Prix des monuments historiques 2013

denkmalpflege

Edition spéciale du Service des monuments historiques du canton de Berne et du magazine UMBAUEN+RENOVIEREN, Archithema Verlag

Edition spéciale du service des monuments historiques du canton

de Berne et du magazine UMBAUEN+RENOVIEREN, Archithema Verlag

www.be.ch/monuments-historiques et www.archithema.ch

Prix des monuments historiques

SERVICE DES MONUMENTS HISTORIQUES DU CANTON DE BERNE 2013

RÉCOMPENSÉ

Les marques du temps

Les surfaces anciennes conservées dans cette ferme de

Cortébert, vieille de 200 ans, confèrent une atmosphère

unique aux pièces habitables rénovées


1


2 3

L’ancien revisité

« Modifier un minimum de choses », tel était le mot d’ordre

de la restauration des pièces du logis. Le travail réalisé sur ce bâtiment

ancien, travail à la fois rationnel, courageux et créatif, est salué par

le Prix des monuments historiques du canton de Berne.

Texte: Elisabeth Schneeberger, Service des monuments historiques du canton de Berne

Photos: Alexander Gempeler (17), Marcel Krähenbühl (2)

Rédaction: Jenny Keller

Page précédente La ferme de la famille Fehlmann se trouve dans le centre ancien

du village de Cortébert.

1 Les corridors ont conservé leur fonction d’origine et sont les lieux de passage

principaux. Une porte en verre au nord du corridor du rez-de-chaussée permet un

apport de lumière.

2 Dans l’ancienne écurie du petit bétail a été installée une vaste garde-robe.

3 La pose de matériaux contemporains, pièces métalliques noires, sur les marches de

l’escalier hiérarchise les divers matériaux et permet à ceux-ci de cohabiter avec respect.

3


4

5


« Associés à de nouveaux matériaux, les

éléments anciens sont mis en valeur.»

Marcel Krähenbühl, architecte

Nous avons mis en valeur les

atouts de la ferme, rien de

plus », expliquent Ursula et

René Fehlmann, lauréats du

prix, au sujet de la transformation

et de la restauration de leur habitation

dans une maison paysanne de 1809. Dès

la première visite, ils ont été fascinés par le

bâtiment, la générosité des espaces, le grand

jardin et surtout l’environnement de la ferme,

au cœur de Cortébert, village du Jura bernois.

La famille a rapidement décidé d’acheter

et s’est installée provisoirement dans un

petit logement aménagé dans la grange :

« Nous voulions prendre le temps de découvrir

et de comprendre la ferme. »

Le logis, peu accueillant avec ses murs et

plafonds recouverts d’un revêtement en Pavatex,

nécessitait une rénovation. La ferme a été

appréciée lors du recensement architectural

du canton de Berne, et les nouveaux propriétaires

se demandaient ce qu’il pouvait y avoir

à protéger à l’intérieur. Ils se sont adressés à

Olivier Burri, conseiller technique du Service

cantonal des monuments historiques. L’ensemble

architectural de 200 ans s’avère être

un exemple de ferme jurassienne du XIXe

siècle à façade principale en gouttereau. Le

logis est exceptionnellement vaste. La majeure

partie du bâtiment et de sa structure est

très bien conservée à l’extérieur, mais aussi,

comme cela allait être découvert bien plus

tard, à l’intérieur.

Les Fehlmann ont alors étudié différentes

possibilités de transformation et ont mandaté

l’architecte Marcel Krähenbühl, expert en la

matière. Plusieurs idées ont été évoquées :

concevoir une nouvelle distribution verticale

reliant les deux niveaux d’habitation ou ›

6

7

4 Ancien et contemporain cohabitent

dans la cuisine. Le plafond

noirci par la suie accueille une

cuisine résolument contemporaine,

et l’absence d’armoires murales

suspendues allège l’ensemble.

5 L’ancien espace dédié au feu a

été recouvert de plaques de métal

noires. L’ancien mur badigeonné à

la chaux et les traces de suie ont été

conservés, restaurés ou complétés.

6 + 7 La cuisine du rez-de-chaussée

avant les travaux et pendant la

transformation au moment où l'ancien

âtre a été remis à jour.

5


9 10

8


ez-de-chaussée

1

2

4 5

7

8 6

9

1 ÉCURIE

2 GRANGE FOURRAGÈRE

3 DEVANT-HUIS

4 CHAUFFAGE/BUANDERIE

5 CORRIDOR

6 BUREAU

7 DOUCHE

8 WC

9 CUISINE

10 SALLE DE SÉJOUR

« Il nous a paru

évident que nous

voulions garder

les surfaces

anciennes.»

Ursula und René Fehlmann, maîtres d'ouvrage

1

3

10

étage

coupe

9

11

12

DÉMOLITION

9

1 2

4

11 12 12

NOUVEAU

11

5 8

11

5 CORRIDOR

7 DOUCHE

8 WC

9 CUISINE

11 FÉNIL

12 CHAMBRE

13 SALLE DE BAINS

14 DRESSING

0 5

8 Sous des panneaux de Pavatex ont été découvertes les boiseries anciennes d’époque.

Elles ont été restaurées et huilées. L’emplacement de l’ancien poêle est marqué par des

plaques noires métalliques. Le projet est de reposer, dans un avenir proche, l’ancien poêle.

9 Dans l’ancienne cave et l’ancien garde-manger du rez-de-chaussée a été installé un

spacieux bureau. Douche et WC se trouvent dans une boîte au centre de la pièce.

10 La famille Fehlmann a réuni les deux appartements d’origine pour n’en former qu’un

seul entièrement restauré. L’ancien escalier permet de relier les deux étages.

15

5 8 13

5

7

13

12 12 12 14

9

N

1 ÉCURIE

2 GRANGE FOURRAGÈRE

4 CHAUFFAGE/BUANDERIE

5 CORRIDOR

8 WC

9 CUISINE

11 FÉNIL

13 SALLE DE BAINS

15 GRENIER

› construire un duplex dans les locaux d’exploitation.

« Mais plus nous parlions de la

ferme avec Marcel Krähenbühl, plus nous découvrions

des caractéristiques que nous tenions

à conserver », raconte le couple. Leur

concept est devenu de plus en plus simpliste,

se résumant à « modifier un minimum de

choses ». Ils se sont concentrés sur le logis et

ont décidé de relier les deux appartements le

composant.

Une nouvelle vie pour les matériaux anciens ▪

Des sondages réalisés lors de la phase de

conception ont montré que les revêtements

cachaient des éléments architecturaux datant

de 1809. Au début de la transformation, les

parties conservées de la substance d’origine

se sont avérées plus vastes que prévues. Les

pièces ont révélé leurs boiseries d’époque et

la cuisine du rez-de-chaussée son plafond

noirci par la suie. « Il nous a paru évident que

nous voulions garder les surfaces anciennes »,

racontent Ursula et René Fehlmann. L’architecte

a respecté leur souhait en faisant preuve

de rationalité autant que de créativité. Les

structures d’origine ont été conservées autant

que possible. Ursula Fehlmann ne regrette

pas une seconde ces choix, souvent courageux

: « J’aime chacune des tâches et des

entailles sur les plafonds et les murs », affirme-t-elle.

Des éléments neufs sont venus remplacer

ou compléter des parties anciennes, mais

restent au second plan. Les pièces ont ainsi

retrouvé un cachet exceptionnel qui raconte

l’histoire des lieux, la rend visible et perceptible.

La cuisine, dotée d’un plafond éclatant

d’un noir profond, est l’une des pièces les ›

7


11


12

› plus impressionnantes du logis restauré.

Un enfoncement dans le mur délimite l’ancien

foyer, les traces de suie évoquent le souvenir

d’une hotte. La nouvelle configuration

de la cuisine, sans meubles hauts, s’intègre

naturellement dans l’espace. « Associés à de

nouveaux matériaux, les éléments anciens

sont mis en valeur. Ils se voient offrir une seconde

vie », déclare l’architecte.

Les longs corridors ont conservé leur aspect

d’origine. Pour laisser entrer davantage

de lumière, les maîtres d’ouvrage voulaient

faire tomber une partie de la cloison en bois,

mais le conseiller technique Olivier Burri les

en a dissuadés et a proposé l’installation

d’une paroi vitrée en bout de corridor. Cela a

permis de conserver l’ancienne porte d’entrée.

« Aujourd’hui, nous sommes heureux de cette

objection, affirment les maîtres d’ouvrage,

car les corridors sont les pièces maîtresses du

bâtiment .»

Simplicité et haute qualité ▪ Dans les pièces

d’habitation, les boiseries ont été dégagées et

restaurées, et la peinture à l’huile renouvelée.

Les emplacements des poêles dans les pièces

principales ont été provisoirement recouverts

de grandes plaques de tôle noire, en attendant

la reconstruction d’un fourneau à

banc.

L’ancienne cuisine à l’étage a été transformée

en salle de bains. On y distingue aussi les

traces de l’ancien foyer et, sur le mur en bois

opposé, s’entremêlent des traces de fumée, de

peinture et de réparation formant une structure

pleine de vie. Pour éviter un nouveau

cloisonnement qui aurait nui au charme de la

pièce, douche et toilettes ont été placées dans

une boîte autonome.


13

14

11 La cuisine du 1 er étage est devenue une grande salle de bains. L’endroit

où se trouvait le potager est toujours visible. Pour ne pas perdre la sensation d’un

espace, douche, WC et lavabo ont été intégrés dans une boîte au centre de la pièce.

12 Dans la chambre, les ferrements d’origine sont préservés.

13 Dans toutes les pièces de vie, un nouveau plancher en sapin et traité au savon

mou a été posé. Dans la chambre à coucher des parents, des plaques métalliques

noires rappellent l’endroit où se trouvait à l’époque un poêle.

14 La famille Fehlmann dans sa salle de séjour.

9


15 La façade principale est orientée plein

sud. La fontaine est partie intégrante de

l’approvisionnement en eau du centre ancien

de Cortébert.

16 Les initiales de la porte du devanthuis

rappellent que la maison a été

construite par la famille Fête.

Adresses

Planification et réalisation

Architekturatelier

Marcel Krähenbühl

Surbekstrasse 11, 3006 Bern

T 031 941 00 34

marcel.kraehenbuehl@bluewin.ch

Conseiller technique

Olivier Burri, Service des

monuments historiques du canton

de Berne, antenne Tramelan

Grand-Rue 126, 2720 Tramelan

T 032 481 14 56

Denkmalpflege des Kantons Bern

Münstergasse 32, 3011 Bern

T 031 633 40 30

www.be.ch/denkmalpflege

Ingénieur civil

ATB Ingénieurs-conseils SA

Rue de la Promenade 22

2720 Tramelan

T 032 487 59 77

tramelan@atb-sa.ch

12

15 16

Entreprise générale

W. Wyssbrod SA

La Planchette 13, 2608 Courtelary

T 032 944 14 65

wyssbrodwsa@bluemail.ch

« Le bâtiment n’est pas un objet de représentation,

mais sa qualité artisanale

est exceptionnelle.» René Fehlmann, maître d’ouvrage

Charpentier

Gilgen SA

Milieu du Village 10, 2732 Saules

T 032 481 22 39

gilgenic@hotmail.com

Maçon (crépi)

Paul Wyser

Brunngasse 3, 2502 Biel/Bienne

T 076 280 44 67

paul561@mac.com

Serrurier

André Kletzl,

Metallbau + Schlosserei

Bernstrasse 2, 2555 Brügg

T 032 373 33 05

kletzl.metallbau@bluewin.ch

› Toutes les interventions présentent une

gr ande précision créatrice et technique. « Le

bâtiment n’est pas un objet de représentation,

mais sa qualité artisanale est exceptionnelle

», déclare le maître d’ouvrage. « Les

nouveautés devaient toutes être simples et de

qualité. »

Les installations techniques s’intègrent de

manière optimale au bâtiment : les planchers

devaient être remplacés, ce qui a permis d’installer

un chauffage au sol. Des baies de portes

murées servent de galeries et les câbles électriques

ainsi qu’une isolation thermique ont

été ajoutés derrière les boiseries. Rendre invisible

les installations techniques était un désir

des maîtres d’ouvrage.

Ne pas trop en faire pour bien faire ▪ A l’heure

actuelle, l’aménagement du comble et des

locaux d’exploitation n’est pas à l’ordre du

jour. « Qui sait, l’étable accueillera peut-être

de nouveaux animaux », se disent Ursula et

René Fehlmann, et les enfants ont déjà

engrangé les premiers foins. Rien n’est exclu

pour l’avenir et les maîtres d’ouvrage se

laissent le temps de décider. D’autant plus

que la polyvalence des lieux constitue aussi

l’énorme potentiel de la ferme, ainsi qu’une

caractéristique essentielle de l’architecture

paysanne traditionnelle.

La prochaine étape est le réaménagement du

parvis, dont les plans sont déjà prêts. Le reste

peut attendre.


Plâtrier-peintre

Giovannini Plâtrerie-Peinture Sàrl

Le Ténor 3b, 2720 Tramelan

T 032 487 44 04

giovanninipeinture@zadsl.ch

Ebéniste

Ebénisterie Boegli SA

Route de Tramelan 51,

2710 Tavannes

T 032 481 29 15

ebenisterie.boegli@sunrise.ch

Electricien

Germiquet & Habegger SA

Grand-Rue 163, 2720 Tramelan

T 032 487 48 48

gh.tramelan@bluewin.ch

10


Une ferme datant

de 1809

La grande maison, située dans

le centre historique de son

village, a notamment été habitée

par des horlogers.

L’architecte Marcel Krähenbühl.

Le devant-huis, grande pièce qui

réunit les écuries et l’habitation, est

un élément architectural typique de la

ferme jurassienne. C’est aujourd’hui

un lieu que la famille Fehlmann utilise

comme atelier.

La ferme à la Cour d’Agibert fut bâtie en 1809 pour la famille Fête,

bourgeoise du lieu. Après avoir appartenu à des agriculteurs, la

ferme passe de 1866 à 1946 aux mains d’horlogers qui n’exploitent

pas forcément le domaine. Dès 1891, elle appartient à des Suisses

alémaniques. Ce processus d’immigration, sensible dans l’ensemble

du Jura bernois, est en partie lié au développement de l’horlogerie.

Cette ferme, caractéristique des constructions élevées à partir des

années 1790, présente une typologie relativement avant-gardiste par

son plan rectangulaire parallèle

à la rue, sa façade principale

en gouttereau et ses travées

perpendiculaires au

faîte. La toiture tranche également

par la présence de demi-croupes

et d’une pente relativement

élevée adaptée à

la tuile plate, alors que le bardeau

était largement dominant.

La charpente composée

de cadres triangulés (fermes)

constitue aussi une nouveauté

par rapport aux structures

traditionnelles à poteaux. La

façade principale, au sud, se

démarque par une composition

soignée et la forme en

arc surbaissé délardé desbaies

du logis. Le « devanthuis

», espace de circulation

et de travail caractéristique

des fermes jurassiennes,

s’ouvre par une arcade en

anse de panier dont la clé

saillante, datée 1809, est

frappée des initiales du premier propriétaire (LFF).

Le plan de l’habitation reste traditionnel, avec la cuisine en position

médiane à l’est, la belle chambre et le cabinet adjacent au sud et des

anciennes caves au nord. Un couloir traversant sépare le logis des

locaux d’exploitation, élément encore rare à cette époque. A l’étage se

trouve un second logement de plan similaire, le bâtiment ayant été

conçu pour deux familles.

Au cours du XIXe et dans la première moitié du XXe siècle, le bâtiment

a été modifié à diverses reprises. Dans ce contexte, un grenier

à grains de 1785, jadis en annexe, a été remonté dans le comble,

tandis qu’un troisième appartement a été créé ultérieurement dans

le volume de la grange.

Isabelle Roland, Etude des maisons rurales du canton de Berne

Les premières étapes

sont cruciales

Une planification réussie, c’est une

planification qui tient compte dès

le début de l’histoire du bâtiment

et des besoins du maître d’ouvrage.

Nombre de personnes ont un faible pour les maisons anciennes et

s’y sentent bien. Souvent, les travaux envisagés sur les monuments

historiques soulèvent des questions particulières pour les maîtres

d’ouvrage ou imposent des restrictions ; que cela soit perçu positivement

ou négativement dépend en grande partie de la qualité des

informations et des conseils fournis aux maîtres d’ouvrage. Les architectes

et les conseillers et conseillères techniques du Service des

monuments historiques jouent un rôle important concernant cette

question. L’état de conservation des monuments historiques varie

beaucoup. Avant d’entamer la planification, cela vaut la peine d’étudier

soigneusement le bâtiment. Il faut concevoir les plans de l’état

actuel, assortis de sondages ciblés sur le bâtiment et de recherches

sur son histoire.

Ce n’est qu’à l’issue de ces travaux qu’une analyse peut être menée,

incluant une évaluation des éléments architecturaux existants :

quels éléments sont d’origine, lesquels ont été ajoutés plus tard ?

Lesquels ont de la valeur ? Ces aides à la planification sont la clé de

voûte de la conception du projet par l’architecte.

Parallèlement à l’étude du bâtiment doivent être évalués précisément

les besoins du maître d’ouvrage. Là aussi, dans certains cas, des

concessions devront être faites pour l’« amour » de l’objet en question.

Il est recommandé de discuter sérieusement du programme

d’aménagement et de ses caractéristiques, de se poser toutes les

questions nécessaires et d’en faire une appréciation : qu’est-ce qui est

impératif ? Qu’est-ce qui est souhaitable ?

Cette manière de procéder n’est pas à elle seule la garantie d’un

résultat réussi. A quoi tient la capacité à toujours prendre les bonnes

décisions tout au long du processus reste souvent un petit secret. Une

explication peut être la collaboration ouverte et étroite entre toutes

les parties prenantes : maîtres d’ouvrage, architectes, Service des

monuments historiques et artisans.

Marcel Krähenbühl, architecte

11


Sonderdruck der Denkmalpflege des Kantons Bern

und der Zeitschrift UMBAUEN+RENOVIEREN, Archithema Verlag

www.be.ch/denkmalpflege und www.archithema.ch

Spez_Publikation_Denkmalpflege.indd 43 16.04.2010 9:15:41 Uhr

1

Erziehungsdirektion des Kantons Bern

Amt für Kultur / Denkmalpflege

Direction de l’instruction publique du canton de Berne

Office de la culture / Service des monuments historiques

www.be.ch/monuments-historiques

Service des monuments historiques

du canton de Berne

Prix des monuments historiques 2013

Ausgezeichnet

Umnutzung und Restaurierung des Schulhauses

Mauss in Mühleberg, Kanton Bern

2

Le Service des monuments historiques

décerne le Prix des monuments

historiques afin de récompenser

une maîtrise d'ouvrage qui, avec

la participation des équipes

cantonales, a restauré et aménagé

avec soin un monument historique

en apparence banal.

Il entend ainsi attirer l’attention sur

les nombreux bâtiments présentant

un intérêt par leurs caractéristiques,

leur architecture, leur histoire ou

leurs aspects techniques, ceux-là

même qui marquent l'identité de nos

villes et villages autant que les châteaux

et les églises dans l'ombre

desquels ils restent souvent.

Le Prix des monuments historiques

salue aussi bien une approche

respectueuse du bâtiment que des

solutions innovantes. Il tient

compte notamment de la qualité de

la restauration, du soin apporté

à la réalisation des travaux et de la

durabilité écologique des mesures

entreprises. La préservation de la valeur

l’emporte sur son accroissement.

La qualité de l'habitat doit être

maintenue, optimisée ou créée à

l'aide d'un budget adapté.

3

1 Prix des

monuments

historiques 2010

Changement d’affectation

et restauration

de l’école Mauss à

Mühleberg.

2 Prix des

monuments

historiques 2011

Restauration des

façades d’une maison

d’habitation à Hünibach

près de Thoune.

3 Prix des

monuments

historiques 2012

Restauration

intérieure, maison

en rangées à Wabern.

Le service des monuments historiques du canton de Berne remercie chaleureusement les maîtres d’ouvrage Ursula et

René Fehlmann, l’architecte René Krähenbühl, le photographe Alexander Gempeler ainsi que la rédactrice Jenny Keller.

Le magazine suisse de la modernisation, UMBAUEN+RENOVIEREN,

paraît 6 fois par an. Il propose des reportages accessibles dans les

domaines « Transformations et remise en état », « Préservation de la

valeur et rénovation » et « Réaffectation et équipement ». Il permet

en outre d’acquérir des connaissances pratiques sur des sujets tels

que les extensions de bâtiment, la technique du bâtiment, la biologie

de la construction et les questions d’aménagement, depuis la

conception des plans à la pose de la dernière couche de peinture.

www.umbauen-und-renovieren.ch et www.archithema.ch

Mentions légales

Editeur: Archithema Verlag AG, Rieterstrasse 35,

8002 Zürich, T 044 204 18 18, www.archithema.ch

Service des monuments historiques du canton de Berne,

Münstergasse 32, 3011 Bern, T 031 633 40 30,

www.be.ch/monuments-historiques

Directeur de la publication: Emil M. Bisig, emil.bisig@archithema.ch

Rédactrice en chef: Britta Limper, britta.limper@archithema.ch

Rédactrice: Jenny Keller, jenny.keller@archithema.ch

Graphisme: Antje Herrmann, antje.herrmann@archithema.ch

Traitement d'image: Dr. Cantz’sche Druckerei GmbH & Co. KG,

Zeppelinstrasse 29, DE-73760 Ostfildern (Kemnat)

Impression: AVD Goldach, Sulzstrasse 12, 9403 Goldach

© 2013 Archithema Verlag AG

Toute reproduction, même d’extraits, est soumise à l’autorisation

de la maison d’édition, de la rédaction et du Service des monuments

historiques du canton de Berne.

More magazines by this user
Similar magazines