillé par-ci par-là et est tombé

sur la Nunzia : « Les anciens du village

se souvenaient de la Farina

Aujourd’hui

appelés popcorn,

ces grains

soufflés

apportent

de la légèreté

à la farine

et ce petit goût

de grillé

si typique.

bona de la Nunzia, une meunière

décédée en 1958. Ils m’ont même

donné sa recette ».

Le diable se cache dans le détail

À première vue, cette farine n’avait

rien de sorcier... mais justement,

le diable se cache dans les détails.

En l’occurrence dans la torréfaction

des grains de maïs. « Si l’on se

contente de griller les grains de maïs,

la farine manque de caractère »,

explique Ilario Garbani. « La Nunzia

faisait souffler un tiers des grains

de maïs jusqu’à ce qu’ils forment une

espèce de crête, qu’on appelle ghèl en

dialecte local ».

Aujourd’hui surnommés

popcorn, ces grains soufflés

apportent de la légèreté à la farine

et ce petit goût de grillé si typique.

Ilario Garbani a définitivement pris

goût au maïs : « Le mystère de cette

farine semblait résolu. J’ai voulu

Slow Food : la polenta Onsernone

La polenta Onsernone labellisée Slow Food contient de la semoule de

maïs à grains fins et gros ainsi que 20% de Farina bona. C’est elle qui

confère à la polenta cet arôme de grillé, comme si on l’avait préparée

dans une marmite posée sur un feu de bois.

Le maïs utilisé provient de la plaine de Magadino. Le maïs est torréfié

à Vergeletto et moulu sur place, dans le moulin en pierre restauré.

Les 80% de farine restants sont également fabriqués avec du

maïs tessinois moulu dans le moulin de Loco, dans la même vallée.

Le moulin vu de l’extérieur.

fabriquer de la Farina bona en suivant

la recette originale de Vergeletto

». Trouver le moulin adapté

n’a pas posé la moindre difficulté,

car il y en avait six à Vergeletto. Le

hic : aucun n’était en activité et certains

tombaient en ruine.

En accord avec le président de la

commune, Ilario Garbani a décidé

de restaurer l’un des moulins en

collaboration avec une association

locale et le Musée du val Onsernone.

Son but : y moudre le maïs

torréfié. Disposer d’un moulin restauré

était une chose, encore fallait-il

torréfier le maïs avant de le

moudre.

Le hasard a une fois de plus

donné un coup de pouce à l’enseignant

désormais apprenti meunier.

« J’ai trouvé cette machine à torréfier

le café. Elle vient d’Italie. L’entreprise

qui l’exploitait cherchait un musée

pour l’accueillir et me l’a cédée pour

500 euros. Pour la machine, torréfier

des grains de café ou de maïs, c’est la

même chose ». Et elle le fait à la perfection.

Elle traite 40 kg de maïs à

l’heure.

Pour atteindre le point de torréfaction

optimal et offrir au produit

son arôme incomparable, les

grains sont grillés six minutes à

200 °C. Pour trouver le réglage parfait,

Ilario Garbani a fait d’innombrables

essais.

La meule a été restaurée selon des principes ancestraux.

Polenta traditionnelle

La tradition, l’histoire et l’engagement

sont des valeurs sûres :

la Farina bona s’est fait une place

dans les rayons des magasins Coop

sous le label Slow Food. Pourtant,

ce fut un fiasco ! « Les Tessinois

étaient ravis de cette farine. Mais

dans les autres régions, les gens ne

savaient pas quoi en faire. »

Renoncer n’est pas dans la

nature d’Ilario Garbani : avec le

moulin de Loco qui lui fournit la

semoule de maïs, il a recréé une

polenta traditionnelle alla Farina

bona. Un mélange composé à 80%

de semoule de polenta et à 20% de

farine de maïs, moulue un peu plus

grosse. Un célèbre fabricant de

glace a également pris contact avec

lui. En effet, la Farina bona permet

de préparer une glace au parfum

de popcorn idéal. Un succès qui

incite Garbani à laisser son imagination

voguer vers de nouveaux

horizons : «Vous savez, avant que

le maïs n’arrive dans la vallée, les

meuniers fabriquaient la Farina

bona avec du seigle. Il faut que je

me penche un peu là-dessus... »

Pour en savoir plus :

www.cooperation.ch

Garbani/Locarno

Garbani/Locarno

Stefan Fehlmann

Coopération

Nunzia, la meunière du village,

fit avec le maïs ce qui

se faisait avec la seglia, le

seigle, depuis des siècles : elle prît la

poêle et, comme pour faire les caldarroste,

elle fit griller sur le feu les

grains de maïs, qui se mirent à crépiter

allègrement... Quelques-uns

firent une crête, d’où leur nom de

ghèl », coqs !

On pourrait dire que c’est l’ancêtre

du pop-corn, traduit littéralement

de l’anglais par « maïs

qui éclate ». Ces ghèl étaient surtout

appréciés par les enfants qui

se remplissaient les poches avant

d’aller à l’école, avec pour objectif

de les manger à la récréation. Mais

ceci n’est que l’une des hypothèses

liées à la naissance de ce produit.

À Loco, il semble que ce soit le

prêtre du village, Cesare Nottaris

(1857-1932), qui ait initié la tradition

de la Farina Bóna (Bonne

Farine). Puis un maître d’école

s’en est occupé, Giuseppe Rima,

dit « Pepp ». L’histoire de la Farina

Bóna est vraiment une belle histoire,

qui semble encore en partie à

découvrir : car en réalité, on connaît

peu l’origine de ce produit.

Mais ce qui est certain, c’est que

la Farina sec’a à Vergeletto et la

Farina Bóna à Loco – deux appellations

pour désigner le même produit

– était un aliment mangé au

quotidien par les autochtones :

farine presque toujours cuisinée

avec du lait, chaud ou froid, ainsi

qu’avec du beurre et du sel. Grâce

à des archives, l’on sait que le maïs

était également torréfié dans les

Terre di Pedemonte, dans la basse

Vallemaggia et dans la vallée Verzasca.

Par contre, le nom donné à

la farine est différent dans chaque

région : scaldada (chauffée), rosctida

(rôtie), da cà (de la maison,

d’ici).

www.epochtimes.fr

NOTRE HISTOIRE

Liberté de la presse et droits humains

sont les principes fondamentaux

d’ Epoch Times. Nous veillons à assurer le

respect de l’indépendance éditoriale et à

produire une information fiable.

En 2000, Epoch Times est né pour

fournir une véritable couverture des

événements en Chine, où la presse

n’était qu’un outil de propagande

contrôlé par la censure. Après avoir

été témoins de tragédies telles que le

massacre de la place Tiananmen et la

persécution du groupe spirituel Falun

Gong, de jeunes Sino-Américains ont

lancé la publication d’Epoch Times en

langue chinoise au péril de leur vie.

Parmi eux, certains journalistes ont été

emprisonnés en Chine, d’autres ont subi

de graves tortures et d’autres encore sont

toujours portés disparus.

Epoch Times est publié dans 35 pays

en 21 langues et touche des millions de

lecteurs. Epoch Times, tout en traitant

l’essentiel de l’information avec fiabilité,

inspire et enrichit la vie de ses lecteurs grâce

à ses récits inédits. Epoch Times s’engage

pour vous dans une démarche d’intégrité

et d’indépendance de l’information.

Édité par

EPOCH TIMES FRANCE

83 rue du Château des Rentiers

75013 Paris

Tél. 06 24 30 66 55

Directrice de la publication

Isabelle Meyer

Directeur de la rédaction

Rémi Bleibtreu

Rédacteurs en chef

Ludovic Génin, Véronique Raabon

Directeur artistique

Siaoyong Sou

Imprimerie

Rotimpres

Dépôt légal : à parution.

ISSN : 2261-2882.

Commission paritaire : 0716Q92406

PUBLICITÉ

06 77 93 23 22

pub@epochtimes.fr

Courrier des lecteurs

courrierdeslecteurs@epochtimes.fr

Epoch Times

Francophone

@EpochTimesFR

BULLETIN D’ ABONNEMENT

3 mois : 25 €

6 mois : 39 €

12 mois : 59 €

Abonnement de soutien : 90 €

Nom

Prénom

Adresse

Code postal

Ville

Tél

Email

Envoyez ce bulletin accompagné

d’un chèque bancaire à l’ordre

d’Epoch Times.

En France : Epoch Times 83 rue du

Château des Rentiers 75013 Paris

Où avez-vous connu Epoch Times ?


SANTÉ & BIEN-ÊTRE

www.EpochTimes.fr

La colère, un comportement addictif et dangereux

12 - 25 AVRIL 2016

| 15

Les scientifiques ont mené une étude à grande échelle et ont constaté que les personnes plutôt agressives sont plus sujettes aux crises cardiaques et aux

accidents vasculaires cérébraux. La colère peut causer un certain nombre d’autres maladies et même finir par être fatale.

Une étude a montré

que 30% du nombre

total des meurtres

sont commis sous

l’emprise de la colère. Dans cet

état, la personne est incapable de

se contrôler et peut faire d’horribles

choses. Selon les chercheurs,

même les drogues ne

provoquent pas de dommages

aussi graves que la colère.

La colère équivaut à un suicide

Les scientifiques d’études précédentes

ont aussi démontré des

effets néfastes de la colère sur le

corps humain. Daniel Goleman

dans son ouvrage Intelligence

émotionnelle dédie un chapitre

entier aux conséquences de la

colère sur le corps. « La colère

équivaut à un suicide », écrit-il.

Le scientifique a expliqué en

détail la relation entre la colère

et la fréquence des crises cardiaques.

En particulier, il explique que

certains patients n’ont besoin

que de se rappeler de quelque

chose qui provoque la colère

pour que leur cœur commence

à battre 7% plus vite. Ce phénomène

n’est pas observé avec les

autres sentiments douloureux

et même au cours d’un exercice.

Seule la colère a cet impact

dévastateur sur le corps humain.

La colère affaiblit le corps

Des chercheurs de la Fondation

panaméricaine de la santé mentale

ont conclu que la colère ne

se manifeste pas seulement sous

forme d’une explosion, elle a aussi

des effets nocifs sur le corps à long

terme. Selon les scientifiques, les

gens en colère sont en moins

bonne santé physique comparativement

aux personnes calmes.

Ils souffrent souvent de rhumes,

de grippes et autres maladies, et

dans l’ensemble, ils deviennent

terriblement irritables. On pense

communément que le défoulement

peut soulager et apaiser la

personne. Or, les scientifiques ont

remarqué que plus la personne

s’efforce de contrôler sa colère,

moins elle en est victime.

Selon la théorie de la médecine

chinoise ancienne, les émotions,

y compris la colère, naissent dans

le cœur. L’irritation du méridien

énergétique du cœur se propage

aux méridiens voisins pour

finir par remplir tout le corps. En

médecine, il y a des cas où, après

un accès de colère des gens sont

morts le lendemain de défaillance

cardio-pulmonaire. Ainsi,

nous pouvons dire que l’homme

est mort de sa colère.

Comment se débarrasser de la

colère

Pixabay.com

Des scientifiques américains ont constaté que les dégâts causés par la colère sur le corps sont pires que

ceux causés par l’alcool ou les drogues.

Dans la société moderne, la colère

humaine est souvent alimentée

depuis l’extérieur. Elle est toujours

plus présente dans les films

et les jeux, avec des scènes de

violence qui, avec les nouvelles

techniques, sont de plus en plus

réalistes. Pour se débarrasser de la

colère et apprendre à la contrôler,

tout d’abord, il est nécessaire de

limiter ces mauvaises influences,

voire de les supprimer.

Il est également conseillé de

compter jusqu’à dix avant de

répondre à quelque chose. Après

vous saurez discerner ce que

vous avez à dire. Car les paroles

prononcées sous l’emprise de

la colère sont souvent regrettées.

La personne interrogée sera

mieux en mesure de vous comprendre,

si vous lui parlez sur un

ton calme.

La respiration peut aussi être

d’une grande aide. Videz complètement

la cage thoracique en

expirant complètement, puis

respirez en comptant jusqu’à 4,

retenez votre souffle jusqu’à 4

et expirez sur un tempo de 4. La

Il est conseillé

de compter

jusqu’à dix avant

de répondre

car les paroles

prononcées

sous l’emprise

de la colère

sont souvent

regrettées.

méditation permet également

d’accéder à la tranquillité d’esprit.

Elle peut améliorer le fonctionnement

du cerveau et restaurer l’autocontrôle

émotionnel. En outre,

la méditation est un outil puissant

pour l’auto-développement et est

disponible pour toute personne.

Catherine Keller

Boissons alcoolisées et santé

L’alcool est consommé depuis des milliers d’années, particulièrement à l’occasion de fêtes. Certains

médecins conseillent de boire un verre de vin par jour. Mais que risque-t-on à en consommer plus ?

Plusieurs études récentes nous éclairent et nous permettent de regarder l’alcool sous un nouveau

jour.

L’eau, une boisson

irremplaçable

La valeur de l’eau est souvent sous-estimée, ce

qui conduit à de nombreuses maladies.

Travailler trop est un risque

Inutile de dire que lorsqu’on a de

longues semaines de travail, on veut

se divertir et non vivre comme une

machine sans âme. Par exemple,

pour se détendre un peu on prend

une bière. Les chercheurs avertissent

que les gens qui travaillent

beaucoup sont enclins à développer

l’alcoolisme. Des experts de l’institut

finlandais de la santé au travail

croient que la semaine de travail

de plus de 48 heures augmente le

risque de consommation d’alcool

de 12%.

Les bienfaits du vin rouge

Tout le monde connaît les bienfaits

du vin rouge. Mais le mérite n’en

revient pas à l’alcool éthylique mais

au resvératrol, un composé naturel

appartenant à la classe des polyphénols

que les plantes libèrent pour

leur protection. On en trouve dans

la peau du raisin, ainsi que dans

les canneberges, les myrtilles et les

grenades. On trouve du resvératrol

dans le vin à raison d’une moyenne

de 0,2-5,8 mg / l.

Un verre de bière ?

La bière attire non seulement

les être humains mais aussi les

mouches. En fait, la bière contient

une grande quantité d’esters qui

sont libérés dans l’environnement.

Ces composés volatils ont une

odeur fruitée. Les esters sont formés

par la fermentation de la levure

de bière. Si vous supprimez du gène

ATF1 de cette levure responsable

de la formation d’esters, la bière

perd toute attraction pour tout le

monde. D’ailleurs les mouches

font facilement la distinction entre

la bière naturelle et celle faite en utilisant

des additifs chimiques.

Pixabay.com

De petites doses, c’est plus que

suffisant

Pendant de nombreuses années, il

a été dit que l’alcool à petites doses

joue un rôle positif. Mais récemment,

de plus en plus de données

peuvent décevoir les amateurs de

boissons enivrantes. Des chercheurs

de la London School of

Hygiene and Tropical Medicine

ont analysé plus de 50 expériences,

qui ont été suivies par un total de

260 000 volontaires. Ils ont comparé

des buveurs habituels avec des

gens qui physiquement ne peuvent

pas boire en raison d’un défaut

génétique. Il est avéré que même

12 unités d’alcool par semaine sont

nuisibles, cela augmente la pression

artérielle et contribue au développement

de maladies cardiaques.

L’alcool et le foie, une vieille

conversation

Nul besoin d’être un alcoolique

pour saper le travail du foie par l’alcool.

La consommation culturelle

est suffisante. Une petite quantité

d’alcool, prise quotidiennement,

crée une déformation constante du

foie et l’empêche de se régénérer. Il

faut savoir que le tissu hépatique

n’a pas de terminaison nerveuse,

de sorte que les sensations douloureuses

surviennent seulement

quand il est trop tard. Si vous buvez

de temps en temps, vous avez

besoin de prendre une pause de

deux à trois jours d’affilée chaque

semaine, quelle que soit la quantité

d’alcool consommée, afin de donner

une chance de récupération à

votre foie.

Cyril Belan

Selon les chercheurs,

actuellement, l'humanité

consomme souvent des

boissons sucrées à la place de

l'eau, ce qui endommage l'organisme.

L’eau pure élimine les

substances nocives de l'organisme

et aucun autre liquide, tels

que les jus, le thé, le café, etc., n’est

capable de le faire, affirment les

scientifiques.

Il est connu que le corps

humain est composé de 80%

d'eau. Cependant, un organisme

en surpoids ne contient que 65%

d’eau. C’est le manque d'eau et

non l’excédentaire qui provoque

l'œdème du corps de la personne

obèse. L'eau favorise l'absorption

des nutriments et convertit l'alimentation

en énergie.

Les adultes devraient boire au

moins deux litres d'eau par jour,

selon les médecins. C’est la seule

façon de maintenir l'équilibre

hydraulique du corps.

CK

Pixabay.com


« Pure énergie »

« À couper le souffle »

À VOIR ABSOLUMENT !

« Émouvant »

L’expérience du divin

« Exquis »

Ne ratez pas la dernière danse !

IL N’EST PAS TROP TARD pour plonger sous les

mers jusqu’au cœur du palais du Roi Dragon,

traverser au galop les plaines de Mongolie ou

monter en flèche dans la nuit avec la dame de

la lune. Chaque année, Shen Yun présente un

nouveau spectacle : des histoires palpitantes

prennent vie grâce à l’expressivité de la danse

classique chinoise, une musique ue émouvante

et des toiles de fond animées éblouissantes.

C’est pour toutes ces raisons que les spectateurs

viennent et reviennent. Du 15 au 17 avril à Paris,

allez à la rencontre des poètes du Pavillon des

Orchidées ou faites connaissance nce avec le Roi des

Singes. Après, il sera trop tard…

15-16-17 AVRIL LE PALAIS DES CONGRÈS DE PARIS

Billets : 09 80 71 82 81 (appel non surtaxé)

ou visitez : ShenYun.com/paris

More magazines by this user
Similar magazines