22.06.2016 Views

Traduire

traduire...Interpréter

traduire...Interpréter

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

C A L S / C P S T - 2011<br />

TRADUIRE…<br />

INTERPRÉTER<br />

31 e Colloque d’ALBI<br />

LANGAGES ET SIGNIFICATION<br />

Pierre Marillaud - Robert Gauthier


Ce document de recherche a été publié avec le concours du Conseil<br />

Scientifique de l'Université de Toulouse-le Mirail,<br />

du Conseil Municipal d'Albi et du Conseil Général du Tarn<br />

Béatrix Marillaud, organisatrice des colloques d'Albi Langages et Signification,<br />

recevait au mois de juillet 2010, les participants réunis autour du thème :<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

ÉDITION<br />

Responsable : Robert GAUTHIER<br />

Mise en page Abderrahim MEQQORI<br />

Pour tout renseignement consulter la page sur la Toile :<br />

http://w3.gril.univ-tlse2.fr/CALS.htm<br />

ou contacter<br />

Robert GAUTHIER<br />

Tel. domicile : (33) (0)5 61 27 11 10<br />

Courriel : gauthier@univ-tlse2.fr<br />

CALS - COLLOQUES D'ALBI LANGAGES ET SIGNIFICATION


COLLOQUES D'ALBI LANGAGES ET SIGNIFICATION<br />

CALS<br />

1280 route de Cos 82130 LAMOTHE CAPDEVILLE<br />

Tél. : (33)(0)5.63.30.91.83<br />

Courriel : p.marillaud.cals@orange.fr<br />

COMITÉ SCIENTIFIQUE<br />

Michel BALLABRIGA. Université de Toulouse-le Mirail<br />

Natalia BELOZEROVA Université de Tioumen, Russie<br />

Anna BONDARENCO<br />

Université de Chisinau, Moldavie<br />

Marc BONHOMME<br />

Université de Berne, Suisse<br />

Marcel BURGER.<br />

Université de Lausanne, Suisse<br />

Marta CHALIKIA<br />

Conservatrice indépendante, Athènes<br />

M. E. CHAVES DE MELLO Université Fédérale Fluminense/CNPq<br />

Marion COLAS-BLAISE Université du Luxembourg<br />

Fernand DELARUE<br />

Université de Poitiers<br />

Irina FEDOROVA<br />

Université de Perm, Russie<br />

F.-Charles GAUDARD Université de Toulouse-le Mirail<br />

Robert GAUTHIER<br />

Université de Toulouse-le Mirail<br />

François LE GUENNEC Université de Bourgogne<br />

Massimo LEONE<br />

Université de Siennes, Italie<br />

Nanta NOVELLO-PAGLIANTI Université de Franche-Comté<br />

Pierre MARILLAUD<br />

Université de Toulouse-le Mirail<br />

Fernanda MENENDEZ Université Nouvelle, Lisbonne<br />

Adrien N’TABONA<br />

Université de Bujumbura, Burundi<br />

Michael RINN<br />

Université de Bretagne<br />

Dimitri ROBOLY<br />

Université d’Athènes<br />

Toulouse 2011


Présentation .......................................................................................................... 7<br />

BALLABRIGA Michel ....................................................................................... 17<br />

Traduction(s), interprétation<br />

COLAS-BLAISE Marion ................................................................................... 25<br />

La traduction en acte<br />

DELARUE Fernand ........................................................................................... 37<br />

Paraphraser, traduire. Le travail sur l’expression, de la Grèce à Rome<br />

REY Joëlle .......................................................................................................... 51<br />

La traduction : entre fidélité et trahison<br />

ZAÏEM BEN NEJMA Farah ............................................................................. 61<br />

Les déficiences du système ou de l’impossible traduction<br />

BOULANGER Pier-Pascale ............................................................................... 67<br />

La pragmatique du texte érotique<br />

BONHOMME Marc ........................................................................................... 79<br />

<strong>Traduire</strong> Astérix en allemand : transposer ou interpréter ?<br />

LETHIERRY Hugues ........................................................................................ 89<br />

<strong>Traduire</strong> l’humour ?<br />

RAZLOGOVA Elena ......................................................................................... 93<br />

Nouvelles traductions : motivations et réalisations<br />

CHEVRET-CASTELLANI Christine ............................................................. 107<br />

De l’interprétation du droit comme écrit d’écran aux critiques de la société<br />

civile sur l’internet<br />

VOLOSNIKOVA Ludmila............................................................................... 117<br />

Liberté académique dans la législation de la Russie<br />

MALCHIKHINA Irina .................................................................................... 125<br />

Interprétation des concepts dans les Statuts universitaires<br />

MASTACAN Simina ........................................................................................ 131<br />

Du « silence » de l’écriture juridique et de son paradoxe interprétatif<br />

COURIER-BRIÈRE Jacqueline ...................................................................... 137<br />

Signification. Entre interprétation et traduction<br />

HAFIZ Nadia.................................................................................................... 151<br />

Intraduisibilité de la poésie de M. Dib du français vers l'arabe<br />

GUÉLADZÉ Sibylle ......................................................................................... 157<br />

Étude du changement de signification dans le cadre des traductions<br />

géorgiennes de textes poétiques de Charles Baudelaire


CHEN Yen-hsiu ................................................................................................ 163<br />

Ethics of poetry in translation: on three english versions of Gu Cheng’s<br />

selected poems<br />

BÉLAVINA Ekaterina ..................................................................................... 171<br />

Les traductions russes de poèmes de Paul Verlaine et l’imagination auditive<br />

(sur l’exemple du cycle Les amies)<br />

LE GUENNEC François .................................................................................. 179<br />

Musique et discours dans les quatuors à cordes de Leoš Janaček<br />

MICHINEAU Stéphanie .................................................................................. 185<br />

Vers une critique créatrice<br />

PEJOSKA-BOUCHEREAU Frosa .................................................................. 195<br />

Le retour du texte traduit ou le retour du roman<br />

NOUREDDINE Nahed Nadia .......................................................................... 205<br />

Étude lexicale de la traduction en espagnol du roman Les yeux baissés de<br />

Tahar Ben Jelloun<br />

STRUNGARIU Maricela ................................................................................. 219<br />

L’autobiographie leirisienne : une recherche continue du sens<br />

AFKHAMI NIA Mahdi .................................................................................... 227<br />

Quelques réflexions sur la traduction de Les mots de Sartre en Iran<br />

ASSADOLLAHI TEJARAGH Allahshokr...................................................... 235<br />

Approche contrastive du traducteur : traduisibilité et intraduisibilité<br />

DJAVARI Mohammad Hossein ....................................................................... 243<br />

Pourquoi plusieurs traduction d'un texte littéraire ?<br />

BELOZEROVA Natalia ................................................................................... 249<br />

Multiplicité de l’interprétation<br />

SOTNIKOVA Tatiana ..................................................................................... 263<br />

La prosodie comme un des éléments d’expressivité persuasive (discours<br />

argumentatif)<br />

KHVESKO Tamara ......................................................................................... 271<br />

L’interprétation scientifique et l’étymologie populaire des toponymes<br />

EL BAKKALI El Arbi ..................................................................................... 277<br />

La paraphrase. Quelle relation entretient-elle avec la signification,<br />

l’interprétation et la traduction dans les énoncés écrits ?<br />

GROMER Anna ............................................................................................... 283<br />

Traduction de l’ironie : mission impossible ?<br />

FLEURY Arnaud ............................................................................................. 291<br />

Construction du sens, signification des unités de langue et interprétation des<br />

formes discursives d’humour


FEDOROVA Irina ........................................................................................... 299<br />

Le texte filmique traduit pour le nouveau milieu récepteur : modélisation<br />

sémiotique des transferts culturels<br />

GIORDANO Corinne ....................................................................................... 313<br />

L'interprétation sémiotique du film : le travail de l'acteur<br />

NOVELLO PAGLIANTI Nanta & TABUCE Bernard................................... 323<br />

La vengeance et ses représentations corporelles : relations sémiotiques entre<br />

texte et images en syntagme. Éthique et esthétique de la traduction<br />

intersémiotique<br />

MARILLAUD Pierre ....................................................................................... 337<br />

Au sujet du roman Mémoire d'un fou d'Emma d'Alain Ferry<br />

AYMAN Mousa Mounir Mohammad .............................................................. 347<br />

Vers une interprétation intentionnelle du discours politique d'Obama au<br />

Caire : du langage à caractère idéologique au langage de l'idéologie<br />

MITURA Magdalena ....................................................................................... 357<br />

La compréhension comme saisie du soi devant le texte. De l’interprétation à<br />

la traduction chez Paul Ricœur<br />

MACHET Anne................................................................................................ 367<br />

Vanité des vanités<br />

BONDARENCO Anna ..................................................................................... 373<br />

Les significations modales et pragmatiques du subjonctif en roumain, les<br />

problèmes de traduction qu’elles posent<br />

MVOGO-MACHINAL Kuna .......................................................................... 387<br />

Assoupissement de la métaphore : facteurs sociolinguistiques du figement<br />

métaphorique<br />

AKHATOVA Elvira & PONOMAREVA Olga ............................................... 395<br />

L’interprétation des modèles de la dérivation sémantique de la publicité<br />

politique américaine et anglaise<br />

HAISMANN Aurélie ........................................................................................ 401<br />

Transpositions identitaires : le cas de la presse francophone luxembourgeoise<br />

HALTÉ Pierre .................................................................................................. 415<br />

Formules interjectives et identité linguistique des internautes : différents<br />

usages pour différentes langues ?<br />

Friis Alsinger Léa ............................................................................................. 427<br />

Les objets inscrits : quelles interprétations ?<br />

RIHANI Merzouka........................................................................................... 439<br />

Interaction et co-construction du sens en classe de FLE : étude des stratégies<br />

de lecture utilisées par des étudiants algériens<br />

NARVÁEZ BRUNEAU Nathalie ..................................................................... 445<br />

L’écriture du corps dans la trilogie de Charlotte Delbo Auschwitz et après


PRÉSENTATION<br />

En traitant plus particulièrement de la sémantique des mots "traduire" et<br />

"traduction" lors de l'ouverture de notre colloque de juillet 2010, Michel Ballabriga<br />

était dans le ton, dans la mesure où, dans l'ensemble des communications qui<br />

suivirent, les plus nombreuses furent celles qui traitèrent des problèmes de la<br />

traduction. Sans omettre les problèmes de la transposition, de l'intersémioticité, de<br />

l'interprétation et de la critique, et après avoir fait une analyse diachronique du mot<br />

traduction, Michel Ballabriga affirme que la traduction doit être vue comme un<br />

phénomène continu et complexe, ce que les avatars des machines à traduire nous ont<br />

bien prouvé.<br />

Cette complexité de l'opération de traduction, Marion Colas-Blaise l'aborde,<br />

citant un dialogue tiré des Lettres Persanes de Montesquieu, en se demandant si la<br />

traduction peut être une "reproduction fidèle" du texte source. En fait, qu'il s'agisse<br />

de la traduction proprement dite au sens où l'entend Jakobson, ou de la translation<br />

intersémiotique, c'est un éventail de positions qui s'ouvre entre la reproduction<br />

imitative et la présentation qui renouvelle, cet éventail permettant l'amorce d'une<br />

modélisation.<br />

Fernand Delarue, glissant de la traduction à la paraphrase, après avoir fait<br />

remarquer que la traduction littéraire avait ses origines à Rome et non à Athènes,<br />

(pour les grecs civilisation et hellénisme se confondant, la traduction littéraire était<br />

sans objet), s'intéresse au rôle capital que joue la paraphrase dans la littérature latine,<br />

et par voie de conséquence, dans toutes les littératures.<br />

Joëlle Rey, revenant sur la situation toujours délicate qu'occupait la<br />

traduction entre la fidélité et la trahison, montre que cette vision dichotomique de<br />

"l'activité traduisante" est aujourd'hui dépassée du fait des concepts et outils<br />

théoriques qu'a développés la traductologie.<br />

Pourtant Farah Zaïem Ben Nejma s'irrite du sort que l'on réserve encore<br />

aujourd'hui à la traduction qui lui semble frappée d'anathème alors que le monde<br />

actuel consomme toujours plus de textes traduits. Pour Du Bellay la traduction<br />

n'était qu'un pis aller, un acte sauvage, barbare qu'il assimilait à du cannibalisme,<br />

pourtant il pratiquait la traduction quand il était à cours d'inspiration. Deux siècles<br />

plus tard Montesquieu fera écrire par Rica à Usbeck que "les traducteurs sont<br />

comme ces monnaies de cuivre […] toujours faibles et de mauvais aloi". Après un<br />

passage en revue précis des principaux problèmes posés par l'acte de traduire, Farah<br />

Zaïem conclut par ce qu'il est permis d'appeler une "défense et illustration de la<br />

traduction".<br />

Pier-Pascale Boulanger n'est pas aussi pessimiste sur la situation de la<br />

traduction et elle utilise les outils de la traductologie et de la pragmatique pour<br />

7


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

traduire les textes érotiques et pornographiques. Reprenant un mot de Kiefé sur les<br />

"pudeurs des traducteurs", elle se demande si cette attitude n'est pas liée à la<br />

connaissance et au pressentiment qu'ont ceux-ci de l'inquiétante force des mots.<br />

Considérant que la pragmatique du récit érotique procède de trois impératifs<br />

d'écriture, la clarté, la réalité et l'inventivité, Pier-Pascale Boulanger, qui fut la<br />

traductrice d'Henri Meschonnic, reprend une de ses idées, à savoir qu'il n'est pas<br />

seulement question de traduire des mots, mais plutôt de considérer la manière d'être<br />

des mots dans le langage. La traduction en allemand du texte de la bande dessinée<br />

Astérix pose au moins autant de problèmes, même si certains sont différents, que<br />

celle des textes érotiques.<br />

Marc Bonhomme nous montre les difficultés que Gudrun Penndorf a dû<br />

affronter du fait de la densité rhétorique du texte de Goscinny qui entremêle travail<br />

sur la langue, jeux de mots, allusions culturelles et ancrage historique sur<br />

l'imaginaire français. L'analyse de Marc Bonhomme montre que si Pendorf a oscillé<br />

entre fidélité et créativité pour garder l'orientation conceptuelle du texte source tout<br />

en le rendant accessible au lecteur allemand, elle met cependant un bémol en ce qui<br />

concerne la traduction des gallicismes métaphoriques et des calembours qui perdent<br />

assez souvent leur épaisseur poético-ludique en allemand.<br />

Hugues Lethierry aborde lui aussi les problèmes de la traduction de<br />

l'humour avec, disons-le, un certain humour…Il termine son analyse par une<br />

référence à W.Benjamin qui dans l'article La tâche du traducteur exprimait l'idée<br />

d'une convergence possible de toutes les langues qui s'enrichiraient en se traduisant,<br />

permettant parfois une maturation posthume dans le langage cible." H. Lethierry<br />

conclue ainsi : L'ironie de la traduction vient du fait que ce sont ses difficultés<br />

même, le 'quamvis' (bien que) qui deviennent outil 'quia' (parce que), comme le<br />

dirait V.Jankélévitch, le fils du traducteur de Freud.<br />

La traduction des textes littéraires fut abordée à plusieurs reprises au cours de<br />

ce colloque et Elena Razlogova y présenta une étude de l'évolution dans le temps et<br />

dans l'espace de traductions de La dame de pique (six traductions) et Boris<br />

Godounov (trois traductions) d'A. Pouchkine. Cette analyse comparative permet à<br />

Elena Razlogova de montrer en quoi une traduction peut être différente d'une autre,<br />

ou lui être semblable, quand il s'agit d'un même texte source. Sa conclusion en sept<br />

points constitue une synthèse très intéressante pour les traducteurs de textes<br />

littéraires.<br />

L'interprétation des textes juridiques en regard des possibilités offertes par<br />

internet est étudiée par Christine Chevret qui, après avoir rappelé que pour Aristote<br />

le rôle du juge est de corriger la loi et lui retrouver sa rectitude, que pour Paul<br />

Ricœur il est nécessaire d'admettre la caractère vague du langage juridique, analyse<br />

un forum sur internet et conclue que le langage est productif de la normativité du<br />

droit du fait que la loi est sans cesse évaluée par les acteurs. Le public (les<br />

internautes) en se situant plus activement dans l'évaluation de l'acceptabilité de la<br />

loi, et moins passivement dans son acceptation imposée, fait évoluer la société vers<br />

plus de démocratie.<br />

Ludmila Volosnikova s'intéresse elle aussi aux textes juridiques, plus<br />

particulièrement aux textes concernant la réglementation de l'enseignement en<br />

Russie. Créée au XVIII e siècle, l'université russe a été le principal outil<br />

d'européanisation de la Russie, or la liberté académique, loin d'être un droit de<br />

8


PRÉSENTATION<br />

caractère civil général, fut d'abord un privilège accordé aux professeurs et savants de<br />

la société. L'université avait le droit de censure sur les travaux de recherche des<br />

professeurs. A partir de 1990, le changement politique ouvrit l'âge d'or de la liberté<br />

académique et de l'autonomie, mais en 2007 l'État a renforcé son contrôle des<br />

universités. Par la mise en évidence des champs lexicaux (frames) Ludmila<br />

Volsnikova montre l'évolution puis la régression des libertés universitaires en<br />

Russie.<br />

Irina Maltchikhina, effectuant une recherche sur le discours universitaire, et<br />

plus particulièrement sur l'emploi de certains lexèmes, comme par exemple "la<br />

valeur", dans les textes des règlements universitaires, montre à partir de la mise en<br />

évidence de ces lexèmes que finalement c'est l'ordre qui constitue la dominante des<br />

textes réglementaires de l'université de Tioumen.<br />

Simina Mastacan s'intéresse elle aussi au droit, aux textes réglementaires,<br />

juridiques, et montre combien la signification juridique censée être claire, univoque,<br />

explicite, est en réalité ambiguë et implicite, l'interprétation juridique, étant ellemême<br />

censée fonctionner d'une façon univoque en raison de sa finalité coercitive.<br />

En analysant de près les particularités de l'écriture juridique on constate de grands<br />

écarts par rapport aux normes présumées. Le discours de l'interprète de ces textes ne<br />

peut donc se réduire à la simple transposition des normes aux faits, et se doit de<br />

combler les vides du texte au-delà des mots.<br />

Les poètes, les auteurs littéraires, et leurs lecteurs, ne vont-ils pas eux aussi<br />

au-delà du sens habituel des mots ? Peut-on traduire la poésie ? Question qui a déjà<br />

fait couler beaucoup d'encre… Jacqueline Courier-Brière propose une réflexion<br />

sur la signification, entre interprétation et traduction, en analysant deux extraits de la<br />

traduction en arabe de La jeune Parque de Paul Valéry. Faisant référence à Valéry<br />

bien sûr, qui avait une expérience en matière de traduction puisqu'il avait traduit Les<br />

Bucoliques de Vigile, et à Baudelaire, autre brillant traducteur, elle insiste sur la<br />

notion de poéticité de la traduction qui assure la transposition du poème et son<br />

euphonie.<br />

C'est aussi de la traduction du français vers l'arabe dont il est question avec<br />

Nadia Hafiz qui se heurte à un problème d'intraduisibilité de textes du poète<br />

algérien Dib qui a écrit en français le sceau de son étrangeté. La poésie qui dit ne<br />

peut dresser une barrière à la traduction qui redit. L'auteure de cette communication<br />

en arrive à opposer " l'intraduction" à "l'intraduisibilité", et fait la démonstration que<br />

si la traduction du français vers l'arabe de la poésie de Dib est un échec, elle n'en<br />

arrive pas moins à "dire presque la même chose" par la répétition, la contradiction,<br />

l'oxymore et l'intertextualité. Elle essaie ainsi de secouer un lectorat francophone ou<br />

arabophone " un peu frileux quant à cette poésie précieuse, presque mystique".<br />

Sibylle Guéladzé analyse les changements de signification dans le cadre des<br />

traductions géorgiennes des textes poétiques de Charles Baudelaire. Retraduisant en<br />

français les cinq versions des traductions géorgiennes du premier verset de<br />

"L'albatros", elle montre que l'éloignement de la signification originale est souvent<br />

provoqué par le non respect des néologismes figurant dans le texte source.<br />

Accomplissant le même travail sur le premier tercet du sonnet "L'ennemi", elle en<br />

arrive à la conclusion, après avoir fait référence à Riffaterre, que pour établir une<br />

traduction rapprochée du texte poétique, il faut prendre en considération le contexte,<br />

le cotexte, et même le large contexte avec des facteurs extralinguistiques qui, dans la<br />

9


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

vie du poète, sont à la source de tous les néologismes et de toutes les métaphores<br />

nouvelles.<br />

Céline Yen-Hsiu Chen traite du même sujet et constate des différences<br />

importantes dans les diverses traductions de poèmes de Gu CHENG. Alors que<br />

certains accordent une grande valeur à l'intention créatrice de Gu CHENG, mettent<br />

l'accent sur une traduction littérale, prennent en compte les nuances de la rhétorique,<br />

reproduisent assez fidèlement le style, l'esprit et la fonction esthétique de son œuvre,<br />

tel autre traduit en imprégnant ses textes de ses interprétations personnelles, d'où des<br />

phénomènes de sur-traduction, de re-création et d'interpolation. Céline Yen Hsiu<br />

Chen pense, en conclusion de son analyse, que les futurs traducteurs en anglais de la<br />

poésie chinoise devront expliciter l'œuvre originale par l'intermédiaire d'une<br />

introduction et de notes de bas de page pour justifier les modifications, changements<br />

ou ajouts utilisés à la place des traductions littérales, afin d'assumer la responsabilité<br />

de tout traducteur de la poésie chinoise en termes de prises de conscience sociale et<br />

interculturelle, et de révéler au lecteur de la langue cible l'essence de la poésie telle<br />

qu'initialement écrite.<br />

L'essence de la poésie, c'est aussi ce qu'a cherché à dégager Ekaterina<br />

Belavina en traduisant Les amies de Verlaine. Ces six sonnets qui avaient été<br />

censurés en France dès leur parution, ont contraint la traductrice, selon la tradition<br />

russe, à trouver ce qui est le plus important et le plus significatif dans le texte source<br />

et qui pourrait produire le même effet sur le lecteur russe que sur le lecteur français.<br />

Une recherche qui montre la grande sensibilité poétique de la traductrice.<br />

De Verlaine à la musique, le pas est vite franchi grâce à François Le<br />

Guennec qui étudie les rapports entre texte et musique dans les "quatuors à cordes"<br />

de Janaček. Instituteur à ses débuts comme le fut Schubert, Janaček accorda peutêtre<br />

pour cette raison une valeur à la langue aussi essentielle que celle qu'il accordait<br />

à la musique. Devenu professeur, puis directeur d'une école d'organistes, il compose<br />

en liant langue et musique, réconciliant "la musique et le texte par l'importance qu'il<br />

leur confère dans la formation de l'homme".<br />

C'est sans doute la "formation de l'homme" qui constitue en fin de parcours<br />

l'objectif que se fixe Stéphanie Michineau en plaidant la cause d'une critique<br />

littéraire qui, contrairement à la critique traditionnelle, se donne la tâche de faire<br />

fructifier le récit. En référence à Doubrovsky, il est question d'un rapprochement<br />

entre critique et création littéraire, ce rapprochement débouchant sur l'autotextualité,<br />

le critique faisant référence à ses propres productions scripturales. L'auteure de la<br />

communication souhaite que sa conception de la critique se traduise par une<br />

recherche en littérature moins figée que la critique traditionnelle, et accessible au<br />

plus grand nombre.<br />

Frosa Pejoska-Bouchereau traite elle aussi de la littérature, et plus<br />

particulièrement de romans dont elle analyse les exils dans des langues et des pays<br />

différents de leurs pays d'origine, pays qu'ils retrouvent après des traductions et aussi<br />

des changements politiques. La traduction d'un roman est une seconde<br />

reconnaissance de l'œuvre destinée à des lecteurs étrangers, voire à des lecteurs<br />

marginalisés. Le retour d'un roman traduit, voire retraduit, dans les Balkans, pays<br />

qui ont connu des systèmes politiques très autoritaires, est positif car, selon Milan<br />

Kundera, l'esprit du roman s'oppose à l'esprit totalitaire.<br />

10


PRÉSENTATION<br />

Le roman post-colonial résiste-t-il à l'esprit totalitaire du colonialisme ? Pas<br />

nécessairement quand il est traduit, nous fait remarquer Nahed Nadia Noureddine<br />

qui analyse la traduction en espagnol par Malika Embarek Lopez du roman Les yeux<br />

blessés de Tahar Ben Jelloun. Cette traduction présente un excès d'exotisation<br />

figeant le texte espagnol dans les stéréotypes et les clichés que se font les lecteurs<br />

espagnols de la littérature arabe. Certains termes du texte français renvoyant au<br />

passé colonial français sont traduits par des termes renvoyant le lecteur espagnol à<br />

al-Andalous. La traduction répond sans doute aux attentes du lecteur espagnol mais<br />

elle ne permet pas à l'ensemble des textes maghrébins d'évoluer.<br />

Maricela Strungariu nous maintient dans le domaine de la littérature en<br />

abordant le problème de l'écriture autobiographique chez Michel Leiris. Cherchant à<br />

se soustraire à la fuite du temps dans L'âge d'homme. Leiris écrit un texte qui<br />

échappe aux contraintes de la chronologie ; il en résulte un livre conçu comme un<br />

ensemble de collages, une "écriture tressée" dirait Philippe Lejeune. L'auteur n'écrit<br />

pas sa vie mais la recrée par son écriture pour lui donner un sens. Les lecteurs<br />

leirisiens sont incités à poursuivre un au-delà du texte, à en combler les vides, à<br />

essayer d'établir des rapprochements personnels, à sortir des automatismes de<br />

l'interprétation. Nous ferons remarquer que la relation de Michel Leiris à l'écriture<br />

rappelle un peu celle de Sartre, pour qui "l'écrire" déterminait, en partie au moins, le<br />

sens de la vie en permettant d'échapper à l'absurde. Il considérait en outre que lire<br />

c'était être optimiste, et il ne fit pas de tentative de suicide, comme Leiris.<br />

Les mots de Sartre ont intéressé Mahdi Afkhami Nia qui en a analysé deux<br />

traductions en persan, la première, celle de H. Djavahertchi, datant de 1972, la<br />

dernière, celle de A. Dj. Aalam datant de 2009. Les deux traductions tentent de<br />

rester fidèles à ce texte autobiographique, (auto-fiction aussi) mais de façons<br />

différentes. Alors que Djavahertchi, en restant fidèles aux mouvements de la phrase<br />

et aux symboles, traduit en grand lecteur l'écrivain dont la vie l'intéresse beaucoup,<br />

Aalam, tout en cherchant à rester fidèle lui aussi au texte source, se veut également<br />

fidèle à la langue persane, d'où un texte plus éloigné de la prose sartrienne.<br />

Allahshokr Assadollahi traitant lui aussi des problèmes de traduction de<br />

textes littéraires français en persan, pense que le traducteur joue un rôle primordial<br />

d'abord par sa fonction même, ce qui est évident, mais aussi parce qu'il est le<br />

premier filtre des signes linguistiques, des notions culturelles et des aspects<br />

sociolinguistiques. Rejetant l'idée que toute traduction est systématiquement une<br />

trahison, il développe l'idée, en référence à G. Mounin et E. Nida, que les universaux<br />

dans les langues doivent permettre la traduction, au moins par le biais d'une<br />

application oblique, le traducteur devant suivre une approche contrastive pour<br />

arriver à produire un texte cible littéraire.<br />

Restons à l'université iranienne de Tabriz avec Mohammad Djavari qui<br />

pose la question de la nécessaire multiplicité des traductions d'un même texte<br />

littéraire. Il étudie le caractère pluriel de l'interprétation du texte littéraire, caractère<br />

qui se manifeste dans le travail de la traduction considérée elle-même comme une<br />

interprétation. La difficulté de la traduction du texte littéraire tient, entre autres<br />

causes, au fait que le traducteur ne peut se permettre de passer "simplement" d'une<br />

langue à l'autre. Parmi tous les problèmes qui se posent, se pose celui des valeurs de<br />

la culture du texte source, et de leur adaptation avec la culture de la société de la<br />

langue et du texte cible. Ces valeurs ne sont pas toujours transférables ni<br />

11


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

compatibles. L'auteur de la communication pense qu'il faut dépasser la vieille<br />

alternative entre traduction fidèle à la source et traduction fidèle au public récepteur,<br />

et avancer vers un texte créateur et autonome. Quant à la question de W.Benjamin<br />

concernant le "noyau intraduisible", elle reste posée…<br />

Natalia Belozerova étudie les problèmes que pose la multiplicité de<br />

l'interprétation en se référant dans son introduction à ces "grandes personnes" du<br />

Petit Prince de Saint-Exupéry qui ne comprennent rien au dessin du boa ayant avalé<br />

un éléphant, à Hamlet qui oblige Polonius à trouver des ressemblances successives<br />

différentes à la même forme d'un nuage (Hamlet acte III, scène 2), au poète russe<br />

Fiodor Tioutchev qui persuade le lecteur de dissimuler ses pensées et ses rêves<br />

puisque "toute pensée qui s'exprime est un mensonge". Après s'être appuyée sur la<br />

théorie de Charles Sanders Peirce pour mener son analyse, Natalia Belozerova<br />

conclue que la multiplicité de l'interprétation est conditionnée par sept facteurs<br />

qu'elle donne en conclusion.<br />

Tatiana Sotnikova insiste pour sa part sur l'importance de la prosodie qu'elle<br />

considère comme un des éléments importants de l'expressivité persuasive, le signe<br />

intonatif étant un des paramètres de la prosodie dans l'ensemble des autres signes<br />

linguistiques. Les patrons mélodiques des répliques des interlocuteurs autoritaires<br />

(vs non-autoritaires) apparaissent comme marqués de la tendance à l'asymétrie<br />

prosodique. Dans les situations symétriques au contraire les interlocuteurs cherchent<br />

à s'adapter en choisissant des patrons mélodiques plus traditionnels, voire universels<br />

pour soutenir un raisonnement argumentatif. Il apparaît que la mélodie ne doit pas<br />

être marginalisée parce qu'au sens linguistique elle ajoute non seulement une<br />

signification expressive, mais aussi une signification énonciative.<br />

Spécialiste des toponymies anglaise et russe, Tamara Khvesko constate que<br />

les particularités lexicales des langues sont formées par de nombreux composants<br />

tels que le lexique individuellement ethnique, l'extension et le caractère de<br />

l'organisation de zones particulières lexico-sémantiques. Ne citons qu'un des<br />

exemples traités dans cette étude : il apparaît que les noms superstratums (influence<br />

de la langue étrangère sur la langue des indigènes à la suite d'une conquête) sont<br />

entrés dans la toponymie russe par un moyen linguistique mais ont été mis à part par<br />

la cartographie. Le caractère universel de la civilisation moderne et les procédés<br />

d'information ont pour résultat une importante unification et un nivellement des<br />

particularités lexicales des langues. L'étude des ressemblances et des différences des<br />

emprunts dialectaux dans la langue moderne est très importante pour l'analyse<br />

diachronique de la toponymie.<br />

El Arbi El Bakkali a travaillé sur la paraphrase en analysant la relation<br />

qu'elle entretient avec la signification, l'interprétation et la traduction. Ayant<br />

remarqué que sens et signification se substituent mutuellement dans toutes les<br />

langues naturelles, il considère pour sa part que la signification est une substance,<br />

que l'interprétation est une assignation et la traduction un transfert. S'inspirant des<br />

travaux de Catherine Fuchs, il voit dans la paraphrase le procédé linguistique qui se<br />

charge de la re-formulation du sens linguistique sous plusieurs images sans que<br />

celui-ci change de nature en adoptant le principe d'équivalence.<br />

Mais peut-on traduire ou paraphraser l'ironie ? Anna Gromer constate qu'on<br />

a versé beaucoup d'encre sur l'intraduisibilité de l'ironie et de l'humour mais que les<br />

traducteurs font cependant leur travail. Depuis Wayne Booth l'ironie est considérée<br />

12


PRÉSENTATION<br />

comme une forme de traduction, d'où le jeu de miroirs complexe que devient la<br />

théorie de la traduction des textes ironiques d'une langue à l'autre, la nature sociale<br />

de l'ironie expliquant en très grande partie cette complexité. Analysant le roman<br />

The Finishing School de la romancière britannique Muriel Spark, Anna Gromer<br />

montre avec beaucoup de clarté tous les problèmes que posent aux traducteurs un<br />

texte jouant sur l'ironie et les calembours ; elle donne en outre envie de lire ce roman<br />

à ceux qui, comme nous-mêmes, ne le connaissent pas !<br />

Il est encore très sérieusement question d'humour avec Arnaud Fleury qui<br />

s'intéresse à l'interprétation des formes discursives de l'humour. S'inspirant des<br />

travaux de Landheer (1992) et Berrendonner (2002), l'auteur démontre que "la figure<br />

rhétorique antique de la métonymie comme procédé d'enrichissement sémantique<br />

consistant à substituer un terme à un autre apparaît contradictoire avec le<br />

mouvement de réflexivité lexicale déployé durant l'accomplissement du processus.<br />

Dans un second temps il décrit la nature des rapports morphosyntaxiques entre la<br />

catégorie de classe d'humour et le phénomène d'identification numérique des<br />

différentes significations lexicales contraignant le sens de l'énonciation des mots. La<br />

série des exemples donnés en conclusion illustre bien la relation de réflexivité des<br />

énoncés en fonction de l'interprétation morphosémantique et grammaticale de la<br />

situation référentielle de ces énoncés.<br />

Avec Irina Fedorova il est question de cinéma, et plus particulièrement de la<br />

traduction des sous-titrages d'un film dans une langue étrangère, afin de rendre le<br />

film compréhensible par un public étranger. Tout film étant un objet culturel dans la<br />

mesure où il est codifié par les éléments d'une culture, il arrive que la composante<br />

culturelle de l'œuvre originale se trouve hors du cadre de la compétence linguistique<br />

du destinataire de la langue cible. D'où la nécessité pour le traducteur de passer d'un<br />

code à un autre. Le critère principal de cette analyse est le degré de transformation<br />

de la référence culturelle du texte de départ dans le texte d'arrivée. A partir<br />

d'exemples éloquents, l'auteure montre comment "les traducteurs de sous-titrages<br />

peuvent calculer les relations entre information et coût et établir le degré de<br />

prévisibilité souhaitable pour diminuer les erreurs possibles, en apportant<br />

cependant suffisamment d'informations".<br />

Il est toujours question de cinéma avec Corinne Giordano qui propose une<br />

sémiotique interprétative portant sur le travail de l'acteur, en se demandant comment<br />

on peut appréhender ce travail. Elle commence par une analyse sémiotique du film<br />

qu'elle a choisi de traiter, à savoir Le petit monde de Don Camillo nterprété par<br />

Fernandel. Gestuelle, mimiques, voix, maquillage, cadrages, costumes, décors,<br />

éclairage, rien n'échappe à l'attention de Corinne Giordano. Il apparaît en conclusion<br />

que la performance d'un acteur révèle la complexité de la représentation d'un art, et<br />

de son interprétation. Les notions très novatrices de performance et de "performer"<br />

ouvrent une réflexion à construire.<br />

Les images intéressent également Nanta Novello Paglianti et Bernard<br />

Tabuce, mais il s'agit des images fixes d'une bande dessinée de Fabrice Lilao qui a<br />

adapté Vengeance d'une femme, la nouvelle de Barbey d'Aurevilly, écrite en 1871.<br />

Les deux auteurs nous donnent là l’analyse d'une œuvre relevant de la mise en<br />

relation de deux systèmes sémiotiques, l'écriture et le dessin, d'où une traduction<br />

intersémiotique, mais précisons le, la relation texte dessin n'est pas symétrique<br />

puisque l'image est une traduction du texte littéraire. L'illustrateur est<br />

13


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

nécessairement un interprète, et dans un certain sens un traducteur, et s'il suit le<br />

schéma narratif de la nouvelle, il met particulièrement en valeur, voire les accentue,<br />

le corps, la passion et l'érotisme, co-participant ainsi à la transformation de la<br />

signification.<br />

Il est également question de passion dans Mémoire d'un fou d'Emma d'Alain<br />

Ferry (2009). Pierre Marillaud, commentant ce roman dont le titre fait déjà<br />

référence à une œuvre de jeunesse de Flaubert, commence par une analyse de ce que<br />

Genette désigne par le terme "seuil", élément du paratexte, un seuil qui, pour<br />

reprendre un mot de Borges au sujet d'une préface, n'est pas une simple dalle de<br />

pierre formant la partie inférieure de la baie de la porte d'entrée du roman, mais se<br />

présentant plutôt comme une entrée avec grille, allée d'accès, hall d'entrée et<br />

vestibule… Passion du narrateur pour Eva ? pour Emma ? pour Eva-Emma ? Le<br />

lecteur se trouve en présence d'une intertextualité dont on peut dire qu'elle dynamise<br />

la lecture du roman dans la mesure où un très célèbre personnage de la littérature<br />

française du XIX e siècle est interpellé par le narrateur d'un roman du XXI e siècle<br />

dont la trame narrative semble s'enrouler autour de celle du roman de Flaubert.<br />

Si la politique est présente, implicitement ou explicitement dans les romans,<br />

il arrive qu'elle prenne parfois des allures inattendues, presque romanesques, comme<br />

ce fut le cas pour l'étonnante arrivée au pouvoir de l'actuel président des Etats-Unis.<br />

Mousa Mounir Mohammad Ayman s'est intéressé au célèbre Discours du Caire<br />

prononcé par le président Obama lors de sa visite au Caire le 4 juin 2009 et montre<br />

que parler au Caire n'est pas innocent, ni user du "salamm aleïkoum" prononcé<br />

également au nom des communautés musulmanes d'Amérique. Analysant les<br />

différentes locutions à caractère idéologique de ce discours, il apparaît que ces<br />

locutions évoquent pour le destinataire du Caire (et l'ensemble des musulmans dans<br />

le monde) la dette que la civilisation doit à l'Islam". Mousa Mounir Mohammad<br />

Ayman montre que ce langage idéologique était la manière d'identifier Obama par<br />

rapport aux autres présidents américains.<br />

L'identification par l'autre, dont il vient d'être plus ou moins question,<br />

n'implique pas nécessairement la saisie de soi devant le texte, sujet qui intéresse<br />

Magdalena Mitura et qu'elle traite en analysant des composantes du discours de<br />

Paul Ricœur dans lesquelles il développe sa théorie où s'inscrivent l'interprétation et<br />

la traduction. Les concepts tels que la compréhension, l'appropriation, la traduction<br />

interne et externe, l'hospitalité langagière permettent de montrer que dans la boucle<br />

unissant les actes interprétatifs et traductifs demeure toujours l'homme engagé dans<br />

la dialectique du propre et de l'étranger.<br />

Si la philosophie nous renvoie par tradition à la Grèce antique, Anne<br />

Machet, dans le sillage des pythagoriciens pour qui les nombres éclairaient le<br />

monde, traite des nombres (grecs), ces "partenaires spontanés et obligatoires quand<br />

les signes alphabétiques sont à la fois sons-graphes-lettres-nombres". C'est là un<br />

support invisible partie prenante de l'art de la mémoire. La mémoire artificielle, qui<br />

s'appuie sur différents réseaux tels que les mots, les images et les nombres, apparaît<br />

à l'auteure comme une nécessité en période d'oralité. Les nombres mis au service de<br />

la Bible grecque aident à mieux écouter les mots, à les mieux comprendre. Dans sa<br />

communication Anne Machet permet de saisir une vue d'ensemble du travail qu'elle<br />

a conduit et dont une partie est publiée aux Presses Universitaires de Lyon (La voie<br />

des nombres).<br />

14


PRÉSENTATION<br />

Si les nombres sont censés éclairer les textes, ce n'est pas toujours le cas de<br />

certains modes de la conjugaison, et en particulier des formes du subjonctif en<br />

français quand il faut les traduire en roumain, et ce malgré toutes les affinités qu'il y<br />

a entre ces deux langues. Anna Bondarenco analyse les formes temporelles et les<br />

valeurs du subjonctif en français et en roumain et les problèmes de traduction<br />

qu'elles posent. Le roumain n'ayant que deux formes temporelles, une seule forme<br />

temporelle est chargée par le locuteur de valeurs temporelles supplémentaires, celles<br />

qui reviennent en français aux subjonctifs imparfait et plus-que-parfait. Cette<br />

analyse fine et détaillée présente indiscutablement un réel intérêt pour<br />

l'apprentissage des langues étrangères avec traduction assistée par ordinateur.<br />

Les figures de rhétoriques n'échappant pas aux processus d'évolution des<br />

langues, Kuna Mvogo-Machinal propose une analyse diachronique de la<br />

lexicalisation des expressions métaphoriques, en référence aux travaux de Grice,<br />

Kleiber, Sperber, Wilson et Muller, puis en définit les causes d'ordre<br />

sociolinguistique en circonvenant le processus de changement de référent. Elle<br />

propose une étude du fonctionnement de la métaphore "vive", souvent intraduisible<br />

linguistiquement, considérant que la métaphore est la forme verbale de la figuration<br />

d'une impression empirique, laquelle, une fois figée, conserve une part de créativité.<br />

Les facteurs sociolinguistiques tels que la fréquence de l'emploi, le faible nombre<br />

des lexèmes référant au même concept, la banalisation de l'emploi dans certains<br />

types de contextes jouent un rôle déterminant dans la lexicalisation des métaphores.<br />

La métaphore est également traitée par Elvira Akhatova qui analyse<br />

l'interprétation des modèles de la dérivation sémantique de la publicité américaine et<br />

anglaise. Les principaux aspects de la dérivation sémantique sont des transferts<br />

métaphoriques et métonymiques. Après avoir décrit les mécanismes de ces<br />

transferts, Elvira Akhatova montre que, si l'on en juge par le vocabulaire utilisé dans<br />

les campagnes électorales présidentielles aux Etats Unis, l'élection du président peut<br />

être assimilée à une guerre, les discours de propagande étant saturés de vocabulaire<br />

militaire. Le transfert métaphorique apparaît en fin d'analyse comme le moyen le<br />

plus productif de la dérivation sémantique dans un domaine considéré.<br />

S'il y a guerre entre les journaux de la presse luxembourgeoise francophone,<br />

celle-ci paraît être plus commerciale que politique. Aurélie Haismann pense que le<br />

développement de la Toile oblige à considérer autrement l'information diffusée sur<br />

des supports qui relient le texte et l'image. Les deux systèmes associés constituent<br />

une véritable vitrine du journal. Faisant appel aux concepts de la sémiotique des<br />

textes et de la sémiotique de l'image (sémiotique de l'École de Paris), Aurélie<br />

Haismann montre qu'on peut regrouper les différents journaux francophones<br />

luxembourgeois en usant de deux critères : "la presse désidentitaire" présentant des<br />

informations concises, touchant à tous les domaines, mais sans commentaires<br />

engageant le journal, et "la presse supra-identitaire" identifiable par la quantité de<br />

pages consacrées à une région et par l'importance réservée à l'actualité nationale ou<br />

internationale.<br />

Pierre Halté étudie l'interjection en relation avec l'identité linguistique des<br />

internautes. Invariables d'un point de vue syntaxique, les interjections présentent,<br />

notamment dans le cadre des chats sur internet, de nombreuses variations<br />

graphiques, voire morphologiques. Un des enjeux, et ce n'est pas le moindre, est<br />

qu’elles semblent relever plus du "montré" que du "dit". Pierre Halté décrit comment<br />

15


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

les locuteurs de différentes langues, interagissant au sein de chats sur internet,<br />

utilisent les interjections dans des situations très particulières qui allient de manière<br />

unique la spontanéité d'une conversation orale aux contraintes de l'écrit, mise en<br />

présence du monde entier.<br />

Des sémioticiens contemporains vont jusqu'à affirmer qu'ils dialoguent avec<br />

des objets, mais les objets que Léa Friis Alsinger prend en considération sont des<br />

objets comportant des inscriptions, et c'est l'interprétation de ces inscriptions qui fait<br />

l'objet de sa communication. Certaines inscriptions sont des abréviations médiévales<br />

qu'il faut donc traduire ou interpréter en fonction du contexte de l'époque, mais aussi<br />

de l'objet qui en est le support. Dans ce cadre la notion de contexte est indispensable<br />

à l'interprétation. Les exemples donnés par Lea Friis Alsinger confirment le<br />

caractère indispensable de ce travail sur le contexte de l'époque de l'objet.<br />

C'est un problème concernant l'enseignement du français langue étrangère en<br />

Algérie que pose Rihani Merzouka qui analyse les stratégies de lecture utilisées par<br />

des étudiants algériens qui rencontrent des difficultés, particulièrement sur le plan<br />

lexical. Mais au-delà des difficultés à maîtriser le code de la langue en français<br />

langue étrangère chez certains apprenants à l'écrit, c'est la compétence à construire<br />

du sens sur un texte contenant une somme d'informations implicites qui est<br />

déterminante dans l'acte de lecture. Le problème est alors de savoir si l'on peut faire<br />

du travail sur l'implicite un objet de savoir.<br />

Sans doute le texte de la trilogie Auchwitz et après de Charlotte Delbo<br />

contient-il de l'implicite, mais y est également exprimé un terrible explicite, et<br />

particulièrement l'écriture du corps à laquelle s'attache l'analyse de Nathalie<br />

Narvaez Bruneau. Le récit d'une telle expérience des univers génocidaires et<br />

concentrationnaires révélant des émotions et des réflexions, des choix esthétiques à<br />

portée éthique, ce récit d'une expérience limite, à la limite même de l'exprimable, se<br />

fait pourtant avec les mots de notre langage de tous les jours. Mais les mots prennent<br />

un autre sens, une véritable transformation langagière se produit, qui exige une<br />

transformation du processus cognitif qu'est l'acte de réception, à savoir être<br />

conscient de cette subversion pour tenter d'imaginer ce qu'il est impossible de dire<br />

"mondainement". Lire Charlotte Delbo c'est adhérer à sa perception destructrice des<br />

événements survenus. Nous nous permettrons de donner ici notre point de vue : lire<br />

autrement serait ne rien comprendre à cette horreur de notre histoire contemporaine<br />

et la rendrait donc de nouveau possible dans l'esprit. En somme, en référence à<br />

Yaspers, et en transposant quelque peu sa vision phénoménologique des choses, on<br />

pourrait considérer que la première phase de la lecture de cette œuvre, mais aussi de<br />

toutes les œuvres, relève d'abord de l'intellection, qui fonctionne comme une<br />

première donnée immédiate et presque mathématique, mais que la deuxième phase,<br />

celle de la compréhension, véritable mouvement dialectique de la pensée, permet le<br />

choix éthique auquel il est fait allusion dans cette communication.<br />

MARILLAUD Pierre<br />

Président du C.A.L.S.<br />

Note de l'éditeur : les résumés des communications, se trouvent sur le site du CALS<br />

à l'adresse : w3.gril.univ-tlse2.fr/res11.htm<br />

16


TRADUCTION(S), INTERPRÉTATION<br />

J'ai fait, en avril 2010, une intervention intitulée « Sens et complexité(s) :<br />

(pro)positions épistémologiques » au colloque de Namur L'homme sémiotique ; je<br />

pensais la reprendre en partie, mais, même si cette intervention à a voir avec la<br />

thématique du colloque, j'ai voulu m'y inscrire plus précisément. On retrouvera<br />

d'ailleurs la question de la complexité dans la synthèse finale. Je suis revenu à<br />

d'anciennes amours en décortiquant, comme je le fis jadis (ou naguère) les entrées<br />

« traduire/traduction/traducteur » du TLFI pour construire mon propos, pour moi et<br />

en fonction des intérêts que je présume du colloque.<br />

Une comparaison des définitions de « traduire » et « traduction » ne serait pas<br />

inutile ; il y a quelques différences, mais j'ai choisi « traduire », moins figé semble-til,<br />

moins substantifiant que « traduction », mais j'emprunte aussi à « traduction »<br />

pour certains exemples.<br />

Ce travail de clarification et de synthèse est difficile, et à reprendre<br />

certainement, car il y a beaucoup de critères, et donc différentes typologies<br />

possibles. Il s'agit d'une pré-réflexion plutôt avec des indications de pistes, in fine,<br />

en relation avec la complexité. Cette réflexion est bien moins précise que celles,<br />

spécifiques, des intervenants. Je commence par les acceptions que je considère<br />

comme périphériques (mais dont certaines, la technologie aidant, pourraient bien<br />

devenir centrales ou hégémoniques)<br />

Je ne commente pas le sens juridique A., acception très développée, non<br />

pertinente ici je pense : 1. Vx. Transférer, mettre (en prison). 2. Citer, appeler à<br />

comparaître.<br />

Je rebâtis la suite de l'article (B) qui nous intéresse en fonction de nos<br />

objectifs<br />

On notera l'apparition diachronique des sens exemplifiés ci-dessous, d'après<br />

la rubrique Étymol. et Hist. à la fin de l'entrée : 1520 « faire passer d'une langue<br />

dans une autre » ; 1654 p. ext. « expliquer, interpréter, exprimer » ; 1807<br />

« manifester, rendre sensible » ; voir aussi « traducere » avec deux voies d'emprunts<br />

et de significations : (i) « conduire au delà, faire passer, traverser ; faire passer d'un<br />

point à un autre » (simple passage) et (ii) « faire passer d'une langue dans une<br />

autre » (qui implique des opérations complexes).<br />

On peut, d'après les exemples, tenter plusieurs reformulations. <strong>Traduire</strong> peut<br />

ainsi apparaître comme :<br />

17


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

1. PASSAGE, TRANSFORMATION D'UN ÉTAT 1 EN UN ÉTAT 2, ÉQUIVALENTS, AVEC<br />

OU SANS INTERMÉDIAIRE, AVEC UN RÔLE INEXISTANT, RÉDUIT OU DÉCALÉ DE<br />

L'INTERPRÉTATION<br />

(i) passage d'un code à un autre (peu importe ici qu'il s'agisse de langue ou<br />

d'autre chose), avec des significations identiques (transformation, si on veut, qui n'a<br />

besoin que d'un intermédiaire technique) : en informatique, cybernétique 1 avec<br />

absence d'interprétation ; on voit qu'on est là dans la stricte acception de code, d'où<br />

une acception très restreinte et « plate » de traducteur/traduction/traduire (traducteur<br />

comme simple intermédiaire) mais on est aussi plus largement dans la<br />

problématique du signe et aussi de l'universalité, de l'autonomie prétendue du niveau<br />

conceptuel. L'interprétariat et la traduction simultanée peuvent s'y rattacher, sans<br />

dévaloriser ceux-ci. En biol., génét. (cf. la notion de « code » en génétique), on a<br />

traduction génétique : « Processus par lequel le message génétique porté par l'acide<br />

ribonucléique messager est traduit en une séquence spécifique d'acides aminés lors<br />

de la synthèse d'une protéine déterminée » (Méd. Biol. Suppl. 1982) : ici, apparaît<br />

une transformation sans intermédiaire humain ou artefactuel ; même si elle est<br />

interprétée par le biologiste, cette interprétation ne fait pas partie du processus de<br />

transformation ; c'est un processus autopoïétique bien particulier donc.<br />

Cette acception est à relier peut-être à la traduction comme<br />

conséquence/résultat constaté ou souhaité dans un processus : « L'atteinte du nerf<br />

optique (...) se traduit par une baisse de l'acuité visuelle » (QUILLET Méd. 1965,<br />

p. 349) ; on est proche de la valeur indicielle (« expression » d'un phénomène) : c'est<br />

aussi le cas de la traduction clinique d'une maladie : « Dans le zona, l'éruption n'est<br />

que la traduction cutanée du trouble nerveux dont elle dépend » (RAVAUT dans<br />

Nouv. Traité Méd. fasc. 2 1928, p. 398). Cette traduction pour le corps, est indice<br />

(interprété) pour le médecin ; de même on parle de réaction chimique qui traduit la<br />

digestion des aliments (et, ignorant cela, ni Réaumur ni Spallanzani « ne pouvaient<br />

donner l'interprétation chimique des phénomènes qu'ils ont observés ») ; « Tous les<br />

détails de l'action municipale ont (...) une traduction financière dans le budget de la<br />

commune » (FONTENEAU, Cons. munic., 1965, p. 129). Cette idée de<br />

conséquence-corollaire peut évoluer en quasi-équivalence, du fait d'une sorte de<br />

syncope temporelle, les deux états étant reliés quasi-immédiatement : « Je déploie<br />

une grande activité soudaine qui se traduit par des nettoyages, des jardinages<br />

insensés ou un déménagement » (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 55 ; ici il n'y a<br />

pas deux états, mais le développement paradigmatique d'un hyperonyme). Avec le<br />

redéploiement de la dimension temporelle, les phases d'un processus sont plus<br />

évidentes (cf. l'aspectualisation et modalisation en sémiotique), par ex. dans la<br />

1 Je me reporte complémentairement à «traducteur»/«traductrice » (TLFI),moins riche et qui a surtout<br />

des acceptions modernes/techniques : (i) au masc., en cybern. («organe d'un système asservi qui<br />

transforme la grandeur d'entrée en une grandeur d'une autre nature qui est celle de la grandeur de<br />

sortie »), en inform. (« machine qui, à un mot pris dans un lexique, fait correspondre automatiquement un<br />

autre mot, et un seul, pris dans un autre lexique » et « programme d'ordinateur qui traduit d'un langage<br />

vers un autre, en particulier d'un langage de programmation vers un autre langage »), en télécomm.<br />

(«traducteur télégraphique. « partie d'un récepteur télégraphique qui restitue le texte d'un message à<br />

partir des signaux reçus » ; (ii) au fém., en inform. (« machine électronique qui fournit la traduction de<br />

mots d'une langue dans une autre » et « machine électromécanique à cartes perforées (!!! désuet) dont la<br />

fonction est d'imprimer en clair, dans le haut de la carte, les données qui y sont perforées », perforations<br />

et signes ayant la même signification.<br />

18


TRADUCTION(S), INTERPRÉTATION<br />

transposition (poursuite plus exactement) d'un projet dans la réalité, le fait de le<br />

concrétiser. «Un trait essentiel de la résistance française est la volonté de rénovation<br />

sociale. Mais il faut la traduire en actes» (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 95).<br />

Du virtuel au réalisé, pourrait-on dire, comme traduction ; il y a une certaine<br />

homogénéité donc, du fait de la modalisation des phases d'un même processus.<br />

L'interprétation ne semble pas faire partie du processus de traduction dans les<br />

exemples de ce paragraphe.<br />

- (ii) transposition dans un autre système de ce qui était exprimé dans un<br />

premier : « Voici, par exemple, une série chromatique traduite en tablature de luth ;<br />

en informatique traduction du graphisme en sons ». Il y a probablement des<br />

mécanismes de conversion complexes dans ces transformations (avec dans certains<br />

cas, le rôle dévolu à une machine sophistiquée mais qui n'interprète pas au sens<br />

strict).<br />

2. RAPPORT D'IMAGE OU DE RÉPLIQUE (DONC PAS DE TRANSFORMATION) ENTRE<br />

MODES DE MANIFESTATION (ET/OU ENTRE LE MANIFESTANT ET LE MANIFESTÉ)<br />

PERÇU GRÂCE À UNE INTERPRÉTATION INFÉRENTIELLE RAPIDE REPOSANT SUR<br />

CORRESPONDANCES FORTEMENT INTÉRIORISÉES ENTRE COMPORTEMENT ET<br />

SENTIMENT, COMPORTEMENT ET VERBAL (SORTE DE DÉCODAGE<br />

INTERSÉMIOTIQUE)<br />

Ainsi de la manifestation (pour rendre sensible, traduire) d'une intériorité<br />

psychique (sentiment etc.), par le choix du canal comportemental (expression du<br />

visage, gestes etc.) au lieu du canal verbal : « La parole devenait inutile, tout se<br />

traduisait par le regard et par le sourire » (FLAUB., 1ère Éduc. sent., 1845, p. 204) ;<br />

mais on peut aussi interpréter verbalement un geste : « Debray (...) fit un geste qui<br />

pouvait se traduire par la formule la plus polie d'exprimer cette idée : Comme il vous<br />

plaira ! » (DUMAS père, Monte-Cristo). Le premier exemple évoque la traduction<br />

de l'intériorité par le comportement visible seul en dépréciant/négligeant le verbal,<br />

l'autre exemple évoque plutôt un rapport de traduction du niveau comportemental au<br />

niveau verbal (intersémioticité serait mieux que description par le terme marqué de<br />

« canaux » ; ici, il y a deux niveaux d'intersémioticité, mais à problématiser<br />

fortement, avec des modes de présence différents pour les entités en relation de<br />

traduction, pour le premier exemple de Flaubert). Il y a un rôle de l'interprétation<br />

bien sûr dans cette sorte de décodage (relation d'image ou de réplique) de cette<br />

manifestation comportementale de l'intériorité ou verbale du comportement ; mais<br />

c'est un mode d'interprétation inférentiel qui repose sur des correspondances<br />

acquises, automatiques quoique complexes, entre verbal et visuel, intériorité et<br />

comportement.<br />

3. TRANSPOSITION ET INTERSÉMIOTICITÉ<br />

- transposition d'un domaine dans un autre (assez improprement dit) : « Nous<br />

avons pu (...) exposer nettement le mécanisme de la formation successive de toutes<br />

nos idées, et celui de leur traduction dans le langage » (DESTUTT DE TR., Idéol. 3,<br />

1805, p. 138). Ici, on passe (du domaine) des idées au (domaine du) langage en<br />

même temps qu'apparaissent des phases d'un processus d'extériorisation : ce n'est<br />

pas éloigné du discours critique (sur autre niveau et avec un effet de<br />

secondarisation) qui est une sorte de traduction des idées/réflexions en<br />

19


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

langage/discours critique à partir des « textes » pris comme objet. Le rôle de<br />

l'interprétation est important ici aussi avec de fortes négociations sans doute. Il y a<br />

une relative hétérogénéité (idées/langage) et un rapport de filiation.<br />

- transposition dans une autre forme artistique de ce qui existait dans une<br />

première : « la gravure est une véritable traduction, c'est-à-dire l'art de transporter<br />

une idée d'un art dans un autre, comme le traducteur le fait à l'égard d'un livre écrit<br />

dans une langue et qu'il transporte dans la sienne » (DELACROIX, Journal, 1857,<br />

p. 30). On a ainsi la traduction cinématographique/traduction en film d'une œuvre<br />

littéraire, l'adaptation pour le cinéma. Le rôle de l'interprétation est ici évident et<br />

prépondérant : interprétation de la forme source et interprétation dans la<br />

transposition/transformation en fonction de la forme cible - source et cible comme<br />

états réalisés. L'homogénéité de la source et de la cible relative est relative (arts).<br />

- transposition (comme représentation) de la « réalité » : (i) représentation par<br />

les arts graphiques ou plastiques : « [Manet] devait nous donner dans chacune de ses<br />

toiles une traduction de la nature en cette langue originale qu'il venait de découvrir<br />

au fond de lui » (ZOLA, Mes haines, 1866, p. 253) ; « Sous leur [des artistes]<br />

pinceau, qui se veut « intellectuellement » neutre, un paysage ou un visage<br />

acquièrent pourtant une intensité (...). Or cette intensité vient d'eux ; elle est la force<br />

qu'ils infusent dans les choses et dans la traduction picturale qu'ils en proposent »<br />

(HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 87). - (ii) représentation sur scène :<br />

« Porel, en cet Odéon, est vraiment admirable, pour la traduction des intentions de<br />

l'auteur, par des intonations, des mouvements (...) qu'il imagine » (GONCOURT,<br />

Journal, 1885, p. 421). Mme de Staël (De l'Allemagne), va même jusqu'à dire à<br />

propos de Talma : « Quelle connaissance du coeur humain il montre dans sa manière<br />

de concevoir ses rôles ! il en est une seconde fois l'auteur par ses accents et par sa<br />

physionomie » (ici, lien interprétation et création). On n'insistera pas sur le rôle<br />

majeur ici de l'interprétation conçue comme médiation (et non intermédiaire) dans la<br />

(re)présentation artistique (et « spécialement » scénique) conçue comme traduction<br />

dans une perspective génétique complexe mettant en interaction sujet artiste et objet<br />

à (re)présenter, le résultat final (traduction) étant un complexe de ce qui vient de<br />

l'objet (via les sens ou le souvenir des sens) et du sujet (via les sentiments, cf. la<br />

notion de modèle intérieur chez Breton, Mme Staël etc.), une certaine forme d'art (la<br />

plus haute à mon avis) ne visant pas à imiter, ni à agrémenter, bien que le but soit le<br />

beau ou le sublime etc..<br />

4. TRADUCTION STRICTO SENSU<br />

- Formuler dans une autre langue (langue cible) ce qui l'était dans la langue<br />

de départ (langue source) sans en changer le sens. Il s'agit cette fois de traduire de<br />

langue à langue (source et cible sont des états réalisés d'un processus dont<br />

l'interprétation est constitutive) ; la notion de code (déjà vue supra avec informatique<br />

et machine à traduire) peut se réintroduire : « La traduction littérale, ou mot à mot,<br />

est la solution idéale, celle où les structures des deux énoncés sont parallèles »<br />

(MOUNIN dans Lar. Lang. fr., p. 6169, col. 1). On a ainsi l'exemple caricatural de<br />

traductionyme « Mélanchthon », traduction grecque de l'allemand « Schwarzerd »,<br />

qui signifie terre noire. «Sans en changer le sens » doit évidemment être<br />

problématisé. Qu'entend-on par sens ? La modalisation y est liée : <strong>Traduire</strong><br />

exactement, fidèlement, librement, littéralement, textuellement. Librement s'oppose<br />

20


TRADUCTION(S), INTERPRÉTATION<br />

aux autres adverbes qui peuvent exprimer pourtant des valeurs différentes :<br />

littéralement et textuellement (!!!) semblent synonymes et pouvoir se fédérer avec<br />

exactement qui peut aussi se rapprocher de fidèlement. Mais si on peut comprendre<br />

assez clairement littéralement et textuellement, il n'en va pas de même de<br />

exactement et surtout de fidèlement : exactitude et fidélité par rapport à quoi ?<br />

cf. « Ce qui m'a incité à reprendre l'étude de l'hébreu, c'est la divergence des<br />

traductions anglaise, française, et allemande, pour ne rien dire de la Vulgate qui<br />

offre un problème particulier » (GREEN, Journal, 1936, p. 63). et que dire de la<br />

nécessité de retraduire à chaque époque (le Quichotte, par exemple) ? Une<br />

traduction littérale peut être infidèle d'un certain point de vue. Pointe ici la<br />

problématique du texte, lieu du sens, et donc de l'interprétation (absente du<br />

décodage ou du littéralisme). Dans ce cas-là, traduire est différent de répéter dans<br />

autre langue ; il y a tout un travail de réécriture donc d'interprétation. On se reportera<br />

à François Rastier La traduction : interprétation et genèse du sens, in Le sens en<br />

traduction, Paris, Minard 2006 cf. Texto, la lettre et l'interprète. L'auteur insiste<br />

sur le rôle des normes : « on ne traduit pas de langue à langue mais de texte à texte<br />

et pour cela on transpose un système de normes dans un autre ». Se pose aussi la<br />

question des niveaux/registres, du rôle des fonds/formes sémantiques/expressives et<br />

des stratégies de compensation pour trouver une équivalence dans le type de<br />

sémiosis : « en mettant les règles d'une langue au contact de normes nouvelles, la<br />

traduction élargit l'horizon du pensable et du dicible ». La traduction se présente<br />

ainsi comme une activité critique ; « la traduction révèle... le texte à lui-même : en<br />

quelque sorte, le texte semble inachevé tant qu'il n'est pas traduit ». J'ajouterais : les<br />

langues meurent quand leurs textes ne sont pas traduits et une langue n'est pas morte<br />

tant que ses textes sont traduits et interprétés, ce qui s'oppose à la conception de<br />

« langue morte » comme langue qu'on ne parle plus ; il y a sans doute des degrés<br />

entre la vie et la mort des langues en tenant compte des textes. Dans cet article de<br />

François Rastier, outre d'importants points d'épistémologie, on trouvera des<br />

principes théoriques et méthodologiques généraux et originaux fort intéressants sur<br />

l'acte de traduire.<br />

5. ÉBAUCHE DE SYNTHÈSE PROBLÉMATIQUE<br />

Je reprends les termes du titre du colloque pour situer le propos qui se<br />

voudrait synthétique « L'écrit : de la signification et de l'interprétation à la<br />

traduction et aux discours critiques ».Ces termes, après les deux points, sont en<br />

réseau malgré l'aspect quelque peu narratif du titre (« de » « à »), ce qui n'est pas une<br />

critique : il s'agit de faire émerger le sens de cette session, comme un parcours, ce<br />

qui est de bonne méthode.<br />

La transposition est un phénomène général qui repose sur une problématique<br />

générale : qu'est-ce que cela (X source) veut dire ? Et que veut dire cette question<br />

(selon objet, genre...) et comment « rendre » cela (X) ? Cette transposition ne peut<br />

être vue uniquement bien sûr comme passage ou image, ni non plus être définie<br />

comme transformation, sans plus de précision, de source à cible ; il faut faire droit à<br />

l'interprétation qui guide la transposition et qui est présente aussi bien dans le point<br />

de départ (la source) que dans le point d'arrivée (la cible) 1 . Quoique là aussi les<br />

1 A. Breton, Signe Ascendant : « Pourtant quelle aberration ou quelle impudence n'y a-t-il pas à vouloir<br />

21


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

notions de source et cible soient bien discrétisantes. Passons...<br />

En commençant par un présumé commencement, peut-on envisager la<br />

création (littéraire ici) comme traduction ? Je reprendrai la phrase de Proust citée par<br />

Pierre dans son texte d'orientation du colloque : « Je m'apercevais que, pour<br />

exprimer ces impressions, pour écrire ce livre essentiel, le seul livre vrai, un grand<br />

écrivain n'a pas, dans le sens courant, à l'inventer puisqu'il existe déjà en chacun de<br />

nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un<br />

traducteur » (p. 589 de la Recherche, tome III éd. Gallimard, Paris 1947 ; je mets<br />

des italiques insistants à certains termes) ; mais il ne faut pas interpréter de façon<br />

simpliste ou simplificatrice cette opinion de Proust et (i) bien sûr n'y voir qu'une<br />

variante moderne de la bouche d'ombre ou de la dictée inspiratrice, cf. aussi les<br />

surréalistes et l'écriture automatique, dans une sorte de réalisme transcendantal – il<br />

s'agit bien chez Proust de traduire et non de consigner par écrit : une tradition existe<br />

aussi donc à ce niveau réflexif, mais reprise, transformée, réécrite, comme on voit ;<br />

(ii) parler de transposition n'est pas exact non plus : ce terme ne fait pas droit au<br />

phénomène de transformation (mais complexe) qui dans la création fait passer de<br />

l'impression à l'expression ; qu'est-ce qui cherche à se dire dans telle impression ?<br />

Quelle expression travaille l'impression, de l'intérieur ? Que peut-on retrouver de<br />

l'impression dans l'expression ? Le passage de l'impression à l'expression peut être<br />

laborieux (Ponge), mais l'expression peut aussi jaillir spontanément, semblant se<br />

passer de l'impression – mais il s'agit probablement là de l'expérience limite de<br />

l'expression-impression (trait d'union) : ce couple impression/expression ressortit<br />

probablement, comme bien d'autres, aux relations de complexité ; et ce qui semble<br />

compter c'est la notion de cycle (et/ou de spirale et non de la ligne) pour ce couple<br />

impression-expression, absolument indispensable à et constitutif de la création vue<br />

comme une transformation et un échange. Perception du texte et perception du<br />

monde extérieur et intérieur répondent l'un(e) de l'autre. Pour recourir encore à une<br />

métaphore, cela serait à rapprocher du cycle de la respiration (comme transformation<br />

et échange) : don et contre-don constants, l'inspiration et l'expiration entretiennent<br />

des relations d'inclusion que cache peut-être leur successivité et sont<br />

fondamentalement des forces énergétiques à base de concentration et dilatation et<br />

qui répondent l'une de l'autre et de leur relation à l'entour et, dans ce qui nous<br />

intéresse ici, à l'entour humain. D'une beauté inexprimable, on dit qu'elle « coupe le<br />

souffle ». Je ne développe pas cette analogie création/respiration psychique, analogie<br />

qui a sans doute des vertus. Dans la phrase de Proust, je crois qu'envisager la<br />

création (l'écriture ici) comme de la traduction (au sens le plus complet) renvoie en<br />

fait à la non dichotomisation du couple inventer/découvrir dont les relations sont<br />

complexes, et cela c'est plutôt nouveau (conceptuellement). Il n'est pas sûr que ne<br />

pointe (ailleurs, dans la pensée proustienne) la problématique paradoxale, faite<br />

d'interaction, de toute genèse (c'est la question - mal posée – du commencement, de<br />

l'origine) : cf. « Deux êtres qui semblaient la traduction l'un de l'autre, bien que<br />

chacun d'eux fût un original », (PROUST, Chron., 1922, p. 71) ; cette traduction<br />

des êtres l'un dans l'autre sans que chacun ne cesse d'être un original est bien loin de<br />

« transformer » un monde qu'on ne se soucie plus d'interpréter dans ce qu'il a d'à peu près permanent »<br />

(Poésie/Gallimard, NRF, p. 8). A l'époque, 1949, et dans ce texte, « transformer » renvoyait à la<br />

transformation physique/industrielle du monde par l'homme et fait opposition chez Breton avec la notion<br />

d'interprétation, non exempte ici d'un certain réalisme transcendant.<br />

22


TRADUCTION(S), INTERPRÉTATION<br />

la traduction génétique des acides à sens unique et concernant les cellules ! 1<br />

A partir de la création conçue comme traduction (au sens proustien de cette<br />

proposition), où on peut donner le pas à une perspective génétique complexe, la<br />

traduction peut être vue comme un phénomène continu et complexe. Ce point de vue<br />

continuiste s'oppose aux clivages en domaines et à la solution polysémique qui<br />

envisage des acceptions séparées. Proust traduit ses impressions, ses sentiments, ses<br />

idées en (beau) langage et il traduit inlassablement semble-t-il les mêmes idées au<br />

cours de la Recherche ; une expression textuelle peut fournir une impression qui à<br />

son tour donnera naissance à une autre expression etc. (à l'interne en quelque sorte –<br />

intratraduction) ; l'ouvrage de Proust achevé, et ce travail de créateur fait intervenir<br />

tous les termes en réseau du titre du colloque, (i) il va être lu (avec appuis divers sur<br />

les termes du réseau : signification, interprétation comme forme de traduction,<br />

commentaire critique), (ii) il va être traduit en diverses langues et on est déjà (à<br />

moins qu'on y ait toujours été) dans l'intersémioticité (avec sémiotiques linguistiques<br />

– cible et source - homogènes), (iii) il va être commenté (ô combien ! - c'est le<br />

discours critique où l'expression proustienne va servir de base pour l'expression du<br />

discours critique, via des impressions – c'est aussi pourquoi Proust est son premier<br />

critique), (iv) il peut être adapté au cinéma (c'est fait), au théâtre etc. dans un rapport<br />

d'intersémioticité (avec cible et source hétérogènes). Il est évident que<br />

l'interprétation et la médiation (vs intermédiaire plat) jouent ici un rôle fondamental.<br />

Et il y aurait bien des aspects à envisager, dont la récursivité, la question de la<br />

tradition et de l'intertexte... Cette position continuiste ne permet pas, je pense, de<br />

dire que traduction est métaphorique ici : (i) la continuité s'oppose à l'étanchéité des<br />

clivages domaniaux qui justifie l'acception et le fonctionnement classique de la<br />

métaphore, du sens dit figuré (si on lui fait une place...) ; (ii) cette position a/aura<br />

peut-être une influence sur une autre façon d'interpréter/considérer la métaphore,<br />

mais je ne peux en dire plus pour l'instant...<br />

En revenant au sens obvie de traduire, si traduire est un enrichissement – et<br />

la traduction est un enrichissement - il est évident qu'il faut défendre la diversité<br />

extrêmement menacée des langues et des cultures et de leurs productions.<br />

BALLABRIGA Michel<br />

Université Toulouse-le Mirail<br />

miballa@univ-tlse2.fr<br />

1 Mention spéciale : Il semblait que sa personne même fût une traduction angélique de ce sombre poème<br />

vivant qui s'appelait Marchenoir (BLOY, Désesp., 1886, p. 96 ; cette transformation dépend de<br />

l'interprétation ; de plus chez Bloy, l'idée d'équivalence (traduction dans le contraire) est surprenante, non<br />

illogique).<br />

23


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

- J’ai une grande nouvelle à vous apprendre : je viens de donner<br />

Horace au public.<br />

- Comment ! dit le géomètre, il y a deux mille ans qu’il y est.<br />

- Vous ne m’entendez pas, reprit l’autre : c’est une traduction de cet<br />

ancien auteur que je viens de mettre au jour ; il y a vingt ans que je<br />

m’occupe à faire des traductions.<br />

- Quoi ! Monsieur, dit le géomètre, il y a vingt ans que vous ne pensez<br />

pas ? Vous parlez pour les autres, et ils pensent pour vous ?<br />

Ce passage des Lettres persanes de Montesquieu permet de circonscrire un<br />

premier champ de questionnement : la traduction peut-elle équivaloir à une<br />

reproduction « fidèle » du texte source ? Celle-ci donnerait lieu, du côté de<br />

l’instance traductrice, à un phénomène de dés-énonciation : le traducteur parle,<br />

certes, mais ne pense pas. Ou en propose-t-elle, plutôt, un réaménagement, partiel<br />

ou total, l’instance traductrice imprimant sa marque au texte ? Si l’énonciation 2 est<br />

une ré-énonciation, qui propose une remise une perspective, quels sont les facteurs<br />

qui déterminent le changement ? De quel ordre est-il ? Identifiera-t-on des régimes<br />

traductionnels, collectifs ou individuels ?<br />

Autant de questions qui témoignent de la complexité d’un processus qui<br />

engage une réflexion sur le langage : « une théorie d’ensemble du langage », écrit<br />

Meschonnic en parlant de l’éthique du langage que suppose une éthique du<br />

traduire 1 . L’interrogation centrale concerne deux aspects majeurs. D’une part, on<br />

doit s’interroger sur la possibilité d’un supplément de sens véhiculé par la<br />

traduction : Montesquieu semble mettre en doute qu’on puisse parler pour les autres<br />

et démissionner cognitivement ; selon U. Eco, traduire, c’est énoncer « presque la<br />

même chose » 2 , c’est engager une « négociation » permanente qui met dans le jeu<br />

non point « un peseur de mots », mais un « peseur d’âmes ». D’autre part, il<br />

conviendra, plus fondamentalement même, de préciser les modes de construction du<br />

sens qui sous-tendent la traduction : qu’est-ce donc que répéter après d’autres,<br />

remettre en perspective, voire re-créer le dit originel ? Plus particulièrement, dans<br />

quelle mesure la répétition, mais aussi un certain renouvellement, distinct de la recréation<br />

proprement dite, permettent-ils de s’approcher des « énoncés sans<br />

jugement » selon J.-F. Bordron : « Il serait possible de dire sans juger ce que l’on dit<br />

ou encore de penser sans juger ce que l’on pense vrai ou faux. Si tel est le cas il est<br />

possible de dire sans asserter et donc possible de débrayer entièrement le sujet<br />

1 H. Meschonnic, Éthique et politique du traduire, Paris : Verdier, 2007, p. 7.<br />

2 Voir U. Eco, Dire presque la même chose, Paris : Grasset, 2007.<br />

25


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

d’énonciation de ce qu’il dit » 1 . En d’autres termes : dans quelle mesure la<br />

traduction peut-elle éprouver la limite entre le dire, qui est assertif, et le montrer,<br />

qui y échappe ?<br />

C’est cette complexité que nous nous proposons de dénouer maintenant, en<br />

déclinant la réflexion en trois temps : d’abord, le phénomène de la traduction sera<br />

approché sous les angles de la/des unité(s) à la base du « transfert » ainsi que de la<br />

traduction comme interprétation ; ensuite, adoptant plus particulièrement le point de<br />

vue de la sémiotique, nous nous appesantirons sur les régimes traductionnels et sur<br />

la traduction comme pratique ; enfin, sollicitant surtout le Tractatus logicophilosophicus<br />

de Wittgenstein, nous nous attarderons sur la distinction entre le dire<br />

et le montrer, l’hypothèse étant que la traduction relève, selon des degrés divers, des<br />

deux modes de signification.<br />

1. LA TRADUCTION ET L’INTERPRÉTATION<br />

Afin de circonscrire un champ de questionnement, nous prendrons appui,<br />

d’entrée, sur les définitions de la traduction proposées par R. Jakobson, d’un côté,<br />

par F. Rastier, de l’autre.<br />

Soit donc une première opposition entre la traduction intralinguale, la<br />

traduction interlinguale et la traduction intersémiotique : « La traduction<br />

intralinguale ou reformulation (rewording) consiste en l’interprétation des signes<br />

linguistiques au moyen d’autres signes de la même langue » ; « la traduction<br />

interlinguale ou traduction proprement dite consiste en l’interprétation des signes<br />

linguistiques au moyen d’une autre langue » ; enfin, « la traduction intersémiotique<br />

ou transmutation consiste en l’interprétation des signes linguistiques au moyen de<br />

systèmes de signes non linguistiques » 2 . Dans les limites de cet essai, on<br />

s’intéressera aux traductions « interlinguale » et « intersémiotique ». Pour sa part, F.<br />

Rastier propose de réunir sous l’étiquette englobante « théorie de la translation » la<br />

« traduction » et la « réécriture créatrice » 3 .<br />

Des lignes de frayage se dessinent ainsi, en même temps qu’il est possible de<br />

pointer une double constante : la volonté de définir la traduction comme une<br />

« interprétation », au-delà du niveau de la lecture littérale ; enfin, l’attention portée<br />

aux « unités » de traduction, dont la délimitation ne laisse pas d’être problématique :<br />

s’agit-il du signe linguistique, comme le suggère Jakobson, ou du texte, comme le<br />

proclame F. Rastier 4 ? C’est ce point que nous nous proposons de creuser d’abord,<br />

en adoptant une perspective davantage historique.<br />

Du mot au syntagme et à la phrase, de l’espace intraphrastique au texte et au<br />

discours : ces étapes ponctuent le parcours de la traductologie au cours du XXe<br />

siècle, tel qu’il épouse les étapes du développement de la linguistique.<br />

Résumant ces stations de manière cavalière, nous rappellerons que J.-P.<br />

Vinay et J. Darbelnet définissent l’unité de traduction comme le « plus petit segment<br />

1 J.-F. Bordron, « Image et vérité », Nouveaux Actes Sémiotiques [en ligne], 2007. Actes de colloques,<br />

2005, La vérité des images. Disponible sur : revues.unilim.fr/nas/document.php?id=1931<br />

2 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris : Minuit, 1963, p. 79.<br />

3 F. Rastier, « La traduction : interprétation et genèse du sens », in M. Lederer (éd.), Le sens en traduction,<br />

Paris : Minard, p. 37.<br />

4 « […] on ne traduit pas de langue à langue, mais de texte à texte, et pour cela on transpose un système de<br />

normes dans un autre », F. Rastier, art.cit. p. 39.<br />

26


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

de l’énoncé dont la cohésion des signes est telle qu’ils ne doivent pas être traduits<br />

séparément » 1 .<br />

Sans doute un pas est-il franchi quand la linguistique textuelle et la<br />

sociolinguistique s’emparent de la problématique. Tout en reconnaissant la nécessité<br />

d’une typologie, le chercheur canadien R. Larose répercute les recherches<br />

consacrées, globalement, à l’agencement des grands ensembles textuels et discursifs<br />

en proposant comme unité de traduction le sémiotème : « On ne traduit pas des<br />

unités d’une langue par des unités d’une autre langue mais, comme le fait remarquer<br />

Jakobson (1863 : 80), des messages d’une langue en des messages d’une autre<br />

langue. […] ». <strong>Traduire</strong> « exactement » – la notion d’« exactitude » mérite d’être<br />

confrontée à celle, traditionnelle, de « fidélité » –, c’est veiller à l’«adéquation entre<br />

l’intention communicative et le produit de la transformation », et R. Larose de<br />

préciser ce qu’il entend par « traduction téléologique » : « Aucun idéal de traduction<br />

n’existe hors d’un rapport de finalité » 2 . Ainsi s’esquissent au moins trois conditions<br />

de réussite de la traduction « exacte » : la connaissance des langues et cultures<br />

sources et cibles, les « conditions d’énonciation » (le but poursuivi, la teneur<br />

informative, la composante matérielle, l’arrière-plan socioculturel) 3 et, enfin, la<br />

« microstructure » (avec son feuilleté de niveaux : graphémique, morphologique,<br />

lexicologique, syntaxique), qui n’a d’intérêt qu’à la lumière de la macrostructure<br />

(pour R. Larose : l’organisation narrative et argumentative, les fonctions et les<br />

typologies textuelles, l’organisation thématique).<br />

Enfin, les déterminations socio-culturelles sont prises en compte de manière<br />

exemplaire par F. Rastier : le problème de la traduction se pose non seulement de<br />

texte à texte, mais, écrit-il, « de discours à discours, de genre à genre, de style à<br />

style » 4 . Plus précisément, aux règles linguistiques, qui concernent les « systèmes<br />

partiels relativement autonomes » constitutifs de la langue – mais non leur<br />

« interaction » –, s’ajoutent des « normes pratiques », sollicitées, par exemple, par la<br />

différence entre l’oral et l’écrit, par les discours, champs génériques et genres. Selon<br />

F. Rastier, l’« équivalence traductive » se négocie, en effet, à quatre niveaux<br />

hiérarchiques supérieurs au texte : à celui des discours (ex. juridique vs littéraire vs<br />

essayiste vs scientifique), à celui des champs génériques (F. Rastier mentionne le<br />

théâtre, la poésie, les genres narratifs), à celui des genres proprement dits (la<br />

comédie, le roman policier, la nouvelle…) et, enfin, à celui des sous-genres (ex. le<br />

roman par lettres) 5 . C’est dans un tel cadre, tracé par les discours, les champs<br />

génériques et les genres, qu’il propose de redéfinir l’unité textuelle comme<br />

« fragment » et comme « passage » 6 . L’avancée est doublement déterminante :<br />

d’une part, elle permet d’appréhender des « séries de transformations intertextuelles<br />

et interlinguistiques », qui se monnayent au niveau tant des formes sémantiques que<br />

1 J.-P. Vinay & J. Darbelnet, Stylistique Comparée du Français et de l’Anglais, Londres, Paris : Didier-<br />

Harrap, 1958, p. 16.<br />

2 R. Larose, Théories contemporaines de la traduction, Québec : Presses de l’Université du Québec, 1989,<br />

p. 4.<br />

3 Voir M. Guidère, Introduction à la traductologie, Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain,<br />

Bruxelles : De Boeck, 2008, p. 57.<br />

4 F. Rastier, art. cit., p. 40.<br />

5 F. Rastier, art. cit., p. 38.<br />

6 F. Rastier, art. cit., p. 43.<br />

27


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

des formes expressives ; d’autre part, elle capte la dynamique du processus de<br />

traduction, chaque « passage » correspondant à un moment de stabilisation dans une<br />

série de transformations.<br />

<strong>Traduire</strong>, c’est comprendre… L’idée que la traduction constitue une<br />

interprétation est à la base des travaux de la théorie de l’École de Paris, dont Danica<br />

Seleskovitch et Marianne Lederer sont des figures de proue. « Tout est<br />

interprétation », écrit ainsi M. Lederer, avant d’ajouter : « on ne peut pas traduire<br />

sans interpréter » ; ou encore : la « traduction linguistique (de mots) doit être<br />

distinguée de la « traduction interprétative, ou traduction tout cœur, la traduction des<br />

textes » 1 .<br />

Ce principe de base permet de pousser la réflexion plus avant. D’abord, le<br />

texte cible peut se réaliser proprement à travers une traduction-interprétation. Tout<br />

texte cible tend vers son accomplissement, peut-on avancer en écho à la distinction<br />

introduite par J. Geninasca entre l’écrit ou le dit qui n’est d’abord que la « promesse<br />

ou la virtualité d’un texte : un objet textuel, ce sur quoi – à partir de quoi – il<br />

convient d’instaurer un (ou plusieurs) texte(s) » 2 . « La traduction, écrit F. Rastier,<br />

révèle alors le texte à lui-même : en quelque sort, le texte semble inachevé tant qu’il<br />

n’est pas traduit » 3 . Un achèvement sans doute provisoire, le texte-cible s’inscrivant<br />

nécessairement dans une lignée qui véhicule des valeurs esthétiques, éthiques, mais<br />

aussi sociales : on pourrait imaginer qu’à travers ce que H. R. Jauss 4 , par exemple,<br />

appelle une herméneutique de la question et de la réponse, on puisse, au fil des<br />

actualisations ou concrétisations, construire l’histoire de la réception du texte,<br />

alimentant ainsi ce que F. Rastier appelle la « tradition interprétative des textes ».<br />

Intégrer ainsi à la réflexion les conditions sociohistoriques et culturelles de la<br />

réception, c’est négocier le passage de l’« herméneutique rétrospective de l’original,<br />

selon les termes de F. Rastier, à l’herméneutique prospective de la traduction » 5 , en<br />

convoquant des « horizons d’attente ». La lecture historiciste, politique doit sans<br />

doute être distinguée de l’« éthique du langage » sur laquelle prend fond toute<br />

« éthique du traduire » selon H. Meschonnic : « Je ne définis pas l’éthique comme<br />

une responsabilité sociale, mais comme la recherche d’un sujet qui s’efforce de se<br />

constituer comme sujet par son activité, mais une activité telle qu’est sujet celui par<br />

qui un autre est sujet » 6 .<br />

« Herméneutique » : le mot a été lâché. C’est rappeler une approche de la<br />

traduction « englobante », qui mérite doublement notre attention.<br />

« Comprendre, c’est traduire », écrit George Steiner dans Après Babel 7 –<br />

phrase que P. Ricœur reprend dans Sur la traduction 8 , non sans créer le risque d’une<br />

d’une dilution notionnelle, qui gomme les contours même de la traduction. On<br />

soulignera deux points. D’abord, la compréhension n’est pas que cognitive : de type<br />

1 M. Lederer, La traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, Paris : Hachette, 1994, p. 15.<br />

2 J. Geninasca, La parole littéraire, Paris : PUF, 1997, p. 86.<br />

3 F. Rastier, art. cit., p. 48.<br />

4 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978.<br />

5 Voir F. Rastier, art. cit., p. 47.<br />

6 H. Meschonnic, Éthique et politique du traduire, op. cit., p. 8.<br />

7 G. Steiner, After Babel : Aspects of Language and Translation, London & New York : Oxford<br />

University Press, 1975.<br />

8 P. Ricœur, Sur la traduction, Paris : Bayard, 2004.<br />

28


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

empathique 1 , elle inclut la composante affective. Celle-là même que réclame<br />

Meschonnic, quand il parle du « continu corps-langage, affect-concept » 2 . Ensuite,<br />

le sujet sensible est dans tous les cas à la base du parcours herméneutique dont<br />

Steiner articule les étapes : « l’élan de confiance » – la fiducie originaire, dironsnous<br />

dans une perspective sémiotique – précède « l’agression, l’incursion,<br />

l’extraction », avant « l’incorporation au sens fort du terme » ; celle-ci est ellemême<br />

suivie de la phase de la « restitution » qui, en visant la « fidélité » au texte<br />

autre, rétablit l’équilibre 3 .<br />

D’où une narrativisation de la traduction comme processus qui gagne à être<br />

confrontée avec les opérations de la praxis énonciative selon les sémioticiens et,<br />

plus précisément, avec le « processus de paraphrase et de traduction » sur lequel,<br />

d’après la théorie de la sémiosphère selon Lotman, elle reposerait. Le<br />

rapprochement est révélateur d’une orientation générale. En même temps, on<br />

conçoit mieux la spécificité de la traduction : si l’apport extérieur, perçu comme<br />

éclatant, est imité, reproduit et « transposé dans les termes du "propre" et du<br />

"nôtre" », selon la description qu’en fournit J. Fontanille 4 , le texte en traduction,<br />

pour être perçu comme tel, doit faire valoir sa spécificité au-delà même d’une<br />

assimilation ou « incorporation » momentanée, contre toute fusion ou absorption<br />

dans une nouvelle « norme universelle ». Le texte originel doit être maintenu,<br />

préservé, sous une forme ou une autre. L’approche sémiotique permettra de préciser<br />

ce point.<br />

2. LA TRADUCTION COMME PRATIQUE : POUR UNE APPROCHE SÉMIOTIQUE DE LA<br />

TRADUCTION<br />

Quelles sont les grandes lignes de la sémiotique de la traduction que nous<br />

nous proposons d’esquisser ? Nous en retiendrons trois.<br />

D’abord, l’expression « traduction en acte » met en avant la composante<br />

dynamique d’un processus. Ce dernier est nécessairement « situé » dans l’espace et<br />

le temps : la traduction doit négocier l’interaction à chaque fois précaire, provisoire<br />

et variable d’éléments de sens qu’on pourrait appeler, en première approximation,<br />

« nucléaires » (structurants, c’est-à-dire centraux et invariables) et « contextuels »<br />

(c’est-à-dire plus périphériques et variables, dépendants de déterminations<br />

socioculturelles et historiques, et susceptibles de subir des transformations aux<br />

quatre niveaux distingués par F. Rastier : les discours, les champs génériques, les<br />

genres et les sous-genres).<br />

Ensuite, la traduction en acte intègre nécessairement deux composantes,<br />

cognitive et pathémique ou somatico-affective (la force d’assomption, en<br />

sémiotique), qu’elle associe selon des degrés divers.<br />

Enfin, elle doit être conçue en production ainsi qu’en réception ; plutôt que<br />

d’être subie, elle permet, de part et d’autre, à des instances de l’énonciation de se<br />

réaliser comme telles, en accordant au corps toute sa place dans le processus de<br />

signifiance – l’« instance judicative travaille sur les informations que l’instance<br />

1 M. Guidère, op. cit., p. 48.<br />

2 H. Meschonnic, op. cit., p. 9.<br />

3 G. Steiner, op. cit.<br />

4 J. Fontanille, Sémiotique du discours, Limoges : PULIM, 2003 [1998], p. 297.<br />

29


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

corporelle lui fournit », écrit J.-C. Coquet 1 . En même temps, il faudra se demander<br />

si la traduction est nécessairement liée à un acte prédicatif, voire à un jugement de<br />

« vérité » par rapport à la « réalité » dont le texte est appelé à rendre compte. En<br />

particulier, dans quelle mesure la traduction porte-t-elle les marques du dialogue des<br />

cultures, ainsi que le souligne M. Guidère en citant l’exemple de la traduction d’un<br />

ouvrage de médecine du français vers l’arabe, qui nécessite un effort de<br />

concrétisation (à travers, notamment, des concepts et des métaphores médicales).<br />

Il semble possible, sur ces bases, de définir des régimes traductionnels.<br />

Retenons, plus précisément, la modélisation tensive telle qu’elle a été développée en<br />

sémiotique surtout par J. Fontanille et C. Zilberberg 2 . Dans la mesure où elle place<br />

le principe de la gradualité au cœur de l’interaction entre l’instance traductrice et<br />

l’objet à traduire, on peut dégager des stratégies traductionnelles en fonction des<br />

degrés d’« intervention » de l’instance traductrice (l’axe de l’intensité, qui mesure<br />

l’innovation) et, corrélativement, des degrés de déploiement dans le temps et dans<br />

l’espace (l’axe de l’étendue, qui mesure une stabilisation dans le temps et dans<br />

l’espace du texte source, mais aussi la prise en compte, plus ou moins ponctuelle,<br />

des déterminations socioculturelles et génériques externes que fait peser le contexte<br />

d’accueil).<br />

Globalement, il est possible de décliner quatre régimes traductionnels, une<br />

augmentation de l’intensité-re-création sur l’axe de l’intensité pouvant être corrélée,<br />

en sens converse ou inverse, avec une augmentation sur l’axe de la stabilisationancrage.<br />

Les positions polaires du continuum sont occupées par la traduction « mot<br />

à mot » et la traduction adaptation (par exemple à un nouveau contexte) : la<br />

première relève de l’imitation ponctuelle, qui combine de faibles degrés<br />

d’innovation et de stabilisation-permanence et semble peu pertinente ; la seconde<br />

combine l’une avec l’autre une intensité et un ancrage dans l’étendue également<br />

forts, au profit d’une re-création qui, comme telle, éprouve les limites de la<br />

traduction. Nous retiendrons plus particulièrement les deux régimes moyens, qui y<br />

correspondent davantage : dans le premier cas (intensité vive, étendue faible), on<br />

constate un accord ou une cohérence interne : donnant prise à un certain<br />

renouvellement, le texte traduit vaut par et pour lui-même, se détachant du texte<br />

source et se prévalant par rapport au contexte d’accueil d’une certaine autonomie ;<br />

dans le deuxième cas, quand une intensité et une force de renouvellement faibles<br />

croisent une stabilisation et un ancrage forts et que se trouve mise en avant la valeur<br />

de la « permanence », on parlera d’équivalence-adéquation 3 .<br />

De l’équivalence-adéquation à l’accord et à l’adaptation, on parcourt le<br />

continuum sur lequel se distribuent, aux deux bornes, les positions polaires de la<br />

« re-création » 4 (adaptation) et de l’imitation. La translation inter-sémiotique, plus<br />

que tout autre, peut exiger un effort de médiation par adaptation : ainsi, le<br />

1 J.-C. Coquet, Phusis et logos. Une phénoménologie du langage, Paris : Presses universitaires de<br />

Vincennes, 2007, p. 38.<br />

2 J. Fontanille & C. Zilberberg, Tension et signification, Hayen : Mardaga, 1998.<br />

3 Au sujet des corrélations entre l’axe de la visée plus ou moins cohérente et l’axe de la visée plus ou<br />

moins adéquate, voire J. Fontanille, « Énonciation et modélisation », Modèles linguistiques, t. XXIV, fasc.<br />

1, 2003, pp. 109-133.<br />

4 Cf. par exemple E. Etkind, L’art en crise. Essai d’une poétique de la traduction poétique, Lausanne :<br />

L’Âge d’homme, 1982.<br />

30


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

déplacement de l’hypertexte sur support numérique au livre imprimé réclame, écrit<br />

par exemple S. Lascaux au sujet de la reprise malheureuse de la fiction d’Anne-<br />

Claire Brandenbourger, Apparitions inquiétantes (1998) 1 , une « reconfiguration des<br />

contenus ». La translation intersémiotique met surtout l’accent sur un paramètre que<br />

les notions de discours ou de champ générique… épuisent insuffisamment : les<br />

usages faits des médias que, selon les cas, il faut, de surcroît, aborder sous l’angle<br />

de l’intermédialité (gommée ou affichée).<br />

La traduction s’affiche ainsi comme une pratique, au sens où l’entend J.<br />

Fontanille : « Les pratiques se caractérisent principalement par leur caractère de<br />

processus ouvert circonscrit dans une scène. […] les pratiques se caractérisent par<br />

l’existence d’un noyau prédicatif, une "scène" étant alors organisée autour d’un<br />

"acte". […] Cette scène se compose d’un ou plusieurs procès, environné par les<br />

actants propres au macro-prédicat de la pratique. Ces rôles actantiels propres à ce<br />

macro-prédicat peuvent être joués entre autres : par le texte ou l’image eux-mêmes,<br />

par leur support, par des éléments de l’environnement, par l’usager ou<br />

l’observateur » 2 . La pratique, liée à l’expérience d’une situation sémiotique,<br />

constitue elle-même un palier logé, au niveau du parcours de l’expression, entre<br />

l’objet, qui suit le texte auquel il fournit un support matériel, et la stratégie, qui<br />

correspond à une « expérience de conjoncture et d’ajustement » avec les autres<br />

scènes pratiques, concurrentes ou non. L’intéressant, c’est qu’à la faveur d’un<br />

principe intégratif descendant, le texte porte lui-même les marques des strates<br />

hiérarchiquement supérieures, de la pratique, par exemple, mais aussi d’une forme<br />

de vie : il peut ainsi manifester une politique du traduire – la (dé)valorisation de la<br />

traduction à telle époque, la préférence donnée à tel régime traductionnel.<br />

3. TRADUIRE, C’EST DIRE OU MONTRER ?<br />

<strong>Traduire</strong>, c’est dire « presque la même chose », écrit U. Eco. C’est dessiner<br />

l’espace dans lequel tiennent l’équivalence-adéquation approchée, mais aussi les<br />

différents degrés de la réécriture créatrice, jusqu’à l’adaptation à un nouveau<br />

contexte. Dans quelle mesure dira-t-on que le continuum des positions que nous<br />

avons cherché à inventorier tend, d’un côté, vers un dire « nouveau » et, de l’autre,<br />

vers la re-production plus ou moins mimétique, qu’il est possible de mettre au<br />

compte du montrer ? L’opposition entre le dire et le montrer telle que nous<br />

l’envisageons ici s’autorise, alors, des considérations de Wittgenstein sur la<br />

proposition-image.<br />

S’inspirant librement de la pensée que Wittgenstein développe dans le<br />

Tractatus logico-philosophicus 3 , on distinguera i) la représentation de la réalité<br />

(darstellend), qui fait prévaloir le dire (assertif et prédicatif) sur le montrer, ii) la représentation<br />

(abbildend), qui est reproductive et fait la part belle au montrer et iii) la<br />

présentation (vorstellend), qui propose une image de la réalité et relève du montrer<br />

1 S. Lascaux, « Objets poétiques mobiles : Éric Sadin, Tokyo, Tokyo_Reengineering », in A. Saemmer &<br />

M. Maza (éds), E-formes. Écritures visuelles sur supports numériques, Saint-Étienne : Presses de<br />

l’Université de Saint-Étienne, 2008, pp. 184-196.<br />

2 J. Fontanille, Sémiotique des pratiques, Paris : PUF, 2008, pp. 26-27.<br />

3 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus. Logisch-philosophische Abhandlung, Suhrkamp :<br />

Frankfurt am Main, 1980 (15. Auflage) ; Oxford : Basil Blackwell, 1959 ; trad. P. Klossowski, Paris :<br />

Gallimard, 1961 ; trad. G. G. Granger, Paris : Gallimard, 1993.<br />

31


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

essentiellement. La problématique peut alors être résumée en ces termes : si traduire,<br />

c’est produire du sens, est-ce nécessairement asserter, c’est-à-dire établir la vérité ou<br />

la fausseté de ce qui est dit par rapport à la réalité 1 ?<br />

D’une part, l’adaptation est de l’ordre du dire (assertif et prédicatif), en ce<br />

qu’elle correspond à une re-construction de la réalité qui s’affiche comme une<br />

création à part entière ; réalisée pleinement, elle est prise en charge par le sujet, ce<br />

qui favorise son rattachement à la catégorie de la « réécriture créatrice » selon F.<br />

Rastier, plutôt qu’à celle de la traduction 2 . D’autre part, l’équivalence-adéquation<br />

ressortit à la monstration dans l’exacte mesure où elle reproduit le texte d’accueil,<br />

explorant l’au-delà potentialisant de l’assertion réalisante, qui seule incombe au<br />

sujet du texte source ; à la prise en charge par le sujet du texte source correspond la<br />

dé-prise en charge par l’instance traductrice 3 . Enfin, tout en restant en partie inféodé<br />

au texte source, et sans que l’instance traductrice se substitue à son sujet, l’accord<br />

présentatif montre en ce qu’il place la cohérence de l’ensemble dans une nouvelle<br />

perspective ; il correspond à la phase de l’actualisation et de la pré-prise en charge,<br />

en deçà d’une nouvelle réalisation.<br />

Deux exemples permettront de le montrer concrètement. Soit d’abord<br />

l’ouvrage d’Annie Ernaux et de Marc Marie intitulé L’usage de la photo, qui<br />

orchestre un ensemble de textes verbaux écrits (d’)après des photos prises avant ou<br />

après l’acte amoureux. Au-delà de la description de l’énoncé visuel par le verbal,<br />

qui en fait son objet d’analyse, la traduction intermédiatique permet de retrouver<br />

trois des régimes traductionnels distingués plus haut : quand l’écriture se fait à<br />

partir des photos, la position sélectionnée est celle de l’adaptation, qui s’éloigne du<br />

texte source ; l’écriture selon ou d’après l’image correspond à la position accord,<br />

alors que l’écriture comme procès transitif – les auteurs parlent de « photos<br />

écrites » 4 – renvoie à la position équivalence-adéquation. Est alors en jeu le degré<br />

de soumission de l’énonciateur traducteur à l’énonciateur originel :<br />

1 Au sujet de la définition de l’assertion, voir notamment A. Culioli, Encyclopédie Alpha, 1968, s.v.<br />

ASSERTION.<br />

2 Voir J. Fontanille au sujet des modes d’existence de l’énoncé dans le champ de discours : alors que le<br />

« mode réalisé est celui même par lequel l’énonciation fait se rencontrer les formes du discours avec une<br />

réalité », les « mode actualisé est celui des formes qui adviennent en discours » ; le mode potentialisé<br />

concerne les formes rejetées à l’arrière-plan du déjà-dit, le mode virtualisé étant celui « des structures<br />

d’un système sous-jacent, d’une compétence formelle disponible au moment de la production du sens »,<br />

Sémiotique du discours, op. cit., pp. 289-290. Nous proposons de faire correspondre à la réalisation la<br />

prise en charge d’un contenu par le sujet d’énonciation, à la potentialisation la dé-prise en charge, à la<br />

virtualisation la non-prise en charge et à l’actualisation la pré-prise en charge. Dans les trois derniers cas,<br />

sans doute l’instance d’énonciation ne bénéficie-t-elle pas du statut de « sujet », au sens où l’entend J.-C.<br />

Coquet, Phusis et logos, op. cit. Au sujet de la mise en relation avec l’opposition entre le dire et le<br />

montrer, nous nous permettons de renvoyer à M. Colas-Blaise, « De la démonstration image(ante) à la<br />

démonstration par l’image. Régimes de l’image (scientifique) et énonciation », Nouveaux Actes<br />

Sémiotiques [ en ligne ]. NAS, 2011, n° 114.Disponible sur :<br />

revues.unilim.fr/nas/document.php?id=3748 (consulté le 28/02/2011)<br />

3 Il n’est alors pas nécessaire de statuer sur la vérité ou la fausseté de la proposition par rapport à un réel,<br />

comme le note D. Marconi au sujet du Tractatus logico-philosophicus : « […] pour la [la proposition]<br />

comprendre, il n’est pas nécessaire de savoir qu’elle est vraie ou qu’elle est fausse ; la comprendre, c’est<br />

"savoir ce qu’il advient si elle est vraie" », La philosophie du langage au XXe siècle, trad. M. Valensi,<br />

Paris : Éd. de l’éclat, 1997, p. 40.<br />

4 A. Ernaux & M. Marie, L’usage de la photo, Paris : Gallimard, 2005, p. 13.<br />

32


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

Devant le lit défait, la table du petit déjeuner avec le pot de café, les toasts et les<br />

viennoiseries qui restent dans la corbeille. Sur les draps un petit tas noir – la<br />

blouse de soie que m’a offerte une amie avant mon opération à Curie – et quelque<br />

chose de rouge, peut-être une chemise de M. À droite, presque noires à cause de<br />

l’ombre dans laquelle elles sont plongées, des roses rouges dans un vase. Au<br />

fond, la fenêtre entrebâillée. (p. 35)<br />

Comme le suggère la syntaxe nominale – les verbes conjugués sont relégués<br />

dans les propositions subordonnées –, on assiste à une remontée vers le stade initial<br />

d’une indifférenciation pré-réflexive. Exception faite du passage commentatif inséré<br />

entre tirets doubles ou des marques de modalisation, la syntaxe nominale atteste un<br />

certain degré d’empathie : le sujet de l’énonciation verbale cède l’initiative au sujet<br />

de l’énonciation iconique, jusqu’à reproduire son point de vue dans son<br />

immédiateté. La « picturalité » du verbal peut en être la conséquence. Malgré le<br />

changement de canal sensoriel, il s’agit de montrer autant que possible, plutôt que<br />

de « dire du montré », selon l’expression de G. Molinié 1 . En l’occurrence, on assiste<br />

à une tabularisation de l’écrit, dont on peut étudier les effets aux plans du contenu et<br />

de l’expression.<br />

Enfin, élargissant la perspective au point d’englober la translation<br />

intersémiotique qui assure le passage de la perception de la réalité de la ville<br />

japonaise – qui correspond, ainsi que le précise J.-F. Bordron, à une première forme<br />

d’énonciation judicative (par opposition à la sensation) 2 – à un texte verbal, nous<br />

focaliserons notre attention sur un extrait de l’ouvrage Tokyo d’Éric Sadin 3 :<br />

→SMS on balance sur son mobile phone ↓on voit Kairo sur DVD JVC<br />

←annonces Mainichi Daily on parcourt → heure gmt + 9 on relève sur horloge<br />

cristaux liquides ↑ on déchiffre rayons infrarouges code-barre Sapporo Lager can<br />

→ on accède à l’incunable fonds médiéval époque Muromachi de la médiathèque<br />

Shinagawa […].<br />

au-delà de la vitre on remarque une enseigne Kentucky Fried Chicken ↔ au-delà<br />

du tapis en mouvement on aperçoit une affiche Heineken de l’autre côté d’un<br />

défilé sushis anguille ↔ au sortir d’une série sushis poulpe sur une coupelle<br />

fuchsia on saisit une gelée mandarine ↔ on merci entend ↔ on apprécie le<br />

silence de ses voisins ↔ entend on merci […].<br />

Dans la mesure où il s’agit de « traduire » le foisonnement multicodique<br />

caractéristique de la ville japonaise, ainsi qu’É. Sadin l’explique dans Poésie<br />

atomique 4 , il importe de donner à voir au plus près des « expériences<br />

phénoménologiques démultipliées du langage » (à travers notamment le<br />

fonctionnement électronique) et des « jeux de tension entre langage et espace –<br />

publics ». On se contentera ici de relever trois traits caractéristiques d’une écriture<br />

qui sélectionne moins le régime de l’équivalence-adéquation reproductive que celui<br />

de l’accord qui – ainsi que le suggèrent les nombreux verbes de perception –<br />

présente ou propose, en mettant le texte de la ville source en perspective. Y<br />

1 G.Molinié, Sémiostylistique, Paris : PUF, 1998, p. 42.<br />

2 Cf. J.-F. Bordron : « […] une perception, pour autant que l’on veuille opposer ce terme à celui de<br />

sensation, culmine dans la forme prédicative du jugement », « Perception et énonciation dans l’expérience<br />

gustative. L’exemple de la dégustation d’un vin », in A. Hénault (dir.), Questions de sémiotique, Paris :<br />

PUF, 2002, p. 657.<br />

3 É. Sadin, Tokyo, Paris : P.O.L. Éditions, 2005.<br />

4 É. Sadin, Poésie atomique [Écriture & complexités contemporaines], Orléans : éc/artS, 2004.<br />

33


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

concourt l’utilisation massive de ce que J.-M. Klinkenberg appelle des « index »,<br />

c’est-à-dire des signes qui ont « pour fonction d’attirer l’attention sur un objet<br />

déterminé, ou de donner un certain statut à cet objet » 1 : à travers les flèches simples<br />

et doubles, qui peuvent « imiter » les mouvements dans toutes les directions<br />

accomplis par le promeneur appréhendant la réalité de manière cognitive et sensible,<br />

l’index mobilise des signes conventionnels motivés. On y ajoutera les répétitions<br />

qui, à travers une délinéarisation conçue interactivement, garantissent une certaine<br />

mobilité ou circulation, toujours relancée. Enfin, on notera les perturbations<br />

syntaxiques – « on merci entend », « entend on merci »… – qui, tout à la fois,<br />

vérifient des possibilités de combinaison à travers des « calculs textuels » et luttent<br />

contre tout figement. Plus que jamais, le segment traduit est de nature fragmentaire,<br />

précaire et instable.<br />

CONCLUSION<br />

Afin de caractériser des régimes traductionnels, on s’est proposé de montrer<br />

que les traductions éprouvent diversement la frontière entre deux modes de<br />

construction du sens, le dire et le montrer, qui mettent dans leur dépendance la<br />

différence entre, d’une part, plusieurs modes d’existence des contenus dans le<br />

champ de discours et, d’autre part, entre des types de prise en charge par les<br />

instances de l’énonciation. Finalement, qu’il s’agisse de la traduction « proprement<br />

dite » selon les termes de R. Jabobson ou de la translation intersémiotique, l’éventail<br />

des positions s’échelonnant entre la reproduction imitative et la présentation qui<br />

renouvelle y trouve au moins un début de modélisation.<br />

COLAS-BLAISE Marion<br />

Université du Luxembourg<br />

marion.colas@uni.lu<br />

Bibliographie<br />

BORDRON J.-F., « Perception et énonciation dans l’expérience gustative. L’exemple de la<br />

dégustation d’un vin », in A. Hénault (dir.), Questions de sémiotique, Paris : PUF, 2002, pp.<br />

639-665.<br />

BORDRON J.-F., « Image et vérité », Nouveaux Actes Sémiotiques, [en ligne], 2007. Actes<br />

de colloques, 2005.<br />

La vérité des images. Disponible sur : revues.unilim.fr/nas/document.php?id=1931<br />

COLAS-BLAISE M., « De la démonstration image(ante) à la démonstration par l’image.<br />

Régimes de l’image (scientifique) et énonciation », Nouveaux Actes Sémiotiques, [en ligne],<br />

n° 114, 2011. Disponible sur :<br />

<br />

COQUET J.-C., Phusis et logos. Une phénoménologie du langage, Paris : Presses<br />

universitaires de Vincennes, 2007.<br />

CULIOLI A., Encyclopédie Alpha, s.v. ASSERTION, 1968.<br />

ECO U., Dire presque la même chose, Paris : Grasset, 2007.<br />

ERNAUX A. & MARIE M., L’usage de la photo, Paris : Gallimard, 2005.<br />

ETKIND E., Un art en crise. Essai de poétique de la traduction poétique, Lausanne : L’Âge<br />

d’homme, 1982.<br />

FONTANILLE J., Sémiotique du discours, Limoges : Pulim, 2003 [1998].<br />

1 J.-M. Klinkenberg, Précis de sémiotique générale, Bruxelles : De Boeck & Larcier, 1996, p. 160.<br />

34


LA TRADUCTION EN ACTE<br />

FONTANILLE J., 2003, « Énonciation et modélisation », Modèles linguistiques, t. XXIV,<br />

fasc. 1, 2003, pp. 109-133.<br />

FONTANILLE J., Pratiques sémiotiques, Paris : PUF, 2008.<br />

FONTANILLE J. & ZILBERBERG C., Tension et signification, Hayen : Mardaga, 1998.<br />

GENINASCA J., La parole littéraire, Paris, PUF : 1997.<br />

GUIDÈRE M., Introduction à la traductologie. Penser la traduction : hier, aujourd’hui,<br />

demain, Bruxelles : De Boeck, 2008.<br />

JAKOBSON, R., Essais de linguistique générale, Paris : Minuit, 1963.<br />

JAUSS H. R., Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978.<br />

KLINKENBERG J.-M., Précis de sémiotique générale, Bruxelles : De Boeck & Larcier,<br />

1996.<br />

LAROSE R., Théories contemporaines de la traduction, Québec : Presses de l’Université du<br />

Québec, 1989.<br />

LASCAUX S., « Objets poétiques mobiles : Éric Sadin, Tokyo, Tokyo_Reengineering », A.<br />

Saemmer & M. Maza (éds), E-formes. Écritures visuelles sur supports numériques, Saint-<br />

Étienne : Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2008, pp. 184-196.<br />

LEDERER M., La traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, Paris : Hachette, 1994.<br />

MARCONI D., La philosophie du langage au XXe siècle, trad. M. Valensi, Paris : Éditions de<br />

l’éclat, 1997.<br />

MESCHONNIC, H., Éthique et politique du traduire, Paris : Verdier, 2007.<br />

MOLINIÉ G., Sémiostylistique, Paris : PUF, 1998.<br />

RASTIER F., « La traduction : interprétation et genèse du sens », in M. Lederer (éd.), Le sens<br />

en traduction, Paris : Minard, 2006.<br />

RICOEUR P., Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004.<br />

SADIN É, Poésie atomique [Écriture & complexités contemporaines], Orléans : éc/artS,<br />

2004.<br />

SADIN É., Tokyo, Paris : P.O.L. Éditions, 2005.<br />

STEINER G., After Babel : Aspects of Language and Translation, London & New York :<br />

Oxford University Press, 1975.<br />

VINAY J.-P. & DARBELNET J., Stylistique Comparée du Français et de l'Anglais, Londres,<br />

Paris : Didier-Harrap, 1958.<br />

WITTGENSTEIN L., Tractatus logico-philosophus, trad. fr. G.G. Granger, Paris : Gallimard,<br />

1993. L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus. Logisch-philosophische Abhandlung,<br />

Suhrkamp : Frankfurt am Main, 1980 (15. Auflage) ; Oxford : Basil Blackwell, 1959 ; trad. P.<br />

Klossowski, Paris : Gallimard, 1961.<br />

35


PARAPHRASER, TRADUIRE<br />

LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

Parmi les quatre termes proposés à notre réflexion, l’intérêt du latiniste se<br />

porte aussitôt sur « traduction ». C’est à Rome en effet qu’est apparue l’idée que<br />

l’activité utilitaire permettant la communication entre deux personnes usant de<br />

langues différentes pouvait se mettre au service de l’art, qu’il était possible de faire<br />

passer quelque chose de l’émotion esthétique ressentie devant les chefs-d’œuvre de<br />

la littérature grecque dans des œuvres écrites en latin. La traduction littéraire naît à<br />

Rome. Il existe sur ces traductions (il serait plus juste, on le verra, d’écrire « traductions<br />

», si on veut entendre le mot dans le sens moderne) des travaux de qualité et il<br />

serait difficile d’apporter du nouveau dans le cadre d’une brève communication.<br />

On s’intéressera donc ici à un paradoxe moins souvent relevé. Les Grecs<br />

n’ont jamais éprouvé le besoin de traduire : pour eux, civilisation et hellénisme sont<br />

synonymes. Lorsque, après les conquêtes d’Alexandre, la frontière orientale de<br />

l’hellénisme est reportée jusqu’à l’Indus, ils n’apprennent pas la langue des peuples<br />

conquis, ils ouvrent des écoles : « l’éducation classique est essentiellement une<br />

initiation à la vie grecque qui modèle l’enfant et l’adolescent en fonction des<br />

coutumes nationales et les plie à ce style de vie caractéristique qui distingue<br />

l’homme de la brute, l’hellène du barbare » 1 . Une cinquantaine d’années après la<br />

mort d’Alexandre, les Romains entrent en contact avec la civilisation hellénique (par<br />

la guerre bien entendu) et ils en demeurent émerveillés : c’est un coup de foudre<br />

pour l’art et la littérature de la Grèce. Ainsi naît chez eux le désir de posséder dans<br />

leur langue l’équivalent des chefs-d’œuvre grecs. Quelles que soient leurs autres<br />

motivations, s’ils traduisent, c’est que ce peuple réputé éminemment pratique les<br />

juge beaux. Or les premiers traducteurs vont être des Grecs. L’initiateur, Livius<br />

Andronicus, un esclave grec affranchi, fonde la littérature latine en traduisant en 240<br />

av. J.-C. une tragédie grecque. Il traduit ensuite, outre d’autres pièces de théâtre,<br />

l’Odyssée. Livius et ses successeurs qui sont, comme le dit Suétone, des semigraeci<br />

(Gramm. 1) inventent-ils ainsi de toutes pièces une pratique et une technique qui<br />

n’existaient pas dans leur patrie ? Pas tout à fait, c’est ce que je voudrais montrer ici.<br />

Considérons la définition que donne de la traduction le dictionnaire de<br />

Greimas et Courtés : « On entend par traduction l’activité cognitive qui opère le<br />

passage d’un énoncé donné à un autre énoncé considéré comme équivalent ». On<br />

remarque que la définition s’applique aussi bien (ou mieux) à une autre pratique<br />

d’écriture (ou une autre activité cognitive), la paraphrase. Celle-ci a suscité un inté-<br />

1 Marrou 1965, p. 157 (et en général p. 151-160). Sur le fait que Rome « a toujours fait partie des franges<br />

de l’hellénisme », Veyne 1979.<br />

37


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

rêt renouvelé, avant tout à la suite des travaux de C. Fuchs, en dernier lieu, en 1994,<br />

Paraphrase et énonciation. Notons aussi l’ouvrage de B. Daunay, Défense de la<br />

paraphrase, en 2002. Ces deux ouvrages accordent toute la place méritée au rôle de<br />

la paraphrase dans l’éducation et la rhétorique antiques, citant certains textes<br />

importants. Mais une rectification est ici cruciale. Greimas et Courtès distinguent<br />

« les paraphrases substitutives (ou dénotatives) qui visent l’équivalence directe avec<br />

l’énoncé paraphrasé » (C. Fuchs parle de « reformulation imitative ») et « les<br />

paraphrases obliques (en partie connotatives) dont le contenu désambiguïse l’énoncé<br />

premier » (« reformulation explicative » chez C. Fuchs) 1 . Seul le premier type est<br />

appelé paraphrasis chez les Grecs et les Romains 2 . Le second emploi du terme<br />

apparaît, semble-t-il, au XVI e siècle. Quand C. Fuchs distingue de la paraphrase<br />

païenne une paraphrase « biblique » (qu’elle semble curieusement considérer<br />

comme antérieure), elle étend à l’antiquité le sens moderne 3 . L’idée d’autre part que<br />

« la paraphrase comme pratique de production de discours s’est rapidement (?)<br />

transmuée en pratique du commentaire » 4 n’a aucun fondement. Inexactitudes mineures<br />

dans le contexte de ces ouvrages, mais qu’on se doit ici de rectifier.<br />

La traduction est-elle une forme particulière de paraphrase ? Le<br />

rapprochement a été souvent fait entre les deux exercices (Greimas et Courtès<br />

parlent à propos de la paraphrase substitutive de « traduction intralinguistique »). En<br />

tout cas, pour en revenir à nos Romains, le vocabulaire est le même pour l’un et pour<br />

l’autre. Ainsi, dans le texte essentiel de Quintilien (10, 5, 2-8) sur lequel on aura<br />

d’autres occasions de revenir, à quelques lignes de distance, uertere, « tourner,<br />

retourner, changer (d’un état en un autre) » signifie « traduire » (d’où « version »)<br />

ou « paraphraser ». Le verbe le plus fréquent pour « traduire » est partout<br />

conuertere, mais l’abstrait conuersio correspond au grec paraphrasis. Transferre<br />

(cf. l’anglais « translate ») vaut pour l’une et l’autre 5 . Le rapport apparaît étroit entre<br />

la paraphrase, exercice déjà pratiqué par les Grecs, et la traduction, pratique<br />

inaugurée à Rome par un Grec.<br />

On considèrera d’abord rapidement, d’un point de vue historique, une<br />

évolution, dans la littérature latine de la traduction à la paraphrase. Passant à un<br />

point de vue rhétorique et pédagogique, on montrera la place de la paraphrase dans<br />

la théorie, puis dans la pratique de l’orateur. On s’attachera enfin au rôle de la<br />

paraphrase (ou de la traduction paraphrastique) dans la composition littéraire, en un<br />

temps où s’épanouit un recours à l’intertextualité sans équivalent dans d’autres<br />

littératures.<br />

1 Greimas et Courtés 1993, p. 268.<br />

2 Certaines pratiques relevant du second type peuvent assurément être relevées (cf. Nicolas 2009) ; mais<br />

le terme de paraphrasis ne leur est jamais appliqué.<br />

3 Fuchs 1994, p. 4-7. Les emplois du terme par Philon et Origène (références : Fuchs 1982, p. 10, n. 2) ne<br />

diffèrent en rien de ceux qu’on étudie ici. Dire, à propos de Quintilien, 10, 5, 5 (cité infra), qu’il s’agit de<br />

« construire un nouveau texte T’ qui tout en restant fidèle à l’esprit de T le développe et l’explicite »<br />

(c’est nous qui soulignons) n’est pas exact.<br />

4 Daunay 2002, p. 73.<br />

5 Sur ces termes (et d’autres tels que interpretare ou imitari), ainsi que sur les termes grecs (hermêneuein,<br />

metaphrazein), Traina 1989, p. 96-99. Notons que le latin préfère exprimer l’action par un verbe plutôt<br />

que de la figer dans un substantif (c’est là un des secrets du thème).<br />

38


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

DE LA TRADUCTION À LA PARAPHRASE<br />

En considérant le rapport à l’œuvre inspiratrice (ou, si on préfère, à<br />

l’hypotexte) dans cette « littérature au second degré » qu’est presque toujours la<br />

littérature latine de la République et du Haut Empire, on peut, sans excès de<br />

schématisme, distinguer trois temps. On a déjà évoqué Livius Andronicus. Vers 212<br />

av. J.-C., Plaute déclare encore, dans le prologue de l’Asinaria, que Démophile a<br />

écrit la comédie et que Maccus (son surnom) l’a « traduite » en langue barbare,<br />

Demophilus scripsit, Maccus uortit barbare. Mais on doit maintenant nuancer le<br />

sens de uertere, qui marque, on l’a dit, le passage d’un état à un autre. Il s’agit en<br />

effet moins à nos yeux de traduction que de transposition. Dans la comédie en<br />

particulier, la traduction littérale est impossible : elle ne ferait pas rire. Non<br />

seulement les jeux sur les mots ou les allusions sont adaptés au public romain, mais<br />

grossissement des effets, additions ou coupures interviennent constamment. La<br />

traduction n’est pas sans rapports avec l’appropriation d’œuvres d’art destinées à<br />

embellir Rome 1 . Il apparaît aussi légitime de s’approprier l’œuvre : aussi bien le<br />

« traducteur » est-il considéré comme auteur à part entière et on parle de l’Odissia<br />

de Livius Andronicus. Des « traductions » comparables continueront à apparaître, au<br />

second plan toutefois : celles d’Aratos par un Cicéron encore adolescent puis par<br />

Germanicus, neveu de Tibère, sont encore traitées comme des œuvres originales 2 .<br />

L’esprit s’est cependant modifié à la fin de la République. Il ne s’agit plus<br />

d’adaptation, mais de rivalité, certamen, avec les plus grands dans l’ensemble des<br />

genres, d’obtenir ce qu’Horace appelle le « surnom d’élection », optiuum cognomen<br />

(Ep. 2, 2, 101) : Properce se veut le Callimaque latin, Salluste et Tite-Live seront<br />

comparés respectivement à Thucydide et à Tite-Live. Cicéron ne cache pas qu’il<br />

entend, à l’instar de Démosthène, marquer le sommet de l’éloquence dans sa patrie :<br />

il accepte avec enthousiasme la suggestion de Brutus d’appeler Philippiques ses<br />

discours contre Antoine. Et, s’il est plus discret à propos de son œuvre<br />

philosophique, on sent qu’il ne serait pas fâché d’être aussi le Platon romain. Le<br />

couronnement est l’apparition avec l’Énéide d’un chef-d’œuvre comparable à celui<br />

qui domine la littérature grecque : « Je ne sais quoi est en train de naître, écrit<br />

Properce, de plus grand que l’Iliade » (2, 34, 66). La littérature grecque connaît,<br />

après la conquête romaine, une période de relative stérilité 3 . Pour les Romains, les<br />

œuvres écrites dans les deux langues, in utraque lingua 4 , se situent maintenant à<br />

égalité.<br />

Dans un monde dont l’Empire bouleverse profondément les valeurs, c’est<br />

désormais moins avec les poètes grecs qu’avec les poètes latins qu’on rivalise :<br />

Ovide, innovateur comme en beaucoup de domaines, n’hésite pas à récrire, non sans<br />

malice, dans les trois derniers chants des Métamorphoses, sa propre Énéide. On peut<br />

1 Les Romains se conduisent déjà en conquérants, mais la Grèce propre ne deviendra romaine qu’en 146.<br />

2 Sur les libertés de ces traducteurs, Seele 1995 ; plus nuancé, Traina 1970. Les exigences de la traduction<br />

au sens moderne n’apparaîtront qu’avec les chrétiens, tenus à un scrupuleux respect du texte source : une<br />

formule souvent citée fait de saint Jérôme le « patron des traducteurs ». Cette évolution demeure ici<br />

extérieure à notre propos.<br />

3 Sauf dans le domaine de l’épigramme, cf. infra.<br />

4 Sur l’expression (qui n’a pas d’équivalent en grec), Valette-Cagnac 2005, p. 22-28. Cf. Pierre 2005, p.<br />

254 (mais ceci ne vaut pas seulement pour la poésie) : « L’œuvre poétique latine n’efface pas l’œuvre<br />

grecque, elle n’est ni sa copie ni la reproduction originale, elle la dédouble comme une image<br />

complémentaire et nécessaire ».<br />

39


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

voir le caractère essentiel du certamen dans les dernières lignes de deux œuvres,<br />

l’une poétique, l’autre didactique, que ne séparent que quelques années. À la fin de<br />

sa Thébaïde, vers 92, Stace s’adresse à son épopée : « Vis, je t’en prie, et ne rivalise<br />

pas avec la divine Énéide, mais suis-la (sequere) de loin et, toujours, adore la trace<br />

de ses pas » (12, 816-817) 1 . Cette déclaration faussement modeste (personne ne<br />

vient s’intercaler entre Stace et Virgile) est en totale consonance avec les conseils<br />

sur lesquels se clôt, vers 96, l’Institution oratoire de Quintilien :<br />

En admettant même que nous n’ayons pas d’espoir de surpasser nos modèles,<br />

c’est encore un grand honneur que de venir immédiatement après eux<br />

(subsequendi)... La perfection dans les arts serait un don funeste pour l’humanité,<br />

si ce qui est le meilleur marquait aussi la fin... Ne nous lassons jamais de tendre<br />

vers ce qu’il y a de meilleur : c’est là le moyen de parvenir aux sommets ou, à<br />

coup sûr, de voir une multitude au-dessous de nous » (12, 11, 28-30 ; trad.<br />

Bornecque modifiée).<br />

À côté de l’idée du certamen, dans les deux textes apparaît<br />

sequor, « suivre ». Simple imitation d’un « suiveur » ? Sûrement pas, car rien n’est<br />

sacrifié du souci d’originalité. Pour conserver la métaphore sportive, il s’agit de<br />

s’inscrire dans la même compétition que tel grand prédécesseur, de travailler dans le<br />

même genre littéraire, tout en restant pleinement soi-même.<br />

Dans ce jeu du semblable et de l’autre où la littérature puise dans son propre<br />

fonds, rivaliser implique de parfaitement connaître le « modèle » qu’on aspire à<br />

surpasser et de souligner en quoi on se distingue de lui. Pour ce qui devient ainsi une<br />

forme de dialogue avec les rivaux les plus éminents, la pratique de la paraphrase<br />

joue un rôle essentiel. Celle-ci constitue, dit Quintilien, le moyen privilégié pour<br />

parfaitement connaître les plus grands auteurs :<br />

Il ne s’agit pas en effet d’une lecture superficielle qui parcourt les œuvres à la<br />

hâte : on travaille chaque expression, on est contraint de l’analyser exactement et<br />

on en reconnaît la valeur par le fait même qu’on ne peut l’imiter (10, 5, 8).<br />

Outil d’analyse et méthode pour l’élaboration d’œuvres originales, la<br />

paraphrase occupe, on ne saurait s’en étonner, une place centrale dans l’éducation.<br />

PARAPHRASE ET TRADUCTION DANS L’ÉDUCATION DU ROMAIN<br />

Deux textes essentiels, l’un latin, l’autre grec, fournissent sur ce sujet de<br />

précieuses et assez abondantes informations : ils se complètent suffisamment pour<br />

que nous puissions passer constamment, dans la suite, de l’un à l’autre.<br />

Comme l’indique son titre, l’Institution oratoire de Quintilien présente, du<br />

berceau (il se soucie du choix de la nourrice qui entraînera l’infans à prononcer les<br />

mots) jusqu’à la tombe, l’éducation puis l’entraînement de l’orateur : la rhétorique<br />

constitue le « tronc commun » de l’éducation et le terme eloquentia peut au I er siècle<br />

de notre ère désigner toute sorte de littérature. Dans l’ouvrage, la paraphrase<br />

apparaît deux fois. L’élève la pratique d’abord comme exercice scolaire (le grec<br />

parle de progymnasmata, exercices préparatoires) chez le grammaticus, puis chez le<br />

rhéteur (1, 9, 1-3). Sur ces exercices, Quintilien passe assez rapidement, quam<br />

breuissime (1, 10, 1), sans souci d’exhaustivité, pour en venir à l’essentiel de son<br />

propos. Sorti de l’école, l’orateur doit s’entraîner quotidiennement, comme<br />

aujourd’hui un athlète ou un virtuose, afin d’acquérir et de conserver l’hexis, la<br />

1 Au début de la seconde épopée de Stace, l’Achilléide, la rivalité s’instaure avec Homère (1, 3-7).<br />

40


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

maîtrise parfaite de l’expression : c’est à propos de cet entraînement que sont<br />

étudiées à la fois paraphrase et traduction (10, 5, 2-11). Seconde source, le manuel<br />

plus détaillé et plus technique que Théon consacre spécifiquement aux<br />

progymnasmata. Dans cet ouvrage, le développement sur la paraphrasis n’est connu<br />

que par une traduction arménienne : c’est seulement en 1997 que l’édition de M.<br />

Patillon l’a mis à la disposition de tous 1 .<br />

Ces deux textes de base peuvent paraître relativement tardifs : on situe en<br />

général Théon au milieu du 1 er siècle ap. J.-C., quelques décennies avant Quintilien.<br />

Mais deux témoignages plus succincts permettent de remonter, pour Rome, jusqu’au<br />

II e siècle av. J.-C. 2 Suétone, évoquant l’époque où grammairiens et rhéteurs grecs<br />

faisaient l’éducation des Romains, mentionne paraphrase (Gr. 4, 7) et traduction (25,<br />

8). Dans le De oratore d’autre part Cicéron fait dire à Crassus, un de ses maîtres,<br />

qu’après avoir pratiqué la paraphrase pour son entraînement, il lui préfère la<br />

traduction (1, 154-155). Plus tard, Pline le Jeune, qui fut l’élève de Quintilien,<br />

pratique aussi ces exercices (Ep. 7, 9, 2-6) et ils n’ont cessé d’être en honneur et<br />

dans l’éducation et dans le cabinet où s’entraîne l’orateur durant toute la période où<br />

a fleuri la littérature latine, païenne, puis chrétienne.<br />

Pour apprécier dans quelles conditions l’élève s’initie d’abord à la<br />

paraphrase, il convient de replacer cet apprentissage dans le cadre plus large de<br />

l’éducation antique. La méthode, à tous les niveaux, est absolument analytique, avec<br />

un souci d’exhaustivité : on ne craint pas de rabâcher et le fouet est toujours là pour<br />

les récalcitrants — Horace ou Augustin en conservent de cuisants souvenirs. Au<br />

niveau le plus élémentaire, il ne suffit pas de connaître par cœur l’alphabet et de le<br />

chanter (Augustin parle d’odieuse ritournelle, odiosa cantio, Conf. 1, 22). On doit<br />

savoir le réciter dans un ordre différent : à l’envers, en sautant tel nombre de lettres,<br />

voire en faisant succéder première et dernière lettre, AX, seconde et pénultième, BV,<br />

puis CT... Pour les syllabes, d’abord celles de 2 lettres, B A ba, B E be... Puis celles<br />

de 3 lettres, bra..., bar... On ne néglige surtout pas les monosyllabes difficiles et<br />

rébarbatifs : l’élève saura écrire le nom, grec et latin, du lynx ou du sphinx, avant<br />

celui du chien, disyllabique, kuôn, canis 3 . Quintilien est formel dans sa<br />

condamnation de toute méthode qui tendrait à devenir globale :<br />

Pour les syllabes, pas de raccourci : il faut les apprendre absolument toutes et<br />

non, comme on le fait en général, différer les plus difficiles afin de les apprendre<br />

ensuite en écrivant les mots. Bien au contraire il ne faut pas se fier étourdiment<br />

au premier enregistrement de la mémoire : il est plus utile de les répéter et de les<br />

inculquer longuement (1, 1, 30-31).<br />

Lettres, syllabes, mots, phrases, autant de phases successives : « on ne saurait<br />

croire quel retard apporte à l’enseignement de la lecture la précipitation » (Id., 32).<br />

La même minutie se retrouve quand l’élève en vient, quelques années plus tard, au<br />

travail sur l’expression. Laissons à Denys d’Halicarnasse le soin de décrire le rude<br />

chemin à parcourir, bien avant de parvenir à la parfaite aisance des Maîtres :<br />

1 M. Patillon a été assisté pour la partie en arménien par G. Bolognesi. C. Fuchs n’a pu connaître ce texte ;<br />

B. Dugain cite Théon, mais n’a pas eu connaissance de cette édition enfin complète.<br />

2 En Grèce, Démosthène, selon Plutarque (Dem. 8, 2), s’exerçait déjà à la paraphrase (cf. Théon, 63, 29-<br />

64, 24 [p. 6-7]). On pense en général que le système d’éducation que nous connaissons s’est développé<br />

peu à peu durant l’époque hellénistique.<br />

3 Cribiore 2001, p. 164-176 (utilise les nombreux documents que la sécheresse de l’Égypte a préservés).<br />

41


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Lorsque nous apprenons les lettres, on nous enseigne d'abord leurs noms, puis<br />

leurs formes et leurs valeurs ; on fait de même pour les syllabes et leurs<br />

propriétés ; puis de même encore pour les mots et leurs accidents, allongements,<br />

abrègements, accents, et autres choses semblables. Une fois tout cela<br />

parfaitement su, nous commençons alors à écrire et à lire, d'abord syllabe par<br />

syllabe et lentement. Lorsque, au bout d'un temps considérable, ces moules se<br />

seront solidement gravés dans notre mémoire, alors tout devient le plus aisé du<br />

monde ; qu'on nous mette sous les yeux n'importe quel livre, nous le parcourons<br />

sans broncher, avec un métier et une vitesse incroyables. C’est à peu près ce qui<br />

se produit, il faut l’admettre, aussi bien pour l’organisation des périodes que pour<br />

la belle venue des membres de phrases chez les athlètes de la littérature (Comp.<br />

25, 41-42 : trad. Aujac mod.).<br />

Denys s’attache à la première étape, l’apprentissage de la lecture, puis<br />

évoque un aboutissement quasi miraculeux. Quintilien, lui, permet de comprendre<br />

dans quel esprit est abordé l’entraînement à l’éloquence proprement dite. Les<br />

Romains aiment les oppositions robustes et concrètes : d’un côté res, « les choses »,<br />

le contenu, que concernent invention et disposition, de l’autre uerba, « les mots »,<br />

domaine de l’élocution. Res et uerba, dit Quintilien, sont bien entendu<br />

indissociables : il ne s’agit pas de faire du « beau » style, mais de convaincre le juge<br />

ou l’assemblée. Mais dans l’infinie variété des situations à propos desquelles on<br />

prend la parole, les res sont chaque fois différentes. En revanche on utilise dans tous<br />

les cas le même vocabulaire : une langue comporte un nombre de uerba (mots et<br />

expressions) important, mais limité. Il est donc possible d’enrichir méthodiquement<br />

son expression en sorte de connaître toutes les ressources du langage et d’avoir<br />

toujours à sa disposition un « trésor » disponible, où il sera possible de puiser les<br />

formules adéquates. Pour reprendre Denys, l’orateur ne doit pas, même quand il<br />

prépare son discours, avoir à chercher ses mots : il serait aussi handicapé que s’il<br />

devait en lisant épeler chaque syllabe. Grâce à l’entraînement, « les mots seront à<br />

notre service pour avoir l’air non de répondre à notre demande, mais de faire corps<br />

avec notre pensée et de la suivre comme l’ombre suit le corps » (Quint. 8, pr. 30).<br />

Comment parvenir à cette assurance souveraine ? Deux moyens avant tout pour le<br />

travail de l’expression : la lecture approfondie des meilleurs auteurs, la paraphrase<br />

(ou la traduction) de textes littéraires. Les exercices pratiqués à l’école sous la<br />

direction d’un maître se poursuivront le temps venu durant les longues veilles près<br />

de la lampe, lucubrationes.<br />

TECHNIQUE DE LA PARAPHRASE : EXERCICES DE STYLE<br />

Les progymasmata proprement dits, exercices préparatoires, fournissent une<br />

première initiation à la pratique de l’éloquence : leur liste se retrouve sans variations<br />

majeures dans 4 manuels dont celui de Théon est le plus ancien et le plus riche. Ils<br />

sont, chez lui, au nombre de 10, soit, dans l’ordre qui est le sien : « chrie », fable,<br />

récit, lieu (c’est-à-dire lieu commun), description... 1 . L’ensemble permet à l’élève de<br />

s’entraîner tour à tour aux divers aspects de l’éloquence. La version arménienne a<br />

permis de mieux saisir l’originalité de Théon : seul, il ajoute cinq « exercices<br />

1 La chrie « est une assertion ou une action brève et avisée, rapportée à un personnage défini »<br />

(« L’orateur Isocrate a dit que les disciples doués étaient des enfants des dieux »). Les suivants sont :<br />

prosopopée, éloge et blâme, parallèle, « thèse » (« Doit-on se marier ? », « Les dieux existent-ils ? »), loi.<br />

42


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

d’accompagnement », parmi lesquels figure la paraphrase 1 . Ceux-ci s’appliquent à<br />

chacun des précédents, c’est-à-dire qu’on paraphrasera la chrie, la fable, le récit...<br />

Pour des raisons de simplicité on ne parlera ici que de la paraphrase des genres<br />

narratifs. Définition de la paraphrase : « La paraphrase consiste à changer la<br />

formulation tout en gardant les mêmes pensées » 2 .<br />

Nos deux auteurs ne manquent pas de répondre à une objection qui n’a pas<br />

perdu son intérêt 3 . Selon certains, dit Théon, « on n’arrive à bien dire qu’une fois ;<br />

deux fois, ce n’est pas possible » (62, 11-12 [p. 4]) 4 . Lui-même répond surtout par<br />

de nombreux exemples empruntés aux orateurs et aux poètes. Quintilien argumente<br />

davantage et recourt à une comparaison :<br />

Quoi ! les acteurs peuvent accompagner les mêmes paroles de gestes toujours<br />

différents, et la puissance de la parole serait si inférieure qu’après avoir dit<br />

quelque chose, on ne devrait plus rien dire sur le même sujet ? (10, 5, 6).<br />

On peut moderniser l’argument en soulignant, comme cela a été montré<br />

plusieurs fois au cours de ce colloque, que d’aucun ouvrage littéraire il n’existe de<br />

traduction définitive. Notons encore cette précision qui reste en général implicite :<br />

« Ce n’est pas seulement à paraphraser les œuvres d’autrui que nous trouverons du<br />

profit, mais aussi à remanier de maintes façons (pluribus modis) nos propres écrits »<br />

(Id., 9).<br />

C’est encore Quintilien qui donne, de façon très concrète, une idée des tout<br />

premiers exercices de l’élève :<br />

Prenons donc les fables d'Ésope 5 , qui trouvent leur place aussitôt après les contes<br />

des nourrices : que les élèves apprennent à les raconter en un style correct et qui<br />

évite toute affectation, puis à leur conserver par écrit la même simplicité ; ils<br />

rompront d’abord le rythme du vers, puis reprendront le texte avec d’autres mots,<br />

ensuite ils le modifieront avec plus d'audace en une paraphrase où il est permis<br />

ici d'abréger, là d’introduire quelques ornements (exornare), pourvu que soit<br />

respectée la pensée du poète. L'élève qui réussira bien dans cet exercice, difficile<br />

même pour des maîtres chevronnés, apprendra tout ce qu'on voudra (1, 9, 2-3).<br />

Il prend envie de s’essayer à la forme la plus élémentaire : « Un corbeau, sur<br />

un arbre, tenait un fromage dans son bec ; un renard, attiré par l’odeur, lui parla à<br />

peu près ainsi... » 6 . L’exornatio, en particulier l’usage des figures, représenterait un<br />

pas de plus. Pour Théon, le sommet est constitué par ce que nous appellerions plutôt<br />

pastiche : « L'exercice atteint la perfection même lorsque, tout en lisant un discours<br />

de Lysias, on s'applique à en exprimer les pensées à la manière de Démosthène, ou,<br />

inversement, tous les développements de Démosthène à la manière de Lysias » (15,<br />

1 Patillon 1997, p. XXVIII-XXXI.<br />

2 Théon, Prog. 15, p. 107 (en raison des bouleversements introduits dans l’ordre antérieur et les<br />

références traditionnelles par la prise en compte de la version arménienne, on renverra chaque fois à la<br />

page de l’édition de M. Patillon).<br />

3 Cf. Fuchs 1994, p. 23-25 (citant Quintilien) et passim ; Daunay 2002, p. 37-41 (le ton est assez rogue) et<br />

71-72 (citant Cicéron, Théon, Quintilien).<br />

4 Crassus, en général porte-parole de Cicéron s’exprime en ce sens dans le De oratore (1, 154) : Cicéron<br />

ne saurait se résigner à ne pas être toujours le meilleur. Il ne s’agit pas ici, comme le croit B. Daunay<br />

(2002, p. 71-72) d’un « débat strictement pédagogique », ni du risque de « mettre l’apprenant (si l’on ose<br />

dire) en échec ».<br />

5 La fable est le premier des progymnasmata, excepté chez Théon.<br />

6 Cette transposition de vers en prose, exercice qui nous paraît sacrilège, est très largement pratiquée :<br />

Cic., De or. 1, 154 (Ennius) ; Sen., ad Pol. 11, 5 (Homère et Virgile ?) ; Stace, Silv. 5, 5, 159-161<br />

(Homère) ; Quint. 10, 5, 4 ; Aug., Conf. 1, 27 (Virgile).<br />

43


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

p. 109). Contentons-nous d’imaginer notre fable dans le style de Bossuet. Le Romain,<br />

lui, pense à la pratique au barreau et à l’efficacité, non à la virtuosité. Aussi lui<br />

paraît-il avant tout indispensable, dans la tradition de Cicéron, de savoir varier le<br />

style, uerba, en fonction de la situation, res : « la brièveté a son charme, l’abondance<br />

le sien, de même qu’ici les métaphores, là, les mots propres ; ceci est mis en valeur<br />

par une expression qui va droit au but, cela par le détour de figures » (10, 5, 8).<br />

Venons-en maintenant aux développements plus techniques pour lesquels<br />

Théon devient notre seule source, à ce qu’il est légitime d’appeler des « exercices de<br />

style », l’expression invitant à des rapprochements qui, on le verra, ne sont<br />

dépourvus ni de pertinence ni d’intérêt. Théon, comme toujours, divise : la<br />

paraphrase « compte quatre modes principaux : selon la syntaxe 1 , selon l'addition,<br />

selon la soustraction et selon la substitution ; à partir de ces modes on pourra avoir<br />

un très grand nombre de modes mixtes » (15, p. 107-108) 2 . On voit ici à quel point il<br />

paraît indispensable de couper radicalement la paraphrase antique du sens que prend<br />

en général le mot pour les modernes.<br />

C’est sur deux types de paraphrase du récit qu’on s’arrêtera. D’abord le<br />

bouleversement de l’ordre « naturel », c’est-à-dire chronologique : « il se fait de<br />

cinq façons ». Voici la première :<br />

Nous pouvons en effet commencer au milieu, remonter de là au début, puis aller<br />

jusqu’à la fin, comme l’a fait Homère dans l’Odyssée : il a commencé à l’époque<br />

du séjour d’Ulysse chez Calypso, après quoi il est remonté au début, non sans<br />

quelque raffinement dans la démarche, puisqu’il a imaginé Ulysse faisant aux<br />

Phéaciens le récit de ses propres aventures ; puis il a enchaîné la suite du récit<br />

qu’il a conduit jusqu’à son terme, jusqu’à ce qu’Ulysse ait tué les prétendants et<br />

se soit réconcilié avec leurs parents » (86, 10-19 [p. 48-49]).<br />

On retrouve le souci d’exhaustivité qui frappait à propos de l’apprentissage<br />

de la lecture : Théon ne fera grâce d’aucune des combinaisons possibles : fin, milieu,<br />

début (c’est le « rétrograde » de Queneau) ; milieu, fin, début ; fin, début, milieu ;<br />

début, fin, milieu.<br />

Cette volonté d’épuiser la matière se conjoint, dans notre second type de<br />

paraphrase, avec une des listes qu’on retrouve partout dans la rhétorique antique :<br />

chacune « se veut une description aussi complète que possible d'un secteur ou d'un<br />

aspect. Elle vise à détailler les éléments constitutifs du sujet envisagé suivant la<br />

méthode de la division du genre en espèces, afin de le couvrir complètement et de le<br />

définir par l'énumération de ses parties » 3 . Le texte présentant les variations du récit<br />

« selon les modes » (kata tous tropous) 4 énumère d’abord 11 modes :<br />

L'usage existe aussi d'énoncer les faits selon un mode parfois assertif et parfois<br />

assertif plus quelque chose, quelquefois interrogatif et d'autres fois percontatif,<br />

voire dubitatif, d'autres fois jussif, d'autres fois optatif, omotique 5 parfois et parfois<br />

interpellatif, et d'autres fois hypothétique, et parfois dialogué ; d'où la<br />

1 C’est-à-dire en modifiant l’ordre des éléments (Patillon 1997, p. CV-CVI) : la traduction des textes en<br />

arménien est bien entendu scrupuleusement respectée.<br />

2 Cf. Fuchs 1994, p. 37.<br />

3 L. Pernot, La Rhétorique antique, p. 279. Ces listes sont souvent empruntées à d’autres disciplines (cf.<br />

note suivante).<br />

4 Sur les listes des modes de l’énoncé (tropoi, modi), passées de la dialectique à la rhétorique, Patillon<br />

1997, p. LX-LXIV. Sur la notion de « contenu », voir la note 31 (à 62, 19-20 [p. 4-5]), p. 125.<br />

5 C’est-à-dire en prononçant un serment, sur le modèle de Démosthène, Cor. 208.<br />

44


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

possibilité d'énoncer le récit selon tous ces modes, en lui donnant ainsi de la<br />

variété (87, 14-22 [p. 50]).<br />

Le premier mode, présenté au moyen d’un exemple littéraire, fournit le point<br />

de départ : il s’agit d’un récit de Thucydide (2, 2), « énoncé selon le mode assertif :<br />

“Des Thébains, au nombre d'un peu plus de trois cents, entrèrent en armes à l'heure<br />

du premier sommeil dans Platée, cité béotienne qui était l'alliée d'Athènes”, etc. ».<br />

La suite du texte de Théon ne peut être présentée ici qu’au prix d’un sévère élagage :<br />

pour chaque mode en effet ce qu’on peut appeler l’invariant se trouve<br />

impitoyablement répété, suscitant d’abord le rire par un effet de comique de<br />

répétition, puis une croissante exaspération — peut-être jusqu’à l’envie de meurtre,<br />

chez qui n’a pas été autant que l’élève antique entraîné à la patience dès<br />

l’apprentissage de l’alphabet. « Isocrate a dit que la racine de l’éducation est amère,<br />

mais que les fruits en sont doux » : convaincu ou non, c’est en effet là une des chries<br />

sur lesquelles il a dû très tôt travailler. Édulcorons donc l’amertume.<br />

Les variations apparaissent parfois sous une forme simple. Ainsi<br />

l’interrogatif : « nous dirons : “Est-il vrai que des Thébains au nombre d'un peu plus<br />

de trois cents, entrèrent en armes […] ?”, et nous poursuivrons selon ce mode<br />

interrogatif ». L’optatif : « si seulement il n’était jamais arrivé que les Thébains au<br />

nombre d'un peu plus de trois cents [...] » L’optatif : « Supposons que les Thébains,<br />

au nombre d'un peu plus de trois cents [...] ! » Parfois le maître paraît se prendre au<br />

jeu : pour le jussif, ce sont successivement les Platéens exhortant leurs compatriotes<br />

après la victoire et les Thébains s’exhortant eux-mêmes avant l’attaque... Citons plus<br />

longuement le début du mode dialogué (on est près d’« Interrogatoire », chez<br />

Queneau), pour lequel on peut espérer que Théon n’a pas cru rivaliser avec Platon :<br />

Plusieurs fois déjà dans le passé il m'est arrivé de t'interroger sur les événements<br />

survenus à Platées entre les Thébains et les Platéens, et aujourd'hui encore<br />

j'aurais plaisir à l'entendre, si tu as le loisir de m'en faire le récit. — Ma foi, j'en<br />

ai le loisir et je vais t'en parler, puisque tu as, dis-tu, le désir de m'entendre à ce<br />

sujet. Les Thébains, toujours en conflit avec les Platéens, voulurent prendre les<br />

devants et s'emparer de Platée en temps de paix. Certains d'entre eux donc, au<br />

nombre d'un peu plus de trois cents, entrèrent en armes à l'heure du premier<br />

sommeil dans la ville, qui était l'alliée d'Athènes. — Mais comment, malgré la<br />

nuit, la porte fermée et en outre le dispositif de protection, sont-ils entrés<br />

facilement sans éveiller l'attention ? — Tu m'as devancé de peu, car j'allais te dire<br />

que [...]<br />

Suivons encore Théon quand il déclare qu’on peut également énoncer le récit<br />

selon le mode négatif, les Thébains n’entrant pas dans Platée. Absurdité ? Il se peut,<br />

mais on travaille ici sur l’expression, non sur le contenu. Il en était de même dans un<br />

exercice que Marrou qualifiait de « si étrange qu’on aurait peine à en croire les<br />

auteurs de théories » 1 : on faisait décliner une « chrie » non seulement suivant les<br />

cas, mais suivant les nombres : de « Isocrate a dit que... » au pluriel, « les Isocrates<br />

ont dit », et, en grec, au duel : « deux Isocrates ont dit ». Est-il illégitime de<br />

rapprocher l’« Antonymique » de Queneau (« Minuit. Il pleut. Les autobus passent<br />

presque vides... ») ou de remarquer que l’auteur moderne ne cherche nullement à<br />

toujours former un récit compréhensible, l’intérêt venant de l’insertion dans un vaste<br />

ensemble : ainsi « Aphérèses » (« Tai obus yageurs. Marquai ne me... »),<br />

« Apocopes » ou les deux « Permutations ».<br />

1 Marrou 1965, p. 263.<br />

45


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Rapprochons en tout cas ce que dit H. Godard des Exercices : « à eux tous, ils<br />

suggèrent que les manières de raconter sont en nombre illimité » 1 — et la foi<br />

qu’exprime Quintilien : « En réalité, il y existe d’innombrables modes d’expression<br />

(innumerabiles sunt modi) et un très grand nombre de voies mènes au même point »<br />

(10, 5, 7). On ne peut s’empêcher de se demander si Queneau a connu non<br />

évidemment le manuel de Théon, mais une pratique de la paraphrase qui s’est<br />

poursuivie bien au-delà de l’antiquité : on la trouve par exemple. sous des formes<br />

diverses dans la Ratio studiorum de la Compagnie de Jésus1599 2 . On a peine à<br />

croire qu’il a seulement puisé l’inspiration des Exercices de style dans la musique, à<br />

partir de l’ars combinatoria et des fugues de Bach 3 ? Posons la question.<br />

La différence pourtant n’est pas négligeable. Elle est la même qu’entre une<br />

machine de Tinguély ou de Kitano et une véritable machine. Car ce qu’il nous reste<br />

à montrer, c’est que les manuels de Théon et de Quintilien sont bien des Ouvroirs de<br />

Littérature Réelle, qu’ils ont permis à l’élève persévérant de goûter, comme le disait<br />

Isocrate, les doux fruits de l’éducation.<br />

PARAPHRASE ET LITTÉRATURE<br />

Que la paraphrase joue une rôle important dans la composition des œuvres<br />

littéraires, Théon l’affirme à propos des œuvres du passé : « on en trouve des<br />

preuves chez les poètes (que ce soit chez un même poète ou chez des poètes<br />

différents), chez les orateurs et chez les historiens et, généralement parlant, il<br />

apparaît que tous les anciens ont fait de la paraphrase un excellent usage,<br />

refaçonnant non seulement leurs propres textes, mais aussi ceux des autres » (62, 20-<br />

25, p. 4-5). Le terme d’imitation, qui reprend avec une orientation péjorative la<br />

terminologie des Anciens, a longtemps servi à dévaloriser ce qu’on appelle<br />

aujourd’hui intertextualité. L’intérêt de la formulation de Théon est d’établir un<br />

rapport direct entre les exercices pratiqués à l’école et le développement sans<br />

précédent de ce phénomène à son époque, en particulier dans la littérature latine. Il<br />

n’y a pas si longtemps que les latinistes ont constaté les limites de la traditionnelle et<br />

inintelligente « recherche des sources » (Quellenforschung), pour admettre que<br />

« l’inédit n’est pas forcément ce qui n’a jamais été dit ; ce peut être encore ce qui n’a<br />

jamais été dit d’une certaine manière » et que « l’originalité des anciens poètes se<br />

révèle à nous comme essentiellement recréatrice » 4 . L’étude la plus stimulante et la<br />

plus fouillée sur ce sujet est sans doute celle de P. Laurens sur l’épigramme, grecque<br />

et latine. L’étendue limitée et l’exigence de perfection qui caractérisent ce genre lui<br />

permettent une formalisation d’une rigueur impossible pour d’autres types d’œuvres.<br />

La « variation » est partout : « loin de trahir le défaut d’imagination, elle annonce le<br />

défi : plus le thème est rebattu, plus est grand le triomphe rhétorique » 5 .<br />

1 H. Godard, Introduction de Queneau 2006, p. XIII.<br />

2 Ainsi parmi les « exercices pendant la correction » : « Les exercices donnés aux élèves pendant que le<br />

maître corrige leurs devoirs écrits, consisteront par exemple à imiter un passage d’un poète ou d’un<br />

orateur, [...] à tourner une même phrase de diverses manières ; à traduire un discours grec en latin ou<br />

l’inverse ; à formuler en prose les vers d’un poète, tant latin que grec... » (Ratio studiorum, 1997, p. 167).<br />

3 E. Souchier, « Archéologie d’un projet », in Queneau 2006, p. 1556-1557.<br />

4 Duret 1980, p. 361. Le phénomène, plus visible chez les poètes, ne leur est pas propre : voir par exemple<br />

sur les déclamateurs, Laurens 1989, p. 85-86 — et infra.<br />

5 Laurens 1989, p. 79.<br />

46


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

On considèrera ce qui paraît être la postérité d’un texte source aujourd’hui<br />

perdu, le Thyeste de Varius, proche ami de Virgile. Cette pièce, représentée en 29<br />

av. J.-C., était considérée comme le chef-d’œuvre de la tragédie latine. Elle<br />

présentait un des crimes les plus atroces de la famille à laquelle Atrée, roi de<br />

Mycènes, a donné son nom : c’est lui précisément qui, pour se venger de son frère<br />

Thyeste, l’invite à un festin où il lui fait manger ses propres enfants. D’horreur, le<br />

soleil recule et revient se coucher du côté du levant. La pièce, représentée au<br />

moment où Rome espérait en avoir enfin fini avec les guerres civiles, connut un<br />

grand retentissement : sans doute fallait-il y voir une allusion aux conflits familiaux<br />

entre Romains, légendaires (Romulus et Rémus), récents (Pompée et César, le<br />

gendre et le beau-père), ou tout proches (Antoine, beau-frère d’Octave), et au risque<br />

de catastrophe cosmique qui résulterait de leur recommencement 1 .<br />

Une importante série de références à la légende traitée par Varius<br />

apparaissent chez les poètes postérieurs. On s’en tiendra ici à huit. Les traits<br />

communs sont manifestes : évocation des deux mêmes épisodes, brièveté (un à deux<br />

vers), concentration souvent obscure, peu compréhensible pour qui ignore la<br />

tragédie (une note figure toujours dans les éditions modernes). « Je ne veux pas que<br />

la paraphrase se borne à une transposition (interpretatio) 2 , mais qu’il y ait, autour<br />

des mêmes pensées, lutte (certamen) et émulation », écrit Quintilien (10, 5, 5). Dans<br />

chacun des textes cités, le poète, jouant sur l’« élasticité » du discours 3 condense<br />

sous une forme réduite (presque toujours dans des listes) l’émotion provoquée par la<br />

tragédie source, par un effet d’écho ou de résonance : L. Duret parle de<br />

« cristallisation ».<br />

1. Quelques années seulement après la représentation, Properce fait l’éloge de<br />

l’Italie en l’opposant à Mycènes : Nec tremis Ausonias, Phoebe fugate, dapes « Tu<br />

ne redoutes pas, Phébus, d’avoir à fuir les festins italiens » (3, 22, 30).<br />

2. D’Ovide, on peut citer au moins quatre allusions. Dans les Amours, auersumque<br />

diem mensis furialibus Atrei, « le recul du jour devant le repas infernal d’Atrée » (3,<br />

12, 39).<br />

3. Dans les Héroïdes, Pâris, écrivant à Hélène, compare son père, Priam, à celui de<br />

Ménélas, Atrée : non dabimus certe socerum tibi clara fugantem / lumina, qui<br />

trepidos a dape uertat equos, « Je ne te donnerai pas en tout cas un beau-père<br />

mettant en fuite l’éclatante lumière, détournant d’un banquet l’attelage épouvanté »<br />

(16, 207-208).<br />

4. Dans l’Ibis, cette malédiction : atque aliquid facias, a uespere rursus ad ortus /<br />

cur exsternati Solis agantur equi, « Puisses-tu par quelque forfait mener à nouveau<br />

du couchant au levant les coursiers épouvantés du Soleil » (427-428).<br />

5. Dans les Pontiques, un adunaton : atque Thyesteae redeant si tempora mensae, /<br />

Solis ad Eoas currus agetur aquas ; avant que je t’oublie, « comme si revenait le<br />

temps du festin de Thyeste, le char du Soleil sera emporté vers les eaux de<br />

l’Aurore » (4, 7, 47-48).<br />

1 Cf. Delarue 1985. Le sujet a fasciné les Romains, Atrée représentant le type même du tyran. Avant<br />

Varius, un Thyeste d’Ennius, un Atrée d’Accius. Après, trois Thyeste (dont celui de Sénèque, le seul<br />

conservé), trois Atrée.<br />

2 « Transposition », non « interprétation » : Rhet. ad Her., 4, 38. L’interpres se borne à modifier la forme,<br />

soit en traduisant, soit en paraphrasant, simple intermédiaire sans personnalité (Cic., Opt. 14 ; Hor. A.P.,<br />

133).<br />

3 Sur l’élasticité du discours, expansion et condensation, Greimas et Courtès 1993, p. 116-117.<br />

47


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

6. Pour en finir avec l’époque augustéenne, un poète moins connu, quoique de grand<br />

talent, Manilius, auteur d’un poème didactique, les Astronomiques, évoque les<br />

thèmes de prédilection des poètes tragiques pour les opposer à ceux que lui-même<br />

traite : ructantemque patrem natos solemque reuersum / et caecum sine luce diem,<br />

« un père éructant la chair de ses enfants, la volte-face du soleil et un jour aveugle,<br />

privé de la lumière » (5, 462-463). L’évocation du père ignoblement repu tend vers<br />

la caricature, anticipant en quelque sorte l’ironie des satiriques.<br />

7. Martial, à la fin du I er siècle de notre ère, tire un effet comique du contraste entre<br />

le thème tragique par excellence développé dans l’hexamètre avec l’apparence d’un<br />

sérieux égal à celui des poètes antérieurs et la retombée triviale du pentamètre :<br />

Fugerit an Phoebus mensas cenamque Thyestae / ignoro : fugimus nos, Ligurine<br />

tuos, « Phébus a-t-il fui la table et le festin de Thyeste ? je l‘ignore : mais nous,<br />

Ligurinus, nous fuyons la tienne » (3, 45).<br />

8. Stace, contemporain de Martial, montre, lui, ce que peut être l’élaboration plus<br />

complexe d’un thème qu’on croirait usé 1 . Il s’agit ici aussi de définir les poètes<br />

tragiques, en se référant à celui qui, à Rome a porté à sa perfection l’effet tragique :<br />

qui furias regumque domos auersaque caelo / sidera terrifico super intonuere<br />

cothurno, « ceux qui ont chanté les furies et les maisons des rois, et les astres se<br />

détournant du ciel, tonnant du haut du terrifiant cothurne ». Un mouvement<br />

ascendant emporte ces deux vers. Se succèdent Enfers (furias), terre (regumque<br />

domos), ciel. Mais le mouvement ne s’arrête pas là : du sujet, on passe aux poètes.<br />

Super, en fort relief grâce à sa place, les situe au-dessus de leurs créatures, en une<br />

situation comme transcendante ; intonuere en fait les égaux de Jupiter, tout-puissant<br />

et terrifiant (terrifico), présidant au bouleversement de la terre et du ciel. Celui qui<br />

se juche sur le « terrifiant cothurne » est à la fois le héros surhumain de la tragédie,<br />

l’acteur qui le joue et l’auteur qui prend en charge cet univers.<br />

Textes répétitifs ? L’impression se modifie quand on les examine de près.<br />

Atrée n’est nommé que par Ovide (2), mais se devine hors champ comme<br />

responsable deux fois (3, 4) ; deux fois Thyeste est nommé (5, 8), ou désigné comme<br />

le père, uni à ses enfants (6) ; chez Stace enfin c’est la maison royale entière (regum<br />

domos) qui est en cause (7). L’ordre varie : l’évocation du festin (5, 6) ou d’un crime<br />

abominable non précisé (4, 7) précède celle du recul du soleil ou le suit (1, 2, 3, 8).<br />

Pour le repas, les termes varient : daps/-pes, mensa/-ae, epulae — sans oublier<br />

ructantem. Pour le recul du soleil, la variation porte sur plusieurs éléments. Qui<br />

recule ? Phébus (1, 7), le Soleil, Sol (6), son char et ses chevaux (3, 4, 5), mais aussi<br />

le jour, dies (2), la lumière, lumina (3, 6), les astres, sidera (8) Pour désigner la<br />

volte-face, 5 fois uerto et ses composés, dont chacun apporte sa nuance différente, 2<br />

fois fugo... Une analyse plus fine devrait prendre en compte le mouvement, comme<br />

on l’a fait pour Stace, mais aussi la syntaxe, la métrique. Si la première impression<br />

est celle de la répétition, les ressources pour renouveler la formulation « tout en<br />

gardant les mêmes pensées », pour reprendre les termes de Théon, paraissent<br />

illimitées. On pense à la rhétorique pascalienne : « Quand on joue à la paume, c’est<br />

une même balle dont joue l’un et l’autre, mais l’un la place mieux ».<br />

C. Fuchs parle des paraphrases comme « ne partageant qu’un “air de<br />

famille”, c’est-à-dire comme étant reliées par des relations sémantiques locales, de<br />

1 Cf. Duret 1980 (l’auteur se croit cependant obligé de déprécier gratuitement Stace, comme c’était de<br />

mode à cette époque)<br />

48


PARAPHRASER, TRADUIRE LE TRAVAIL SUR L’EXPRESSION, DE LA GRÈCE À ROME<br />

type associatif, construites par le jeu de l’interprétation ». Elle emprunte la notion<br />

d’« air de famille » à Wittgenstein, qu’elle cite. Celui-ci parle d’« un réseau<br />

complexe de similitudes qui se chevauchent et s’entrecroisent : il s’agit parfois de<br />

similitudes globales, parfois de similitudes de détail » 1 . Tel nous paraît bien être le<br />

caractère des différents textes qu’on vient de considérer et qui tous utilisent la même<br />

technique à partir de la même source.<br />

Peut-être jugera-t-on que les exemples choisis portent sur des détails peu<br />

susceptibles de forcer l’admiration. Citons donc, chez deux grands historiens<br />

peignant deux dames peu recommandables, des formules dont l’air de famille ne<br />

saurait échapper,. Salluste évoque la femme de Catilina, Aurelia Orestilla, cuius<br />

praeter formam nihil unquam bonus laudauit, « chez qui, en dehors de la beauté,<br />

jamais honnête homme ne trouva rien à louer » (Cat. 15, 2). Un fond négatif<br />

d’abjection morale, faisant d’elle la digne compagne de Catilina, est encore rehaussé<br />

par le contraste avec ses dangereux attraits physiques. Tacite paraphrase en<br />

reprenant praeter, « en-dehors de », dans le portrait de Poppée : « Cette femme avait<br />

tout pour elle, en-dehors de la vertu (huic mulieri cuncta alia fuere praeter honestum<br />

animum) ; car sa mère, qui, par ses attraits, l’emportait sur toutes les femmes de son<br />

temps, lui avait légué à la fois la gloire et la beauté » (Ann. 13, 45). Mais il retourne<br />

en quelque sorte la formule : c’est chez lui sur un fond positif, celui d’une famille<br />

ancienne et prestigieuse que se détache avec une égale force le négatif, la laideur<br />

morale. Tacite, qui paraphrase aussi, à propos de Poppée, un autre portrait de<br />

Salluste, celui de Sempronia (Cat. 25), entend à la fois exploiter pour sa propre<br />

gloire les beautés, lumina, empruntées à son prédécesseur et rivaliser avec lui.<br />

Ajoutons qu’il réussit sur le premier point, non sur le second. Son brillant portrait de<br />

la future impératrice est celui qui est passé à la postérité, mais en soulignant<br />

amèrement le contraste entre le bien et le mal il n’atteint pas la même force de<br />

suggestion que la troublante concision de Salluste : le mal dans la haute société<br />

surprend et dérange moins que dissimulé derrière un beau visage.<br />

Le terme de paraphrase peut choquer ici : c’est pourtant de cette façon que<br />

l’emploie Théon quand il fournit des exemples pris dans la littérature grecque. La<br />

prise en compte du rôle de cette pratique dans l’éducation, puis dans l’entraînement<br />

de l’écrivain permet de comprendre mieux l’évolution d’une littérature qui<br />

s’enracine dans l’enseignement du rhéteur. Le caractère de « palimpseste » y est plus<br />

marqué qu’ailleurs : les écritures antérieures ne sont nullement effacées, mais jouent<br />

un rôle primordial pour enrichir et embellir la page. Et ce qui vaut pour la littérature<br />

latine n’a-t-il rien à nous apprendre qui vaille pour toute littérature ?<br />

DELARUE Fernand<br />

Université de Poitiers<br />

euraled@club-internet.fr<br />

Bibliographie<br />

CRIBIORE R., Gymnastics of the mind, Greek education in hellenistic and roman Egypt,<br />

Princeton, 2001.<br />

DAUNAY B., Éloge de la paraphrase, Presses Universitaires de Vincennes, 2002.<br />

1 Fuchs 1994, p. 131-132, citant L. Wittgenstein, Investigations philosophiques (trad. de G. Kleiber, p.<br />

156-157).<br />

49


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

DELARUE F., « Le Thyeste de Varius », in M. Renard et P. Laurens (éd.), Hommages à H.<br />

Bardon, Bruxelles : Latomus, 1985, p. 100-123.<br />

DURET L., 1980, « De Lucrèce aux Silves de Stace (à propos des Silves, 5, 3, 19-28) », Revue<br />

des Études Latines, 58, p. 349-372.<br />

FUCHS C., La Paraphrase, Paris : PUF, 1982<br />

FUCHS C., Paraphrase et énonciation, Paris : Ophrys, 1994<br />

GREIMAS A. J. et COURTÉS J., Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie de la<br />

langue, Paris : Hachette, 1993.<br />

LAURENS P., L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine<br />

à la fin de la Renaissance, Paris : Belles Lettres, 1989.<br />

MARROU H.-I., Histoire de l’éducation dans l’Antiquité 6 , Paris : le Seuil, 1965.<br />

NICOLAS Ch., « La note de traducteur antique et le niveau meta- de la traduction ou Quand<br />

la patte du traducteur se prend dans le fil du texte », in B. Bertolussi et al. (éd.), <strong>Traduire</strong>,<br />

Transposer, Transmettre, Paris : Picard, 2009.<br />

PATILLON M., éd. d’Aelius Théon, Progymnasmata, Paris : Belles Lettres (C.U.F.), 1997.<br />

PERNOT L., La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris : le livre de poche, 2000.<br />

PIERRE M., « Rome dans la balance », in F. Dupont, E. Vallette-Cagnac (éd.), Façons de<br />

parler grec à Rome, Paris : Belin, 2005, p. 229-254.<br />

QUENEAU R., Œuvres complètes, III, sous la direction d’H. Godard, Paris : Gallimard<br />

(Pléiade), 2006.<br />

Ratio Studiorum de la Compagnie de Jésus (version de 1599) : présent. d’A. Demoustier et D.<br />

Julia ; trad. de L. Albrieux et D. Pralon-Julia ; comm. de M.-M. Compère, Paris : Belin, 1997.<br />

SEELE A., Römische Übersetzer, Nöte, Freiheiten, Absichten : Verfahren des literarischen<br />

Übersetzens in der griechisch-römischen Antike, Darmstadt : 1995.<br />

TRAINA A., Vortit barbare, le traduzioni poetiche da Livio Andronico a Cicerone, Rome,<br />

1970.<br />

TRAINA A., « La traduzione », in Lo spazio letterario di Roma antica, II, Rome, 1989, p. 93-<br />

123.<br />

VALETTE-CAGNAC E., « Vtraque lingua, critique de la notion de bilinguisme », in F.<br />

Dupont, E. Valette-Cagnac (éd.), Façons de parler grec à Rome, Paris : Belin, 2005, p. 7-35.<br />

50


LA TRADUCTION : ENTRE FIDÉLITÉ ET TRAHISON<br />

Fidélité ou trahison... Pendant des siècles le débat sur la traduction s’est<br />

organisé autour de cette dichotomie, la fidélité étant généralement entendue comme<br />

la traduction littérale du texte original et la trahison comme toute tentative d’adapter<br />

le texte à un nouveau lecteur, parfois fort différent du destinataire de l’original. Mais<br />

les critères sur lesquels se fondait un tel jugement étaient souvent vagues et très<br />

subjectifs.<br />

Depuis près d’un demi-siècle, la traductologie a développé des concepts et<br />

des outils théoriques qui permettent de dépasser une telle vision dichotomique de<br />

l’activité traduisante. Les études portant sur la traduction, tant comme processus que<br />

comme produit, ont mis en évidence la nécessité de prendre en compte sa dimension<br />

communicative et, notamment, le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit.<br />

<strong>Traduire</strong> est considéré de nos jours comme un acte de médiation non seulement<br />

entre deux langues mais, surtout, entre deux cultures. C’est un acte de ré-écriture<br />

d’un texte destiné à s’insérer dans un contexte social, politique et économique<br />

déterminé, et ce contexte de réception du texte traduit exerce une forte influence sur<br />

les stratégies adoptées par les traducteurs. Mais la traduction est aussi un vecteur de<br />

circulation d’idées, de systèmes de valeurs, d’expressions culturelles. C’est le lieu de<br />

la différence, du questionnement. Or, les sociétés se montrent généralement<br />

réticentes à accepter la différence. Elles se sentent menacées par tout ce qui est<br />

nouveau, inconnu, et elles tendent à rejeter ce qui semble remettre en question<br />

l’ordre établi. Certains auteurs ont dénoncé la visée réductrice des traductions<br />

ethnocentriques, qu’Antoine Berman (1984 : 17) appelle la mauvaise traduction qui<br />

« sous couvert de transmissibilité opère une négation systématique de l’étrangeté de<br />

l’œuvre étrangère ». Pour A. Berman (1984 : 16), « l’essence même de la traduction<br />

est d’être ouverture, dialogue, métissage, décentrement. Elle est mise en rapport ou<br />

elle n’est rien ».<br />

« L’épreuve de l’étranger » permet en effet à une communauté linguistique et<br />

culturelle de s’oxygéner, d’intégrer des éléments nouveaux, d’éviter la stagnation<br />

intellectuelle et artistique. Comme le souligne la traductrice Sylvie Durastanti<br />

(2002 : 132) dans son livre Éloge de la trahison, « un pays, une civilisation, une<br />

culture, une littérature, une langue ne concédant aucune place à l’Autre se trouvent<br />

voués à ressasser, à se répéter, à s’atrophier, à s’éteindre ».<br />

La traduction est donc soumise à deux forces contradictoires au sein d’une<br />

même culture, d’une part une tendance naturellement ethnocentrique et, d’autre part,<br />

un besoin vital de renouveau. Pour satisfaire à cette double nécessité, le traducteur<br />

tente, d’une part, d’établir des équivalences qui permettent au nouveau lecteur de<br />

conserver certains repères et, d’autre part, de rendre visible la différence conçue<br />

51


52<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

comme source d’enrichissement, tout en tenant compte d’autres facteurs<br />

extralinguistiques comme le contexte de réception du texte et les instructions<br />

données par le client. Quels sont les obstacles auxquels se heurte le traducteur,<br />

quelles sont les circonstances dans lesquelles des choix doivent être opérés et quels<br />

sont les procédés utilisés pour préserver l’équivalence entre texte source et texte<br />

cible ? C’est ce que nous nous proposons d’étudier dans ce travail.<br />

À LA RECHERCHE DE L’ÉQUIVALENCE<br />

Conçue à l’origine comme une relation formelle entre textes, l’équivalence<br />

est redéfinie dans les années 1960 par Eugene Nida qui la replace dans le champ de<br />

la pragmatique, avec la notion d’équivalence dynamique et d’effet équivalent sur le<br />

destinataire du texte cible. E. Nida (1969 : 130) n’hésite pas à affirmer que dans la<br />

recherche de l’équivalence, les éléments linguistiques ne sont pas les seuls facteurs à<br />

considérer et que, en fait, les éléments culturels sont peut être même plus importants.<br />

Les signes linguistiques sont en effet interprétés en fonction du bagage cognitif de<br />

chaque lecteur, de son univers de croyances et de points de vue individuels et<br />

collectifs, une interdépendance que René Ladmiral et Edmond Marc Lipiansky<br />

(1989 : 95) expriment dans ces termes :<br />

Le langage n’est pas seulement un instrument de communication. C’est aussi un<br />

ordre symbolique où les représentations, les valeurs et les pratiques sociales<br />

trouvent leurs fondements. Ces dimensions du social ne sont pas disjointes ; au<br />

contraire, elles s’interpénètrent profondément. Les représentations et les valeurs<br />

à travers lesquelles une société construit sa vision du monde et son identité<br />

résident essentiellement dans le langage ; celui-ci est l’agent fondamental de la<br />

socialisation de l’individu et de son intégration à la culture. Mais la culture ellemême<br />

n’est pas extérieure à l’ordre du discours : le langage ne se contente pas de<br />

mettre des « noms » sur des objets physiques et culturels ; il est le champ où ces<br />

objets sont produits comme représentations sociales [...].<br />

L’étude du processus d’interprétation qui permet de générer de telles<br />

représentations a été abordée dans des perspectives différentes, dont les plus<br />

intéressantes pour la traduction sont, entre autres, les espaces mentaux (Fauconnier,<br />

1984), la sémantique des cadres et des scènes (Goffman, 1974, Fillmore, 1977), et la<br />

sémantique du prototype (Kleiber, 1990). Ces travaux ont contribué de façon<br />

significative à montrer la complexité de la construction du sens et l’importance des<br />

aspects liés aux éléments symboliques et aux expériences collectives d’un groupe<br />

linguistique donné. Charles Fillmore (1977 : 63) en particulier, donne une définition<br />

intéressante des schémas cognitifs (cognitive scenes) dans lesquels s’organise notre<br />

expérience :<br />

I intend to use the word scene – a word I am not completely happy with – in a<br />

maximally general sense, to include not only visual scenes but familiar kinds of<br />

interpersonal transactions, standard scenarios, familiar layouts, institutional<br />

structures, enactive experiences, body image ; and in general, any kind of<br />

coherent segment, large or small, of human beliefs, actions, experiences, or<br />

imaginings.<br />

Ces éléments agissent comme des filtres de type culturel qui constituent un<br />

code tout aussi important que le code linguistique et, comme le souligne David<br />

Katan (1999 : 20), bien plus difficile à saisir. En effet, du point de vue cognitif, la<br />

traduction est une opération entre deux systèmes sémiotiques qui consiste à gérer le<br />

matériau linguistique de façon à établir des correspondances entre les


LA TRADUCTION : ENTRE FIDÉLITÉ ET TRAHISON<br />

représentations générées par le texte source et celles qui seront codifiées dans le<br />

texte cible.<br />

La problématique est certes complexe dans le cas de langues et cultures<br />

éloignées, mais même entre des groupes linguistiques et culturels proches, comme le<br />

français et l’espagnol, cette opération de transfert exige un certain degré<br />

d’intervention de la part du traducteur.<br />

L’INTERVENTION COMME MÉDIATION LINGUISTIQUE ET CULTURELLE<br />

Dans certains cas, l’anisomorphisme des langues, qui apparaît dans un<br />

premier temps sous forme d’écarts lexico-syntaxiques, représente un obstacle quasi<br />

incontournable. On est alors tenté de parler d’intraduisibilité, une notion qui, tout<br />

comme la fidélité et la trahison, a fait couler beaucoup d’encre dans les études<br />

théoriques sur la traduction. Suivant John Catford (1965), Wolfram Wilss (1982 :<br />

49-50) distingue deux catégories d’intraduisibilité : l’intraduisibilité linguistique, qui<br />

se produit lorsque les ressources de la langue d’arrivée sont épuisées sans que<br />

l’équivalence fonctionnelle ne soit atteinte, et l’intraduisibilité culturelle, qui surgit<br />

lorsqu’un élément culturel de la langue source est absent de la langue cible.<br />

Menachem Dagut (1981 : 64) parle de semantic voids (« vides » sémantiques)<br />

et signale lui aussi deux cas de figure : linguistic voids (les « vides » linguistiques) et<br />

referential voids (les « vides » référentiels) qui, à grands traits, correspondent<br />

respectivement à l’intraduisibilité linguistique et l’intraduisibilité culturelle. En fait,<br />

ces deux phénomènes sont étroitement liés, car l’absence de correspondance au<br />

niveau linguistique est la manifestation de processus cognitifs différents dans la<br />

façon de percevoir la réalité et de la représenter. L’intervention du traducteur vise<br />

donc essentiellement à combler ces vides et à rapprocher deux visions du monde,<br />

même si l’équivalence ne peut pas toujours être assurée à tous les niveaux.<br />

Dans le domaine littéraire, les vides sémantiques sont fréquents dans des<br />

textes étroitement liés à la vie quotidienne et aux institutions d’une langue/culture.<br />

Les romans de Daniel Pennac, qui mettent en scène ses expériences dans<br />

l’enseignement secondaire, sont riches en exemples de ce type. Dans Comme un<br />

roman, cet auteur propose au lecteur d’imaginer la situation d’une candidate qui se<br />

présente au concours de l’agrégation :<br />

C’est l’épreuve dite de la leçon, à l’agrégation de Lettres. (Pennac, 1992 : 108)<br />

Par cette phrase, D. Pennac veut amener le lecteur à se représenter la<br />

situation de tension psychologique à laquelle est soumise la candidate au cours des<br />

différentes épreuves de ce concours. De ce point de vue, la traduction en espagnol ne<br />

présente guère de difficultés, car il existe en Espagne un processus semblable,<br />

appelé oposición, pour le recrutement des professeurs de l’enseignement secondaire.<br />

On observe, évidemment, quelques différences entre le système français et le<br />

système espagnol ; par exemple, il y a en France deux concours, l’agrégation et le<br />

CAPES, dont les titulaires ont un statut et éventuellement des perspectives de<br />

carrière différents, alors que, en Espagne, il y a un seul concours qui donne à tous<br />

ses titulaires le même statut. Or, dans ce cas, ces différences ne sont pas vraiment<br />

pertinentes car l’accent est mis sur le concours comme cadre des réactions de la<br />

candidate et, plus particulièrement, sur le déroulement des épreuves qui est similaire<br />

dans ces deux pays. La solution proposée par le traducteur espagnol est donc :Es la<br />

prueba llamada de tema, en la oposición de Literatura. (Pennac, 1993 : 95), une<br />

53


54<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

phrase qui génère pour le lecteur une représentation précise d’un cadre et d’un<br />

scénario prototypiques de ce genre de situations. La traduction en anglais de cette<br />

même phrase pose, par contre, des problèmes importants, car le fonctionnement du<br />

système anglo-saxon est tout à fait différent et il se produit un phénomène de vide à<br />

la fois linguistique et référentiel. Le traducteur anglais a dû recourir à l’emprunt,<br />

reproduisant le mot français (en italiques dans le texte), suivi d’une explication :<br />

Here we are in the agrégation, in that part of it called the leçon (in which the<br />

candidate must, after five hours of preparation, give a sample lesson of half and<br />

hour, on an assigned topic, in front of a jury of specialists). (Pennac, 1994 : 93)<br />

Dans un tel cas de figure, le rôle du traducteur comme médiateur est<br />

manifeste : il intervient dans le texte et apporte au lecteur de la langue cible les<br />

informations nécessaires pour qu’il puisse construire une représentation semblable à<br />

celle que suggère le texte original. Les procédés d’insertion de compléments<br />

culturels nécessaires à l’interprétation d’un texte sont variables et peuvent aller de<br />

l’insertion d’un segment entre parenthèses, comme dans ce cas, à l’ajout d’une note<br />

en bas de page, ou même de plusieurs pages de prologue, si les informations<br />

apportées sont nécessaires pour comprendre l’ensemble de l’œuvre.<br />

Cependant, ce type d’explicitation est un procédé difficile à appliquer lorsque<br />

les scènes et les cadres suggérés par le texte doivent être saisis de façon immédiate,<br />

comme par exemple dans le cas des jeux de mots ou des métaphores, des éléments<br />

souvent qualifiés d’intraduisibles. Le jeu de mots fait sourire parce qu’il déclenche<br />

simultanément des représentations sur, au moins, deux niveaux de lecture différents.<br />

C’est la mise en relation de deux structures schématiques associées à des domaines<br />

de l’expérience humaine complètement étrangers l’un à l’autre qui produit l’effet<br />

ludique. Si le lecteur ne construit que l’une de ces représentations et l’autre doit lui<br />

être expliquée, l’effet ludique disparaît. Quant à la métaphore, l’absence de<br />

correspondance entre culture source et culture réceptrice est un obstacle majeur, car<br />

la métaphore n’est pas seulement une figure de style, c’est aussi, et surtout, un outil<br />

de pensée (Lakoff, 1990). Tout comme la comparaison, la métaphore est fondée sur<br />

un processus d’analogie dans lequel une structure schématique imagée du domaine<br />

source est projetée vers un domaine cible. Un tel processus permet d’assimiler des<br />

connaissances nouvelles en s’appuyant sur des connaissances déjà a,cquises. Or,<br />

plus la structure schématique imagée du domaine source est familière pour le<br />

lecteur, plus la métaphore est puissante. Les auteurs de textes philosophiques ou<br />

scientifiques ont souvent recours à la métaphore pour transmettre des structures de<br />

connaissances que le lecteur saisira sous forme d’image. Ainsi, par exemple,<br />

l’énoncé suivant : Une ligne Maginot pour sauver Venise (La Recherche, 360 : 44),<br />

est le titre d’un article, publié dans le magazine La Recherche, qui présente un projet<br />

de construction de digues mobiles destinées à protéger la lagune de Venise de la<br />

montée des eaux.<br />

La ligne Maginot est bien connue des lecteurs français, mais elle ne fait pas<br />

partie du bagage culturel des lecteurs espagnols, à l’exception peut-être de ceux qui<br />

s’intéressent particulièrement à l’histoire. Au niveau linguistique, la traduction ne<br />

pose pas vraiment de problème car on trouve l’expression línea Maginot dans les<br />

documents et les livres sur ce sujet, mais pour de nombreux lecteurs de cet article<br />

traduit et publié dans Mundo Científico (version espagnole de La Recherche), l’effet<br />

métaphorique du titre original ne serait pas déclenché, car l’expression línea<br />

Maginot ne génèrerait aucune image. Le traducteur a dû chercher une solution en


LA TRADUCTION : ENTRE FIDÉLITÉ ET TRAHISON<br />

tenant compte des caractéristiques et de la fonction du texte en général et de ce<br />

segment en particulier. Dans ce cas, l’explicitation n’est pas la meilleure solution,<br />

car cette phrase est un titre, donc un segment qui doit être concis et où il est difficile<br />

d’ajouter une explication entre parenthèses. Insérer une note en bas de page pour<br />

expliquer ce qu’est la ligne Maginot n’est pas vraiment une option car, dans ce type<br />

d’articles, les renvois à des notes ne sont utilisés que pour introduire les références<br />

bibliographiques à des travaux de recherche. Le traducteur espagnol a donc<br />

supprimé la métaphore et a traduit par :Un plan para salvar Venecia (Mundo<br />

Científico, 243 : 24). L’image d’une ligne de fortification destinée à éviter l’invasion<br />

d’une armée, dans le cas de la Ligne Maginot, et l’invasion des eaux, dans le cas de<br />

Venise, a disparu et a été remplacée par une idée plus générale de plan, de projet qui<br />

se précisera au cours de la lecture de l’article. Le titre perd ainsi son pouvoir<br />

d’évocation ; mais cette perte est inévitable, car la référence à des connaissances<br />

partagées qui, dans l’original, établit une certaine complicité entre auteur et lecteur<br />

deviendrait, dans le texte cible, un élément obscur qui déclencherait une réaction<br />

adverse chez le lecteur.<br />

Si l’absence de référent rend impossible la construction d’une représentation,<br />

la duplicité ou la multiplicité de référents est un problème tout aussi important. Dans<br />

chaque langue, les virtualités sémantiques de certaines unités lexicales permettent de<br />

jouer sur des ambiguïtés ou des doubles sens qui ne peuvent pas toujours être<br />

transférés dans la traduction. Examinons par exemple le titre du livre La Pensée<br />

sauvage de Claude Lévi-Strauss (1962).<br />

L’effet d’accroche de ce titre repose sur une syllepse qui génère deux<br />

schémas différents. Au niveau abstrait ou mental, la pensée sauvage désigne la façon<br />

de penser des populations primitives, c’est-à-dire à l’état naturel. Mais, au niveau<br />

concret ou matériel, c’est un type de fleur qui, à l’origine, pousse dans la nature mais<br />

dont il existe aussi des variétés cultivées, généralement plus grosses et de différentes<br />

couleurs. Sachant qu’il a affaire à l’ouvrage d’un ethnologue, le lecteur établira un<br />

parallélisme entre la pensée comme activité humaine qui n’a pas encore été cultivée<br />

à des fins de rendement, et la fleur qui est soumise au même processus. Cette double<br />

interprétation est actualisée par l’illustration qui figure sur la couverture du livre<br />

(dans l’édition de 1962 publiée chez Plon) où l’on voit, au-dessous du titre, une<br />

photo d’une pensée sauvage : la fleur devient la métaphore, elle « donne à voir » la<br />

thèse soutenue dans le livre.<br />

Ce titre a été traduit littéralement en espagnol par El pensamiento salvage.<br />

Prise séparément, chacune de ces lexies peut être considérée comme un équivalent<br />

direct en espagnol : en effet, pensamiento désigne aussi bien la pensée, comme<br />

activité humaine, que la fleur ; quant à salvaje, le dictionnaire de la Real Academia<br />

Española (RAE) en donne la définition suivante :<br />

Salvaje<br />

1. adj. No cultivado. Se aplica a las plantas silvestres.<br />

2. adj. Se dice del animal que no es doméstico, y generalmente de los animales<br />

feroces.<br />

3. adj. Se aplica al terreno montuoso, áspero e inculto.<br />

4. adj. Sumamente necio, terco, zafio o rudo.<br />

5. adj. Se decía de los pueblos primitivos y de los individuos pertenecientes a<br />

ellos.[…]<br />

55


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Or, bien que pour certaines plantes, comme la vigne sauvage, par exemple,<br />

on emploie le mot salvage, pour les plantes en général, et surtout les fleurs, on<br />

emploie plutôt le mot silvestre. Le titre espagnol ne génère donc pas<br />

automatiquement la même représentation qu’en français et l’effet métaphorique<br />

n’est pas déclenché de façon immédiate. Sur la couverture du livre en espagnol,<br />

l’image représente un animal en train d’utiliser un outil, une image qui fait allusion à<br />

l’affinité physique et psychologique entre les hommes et leur totem, sujet traité dans<br />

le chapitre IV « Totem et caste ». En outre, l’adjectif salvaje a des connotations plus<br />

négatives en espagnol qu’en français, et lorsque l’on parle de populations, on<br />

utilisera plutôt le mot primitivo qui, d’ailleurs, est le mot employé dans le livre pour<br />

faire référence à cette forme de pensée.<br />

En anglais, le jeu de mots est intraduisible car aucune des deux lexies ne peut<br />

avoir ce double sens. Le titre anglais The Savage Mind renvoie donc, sans<br />

ambiguïté, au processus mental traité dans le livre puisque, pour faire référence à la<br />

fleur, on utiliserait l’expression wild pansy.<br />

Nous avons examiné jusqu’ici des cas de figure où l’asymétrie linguistique et<br />

culturelle force le traducteur à assumer pleinement son rôle de médiateur. Les<br />

modalités de son intervention varient selon la fonction et le degré de pertinence des<br />

unités lexicales réfractaires à la traduction. Même si, dans certains cas, la solution<br />

passe par la suppression ou la réduction de certains effets stylistiques, l’intervention<br />

ne modifie guère « l’esprit » du texte. Or, il n’en est pas de même dans tous les cas.<br />

L’INTERVENTION COMME MANIPULATION<br />

Les facteurs extralinguistiques qui influencent la traduction ne se manifestent<br />

pas seulement au niveau de l’interprétation et du transfert du sens, ils interviennent<br />

aussi au niveau du rôle que le texte traduit doit jouer dans la culture d’accueil. En<br />

effet, la traduction est un acte de ré-écriture et, selon Theo Hermans (1985 : 11), une<br />

« manipulation » du texte original qui peut être utilisé à des fins diverses.<br />

Cet acte de re-création est soumis à des facteurs sociaux, économiques et<br />

politiques que le traducteur n’est pas toujours capable de maîtriser. Le premier de<br />

ces facteurs est l’influence des formes canoniques des différents genres textuels dans<br />

la langue/culture cible. De ce point de vue, nous souscrivons à certains des principes<br />

de la Théorie du Polysystème développée par Itamar Even-Zohar dans les années<br />

1970-1980 et appliquée à l’étude de la littérature. Le Polysystème désigne un<br />

ensemble hétérogène et hiérarchisé de systèmes littéraires dans lequel les genres<br />

littéraires prestigieux et les œuvres majeures occupent une position dominante, au<br />

centre du système, alors que les œuvres « secondaires » sont reléguées à la<br />

périphérie. La particularité de ces systèmes étant leur dynamisme, ce rapport de<br />

force peut changer car les œuvres secondaires luttent pour être reconnues et accéder<br />

au centre du système. Les formes littéraires « premières » deviennent, dès lors, des<br />

formes canoniques qui régissent l’acceptabilité d’un texte (Even-Zohar, 1979). De<br />

par son statut de texte second, la traduction se situe à la périphérie du système et<br />

tend à se plier aux conventions des textes canoniques (Even-Zohar, 1990). Bien que<br />

la théorie du Polysystème ait été développée essentiellement dans le domaine<br />

littéraire, nous considérons que certains de ses postulats sont applicables à d’autres<br />

types de textes.<br />

56


LA TRADUCTION : ENTRE FIDÉLITÉ ET TRAHISON<br />

En effet, dans le domaine scientifique, l’analyse d’articles de semivulgarisation<br />

et de leur traduction en espagnol révèle des différences importantes<br />

dans la perception de la science des lecteurs français et des lecteurs espagnols. Dans<br />

les textes français, l’introduction d’éléments ludiques est utilisée fréquemment<br />

comme mécanisme d’accroche pour établir une connivence avec le lecteur et rendre<br />

plus attrayants des sujets parfois ardus. Or, en Espagne, la science est perçue comme<br />

un sujet extrêmement sérieux et les articles de ce type adoptent généralement un ton<br />

pédagogique qui tend à exclure tout aspect ludique. Ainsi, dans l’exemple suivant, le<br />

sous-titre et le dernier segment du chapeau (nous soulignons en caractères gras), qui<br />

visent à faire sourire le lecteur, en faisant référence au jeu des sept familles et à une<br />

situation de polyandrie assez cocasse, ont été supprimés.<br />

Petits mâles sous haute protection<br />

Dans la famille jacana, demandez la mère, les pères et les oisillons<br />

Au cœur des marécages tropicaux, à fleur d'eau, des nids précaires sont sous la<br />

surveillance exclusive des mâles d'une curieuse espèce d'échassiers, les jacanas :<br />

deux fois plus grosse que ses congénères masculins, la femelle, qui ne s'occupe<br />

jamais de sa progéniture, y maintient sous son contrôle reproducteur une sorte de<br />

harem où chaque mâle couve des œufs qui, en majorité, ne sont pas les siens...<br />

(La Recherche, 338 : 64)<br />

Pequeños machos bajo alta protección<br />

En las marismas tropicales, a flor de agua, unos nidos precarios están bajo la<br />

vigilancia exclusiva de los machos de una curiosa especie de aves zancudas, los<br />

jacanas. La hembra mantiene bajo su control reproductor una especie de harén<br />

en el que cada macho incuba unos huevos. (Mundo Científico, 221 : 60)<br />

Cette tendance à omettre tout élément pouvant être interprété de façon<br />

négative dans la culture réceptrice vise à assurer une meilleure acceptation du texte,<br />

et dans une perspective matérialiste, un chiffre de ventes plus important. Car<br />

n’oublions pas que les magazines scientifiques, les romans, les films, etc. sont des<br />

produits commercialisés qui, en principe, doivent rapporter des bénéfices. L’aspect<br />

économique est donc loin d’être négligeable. Actuellement très peu de traducteurs<br />

exercent leur activité pour le plaisir seulement et les traductions sont réalisées pour<br />

une maison d’éditions ou un donneur d’ouvrage. Le client poursuit généralement un<br />

but précis qu’il pense atteindre grâce à la traduction et il n’hésite pas à donner au<br />

traducteur des instructions dans ce sens. Ainsi à l’intervention du traducteur s’ajoute<br />

l’intervention du commanditaire.<br />

La traduction en français du roman The Day of the Jackal (Forsyth, 1971) est,<br />

de ce point de vue, un exemple intéressant. Ce récit de fiction sur une tentative<br />

d’assassinat du Général de Gaulle dans les années 1960 se déroule en France et<br />

décrit en détail le fonctionnement des forces de police et de différentes institutions.<br />

La traduction en français de l’original anglais ne présentait donc pas de problèmes<br />

de vides référentiels. Et pourtant, comme le signalent Lance Hewson et Jacky<br />

Martin, (1991 : 158), dans la version française, on relève de nombreuses<br />

modifications à plusieurs niveaux : noms des personnages, division en chapitres, etc.<br />

En ce qui concerne les personnages, dans la version anglaise, le tueur à gages<br />

anglais est présenté comme un homme séduisant, intelligent et perfectionniste qui<br />

domine toujours la situation et ne perd jamais son sang froid, alors que les<br />

personnages français sont présentés comme des amateurs qui ont beaucoup de mal à<br />

organiser quoi que ce soit. Dans la version française, cette supériorité de l’Anglais<br />

est fortement atténuée et, comme conséquence, la représentation que le lecteur<br />

57


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

construit de ces personnages est très différente. Le fait d’atténuer ou de supprimer<br />

des éléments qui pourraient être mal perçus par les lecteurs français obéit<br />

probablement à une stratégie de la maison d’édition qui, prévoyant que le sujet du<br />

livre en ferait un best-seller en France, aurait exercé un certain contrôle sur la<br />

version finale du texte (Hewson et Martin, 1991 : 159).<br />

Peut-on parler de trahison ? N’oublions pas que les textes publiés sont<br />

protégés par des droits d’auteur et que les conditions pour traduire et publier un<br />

roman dans une autre langue sont stipulées dans un contrat signé à l’issue de<br />

négociations entre les éditeurs et les auteurs, ou leurs représentants. Toute<br />

adaptation du texte – qui dans le cas que nous venons de voir peut être qualifiée de<br />

censure pour des raisons économiques – est intentionnelle et s’inscrit dans une<br />

stratégie déterminée. Cependant, nombreux sont les cas où l’étude de textes<br />

originaux et de leur traduction permet d’observer que les processus traductifs mis en<br />

œuvre tendent à atténuer des éléments pouvant être perçus comme transgresseurs<br />

dans la culture réceptrice. Il est difficile alors de préciser si de telles modifications<br />

ont été apportées de façon consciente ou si elles sont le résultat d’une réaction<br />

d’autocensure. Comme le signale Yves Gambier (2002 : 211), l’autocensure est<br />

ce refoulement d’éléments du quotidien que les diverses autorités de la société, ou<br />

l’image qu’on se fait d’elles, ne tolèrent pas, n’admettent pas. Pour ne pas avoir à<br />

subir les ordres ou instructions d’un éditeur, d’un producteur... ou pour ne pas<br />

avoir à contrecarrer leurs exigences, leurs attentes, le traducteur peut devancer<br />

leurs directives contraignantes : l’autocensure est aussi une censure préventive.<br />

Consciemment ou inconsciemment le traducteur se soumet aux exigences du<br />

« politiquement » ou du « moralement » correct. Ce type de censure/autocensure<br />

touche particulièrement le domaine de l’argot et des contenus sexuels, comme le<br />

révèle la traduction de Amor, curiosidad, prozac y dudas de Lucía Etxebarría. Ce<br />

roman, dont est extrait l’exemple ci-dessous, met en scène trois sœurs très<br />

différentes qui vivent à Madrid dans les années 1990, une époque caractérisée par<br />

des changements sociaux intenses. Dans ce roman à trois voix, chacune nous fait<br />

part de ses états d’âme dans un style qui reflète parfaitement sa personnalité.<br />

L’aînée, cadre d’entreprise, est apparemment l’image de la réussite professionnelle.<br />

La deuxième, mère de famille et femme au foyer, étouffe dans sa vie de couple<br />

qu’elle ne supporte qu’à l’aide de somnifères. La plus jeune, Cristina, a abandonné<br />

une carrière prometteuse dans la communication pour poursuivre des études de<br />

Lettres. Elle travaille comme serveuse dans un bar et vit dans un monde de<br />

noctambules où règnent le sexe et l’ecstasy. Son comportement rebelle et son refus<br />

de s’intégrer, comme ses sœurs, dans des rôles de femme prototypiques se manifeste<br />

dans le langage volontairement vulgaire et provocateur qu’elle utilise pour raconter<br />

ses déboires amoureux :<br />

Me encoñé porque tenía la polla enorme y porque era un plusmarquista sexual.<br />

(Etxebarría, 1998 : 138)<br />

Qui a été traduit par :<br />

Je fus attirée parce qu’il avait une queue énorme et que c’était un très bon coup.<br />

(Etxebarría, 1999 : 144)<br />

La phrase espagnole présente, au niveau lexical, deux difficultés<br />

importantes : les expressions me encoñé et era un plusmarquista sexual. Me encoñé<br />

est la première personne du passé simple du verbe encoñarse, formé à partir du nom<br />

coño qui, dans un registre vulgaire, désigne l’organe sexuel féminin ; comme<br />

58


LA TRADUCTION : ENTRE FIDÉLITÉ ET TRAHISON<br />

l’indique la définition du dictionnaire de la RAE, c’est un verbe utilisé généralement<br />

par les hommes lorsqu’une femme exerce sur eux une attraction sexuelle irrésistible<br />

qui peut se transformer en obsession :<br />

encoñarse<br />

(De en- y coño).<br />

prnl. vulg. Dicho de un hombre : Sentir atracción sexual por una mujer hasta<br />

llegar a tener obsesión por ella.<br />

Le fait que Cristina, une femme, s’exprime d’une façon aussi graphique, en<br />

utilisant des expressions masculines extrêmement vulgaires souligne son caractère<br />

indépendant et transgresseur. Aussi, la traduction par je fus attirée, une expression<br />

qui n’est absolument pas vulgaire et qui ne fait pas nécessairement allusion à<br />

l’aspect physique de cette réaction, neutralise totalement le caractère transgresseur<br />

de ce personnage. Quant à la traduction de era un plusmarquista sexual par c’était<br />

un très bon coup, elle appelle aussi certains commentaires. En effet, le segment<br />

espagnol, qui n’est pas extrêmement vulgaire mais plutôt amusant, décrit et qualifie<br />

l’homme dont Cristina est tombée amoureuse. Le dictionnaire de la RAE définit le<br />

mot plusmarquista dans ces termes :<br />

plusmarquista<br />

com. Persona que ostenta la mejor marca en una especialidad atlética.<br />

Dans le domaine du sport, la marca est un record et un plusmarquista est,<br />

tout simplement, un champion, un recordman, même si dans ce cas la discipline<br />

sportive est particulière. On peut parfaitement trouver des solutions variées qui<br />

reprennent cette idée de performance sportive comme il battait tous les records au<br />

lit ou, un peu plus vulgaire, c’était un champion de la baise. Dans cette même<br />

phrase, l’option de traduire polla, qui désigne l’organe sexuel masculin, par queue<br />

est un peu surprenante car on emploierait plutôt le mot bite qui est l’équivalent<br />

français à tous les niveaux (degré de vulgarité, âge des locuteurs, etc.). Tout au long<br />

du roman, ces glissements vers des formes plus atténuées conduisent le lecteur de la<br />

traduction à construire une représentation légèrement édulcorée du personnage de<br />

Cristina qui devient moins excessive, moins déjantée. Censure ou autocensure ? En<br />

tout cas, le personnage de Cristina version française ne correspond pas vraiment à<br />

celui de l’original.<br />

CONCLUSION<br />

Pour des raisons de clarté d’exposition, j’ai séparé les composantes<br />

linguistiques de la médiation de celles plus idéologiques, mais en réalité les deux<br />

sont indissociables. En effet, les formes linguistiques que nous employons révèlent<br />

une prise de position par rapport au monde qui nous entoure. Comme le montre<br />

l’analyse des cas de figure que nous avons présentés, l’acte traductif s’inscrit dans<br />

un contexte culturel, social et économique qui impose des contraintes au traducteur.<br />

C’est pourquoi l’activité traduisante est toujours une intervention sur un message, et<br />

les décisions concernant le choix d’une stratégie de traduction au niveau<br />

macrotextuel se manifestent, au niveau microtextuel, par certains choix lexicaux ou<br />

syntaxiques qui génèrent des représentations déterminées. Dans une telle perspective<br />

les notions de fidélité et de trahison cessent d’être les points d’ancrage qui soustendent<br />

la critique des traductions. Il convient donc d’aborder l’étude de la<br />

traduction à partir de la notion d’intervention du traducteur et d’examiner les causes<br />

et les modalités de cette intervention. Une telle approche permet, en outre, d’aborder<br />

59


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

l’analyse de textes littéraires et non littéraires, car si la traduction littéraire présente<br />

certaines spécificités liées aux caractéristiques formelles des textes, elle n’en est pas<br />

moins un acte de communication soumis à l’influence de facteurs extralinguistiques.<br />

REY Joëlle<br />

Université Pompeu Fabra, Barcelone<br />

joelle.rey@upf.edu<br />

Bibliographie<br />

BERMAN A., L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique,<br />

Paris : Gallimard, 1984.<br />

CATFORD J.C., A Linguistic Theory of Translation: an Essay in Applied Linguistics,<br />

London : Oxford University Press. 1965.<br />

DAGUT M., "Semantic voids as a problem in the translation process", Poetics Today, II, 4,<br />

1981.<br />

DURASTANTI S., Éloge de la trahison. Notes du traducteur, Paris : Le Passage, 2002.<br />

ETXEBARRÍA L., Amor, Curiosidad, Prozac y dudas, Barcelona : Plaza & Janes, 1998. –<br />

Amour, Prozac et autres curiosités [trad. Marianne Million], Paris : Denoël, 1999.<br />

EVEN-ZOHAR I., "Polysystem Theory", Poetics Today, 1, 1-2, 1979.<br />

EVEN-ZOHAR I., "The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem",<br />

Poetics Today, 11, 1, 1990.<br />

FAUCONNIER G., Espaces mentaux, Paris : Editions de Minuit, 1984.<br />

FILLMORE C. J., "Scenes-and-frames semantics", in ZAMPOLI, A. (ed.), Linguistic<br />

Structures Processing, Amsterdam : N. Holland, 1977.<br />

FORSYTH F., The Day of the Jackal, Londres : Hutchinson, 1971. – Chacal [trad. Henri<br />

Robillot], Paris : Mercure de France, 1971.<br />

GAMBIER Y., "Censure et traduction dans le monde occidental", TTR, 15, 2, 2002.<br />

GOFFMAN E., Frame analysis. An Essay on the Organization of Experience, New York :<br />

Harper and Row, 1974.<br />

HERMANS T., "Norms and the Determination of Translation : a Theoretical Framework", in<br />

ALVAREZ R., VIDAL M. C. (eds.) Translation, Power, Subversion, Clevedon : Multilingual<br />

Matters, 1996.<br />

HERMANS T., "Translation Studies and a New Paradigm", in HERMANS T. (ed.), The<br />

Manipulation of Literature. Studies in Literary Translation, Londres : Croom Helm, 1985.<br />

HEWSON L. et MARTIN J., Redefining Translation. The Variational Approach, Londres :<br />

Routledge, 1991.<br />

KATAN, D., Translating Cultures. An introduction for translators, interpreters and<br />

mediators, Manchester : St. Jerome, 1999.<br />

KLEIBER G., La sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris : PUF, 1990.<br />

LADMIRAL J.R. et LIPIANSKI E.M., La communication interculturelle, Paris : Armand<br />

Colin, 1989.<br />

LAKOFF G., "The Invariance Hypothesis: is abstract reason based on image-schemas? ",<br />

Cognitive Linguistics, 1, 1990.<br />

LÉVI-STRAUSS C., La pensée sauvage, Paris : Plon, 1962. – El pensamiento salvaje [trad.<br />

Francisco González], México, D.F. : Fondo de Cultura Económica, 1964.<br />

NIDA E., The Theory and practice of translation, Leiden : E. J. Brill, 1969.<br />

PENNAC D., Comme un roman, Paris : Gallimard, 1992. – Como una novela [trad. Joaquín<br />

Jordà], Barcelona : Anagrama, 1993. – Reads like a novel [trad. Daniel Gunn], Londres :<br />

Quartet Books, 1994.<br />

REAL ACADEMIA ESPAÑOLA, Diccionario : www.rae.es/rae.html (consulté le 07/01/10)<br />

WILSS W., The Science of Translation. Problems and Methods, Tübingen : Gunter Narr<br />

Verlag, 1982.<br />

60


LES DÉFICIENCES DU SYSTÈME<br />

OU DE L’IMPOSSIBLE TRADUCTION<br />

Pour avoir été reconnue et sacrée comme instrument d’échange et de<br />

communication incontournable dans le monde contemporain, et à l’heure où<br />

s’élèvent de partout des voix prônant l’universalisme, l’internationalisme, la<br />

traduction, toute indispensable et toute pratiquée qu’elle est, ne s’en trouve pas<br />

moins frappée d’anathème ; elle est grevée de taxations les unes plus péjoratives que<br />

les autres ; elle n’arrive pas à se défaire de son image larvée de produit secondaire ;<br />

elle est considérée comme objet utilitaire à n’utiliser qu’en dernière alternative.<br />

En effet, une prospection tant en diachronie qu’en synchronie nous permet de<br />

constater que - contrairement à l’interprétation et à la critique littéraire - elle<br />

n’apparaît pas comme un acte valorisé ni dans l’institution universitaire ni dans le<br />

monde socioculturel en général. De tous les exercices de reformulation et de<br />

réécriture, la traduction apparaît comme le parent pauvre d’une longue liste de<br />

pratiques textuelles.<br />

Que vaut traduire aujourd’hui et comment appréhende-t-on la traduction ? Et<br />

pourquoi en fin de compte cet acharnement, cette condamnation sans appel malgré<br />

une « consommation » toujours plus importante des produits de la traduction ?<br />

Les différentes théories de l’antiquité ou des siècles passés montrent, dans<br />

l’ensemble, un profond dédain pour le métier de traducteur et pour les oeuvres<br />

traduites.<br />

Chez les anciens, les querelles entre traducteurs et orateurs ont instauré pour<br />

tous les siècles à venir une hiérarchie des activités scripturaires, mais surtout, et par<br />

analogie des exercices pratiqués sur les textes sacrés, une précellence, une unicité<br />

incomparable et inimitable du texte source sur le texte cible : toute intervention sur<br />

le texte premier, qu’elle soit exégétique ou traductrice, est profanation. Or les temps<br />

modernes n’ont pas fait beaucoup de chemin depuis Saint-Jérôme, Horace ou<br />

Cicéron.<br />

Au XVI e siècle, Du Bellay défendait dans sa Pléiade que, le modèle original<br />

étant idéal, inaccessible, la traduction ne peut qu’être une pâle copie, « un pis aller »<br />

selon ses propres dires. L’image qu’il emploie du « cannibalisme » de<br />

« l’anthropophagie » est très parlante dans la mesure où toute l’opération traductrice<br />

est assimilée à un acte barbare et sauvage d’ingestion, de digestion, ensuite de<br />

conversion en sang et nourriture. Pis encore, Du Bellay pratiquait la traduction<br />

quand il était à court d’inspiration, l’activité ne relevant pas du domaine de la<br />

61


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

création 1 . Dans cette conception renaissante humaniste, la traduction (ou la tradition)<br />

ne peut qu’être inférieure. Elle ne remplit pas le contrat littéraire de la création ; le<br />

traditeur n’a pas sa fonction oraculaire, il n’est pas la bouche d’ombre qui a, la<br />

première, proféré l’oracle. La langue cible n’est pas une langue forte qu’on imite et à<br />

la laquelle il faut tendre et ressembler.<br />

Un siècle plus tard, les classiques pratiquaient la « réécriture » et<br />

« l’adaptation » dans une perspective idéologique qui a, cette fois-ci, inversé la<br />

tendance, mais qui n’en pervertit pas moins le transfert interlingual. Le texte source<br />

devient inadéquat et il est jugé inférieur à la langue cible, la culture traductrice étant<br />

jugée plus raffinée et supérieure à la culture des Anciens traduits. La traduction est,<br />

de fait, l’occasion belle aux uns et aux autres pour faire le procès d’une langue–<br />

culture. L'admira parle du « procès historique d’une langue traductrice donnée » 2<br />

seulement, alors que la traduction chez les classiques illustre la hiérarchisation des<br />

littératures et la dominance d’une langue-culture en général 3 .<br />

Au XVIII e siècle, Rica écrit à Usbeck dans la même veine méprisante et<br />

diffamatoire à l’égard de la traduction : « Les traducteurs sont comme ces monnaies<br />

de cuivre qui ont bien la même valeur qu’une pièce d’or, et même sont d’un plus<br />

grand usage pour le peuple ; mais elle sont toujours faibles et d’un mauvais aloi…<br />

vous leur donnez un corps ; mais vous ne leur rendez pas la vie. Il y manque<br />

toujours un esprit pour les animer » 4 , image qui, outre le mépris du texte-langue<br />

cible, ravale la traduction au rang d’un travail utilitaire, instrumental, bassement<br />

matériel.<br />

On a également pu parler de « caricature » du texte d’origine, ou d’une<br />

« façon maladroite de singer le poème original » 5 . Les traductions nous placent ainsi<br />

dans des interstices culturels avec la précarité définitoire de ces espaces<br />

périphériques, inhibant ainsi toute approche du texte étranger et la frappant du sceau<br />

ineffable de l’« objection préjudicielle » 6 que définissait Georges Mounin il y a<br />

quelques années.<br />

Aujourd’hui, un relent de ces théories et de ces jugements passéistes continue<br />

encore à empester les esprits et à influencer leur perception de la traduction. Que<br />

faire alors pour accéder aux textes étrangers ? Sommes-nous condamnés à ne lire<br />

que les textes de nos cultures respectives, sous prétexte que les traductions ne sont<br />

jamais que des trahisons ? De fait, nous observons deux attitudes possibles.<br />

La première consisterait à lire dans la langue source : dans l’ère des<br />

interférences culturelles obligées, lire une traduction apparaît socialement d’abord<br />

comme une tare personnelle chez des individus « déficients », dont l’instruction est<br />

restée incomplète : ne pas lire « dans le texte d’origine », ne pas regarder un film<br />

1 Lire à ce propos l’excellente étude d’Inès Oseki-Dépré, Théories et pratiques de la traduction littéraire,<br />

Paris, A. Colin, 1999.<br />

2 Ladmiral J.-R., <strong>Traduire</strong> : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979, p. 102.<br />

3 La traduction n’échappe pas aux dérives concurrentielles à visée idéologique, dérives allant jusqu’à<br />

empêcher de citer le texte-source sous prétexte que le texte-cible est aussi, sinon plus, beau. Lemaistre au<br />

XVII e siècle défendait cette théorie, non plus de l’équivalence, mais de la ‘préférence nationale’ « en<br />

sorte, disait-il, que l’on puisse dire que le français est aussi beau que le latin et citer avec assurance le<br />

français au lieu du latin ». Cité par Oseki-Dépré, op. cit., p. 32.<br />

4 Montesquieu, Lettres persanes, Lettre CXXVIII.<br />

5 Ladmiral, op. cit., p. 21.<br />

6 Mounin G., Les problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963.<br />

62


LES DÉFICIENCES DU SYSTÈME OU DE L’IMPOSSIBLE TRADUCTION<br />

« en V.O. » est une véritable honte, pour certaines personnes. Maîtriser les langues<br />

étrangères devient un impératif. Le bilinguisme, le trilinguisme voire le<br />

tétralinguisme (parfaits ou non) ne sont plus l’apanage exclusif d’une poignée de<br />

lettrés, mais un fait avéré, grâce à une instruction de plus en plus orientée vers<br />

l’enseignement des langues, grâce également à l’expansion du mass-média et à la<br />

prolifération des chaînes télévisées provenant du monde entier qui envahissent nos<br />

petits écrans. L’accès audiovisuel aux langues étrangères, à la faveur de tout<br />

l’appareil sémiotique qui l’accompagne (image, gestuelle, mimique, voix,<br />

intonation…) rend aisée, sinon l’assimilation d’un code étranger, du moins la<br />

familiarisation avec un système phonologique et sémio-linguistique nouveau.<br />

Et, de fait, par prétention et fierté personnelle ou par soumission naïve à la<br />

dictature de la langue source et aux dogmes tyranniques professés par les linguistes<br />

comparatistes, nombre de lecteurs aujourd’hui se targuent de lire dans le texte.<br />

N’ayant parfois à leur effectif que quelques rudiments d’espagnol, de portugais ou<br />

de japonais (très à la mode aujourd’hui), ils s’attaquent à des pavés de Marquèz, de<br />

Pessoa, de Borges, de Campos, ou à des haïkus hermétiques et indéchiffrables. Vous<br />

les verrez s’extasier devant la beauté du texte original, devant la portée de la langue<br />

source et devant des tournures et des effets stylistico-sémantiques ignorés dans leur<br />

langue maternelle. De même pour nombre de cinéphiles et de téléspectateurs qui,<br />

sans pour autant pratiquer à la perfection certaines langues, se prêtent au jeu de la<br />

« V.O » et se laissent bercer par des consonances étrangères, au risque de ne pas tout<br />

saisir ou, moindre mal, de s’aider du sous-titrage en langue cible. La sensation<br />

d’étrangeté, la difficulté éprouvée voire le malaise, stimulent le plaisir artistique ou<br />

littéraire ; ce sentiment de fouler des terres nouvelles, de toucher à des fruits<br />

exotiques ou interdits couvre les incompétences linguistiques réelles du récepteur. Il<br />

pallie aux lacunes de l’exercice herméneutique et les compense par un autre type de<br />

plaisir : celui de l’immersion dans un bain linguistique et culturel nouveau avec tous<br />

les accessoires nécessaires au transfert, à la métaphore (au sens étymologique le plus<br />

concret).<br />

L’exercice herméneutique se trouve ainsi biaisé : plutôt que de décoder des<br />

structures linguistiques et de les interpréter pour recueillir du sens, le récepteur est<br />

d’abord emporté par une émotion, par ce sens dit affectif. Ce ne sont pas les mots<br />

dans leur enchaînement syntagmatique ni dans leurs associations paradigmatiques<br />

qui font sens. Car à un stade peu avancé de la pratique d’une langue, les efforts du<br />

récepteur se concentrent sur l’axe de sélection : l’apprentissage des unités lexicales<br />

précède l’apprentissage des règles grammaticales et des combinaisons<br />

syntagmatiques ; le récepteur est alors très attentif aux concepts (parfois aussi à<br />

quelques valeurs extensives connotatives, les plus conventionnelles), concepts qu’il<br />

assimile et dont la somme finit pas faire sens. Le signe linguistique étranger retrouve<br />

dans cette situation interprétative sa privauté sur tous les autres aspects<br />

linguistiques : son signifiant résonne et frappe dans toute sa matérialité ou visuelle<br />

ou sonore, ce qui le rapproche du reste du statut des autres signes sémiotiques qui<br />

font sens grâce à leur matérialité (icône, symbole, couleur, panneau…) 1 . Le triangle<br />

sémantique définissant le signe se trouve restreint à une dyade faisant prévaloir le<br />

signifiant et le référent sur le signifié proprement dit, mais par là-même (puisque le<br />

1 Ce qui renvoie à « l’iconicité du signe linguistique » chez Charles Morris : le signe-iconique en ce qu’il<br />

est pareil à ce qu’il dénote.<br />

63


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

langage retrouve un peu sa fonction primitive), cette régression procure au récepteur<br />

un sentiment de plénitude, une satisfaction et linguistique et poétique.<br />

Le sens recueilli n’est pourtant qu’un mirage de sens, une approche<br />

approximative et impressionniste qui remplit cependant le contrat sémioticosémantique.<br />

Donc, l’accès à la signification dans une langue étrangère pour ce<br />

premier cas de figure est un accès limité où le sens reste généralement imparfait ou<br />

défectueux.<br />

Aux antipodes de cette attitude nous retrouvons une attitude plus humble,<br />

celle de la lecture des traductions, des adaptations en langue cible qui d’emblée<br />

apparaît (comme on l’a vu) comme une atteinte aux textes, une trahison du sens dans<br />

sa partie extensive notamment : traduire, c’est perdre du sens, sacrifier du sens.<br />

Toute traduction est une sélection sémique qui active selon des facteurs différents<br />

certains aspects du sens, mais ne peut prétendre les couvrir tous. Elle ne serait<br />

qu’une « paraphrase », c’est-à-dire une vague approximation du sens, un<br />

‘approchant’ sémantique, un ‘équivalent’ douteux et pointé du doigt dans tous les<br />

cas.<br />

Est-ce à dire que le texte étranger reste inaccessible, incompris et vaguement<br />

assimilé, qu’il soit appréhendé en langue source ou en langue cible ? Son étrangeté<br />

lui serait intrinsèque et son contenu sémantique soumis à plusieurs aléas<br />

linguistiques et culturels qui en limitent, pour tout lecteur étranger, la<br />

compréhension. Les deux opérations lectrices sacrifient des procédés formels et<br />

s’accompagnent soit d’un apport sémantique supplémentaire (comme la projection<br />

sur le texte de son affect et de son désir de transfert), soit d’une déperdition ou pour<br />

reprendre l’expression de Ladmiral d’une entropie du sens. Les deux voies sont<br />

exclusives à l’égard du sens, malhabile et naïvement déformante du dire premier. Ce<br />

dernier est et reste prisonnier de son étrangeté, étrangeté intraduisible, non<br />

transférable, non transcodable. Une création littéraire artistique, tout universelle<br />

qu’elle est, est irrémédiablement inscrite dans son anglicité, sa francité, sa<br />

germanité, son hispanité, etc. S’en prendre aux traductions et aux traducteurs, c’est<br />

donc se venger sur un bouc émissaire<br />

Le problème de l’intraduction serait, à notre sens, à repositionner, non pas au<br />

niveau inférieur parce que secondaire de la traduction, mais au niveau premier de<br />

l’accès à une langue-culture étrangère. Il serait à expliquer par des phénomènes qui<br />

ne sont pas inhérents au processus traductif, mais qui relèvent d’un niveau supérieur.<br />

En effet, les reproches formulés à l’égard de la traduction sont, à ceci près,<br />

les mêmes que l’on formule à l’égard du langage d’une manière générale :<br />

Il y a d’abord l’imperfection du langage et l’inadaptation des codes<br />

linguistiques à nos besoins expressifs, que la langue soit maternelle ou étrangère :<br />

les mots sont ou en deçà ou au-delà de nos intentions ; ils débordent, excèdent, ou ne<br />

couvrent pas l’aire de signification visée par le locuteur ou l’écrivain. Nous<br />

pratiquons tous et à chaque prise de parole une véritable traduction au sens où<br />

l’entendaient Baudelaire et Proust par exemple, celle d’une sémiotique<br />

onomasiologique qui cherche à traduire les choses en mots, les impressions en<br />

expressions, donc à effectuer une opération de transfert d’un code à l’autre. Ce<br />

parcours onomasiologique, qui a occupé linguistes et philosophes (on pense à la<br />

notion de l’Idée et de son mouvement chez Hegel par exemple), se traduit par une<br />

véritable dictature du signifiant et concentre tous les efforts linguistiques sur le plan<br />

64


LES DÉFICIENCES DU SYSTÈME OU DE L’IMPOSSIBLE TRADUCTION<br />

poïétique, celui du faber lexical, induisant ainsi une perspective lexicaliste où le<br />

support matériel (le mot) l’emporte sur le plan sémantique. Cette hégémonie du<br />

signifiant se retrouve dans la tradition rhétoriciste à travers les différents exercices<br />

de paraphrase (qu’elle soit imitative ou discursive 1 ), chez les linguistes de<br />

l’équivalence et de la synonymie, mais aussi chez des théoriciens de la traduction,<br />

en l’occurrence chez Vinay et Darbelnet dans leur Stylistique comparative 2 . Choisir<br />

le mot juste, la tournure adéquate ou l’expression qui percute n’est pas un drame<br />

spécifique au traducteur et aux exercices interlinguaux, mais un drame inhérent à<br />

tout acte discursif 3 .<br />

Il y a également les problèmes purement sémantiques et interprétatifs : ceux<br />

du sens et de ses différentes réalisations et conformations dans le discours. Les mots,<br />

dans une langue ne signifient pas d’eux-mêmes ; autrement dit la signification n’est<br />

pas lexématique. Elle peut être grammématique (comme dans le célèbre vers<br />

d’André Chénier « Elle fut, la jeune Tarentine »), elle peut être sociolectale, comme<br />

elle peut être idiolectale et relever des idiosyncrasies auctoriales (Gracq et la<br />

surdétermination métaphorique de l’élément aquatique dans Le Rivage des Syrtes :<br />

« son sourire pleuvait comme une douce averse », « le temps coulait en flots à<br />

travers les rues de Maremma »), ou encore des idiosyncrasies culturelles (comme la<br />

surdétermination idéologique de la couleur verte dans la tradition arabomusulmane).<br />

Le sens peut donc être retardé, empêché par plusieurs incidents de<br />

signification, entre autres l’extension du concept, la dépendance contextuelle du sens<br />

lexical, la stéréotypie 4 et les universaux du langage, les conformations sociolectales<br />

et les déformations idiolectales. « Toute communication linguistique est de nature<br />

plurisémiotique », écrivait Rastier 5 , inscrivant ainsi l’exercice interprétatif dans la<br />

coercition linguistique, référentielle et cognitive. La signification exige l’activation<br />

simultanée de plusieurs compétences souvent difficiles à réunir chez un même<br />

récepteur. Et sa traduction intra et interlinguistique exige davantage de compétences.<br />

En conclusion, nous soulignerons le fait que toutes les polémiques que<br />

soulève la critique universitaire ou journalistique perdent souvent de vue ces<br />

problèmes culturels d’un côté (l’étrangeté fondamentale et définitoire d’un texte) et<br />

linguistiques de l’autre (contraintes lexicales, syntagmatiques, etc.). La faute n’est<br />

souvent pas aux traducteurs, à qui il ne faut pas toujours jeter la pierre. La<br />

complexité et l’altérité d’abord humaines, ensuite linguistiques, et enfin artistiques<br />

sont irréductibles. Les mots dans la Tour de Babel ne sont que mythes ; pour nous,<br />

ils ont perdu leur aura et sont redevenus de simples instruments incontournables et<br />

1 Catherine Fuchs en établit la liste et développe la portée et les visées de chaque type d’exercice. Cf.<br />

Paraphrase et énonciation, Ophrys, 1994.<br />

2 Chez ces deux derniers elle se traduit par une séquentialisation des signifiants, par leur décomposition<br />

en unités signifiantes indépendantes, partant des affixes et des taxèmes pour arriver aux lexèmes et aux<br />

sémantèmes.<br />

3 A chaque prise de parole, il faut « entre deux mots choisir le moindre », ironisait Valéry.<br />

4 Dans la théorie du stéréotype sémantique d’Anscombre, le stéréotype est une suite non-finie de<br />

propriétés associées à un signe et qui peuvent être éventuellement fausses ou contradictoires ; cette liste<br />

peut varier d’un locuteur à l’autre, et elle peut être constituée soit d’un ensemble de sèmes, soit d’une liste<br />

ouverte d’énoncés et de phrases appelés énoncés-types, et qui sont caractéristiques, parfois même<br />

exclusifs à un langue-culture donnée.<br />

5 Rastier F., Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989. La signification est soumise à ce que Rastier appelle<br />

l’entour du texte<br />

65


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

quelque peu redoutables de la communication. La déficience de nos systèmes<br />

linguistiques respectifs rendent impossibles les traductions transparentes, les<br />

isomorphies parfaites.<br />

Faut-il alors se contenter des « Belles infidèles » et saluer « l’acte de courage<br />

herméneutique des auteurs-traducteurs » 1 ? Ou faut-il continuer à se lamenter sur le<br />

sort de nos déficiences et impuissances systémiques diverses ?<br />

ZAÏEM BEN NEJMA Farah<br />

Université de la Manouba, Tunis - Tunisie<br />

zaiemfarah@yahoo.fr<br />

Bibliographie<br />

Antoine F., (éd.), L’Intraduisible, Lille, P.U. de Lille, 2000.<br />

Berman A., Pour une critique des traductions : John Donne, Gallimard, " Bibl. des Idées ",<br />

1995.<br />

Cachin M.-F., La Traduction, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 2007.<br />

Cordonnier J.-L., Traduction et culture, Paris, Didier, 1995.<br />

Eco U., Dire presque la même chose : expériences de traduction, (trad. Bouzaher M.), Paris,<br />

Grasset, 2007.<br />

Ladmiral J.-R., <strong>Traduire</strong> : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979..<br />

Meschonnic H., " Poétique de la traduction " dans Pour la poétique II, Gallimard, " Le<br />

Chemin ", 1973.<br />

Meschonnic H., " Traduction restreinte, traduction généralisée " dans Pour la poétique V,<br />

Gallimard, " Le Chemin ", 1978.<br />

Mounin G., Les Problèmes théoriques de la traduction, Gallimard, " Bibl. des Idées ",1963.<br />

Mounin G., Linguistique et traduction, Dessart et Mardaga, 1976.<br />

Mounin G., Les Belles infidèles, Lille, (1955), 1994.<br />

Oseki-Dépré I., Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, A. Colin, 1999.<br />

Steiner G., Après Babel. Une poétique du dire et de la traduction, Albin Michel, 1978, 1998.<br />

Zuber R., Les " Belles infidèles " et la formation du goût classique, Albin Michel, " Bibl. de<br />

l’Évolution de l’Humanité ", 1968-1995.<br />

1 Oseki-Dépré, op. cit., p. 78.<br />

66


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

Le présent article est une version retravaillée d’une communication qui<br />

suscita quelques réactions lorsqu’elle fut livrée le 14 juillet 2010, jour où la chaleur<br />

torride semblait curieusement de connivence avec le sujet de l’exposé : le récit<br />

érotique. Nous nous intéressons au récit érotique contemporain dans la perspective<br />

des contraintes de traduction qu’il est susceptible d’imposer. Proche du roman<br />

d’aventure ou à énigme par la fonction pragmatique qu’il remplit, exciter le lecteur,<br />

le récit érotique s’en distingue par la finalité organique de la jouissance recherchée.<br />

En termes jolis, nous considérons le texte érotique comme un adjuvant à<br />

l’onanisme ; cet instrumentalisme est affirmé sans détour par les auteurs érotiques<br />

qui vivent grassement de leur art, tel Rupert Smith (alias James Lear) : « [e]rotic<br />

fiction has a purpose, and it’s not a very highbrow one. James Lear’s novels are<br />

designed specifically as aids to masturbation » (Smith 2008). À partir de ce<br />

présupposé pragmatique, la question que nous posons est la suivante : que faut-il<br />

écrire et comment pour faire jouir ? La pragmatique s’intéresse à l’usage qui est fait<br />

des signes au regard du « comportement qu’ils devraient faire apparaître chez le<br />

destinataire » (Iser 1985 : 101). La présente étude s’inscrit en préambule d’un projet<br />

de traduction, car nous estimons que la connaissance du fonctionnement du texte<br />

érotique éclairera le travail du traducteur.<br />

Dans la république des lettres, les textes qui nous intéressent ne bénéficient<br />

d’aucun capital symbolique. Sans valeur stylistique ni potentiel herméneutique, le<br />

texte érotique contemporain, ne présentant même pas l’intérêt du recul historique,<br />

est laissé pour compte. Pourtant, à y regarder de plus près, nous constatons que sa<br />

conception résulte de procédés techniques, qui nous semblent échoir au traducteur<br />

comme autant d’impératifs régissant son travail de rédaction. Avant de faire état de<br />

ces procédés, nous présenterons quelques considérations sur les modes de lecture du<br />

texte érotique. Ensuite, nous analyserons et illustrerons les moyens lexicaux,<br />

syntaxiques et discursifs mis en œuvre par les pornographes dans la trame narrative<br />

afin de produire un texte de jouissances.<br />

TEXTE ÉROTIQUE OU PORNOGRAPHIQUE ?<br />

Nous recourons à la théorie des actes de langage, avancée par John Langshaw<br />

Austin (1962) et poursuivie par John Rogers Searle (1969) dans le développement<br />

de la linguistique pragmatique, et l’appliquons, suivant Wolfgang Iser (1985), à<br />

définir notre objet littéraire. Du point de vue de la pragmatique, la fiction érotique<br />

accomplit un acte perlocutoire, en cela que l’auteur entraîne par son écriture une<br />

réaction chez le lecteur. Dans cette perspective pragmatique, nous levons d’entrée de<br />

67


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

jeu l’objection de Roland Barthes, selon laquelle « le texte de jouissance n’est<br />

jamais celui qui raconte une jouissance » (1973 : 74). Peu importe son statut<br />

culturellement marginal, le texte qui nous occupe est lu pour les jouissances qu’il<br />

raconte et celles qu’il produit. Pour le pornographe James Lear, cette finalité est<br />

pleinement assumée et surtout bien rémunérée, à en croire son propos :<br />

« Pornographic fiction, erotica, "one-handed reading", call it what you will, is a<br />

publishing parallel universe. Books sell in large quantities » (Smith 2008). La<br />

dépersonnalisation du commerce électronique participe à l’augmentation des ventes<br />

de ces livres que les lecteurs timides peuvent maintenant se procurer à l’abri des<br />

regards. Misant sur la valeur d’usage de ses livres, l’auteur escamote allègrement la<br />

différence qu’il importe peut-être de faire entre le pornographique et l’érotique. En<br />

ce sens, il rejoint Jean-Jacques Pauvert, grand éditeur de textes érotiques, qui a été<br />

amené à réfléchir aux critères de sélection des textes dans son Anthologie historique<br />

des lectures érotiques en cinq tomes. Après de vaines tentatives axiologiques, il s’en<br />

est remis, comme le titre de son ouvrage l’indique, à la valeur d’usage des textes,<br />

lesquels ont été lus à une époque donnée parce qu’ils étaient excitants. Aussi l’effet<br />

d’excitation invoquée nous ramène-t-il à la dynamique pragmatique.<br />

Y a-t-il néanmoins une différence à faire entre le pornographique et<br />

l’érotique ? Il semble y avoir un consensus sur une axiologie qui place le<br />

pornographique au pôle négatif et l’érotique au pôle positif du spectre des<br />

représentations, tel que l’illustrent les définitions que nous avons recensées. Alors<br />

que la production pornographique montre son objet par des moyens techniques<br />

qu’elle ne s’attarde pas à raffiner, la production érotique travaille le langage qu’elle<br />

utilise. La pornographie est donc privée d’art et réduite à une technique, tandis que<br />

« l’inspiration érotique ajoute ce supplément d’âme que nous appelons l’art » (Biasi<br />

2007 : 16). Ainsi, la différence entre les deux ne tient pas tant à la nature osée de la<br />

chose représentée qu’à un degré de créativité et d’esthétique. Pourtant, le<br />

pornographe façonne son texte de sorte à entraîner son lecteur pour l’amener à jouir.<br />

En ce sens, il maîtrise son art, si tant est que l’art soit considéré comme l’ensemble<br />

de procédés par lesquels on cherche à atteindre un certain résultat. De surcroît, la<br />

distinction en fonction du seul critère artistique est invalidée par les écrits du<br />

Marquis de Sade, dont l’élégance et le travail de la langue rivalisent avec le cru des<br />

images. Les frontières sémantiques se brouillent davantage lorsqu’est considéré le<br />

roman Demoiselles de Numidie de Mohamed Leftah ; résolument érotique en raison<br />

du travail poétique et du raffinement de son écriture, il demeure foncièrement<br />

pornographique, conformément au sens étymologique du substantif<br />

« pornographein », ou traité de prostitution, puisque l’histoire se passe dans un<br />

lupanar. Faut-il plutôt s’en remettre à une définition de contenu, selon laquelle<br />

« [o]n appelle littérature pornographique une littérature réduite à quelques mots<br />

d’ordre (fais ceci, cela…), suivis de descriptions obscènes » (Deleuze 1967 : 17)?<br />

Ou vaudrait-il mieux poser une définition fondée sur le degré d’indécence, de sorte<br />

que « l’érotisme exige une obscénité légèrement sublimée » (Vian 1980 : 52)? Mais<br />

si l’obscénité s’entend de ce qui doit normalement demeurer hors scène, la notion<br />

reste aussi floue que les choses ressenties comme devant être cachées changent<br />

d’une génération à l’autre (Atkins 1975 : 10). Comme l’avance Barthes (1995 : 625)<br />

sur un ton provocateur, c’est plutôt la sentimentalité de l’amour qui, par<br />

renversement historique, se trouve aujourd’hui obscène, puisque démodée et tombée<br />

68


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

« hors du temps intéressant ». La sentimentalité choque plus que le sexe et, sur le<br />

plan littéraire, elle présenterait même un danger en littérature : « Sentimentality in<br />

fiction usually comes across as patently insincere, mawkish, or maudlin, and should<br />

be avoided » (Stein 1995 : 170). En dernière tentative, n’y aurait-il pas lieu d’établir<br />

le distinguo en fonction d’un coefficient romance-amour, lequel serait nul dans<br />

l’écrit pornographique et variable dans l’écrit érotique (Terrega 2001 : 5)?<br />

Du point de vue empirique des auteurs, le récit de jouissances doit captiver le<br />

lecteur totalement, c’est-à-dire jusqu’à lui faire oublier qu’il n’est pas dans la scène<br />

(Terrega 2001 : 76). S’opère donc un renversement de l’obscénité – ce fait d’être<br />

hors scène –par le prisme du scripteur : le pornographe cherche à faire cesser<br />

l’obscénité en incorporant à la scène celui qui voit. Le succès de cette entreprise<br />

répond de conventions, dont nous traiterons plus loin.<br />

LIRE LE RÉCIT ÉROTIQUE<br />

Dès qu’on s’intéresse à l’acte de lecture, il est impossible d’escamoter le<br />

principe de suspension consentie de l’incrédulité (willing suspension of disbelief)<br />

formulé par Coleridge (1834 : 174). Selon ce principe, la fiction ne peut advenir que<br />

si le lecteur se prête au jeu de croire ce qu’il lit, notamment en s’identifiant à un<br />

personnage, et que rien ne vienne interrompre ce jeu. Étant donné que « le texte dans<br />

son intentionnalité reste subordonné à l’activité lectrice » (Plassard 2007 : 55), il se<br />

peut que celui-ci revête un caractère tensif, comme s’il avait été conçu pour être lu à<br />

vive allure. Au fait, le tempo de la lecture dont l’accélération entraînerait une<br />

« exaltation », un « enivrement », une « ivresse », une « intoxication », un<br />

« vertige » (Barthes 1995 : 725) est-il une condition émanant des attentes du<br />

lecteur et imposée à l’écrivain ? Ou est-ce, à l’inverse, l’écrivain qui donne la<br />

marche en produisant un texte qui se prête à une lecture rapide ? Le lecteur de textes<br />

érotiques se caractérise par la curiosité qui le propulse et le pousse à court-circuiter<br />

les passages ne relevant pas directement de la suite d’actions. C’est l’avidité de voir<br />

qui le motive.<br />

Dans le pacte de lecture qui lie le texte et le lecteur, ce dernier peut décider<br />

de transgresser la linéarité du texte. La propension du lecteur de textes érotiques à<br />

contrevenir au code de lecture tient à son avidité. Il lit vite et enjambe des passages<br />

entiers jusqu’à la prochaine scène salace, qu’il savoure plus lentement. En réalité, la<br />

vitesse de la lecture n’importe pas tant à l’écrivain que l’« asservissement<br />

temporaire du lecteur » et la tâche « de produire sur lui une impression physique,<br />

... car il paraît évident que lorsqu’on est engagé physiquement dans une lecture, on<br />

s’en détache plus difficilement » (Vian 1980 : 30, 31). La sensation qu’évoque Vian<br />

survient physiologiquement lorsque la glande médullosurrénale sécrète de<br />

l’adrénaline en réaction au stress, ou à l’état de tension, que provoque la lecture. Les<br />

romans à suspense sont consommés pour les doses d’adrénaline qu’ils entraînent le<br />

corps à secréter et dont les effets cardiaques et vasodilatateurs procurent une<br />

sensation stimulante, sinon plaisante. Il est légitime d’avancer une corrélation<br />

directe entre la prédisposition du lecteur à suspendre son incrédulité et l’attente de<br />

l’excitation.<br />

Un impératif de stimulation régit le récit érotique, et les stimuli se trouvent en<br />

grande partie dans la trame narrative. Le schéma narratif du texte érotique suit la<br />

séquence rencontre-séduction-coït, et la réussite des scènes sexuelles tient à la<br />

69


70<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

montée du désir. La tension sexuelle est certes garante d’un plaisir de lecture, mais<br />

celui-ci est porté au paroxysme de la jouissance par les scènes sexuelles. Or, la<br />

tension érotique s’arrête dès que le lecteur n’arrive pas à s’imaginer l’action, c’est-àdire<br />

à s’en construire une image. L’avidité du lecteur étant proportionnelle à son<br />

impatience, il abandonne le texte s’il se trouve déçu par l’interaction des corps<br />

engagés dans l’acte sexuel, soit par l’ambiguïté, soit par la banalité de celle-ci.<br />

ÉCRIRE UN TEXTE ÉROTIQUE<br />

C’est dans la perspective de traduire en connaissance de cause que nous<br />

présentons les conventions d’écriture qui prévalent sur le marché de la production<br />

littéraire érotique. Sur le marché très ciblé des revues pornographiques, par exemple,<br />

les auteurs observent les spécialités érotiques de la revue à laquelle ils soumettent<br />

leur texte. Dès lors, des contraintes visant le contenu s’imposent en fonction du<br />

lectorat cible ; les préférences sexuelles protéiformes se déclinent en catégories : la<br />

défloration (hétérosexuelle, gaie et saphique), la domination sadomasochiste, le<br />

fétichisme de jambes et de pieds, le couple exhibitionniste, la séduction de jeunes<br />

femmes et le coït hétérosexuel, gaie, saphique et transgenre. Dans le cas des romans,<br />

les auteurs ont certes une plus grande marge de manœuvre dans l’élaboration des<br />

fantasmes, mais ils tiennent aussi compte de facteurs tels l’orientation sexuelle, les<br />

prédilections et l’âge de leur lectorat cible. Nous en voulons pour preuve les romans<br />

érotiques de James Lear, dans lesquels il dit doser la jouissance à hauteur de deux<br />

orgasmes par chapitre pour les lecteurs plus jeunes et d’un pour les plus de quarante<br />

ans (Smith 2008).<br />

Il ne sera pas question, dans le cadre du présent article, de mener une analyse<br />

de la narrativité telle que des sémioticiens l’ont fait pour le folklore, le mythe et le<br />

théâtre. Nous nous attacherons plutôt à inventorier les principaux opérateurs<br />

narratifs qui régissent le récit érotique selon les prescriptions des pornographes et les<br />

phénomènes que nous avons observés dans un corpus de nouvelles tirées du<br />

recueil X : The Erotic Treasury, paru aux États-Unis en 2008. Ces opérateurs se<br />

posent comme autant d’impératifs d’écriture, que nous synthétisons en<br />

trois vecteurs : la clarté, la réalité et l’inventivité. Ensemble, ils accomplissent la<br />

pragmatique érotique, car ils lèvent tout risque d’hésitation, de doute et d’ennui. Ils<br />

garantissent la progression fluide du lecteur et son attention soutenue en vue de<br />

l’amener à un état de tension culminante. Nous illustrerons certaines conventions<br />

d’écriture à l’aide de passages puisés à même le corpus étudié.<br />

IMPÉRATIF DE CLARTÉ<br />

La mise en tension du lecteur s’opère par l’élimination des ralentisseurs qui<br />

nuisent à la constitution du film de l’action des protagonistes. Une incongruité dans<br />

la chorégraphie des séquences sexuelles affaiblit la force tensive de la narration. Par<br />

conséquent, un impératif de clarté incombe à l’écrivain, mais la clarté ne doit<br />

toutefois pas être confondue avec le réalisme. Les deux passages qui suivent<br />

illustrent bien ce qu’il est entendu par précision narrative, mais leur degré de<br />

réalisme les place aux antipodes d’une échelle métaphorique :<br />

Extrait 1<br />

Zapata roula méthodiquement sa langue dans sa bouche, puis envoya deux<br />

crachats lourds, visqueux et blanchâtres, vers l’œil plissé qui le narguait en<br />

silence ; ensuite, il passa ses mains sous les hanches du Danois, et l’attira


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

doucement vers lui, en se laissant guider par le sens tactile des deux borgnes, qui<br />

se cherchaient avidement dans la chaude nuit primitive. Sentant que le dard était<br />

la seule partie vivante et frémissante du corps de son amant, coulé comme une<br />

statue de bronze au portail de son corps, le Danois comprit que c’était à lui de<br />

prendre l’initiative. Reculant alors légèrement sa croupe, les fesses toujours<br />

écartées par les mains, il se mit à onduler doucement, savamment, jusqu’à ce que<br />

l’orifice son stigmate vînt à coïncider, à s’ajuster parfaitement à la tête<br />

ophidienne. (Leftah 2006 : 29)<br />

Extrait 2<br />

Le dégoût au bord du cœur mais en même temps plein d’une infâme curiosité,<br />

Bertrand prit la position qu’il avait fait adopter tant de fois à sœur. En le voyant<br />

creuser les reins pour bien ouvrir les fesses, Ernest secoua la tête, un peu<br />

dépassé. L’étoile brune s’écarquillait au-dessus des mignonnes couilles à peine<br />

emplumées qui ressemblaient à deux oiselets.<br />

Il posa son gland mouillé de salive au centre de la rondelle bistre et, le tenant<br />

d’une main, bien raide, il attira Bertrand en lui plaquant l’autre paume sous le<br />

ventre. Le charmant hoqueta de surprise quand ça commença à pénétrer<br />

(Esparbec 2003 : 220).<br />

Il est question de sodomie dans les deux scènes, mais les procédés utilisés,<br />

variant de la métaphore vive à la catachrèse, diffèrent en ce qui a trait au lexique<br />

génital, dont les occurrences figurent en caractères gras. En fait, le vocabulaire<br />

érotique s’acquiert, à l’instar de tout autre nomenclature technique, et sa maîtrise<br />

s’impose d’autant plus que, en ce qui concerne le lexique génital, le recours trop<br />

fréquent au registre physiologique devient lassant pour le lecteur, les auteurs<br />

s’entendent-ils à dire. De surcroît, il peut même être contre-productif, évoquant un<br />

discours clinique qui éteint le désir. Le premier extrait se distingue du deuxième par<br />

le travail sur la lettre, dont témoignent le foisonnement d’adverbes et la recherche de<br />

métaphores vives, telles que « la tête ophidienne », le « stigmate » et « le borgne »,<br />

terme dont Leftah précise qu’on l’utilise indifféremment « pour le pénis et l’anus.<br />

Mais pour ce dernier, qui est féminin en langue numide, on dit : la borgne » (2006 :<br />

29). Quant au deuxième extrait, il recourt à des figures assez courantes, dont la<br />

catachrèse « gland » est une manifestation extrême. Si le deuxième extrait semble<br />

lexicalement moins recherché, on y constate néanmoins un travail de synonymie.<br />

Outre la précision lexicale, le schéma narratif est essentiel à la construction<br />

des images. La clarté impose à la narration des scènes sexuelles une structure sujetverbe-complément<br />

répétitive, mais rythmée, qui se caractérise par les tours de rôle<br />

des personnages. Deux schémas prédominent : à trois agents (il/elle + il/elle + partie<br />

du corps), comme dans l’extrait 3 qui suit, et à deux agents (il/elle + il/elle), comme<br />

dans l’extrait 4. Les passages sont tirés d’une même scène, où Greta et Jimmy se<br />

rejoignent aux toilettes d’un restaurant :<br />

Extrait 3<br />

Jimmy looks up for a moment. He almost doesn’t recognize himself in the mirror.<br />

His face is flushed, a sheen of sweat covering his forehead and upper lip. His<br />

eyes are flashing, nostrils flaring. Greta tugs his tie again, and Jimmy takes her<br />

small breasts into his slender hands, enjoying the weight of them as his fingers<br />

follow her curves, squeezing softly. He pulls each of Greta’s nipples into his<br />

mouth, suckling them. The textures of her body against his tongue send shivers<br />

down his spine, and thighs. Greta presses her nails into his shoulders. Jimmy<br />

starts to nibble her nipples with his teeth. He persists until Greta is moaning and<br />

71


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

grinding against the hollow sink beneath her. Jimmy rests his nose against<br />

Greta’s breastbone. She smells different now (Gay 2008 : 16).<br />

Extrait 4<br />

He doesn’t bother removing her skirt. He knows how broads like it when they’re<br />

being fucked in bathrooms. She instinctively raises her ass as he shoves her skirt<br />

up around her waist. He can hardly control himself as he slides her panties, a<br />

purple, silky thong—the kind a broad wears—down her legs, leaves them<br />

dangling from one ankle. Greta takes hold of one of Jimmy’s hands, and one by<br />

one, pulls his long fingers into her mouth to the third knuckle, lathing them with<br />

her tongue, grazing them with her teeth. She makes loud, sloppy sounds that<br />

remind him of her kisses(Gay 2008 : 16).<br />

La structure syntaxique qui ordonne les tours de rôles pèche sans doute par<br />

manque de variété syntaxique, du fait qu’il n’y a pas d’inversions. En revanche, elle<br />

offre l’avantage de la clarté. Un rythme s’installe au profit d’une hyperlisibilité,<br />

laquelle est étroitement liée à l’efficacité des adjectifs possessifs à la troisième<br />

personne (his/her). Ceux-ci présentent une difficulté en traduction, car, en français,<br />

ils s’accordent avec la chose possédée et non avec le genre du possesseur. L’adjectif<br />

possessif devient ambigu lorsque les parties du corps sont communes aux deux<br />

personnages, tel que dans la phrase tirée de l’extrait 3 : « The textures of her body<br />

against his tongue send shivers down his spine, and thighs ». Il n’y a dans cet<br />

exemple, si on le traduit littéralement en français, aucun trait sémantique ni marque<br />

distributionnelle qui indiquent au lecteur qui fait quoi, car les deux personnages sont<br />

également dotés d’une langue, d’une échine et de cuisses : « Les textures de son<br />

corps contre sa langue font courir un frisson le long de son échine et de ses<br />

cuisses. »Toutefois, le contexte lève l’ambiguïté, puisque nous savons que c’est la<br />

bouche de Jimmy qui parcourt le corps de Greta. Il ne fait donc aucun doute que ce<br />

sont les textures de son corps à elle qui font courir un frisson le long de son dos et de<br />

ses cuisses à lui. Par contre, les explicitations« à lui » et « à elle » sont à éviter, car<br />

elles encombrent et ralentissent le tapis roulant de l’action(Boulanger 2008). Dans<br />

les cas extrême, tel que dans le récit homoérotique ou saphique, le traducteur n’a<br />

d’autre choix que de réactiver les prénoms des personnages à chaque tour de rôle et<br />

de varier les épithètes qui les caractérisent. Et alors, ce qui sera perdu en fluidité sera<br />

gagné en clarté. Qu’il s’applique au régime lexical ou qu’il commande la syntaxe,<br />

l’impératif de clarté contribue à créer un effet de réel, autre gage de réussite du récit<br />

érotique.<br />

IMPÉRATIF DE RÉALITÉ<br />

Le lecteur de littérature érotique se doute bien que des relations sexuelles<br />

fortuites et enlevées sont loin d’être choses courantes dans notre monde<br />

productiviste. Et c’est cette réalité qui pousse le lecteur à la fiction érotique. Mais les<br />

gestes, les situations et les lieux doivent être plausibles selon les normes du monde<br />

fantasmé du lecteur (Terrega 2001 : 49, 63). La fiction doit sembler vraie pour que<br />

le lecteur y croie.<br />

Le récit érotique se caractérise par une trame narrative entrecoupée de<br />

descriptions qui ont pour fonction d’ancrer l’action dans un contexte concret, c’està-dire<br />

de créer un effet de réel, un sentiment de véracité, nécessaire afin que le<br />

lecteur arrive à se projeter l’action et à se projeter dans l’action. Les détails qui<br />

créent l’effet de réel correspondraient presque à ce que Barthes nomme les<br />

72


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

« notations insignifiantes », parce que soustraites à la structure signifiante du récit<br />

(Barthes, 1968), mais, loin d’être insignifiants, ils participent à l’accomplissent<br />

d’une action essentielle : mettre le lecteur en tension. Le sentiment de véracité est<br />

créé par le recours fréquent à l’hypotypose, laquelle produit une description réaliste<br />

et frappante, de sorte que le lecteur ait l’impression de la vivre au moment de la lire.<br />

L’objet est si clairement décrit que l’on croit le voir (ou le sentir, le toucher, le<br />

goûter, l’entendre). Cette figure de rhétorique microstructurale, qui prend la forme<br />

d'une énumération de détails concrets, sert à frapper l'imagination (Molinié 2009 :<br />

168). Dans le texte érotique, l’hypotypose concorde avec la description de<br />

l’interaction sexuelle, qui se traite comme un passage technique lors de sa mise en<br />

mots. Voici un exemple d’hypotypose dans une scène où deux joueuses de tennis<br />

rivales, Mariana et Anna, s’« affrontent » dans le vestiaire, selon le point de vue<br />

d’Anna :<br />

Extrait 5<br />

As a thirsty pet rodent taking a drink from a water bottle moves the metal ball<br />

with its tongue to release the moisture behind it, so I lapped at Mariana’s wet<br />

cunt ...<br />

My lips found her hooded clit and I placed it between my teeth like a champagne<br />

grape. I sucked her clit, gently flicking my pink tongue in a horseshoe-shaped<br />

swish around the hood, then back again ...(Conrick2008 : 88).<br />

L’évocation du rongeur s’abreuvant au biberon à bille dans cette scène de<br />

cunnilingus a de quoi surprendre le lecteur, dont l’imagination se trouve néanmoins<br />

complètement prise en charge par le détail de la description, qui qualifiera jusqu’à la<br />

couleur de la langue. De surcroît, les indications visant les mouvements linguaux<br />

sont d’une technicité que la moindre tentative de traduction a tôt fait de révéler.<br />

C’est en fait ce souci maniaque du détail qui octroie au pornographe ses lettres de<br />

noblesse (Terrega 2001 : 78). Aussi la réalité doit-elle passer par l’évocation des<br />

quatre sécrétions (salive, sueur, sperme, cyprine), suivant l’adage « sex is sticky »<br />

(Almond 2003). Par contre, la consigne unanime recommande la perspective<br />

intimiste pour éviter la représentation mécanique : il faut décrire non pas ce que la<br />

chose fait, mais ce qu’elle « me » et « lui » fait. Si l’intimité narrative consiste<br />

également à livrer les secrets du corps nu, ceux-ci gagnent à être singuliers, voire<br />

drôles, afin de rendre les personnages attachants (Almond 2003).<br />

La réalité du récit est également produite par la voix narrative. Le discours à<br />

la première personne, en captant d’emblée l’attention du lecteur, exploite la fonction<br />

appellative du langage, qui vise à provoquer une réaction chez le lecteur. C’est en<br />

fait le lectorat cible qui dicte le point de vue. Par exemple, certaines revues destinées<br />

à un lectorat homosexuel exigent des histoires narrées à la première personne par un<br />

homme qui relate sa défloration, la « première expérience » étant toujours<br />

mémorable. Quant aux nouvelles du recueil X : The EroticTreasury, elles sont pour<br />

la plupart narrées au « je ». Quelques-unes sont racontées à la troisième personne<br />

par un narrateur omniscient, point de vue qui comble le lecteur-voyeur. La<br />

perspective intimiste offre des descriptions sensorielles qui contribuent plus<br />

efficacement à propulser l’action que les dialogues, car elle répond à la pulsion<br />

scopique du lecteur, à sa volonté de voir, qui le pousse à lire. Quoiqu’elles se fassent<br />

plus rares, il existe des histoires où la deuxième personne assume la voix narrative,<br />

qui interpelle un public plus jeune, comme dans les histoires-jeux dont vous êtes le<br />

73


74<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

héros. L’extrait suivant illustre le ton confiant de la voix « toi, le lecteur », qui<br />

s’enhardit jusqu’à la truculence :<br />

Extrait 6<br />

Then there’s the time she asks you to come on her face. She’s shy about it at first,<br />

mumbling into your shoulder about a fantasy she’s had for a long time, but she’ll<br />

understand if you don’t want to try it.<br />

Of course, you do (George Storey 2008 : 20).<br />

Tant dans la trame narrative que dans les dialogues, la voix soulève la<br />

question du sociolecte ; le personnage doit emprunter un registre qui lui correspond<br />

afin d’être convaincant. Les extraits anglais précédemment cités comportent des<br />

termes soit vulgaires ou familiers (fuck et come), soit tirés du slang (ass, broad,<br />

backdoor, cunt et clit). Au nombre des activités qui occupent l’être humain depuis<br />

des générations, il y a le sexe, mais aussi, et peut-être plus encore, parler de sexe.<br />

Les auteurs du dictionnaire Sex Slang s’entendent à dire que « we are hard-wired<br />

for a linguistic resourcefulness that always matches, and usually surpasses, our<br />

physical and sexual invention » (Dalzell et Victor2007: vii). Par cette surenchère<br />

narrative, le discours sexuel infiniment renouvelé génère une pléthore de termes tout<br />

aussi originaux que choquants. À vouloir les analyser selon la seule grille des<br />

niveaux de langue, nous nous tromperions sur les mots du slang. Bien plus que des<br />

marques de vulgarité, ces mots permettent non seulement de contourner le registre<br />

clinique, mais aussi d’établir une complicité avec le lecteur. D’une perspective<br />

sociolinguistique, le slang, comme tout parler, constitue une caractéristique<br />

extrinsèque de la langue que le locuteur adapte à ses besoins sociaux, en<br />

l’occurrence installer un lien entre les membres d’un groupe. Par son acte de lecture,<br />

le lecteur est complice de l’impertinence et de l’irrévérence que le slang démontre à<br />

l’égard des valeurs de la culture dominante (Adams 2009 : 48). Car le sexe et la<br />

lecture et pire encore, la lecture du sexe sont de véritables actes de résistance,<br />

dérobant le corps et le cortex « au temps utilitariste auquel nous supplient de<br />

souscrire nos sociétés de contrôle, autrement plus perverses que l’obsédé textuel »<br />

(Di Folco 2009 : 11).<br />

Quant aux difficultés d’ordre sociolectal que présente la traduction du slang,<br />

celles-ci soulèvent l’incontournable question du destinataire du texte : traduit-on<br />

pour un lectorat franco-québécois ou franco-français ? La question des choix<br />

lexicaux en ce qui concerne le vocabulaire sexuel du registre familier se trouve<br />

étroitement liée aux enjeux pragmatiques de la traduction érotique, mais elle dépasse<br />

les limites de la présente étude.<br />

IMPÉRATIF D’INVENTIVITÉ<br />

La mission de l’auteur érotique consiste à déjouer la banalité, car rien n’est<br />

plus répétitif que le sexe, cette pratique vieille comme le monde. Les meilleurs<br />

antidotes contre la monotonie et l’ennui sont l’inventivité et l’humour, lesquels<br />

relèvent en grande partie de la description des personnages et des scènes sexuelles.<br />

En introduction au recueil de nouvelles qu’elle a dirigé, Susie Bright résume les<br />

critères qui ont présidé à la sélection des textes : « They made me laugh, they<br />

aroused me, they twisted my mind and my sheets before I could protest » (2009 : 9).<br />

Parce que l’issue sexuelle du récit érotique est toujours connue d’avance, l’impératif<br />

d’inventivité pèse encore plus sur l’auteur. Aussi le renouvellement de l’intérêt du<br />

lecteur s’opère-t-il par l’invention de lieux, de situations et de motivations


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

humaines, dont la combinaison génère des scénarii en nombre quasi infini. Comme<br />

l’ordre des verbes dans le propos de Bright l’indique, l’humour occupe une place<br />

prépondérante. Vital, « l’humour est au récit érotique ce que le levain est au pain :<br />

sans lui, rien ne lève » (notre trad. de Smith 2008).Il peut s’agir d’humour subversif,<br />

comme l’illustre le passage suivant :<br />

Extrait 7<br />

You’ve gone in the back door before, but never like this, so carefully, like it was a<br />

sacrament. You pour out more lube. You anoint her with it and she opens little by<br />

little (George Storey2008 : 23).<br />

Le rapprochement entre le rite sacré et le coït anal procède d’une démarche<br />

subversive qui n’est pas sans rappeler l’attitude libertine des récits sadiens, à la<br />

différence du registre familier dont relèvent les termes backdoor et lube. L’onction<br />

des « saintes huiles » pour l’administration du sacrement à l’héroïne, qui a les deux<br />

mains sur le comptoir de la cuisine et le jeans aux chevilles, ne manque pas d’audace<br />

à l’égard de l’institution religieuse, que le ton soit sincère ou moqueur. Au<br />

demeurant, sexualité et religion forment un couple conceptuel pérenne, tel que<br />

l’affirme le prolifique pornographe Esparbec : « comme nous vivons dans une<br />

culture judéo-chrétienne, la HONTE est mon fonds de commerce. La honte, en tant<br />

que zone d’ombre, est souvent utilisée dans mes romans comme un élément<br />

nécessaire au PLAISIR SEXUEL » (2002 : 276-277).L’humour peut également<br />

passer par le jeu de mots, démonstration insigne d’inventivité, tel que le donne à lire<br />

l’amorce d’une nouvelle très brève :<br />

Extrait 8<br />

ELENA SAT AT THE BAR. She so rarely drank these days that after just one martini,<br />

she could feel the effects. The way it made her feel bigger than god. The way it<br />

took the edge off, loosening her tension and sharpening her sensations so that her<br />

whole being was ripe and extended in sensuous tentacles, like a cross between a<br />

mango and an octopus. Mangopuss.Or Mangopussy. There, she felt them, the lips<br />

of her mangopussy, large and puffy in her mind’s sensometer. And then the image<br />

of her labia, puffy and pink and engorged, expanded through every cell, pore, and<br />

vein of her mindbody, with all the worker bees of her consciousness focused<br />

diligently on the task. One big Labia Majora Fest, bigger even than the monthly<br />

ovulation brouhaha. “Labia majora,” she thought, now that sounds like and<br />

exotic cocktail (Hara2008 : 219).<br />

Recours moins fréquents, les inventions lexicales (mangopuss, mangopussy,<br />

mindbody) et le détournement comique du registre médical (LabiaMajoraFest), ne<br />

visent pas tant à exciter le lecteur qu’à le préserver de l’ennui. Mais l’inventivité ne<br />

se manifeste pas exclusivement dans la dimension spectaculaire du texte, tel que les<br />

néologismes de l’extrait 8 en témoignent ; la chasse à l’ennui se poursuit également<br />

dans la syntaxe et le lexique. Si les scènes sexuelles permettent la répétition des<br />

structures syntaxiques au profit de la clarté, comme nous l’avons démontré plus<br />

haut, il est néanmoins recommandé de varier l’amorce des phrases ainsi que leur<br />

longueur (Terrega 2001 : 51). Par conséquent, l’écrivain évite la répétition de mots<br />

et s’efforce de ne pas systématiquement nommer les parties génitales (Almond<br />

2003), car à trop montrer la chose, on ne la voit plus.<br />

Si « les traducteurs ont des pudeurs que les auteurs ne connaissent pas »<br />

(Kiefé 2009 : 126), c’est peut-être parce qu’ils pressentent l’inquiétante force des<br />

mots. C’est pourtant cette force qu’il faut rendre lorsqu’il s’agit de traduire un texte<br />

de jouissances. Car il n’est pas simplement question de traduire les mots, mais plutôt<br />

75


76<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

la manière d’être des mots dans le langage, que soit envisagés « [...] une recette de<br />

bouillon en poudre, un article de physique nucléaire, un poème, un roman »<br />

(Meschonnic 1999 : 82) ou un texte érotique. Le traducteur se rend compte dans<br />

chacune de ces situations d’écriture qu’il y a une efficacité des moyens.<br />

La pragmatique du récit érotique procède de trois impératifs d’écriture : la<br />

clarté, la réalité et l’inventivité. Ainsi, le traducteur soucieux de produire un effet sur<br />

son lecteur s’astreindra à reproduire la netteté des images, la répétition syntaxique<br />

rythmée dans les scènes à haute intensité sexuelle, la technicité des actions, le ton<br />

irrévérencieux et complice du slang ainsi que l’humour. Sans douter du fait que faire<br />

jouir, comme faire rire, sollicite des codes culturels propres à chaque langue-culture,<br />

nous proposons que le traducteur se prévale d’emblée des moyens déployés par les<br />

pornographes pour réaliser la visée jouissive du texte.<br />

BOULANGER Pier-Pascale<br />

Université Concordia, Montréal<br />

pierpascale.boulanger@concordia.ca<br />

Bibliographie<br />

ADAMS M., Slang. The people’s poetry, New York : Oxford University Press, 2009.<br />

ALMOND S. "Writing Sex",<br />

www.bostonphoenix.com/boston/news_features/out_there/documents/02844055.htm (Consulté<br />

le 30/12/10).<br />

AUSTIN J. L., How to do things with words, Cambridge : Harvard UniversityPress, 1962.<br />

ATKINS J., Le sexe dans la littérature, trad. par F. et T. Cartano, Paris : Éditions<br />

Buchet/Chastel, 1975.<br />

BARTHES R., Le bruissement de la langue, Paris : Éditions du Seuil, 1968.<br />

BARTHES, R., Barthes : Œuvres complètes. Tome III (1974-1980), Paris : Éditions du Seuil,<br />

1995.<br />

BOULANGER P.-P., "Sa langue se glissa dans sa bouche", Palimpsestes XXI, 2008.<br />

COLERIDGE S. T., Biographia literaria, New York/Boston : Leavitt, Lord & Co./Crocker &<br />

Brewster, 1834 [1817].<br />

DALZELL T. et VICTOR, T., Sex slang, Londres/New York : Routledge, 2007.<br />

DELEUZE G., Présentation de Sacher-Masoch,Paris : Éditions de Minuit, 1967.<br />

DI FOLCO Ph., Le goût du sexe, Paris : Mercure de France, coll. "Le petit mercure", 2009.<br />

ESPARBEC, La pharmacienne, Paris : La Musardine, 2003 2002.<br />

ISER W., L’acte de lecture : théorie de l’effet, Bruxelles : Pierre Madarga Éditeur, 1985.<br />

KIEFÉ L. et RITTE, J., "Le texte érotique en traduction française", Actes des vingt-sixièmes<br />

assises de la traduction littéraire, Arles : Actes Sud, 2009.<br />

LEFTAH M., Demoiselles de Numidie,Paris : La Différence/Minos, 2006 [1992].<br />

MESCHONNIC. H., Poétique du traduire, Paris : Verdier, 1999.<br />

MOLINIÉ G., Dictionnaire de rhétorique, Paris : Le Livre de Poche,2009.<br />

PAUVERT J.-J., Anthologie historique des lectures érotiques. De Félix Gouin à Emmanuelle,<br />

Paris : Ramsay/Jean-Jacques Pauvert Éditeur, 1980.<br />

PLASSARD F., Lire pour traduire, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2007.<br />

SEARLE J. R., Speech acts, Londres : Cambridge University Press, 1969.<br />

SMITH R., Dirty, sexy money :<br />

www.independent.co.uk/arts-entertainment/books/features/dirty-sexy-money-the-writerrupert-smith-on-his-lucrative-pornlit-sideline-801572.html<br />

(Consulté le 30/12/10).<br />

STEIN S., Stein on Writing, New York : St. Martin’s Griffin, 1995.<br />

TERREGA, K., It’s a Dirty Job: Writing Porn for Fun and Profit, LaVergne (Tennessee) :<br />

Booklocker.com Inc., 2001.<br />

VIAN, B., Écrits pornographiques, Paris : Christian Bourgeois Éditeur, 1980.


LA PRAGMATIQUE DU TEXTE ÉROTIQUE<br />

Bibliographie du corpus étudié<br />

CONRICK, E., "Backhand", X: The erotic treasury, S. Bright (dir.),San Francisco : Chronicle<br />

Books, 2008.<br />

GAY, R., "Broads", X: The erotic treasury, S. Bright (dir.),San Francisco : Chronicle Books,<br />

2008.<br />

GEORGE STOREY, D., "Yes", X: The erotic treasury, S. Bright (dir.),San Francisco :<br />

Chronicle Books, 2008.<br />

HARA, S., "Puffy Lips", X: The erotic treasury, S. Bright (dir.),San Francisco : Chronicle<br />

Books,2008.<br />

77


TRADUIRE ASTÉRIX EN ALLEMAND :<br />

TRANSPOSER OU INTERPRÉTER ?<br />

La bande dessinée est de plus en plus utilisée comme outil pédagogique,<br />

servant de support à des activités orales ou écrites, surtout dans les classes de<br />

français « langue étrangère ». Parmi les activités d’observation les plus stimulantes<br />

permises par la bande dessinée, la traduction occupe une place privilégiée,<br />

notamment lorsqu’on a affaire à une œuvre comme Astérix, diffusée en de<br />

nombreuses langues dans le monde entier. Après diverses remarques théoriques sur<br />

la traduction, nous nous proposons d’analyser concrètement quelques-uns de ses<br />

champs d’application à la bande dessinée. Pour cela, nous nous appuierons sur les<br />

versions française et allemande d’Astérix aux Jeux olympiques et, très<br />

secondairement, d’Astérix chez les Helvètes.<br />

PERSPECTIVES THÉORIQUES<br />

À première vue, traduire serait un exercice simple, pourvu qu’on maîtrise les<br />

langues concernées. C’est l’impression que donnent certaines définitions, comme<br />

celle de Ladmiral (1994 : 35) : « La traduction fait passer un message d’une langue<br />

de départ (LD) dans une langue d’arrivée (LA) » ; ou celle du Petit Robert :<br />

« Traduction : Texte donnant dans une autre langue l’équivalent du texte original<br />

qu’on traduit ». Cependant, ainsi que le reconnaissent tous les traducteurs, une telle<br />

simplicité n’est qu’un leurre dû à l’ambiguïté de formulations comme « faire passer<br />

un message dans une autre langue » ou « donner l’équivalent ».<br />

La traduction et ses problèmes<br />

Les difficultés inhérentes à la traduction tiennent à au moins trois aspects de<br />

cette activité qui dépasse la seule transcription intercodique. Sur le plan sémanticoréférentiel,<br />

on sait que chaque langue catégorise les notions selon une structure qui<br />

lui est propre. Sans parler des dizaines de mots pour désigner la neige chez les<br />

Esquimaux, on peut remarquer que le terme « langue » est davantage polysémique<br />

en français qu’en allemand qui distingue par exemple l’organe (die Zunge) du<br />

système de communication (die Sprache). De la sorte, toute perspective de<br />

correspondance bi-univoque entre les langues est illusoire. Par ailleurs, sur le plan<br />

pragmatique, la traduction déborde la conversion strictement informative du textesource,<br />

en ce qu’elle est aussi conditionnée par son contexte. En particulier, comme<br />

le note Stolze (2001), traduire suppose avoir compris les intentions de l’auteur en<br />

amont et avoir perçu en aval la portée du texte auprès de son public-cible. Dans cette<br />

optique, Cary (1986 : 112) fait observer que « pour traduire un poète, il faut non<br />

79


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

seulement se nourrir de sa pensée, mais encore le lire en phase avec son lectorat<br />

premier ». Cela vaut aussi pour une bande dessinée comme Astérix qui, traduite du<br />

français en allemand, change complètement ses repères communicationnels. Enfin,<br />

comme l’ont bien vu Mounin (1963) ou Eco (2003), la traduction comporte une<br />

forte composante ethnographique, en ce qu’il lui faut intégrer les données<br />

culturelles, parfois très différentes, des publics-sources et des publics-cibles. Dans<br />

ce sens, toute traduction oscille entre deux difficultés. Si elle conserve trop les<br />

représentations culturelles du public premier, elle risque de manquer son impact<br />

auprès du public second. Si au contraire elle adapte trop le texte initial selon les<br />

« culturèmes » (dans l’acception d’Abastado 1980) du public second, elle court le<br />

danger de perdre l’esprit de ce texte à l’arrivée. Face à ce dilemme, Zimmer (1997)<br />

prône une solution radicale. D’après lui, on doit traduire seulement le matériau<br />

linguistique sans toucher aux faits culturels qu’il convient alors d’expliquer au<br />

public second par des annotations en bas de page.<br />

Par delà ces difficultés générales, la traduction d’une bande dessinée comme<br />

Astérix, texte pluricodique, pose plusieurs problèmes spécifiques. Ces derniers ont<br />

du reste été mentionnés par Gudrun Penndorf, la traductrice d’Astérix en allemand,<br />

dans un article de 2001 et lors d’une interview pour le magazine Écoute en 2005.<br />

D’abord, la dimension iconique d’Astérix crée des contraintes préliminaires. Ainsi, il<br />

est impossible de modifier la place et la grosseur des bulles. Cela oblige à garder un<br />

texte d’une longueur à peu près identique quand on passe du français à l’allemand,<br />

ce qui n’est pas toujours évident à faire. De même, selon Penndorf, quand on traduit<br />

Astérix, il est malaisé de conserver la même relation intersémiotique entre le texte et<br />

l’image, tant la moindre nuance introduite par la traduction peut susciter une<br />

réinterprétation des composantes iconiques. À cela s’ajoute le rendu délicat des<br />

anachronismes intrinsèques à Astérix, comme l’injection d’allusions socioculturelles<br />

ou politiques modernes dans la Gaule antique. De surcroît, Penndorf souligne toutes<br />

les difficultés proprement linguistiques auxquelles elle a été confrontée dans son<br />

travail de traduction au niveau des zones sensibles d’Astérix : onomatopées, jeux de<br />

mots, gallicismes… Nous aurons l’occasion de revenir sur ces problèmes que<br />

Penndorf a tenté de résoudre en professionnelle 1 , même si le résultat n’est pas<br />

toujours satisfaisant.<br />

La traduction comme modulation fonctionnelle<br />

Confrontés aux problèmes précédents, nous pouvons passer en revue<br />

quelques théories de la traduction pour voir les solutions qu’elles nous proposent.<br />

Signalons en premier lieu trois théories binaires qui s’avèrent en fait trop simples.<br />

Ainsi, Delisle (1993 : 48) estime que la traduction s’effectue sur deux plans, « celui<br />

de la langue et celui de la parole, c’est-à-dire au niveau de la signification et à celui<br />

du sens ». Quant à Lederer (1994 : 82-86), elle identifie deux types de traduction :<br />

– d’un côté, la « traduction linguistique » qui cherche à établir des<br />

correspondances lexicales et syntaxiques entre la langue-source et la langue-cible. Si<br />

1 Penndorf est en effet professeure de français à l’Institut des langues et d’interprétariat de l’Université de<br />

Munich.<br />

80


TRADUIRE ASTÉRIX EN ALLEMAND : TRANSPOSER OU INTERPRÉTER ?<br />

ce type de traduction convient aux phrases brèves et aux termes monoréférentiels<br />

qui sont peu nombreux, il apparaît inopérant avec des textes pris en entier.<br />

– d’un autre côté, Lederer distingue la « traduction interprétative » qui vise à<br />

transférer un contenu sémantique analogue entre les deux langues concernées. Selon<br />

Lederer, ce type de traduction est caractérisé « par un grand nombre d’omissions et<br />

d’ajouts, ainsi que par de nombreux réagencements dans l’ordre des idées ». Et<br />

Lederer d’ajouter : « Si le traducteur peut exercer sa liberté par rapport aux mots,<br />

[…] il ne dispose pas de cette liberté par rapport au sens. »<br />

Pour sa part, Koller (2005) propose une dichotomie assez proche avec ses<br />

conceptions d’« équivalence dénotative » et d’« équivalence connotative » sur<br />

lesquelles il n’est guère utile d’insister.<br />

Les théories modulaires de la traduction sont davantage productives, du<br />

moment qu’elles l’envisagent comme un continuum de procédures auxquelles le<br />

traducteur est libre de recourir suivant les contraintes du texte-source. Parmi ces<br />

théories modulaires, celle de Vinay et de Darbelnet (1977) est l’une des plus<br />

anciennes, mais elle reste d’actualité, avec ses gradations conduisant d’une<br />

traduction directe à une traduction oblique. Gradations qui s’articulent sur plusieurs<br />

procédés : l’emprunt, le calque, le mot-à-mot, la transposition sémantique ou la<br />

variation conceptuelle.<br />

Dans notre article sur la traduction publicitaire (Bonhomme & Rinn 1997),<br />

nous nous situions dans une perspective similaire, en promouvant une typologie<br />

fonctionnelle de la traduction. Celle-ci repose sur le critère fondamental de sa<br />

pertinence contextuelle et interactive, selon l’univers discursif sous-tendant le texte<br />

traduit, les points de vue adoptés par le traducteur et l’image qu’il se fait de ses<br />

lecteurs. Dans cette optique, une telle approche fonctionnelle conduit le traducteur à<br />

recourir à des stratégies plurielles au cas par cas. Celles-ci alternent entre la<br />

traduction dite « littérale » (qui ne l’est jamais en réalité), la transposition<br />

homologique 1 , la transformation énonciative 2 et l’interprétation ouverte, de façon à<br />

s’adapter aux idéologèmes et aux culturèmes du public visé.<br />

Cette modulation fonctionnelle est clairement illustrée avec la traduction des<br />

principaux noms propres d’Astérix. Ainsi, on constate que les noms des deux héros,<br />

Astérix et Obélix, ne sont jamais traduits. Cela préserve leur lisibilité qui constitue<br />

la marque de fabrique de la bande dessinée de Goscinny et Uderzo à une échelle<br />

internationale. Dans ce cas, la conformité au texte-source prévaut sur l’adaptation.<br />

Par contre, plus les personnages sont secondaires, plus ils sont susceptibles de<br />

s’adapter au matériau linguistique des langues-cibles et à la sensibilité des publics<br />

visés. Cette adaptation conduit les traducteurs à sélectionner dans les personnages<br />

dénommés diverses facettes compatibles avec leur univers fictionnel. Entre autres,<br />

du fait que la locution soutenue « âge canonique » à la base d’Agecanonix est<br />

difficilement exportable hors du français, les traducteurs ont opté pour des<br />

réinterprétations plus typiques aux yeux de leurs lectorats. Ces dernières s’effectuent<br />

suivant une orientation tour à tour biblique (Matusalemix en italien 3 ), mythologique<br />

1 Dans ce cas, le sens global est préservé par delà les variations linguistiques effectuées.<br />

2 Celle-ci consiste à modifier les repères déictiques et les dispositifs temporels en fonction du système de<br />

la nouvelle langue.<br />

3 Ce nom propre est formé sur Mathusalem qui aurait vécu 969 ans d’après la Genèse.<br />

81


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

(Nestorix en néerlandais 1 ), physiologique (Arthritix en anglo-américain) ou<br />

psychologique (Senilix en danois). De même, les traductions d’Assurancetourix ont<br />

donné lieu à sa réanalyse tantôt professionnelle (Troubadix en suédois), tantôt<br />

descriptive (Kakofoniks en turc). Pour ce qui est d’Abraracourcix, sa traduction<br />

anglo-américaine (Macroeconomik) est très intéressante, en ce qu’elle montre où se<br />

situe la puissance dans l’univers idéologique américain.<br />

POINTS SENSIBLES D’ASTÉRIX CONFRONTÉS À LA TRADUCTION<br />

Après ces considérations générales, nous allons focaliser notre attention sur<br />

la traduction de divers points sensibles d’Astérix aux Jeux olympiques par Penndorf.<br />

Le lettrage<br />

Dans la bande dessinée, texte à lire et à voir – ou iconotexte 2 , la traduction ne<br />

concerne pas seulement le signifié, mais elle affecte également le signifiant<br />

graphique. Dans l’ensemble, en passant du français à l’allemand, les caractères<br />

manucrits d’Astérix subissent une conversion dactylographique, conformément aux<br />

conventions de la bande dessinée en Allemagne. Une telle conversion n’a guère de<br />

conséquences par rapport à la version initiale, sauf qu’elle peut connoter un plus<br />

grand formalisme et davantage de distance.<br />

Cependant, la traduction allemande d’Astérix introduit souvent des<br />

différences graphiques plus significatives. Ainsi, dans une vignette originale (39-3)<br />

d’Astérix aux Jeux olympiques, deux bulles montrent la foule acclamant ses héros<br />

gaulois : « GAULE ! GAULE ! GAULE ! // AS-TÉ-RIX ! AS-TÉ-RIX ! ». Ces<br />

bulles présentent une même grosseur dans le lettrage, ce qui indique une constance<br />

de l’intensité mélodique, mais elles font aussi voir un découpage syllabique du nom<br />

d’Astérix, lequel révèle une scansion avec des pauses. Cette scansion disparaît dans<br />

la version allemande, ce qui crée une continuité sonore que compense une<br />

modulation de la grosseur des lettres dans la bulle conjointe : « GALLIEN !<br />

GALLIEN ! GALLIEN ! // ASTERIX ! ASTERIX ! ». De la sorte, on peut parler<br />

d’un rééquilibrage au niveau des métagraphes. Par contre, dans une autre vignette<br />

(30-2) de la même BD qui représente les cris d’encouragement des Gaulois à leur<br />

délégation se dirigeant vers le stade : « ALLEEEEZ GAULE ! », les épenthèses de<br />

la version française disparaissent en allemand : « GALLIEN VOR ! ». Ici, la perte<br />

dans la durée mélodique n’est contrebalancée par aucune compensation<br />

typographique.<br />

Le nom des personnages<br />

Soit à présent le nom des personnages d’Astérix aux jeux olympiques. Ces<br />

noms ont des terminaisons particulières qui obéissent à un codage rigoureux et qui<br />

précisent la nationalité de leurs porteurs. Les noms gaulois se terminent en -ix pour<br />

le masculin (Astérix, Obélix, Panoramix…) et en -ine pour le féminin (Bonemine).<br />

Les noms romains s’achèvent tous en -us (Chaussetrus, Tullius Mordicus…). Quant<br />

1 Héros de la guerre de Troie, Nestor se distingue autant par sa vieillesse que par sa sagesse.<br />

2 Selon la terminologie de Nerlich (1990).<br />

82


TRADUIRE ASTÉRIX EN ALLEMAND : TRANSPOSER OU INTERPRÉTER ?<br />

aux noms grec, ils alternent entre une suffixation en -as (Garmonparnas,<br />

Plexiglas…) et en -os (Mixomatos, Fécarabos…).<br />

La traduction allemande garde invariablement ces terminaisons pour un bon<br />

suivi de l’intrigue, tout en modifiant fréquemment le radical des noms propres. Au<br />

degré faible, ces modifications se limitent à des adaptations graphiques, comme la<br />

suppression des accents aigus (Asterix, Idefix…). Au degré fort, elles donnent lieu à<br />

de véritables substitutions lexémiques. Parfois, il s’agit d’une traduction mot-à-mot,<br />

Bonemine se transformant en Gutemine. Ces substitutions vont également dans le<br />

sens d’une meilleure motivation du nom propre pour le public allemand, Panoramix<br />

devenant Miraculix (sur Mirakel) ou Abraracourcix évoluant en Majestix (sur<br />

Majestät). Dans d’autres occurrences, les changements opérés visent une meilleure<br />

compréhension des anthroponymes en jeu pour ce même public. Ainsi,<br />

Garmonparnas, transcription homophonique de la « gare Montparnasse » qui n’est<br />

pas forcément connue outre-Rhin, devient Kontrabass qui fait allusion à un<br />

instrument de musique plus familier. Ou Fécarabos, formé sur l’expression « fée<br />

Carabosse » liée à l’imaginaire féérique français, prend le nouveau nom de<br />

Bratensos (/sauce rôtie/) qui évoque plus directement le métier de restaurateur de<br />

son porteur. Dans d’autres cas, la traduction donne une justification accrue aux<br />

propriétés d’un personnage. En particulier, le Romain Chaussetrus, peu motivé dans<br />

la version française, prend le nom de « Schlagdraufundschlus (littéralement /tape-lui<br />

dessus et terminé/) dans la version allemande qui rend bien compte de son statut de<br />

lutteur. Ou encore, le Romain Tullius Mordicus est changé en Redeflus (i. e. /flot de<br />

paroles/) qui met davantage en exergue sa rhétorique verbeuse.<br />

Les onomatopées<br />

Pour ce qui est des onomatopées, bande-son d’Astérix aux Jeux olympiques,<br />

on constate deux tendances. Les onomatopées conventionnelles sont traitées<br />

conformément aux systèmes du français et de l’allemand. Soit l’allemand a les<br />

mêmes onomatopées que le français, à l’instar de « Pan ! » pour désigner le son<br />

donnant le départ d’une course à pied (39-2). Soit l’allemand a des onomatopées<br />

seulement analogues au français, avec une différenciation phonétique des voyelles<br />

(« wrumm ! » au lieu de « vraouum ! » pour désigner le bruit des coureurs, 46-8), ou<br />

des consonnes. C’est ainsi qu’Astérix produit le son « glouglou ! » en français et<br />

« gluck ! gluck ! » en allemand lorsqu’il boit sa potion magique (30-6). Soit<br />

l’allemand a des onomatopées spécifiques qui remplacent les onomatopées<br />

originales dans la traduction. Entre autres, les poules du village gaulois font<br />

« gaagack ! » en allemand, et non plus « cotcodec ! » (6-1). De même, la chute d’un<br />

corps lourd de Romain y produit le son « kawumm ! » et non « braoum ! » comme<br />

en français (30-8). Tout cela nous confirme le caractère arbitraire ou<br />

phonosymbolique des onomatopées, selon les langues.<br />

Par contre, les onomatopées plus idiolectales, c’est-à-dire propres au système<br />

discursif de Goscinny et Uderzo, sont conservées telles quelles dans la traduction<br />

allemande. C’est le cas lorsqu’Idéfix profère un grognement menaçant à l’encontre<br />

des Romains (« grrraaoorr !, 44-1), lorsqu’il ronge un os sous la table<br />

(« scrontch ! », 35-4), ou quand les Romains émettent un cri de soulagement à<br />

l’arrivée de la course (« gngngn ! », 47-1). Cette conservation s’explique par la<br />

difficulté de forger un équivalent allemand et surtout par le souci de Penndorf de ne<br />

83


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

pas trahir l’original. Cette dernière raison trouve un fondement supplémentaire pour<br />

peu que les onomatopées, comme « grrraaoorr ! » ou « gngngn ! » vus<br />

précédemment, sont intégrées à l’image suite à l’absence de bulle les contenant et à<br />

leur iconisation en caractères gras. Elles deviennent dès lors indissociables de<br />

l’expression plastique de la bande dessinée qui, en principe, échappe à la traduction.<br />

Les gallicismes métaphoriques<br />

Les problèmes de traduction augmentent d’un cran avec les gallicismes<br />

métaphoriques qui, le plus souvent, sont intraduisibles comme tels. À ce moment,<br />

l’adaptation s’impose avec plus ou moins de réussite. Quelquefois, cette adaptation<br />

consiste à remplacer le gallicisme par un germanisme métaphorique pris dans le<br />

même champ lexical, mais de sens différent. Soit la réplique suivante de Panoramix<br />

raisonnant Obélix sur son impossibilité de prendre de la potion magique : « Ce n’est<br />

pas une question de manque de pot, Obélix ! » (Ast. J. O., 39-8). La locution<br />

métaphorique « manque de pot » pour désigner l’absence de chance se voit traduite<br />

en allemand par « im Eimer sein », à savoir « être dans un seau » qui signifie<br />

métaphoriquement /être foutu/ : « Es muss ja nicht gleich alles im Eimer sein,<br />

Obelix ! ». Toutefois, le choix du terme « Eimer » entraîne une déperdition du<br />

double sens attaché à « pot » (absence de chance, avec une évocation du pot littéral<br />

de potion magique). Il s’ensuit que l’information de l’original français n’est pas<br />

complètement transmise, ce qui hypothèque la réussite de la traduction, vu qu’elle<br />

n’embrasse pas l’implicite du texte-source.<br />

Inversement, Penndorf peut remplacer le gallicisme métaphorique par un<br />

germanisme métaphorique pris dans un autre champ lexical, mais de sens voisin. On<br />

relève un tel procédé à propos de cet exemple où un légat fait l’éloge de la<br />

représentation romaine à Olympie : « Il y a ici la fine fleur des légions romaines »<br />

(Ast. J. O., 29-2). La métaphore végétale idiomatique « la fine fleur » laisse la place<br />

en allemand à une métaphore spatiale « Spitzenklasse » (mot-à-mot : « la classesommet<br />

») : « Wir haben hier die Spitzenklasse der römischen Legionäre ».<br />

À un degré plus faible, le gallicisme métaphorique est traduit par une<br />

locution métonymique davantage banale. Dans la version originale d’Astérix aux<br />

jeux olympiques, Tullius Mordicus exprime son découragement par cet énoncé :<br />

« Vous cassez pas la tête, les gars ; c’est cuit pour nous » (28-8). Dans la version<br />

allemande, cette dernière expression est rendue par « den Rücken kehren » (/tourner<br />

le dos, fuir/ 1 ) qui perd beaucoup en expressivité : « Hört auf ! Es ist aus ! Wir<br />

können Olympia den Rücken kehren ! ».<br />

Les allusions culturelles<br />

Les allusions culturelles posent non plus des problèmes linguistiques comme<br />

précédemment, mais des difficultés de compréhension pour le public-cible de la<br />

traduction. C’est le cas de deux chansons populaires françaises qui sont parodiées<br />

dans Astérix aux jeux olympiques. D’une part, « Nini peau d’chien » d’Aristide<br />

Bruant se trouve revisité en ces termes par les Gaulois à bord de la galère les<br />

conduisant au Pirée : « À Lutèce on l’aime bien Nini peau d’sanglier ! » (21-6).<br />

1 La traduction joue alors sur le transfert métonymique Procès-effet/Procès-source.<br />

84


TRADUIRE ASTÉRIX EN ALLEMAND : TRANSPOSER OU INTERPRÉTER ?<br />

D’autre part, « Ah ! le petit vin blanc ! », écrit par Jean Dréjac et chanté par Lina<br />

Margy, suscite cette parodie dans la bouche des Romains enivrés durant leur<br />

entraînement : « Ah, le petit vin blanc, qu’on boit sous les colonnes… du côté<br />

d’l’A…cropoooole ! » (31-3, 4).<br />

La solution choisie par Penndorf est de remplacer ces refrains par des<br />

chansons populaires allemandes, respectivement « Ein Schiff wird kommen » (/un<br />

bateau viendra/), chanté par Lale Andersen, et « Lass den Sonnenschein herein »<br />

(/laisse entrer la lumière du soleil/ de Freddy Quinn. Cette solution présente<br />

l’avantage d’offrir une équivalence fonctionnelle dans le domaine festif. Celle-ci est<br />

immédiatement intelligible pour les lecteurs germanophones, tout en respectant<br />

l’esprit de la version originale, à défaut d’en garder la lettre.<br />

LE CAS-TYPE DES CALEMBOURS<br />

Comme l’a remarqué Henry (2003), le traitement des calembours constitue<br />

l’épreuve-phare de toute traduction, tant ces jeux de mots affectent l’épaisseur des<br />

signifiants et la polyvalence des signifiés, tout en mobilisant les compétences<br />

culturelles des locuteurs. Nous nous limitons à montrer quelques enjeux associés à<br />

de telles formations ludiques dans la traduction d’Astérix.<br />

Approche catégorielle<br />

En premier lieu, il est intéressant de voir comment les quatre grandes<br />

catégories de calembours attestées dans Astérix aux Jeux olympiques sont traitées<br />

lors de leur traduction.<br />

Beaucoup de ces calembours sont à dominante sémique, en ce qu’ils<br />

privilégient le jeu sur le double sens des mots. Ainsi en est-il quand un calembour<br />

explore la polysémie d’un nom propre, à l’instar de ce dialogue entre Tullius<br />

Mordicus et Cornedurus : « Ne me laisse pas tomber ! // Ne crains rien, je te<br />

soutiens, Mordicus » (7-5). Tout en étant le nom du personnage, Mordicus signifie<br />

aussi /obstinément/ dans l’expression « soutenir mordicus ». Si à l’écrit, la<br />

majuscule et la virgule orientent le lecteur vers une interprétation nominale de<br />

« Mordicus », son sémantisme adverbial restant toutefois à l’arrière-plan, à l’oral<br />

l’équivoque est plus forte du fait de l’absence de ces marqueurs : Cornedurus assuret-il<br />

seulement qu’il soutient le centurion Tullius Mordicus ? Ou lui promet-il de le<br />

soutenir fermement ? Quant à la traduction en allemand, elle ne rend nullement<br />

l’ambiguïté de « soutenir mordicus » : « Lass mich also nicht fallen ! // Keine<br />

Angst ! Ich stütze dich, Redeflus ! » 1 . On a en effet affaire à une simple<br />

translittération qui s’attache davantage au sens propre de la phrase qu’à son sens<br />

caché.<br />

D’autres calembours sont à dominante phonique, notamment lorsqu’ils<br />

jouent sur deux homonymes à la fois homophones et homographes. Revenons sur<br />

l’onomatopée déjà relevée, à présent éclairée par son cotexte : « Pour donner le<br />

départ, un officiel invoque le nom du fils du dieu Hermès… // Pan ! » (39-2). Le<br />

calembour porte ici sur l’homonymie totale du signifiant « Pan » qui participe à<br />

deux catégories lexicales : l’onomatopée vue et le nom propre du dieu grec.<br />

1 /Ne me laisse pas tomber ! // N’aies pas peur ! Je te soutiens, Redeflus !/.<br />

85


86<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

L’allemand permet de traduire ce jeu de mots à l’identique, en conservant<br />

l’équivoque : « Als Startzeichen ruft einer der Offiziellen den Namen des Sohns von<br />

Gott Hermes aus. // Pan ! ». Notons qu’une telle traduction isomorphe d’un jeu de<br />

mots est rare dans Astérix aux Jeux olympiques. L’une des raisons de cette rareté est<br />

que le français et l’allemand appartiennent à des familles de langues différentes,<br />

respectivement romane et germanique.<br />

Par ailleurs, dans Astérix aux jeux olympiques, Goscinny recourt à maintes<br />

reprises au calembour à dominante suggestive. Par exemple, la narration du défilé<br />

des athlètes est prétexte à des jeux de mots de ce type : « Cela commence par le<br />

défilé des Thermopyles. Ils sont suivis par ceux de Samothrace, sûrs de la victoire »<br />

(38-5). Dans cette occurrence, le défilé des Thermopyles désigne un cortège<br />

d’athlètes, tout en suggérant le défilé bien connu de la Grèce, situé au pied du mont<br />

Callidrome. De même, la seconde phrase évoque la « Victoire de Samothrace », la<br />

statue célèbre représentant la déesse Nikè et exposée au Louvre. Ces deux phrases<br />

sont traduites comme suit en allemand : « Angeführt wird der Zug von den<br />

Teilnehmern aus den Thermopylen. Dann folgen die siegessicheren Samothraker ».<br />

La traduction ne s’en tient qu’au sens du cortège des athlètes, avec une disparition<br />

des sous-entendus de la version française.<br />

Astérix aux jeux olympiques contient enfin des calembours complexes,<br />

jouant sur le sens et le son, tout en comportant plusieurs niveaux d’implicitation.<br />

C’est le cas dans ce dialogue entre Baba et un autre pirate : « On ti’e à la cou’te<br />

paille, les ga’s ? // Toi, tu ne manques pas d’air » (20-10). On relève ici une<br />

référence voilée à la chanson de marin « Il était un petit navire » composée par<br />

Francis Poulenc. Cette référence s’accompagne d’un calembour homophonique dans<br />

la seconde phrase (d’air/d’R) qui, tout en suggérant la locution « ne pas manquer<br />

d’air » (/avoir de l’aplomb/), renferme elle-même une allusion à la prononciation du<br />

pirate Baba qui n’articule pas les R. Dans la version allemande, on observe une<br />

équivalence dénotative de la première phrase avec également une suppression des R,<br />

mais sans allusion à une chanson de marin : « Sollen wi’ St’ohhälmchen ziehen,<br />

Jungs ? ». Par contre, la seconde phrase est traduite très librement : « Nein, wir<br />

sitzen alle in einem Boot ». Elle constitue plus précisément une création ex nihilo<br />

parodiant une chanson de Dschinghis Khan, un groupe de musique pop allemand :<br />

« Wir sitzen alle im selben Boot ». Si cette seconde phrase ne correspond en rien au<br />

signifiant de l’original, elle reflète parfaitement l’image représentée dans la vignette.<br />

Sur celle-la, après s’être sabordés en croyant que les Gaulois allaient les attaquer, les<br />

pirates se retrouvent en effet tous dans un canot de sauvetage.<br />

Approche stratégique<br />

Si nous élargissons notre analyse typologique précédente pour une<br />

perspective plus énonciative, attentive aux enjeux communicatifs impliqués dans la<br />

traduction des calembours, nous constatons que Penndorf adopte quatre grandes<br />

stratégies.<br />

Suivant une stratégie de déficit, elle renonce quelquefois à traduire le<br />

calembour, le remplaçant par une formulation standard allemande, ce qui engendre<br />

une déperdition à la réception du texte. Entre autres, dans Astérix aux jeux<br />

olympiques, un Romain répond en ces termes à une question du légionnaire Deprus :<br />

« On voit bien que tu es un bleu, Deprus » (5-4). Goscinny joue ici sur


TRADUIRE ASTÉRIX EN ALLEMAND : TRANSPOSER OU INTERPRÉTER ?<br />

l’ambivalence de deux expressions homophoniques : « bleu Deprus » qui signifie<br />

/nouvelle recrue/ et « bleu de Prusse » dont le sens est /pigment bleu/. Or Penndorf<br />

se contente de reformuler la seule signification militaire du calembour : « Man<br />

merkt doch gleich, dass du noch nicht lange bei der Armee bist, Bifidus » 1 . Ce<br />

faisant, la traductrice ne crée pas le même effet textuel chez ses lecteurs allemands,<br />

privés de la connivence ludique suscitée par le calembour français.<br />

À travers une stratégie de correspondance, il arrive que Penndorf établisse<br />

une transposition allemande du calembour français. En témoigne la réplique<br />

suivante d’Astérix chez les Helvètes où Garovirus donne ses dernières consignes à<br />

Eucaliptus en partance pour Genava : « Je te fais préparer un panier-orgie » (17-6).<br />

Cette composition ludique concentre un double aiguillage de lecture, respectivement<br />

alimentaire et festif (par allusion à l’une des pratiques favorites des Romains). Dans<br />

sa traduction, Penndorf parvient à rendre la force suggestive du composé néologique<br />

« panier-orgie », en forgeant un composé allemand assez proche : « Ich lass dir ein<br />

Orgienpaket zurechtmachen. » Le composé « Orgienpaket » est d’autant plus aisé à<br />

élaborer que la langue allemande possède une matrice de composition très<br />

productive qui favorise une telle création.<br />

Recourant à une stratégie de surinterprétation, Penndorf peut renchérir sur le<br />

calembour français. Toujours dans Astérix chez les Helvètes, le banquier Zurix se<br />

plaint ainsi d’Astérix et d’Obélix : « J’en ai ras la marmite à fondue des Gaulois ! »<br />

(33-5). Cette nouvelle locution cumule deux sémantismes : un sémantisme<br />

psychologique de répulsion à travers l’évocation du gallicisme « en avoir ras-lebol<br />

» et un sémantisme culinaire dû au transfert du plat national des Helvètes dans la<br />

locution. Or non seulement Penndorf transpose en allemand ce double sémantisme :<br />

« Ich hab das Fondue-Kächeli gestriche voll von den Galliern » 2 . Mais avec l’emploi<br />

de « Kächeli », elle ajoute au terme français « marmite », assez neutre, une<br />

connotation locale. En effet, le suffixe -li, typique du suisse allemand, accentue<br />

encore l’ancrage géographique de la scène en Helvétie.<br />

Dans une stratégie de réinterprétation, Penndorf opte parfois pour la<br />

traduction libre, en inventant un calembour allemand ayant une même valeur<br />

communicative, au sein du registre ludique, que le calembour français. Dans la<br />

version originale d’Astérix aux Jeux olympiques, une séquence est consacrée au<br />

barde Assurancetourix à travers deux vignettes-clés. Dans la première, suite à ce<br />

récitatif : « Le barde Assurancetourix a le souci du faste des cérémonies » (17-6),<br />

celui-ci annonce sa création d’un hymne en l’honneur des Jeux : « J’ai composé une<br />

marche olympique », alors que la seconde vignette nous le montre en train de<br />

tomber par terre avec le commentaire suivant d’Astérix : « Je pense qu’il a dû rater<br />

une marche » (17-9). De la sorte, ces deux vignettes développent un calembour<br />

polysémique sur « marche » qui signifie successivement /morceau musical/ et /partie<br />

d’un escalier/. Si Penndorf renonce à traduire un tel jeu de mots, elle introduit un<br />

calembour – absent en français – dans le récitatif de la première vignette : « Der<br />

Barde Troubadix denkt über die musikalische Saite – pardon, Seite – der Zeremonie<br />

nach… ». Ce calembour homonymique entre « Saite » /corde qui évoque la lyre du<br />

1 /On remarque que tu n’es pas à l’armée depuis longtemps, Bifidus/.<br />

2 Littéralement : /J’en ai ras le poêlon à fondue des Gaulois/.<br />

87


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

barde/ et « Seite » /aspect/ permet de préserver la charge comique du passage aux<br />

yeux du lecteur allemand, même si c’est au prix d’une transformation du texte<br />

original.<br />

CONCLUSION<br />

Au terme de ces approches complémentaires, on voit les nombreux écueils<br />

que doit affronter Gudrun Penndorf dans sa traduction d’Astérix en allemand. Ces<br />

écueils sont essentiellement dûs à l’extrême densité rhétorique du texte de Goscinny<br />

qui entremêle travail sur la langue, jeux de mots, allusions culturelles et ancrage<br />

historique sur l’imaginaire français. Dans l’ensemble, oscillant entre fidélité et<br />

créativité, Penndorf respecte l’orientation conceptuelle de la version originale, tout<br />

en la rendant la plus accessible possible au public allemand. Le seul bémol concerne<br />

sa traduction des gallicismes métaphoriques et des calembours qui perdent assez<br />

souvent leur épaisseur poético-ludique en allemand. Sur un autre plan, on peut se<br />

demander si la version allemande d’Astérix constitue bien la même bande dessinée<br />

que la version française. La réponse est globalement positive, d’autant plus que le<br />

codage iconique reste inchangé. Simplement, la version allemande, à l’image de<br />

toutes les autres traductions étrangères, apparaît comme une relecture et une<br />

réécriture d’Astérix, lesquelles élargissent son univers, tout en lui conférant une<br />

dimension transculturelle.<br />

BONHOMME Marc<br />

Université de Berne<br />

marc.bonhomme@rom.unibe.ch<br />

Bibliographie<br />

ABASTADO Cl., Messages des médias, Paris : Cedic, 1980.<br />

BONHOMME M. & RINN M., « Peut-on traduire la publicité ? L’exemple des annonces<br />

romandes et alémaniques », Bulletin suisse de linguistique appliquée, 65, 1997, 9-24.<br />

CARY E., Comment faut-il traduire ?, Lille : Presses Universitaires de Lille, 1986.<br />

ECO U., Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris : Le Livre de Poche,<br />

2003.<br />

DELISLE J., La Traduction raisonnée, Ottawa : Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1993.<br />

HENRY J., La Traduction des jeux de mots, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003.<br />

KOLLER R., Semiotik und Übersetzungen, Stuttgart : Klett, 2005.<br />

LADMIRAL J.-R., <strong>Traduire</strong> : théorèmes pour la traduction, Paris : Gallimard, 1994.<br />

LEDERER M., La Traduction aujourd’hui, Paris : Hachette, 1994.<br />

MOUNIN G., Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris : Gallimard, 1963.<br />

NERLICH M., « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? », in A. Montandon (éd.), Iconotextes, Paris :<br />

Ophrys, 1990, 255-302.<br />

PENNDORF G., « Asterix übersetzen », in K. Brodersen (éd.), Asterix und seine Zeit,<br />

München : Verlag C. H. Beck, 2001, 212-230.<br />

PENNDORF G., « Le français avec Astérix », Écoute, 6, 2005, 10-18.<br />

STOLZE R., Übersetzungstheorien. Eine Einführung, Tübingen : Gunter Narr, 2001.<br />

VINAY J.-P. & DARBELNET J., Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris :<br />

Ophrys, 1977.<br />

ZIMMER D. E., Übersetzen als darstellende Kunst, Hamburg : Reinbeck, 1997.<br />

88


TRADUIRE L’HUMOUR ?<br />

L’expérience de la coopération en Algérie dans les années 70 (où j’enseignais<br />

le français « langue étrangère privilégiée »), mes interventions avec des professeurs<br />

de langue (en IUFM et à l’université de Santiago en 2006) me permettent de<br />

« compenser » ma qualité de philosophe !<br />

LES MOTS DE L’HUMOUR<br />

Définir les mots de l’humour en différentes langues, c’est certes tomber sous<br />

le coup de la critique ironique faite par Prévert :<br />

« Louable entreprise<br />

définir tout est là<br />

et le reste avec<br />

Il faut savoir à quoi s’en tenir<br />

Et il est grand temps que les entrepreneurs de finitions<br />

mettent l’humour au pied du mur c’est-à-dire<br />

à sa place là où on remet le maçon<br />

Depuis trop longtemps on prenait trop souvent l’humour<br />

à la légère il s’agit maintenant de le prendre à la lourde.<br />

Alors messieurs définissez-le expliquez-le catégorisez-le<br />

contingentez-le prouvez-le par l’œuf disséquez-le<br />

encensez-le recensez-le engagez-le rempilez-le<br />

encagez-le dans la marine encadrez-le hiérarchisez-le<br />

arraisonnez-le béatifiez-le polissez-le sans cesse et<br />

repolissez-le.<br />

Enfin attrapez-le sans oublier de mettre votre grain de sel<br />

s’il en a une sur sa queue. »<br />

Et le poète de poursuivre, comme à notre intention :<br />

« Et quand vous en aurez fini avec lui dé-fi-ni-ti-ve-ment<br />

c’est-à-dire prouvé didactiquement dialectiquement<br />

casuistiquement ostensiblement et naturellement<br />

poétiquement…<br />

…qu’il est nénarrable solite décis pondérable proviste<br />

commensurable tempestif déniable et trépide<br />

et qu’il a son rôle historique à jouer dans l’histoire<br />

mais qu’il doit cesser de prêter à rire pour donner à penser. » 1<br />

Mais ne nous laissons pas intimider et commençons par évoquer les termes<br />

qui désignent dans différentes langues, « humour », « ironie » ou, plus<br />

généralement, le rire joyeux positif d’une part et, de l’autre, le rire de moquerie. On<br />

1 La Pluie et le beau temps, Poche.<br />

89


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

sait qu’en hébreu le premier se dit sâhaq, le second lâhaq. (En grec gelân et<br />

katagelân).<br />

Cette distinction permet à Sarah de se défendre quand dans la Genèse (17,<br />

15-20 et 18, 10-15) Dieu, après lui avoir annoncé qu’elle va avoir un enfant, se<br />

fâche de l’entendre rire.<br />

Dans d’autres langues (comme le latin qui désigne par le mot « risus », le rire<br />

positif ou négatif) un seul vocable désigne joie et moquerie.<br />

POLYSÉMIE ET HOMONYMIE. ONOMATOPÉES, ETC.<br />

Selon les langues, aux mots plus courts (en anglais) ou plus longs (en<br />

français), on utilisera de préférence l’effet polysémique ou la contrepèterie.<br />

Ce qui apparaît en général comme obstacle à la traduction, peut devenir<br />

l’objet d’un plaisir renouvelé. Rien n’est plus amusant que d’apprendre, en classe de<br />

langue, les mots qui désignent le hoquet, le soupir, les pleurs. De même, traduire ou<br />

inventer des histoires et des jeux de mots dans une langue étrangère ne peut que<br />

favoriser l’apprentissage du fait même des malentendus résultant des ambiguïtés<br />

sémantiques et des écarts culturels.<br />

Chaque langue, chaque civilisation a sa forme d’humour. Par exemple les<br />

histoires qui, en français, jouent sur les noms (« Mlle Annie Zette s’est mariée avec<br />

Ali Cœur. Leur mariage a été célébré par le Père Neau et l’abbé Rittif », etc.).<br />

En anglais, les histoires « Knock, knock jokes » qui jouent sur les<br />

onomatopées n’ont pas leur équivalent en français. Et en même temps, il est vrai de<br />

dire que, dans d’autres cas, en changeant simplement les noms de lieux et de<br />

personne, on peut « traduire » une histoire drôle d’une culture dans une autre. Ainsi<br />

on trouve certaines des anecdotes contenues dans Sagesse et idioties de Nast Eddin<br />

Hodja dans La Bible de l’humour juif de M. A. Ouaknin.<br />

Une histoire comme celle du ministre algérien qui disait (dans les années<br />

70) : « Nous étions au bord du gouffre mais nous avons fait un pas en avant » peut,<br />

hélas, être traduite et comprise dans différents pays.<br />

Pour montrer de façon humoristique le caractère idiomatique d’expressions<br />

populaires en français ou en allemand, les connotations et allusions implicites (en se<br />

moquant des manuels), P. Fasola et J.-C. Lyant ont rédigé leur « cahier de vacances<br />

buissonnières 1 » avec un lexique du type :<br />

Quand vous entendez : Comprenez :<br />

– déodorant – spray<br />

– l’horloge de Königsberg – Emmanuel Kant<br />

– nicht hinauslehnen – jeune fille à sa fenêtre rabrouée par sa marâtre<br />

– der cousin – à la mode de Bretagne<br />

– die kusine – Germaine<br />

– Herr Professor Doktor – M’sieur<br />

– ach so – ce que vous voulez<br />

– « Hochachtungs voll » se traduit pas une formule de quatre lignes.<br />

<strong>Traduire</strong> La Disparition de G. Perec en italien est possible mais il faut alors<br />

recréer le texte en transformant le « lipogramme » en e par un « lipogramme » en o.<br />

C’est lorsque l’un des interlocuteurs ne comprend pas, lorsqu’il joue le rôle<br />

du tiers naïf, que l’effet comique en est doublé. Rajsfus a étudié L’humour juif sous<br />

1 Savoir en rire, tome 2.<br />

90


TRADUIRE L’HUMOUR ?<br />

l’occupation : au cours d’un spectacle un officier allemand arrivant en retard, peine<br />

à ôter son pardessus et dérange. Le chansonnier dit : « Alors, Monsieur, on a du mal<br />

à passer la manche ? ». La double signification ne peut être comprise et traduite en<br />

allemand. D’où le « bon » rôle que se donne l’humoriste en faisant de l’esprit<br />

(contre la force que symbolise l’occupant).<br />

Supposons que je raconte l’histoire de deux chiens qui se rencontrent. L’un<br />

dit : « Vous avez vu le nouveau lampadaire ? Venez, ça s’arrose ». Si l’interlocuteur<br />

ne comprend pas la polysémie de l’expression « ça s’arrose » en français, l’effet<br />

comique sera double et à chaque fois que dans le groupe quelqu’un fera ses besoins,<br />

il y en aura un autre pour répéter, avec une bouteille, que « ça s’arrose » !<br />

L’IRONIE DE LA TRADUCTION<br />

Un mot pour terminer sur l’article de W. Benjamin « La tâche du<br />

traducteur » 1 . Il y a chez ce penseur messianique l’idée d’une convergence possible<br />

de toutes les langues qui s’enrichiraient en se traduisant, permettant parfois une<br />

maturation posthume dans le langage cible dans lequel « l’original croît et s’élève<br />

dans une atmosphère pour ainsi dire plus haute et plus pure », indiquant par moment<br />

« le lieu promis et interdit où les langues se réconcilieront et s’accompliront ».<br />

Ironiquement, le prétendu reflet sera ainsi plus vrai que l’original !<br />

« La diversité, sur terre, des idiomes, n’empêche personne de proférer les<br />

mots qui, sinon, se trouveraient, par une frappe unique, elle-même matériellement la<br />

vérité 2 ».<br />

Ainsi fait-on mûrir parfois dans la traduction « la semence du pur langage »<br />

dit W. Benjamin. Pas, bien sûr, de mot à mot ennuyeux.<br />

« Racheter dans sa propre langue ce pur langage exilé dans la langue<br />

étrangère, libérer en le transposant le pur langage captif dans l’œuvre, telle est la<br />

tâche du traducteur ».<br />

Ainsi « l’ironie » de la traduction vient du fait que ce sont ses difficultés<br />

même, le « quamvis » (bien que) qui deviennent outil « quia » (parce que), comme<br />

le dirait V. Jankélévitch, le fils du traducteur de Freud 3 .<br />

1 Œuvres, Idées, tome 3, p. 244-261.<br />

2 Mallarmé, “Crise de vers”, Variations sur un sujet.<br />

3 Traité des vertus, Bordas, Paris, 1960.<br />

91


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

– Et celle-ci que dois-je en faire ?<br />

(coll. L’Humour en orient)<br />

LETHIERRY Hugues<br />

IUFM Lyon 1<br />

h.lethierry@voila.fr<br />

Bibliographie<br />

BENJAMIN W., Œuvres, 10-18, 2000.<br />

ECO U., Dire presque la même chose, Poche, 2003.<br />

ESCARPIT R., L’humour, Que sais-je ?, 1970.<br />

GUIRAUD P., Les Jeux de mots, Que sais-je ?, 1979.<br />

LAURIAN A.-M., Les Mots du rire : comment les traduire ?, Peter Lang, 2001.<br />

LEDERER M., La Traduction aujourd’hui, Gallimard, 1983.<br />

LETHIERRY H., Savoir(s) en rire, De Boëck, 1997. – Se Former dans l’humour, Chronique<br />

sociale, 1998. – Rire en toutes lettres, Septentrion, 2001. – Potentialités de l’humour,<br />

L’Harmattan, 2001.<br />

MOUNIN G., Les Problèmes théoriques de la traduction, Gallimard, 1960.<br />

Revue Humoresque (Passim).<br />

92


NOUVELLES TRADUCTIONS :<br />

MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

(Traductions françaises de La Dame de Pique et de Boris Godounov<br />

d’Alexandre Pouchkine) 1<br />

La question qui sera posée ici est liée d’une part à une réalité linguistique et<br />

stylistique, d’autre part au facteur humain. En suivant au fil des ans la parution de<br />

six traductions françaises de La Dame de Pique d’Alexandre Pouchkine, son œuvre<br />

prosaïque majeure, et en comparant trois traductions de Boris Godounov, parues<br />

presque simultanément, nous essaierons de clarifier les motivations et les<br />

réalisations de chaque traducteur en vue d’établir une approche généralisée<br />

permettant d’analyser chaque traduction dans un cadre linguistique et stylistique<br />

préétabli.<br />

Les textes traduits, n’étant pas considérés comme des œuvres à part entière,<br />

ont rarement fait l’objet d’une analyse stylistique approfondie contrairement aux<br />

originaux classiques scrutés à la loupe 2 . Les traductions sont souvent considérées<br />

comme le résultat d’un bricolage déformant l’original, leur plus grande qualité étant<br />

d’être « fidèles » et de ne présenter que des expressions « heureuses » dans la langue<br />

d’arrivée. Et si malgré tout elles avaient un style qui exprimeraient leur différence,<br />

ne serait-ce que dans le cadre de toutes les autres traductions aussi nombreuses<br />

soient-elles d’un même texte ? Il est évident que la partie narrative de l’étude<br />

stylistique n’est pas vraiment applicable aux traductions, à moins que ce ne soit des<br />

adaptations très libres. Mais en ce qui concerne les niveaux d’analyse linguistique<br />

où la stylistique s’exprime librement, en l’occurrence la grammaire, la syntaxe, le<br />

lexique et les figures, nous pouvons, à travers les différences repérées dans les<br />

traductions, essayer de cibler le style particulier de chaque traducteur ainsi que<br />

l’essence de son projet. Par ailleurs, il est nécessaire de scruter les points sensibles<br />

de la langue d’arrivée par rapport à la langue de départ où une multitude de lectures<br />

grammaticales, syntaxiques, lexicales ou autres, seraient possibles.<br />

Nous éviterons expressément les analyses concernant uniquement la<br />

comparaison du texte source au texte cible, basées sur des techniques bien rôdées,<br />

visant à déceler les différentes opérations de traductions utilisées ainsi que les<br />

inexactitudes liées à une mauvaise compréhension, à des rajouts ou des omissions.<br />

1 Ce projet a été réalisé avec le soutien du Fonds national pour les Sciences de l’Homme de la Fédération<br />

de Russie, (РГНФ, N°10-04-00136a).<br />

2 La Dame de Pique fut l’objet de plusieurs études stylistiques dont la plus connue est celle de V.<br />

Vinogradov (В.В. Виноградов. Стиль «Пиковой дамы»//Виноградов В.В. Избранные труды. О<br />

языке художественной прозы. Москва, «Наука», 1980, стр.176).<br />

93


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Un tel travail a été fait à plusieurs reprises sur le texte de P. Mérimée (La Dame de<br />

Pique), notamment par H. Mongault 1 , L. Kogan 2 , O. Timoféiéva 3 , E. Bobrova 4 , A.<br />

Meynieux.<br />

Nous nous sommes fixé comme méthode l’étude parallèle des textes dans<br />

leur totalité sur la base d’un corpus, qui présente, phrase par phrase 5 , le texte original<br />

et les traductions françaises. Cette méthode permet notamment de dégager plus<br />

facilement les différences et les tendances de chaque texte, elle facilite aussi<br />

l’élaboration des statistiques. Elle permet de répondre à la question fondamentale de<br />

notre projet : en quoi une traduction concrète peut-elle être différente ou semblable à<br />

une autre quand il s’agit d’un même texte ?<br />

La Dame de Pique et Boris Godounov ont été choisis pour plusieurs raisons.<br />

Ces textes représentent des degrés de difficulté différents, presque opposés.<br />

La Dame de Pique est « facile » en ce sens que c’est une œuvre prosaïque qui<br />

décrit le quotidien de l’aristocratie russe de l’époque, qui parle par la voix du<br />

narrateur, donc assez homogène, avec des réseaux langagiers vernaculaires 6<br />

minimisés (la seule référence serait les répliques de la vieille comtesse), quasiment<br />

sans figures de style, une syntaxe simple, avec souvent des phrases très courtes avec<br />

un ordre des mot identique au français.<br />

Les seules difficultés à entrevoir seraient d’ordre lexical. Elles seraient liées à<br />

la présence de termes archaïques (certains l’étaient déjà à l’époque de Pouchkine)<br />

ainsi qu’à l’utilisation, très fréquente, de termes liés au jeu de cartes et, plus<br />

précisément, au jeu du Pharaon.<br />

Boris Godounov est « difficile » par définition, car il s'agit d'une œuvre<br />

dramatique avec tous ce que cela implique du point de vue stylistique : elle est très<br />

hétérogène sur le plan du langage, la manière de s’exprimer varie d'un personnage à<br />

l'autre, la symbolique sociale, psychologique des protagonistes, les relations<br />

hiérarchiques et affectives sont gravées dans un matériau linguistique très diversifié.<br />

Les réseaux vernaculaires sont très présents : les constructions du vieux slave, plus<br />

fréquentes dans la bouche de Pimène, se retrouvent tout au long du texte. Des<br />

tournures populaires abondent, même dans la langue de Boris et des boïars ; mais<br />

c’est surtout dans la scène de l’auberge qu’éclate le langage populaire. Les locutions<br />

souvent archaïques constituent un obstacle supplémentaire et Les figures de style<br />

sont bien présentes dans les répliques des personnages. Tout cela crée des difficultés<br />

sur le plan lexical, amplifiées par le fait que c’est un texte historique, donc<br />

archaïsant dans sa totalité pour l’époque de Pouchkine (l’action se déroule au XVI e<br />

siècle). La présence de l’élément métrique (vers iambique de cinq pieds intercalé par<br />

1 Mongault H. Introduction. In : Mérimée P. Œuvres complètes. Publiée sous la direction de P. Trahard et<br />

E. Champion. Etudes de littérature russe. T.I. Paris, 1931.<br />

2 Коган Л. Пушкин в переводах Мериме//Пушкин. Временник Пушкинской комиссии. М.-Л. 1939ь<br />

№4-5.<br />

3 Тимофеева О.В. Мериме Ŕ переводчик Пушкина (Пиковая дама). Ученые записки Львовского<br />

госуд. Университета им. И.Франко, т.XXIV,вып. 2. 1953.<br />

4 Боброва Е.И. Автограф перевода «Пиковой дамы. В кн. Пушкин. Исследования и материалы, т.II,<br />

Москва,1958.<br />

5 Ou plus, si la ponctuation n’est pas respectée.<br />

6 C’est l’un des aspects dégagés par Antoine Berman en vue d’établir les déformations les plus fréquentes<br />

en traduction (A. Berman. La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Éditions du Seuil, Paris,<br />

1999). Parmi ses déformations figurent entre autres les locutions et la superposition des langues, qu’on<br />

retrouve dans nos textes.<br />

94


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

des séquences rimés et des passages en prose) est une contrainte majeure. La syntaxe<br />

est très inégale.<br />

La superposition des langues (certaines répliques sont notamment en français<br />

dans les textes) se retrouvent dans les deux textes.<br />

En résumé on pourrait dire que La Dame de Pique présente relativement peu<br />

d’éléments non standard sur le plan langagier, tandis que Boris Godounov en<br />

abonde.<br />

Les différences entre les langues de départ et d’arrivée concernent tous les<br />

niveaux du langage à l’écrit et à l’oral. Une traduction a toujours par rapport aux<br />

autres, quand il s’agit d’un même texte, une certaine spécificité que nous essaierons<br />

de dégager. Notre objectif n’est pas de dire en quoi telle ou telle traduction est<br />

meilleure (ou pire) qu’une autre, mais de définir sa différence linguistique et<br />

stylistique par rapport aux autres traductions. C’est-à-dire que nous nous livrons<br />

pour les traductions à un exercice de stylistique comparée. Le style de l’original et<br />

l’original seront pris en compte dans la mesure où ils permettent d’expliquer les<br />

choix des traducteurs. Nous allons commencer par La Dame de Pique.<br />

LA DAME DE PIQUE OU LA FACILITÉ 1<br />

Nous avons choisi six traductions de La Dame de Pique étalées dans le temps<br />

dont deux récentes (Dimitri Sesemann et Michel Niqueux). Nous allons essayer de<br />

voir en quoi ces traductions sont différentes, quels sont leurs traits marquants.<br />

L’ASPECT GRAMMATICAL<br />

La langue russe et la langue française présentent bien évidemment des<br />

différences sur plusieurs niveaux. Certains aspects font partie de ceux dont avait<br />

parlé Roman Jakobson dans son article sur la traduction 2 , ceux qui sont à l’origine<br />

d’une difficulté supplémentaire pour le traducteur. Il s’agit des catégories<br />

grammaticales présentant « un plus grand » choix dans la langue d’arrivée (la langue<br />

cible) que dans la langue de départ (la langue source). Si les exemples de Jakobson<br />

concernent surtout le nombre et le genre, nous allons nous pencher sur l’article<br />

(présent en français, absent en russe), et les tiroirs verbaux, beaucoup plus<br />

diversifiés en français qu’en russe, encore que le russe dispose de l’aspect pour<br />

pallier ce manque.<br />

Dans La Dame de Pique l’alternance du passé dans ses deux formes possibles<br />

(aspect perfectif et aspect imperfectif) a fait l’objet de remarques de V.Vinogradov 3<br />

Prenons comme exemple les deux premières phrases de la Dame de Pique :<br />

Однажды играли в карты у конногвардейца Нарумова. Долгая зимняя ночь<br />

прошла незаметно ; сели ужинать в пятом часу утра.<br />

Paul de Julvécourt (1843) 4 traduit : Un de ces soirs, on s’était mis à jouer<br />

aux cartes chez le garde à cheval Naroumoff, et comme à jouer, les nuits passent<br />

1 Je remercie ici Nastia Egorova que j’ai accompagnée dans ses recherches portant sur la traduction de<br />

Prosper Mérimée et d’André Gide.<br />

2 Roman Jacobson. On Linguistics Aspects of Translation. R.A. Brower (ed.) On Translation. New York,<br />

Oxford University Press, 1966.<br />

3 Op.cit.<br />

4 Nous nous limiterons aux traductions françaises les plus réputées, en y incluant les plus récentes. Il y en<br />

a eu d’autres, citées notamment par Hélène Henry dans «Notes sur les traductions en français de La Dame<br />

de Pique. Revue des études slaves, LIX/1-2, 1987, Paris., ainsi que dans d’autres bibliographies, comme<br />

95


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

vite, cette nuit là, toute longue que l’hiver la faisait, s’était passée inaperçue. On<br />

venait seulement de penser à souper, et il était quatre heures du matin.<br />

Quant à Prosper Mérimée 1 (1849) il opte pour : On jouait chez Naroumof,<br />

lieutenant aux gardes à cheval. Une longue nuit d’hiver s’était écoulée sans que<br />

personne ne s’en aperçût, et il était cinq heures du matin quand on servit le souper.<br />

Аndré Gide (1935 2 ) traduit : On jouait chez Naroumov, officier aux gardes à<br />

cheval. La longue nuit d’hiver s’écoula sans qu’on s’en aperçût. On se mit à souper<br />

vers cinq heures du matin.<br />

André Meynieux 3 (1973) suit Mérimée à la lettre. Sa traduction de La Dame<br />

de Pique est celle, revue et corrigée, de Mérimée. Les différences néanmoins sont<br />

considérables.<br />

La traduction de Dimitri Sesemann 4 (1989) est légèrement différente : On<br />

avait joué aux cartes chez le chevalier-garde Naroumov. La longue nuit d’hiver<br />

avait passé sans qu’on s’en aperçût. On soupa vers cinq heures du matin ; (les<br />

gagnants mangeaient de bel appétit,...)<br />

La traduction de Michel Niqueux 5 (1999) joue sur la différence : Une fois on<br />

jouait chez le garde à cheval Naroumov. La longue nuit d’hiver s’était écoulée<br />

insensiblement ; on s’était mis à souper après quatre heures du matin 6 .<br />

Ces exemples, aussi brefs qu’ils soient, montrent que si dans certains cas le<br />

choix de l’article est unanime (le garde à cheval), dans d’autres il est sujet à des<br />

variations. Ainsi la retraduction de la / une longue nuit d’hiver donnerait toujours<br />

долгая зимняя ночь. La question est de savoir, à qui ou à quoi attribuer cette<br />

différence, dont Mérimée fait l’objet. Il est évident, que l’article indéfini est dans ce<br />

cas précis plus riche sur le plan sémantique. C’est une nuit de plus, une nuit parmi<br />

d’autres Ŕ nuance qui se perd avec l’article défini.<br />

Est-ce un simple jeu de synonymes ? Où une nuance liée à la diachronie ?<br />

Quelque chose qui caractérise le style de Mérimée ? L’étude des textes donne une<br />

réponse affirmative à cette dernière question. L’article indéfini est beaucoup plus<br />

fréquent chez Mérimée (et encore plus chez Meynieux) par rapport aux autres<br />

traducteurs. Par exemple, dans la phrase Il voyait sortir de chaque portière ouverte<br />

tantôt le petit pied d’une jeune femme, tantôt la botte à l’écuyère d’un général (une<br />

botte sonore chez Meynieux), cette fois un bas à jour, cette autre un soulier<br />

diplomatique nous sommes en présence de deux (trois chez Meynieux) articles<br />

celle, très complète, d’André Meynieux. La Dame de Pique est avec La fille du capitaine l’œuvre de<br />

Pouchkine le plus souvent rééditée en France.<br />

1 Prospère Mérimée. La Dame de Pique (Traduit de Pouchkine), Z. Kernozé éd. Mérimée Pouchkine,<br />

« Raduga », Moscou 1987.<br />

2 Alexandre Pouchkine. La Dame de Pique. Traduit du russe par André Gide et Alexandre Schiffrine.<br />

Gallimard, Raris, 1995. Il y a d’autres indications sur la date de parution de la traduction d’André Gide<br />

(1923) ainsi que sur ses co-traducteurs, le nom de B. Schleutzer étant aussi mentionné, notamment chez<br />

Hélène Henry (op.cit).<br />

3 A.S. Pouchkine, Œuvres complètes, publiées par André Meynieux. Préface de Louis Martinez. Éditions<br />

l’Âge d’homme, 1973. Meynieux reprend la traduction de Mérimée, après avoir « supprimé tout ce qui<br />

est du cru de Mérimée, rétabli tout ce qu’il a supprimé... corrigé tous les contresens et... inexactitudes ».<br />

4 Pouchkine. La Dame de Pique suivie de récits de feu Ivan Petrovitch Belkine. Commentaire et notes de<br />

Jean-Louis Bakès. Traduction nouvelle par Dimitri Sesemann. Le livre de poche, Classiques ; Paris 1989<br />

5 Alexandre Pouchkine. La Dame de Pique. Traduit du russe, présentation et notes de Michel Niqueux.<br />

Éditions du Globe, Paris 1999.<br />

6 Paradoxalement, Niqeux est le seul à ne pas se tromper sur l’indication de l’heure. В пятом часу veut<br />

dire exactement après quatre heures et non pas vers cinq heures.<br />

96


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

indéfinis. Chez Gide il n’y en a qu’un seul : le petit pied..., une botte..., le bas<br />

rayé..., le soulier. De même chez Sesemann -la jambe, une botte, le bas, le soulier...<br />

et chez Niqueux la jambe, une botte, le bas, l’escarpin. Nous sommes ici comme<br />

souvent dans le texte, face à l’exception de Mérimée (et donc de Meynieux) dans le<br />

choix de l’article. Ces cas ne concernent bien évidemment que les contextes où un<br />

tel choix est possible et leur nombre assez limité.<br />

On constate également l’emploi du passé simple chez André Gide (voir<br />

l’exemple ci-dessus) là où les autres traducteurs useraient plutôt du plus que parfait<br />

qui donne une vision plus détaillée du passé dans son étendue, mais qui n’a pas le<br />

caractère définitif, coupé du présent, propre au passé simple. On peut supposer que<br />

l’emploi du passé simple représente la réponse de Gide à la phrase hachée et souvent<br />

très courte de Pouchkine. Par contre tous les traducteurs (sauf Julvécourt, qui<br />

remanie presque complètement la syntaxe) est unanime sur l’emploie de l’imparfait<br />

du subjonctif sans qu’on s’en aperçût. C’est là un impératif de la langue française à<br />

l’écrit lié à l’emploi de sans que.<br />

D’un point de vue grammatical il y a peu de liberté d’expression dans la<br />

traduction. Il y en a beaucoup plus dans les remaniements syntaxiques et le choix<br />

lexical.<br />

La ponctuation est presque toujours flottante. Dans l’exemple cité c’est le cas<br />

surtout chez Mérimée, Julvécourt et Sesemann. Gide et Niqueux tentent de<br />

minimiser les écarts.<br />

LE LEXIQUE<br />

Certaines de ces traductions présentent des particularités lexicales ponctuelles<br />

et/ou généralisées.<br />

C’est le cas de Dimitri Sesemann. Il opte souvent en présence de références<br />

typiquement russes vers la xénophilisation (selon Umberto Ecco 1 ), ou l’exotisation<br />

(selon A. Berman 2 ) qui se traduit par la présence d’emprunts ou de calques 3 . Dans<br />

l’exemple cité il est le seul à introduire (avec une note de bas de page) le chevaliergarde,<br />

inexistant en français. Ce type de procédés est moins fréquent chez Mérimée<br />

et Meynieux (boudoutchnik pour будочник, par exemple) et peu présent pour les<br />

autres.<br />

Sur le plan lexical Sesemann cherche systématiquement à rabaisser l’image<br />

de Lizaveta Petrovna et sa relation avec Hermann et à rehausser celle de la vielle<br />

comtesse. Hermann a aperçu un frais minois chez Sesemann (свежее личико chez<br />

Pouchkine, minois correspondrait aussi à мордочка, мордашка), tandis que<br />

Mérimée, Julvécourt et Gide optent pour un frais visage, Niqueux est le seul à suivre<br />

Sesemann qui, par contre, est le seul à dire, par exemple, les larmes de la<br />

malheureuse fille, sa détresse séduisante (les autres traducteurs optent pour jeune<br />

fille, et charme étonnant, que lui donnait sa douleur, ou la beauté touchante de sa<br />

douleur, le charme admirable de sa douleur etc.) Chez Pouchkine nous voyons<br />

1 On pourrait se référer ici à son article dans « Le plaisir des formes » édité par le Centre Roland-Barthes<br />

(Editions du Seuil, paris 2003) ou à son livre (« Dire presque la même chose », Traduction française,<br />

Grasset, Paris 2003).<br />

2 Op. cit.<br />

3 Ces procédés font aussi partie des sept procédés spécifiques de la traduction selon J.-P. Vinay et J.<br />

Darbelnet (La stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier, 1977).<br />

97


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

…но ни слезы бедной девушки ни удивительная прелесть ее горести. Le mot<br />

fille est ouvert aux interprétations à caractère plus ou moins négatif ou quelconque<br />

(fille de rue, fille de chambre) qui sont bloquées par jeune fille. En revanche la<br />

comtesse chez Sesemann est systématiquement qualifiée de vieille dame, vieille<br />

femme ou de vieillarde (mot rare à caractère littéraire) pour старуха et en cela il a<br />

des similitudes avec Mérimée. Sesemann évite soigneusement le substantif vieille<br />

(souvent à caractère irrespectueux), sauf dans le cadre des répliques d’Hermann.<br />

Chez Niqueux nous sommes en présence d’un choix lexical unique : hôtel 1<br />

pour дом (la maison) de la comtesse, qui peut être considéré comme une tentative de<br />

"nationalisation" (selon U.Eco 2 ), ce mot étant plutôt lié à la culture française.<br />

D’autres part, Niqueux cherche souvent à se rapprocher de façon littérale du texte<br />

russe. Dans l’exemple cité ci-dessus il est le seul à introduire une fois (однажды)<br />

dont la nécessité en français est discutable.<br />

LES ARCHAÏSMES<br />

Pour le lecteur russophone qui lit Pouchkine aujourd’hui ces textes sont<br />

perçus comme archaïques, le problème de compréhension étant souvent d’actualité 3 .<br />

V. Vinogradov avait parlé d’un petit nombre d’archaïsmes dans « La Dame de<br />

Pique » 4 encore que ses écrits datent de 1939. Le caractère archaïque du texte ne<br />

passe pas toujours par le lexique, très souvent ce sont des formes grammaticales ou<br />

des tournures de phrases.<br />

En guise d’exemple prenons la réplique de Paul du chapitre II :<br />

Здравствуйте, grand-maman, - сказал вошедший молодой офицер. – Bonjour,<br />

mademoiselle Lise. Grand’maman, я к вам с просьбою 5 . Le caractère archaïque de<br />

cette phrase se résume par la présence du français dans un texte qui traite du<br />

quotidien ; il est lié aussi a la forme de l’ablatif en –ою, disparue depuis, remplacée<br />

par les formes en Ŕой. Si la première partie de l’énoncé est traduite de façon presque<br />

identique par tous les traducteurs (Bonjour, grand-maman, dit en entrant un jeune<br />

officier), sa deuxième partie, toute simple qu’elle soit, est sujette à des variations :<br />

J’ai une demande à vous adresser (Gide), J’ai une faveur à vous demander<br />

(Sesemann), J’ai une demande à vous faire (Niqueux), Je viens vous adresser une<br />

requête (Meynieux), C’est une requête que je viens vous porter (Mérimée).<br />

C’est l’un des cas, très nombreux d’ailleurs, où Meynieux ne suit pas<br />

Mérimée à la lettre. Le mot requête en français contemporain dans sa signification<br />

première « demande instante verbale ou écrite » (Petit Robert) n’est plus tout à fait<br />

d’usage. Par contre il a gardé toutes ces positions dans le domaine du droit et même,<br />

à l’ère informatique, il s’est forgé une nouvelle signification (lancer, modifier une<br />

requête). Porter une requête était souvent lié à un déplacement. C’est pourquoi<br />

probablement Meynieux change le verbe tout en gardant le substantif. Dans sa<br />

version comme dans celle de Mérimée le caractère archaïque est plus palpable. Le<br />

1 « Demeure citadine d’un grand seigneur ou d’un riche particulier, v. Palais » dans le Petit Robert. Les<br />

demeures des aristocrates russes étaient souvent beaucoup plus modestes, et celle qu’on attribue à la<br />

comtesse à Saint-Pétersbourg, l’est aussi.<br />

2 Op. cit ;<br />

3 En ce sens les commentaires de Yuri Lotman portant sur « Eugène Onéguine » et leur impact sur le<br />

public russe sont très édifiants.<br />

4 Op.cit.<br />

5 Les mots en italique sont en français dans le texte.<br />

98


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

texte d'A. Gide est paradoxalement très « modernisé » dans sa totalité, le texte de<br />

Niqueux de façon inégale.<br />

LES FIGURES<br />

Pour ce qui est des figures de style, elles sont très peu présentes dans le texte<br />

de Pouchkine, et même si on en trouve il s’agit de figures conventionnelles ou<br />

lexicalisée. Un cas néanmoins est à signaler. Il s’agit du verbe окаменеть (se<br />

pétrifier, rester pétrifié) qui apparaît dans l’original à deux reprises. Мертвая<br />

старуха сидела, окаменев ; лицо ее выражало глубокое спокойствие. Dans les<br />

versions françaises cela donne : Elle était assise dans son fauteuil toute roide 1 ; les<br />

traits de son visage n’étaient point contractés (Mérimée) ; Le cadavre de la vielle<br />

était assis tout roide, son visage exprimait un calme profond (Meynieux) ; Elle était<br />

assise toute raide. Son visage exprimait un calme profond (Gide) ; La vielle femme<br />

morte était assise, pétrifiée ; ses traits exprimaient un calme profond (Sesemann) ;<br />

La morte était assise, pétrifiée ; son visage exprimait un calme profond (Niqueux).<br />

Le mot roide est vieilli, Meynieux le reprend. L’équivalant français du verbe<br />

окаменеть au sens figuré est repris par Sesemann et Niqueux.<br />

Une autre phrase reproduit la même métaphore et concerne cette fois-ci<br />

Hermann qui attend le retour de la comtesse Он окаменел ; les versions françaises<br />

sont Son cœur redevint de pierre (Mérimée) ; Il se fit de pierre (Meynieux, Gide et<br />

Niqueux) ; Il était comme pétrifié (Sesemann). Le parallélisme se retrouve surtout<br />

chez Sesemann (le même verbe pétrifier) et chez Niqueux (pétrifiée, pierre). Ce<br />

réseau sous-jacent 2 qui rapproche Hermann de la comtesse et qui représente peutêtre<br />

un élément significatif de l’original a été remarqué dans les traductions les plus<br />

récentes.<br />

Ainsi une métaphore (conventionnelle ou inventive) peut être reprise dans la<br />

traduction si la langue cible s’y prête, ce qui d’une certaine façon, est le cas ici 3 .<br />

Néanmoins cette métaphore est plus marquante et pour cela même peut-être moins<br />

heureuse en français qu’en russe, ce qui a du freiner « les écrivains » Mérimée et<br />

Gide. Mérimée pour sa part a introduit beaucoup d’éléments expressifs et, entre<br />

autres, des figures inexistantes dans le texte de Pouchkine 4 . Les figures sont des<br />

éléments non standard qui demandent à chaque fois une prise de positions :<br />

supprimer ou reproduire d’une façon ou d’une autre, à cet endroit précis ou à un<br />

autre.<br />

Dans les traductions de La Dame de Pique on peut trouver quelque dizaines<br />

de phrases (il s’agit de phrases courtes) qui coïncident presque complètement chez<br />

tous les traducteurs si l’on fait abstraction évidemment des rajouts de Julvécourt et<br />

de Mérimée, marqués encore par l’époque des "Belles Infidèles". Les phrases à<br />

1 Roide est un mot rare et vieilli. On écrivait roide, roidement, roideur, roidir à l’époque classique, raide<br />

s’est généralisé au XVIII-XIX e siècles (voir ; Alain Rey. Dictionnaire historique de la langue française.<br />

Paris, 1992).<br />

2 Voir A. Berman, op.cit.<br />

3 On trouvera quelques détails sur la figurativité en traduction dans Разлогова Е. Э. К проблеме<br />

изменения статуса стилистических фигур при переводе // «Маргиналии 2008: периферия культуры<br />

и границы текста», М., 2008.<br />

4 Voir les notes d’Henri Mangault dans Mérimée-Pouchkine (op.cit) et aussi Elena Razlogova. Ironie et<br />

cultures ; Trois exemples pour aborder le sujet. Humour, Ironie et les discours. CALS/CPST, Langages et<br />

Signification, Toulouse 2009.<br />

99


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

l’identique sont presque introuvables dans les traductions de Boris Godounov sur<br />

lequel nous allons nous pencher maintenant.<br />

BORIS GODOUNOV OU LA DIFFICULTÉ<br />

Il existe plusieurs traductions françaises de Boris Godounov 1 . Nous en avons<br />

choisi trois Ŕ celle d’André Meynieux (1953), de Gabriel Arout (1961) et de Roger<br />

Legras (1961).<br />

Bien qu’elles ne soient pas éloignées dans le temps elles présentent des<br />

différences très marquantes. Boris Godounov est un texte avec beaucoup d’éléments<br />

non standard. Chaque élément non standard demande une prise de position, et dans<br />

ce cas précis c’est tout d’abord la structure métrique, vers iambiques de cinq pieds<br />

de l’original. Trois solutions sont proposées : une traduction en prose qui étant<br />

totalement concentrée sur le sens ne respecte pas les vers (André Meynieux) 2 ,<br />

traduction avec tentative d’imitation de la versification originale 3 (Gabriel Arout) 4 ,<br />

traduction en alexandrins propres à la tragédie classique française (Roger Legras) 5 .<br />

Nous allons donner des exemples tirés des deux premières traductions qui illustrent<br />

bien la problématique linguistique et stylistique, la traduction de Legras présentant<br />

beaucoup de similitudes avec celle d’Arout.<br />

LE MÈTRE ET LA SYNTAXE<br />

Pour reprendre le schéma développé plus haut il s’avère que, vu la spécificité<br />

du texte dramatique, sa polyphonie, aucun trait grammatical caractéristique pour<br />

l’une des traductions n’a pu être dégagé. Les variations d’articles existent ainsi que<br />

le flottement des formes verbales, mais aucune tendance précise n’a pu être repérée.<br />

Quant à la syntaxe, tous les traducteurs ont tenté d’alléger l’original en coupant de<br />

façon générale les phrases longues en plusieurs phrases plus courtes. En ce sens<br />

Meynieux a pris plus de libertés. Dans l’exemple qui suit, Meynieux dégage six<br />

phrases (deuxième colonne), Arout (troisième colonne) - trois. Par cela même<br />

s’exprime la tendance à la rationalisation, évoquée par A. Berman 6 . Chez Pouchkine<br />

Pouchkine nous restons toujours sur la même phrase 7 .<br />

1 Voire Bibliographie. Pouchkine. Œuvres complètes. Publiées par André Meynieux. L’Age d’homme,<br />

1973.<br />

2 Pouchkine. Œuvres complètes (op. cit.).<br />

3 La versification française diffère de la versification russe. En français le mètre n’est défini que par le<br />

nombre des syllabes, en russe par le nombre des syllabes et l’accent tonique (versification syllabique en<br />

français et syllabo-tonique en russe).<br />

4 Griboïedov, Pouchkine, Lermontov. Œuvres. Introduction par Gustave Aucouturier. Bibliothèque de la<br />

Pléiade.Gallimard, Paris 1973<br />

5 Roger Legras. Boris Godounov. Paris, 1961.<br />

6 Op. cit ;<br />

7 Je remercie ici Natacha Bérésina qui a fait un énorme travail sur les textes.<br />

100


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

А что мне было<br />

делать ?<br />

Все объявить<br />

Федору ? Но Царь<br />

На все глядел очами<br />

Годунова,<br />

Всему внимал ушами<br />

Годунова :<br />

Пускай его б уверил я<br />

во всем,<br />

Борис тотчас его бы<br />

разуверил,<br />

А там меня ж сослали<br />

б в заточенье,<br />

Да в добрый час, как<br />

дядю моего,<br />

В глухой тюрьме<br />

тихонько б задавили.<br />

Не хвастаюсь, а в<br />

случае конечно<br />

Никакая казнь меня не<br />

устрашит ;<br />

Я сам не трус, но<br />

также не глупец,<br />

И в петлю лузть не<br />

соглашуся даром.<br />

CHOUISKI.<br />

ŕ Et que devais-je faire ?<br />

Tout dire à Féodor ?<br />

Mais le tsar ne voyait que<br />

par les yeux de Godounov<br />

et n'entendait que par<br />

l'oreille de Godounov.<br />

Admettons que j'aie su le<br />

persuader de tout : Boris<br />

tout aussitôt l'aurait<br />

dépersuadé.<br />

Alors c'est moi qu'on eût<br />

exilé, mis aux fers, c'est<br />

moi qu'au bon moment,<br />

comme autrefois mon<br />

oncle, en un discret<br />

cachot on eût tout<br />

doucement étranglé.<br />

Je ne me vante point.<br />

Sans doute aucun<br />

supplice, à l'occasion, ne<br />

m'effraierait.<br />

Je ne suis pas poltron,<br />

mais pas idiot non plus, et<br />

ne veux pas pour rien me<br />

mettre au cou la corde.<br />

CHOUISKI.<br />

Que pouvais-je faire ?<br />

Tout dire au tsar Feodor ? Tu sais<br />

bien<br />

Que notre tsar n'avait d'yeux ni<br />

d'oreilles,<br />

Sinon l'oreille et l'œil de Godounov.<br />

Et même si j'avais pu le convaincre,<br />

En un instant Boris aurait détruit<br />

L'effet de mon discours<br />

comminatoire.<br />

Quant à moi, dans un cul-de-bassefosse,<br />

Discrètement, un jour de bonne<br />

humeur,<br />

On m'étranglait, ainsi que feu mon<br />

oncle...<br />

Sans me vanter, je sais à l'occasion<br />

Affronter le danger et le supplice,<br />

Je sais payer de ma personne, mais<br />

Pour être brave, je ne suis pas sot,<br />

Et sans profit, je n'apporterai pas,<br />

Naïvement, la corde pour me<br />

pendre.<br />

Un autre type de rationalisation, la destruction de la concrétude, qui fait<br />

passer l’original du concret à l’abstrait est très présente chez Arout :<br />

ВОРОТЫНСКИЙ. VOROTYNSKI.<br />

VOROTYNSKI<br />

Не мало нас наследников<br />

Варяга.<br />

ŕ Oui, nous sommes beaucoup<br />

d'héritiers du Varègue.<br />

Nous sommes<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

Скажу, что понапрасну<br />

лилася кровь Царевича<br />

– младенца ;<br />

Что если так, Димитрий<br />

мог бы жить.<br />

quelques-uns de ce<br />

grand sang.<br />

La traduction d’Arout fourmille de clarifications :<br />

CHOUISKI.<br />

CHOUISKI.<br />

ŕ Je dirai que pour Alors, je te dirais :<br />

rien coula le sang du Que c'est pour rien qu'on a versé le<br />

petit tsarévitch, et sang<br />

qu'en ce cas Dimitri De Dimitri, l'héritier légitime,<br />

pouvait vivre. Que l'innocent enfant aurait pu vivre.<br />

Le rallongement, dû surtout à la forme métrique, caractérise aussi la<br />

traduction d’Arout :<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

А кто же ?<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

А что мне было<br />

делать ?<br />

Все объявить<br />

Федору ?<br />

CHOUISKI.<br />

ŕ Et qui alors ?<br />

CHOUISKI.<br />

ŕ Et que devais-je<br />

faire ?<br />

Tout dire à Féodor ?<br />

CHOUISKI.<br />

Qui d'autre avait intérêt à ce crime ?<br />

CHOUISKI.<br />

Que pouvais-je faire ?<br />

Tout dire au tsar Feodor ?<br />

101


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

Перешагнет ;<br />

Борис не так-то<br />

робок !<br />

CHOUISKI. ŕ Boris<br />

passera outre.<br />

Il n'est pas si timide.<br />

CHOUISKI.<br />

Au bon moment il saura l'enjamber.<br />

Boris n'est pas timide...<br />

БАСМАНОВ. BASMANOV. ŕ Vous basmanov<br />

Узнаете вы le saurez demain. Je te dirai demain ce que j'en pense.<br />

завтра.<br />

Il faut noter au passage que ces rajouts n’ont rien avoir avec les libertés<br />

relevant de l’époque des "Belles Infidèles" prises par Julvécourt ou Mérimée dans<br />

leurs traduction de La Dame de Pique. Ici ce n’est pas un choix, c’est un impératif<br />

technique. En voici un exemple encore plus frappant :<br />

ШУЙСКИЙ.<br />

Но вот<br />

ŕнарод приветствует<br />

Царя<br />

ŕ 0тсутствие мое<br />

заметить могут<br />

ŕ Иду за ним.<br />

CHOUISKI.<br />

ŕOh ! mais voici le tsar, le<br />

peuple qui l'acclame.<br />

On peut remarquer mon<br />

absence.<br />

Je les suis.<br />

CHOUÏSKI<br />

N’en parlons plus. Écoute<br />

l'ovation.<br />

Il faut que j'y assiste, mon<br />

absence<br />

Pourrait se remarquer, sait-on<br />

jamais...<br />

Suivons le Tsar.<br />

Toutes les déformations évoquées par A. Berman sont bien représentées dans<br />

le texte d’Arout.<br />

En revanche la tendance vers la littéralité caractérise fortement le texte de<br />

Meynieux :<br />

ОДИН.<br />

Все плачут ŕ<br />

Заплачем, брать и мы :<br />

ГРИГОРИЙ<br />

пробуждается<br />

Все тот же сон ! Возможно<br />

ль ? В третий раз !<br />

Проклятый сон !...<br />

ОДИН<br />

Что тамъ за шумъ ?<br />

UN HOMME.<br />

— Ils pleurent tous.<br />

Frère, pleurons nous aussi.<br />

GRIGORI se réveille.<br />

ŕ Toujours le même rêve !<br />

Est-ce possible ?<br />

Pour la troisième fois !<br />

Le maudit rêve !...<br />

UN HOMME.<br />

ŕ Quel est ce bruit, là-bas ?<br />

UN HOMME<br />

Vois, tout le monde<br />

pleure, il serait bon<br />

De nous y mettre aussi.<br />

Grégoire s'éveille.<br />

Oh, se peut-il, trois fois<br />

le même rêve !<br />

Un<br />

affreux<br />

cauchemar !...<br />

UN HOMME<br />

Écoute... Ce vacarme !<br />

LE LEXIQUE<br />

Une tendance flagrante à l’emprunt se manifeste chez Meynieux. La<br />

xénophilisation ou l’exotisation de son texte sont opposées aux tendances<br />

nationalisantes des textes D’Arout et de Legras. Les noms propres aussi y passent<br />

(Grigori contre Grégoire, par exemple).<br />

ГРИГОРИЙ<br />

О бурном ли<br />

Новогородском вече ?<br />

ли О славе отечества ?<br />

Напрасно : …<br />

„Приду к вам преступник<br />

окаянный<br />

102<br />

GRIGORIŕ<br />

Le tumultueux Vetché de<br />

Novgorod ?<br />

Ou bien les jours glorieux de<br />

la patrie ?<br />

En vain !<br />

vers vous j'irai, moi, criminel<br />

GREGOIRE<br />

Aux débats agités de<br />

Novgorod ?<br />

Ou conte-t-il la gloire du<br />

pays ?<br />

En vain.<br />

Oui, je viendrai, criminel


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

„И схиму здесь честную<br />

восприму,<br />

„К стопам твоим, святой<br />

Отец, припадши."<br />

Уразумев небесное<br />

виденье,<br />

Зане святой Владыка<br />

пред Царем<br />

Во храмине тогда не<br />

находился.<br />

ГРИГОРИЙ.<br />

Давно, честный отец,<br />

Хотtлось мне тебя<br />

спросить о смерти<br />

Димитрия Ŕ Царевича ; в<br />

то время<br />

Ты, говорить, был в<br />

Угличе.<br />

ГРИГОРИЙ.<br />

Хозяйка ? Нет ли въ избе<br />

другого угла ?<br />

ПЕРВЫЙ ПРИСТАВ.<br />

Алѐха ! при тебе ли<br />

Царский Указ ?<br />

maudit, et recevrai ici<br />

la skhima vénérable, en<br />

tombant à tes pieds, ô Saint-<br />

Père ! » …<br />

…ayant compris qu'il<br />

s'agissait d'une vision céleste,<br />

car le saint Vladyka de la<br />

chambre du tsar pour lors<br />

était absent.<br />

GRIGORI.<br />

II y a longtemps, Révérend<br />

Père, que je voulais te poser<br />

des questions touchant la mort<br />

du tsarévitch Dmitri.<br />

On dit qu'en ce temps-là tu<br />

étais à Ouglitch.<br />

GRIGORI.<br />

ŕ Patronne !<br />

N'y a-t-il pas un autre coin<br />

dans l'izba ?<br />

LE PREMIER PREPOSE.<br />

ŕ Aliokha ! As-tu sur toi<br />

l'oukaz du tsar ?<br />

sans pardon,<br />

Me prosterner repentant à<br />

tes pieds<br />

Pour revêtir enfin la sainte<br />

robe. »<br />

En devinant une vision<br />

céleste :<br />

Le Patriarche, en effet,<br />

n'était pas<br />

À ce moment auprès de<br />

notre tsar.<br />

GREGOIRE<br />

Dis-moi, mon père,<br />

Depuis longtemps déjà je<br />

désirais<br />

Te questionner sur cet<br />

assassinat<br />

Du prince Dimitri. N'étaistu<br />

pas<br />

Présent, toi-même, à<br />

Ouglitch, à l'époque ?<br />

GREGOIRE :<br />

Patronne, tu ne peux pas me<br />

fourrer quelque part ?<br />

LE PREVOT :<br />

Aliokha, tu as sur toi la<br />

circulaire du tsar ?<br />

Les locutions et les jeux de mots rimées sont souvent traduits littéralement<br />

par Meynieux et remplacés par des locutions françaises rimées elles aussi, plus ou<br />

moins équivalentes, par Arout (voire exemple ci-dessous). Encore que Meynieux ne<br />

soit pas tout à fait étranger à ce genre d’exercices (Buvons donc un bon petit verre<br />

pour la gentille cabaretière... dans la même scène de l’auberge)<br />

МИСАИЛ.<br />

Что же ты не<br />

подтягиваешь, да и не<br />

потягиваешь ?<br />

MISSAÏL.<br />

-Pourquoi n'accompagnestu<br />

pas, et pourquoi ne boistu<br />

pas ?<br />

Missaël :<br />

Alors toi : ni chanson, ni<br />

échanson ?<br />

Les proverbes et les clichés discursifs font l’objet d’une attention spéciale des<br />

deux traducteurs. Les deux arrivent par moments à trouver le mot juste, surtout<br />

quand il s’agit de transmettre une oralité radicale sous son aspect le plus spontané et<br />

familier :<br />

ДРУГОЙ<br />

А как нам знать ? То<br />

ведают Бояре ŕ Не<br />

нам чета.<br />

UN AUTRE.<br />

ŕ Et comment le saurions-nous ?<br />

Ce sont les boïars qui le savent.<br />

Eux et nous, ça fait deux.<br />

UN AUTRE<br />

On n'en sait rien.<br />

C'est aux boïars de<br />

savoir, pas à nous.<br />

103


ГРИГОРIЙ про себя.<br />

Вот тебе, бабушка, и<br />

Юрьев день.<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

GRIGORI, à part.<br />

ŕ Quelle tuile, ma vieille !<br />

Grégoire, à part :<br />

Cela, mon bon,<br />

c'est pour ma fête !<br />

Quant à la superposition des langues (notamment les répliques en français<br />

dans le texte) elle présente un problème dû probablement au fait que les traducteurs<br />

auraient pris comme base des éditions différentes de l’original. Cela pourrait<br />

expliquer en particulier les différences dans l’exemple suivant :<br />

МАРЖЕРЕТ.<br />

Qu'est-ce à dire<br />

pravoslavni ? Sacrés<br />

gueux, maudite canaille !<br />

Mordieu, Mein Herr,<br />

j'enrage : on dirait que ça<br />

n'a pas de bras pour frapper,<br />

ça n'a que des jambes pour<br />

foutre le camp.<br />

MARGERET.<br />

ŕ Qu'est-ce à dire<br />

pravoslavni ?<br />

ŕ Sacrés gueux, maudite<br />

canaille ! Mordieu, Mein<br />

Herr, j'enrage : on dirait que<br />

ça n'a pas de bras pour<br />

frapper, ça n'a que des<br />

jambes pour foutre le camp.<br />

Margeret :<br />

Qu'est-ce qu'il<br />

raconte ? Sacrés<br />

gueux ! Maudites<br />

canailles ! Mordieu,<br />

Mein Herr, j'enrage : on<br />

dirait que ça n'a pas de<br />

bras pour frapper, ça<br />

n 'a que des<br />

jambes pour foutre le<br />

camp !<br />

Dans d’autres répliques du même genre on observe des différences de<br />

ponctuation : Je ne bouge plus d’un pas – puisque le vin est tiré, il faut le boire<br />

(Meynieux) ; Je ne bouge plus d’un pas. Puisque le vin est tiré il faut le boire !<br />

(Arout). Cette problématique renvoie souvent aux différentes versions des textes de<br />

Pouchkine qui peuvent être à la base de cette diversité.<br />

Les interjections présentent une certaine difficulté dans la traduction qu’ont<br />

bien cernée Vinay et Darbelnet 1 . Les interjections sont peu nombreuses et rattachées<br />

à des situations précises. Meynieux et Arout trouvent des solutions souvent<br />

différentes à ce problème :<br />

БАБА с ребенко<br />

Агу ! не плачь, не<br />

плач ! Вот бука,<br />

бука<br />

Тебя возьмет ! Агу,<br />

агу... не плачь.<br />

UNE BABA avec son enfant.<br />

ŕ Dodo ! Ne pleure pas, ne pleure<br />

pas ; voilà le loup-garou, le loupgarou<br />

qui va te prendre !<br />

Dodo, dodo !...<br />

Ne pleure pas !<br />

UNE BONNE FEMME,<br />

avec son enfant.<br />

Hou, hou, ne pleure pas, ou<br />

je te donne<br />

Au méchant loup, ne pleure<br />

pas, hou, hou…<br />

Si dodo cherche à apaiser, hou, hou est destiné à faire peur, l’агу russe<br />

correspondant plutôt à l’areu(h) français.<br />

Mais la plus grande audace d’Arout dans le champ lexical consiste à rendre<br />

les mots Литва (Lituanie), литовец (Lithuanien), литовский (lithuanien) par<br />

Pologne, Polonais et polonais 2 .<br />

1 Op.cit.<br />

2 Cela s’explique probablement par le fait que Gabriel Arout, auteur dramatique et scénariste, destinait sa<br />

traduction à la scène. Vu le caractère « brutal » (terme de P. Lorthomas) du langage dramatique lié à ce<br />

que le discours théâtral doit être suivi au fur et à mesure de son émissions, Arout en retire tout ce qui peut<br />

entraver la compréhension. Au début des années 60 « l’homme de la rue » français ne savait rien de la<br />

Lituanie. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Mais la vérité historique s’en trouve détournée. Roger<br />

104


NOUVELLES TRADUCTIONS : MOTIVATIONS ET RÉALISATIONS<br />

ПУШКИН.<br />

Россия и Литва /<br />

Димитрием давно его<br />

признали, / Но впрочем<br />

я за это не стою.<br />

ВАРЛААМ.<br />

Что тебе Литва так<br />

слюбилась ? Вот мы,<br />

отец Мисаил да я<br />

грешный, как утекли<br />

из монастыря, так ни о<br />

чем уж и не думаем :<br />

Литва ли, Русь ли, что<br />

гудок, что гусли, все<br />

нам равно, было бы<br />

вино... да вот и оно !...<br />

POUCHKINE.<br />

ŕ La Russie et la Lituanie ont<br />

en lui reconnu Dmitri depuis<br />

longtemps. D'ailleurs, ça m'est<br />

égal.<br />

VARLAAM.<br />

ŕ Qu'est-ce qu'elle t'a fait, la<br />

Lituanie, pour que tu l'aimes<br />

tant ?<br />

Regarde-nous, le père Missaïl et<br />

moi, pauvre pécheur, depuis que<br />

nous avons filé du monastère,<br />

nous ne pensons plus à rien du<br />

tout. Lituanie ou Russie,<br />

trompette ou clarinette, c'est bien<br />

la même vie, s'il y a de l'eau-devie...<br />

et la voilà servie !...<br />

Pouchkine<br />

Pourtant, et la Russie et la<br />

Pologne / Ont reconnu le<br />

prince Dimitri. / D'ailleurs<br />

qu'importe, il m'est<br />

indifférent<br />

VARLAAM.:<br />

Tu en tiens tant que ça pour<br />

la Pologne ! Regarde-nous,<br />

le père Missaël et moimême,<br />

pécheur. Depuis que<br />

nous avons fui le<br />

monastère, ne nous faisons<br />

soucis de rien. Pologne ou<br />

Russie, bonnet blanc et<br />

blanc bonnet, pourvu qu'il y<br />

ait… et en voilà<br />

Le côté archaïque du texte original qui s’exprime à travers les formes<br />

grammaticales et le lexique disparaît complètement dans les deux traductions.<br />

Meynieux cherche néanmoins à récupérer cette nuance en introduisant certains<br />

archaïsmes français, comme, par exemple comme devant :<br />

ШУЙСКИЙ. А там<br />

ŕ а там он будет нами<br />

править /По прежнему.<br />

CHOUISK1.<br />

ŕ Et alors... alors<br />

comme devant il nous<br />

régentera.<br />

CHOUISK1.<br />

Et puis... Et puis il nous<br />

régentera,<br />

Comme par le passé...<br />

Le vieux slave tellement palpable dans l’original ne trouve aucun équivalent<br />

dans les traductions et se réduit à l’utilisation des emprunts (Meynieux) ou<br />

d’équivalents religieux de provenance française (Arout) plus familiers pour le<br />

lecteur ou le spectateur.<br />

Après avoir considéré tous ces différends nous pouvons dégager quelques<br />

conclusions.<br />

CONCLUSION<br />

1. Le langage présente une telle richesse dans le domaine de la périphrase que, dès<br />

qu’il s’agit d’un texte littéraire, dont le propre n'est pas d'être expressément<br />

simplifiable, on est à l’abri d’une totale similitude dans la traduction. Même<br />

dans le cas d'un texte « facile » la coïncidence ne peut concerner que les phrases<br />

courtes. Les traducteurs le savent. Donc on peut sans la moindre crainte traduire<br />

et retraduire les mêmes textes. Il n’y a aucune entrave objective à la « frénésie »<br />

traductrice.<br />

2. L’élément narratif d’une œuvre ne peut être véritablement modifié du moment<br />

qu’il s’agit d’une traduction et non d’une adaptation libre.<br />

3. Les éléments standard peuvent être gérés grâce aux procédés classiques de la<br />

traduction (emprunts, calques, traductions mot à mot, transpositions,<br />

modulations, équivalences, adaptations, hyponymes, hypéronymes etc.). Cela ne<br />

Legras dans sa traduction en alexandrin destinée elle aussi à être jouée sur scène a conservé les mots<br />

Lituanie et lituanien.<br />

105


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

veut pas dire que cela se fait de manière automatique. Le langage peut proposer<br />

(ou ne pas proposer) des solutions dans l’un des registres opérationnels. La<br />

recherche de ces solutions est souvent d’ordre heuristique. Les éléments standard<br />

ne sont en général pas supprimés dans la traduction.<br />

4. Les éléments non standard du texte, qu’il s’agisse de figures de style<br />

(inventives ou conventionnelles), archaïsmes, néologismes, argotismes, éléments<br />

métriques ou /et rimés, particularités sonores des mots, systématismes, réseaux<br />

sous-jacents, quelques autres éléments et systèmatismes stylistiques, résultats<br />

d'une analyse préalable, demandent une prise de position radicale. Les éléments<br />

non standard peuvent être ponctuels ou concerner des parties intégrantes d’un<br />

texte, voire sa totalité. L’élément non standard peut être supprimé dans la<br />

traduction et souvent il l’est. Nous avons fourni plusieurs exemples de ces<br />

suppressions.<br />

5. Les éléments non standard de l’original peuvent être mis en correspondance<br />

avec des éléments non standard de la traduction qui pourraient être d’une autre<br />

nature (la phrase courte de La Dame de Pique et la fréquence accrue du passé<br />

simple dans la traduction de Gide).<br />

6. Le traducteur peut avoir un objectif personnalisé, extra linguistique et extra<br />

stylistique qui peut influencer ces choix (la suppression de la Lituanie par Arout<br />

dans Boris Godounov, le rabaissement de Lise par Sesemann dans La Dame de<br />

Pique).<br />

7. Le clivage entre la diversité des langues (de départ et d'arrivée) et la diversité<br />

d'approches stylistiques en traduction sont étroitement liés à l'opposition de<br />

deux catégories d'éléments : standard et non standard, qu'il s'agisse du texte<br />

source ou du texte cible.<br />

RAZLOGOVA Elena<br />

Université Lomonossov de Moscou<br />

razlogova.elena@gmail.com<br />

106


DE L’INTERPRÉTATION DU DROIT COMME ÉCRIT<br />

D’ÉCRAN AUX CRITIQUES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE<br />

SUR L’INTERNET<br />

Nous trouvons sur l’internet différentes interprétations du droit ; celles-ci<br />

peuvent être produites par le juge ou par le juriste. Elles relèvent de la mise en ligne<br />

de la jurisprudence, de commentaires d’analyse ou de la reformulation en vue de<br />

fournir au public une information accessible et compréhensible. Si « nul n’est censé<br />

ignorer la loi », nous savons aussi à quel point le langage juridique peut sembler<br />

hermétique au profane. L’internet peut alors apparaître comme un outil et un média<br />

très utile d’un point de vue pratique et démocratique. Notre hypothèse est qu’une<br />

communauté interprétative, au sens que lui donne Charles Sanders Peirce dans les<br />

Écrits sur le signe, émerge sur l’internet, une communauté en provenance de la<br />

société civile et dont l’écrit, un écrit d’écran (Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret),<br />

n’est pas celui de l’expert en droit (Aristote, Paul Ricœur, Ronald Dworkin). En<br />

effet, la société civile semble aujourd’hui profiter de l’interactivité que permet<br />

l’internet pour confronter ses propres interprétations du droit. Quelles sont les<br />

spécificités de cette communauté interprétative ?<br />

D’un point de vue empirique, nous exposerons des recherches concernant un<br />

forum, celui du Forum des droits sur l’internet. Nous évoquerons plus<br />

particulièrement un forum qui s’est déroulé entre le 15 septembre 2008 et le 15<br />

janvier 2009 portant sur la réforme de la loi de 1978 relative à l’informatique, aux<br />

fichiers et aux libertés. Ce forum s’étend jusqu’au 15 janvier 2009, date limite de la<br />

consultation intitulée « Vie privée numérique », concernant la protection de la vie<br />

privée par rapport à la conservation des données. Dans le cadre de la communication<br />

sur cette consultation publique relative à la vie privée, la présidente de l’association<br />

qui a créé ce site s’engage auprès des internautes à ce que le FDI effectue des<br />

propositions législatives 1 . Nous analysons donc les réactions, les contributions des<br />

participants au débat à partir de trente discussions et de 131 messages postés.<br />

Après nous être interrogés sur les significations de l’interprétation du droit,<br />

nous apporterons des précisions sur l’idée de forum comme espace de discussion<br />

publique puis sur les caractéristiques de cet écrit d’écran que représente une<br />

contribution dans un forum sur le droit, et sur les spécificités de la communauté<br />

interprétative qui émerge.<br />

1 La communication de cette association a été présentée dans le cadre d’un article pour la revue Les<br />

enjeux de l’information et de la communication (« Les fonctions des consultations publiques du Forum<br />

des Droits sur l’Internet », w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009-dossier/Chevret/index.php, mis en ligne le<br />

26 janvier 2010).<br />

107


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

QU’EST-CE QU’INTERPRÉTER LE DROIT ? 1<br />

La loi ne nécessiterait pas d’interprétation. S’imposant par la clarté de son<br />

évidence, le discours juridique semblerait différent du discours poétique relevant de<br />

la métaphore. Cependant, pour que la loi devienne effective et efficiente, le juge doit<br />

l’interpréter. Son interprétation consiste d’abord en une application. L’interprétation<br />

de la loi comme application conduit à la correction de celle-ci. Pour Aristote dans<br />

L’Éthique à Nicomaque (V – 1137 b [10]), le juge « corrige », c’est-à-dire que son<br />

honnêteté consiste à corriger la loi, lui retrouver sa rectitude. Par cette correction, il<br />

applique une norme qui lui est immanente. Le juge ne remplace donc pas le<br />

législateur ; il se met à sa place, à la place que lui assigne le législateur.<br />

Au XX e siècle, l’herméneutique juridique à laquelle en appelle Hans-Georg<br />

Gadamer s’oppose à la réduction de la sentence à une pure opération de<br />

subsomption. Hans-Georg Gadamer précise bien ce rôle du juge : « Le juge ne se<br />

borne pas à appliquer la loi in concreto, il contribue par sa sentence même au<br />

développement du droit (Richterrecht) » (Hans-Georg Gadamer, 1996, p. 55). Le<br />

juge connaît la loi et il l’applique à un cas particulier. En cela, l’auteur s’inscrit en<br />

faux contre le dogmatisme juridique, celui développé par Hans Kelsen. Le<br />

positivisme juridique fondé par l’auteur de La Théorie pure du droit est parfois<br />

réduit à un dogmatisme. Précisons tout d’abord qu’il ne consiste pas à proposer des<br />

fondements théoriques au travail du juge mais à constituer une science du droit. La<br />

Théorie pure du droit repose, dans un premier temps, sur une définition de la norme<br />

juridique comme formant l’objet de la science du droit. Elle renvoie à un objet de<br />

connaissance : « Il s’agit là d’une création épistémologique et non d’une création<br />

par le travail de l’homme, au sens où l’on dit que le législateur crée une loi » (Hans<br />

Kelsen, 1988, p. 53). La science du droit n’a de dimension qu’heuristique et non<br />

axiologique. En effet, les jugements de valeur, en matière de droit, sont exclus de la<br />

réflexion sur la norme juridique. En revanche, ils interviennent dans l’évaluation<br />

d’une opposition ou d’une conformité entre le fait et cette norme dans le cadre du<br />

tribunal. Pour la théorie pure du droit, ou science du droit, une norme fondamentale,<br />

servant d’hypothèse de base, indique la manière dont se crée un ordre juridique : la<br />

validité d’une norme est déterminée par une autre norme (1988, p. 131). Pour Hans<br />

Kelsen, la validité de cet ordre repose sur son efficacité. C’est alors dans un<br />

deuxième temps, celui de l’application de la norme, qu’intervient l’interprétation.<br />

Cette dernière est la détermination du sens de la norme à appliquer et ses méthodes<br />

reposent sur un cadre ouvert à plusieurs possibilités (1988, p. 152). Ainsi, pour Hans<br />

Kelsen, si la science du droit relève d’un acte de connaissance, son interprétation<br />

renvoie à un acte de volonté (1988, p. 153).<br />

Le positivisme juridique est aujourd’hui vivement débattu sur l’importance à<br />

accorder à l’interprétation du droit. Des auteurs comme Ronald Dworkin n’hésitent<br />

pas à comparer les pratiques interprétatives du droit avec l’analyse littéraire. Non<br />

seulement le raisonnement du juriste s’appuie sur la notion de cohérence narrative,<br />

mais il prend toujours le risque d’introduire des éléments subjectifs. La pratique<br />

juridique est toujours en soi un exercice d’interprétation et en cela représente un<br />

domaine profondément politique. La meilleure lecture d’un texte juridique est donc<br />

1 Cette partie sur l’interprétation du droit a fait l’objet d’un développement dans le cadre d’un travail de<br />

thèse (Citoyenneté, civisme, civilité – Pour une approche grammairienne des justifications autour de la<br />

construction du droit relatif à l’internet en France, novembre 2006, 492 p.).<br />

108


DE L’INTERPRÉTATION DU DROIT COMME ÉCRIT D’ÉCRAN...<br />

celle rendant compte de sa valeur politique, de la même manière que la meilleure<br />

lecture d’un texte littéraire est celle qui restitue sa valeur esthétique. Si on admet<br />

qu’un jugement ne peut pas être que subjectif dans le domaine de l’esthétique ou de<br />

la morale, alors il l’est aussi dans celui du droit. Ronald Dworkin conteste<br />

radicalement l’idée d’objectivité : « La question de l’objectivité des interprétations<br />

est elle-même une question d’interprétations » (Ronald Dworkin, 1996, p. 219).<br />

Le débat sur l’interprétation dans lequel s’inscrit Ronald Dworkin a pour<br />

corrélat celui soulevé par Paul Ricœur dans le champ des théories du discours et du<br />

texte. Dans « Le problème de la liberté de l’interprète en herméneutique générale et<br />

en herméneutique juridique », pour Paul Ricœur, l’application d’une règle juridique<br />

requiert la complexité du conditionnement mutuel de l’interprétation des faits et de<br />

celle de la norme (Paul Ricœur, 1995, p. 180). L’auteur envisage la nécessité<br />

d’admettre le caractère vague du langage juridique, les conflits entre les normes, le<br />

silence de la loi dans certains cas inédits et la nécessité imposant parfois de choisir<br />

entre la lettre et l’esprit de la loi.<br />

Au-delà des divergences de point de vue, les auteurs s’accordent à penser que<br />

l’interprétation parachève le droit ; elle le complète de manière productrice. Sa<br />

fonction est de produire sa réalisation concrète. En portant sur des cas concrets,<br />

l’interprétation du droit oblige à un jugement. Dans le cadre du tribunal, ce jugement<br />

est déterminant, au sens kantien, c’est-à-dire qu’il consiste à subsumer le particulier<br />

sous l’universel. Mais la subsomption est productrice. L’interprétation effectuée par<br />

un acteur social, comme ceux que nous étudions, c’est-à-dire par exemple le<br />

membre d’une association qui anime un site ou par un membre d’un forum, ne fait<br />

bien sûr pas jurisprudence. En revanche, la contribution de celui-ci est le fruit d’un<br />

jugement. Un acteur social n’effectue pas par là un acte de connaissance et sa<br />

démarche se distingue donc de l’interprétation que nous venons de décrire. Il répond<br />

à une logique sociale et par là œuvre à la fixation de règles du jeu. Comment un<br />

membre de la société civile, un acteur social, comprend-il un signe ? Comment cette<br />

opération le conduit-elle à une réaction en conformité avec son interprétation ?<br />

Nous travaillons sur les réactions de la société civile, sur l’internet, et<br />

observons celles des membres du Forum des droits sur l’internet depuis 2002. Pour<br />

ce faire, le corpus est dessiné à partir des communiqués de presse, des rapports et<br />

des interviews accordées par la présidente de l’association 1 . La veille scientifique<br />

permet de recenser et tenir à jour les consultations publiques. Elle s’étend jusqu’au<br />

15 janvier 2009 (dix-huit forums en ligne), date limite de la dernière consultation,<br />

intitulée « Vie privée numérique » (septembre 2008-janvier 2009), organisée en<br />

partenariat avec la Commission nationale de l’informatique et des libertés,<br />

concernant la protection de la vie privée par rapport à la conservation des données<br />

personnelles des internautes par les acteurs privés et publics. Le corpus a été<br />

1 Il s’agit de 182 communiqués, des 5 rapports d’activités (du premier rapport en 2003 à 2007), des 3<br />

rapports sur les consultations des internautes (2007 et 2008, 2009), d’entretiens de la présidente Isabelle<br />

Falque-Pierrotin accordés à la presse en ligne (Le Monde Interactif du 20 août 2001 et le Journal du Net<br />

du 15 octobre 2001), de ses écrits (Les enjeux juridiques d’Internet : les propositions du rapport au<br />

ministre délégué à la Poste, aux télécommunications et à l’Espace et au ministre de la culture, Paris :<br />

Éditions La documentation française, 1997, 151 p. et « La gouvernance du monde en réseau », Cahiers du<br />

centre de recherches informatique et droit, n°22, 2002, p. 109-115.). Enfin, une observation participante a<br />

permis un travail sur la communication d’un chargé de mission de l’association, Jean Gonié (Vox<br />

Internet, 28 janvier 2005).<br />

109


110<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

délimité à partir des données mises en ligne. Nous travaillons à partir des<br />

communiqués de presse, des rapports, des interviews et des publications de la<br />

présidente Isabelle Falque-Pierrotin. Au 28 décembre 2008, 182 communiqués de<br />

presse étaient disponibles en ligne : 31 communiqués sont consacrés au lancement<br />

de consultations publiques ou à la poursuite de débats dans différentes régions. Les<br />

autres visent à informer sur les recommandations, les fiches pratiques et les<br />

rencontres organisées par le Forum des droits sur l’internet.<br />

LE FORUM COMME ESPACE DE DISCUSSION PUBLIQUE SUR LA LOI<br />

Créé en décembre 2000, suite à une initiative gouvernementale, le FDI vise à<br />

contribuer à l’information, à la concertation et à la sensibilisation des acteurs sur les<br />

conséquences de l’informatisation de notre société. Le site Forum des droits sur<br />

l’internet, à l’adresse www.foruminternet.org, représente un portail d’accès au droit<br />

relatif à l’internet. Le Forum des droits sur l’internet organise des débats à la suite<br />

desquels il formule des recommandations à destination des acteurs publics. La<br />

concertation peut également favoriser les échanges entre des acteurs privés. Dans ce<br />

cas là, le FDI n’émet pas de recommandations, mais suggère des bonnes pratiques<br />

ou usages. Ainsi, les forums en ligne sont considérés comme des « lieux de<br />

concertation et d’échange ». Au moment du lancement du FDI, en 2001, cette<br />

initiative constitue un véritable défi, à l’heure où seuls 8,7 % des internautes sont<br />

attirés par des forums (Viviane Le Fournier, 2003). En 2003, onze forums de<br />

discussion en ligne avaient déjà été animés.<br />

Nous nous interrogeons sur les procédures qui favorisent l’échange des<br />

arguments des internautes au regard du dispositif de communication (Franck<br />

Rebillard, 2007). Pour ce faire, l’étude du site de l’association est guidée par une<br />

approche pragmatique. En effet, elle est menée à partir de la recherche de l’impératif<br />

de justification, de la raison pour agir, des motivations des acteurs. Les mots sont ici<br />

considérés comme des actions, sous leur aspect pragmatique. Notre approche est<br />

également sémiotique. Les autres signes sont donc pris symboliquement (Jean-Pierre<br />

Esquenazi, 1997). Retracer le processus sémiotique consiste à situer les acteurs réels<br />

(Isabelle Falque-Pierrotin), les acteurs symboliques (acteurs privés et publics<br />

partenaires des consultations) et les différents attributs iconiques (une icône sur fond<br />

bleu, une adresse d’un site d’une autorité administrative indépendante dans un<br />

communiqué de presse).<br />

En se rendant sur le forum en ligne de discussions, l’internaute repère des<br />

icônes sur fond bleu inscrites dans la structure visuelle des échanges. Il a la<br />

possibilité de saisir le FDI sur des sujets le concernant ou de contribuer au débat.<br />

Les sujets qui font l’objet des forums sont cependant le plus fréquemment choisis à<br />

partir des thèmes plébiscités dans une consultation précédente. Les thèmes choisis<br />

par le Forum des droits sur l’internet sont soit des sujets plébiscités par les<br />

internautes dans une consultation précédente, soit des thèmes d’actualité. Pour<br />

l’internaute participant à un forum, il s’agit de respecter le thème abordé et de se<br />

soumettre à la modération a priori. Il lui est conseillé de consulter des documents à<br />

disposition sur le site, documents relatifs au sujet qui est débattu, avant d’apporter sa<br />

contribution. La participation exige la création d’un compte, depuis 2008, mais toute<br />

création d’un compte ne génère pas de contribution. Il y a, dans l’ensemble, peu de<br />

contributions. Ainsi, en 2007, sur 15 000 visites, on décompte 170 contributions.


DE L’INTERPRÉTATION DU DROIT COMME ÉCRIT D’ÉCRAN...<br />

L’internaute voit ensuite le fruit de ces consultations publiques dans les<br />

fiches pratiques et les recommandations rédigées par le Forum des droits sur<br />

l’internet. Il est aussi en mesure de suivre l’évolution auprès des acteurs privés et<br />

publics. Le schéma de l’arborescence ci-dessous permet de situer des signes<br />

auxquels l’internaute est confronté, c’est-à-dire suivant l’expression de Marc<br />

Bonhomme et Pia Stalder, une unité sémiotique (Marc Bonhomme, Pia Stalder,<br />

2006).<br />

L’institution<br />

Le Forum - Salle de presse<br />

Tribune - Contact<br />

Internet et vous<br />

Guides -Fiches pratiques<br />

Actualités -Médiation<br />

Quizzes – sondages - Forums<br />

Approfondir<br />

Veille juridique<br />

Concertation<br />

Publications -International<br />

Fig. 1 : Approche sémiotique du site du Forum des droits sur l’internet<br />

LES CARACTÉRISTIQUES DES CONTRIBUTIONS ET LES SPÉCIFICITÉS DE LA<br />

COMMUNAUTÉ INTERPRÉTATIVE<br />

Les contributions des internautes sont des réactions discursives à la<br />

communauté interprétative que constituent les membres de l’association Forum des<br />

droits sur l’internet. En effet, dans le cadre de la communication sur la consultation<br />

publique relative à la vie privée (16 septembre 2008-15 janvier 2009), consultation<br />

conjointement organisée avec la Commission nationale de l’informatique et des<br />

libertés, Isabelle Falque-Pierrotin s’engage auprès des internautes à ce que le FDI<br />

effectue des propositions législatives. Dans une vidéo en ligne, elle répond à<br />

plusieurs questions qui lui sont adressées : « Pourquoi organisez-vous une<br />

consultation sur la vie privée ? Qu’attendez-vous de cette consultation ? À quoi<br />

serviront les contributions des internautes ? ». Cette consultation publique sur la vie<br />

privée se donne pour objectif de recueillir des témoignages parce qu’il s’agit, selon<br />

la présidente, de « palper l’impalpable », c’est-à-dire d’évaluer les peurs des<br />

Français en matière de sécurité concernant leurs données personnelles, mais aussi de<br />

dépasser « l’imaginaire social ». Dans son discours de promotion de la consultation<br />

publique, Isabelle Falque-Pierrotin ne s’engage pas seulement à « recommander »,<br />

au regard des missions au fondement du FDI, mais également à « faire modifier la<br />

loi », ici plus précisément celle du 6 janvier 1978, relative à l’informatique, aux<br />

fichiers et aux libertés.<br />

Ainsi, la loi est élaborée dans un espace politique officiel qui revendique la<br />

construction d’un droit relatif à l’internet. Des discours politiques de justification y<br />

sont formulés, comme par exemple ceux relatifs à la Société de l’information, afin<br />

de promouvoir cette construction aux yeux de la société civile. L’association Forum<br />

111


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

des droits sur l’internet se propose d’établir une médiation. Ses membres interprètent<br />

la loi comme un objet à négocier. Sa justification, sa raison pour agir, relève donc de<br />

la négociation. D’un côté, l’association Forum des droits sur l’internet se propose de<br />

relayer les demandes issues de l’espace politique officiel et, de l’autre, de s’engager<br />

auprès des internautes à faire remonter leurs contributions.<br />

Espace politique<br />

officiel<br />

Trajectoire :<br />

justification<br />

Production :<br />

discours<br />

politique<br />

Objet<br />

revendiqué :<br />

le droit relatif<br />

à l’internet<br />

L’internet comme<br />

espace<br />

d’interprétation du<br />

droit<br />

Espace<br />

d’interprétation<br />

FDI<br />

Fig. 2 : De la production à l’interprétation du droit par les membres de l’association Forum<br />

des droits sur l’internet<br />

D’un point de vue sémio-pragmatique, l’acteur de la communication du<br />

Forum des droits sur l’internet peut être conduit pour faire faire (« participer »), à<br />

faire croire (« palper l’impalpable »), afin de faire (« recommander », « faire<br />

modifier la loi »). À ce jour, la consultation sur la Vie privée donne lieu à une<br />

trentaine de discussions et à 131 messages postés. L’internaute est conduit à la page<br />

présentée ci-dessous.<br />

Forum<br />

Dernier<br />

message<br />

Discussions<br />

Messages<br />

Puis-je contrôler mon<br />

identité et mon image sur<br />

le net ?<br />

Exprimez vous sur<br />

l(es)'identité(s)<br />

numérique(s), les systèmes<br />

de notation, la réputation et<br />

sur tout ce qui VOUS<br />

concerne directement...<br />

Pourquoi les autres<br />

s'intéressent-ils à ma vie<br />

privée ?<br />

Donnez votre avis sur les<br />

utilisations de vos données<br />

par les AUTRES...<br />

A-t-on<br />

vraiment<br />

conscience<br />

des...<br />

par<br />

Administrateur<br />

Hier 18h59<br />

Message<br />

d'introduction<br />

par le FDI<br />

par Philippe<br />

11/11/2008<br />

19h50<br />

7 52<br />

5 13<br />

112


DE L’INTERPRÉTATION DU DROIT COMME ÉCRIT D’ÉCRAN...<br />

Quelle est la place de<br />

notre vie privée face à<br />

l'État ?<br />

Edvige si vous le voulez mais<br />

plus généralement comment<br />

concilier le fonctionnement de<br />

l'ÉTAT et des collectivités<br />

territoriales avec notre vie<br />

privée.<br />

Comment améliorer la<br />

protection de la vie privée<br />

dans le monde numérique<br />

?<br />

Plus expert, ce thème est<br />

ouvert à tous ceux qui<br />

souhaitent dire comment ils<br />

conçoivent la protection de la<br />

vie privée dans le FUTUR.<br />

Forum<br />

Dernier<br />

message<br />

La place que<br />

nous lui<br />

donnons<br />

par unpapounet<br />

17/11/2008<br />

21h50<br />

Pour<br />

anticiper au<br />

lieu de<br />

réagir,...<br />

par Emmanuel<br />

Cauvin<br />

13/01/2009<br />

22h45<br />

Discussions<br />

Messages<br />

10 22<br />

9 44<br />

Fig. 3 : Capture d’écran : La consultation « Vie privée numérique » au 15 janvier 2009<br />

Mis à part, le modérateur, nommé « Stéphane », un juriste qui travaille<br />

comme permanent, le forum a mobilisé 46 contributeurs. Ces contributeurs se<br />

dessinent selon trois profils : les experts en informatique (ingénieurs, passionnés,<br />

informaticiens…), des curieux qui visitent le site pour s’informer soit sur un point<br />

juridique, soit sur un point technique (par exemple, sur les moyens de crypter ses<br />

données), des contestataires. Il n’y a donc pas d’experts en droit. Considérer les<br />

contributions des internautes comme des écrits d’écran suppose de chercher la<br />

relation sémiotique instituée entre les textes par le signe passeur (Yves Jeanneret,<br />

2000, 2009). Concernant l’hypertexte, on compte, dans les contributions étudiées, de<br />

nombreux émoticônes. Ces derniers sont des signes iconiques qui ont été à juste titre<br />

comparés à des didascalies dans l’œuvre théâtrale (Florence Mourlhon-Dallies, Jean-<br />

Yves Colin, 1999). Ils donnent des indications sur l’humeur de l’intervenant. Dans<br />

les 131 contributions étudiées, leur usage n’est pas systématique. En revanche, ils<br />

expriment des humeurs très tranchées, comme la colère. Par ailleurs, les liens<br />

hypertextes renvoient aussi vers des sources très variées : des sources juridiques, des<br />

journaux publiés exclusivement sur le net, comme le journal du net, Wikipédia…<br />

Les hyperliens ne sont pas non plus récurrents, mais moins présents que les<br />

émoticônes.<br />

Les messages mélangent l’oralité et le discours écrit. Comme le souligne<br />

Lorenza Mondada, c’est l’hybridation qui les caractérise le mieux. Les messages<br />

sont rédigés selon un « registre interactif écrit » (Lorenza Mondada, 1999). Les<br />

discours les plus critiques contiennent de nombreux points d’exclamation, surtout<br />

consécutifs. Michel Marcoccia insiste sur l’idée que ce type d’échanges dans un<br />

forum est soumis à des paramètres, comme l’absence de face à face et l’anonymat<br />

des interlocuteurs. Il y a un problème de lisibilité (Michel Marcoccia, 2003). Ce<br />

problème peut être résolu en partie par la netiquette et la modération. Or, dans le<br />

forum que nous évoquons ici, la légitimité de la modération est parfois discutée,<br />

comme est contesté l’usage de filtres bloquants par rapport aux mots vulgaires et<br />

choquants.<br />

113


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Dans les fils de discussion les plus virulents, les internautes remettent en<br />

question la légitimité même de l’association à organiser cette consultation. Ils lui<br />

reprochent de légitimer les dispositifs techno-politiques en exigeant notamment des<br />

données personnelles pour ouvrir un compte, afin de contribuer sur le forum. Ils sont<br />

plus confiants envers une autorité administrative comme la Commission nationale de<br />

l’informatique et des libertés qu’envers cette association. Dans l’ensemble, les<br />

contributeurs redoutent moins les entreprises privées que la conservation des<br />

données personnelles par l’État. Ils n’appréhendent pas de livrer des données à<br />

Facebook, par exemple ; ils expliquent qu’ils le font volontairement, contrairement à<br />

ce que l’État peut faire à notre insu. Ce sont aussi les techniques de traçage par les<br />

puces électroniques qui font l’objet de critiques 1 . Les internautes redoutent les<br />

fichiers constitués par les renseignements généraux. Les lois contestées sont celles<br />

qui visent à lutter contre le téléchargement illégal, ainsi que la loi française pour la<br />

confiance en l’économie numérique de 2004 impliquant que des données soient<br />

conservées par les fournisseurs d’accès. À la fin de la consultation, un internaute va<br />

jusqu’à appeler à ce qu’il appelle « la désobéissance civile » en renvoyant au site<br />

Wikipédia pour davantage de précisions quant à sa signification. Ainsi, la loi peut<br />

faire l’objet d’un discours critique et être envisagée comme un moyen d’oppression.<br />

L’internet comme espace<br />

d’interprétation du droit<br />

Objet<br />

revendiqué :<br />

le droit relatif<br />

à l’internet<br />

Objet interprété 1 : la loi<br />

comme objet négocié<br />

Communauté<br />

interprétative 1 : les<br />

membres du FDI<br />

Objet interprété 2 : la loi<br />

comme moyen<br />

d’oppression<br />

Communauté<br />

interprétative 2 : les<br />

participants au<br />

Forum<br />

Fig. 4 : La constitution de communautés interprétatives sur l’internet<br />

Face à la communauté interprétative que constituent les membres de<br />

l’association FDI émerge une autre communauté, celle des internautes, membres de<br />

la société civile, dont la justification, la raison pour agir, n’est pas la négociation,<br />

mais plutôt, pour certains, ceux qui interviennent le plus fréquemment, la libération.<br />

Ceux-ci interprètent la loi comme un moyen d’oppression.<br />

1 Il s’agit plus précisément du Pass Navigo utilisé à Paris.<br />

114


DE L’INTERPRÉTATION DU DROIT COMME ÉCRIT D’ÉCRAN...<br />

Pour conclure, un forum peut être envisagé comme une communauté<br />

dialogique et interprétative. Sur un forum relatif au droit, les interprétations fournies<br />

par les internautes conduisent parfois certains à un discours critique jusqu’à inciter à<br />

ce que ceux-ci nomment une « désobéissance civile ». La justification de ces<br />

internautes est alors celle de la libération. Les pratiques discursives aboutissent à<br />

l’interprétation de la conformité de la loi. En effet, le langage et le droit sont<br />

consubstantiels. Le langage est productif de la normativité du droit parce que la loi<br />

est sans cesse évaluée par les acteurs. Nous avons conscience que notre perspective<br />

théorique peut avoir comme conséquence de renoncer à la fois à une conception<br />

métaphysique inhérente à l’évaluation de la norme juridique en termes de<br />

transcendance et au point de vue positiviste envisageant celle-ci comme norme<br />

positive, afin d’opter pour le critère de l’efficace. Par l’interprétation, les acteurs<br />

œuvrent à la fixation des règles du jeu sans tomber nécessairement dans l’arbitraire<br />

dans la mesure où l’évaluation est rendue publique, et donc elle-même soumise à la<br />

critique. De plus, cette position concernant la productivité de la normativité du droit<br />

par le langage requiert des avantages. Du point de vue des gouvernés, le respect du<br />

droit n’est pas toujours lié à la compréhension et à l’intériorisation de son sens mais<br />

plutôt à la répression. Dès lors, l’idée de reconnaissance réciproque et symétrique est<br />

fondamentale. Les citoyens se situent alors plus activement dans l’évaluation de<br />

l’acceptabilité des raisons sur lesquelles la prétention à la légitimité de la loi est<br />

fondée, et moins passivement dans l’acceptation imposée qui caractérise l’ordre<br />

juridique.<br />

CHEVRET-CASTELLANI Christine<br />

Laboratoire ELICO, Lyon<br />

christine-chevret@wanadoo.fr<br />

Bibliographie<br />

ARISTOTE, Les politiques, Paris : Éditions Garnier-Flammarion, 1990.<br />

BONHOMME M., STALDER P., « Analyse sémiolinguistique des pages d’accueil des sites<br />

politiques suisses sur Internet », Mots. Les langages du politique, n°80, 2006.<br />

DACHEUX É., Vaincre l’indifférence : les associations dans l’espace public européen,<br />

Paris : Éditions CNRS, 2000.<br />

DESQUINABO N., FERRAND N., « Entre choix de conception et dynamique des débats<br />

électroniques : de la présidentielle au projet Intermed », Journée du Réseau Démocratie<br />

Électronique, Paris : UTC, 2008.<br />

DWORKIN R., « Du droit considéré comme pratique interprétative », Une question de<br />

principe, Paris : Éditions Presses Universitaires de France, 1996.<br />

ESQUENAZI J.-P., « Éléments pour une sémiotique pragmatique : la situation, comme lieu<br />

du sens », Langage et société, n°80, 1997.<br />

ESQUENAZI J.-P., L’écriture de l’actualité, Grenoble : PUG, 2002.<br />

FLICHY P., « Internet, un outil pour la démocratie ? », Disponible en ligne :<br />

w3.laviedesidees.fr, (Consulté le 12/11/2008).<br />

GADAMER H.-G., Vérité et méthode : les grandes lignes d’une herméneutique<br />

philosophique, Paris : Éditions du Seuil, 1996.<br />

GEORGE É., « Dynamiques d’échanges publics sur Internet », Internet, nouvel espace<br />

citoyen ?, Paris : L’Harmattan, 2003.<br />

HABERMAS J., Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris : Éditions Gallimard, 1997.<br />

HABERMAS J., L’éthique de la discussion et la question de la vérité, Paris : Éditions<br />

Grasset, 2003.<br />

115


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

JEANNERET Y., Y a-t-il (vraiment) des nouvelles technologies de l’information ?, Lille :<br />

Presses universitaires du Septentrion, 2000.<br />

KELSEN H., Théorie pure du droit, Neufchtâtel : Éditions de la Baconnière, 1988.<br />

LE FOURNIER V., « Les éditeurs multimédias à la rencontre de leurs internautes : des<br />

démarches inabouties », Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris : L’Harmattan, 2003.<br />

LEV-ON A., MANIN B., « Internet : la main invisible de la délibération », Esprit, mai 2006.<br />

MARCOCCIA M., « Parler politique dans un forum de discussion », Langage et société,<br />

n°104, juin 2003.<br />

MASSIT-FOLLÉA F., MÉADEL C., « Paroles publiques. Communiquer dans la cité »,<br />

Hermès, n°47, 2007.<br />

MATTELART A., La globalisation de la surveillance, Paris : Éditions La Découverte, 2008.<br />

MONDADA L., « Formes de séquentialité dans les courriels et les forums de discussion. Une<br />

approche conversationnelle de l’interaction sur Internet », Apprentissage des Langues et<br />

Systèmes d’Information et de Communication, vol. 2, n°1, Disponible en ligne : w3.alsic.ustrasbg.fr/Num3/mondada/alsic_n03-rec1.htm<br />

(Consulté le 07/07/2010)<br />

MOURLHON-DALLIES F., COLIN J.-Y., « Des didascalies sur l’internet », Internet,<br />

communication et langue française, Paris : Hermès Science, 1999.<br />

MOURLHON-DALLIES F., RAKOTONOELINA F., REBOUL-TOURE S., Les discours de<br />

l’internet : nouveaux corpus, nouveaux modèles ?, Les carnets du Cediscor, Paris : Presses<br />

Sorbonne Nouvelle, n°8, 2004.<br />

PEIRCE, C.-S., Écrits sur le signe, Paris : Le Seuil, 1978.<br />

REBILLARD F., Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet,<br />

Paris : L’Harmattan, 2007.<br />

RICŒUR P., Le problème de la liberté de l’interprétation juridique : interprétation et droit,<br />

Bruxelles : Éditions Bruylant/Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 1995.<br />

SOUCHIER E., JEANNERET Y., LE MAREC J., Lire, récrire, Objets, signes et pratiques<br />

des médias informatisés, Paris : Bibliothèque publique d’information, 2003.<br />

WITTGENSTEIN L., Investigations philosophiques, Paris : Gallimard, 1961.<br />

WOJCIK S., « Les forums électroniques municipaux. Espaces démocratiques de débat ? »,<br />

Sciences de la société, n°60, 2003.<br />

116


LIBERTÉ ACADÉMIQUE<br />

DANS LA LÉGISLATION DE LA RUSSIE<br />

La "juridisation" de l'espace de liberté académique accordé aux enseignants<br />

est une des tendances qui se développent dans l'enseignement supérieur. Si au XIX e<br />

siècle, la liberté de l’enseignement et de l’instruction avait été fixée uniquement<br />

dans la Constitution de la Prusse de 1850 («liberté d'enseigner et d'apprendre»), au<br />

XX e siècle cette liberté s'est étendue à d'autres pays et figura dans les constitutions<br />

de nombreux États.<br />

Le but de notre exposé est de faire une approche sémantique et sémiotique de<br />

cette "liberté académique" dans la législation russe, donc de la terminologie au<br />

moyen de laquelle elle est exprimée, écrite.<br />

Les concepts de base que nous utiliserons sont les suivants :<br />

• Re-framing qui désigne l’inversion, le remplacement des éléments de<br />

structures cognitives, utilisés par les hommes quand ils prennent<br />

connaissance de la réalité.<br />

• La "liberté académique" qui est le principe fondamental de la politique<br />

étatique dans le domaine de l’enseignement supérieur qui présuppose,<br />

premièrement, la reconnaissance des libertés académiques individuelles et,<br />

deuxièmement, la reconnaissance de la liberté académique institutionnelle<br />

(l’autonomie de l’enseignement supérieur) qui représentent des catégories<br />

voisines, contiguës. Chaque type de ces libertés constitue un ensemble<br />

complexe de droits et d'obligations qui se concrétisent dans un espace<br />

juridique déterminé.<br />

• La notion de "liberté académique", au sens linguistique, représente la<br />

structure cognitive qui, dans le cadre du monde scientifique, signifie la<br />

transmission des connaissances dans l’enseignement supérieur.<br />

Du point de vue juridique, la "liberté académique" est l'une des structures<br />

cognitives de l’image du monde scientifique, grâce à laquelle fonctionnent toutes les<br />

activités des universités.<br />

Il est à noter que le moteur de recherche anglais Google dans la recherche sur<br />

la liberté académique a donné en juin 2010 près de 5 millions de dossiers, et le<br />

moteur de recherche russe Yandex 2 millions de dossiers. Tandis qu’en 2006, le<br />

moteur de recherche russe, à la même demande, n'en avait donné que 12.996. Ceci<br />

témoigne de la stabilité, s'affirmant de plus en plus, de la dénotation du terme «<br />

liberté académique» dans le réseau russe, et reflète la jeunesse de ce frame, de cette<br />

structure en Russie par comparaison avec l’Europe. Si la première Université<br />

d'Europe, celle de Bologne, fut créée en 1088, la première université russe,<br />

117


118<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

l’Université impériale de Moscou (maintenant l'Université de Lomonossov de<br />

Moscou) ne le fut qu'en 1755.<br />

L'analyse des statuts des universités de l'Empire russe témoigne de ce que, du<br />

XVIII e au XIX e siècles, le frame «liberté académique» en Russie a incorporé les<br />

slots (composants) suivants, que nous avons répertoriés sur des diapositives :<br />

l'Université impériale, la protection impériale, droits, libertés, privilèges, mérites de<br />

l’Université, Professeur, société savante, état de savants ; soutenances de thèses,<br />

Facultés, maîtres, étudiants, conseil de l’Université, réunions de Facultés, Recteur,<br />

statut, une société académique, les élections du recteur, des doyens, des Professeurs,<br />

le droit de participer à la réunion et au conseil, privilèges de Professeurs, les<br />

responsabilités d’étudiants, surveillance et tribunal universitaires, censure<br />

universitaire, les diplômes universitaires. Ce sont les slots archaïques qui dominent<br />

la liste de ces éléments, tels que "protection", "privilège", "état", et qui reflètent ainsi<br />

les réalités de l'absolutisme en Russie au XVIII e siècle.<br />

Je tiens à souligner la similitude de la structure de ce frame avec celle du<br />

frame européen "université" dont le contenu et le processus du re-framing ont été<br />

précédemment examinés par mon collègue, le Professeur Belozerova Natalia. Cette<br />

similitude est le résultat du fait que le concept de liberté académique en Russie n'est<br />

pas un concept autochtone ; venu de l'Europe occidentale au siècle des Lumières, il<br />

fut adapté aux conditions locales et devint le principal instrument de<br />

l'européanisation de la civilisation russe. D'où le caractère spécifique de la "liberté<br />

académique" et de l'autonomie aux XVIII e XIX e siècles en Russie, qui se limita à sa<br />

nature administrative et juridique, laquelle résultait de son caractère essentiellement<br />

public et du financement de l'enseignement supérieur.<br />

En Russie une certaine doctrine d’Etat s’est imposée : elle considéra la<br />

"liberté académique" non pas comme un droit de caractère civil général, mais<br />

comme un privilège accordé d'abord aux professeurs reconnus comme étant des<br />

savants. Leur statut juridique fut ensuite assimilé à la situation de fonctionnaire, ce<br />

qui leur donna des avantages sous forme de salaires et de pensions. Mais ces<br />

privilèges académiques des professeurs étaient limités par les exigences de la loi, par<br />

le statut et par les règles de l’université. La liberté de la recherche scientifique et de<br />

l'enseignement en tant que telle était absente, l’université ayant le droit de censurer,<br />

de contrôler les cours de professeurs, d’adopter des manuels de base.<br />

De 1917 à 1991, les termes «liberté académique» et «autonomie des<br />

universités» ont été oubliés et avaient disparu des dictionnaires encyclopédiques. La<br />

"liberté académique" en tant que terme juridique fut légalisée dans la législation<br />

russe en 1992 avec l'adoption des lois fédérales sur l'éducation.<br />

Les recteurs de la Russie se souviennent encore aujourd'hui de la période des<br />

années 90 comme de l'âge d'or de la liberté académique et de l'autonomie. Dans les<br />

années 90, se forma en effet un nouveau frame de la liberté académique, dont les<br />

valeurs correspondaient aux valeurs de la démocratie et l'économie libérale, y<br />

compris les slots tels que : la liberté académique des enseignants et des étudiants, le<br />

statut, l’autonomie, la liberté de l’instruction, la liberté de la recherche scientifique,<br />

la recherche libre de la vérité, le pluralisme et la diversité idéologique, la liberté des<br />

élections, des méthodes de l'enseignement, le contrôle de l'Etat, les normes étatiques<br />

d’enseignement, l’autorisation d’enseigner, l'accréditation, l'autonomie des<br />

universités, l'autonomie académique, l'autonomie économique, les élections du


LIBERTÉ ACADÉMIQUE DANS LA LÉGISLATION DE LA RUSSIE<br />

recteur, de doyens, de professeurs, de maîtres de conférences, conseil de<br />

l’Université, la liberté des étudiants et des stagiaires, la responsabilité académique.<br />

Dans les années 2007-2010, à la suite de la révolution de l'enseignement,<br />

entreprise par le ministère de l'Éducation et des Recherches, le frame «liberté<br />

académique» fut renforcée par les slot suivants : les droits particuliers des<br />

Universités fédérales et des Universités de recherche, le statut spécial de l’Université<br />

Lomonossov de Moscou et celui de l’Université de Saint-Pétersbourg, concernant la<br />

nomination du Recteur, du Président, les normes pédagogiques de l'université, le<br />

droit de créer des projets et des petites actions et structures se signalant par leur<br />

caractère novateur. L'évolution du frame «liberté académique» s’explique alors par<br />

la politique du Gouvernement de la Fédération de Russie, orientée vers le<br />

renforcement du rôle et de la responsabilité des Universités dans le processus de<br />

développement innovant du pays, et dans la sélection de l'enseignement supérieur,<br />

ce qui aboutit à une réduction de l'autonomie des universités.<br />

Ce qui caractérise particulièrement la réglementation juridique de la liberté<br />

académique en Russie, c’est l'application de la terminologie juridique et des<br />

méthodes de sa mise en place d'une part, dans la Constitution, la loi fondamentale,<br />

et, d'autre part, l'absence de définitions juridiques claires et unifiés dans la<br />

législation fédérale.<br />

Examinons la Constitution de la Fédération de Russie de 1993. D’après le<br />

contenu littéral de l’article 44, ce ne sont pas les sphères de l’enseignement<br />

supérieur et de la recherche en général qui sont concernées par la liberté<br />

académique, mais tout homme et citoyen de la Fédération de Russie : «La liberté de<br />

la création littéraire, de la création d’art et de recherche, de la création technique et<br />

des autres espèces de la création et de l’enseignement est garantie à chacun».<br />

Puisque la liberté de la création et de l’enseignement est rapportée aux droits<br />

fondamentaux (constitutionnels) de l’homme, la Constitution définit leur nature<br />

juridique d’après l’article 17, partie 2: «Les droits et les libertés fondamentaux de<br />

l’homme sont inaliénables et appartiennent à chacun dès sa naissance», c’est-à-dire,<br />

qu'ils sont des droits naturels.<br />

Les relations sociales dans la sphère de la création et de l’enseignement sont<br />

l’objet de la réglementation du législateur. À leur tour, elles sont considérées comme<br />

spécifiques de l’activité humaine. Le législateur a jugé nécessaire de mettre à part la<br />

sphère présentée comme l’objet de la réglementation constitutionnelle, vu sa valeur<br />

sociale particulière. Pour révéler le sens verbal de l’article, recourons au<br />

«Dictionnaire raisonné du russe» de S. I. Oregon et de N. J. Chenove : «La<br />

"création" est la production de valeurs nouvelles culturelles et matérielles». Ces<br />

valeurs sont sous la protection du droit, et, en conséquence, elles ne peuvent pas être<br />

réalisées sans l’aide du droit. La création est le moyen préférentiel de la production<br />

de valeurs sociales et elle est rapportée par le législateur aux valeurs sociales. Le<br />

législateur a jugé nécessaire d’énumérer les domaines de la création dans la liste<br />

suivante : la création littéraire, la création d’art et de recherche, la création<br />

technique. Cette liste n’est ni fermée ni exhaustive puisque est mentionné : «et les<br />

autres espèces de la création», ce qui permet de supposer que la liberté concerne<br />

n’importe quelle activité créative (l’art populaire, la création juridique, etc.).<br />

Envisageons le sens du terme «enseignement». Dans le dictionnaire raisonné<br />

on trouve les termes «enseigner» et «enseignant». On constate que l’enseignement<br />

119


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

est l’activité qui consiste à transmettre, communiquer des renseignements et<br />

informations systématiques sur l'objet étudié, au cours du processus d’instruction<br />

conduit par un spécialiste qui travaille dans une institution de l’enseignement<br />

secondaire, supérieur ou professionnel. Ainsi tout acte d’enseigner relève de la<br />

sphère de la réglementation et se rapporte à tous les niveaux de l’enseignement.<br />

Dans la Constitution russe de 1993, la liberté de l’enseignement et de la<br />

création résultent de l'application de ce processus juridique définissant cette liberté.<br />

Résultat, tout créateur (un savant, un inventeur, un écrivain) se voit accorder le droit<br />

d’être un sujet libre dans la sphère de sa création, c’est-à-dire de ne pas avoir de<br />

contraintes et de limites dans la transmission des savoirs systématiques liés au<br />

domaine professionnel dans lequel il enseigne. Le fait qu'il ait reçu une formation<br />

dans sa spécialité est la condition nécessaire pour qu'il puisse user de cette liberté<br />

pédagogique.<br />

En général l’établissement d’une norme en droit se signale par l’apparition<br />

d'une communication juridique, c’est-à-dire qu'une véritable coopération des sujets<br />

se réalise par le respect de leurs droits et de leurs obligations. C'est en ceci que se<br />

manifeste la fonction communicative du droit qui consiste en une organisation<br />

normative de la communication sociale. Le résultat de l’établissement de cette<br />

norme du droit donne naissance à certaines relations juridiques qui sont réglées par<br />

la norme constitutionnelle du droit entre, d’une part, le sujet de la création et de<br />

l’enseignement, pourvu de son droit individuel de ne pas être limité dans les sphères<br />

de sa spécialité, et, d’autre part, le milieu indéterminé (l’Etat, l’organe d’Etat, les<br />

personnes physiques et juridiques) dont l’obligation est de ne pas intervenir dans le<br />

processus de la création et de l’enseignement. Ainsi, paradoxalement, la liberté de<br />

l’enseignement et de la création sont définies comme des libertés négatives, c’est-àdire<br />

"des libertés de ne pas être..."<br />

On ne peut comprendre le sens d’une norme constitutionnelle que dans un<br />

système complexe, dans le contexte du contenu des autres normes de la Constitution.<br />

C’est pourquoi on peut compléter le régime de la "liberté académique" par les droits<br />

constitutionnels complémentaires des sujets de l’instruction, de l’enseignement et de<br />

la création, appuyés par les articles de la Constitution ayant un rapport direct à elle :<br />

la liberté de pensée et la liberté d’expression (art. 29, p. 1); le choix libre de la<br />

langue de l’éducation, de l’instruction et de la création (art. 26, p. 2); la liberté de<br />

conscience et de religion (art. 28); l’égalité des droits et des libertés du citoyen<br />

indépendamment du sexe, de la race, de la nationalité, de l’origine, de la condition<br />

patrimoniale et sociale, des convictions, de l’appartenance aux associations sociales<br />

et aussi d’autres circonstances (art. 19, p. 1); le droit de chercher librement, de<br />

recevoir, de transmettre et de diffuser l’information par n’importe quel moyen légal<br />

(art. 29, p. 2); le droit à la disposition libre de ses capacités, la liberté du choix d’une<br />

activité et d’un métier (art. 37, p. 1); le droit à l’accès aux valeurs culturelles (art.<br />

44, p. 2) 1 .<br />

La liberté de l’enseignement, de la création et de la recherche se réalise aussi<br />

dans le cadre des autres restrictions constitutionnelles : le respect des droits et des<br />

libertés de l’homme (art. 2); la diversité idéologique, la défense d’instaurer une<br />

1 Nous citons le texte de la Constitution de la Fédération de Russie, publié dans le recueil «Конституции<br />

государств-участников СНГ». М.- 1999.<br />

120


LIBERTÉ ACADÉMIQUE DANS LA LÉGISLATION DE LA RUSSIE<br />

idéologie quelconque en tant qu’une idéologie étatique ou obligatoire (art. 13, pp. 1,<br />

2); la défense d’instaurer une religion quelconque en tant qu’une religion étatique ou<br />

obligatoire (art. 14, p. 2); le respect de la Constitution. Ainsi, le régime<br />

constitutionnel des libertés académiques en Fédération de Russie se caractérise par<br />

la combinaison de permissions, de défenses et d’obligations constitutionnelles.<br />

La Constitution de la Russie fixe la combinaison de deux principes dans<br />

l’enseignement supérieur (le paternalisme étatique et le contrôle étatique), et cette<br />

dichotomie est affirmée dans l’art. 43, p. 5. «La Fédération de Russie soutient les<br />

formes diverses de l’enseignement et de l’autodidaxie». Le régime du soutien<br />

constitutionnel de l'enseignement supérieur est médiatisé par le contrôle que l'Etat<br />

exerce sur ses activités : «La Fédération de Russie établit des normes<br />

d’enseignement étatiques...», art. 43, p. 5. L’établissement du contrôle étatique sur<br />

l'enseignement est un procédé universel de la réglementation constitutionnelle de ce<br />

domaine. L’enseignement est le domaine de la présence de l’Etat et l’objet de<br />

l’administration publique.<br />

Passons à la législation fédérale. La loi sur l'éducation de la Fédération de<br />

Russie de 1992 utilise une terminologie différente de celle la Constitution de la<br />

Russie. Comme un principe de politique, l'article 2 établit «la liberté et le pluralisme<br />

dans l'éducation ; la nature démocratique, publique de la gestion de l'éducation,<br />

l'autonomie des établissements d'enseignement. Avec cela, selon plusieurs auteurs<br />

(Saskia), le principe de la liberté de l'enseignement n’a pas été développé dans la<br />

législation russe et est devenu déclaratif.<br />

L’article 3 de la Loi Fédérale de la Fédération de Russie (dans la rédaction,<br />

datée du 22.08.2004 № 122) «De l’enseignement supérieur et l’enseignement du 3e<br />

cycle» établit le principe de l’autonomie selon quatre définitions :<br />

1. l’autonomie d’une institution dans la formation professionnelle<br />

supérieure.<br />

2. la responsabilité de l’institution de son activité devant la personne, la<br />

société et l’État ; elle est gérée par l'Etat et ses organismes autorisés.<br />

3. Les libertés académiques, y compris la liberté d’exposer un objet d’étude<br />

à sa guise, de choisir les sujets de recherches et de les réaliser par ses<br />

méthodes, ainsi que la liberté de l’étudiant d’acquérir des connaissances<br />

selon ses penchants et ses besoins.<br />

4. «Les libertés accordées entraînent la responsabilité académique pour<br />

créer les meilleures conditions de la recherche libre de la vérité, son<br />

exposition libre et sa diffusion».<br />

Ainsi, le régime constitutionnel et juridique de la "liberté académique" en<br />

Russie se caractérise par les paramètres suivants : l’octroi à l'enseignement supérieur<br />

et à la science, de la liberté de création et de l'enseignement, de la liberté<br />

académique et de l'autonomie, l’établissement par rapport à ces domaines des<br />

régimes de la protection et de la normalisation.<br />

Les relations constitutionnelles et juridiques de l'État et de la sphère<br />

académique sont déterminées par la trilogie : «autonomie universitaire» «liberté<br />

académique» «la responsabilité académique».<br />

Comparaison du frame russe de la liberté académique à celui de Bologne :<br />

A l’étape actuelle de la mondialisation du marché de l'éducation, la finalité<br />

pratique pertinente du processus de Bologne est de créer un environnement<br />

121


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

réglementaire, favorable à la mobilité académique comme condition de l'application<br />

des principes de la "liberté académique". Sous l'influence du processus de Bologne<br />

et le développement du capitalisme académique, de la commercialisation de<br />

l'enseignement, le frame «liberté académique» en Union européenne à la fin du XX e<br />

siècle, à la suite d'une dérivation sémantique, a été complété par de nouveaux<br />

composants, tels que la "mobilité universitaire", la "reconnaissance académique", la<br />

"reconnaissance des périodes d’étude à l’étranger". Cependant, la mobilité<br />

académique n'est pas un terme de la législation éducative russe. A Louvain, dans le<br />

Communiqué des ministres, responsables de l'enseignement supérieur (avril 2009),<br />

fut introduite dans la conclusion du Conseil européen de Mars 2008 la notion de<br />

«cinquième liberté», la liberté de circulation des connaissances. On souligna la<br />

nécessité d'efforts conjoints visant à éliminer les obstacles à la libre circulation des<br />

connaissances et à la mobilité des chercheurs et des étudiants.<br />

Le concept européen de "liberté académique" exige une composante<br />

essentielle, celle du respect de l'éthique universitaire dont les principes sont fixés par<br />

la Déclaration de Bucarest de valeurs éthiques et des principes de l'enseignement<br />

supérieur en Europe (2004). Ce sont : l'honnêteté académique dans l'enseignement et<br />

la recherche, la gestion démocratique et éthique.<br />

En comparant le contenu du frame «liberté académique» en Russie à celui<br />

des pays du processus de Bologne, nous n’y trouvons pas les slots "reconnaissance<br />

académique", "mobilité universitaire", "éthique universitaire". Le terme «éthique<br />

académique» n’est pas assimilé par la législation russe, mais il est activement utilisé<br />

au niveau des statuts des Universités, telles que l’Université d’Etat de Tioumen.<br />

Dessin 1<br />

Les frames « liberté académique »<br />

dans les pays du processus de Bologne et en Russie.<br />

122


LIBERTÉ ACADÉMIQUE DANS LA LÉGISLATION DE LA RUSSIE<br />

Malgré le fait que le régime de la liberté académique en Fédération de Russie<br />

nécessite une amélioration selon les axes qui se dégagent sur la diapositive, on ne<br />

peut cependant pas, à notre avis, dévaloriser la valeur sociale absolument capitale<br />

que représente l’introduction dans le vocabulaire juridique en 1992 en Russie, du<br />

concept de "liberté académique". L'introduction des catégories de la "liberté<br />

académique" dans le «monde planant» des concepts juridiques en Russie sert les<br />

valeurs de liberté, crée des conditions décentes pour le développement de la haute<br />

culture et de la science, pour l’évolution des possibilités humaines dans le monde<br />

globalisé du XXI e siècle.<br />

VOLOSNIKOVA Ludmila<br />

Université d’État de Tioumen – Russie<br />

volosnikova@yandex.ru<br />

123


INTERPRÉTATION DES CONCEPTS<br />

DANS LES STATUTS UNIVERSITAIRES<br />

Ces derniers temps, de nombreuses recherches scientifiques ont été<br />

consacrées à l’étude du discours. On s’intéresse à sa nature, sa structure, son<br />

fonctionnement, sa classification. La classification des discours institutionnels est la<br />

plus élaborée. On distingue par exemple les discours publicitaire, scientifique,<br />

politique, pédagogique, juridique, etc. Notre recherche concerne le discours<br />

universitaire. Nous essaierons, par l’analyse de certains documents, de mettre en<br />

évidence des particularités de ce phénomène social, linguistique et culturel. Nous<br />

étudierons et interpréterons un des documents officiels de l’Université d’État de<br />

Tioumen, à savoir ses statuts, par la méthode conceptuelle et l’analyse discursive<br />

critique.<br />

La littérature linguistique comprend bon nombre de travaux proposant<br />

diverses classifications des concepts. Selon la classification de V. I. Karassik « il est<br />

possible d’opposer tous les concepts en formations notionnelles paramétriques et<br />

non-paramétriques... Les concepts non-paramétriques peuvent être divisés en<br />

concepts régulateurs et non-régulateurs. Dans le contenu des concepts régulateurs<br />

une composante axiologique occupe la place principale... » (KARASSIK V. I.,<br />

PROKHVACHEVA O. G.,, p.30-33).<br />

Un concept comme l’entité mentale peut être représenté par l’analyse des<br />

moyens de son objectivation dans la langue. Il résulte de l’analyse nous avons<br />

établie que le champ nominatif du concept de « valeur » est peu présent dans les<br />

Statuts de l’Université (sélection parmi toutes les parties du discours).<br />

Tableau 1<br />

Fréquence d’emplois des lexèmes du concept « valeur »<br />

Valeur<br />

Essentielles<br />

(questions)<br />

Dignité<br />

(des étudiants)<br />

Importance<br />

Signification<br />

Rôle<br />

2 1 1 Ø Ø Ø<br />

Le lexème « valeur » s’emploie dans les contextes suivants : en premier lieu<br />

il est affirmé qu'une des missions essentielles de l’Université consiste en<br />

l'accumulation, le maintien et l'accroissement des valeurs morales, culturelles et<br />

scientifiques de la société. En second lieu, dans le chapitre « Administration de<br />

125


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

l’Université », est inscrite la responsabilité de la préservation des valeurs<br />

matérielles. Telle est la représentation du concept « valeur » au niveau sémantique.<br />

Selon M.V. Pimenova, les concepts de base sont ceux qui constituent la base<br />

de la langue et de l’image du monde. Elle distingue les concepts cosmiques,<br />

mentaux et sociaux. La classe des concepts mentaux est formée par les concepts du<br />

monde intérieur : a) caractère ; b) émotions ; c) concepts mentaux (par exemple la<br />

connaissance, l’esprit, la pensée, la compréhension, la mémoire, l’imagination). La<br />

classe des concepts sociaux est constituée ainsi : a) les concepts des pays ; b) les<br />

concepts du statut social ; c) les concepts de la nationalité ; d) les concepts du<br />

pouvoir et du gouvernement ; e) les concepts des relations interpersonnelles ; f) les<br />

concepts moraux (éthiques) ; g) les concepts des occupations ; h) les concepts<br />

religieux (PIMENOVA M. V.,).<br />

La conceptosphère du discours universitaire est composée principalement par<br />

les concepts sociaux (par exemple l’administration, la loi, le devoir, l’obligation) et<br />

les concepts mentaux (par exemple la compétence, la connaissance).<br />

Les résultats de l’analyse sont donnés au tableau 2, le concept<br />

« connaissance » est actualisé dans les Statuts de l’Université de la manière<br />

suivante :<br />

Tableau 2<br />

Fréquence d’emplois* des lexèmes du concept « connaissance »<br />

Enseignement<br />

Science, scientifique<br />

Formation<br />

Éducation<br />

Étudiant, étudiant en thèse,<br />

doctorant<br />

Recherche<br />

Pédagogique<br />

Professeurs<br />

Développement<br />

Compétence<br />

Culture<br />

Connaissance<br />

138 108 93 78 57 32 29 15 12 8 6 6<br />

À l’analyse on n’a pas pris en compte l’énumération des filiales et des<br />

représentations (succursales) de l’Unversité d’État de Tioumen dans d’autres villes<br />

du fait que le mot enseignement y apparaissait 106 fois. Cela signifie l’expansion de<br />

l’Université d’État de Tioumen et souligne sa popularité à l'intérieur et à l'extérieur<br />

de la région de Tioumen (l’université a 16 filables et 10 représentations).<br />

Le champ nominatif du concept « connaissance » atteint 7 % par rapport au<br />

nombre total des mots des Statuts. Citons quelques contextes d’emploi de ce<br />

lexème : la diffusion des connaissances, le contrôle des connaissances (résultats)<br />

acquises, le système d’évaluation des connaissances, l’acqisition des connaissances.<br />

Ainsi les Statuts reflètent les objectifs directs de l’Université : la diffusion des<br />

connaissances et leur contrôle.<br />

Le lexème « enseignement » se retrouve dans les expressions suivantes : les<br />

programmes d’enseignement (28), l’activité d’enseignement (13), l’établissement<br />

d’enseignement (9), le processus de l’instruction (7), les normes d’enseignement (7),<br />

126


INTERPRÉTATION DES CONCEPTS DANS LES STATUTS UNIVERSITAIRES<br />

les services d’enseignement (6), le niveau d’enseignement (1). Cette séléction<br />

permet de présenter le macrocontexte des Statuts : l’établissement d’enseignement<br />

au cours du processus de l’instruction réalise les programmes d’enseignement en<br />

comformité des normes d’enseignement et rend des services complémentaires. Les<br />

services (mentionnés 33 fois dans le texte) peuvent être liés à l'enseignement ainsi<br />

que d’un autre genre.<br />

À l’exemple de la verbalisation des concepts « valeur » et « connaissance »<br />

au niveau lexico-sémantique, nous pouvons conclure que les concepts mentaux ne<br />

forment pas le noyau de la conceptosphère de l’Université. Tels concepts sociaux<br />

comme « loi », « économie », « administration », les concepts du statut social<br />

« recteur », « conseil » y sont représentés en plus grand nombre.<br />

Ci-dessous est présentée l’actualisation du concept social du pouvoir et du<br />

gouvernement – « ordre » qui entre dans la signification du mot Statuts 1 .<br />

Tableau 3<br />

Fréquence d’emplois des lexèmes du concept « ordre »<br />

Titre juridique, ordre, acte,<br />

contrat, Statuts, ordonnance<br />

Législation, loi<br />

Établir, établit<br />

Conformément à<br />

Ordre<br />

Droit<br />

Obligation, engagement<br />

Administration<br />

Règlements<br />

Autorité<br />

(executive, étatique)<br />

Distribution<br />

Norme, normatif<br />

Réglementer<br />

Régler<br />

138 83 78 76 67 49 33 24 17 13 6 5 4 3<br />

Le concept d'« ordre » constitue 7 % des mots du document. L’activité de<br />

l’Université se réalise conformément à la législation de la Fédération de Russie, elle<br />

est réglée par des règlements administratifs. Par exemple : le recteur de l’Université<br />

dirige les activités d’enseignement, de recherches, les activités économique et<br />

financière conformément aux Statuts et à la législation de la Fédération de Russie.<br />

Les personnes qui font leurs études à l’Université sont les étudiants, les boursiers de<br />

thèse, les doctorants, les postulants et d’autres catégories de personnes<br />

conformément à la législation de la Fédération de Russie. Les employés de<br />

l’Université jouissent des droits conformément à la législation de la Fédération de<br />

Russie, aux Statuts de l’Université, au règlement intérieur, au contrat d’engagement<br />

et aux autres règlements administratifs universitaires.<br />

La description sémantique des composantes du champ lexical permet de<br />

visualiser le contenu du concept, de comprendre comment il est reflété et fixé dans<br />

1 Statuts<br />

Terme russe – un corps de règles, de règlements qui met de l’ordre dans l’activité, dans la réalisation de<br />

qqch. (Dictionnaire d’Ogegov).<br />

Terme français – textes qui régissent le fonctionnement d’une Société, d’une association (Dictionnaire<br />

Hachette). Régir – déterminer, régler.<br />

127


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

la langue. Mais la description sémantique ne révèle qu’une partie du concept, ses<br />

signes dont la communicabilité est pertinente.<br />

Assez souvent l’analyse du texte s'attache à ses particularités formelles, telles<br />

que le lexique, la grammaire, la syntaxe, la cohérence propositionnelle, à l’aide<br />

desquelles les discours se réalisent linguistiquement. Norman Fairclough propose de<br />

pratiquer l’analyse discursive critique aux trois niveaux :<br />

le niveau de la pratique discursive (l’analyse des discours concernant la<br />

production et la compréhention du texte) ;<br />

le niveau du texte (l’analyse de la structure linguistique) ;<br />

le niveau de la pratique sociale (le contexte social) (JORGENSEN M.,<br />

PHILLIPS L.).<br />

Essayons d’effectuer l’analyse discursive critique. Outre le discours<br />

universitaire, sont incorporés dans les Statuts les discours économique (charges<br />

budgétaires, fonds, budget), et juridique (législation, sentence judiciaire, porter la<br />

responsabilité). Cependant l’interdiscursivité des Statuts reste à un niveau plutôt<br />

bas. Selon la théorie de Fairclough ce fait signifierait que le texte reproduit l’ordre<br />

établi, alors qu'un degré élevé d’interdiscursivité indiquerait des changements, des<br />

évolutions. Ainsi comme nous le montre ce niveau de la pratique discursive, les<br />

Statuts de l’Université d’État de Tioumen reflètent l’organisation traditionnelle des<br />

Statuts universitaires qui ont comme support essentiel les discours économique et<br />

juridique.<br />

Le niveau de l’analyse syntaxique montre que les Statuts sont composés de<br />

propositions à la voix active (le Conseil scientifique détermine les tendances des<br />

recherches scientifiques) et à la voix passive (les plans d’études sont approuvés par<br />

le "Conseil scientifique de l’Université - complément d'agent, donc sujet du procès).<br />

L’Université est soit un sujet d’action doté de la personnalité morale, ou bien, sous<br />

l'allégorie de la personnification, c'est elle qui gère : l’Université a le droit...,<br />

l’Université assume la responsabilité..., l’Université évalue la qualité d’assimilation<br />

des connaissances. L’analyse des modalités de la formulation montre que la plupart<br />

des énonciations sont présentées comme vraies et incontestables. La modalité<br />

objective renforce la puissance des énonciations, qui présentent les faits comme<br />

irréfutables, faits dont l’Université assume la responsabilité ; par exemple : les<br />

conditions du concours doivent respecter les droits des gens, le temps des études ne<br />

doit pas dépasser 54 heures de cours par semaine.<br />

Les Statuts en vigueur à l'heure actuelle furent validés dès 2009. L’adoption<br />

de nouveaux Statuts est dictée par des changements dans la sphère de l'enseignement<br />

supérieur, à savoir un système d’éducation à deux niveaux (4+2), des normes<br />

d’enseignement de troisième génération, et l’intégration de l’Université dans<br />

l’espace éducatif mondial. Donc, d’après l’analyse du contexte social, l’Université<br />

peut être caractérisée comme l’établissement qui réagit opportunément aux<br />

changements extérieurs pour régler et réglementer ses modifications intérieures.<br />

128


INTERPRÉTATION DES CONCEPTS DANS LES STATUTS UNIVERSITAIRES<br />

L’analyse conceptuelle et l’analyse discursive critique des Statuts de<br />

l’Université d’État de Tioumen nous mènent à la conclusion suivante : l’ordre est<br />

une dominante du discours universitaire présente à tous les niveaux étudiés.<br />

MALCHIKHINA Irina<br />

Université d’État de Tioumen - Russie<br />

mairene@yandex.ru<br />

Bibliographie<br />

KARASSIK V. I., PROKHVACHEVA O. G., Une autre mentalité, Moscou : Grosis, 2005.<br />

PIMENOVA M. V., Âme et esprit : les particularités de la conceptualisation, Kemerovo :<br />

Graphika, 2004.<br />

JORGENSEN M., PHILLIPS L., Discours-analyse. Théorie et méthode, Kharkov :<br />

« Goumanitarniy Centre », 2008.<br />

POPOVA Z. D., STERNIN I. A., Linguistique cognitive. http://zinki.ru/book/kognitivnayalingvistika<br />

(consulté le 10/01/2011)<br />

129


DU « SILENCE » DE L’ÉCRITURE JURIDIQUE<br />

ET DE SON PARADOXE INTERPRÉTATIF<br />

Étant inspirée par la problématique proposée par le colloque d’Albi<br />

« Langage et signification », nous avons décidé d’y proposer une réflexion portant<br />

sur ce qu’on nomme « écriture juridique », en changeant la perspective que les<br />

études traditionnelles embrassent généralement.<br />

Toutes les sociétés fonctionnent grâce à leurs dimensions significatives, aux<br />

sens que leur attribuent les individus et les groupes qui les composent. Dans la<br />

perception commune, la signification juridique est « transparente » à son référent,<br />

elle est censée être claire, explicite et univoque. L’ambiguïté, l’implicite, la<br />

subjectivité, l’ellipse sont, théoriquement, des phénomènes bannis de l’écriture<br />

juridique. Corrélativement, l’interprétation juridique, en raison de sa finalité<br />

coercitive, voire punitive, est censée fonctionner sans équivoque.<br />

En réalité, si l’on examine plus étroitement les particularités de l’écriture<br />

juridique (ce qu’on s’appliquera à faire dans le présent travail), on s’apercevra que<br />

les écarts par rapport à ces normes présumées sont, plus qu’évidentes,<br />

indispensables et définitoires pour le fonctionnement du discours juridique. Les<br />

« trous » qui existent dans le texte, les lacunes, la distribution énonciative des rôles<br />

relèvent de la présence d’une Autorité cachée, presque mystique. On est devant un<br />

discours où le pouvoir de l’interprète, loin de se réduire à la simple transposition des<br />

normes aux faits, se trouve agrandi par le droit qu’on lui assigne de lire au-delà des<br />

mots, de combler les vides du texte.<br />

Si l’on convient que le discours juridique se caractérise par une écriture<br />

particulière, on s’avise que le « langage juridique » ou bien « le style juridique »<br />

sont des concepts qui acquièrent des acceptions variées dans les études qu’on leur a<br />

consacrées. Nous remarquons que dans la plupart de ces travaux, la mise en<br />

évidence de l’opposition saussurienne entre langue et parole exerce encore son<br />

attrait, elle fonctionne comme une sorte paradigme épistémologique chez bien des<br />

linguistes. Ainsi, ils se sont plutôt fixés sur le lexique juridique, sur « la vie des<br />

mots », sur la mise en évidence des usages les plus divers et de leur étymologie.<br />

Il semble que le vocabulaire juridique ait été au centre de l’intérêt grâce,<br />

premièrement, aux effets qu’il entraîne : parfois, le langage juridique n’est pas<br />

compris par le profane, qui subit un « sentiment d’étrangeté » 1 . La communication<br />

s’y heurte à un « écran linguistique » 2 . Comme dans toute langue, en français il y a<br />

des termes qui n’ont d’autre sens que leur sens juridique. Ce sont les termes<br />

1 Sourioux J.-L., Lerat P., Le langage du droit, Paris : PUF, 1975.<br />

2 Cornu G., Linguistique juridique, Paris, Montchrestien, 1990.<br />

131


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

« d’appartenance juridique exclusive » 1 et c’est par leur existence qu’on justifie<br />

l’emploi du syntagme « langage juridique », vu au sens de façon particulière de<br />

s’exprimer. Entre les deux études citées, la différence est, quand même, sensible.<br />

Sourioux et Lerrat affirment que « l’activité juridique est faite d’exercices de<br />

vocabulaire », alors que G. Cornu ne considère ces termes que les premiers témoins<br />

du langage du droit. Pour le dernier, ce qui vaut dans l’analyse linguistique c’est<br />

plutôt le discours juridique, même si son existence est moins évidente que celle du<br />

vocabulaire.<br />

Le développement (assez récent) de la sémantique et de la pragmatique<br />

juridique, autorise le linguiste à se soucier plutôt des relations entre le langage et ses<br />

possibles emplois dans la réalité, sans s’enfermer dans des unités étroites de<br />

vocabulaire. Il y a aussi des études portant sur le langage juridique 2 où on discute<br />

des phénomènes reliés à la subjectivité langagière, tels les notions vagues, les<br />

figures de style, l’implicite. Il est à observer, néanmoins, qu’on assigne à ces<br />

manifestations langagières un caractère plutôt marginal, accidentel, puisqu’on est<br />

renseigné toujours que la langue du législateur est sobre, dépouillée, sans emphase,<br />

fioriture, attentive à dire l’essentiel, sans intentions littéraires, plus explicite que<br />

possible. Stylistiquement parlant, la loi est censée proposer un langage de la raison,<br />

son style suggérant la sérénité, la modération, la pondération, la sagesse. Elle ne<br />

peut jouer nullement d’ironie ou de plaisanterie, de la polémique, du sarcasme ou de<br />

la satire.<br />

Nous sommes d’avis qu’en mettant à profit les instruments théoriques fournis<br />

par la pragmatique et la sémiotique du discours on peut mieux saisir les<br />

organisations discursives significatives dans les diverses formes que le discours<br />

juridique recouvre. Une telle approche a été déjà esquissée dans notre livre résultat<br />

de la recherche de doctorat 3 . Tout en continuant les idées que nous avions soutenues<br />

à cette époque-là, on se propose, dans la présente intervention, de témoigner d’une<br />

recherche particulière dans le domaine du discours du droit, étroitement liée au<br />

spécifique de son écriture. L’énonciation juridique se caractérise par une<br />

organisation particulière, que nous avons appelé « le silence qui fait sens »,<br />

phénomène qui constitue, selon nous, une partie déterminante de sa construction<br />

discursive.<br />

Pour étayer notre démonstration, nous suivrons les traces de l’écriture<br />

juridique (terme peu employé dans les études que nous avons consultées). On sait<br />

que Roland Barthes parle d’écriture en la plaçant dans la sphère du discours<br />

littéraire 4 . Selon lui, le style et la langue sont des objets, alors que l’écriture est une<br />

fonction qui repose sur le rapport entre la création et la société. Comme le langage<br />

n’est jamais innocent, comme les mots ont une seconde mémoire qui engendre<br />

toujours de nouvelles significations, nous pouvons définir l’écriture comme un<br />

compromis entre liberté et le souvenir, comme une liberté souvenante, nous suggère<br />

Barthes.<br />

1 Cornu G., op. cit., p.19.<br />

2 Nous faisons référence, en particulier, à quelques recherches collectives, telles Le Langage de la justice<br />

pénale, 1977, dir. L. M. Raymondis, Le langage du droit, 1991, dir. Léon Ingber, Lire le droit. Langue,<br />

texte, cognition, 1992, dir. D. Bourcier, P. Mackay, Français juridique et science du droit, dir. G. Snow,<br />

J. Vanderlinden 1995.<br />

3 Mastacan S., Discursul implicit al dreptului (Le discours implicite du droit), Iaşi: Junimea 2004.<br />

4 Barthes R., Le degré zéro de l’écriture, Paris : Seuil, 1953.<br />

132


DU « SILENCE » DE L’ÉCRITURE JURIDIQUE ET DE SON PARADOXE INTERPRÉTATIF<br />

L’écriture juridique, à son tour, met en scène les mécanismes dont le discours<br />

du droit se sert afin d’imposer l’autorité juridique et la faire accepter par le milieu<br />

social, et qui, en plus, sont censés lui conférer la force et l’autorité. Saisir la<br />

dimension significative du droit revient à déchiffrer ce que les mots cachent, à<br />

réfléchir sur ce qui est dit, mais, pour paraphraser O. Ducrot, sur le dire également 1 .<br />

Ce n’est que de cette manière qu’on peut identifier les moyens par lesquels « le<br />

langage » du droit est légitimé et légitime à son tour l'institution juridique. De ce<br />

point de vue, nous pensons qu’il n’est pas sans raison qu’on a affirmé que « le droit<br />

nous raisonne par l’intermédiaire du langage » 2 .<br />

Ainsi, la tentative de déchiffrer le silence de l’écriture juridique revient à<br />

mettre en évidence les mécanismes qui assignent la force du discours, les<br />

instructions textuelles et symboliques véhiculées par les institutions juridiques<br />

(Parlement, Tribunal) qui évoquent son autorité. La loi, par le biais de son écriture<br />

parle aussi, silencieusement, de son arrière-plan culturel, de ses acteurs, de tout un<br />

ensemble de valeurs qui forment la culture juridique et qui n’ont pas une expression<br />

explicite dans le texte écrit, mais qui participe pleinement à sa signification. Comme<br />

le discours juridique entraîne, on le sait bien, des conséquences concrètes, parfois<br />

dramatiques, dans la vie des gens, le projet de mise en discours se fait souvent à<br />

l’aide des moyens implicites, à même d’exclure toute forme de violence.<br />

Comme organisation énonciative, le discours juridique repose sur une<br />

construction polyphonique, aussi bien au niveau législatif qu’au niveau<br />

juridictionnel. D’un part, le discours législatif est censé se faire l’écho de plusieurs<br />

couches d’émetteurs, à l’intention d’une couche beaucoup plus grande de récepteurs.<br />

Le législateur (dans la loi) assume aussi les idées de l’auteur du projet ou de la<br />

proposition de la loi, de l’exposé des motifs, les rapporteurs des commissions<br />

parlementaires, les orateurs qui posent des questions, font des interventions et des<br />

amendements lors des débats parlementaires) ; le juge (dans sa décision) assume, le<br />

point de vue de l’avocat (dans ses conclusions et sa plaidoirie), du représentant du<br />

ministère public (dans son réquisitoire), du greffier (dans ses écritures), des témoins<br />

(dans les déclarations), des techniciens (experts, consultants…). Il semble,<br />

néanmoins, que, paradoxalement, ces énonciateurs n’assument pas la responsabilité<br />

complète des paroles qu’ils énoncent, et qu’ils préfèrent reléguer à une instance<br />

obscure, cachée, silencieuse. Par conséquent, l’énonciation juridique se caractérise<br />

par une superposition de plans, dont certains, les plus redoutables, restent en ombre,<br />

cachés, implicites. C’est justement ce discours caché qui forge, à nos yeux, en toute<br />

discrétion, silencieusement, le pouvoir juridique, en transformant les menaces et les<br />

punitions réelles en menaces et punitions implicites, mais d’autant plus efficaces.<br />

Le projet discursif du droit sera donc l’un des plus complexes : le Pouvoir<br />

doit être mis en scène comme expression d’une institution, qui cache les véritables<br />

énonciateurs : législateurs, juges, citoyens, etc. Soit qu’il s'agisse du discours<br />

législatif, soit du celui juridictionnel, les émetteurs des « messages » (législateurs ou<br />

juges) s’identifient et se réclament d’une sorte d'instance immuable, censée légitimer<br />

leur pouvoir d’imposer la règle ou la punition.<br />

1 Ducrot O., Le dire et le dit, Paris : Minuit, 1984.<br />

2 Jestaz Ph., « Le langage et la force contraignante du droit », in Le langage du droit, Bruxelles : Editions<br />

Némésis, 1991, p. 70.<br />

133


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Aussi la multiplication des énonciateurs dans le champ du droit et leur<br />

subordination à un énonciateur fictif témoigne-t-elle d’une stratégie de mise en<br />

scène d’une autorité suprême, silencieuse, au nom de laquelle on édicte les lois et on<br />

prononce les jugements. L’énoncé de la loi est bourré d’indices qui visent à instituer<br />

l’autorité à la manière qu’on a décrite antérieurement. Le législateur parle en<br />

souverain, comme ayant de lui-même l’autorité ; il propose un auteur collectif, et<br />

l’indique comme auteur de la loi : « L’Assemblée Nationale et le Sénat ont adopté...<br />

la loi dont la teneur suit... » C'est une énonciation de l’Autorité qui, dit Greimas,<br />

n'est pas seulement l'expression d'un vouloir collectif délégué ; « en tant<br />

qu'énonciation, elle instaure, à la manière du fiat divin, l'ensemble des énoncés<br />

juridiques qui n’existeront qu’en vertu de cet acte performateur original » 1 .<br />

La décision de justice, d’autre part, existe du seul fait de son prononcé,<br />

comme si derrière les mots il y avait une force qui rende possible leur conversion en<br />

faits juridiques. Cette transformation ne manque pas d’une certaine « violence<br />

éruptive », comme la nomme Derrida 2 . La représentation commune de cette force est<br />

celle d’une instance suprême qui dirige et justifie les actions des gens. Les<br />

Tribunaux formulent leurs décisions de manière à laisser l’impression qu’elles sont<br />

la conséquence inévitable de quelques règles antérieurement établies dont le sens<br />

n'est pas négociable.<br />

Le moment de l’interprétation juridique nous amène à nouveau à considérer<br />

le texte juridique comme un silence graphique, comme énonciation muette, sans<br />

tonalité, comme ensemble d’énoncés composés d’unités syntaxiques et sémantiques.<br />

Le texte juridique devient ainsi un « écrit » dont le dispositif permet au juriste de<br />

procéder à l’extraction des formules normatives. La signification du texte juridique<br />

est tributaire de sa lecture, il devient un enjeu de luttes, du fait que la lecture est une<br />

manière d’approprier la force symbolique qui s’y trouve enfermée à l’état potentiel.<br />

On pourrait affirmer que la lecture – et, implicitement, l’interprétation en droit - a<br />

pour objectif de combler les brèches, d’atténuer les incertitudes et de charger de<br />

signification l’énoncé normatif.<br />

Lire le texte, quel qu’il soit, c'est une opération multidimensionnelle<br />

permanente qui retravaille les incertitudes et recompose les significations, selon les<br />

époques, selon les lieux. Il s’agit d’une opération de transcodage, de changement,<br />

qui accompagne les transformations sociales et les transformations linguistiques en<br />

même temps. Il y a un écart évident entre le sens (construit) de la loi, la volonté de<br />

son auteur et les influences de nature pragmatique sur l’interprétation en droit.<br />

Un seul aspect, censé illustrer (l'apparent) paradoxe selon lequel « la loi est<br />

souvent plus sage que son auteur » va retenir notre attention. Il s’agit d’insister sur<br />

quelques éléments, déjà évoqués, spécifiques au discours juridique, à savoir les<br />

lacunes, les obscurités de la loi, celles qui sont appelées aussi tantôt « concepts<br />

flous », tantôt « termes vagues ». Leur apparition fréquente dans le texte de la loi<br />

obéit, à une loi d'économie, modifiant leur charge sémantique à chaque nouvelle<br />

occurrence. Le droit ne peut plus être structuré sous forme d’un enchaînement de<br />

règles conditions-conséquences : « l’imprécision des termes juridiques, perçue au<br />

premier abord comme un défaut dans une conception positiviste du droit, paraît au<br />

contraire, à la réflexion, plutôt comme un aspect essentiel du droit. Les termes de la<br />

1 Greimas A. J. Sémiotique et sciences sociales, Paris : Seuil, 1976, pp. 87-88.<br />

2 Derrida J. Force de loi, Paris : Éditions Galilée, 1994, p. 59.<br />

134


DU « SILENCE » DE L’ÉCRITURE JURIDIQUE ET DE SON PARADOXE INTERPRÉTATIF<br />

loi peuvent être imprécis à divers degrés et (…) les procédés traditionnels de<br />

définition et de classification réussissent mal à en saisir le sens. » 1 .<br />

L’auteur cité énonce la thèse du non-gaspillage, valable dans la<br />

communication juridique en général, et qui repose sur l’idée que la division des rôles<br />

entre le législateur, le pouvoir exécutif et les tribunaux se développe de manière à<br />

minimiser les coûts engendrés par la formulation et l’application des règles de droit.<br />

Les termes choisis par le législateur sont en fonction de cette division des rôles. Par<br />

conséquent, le législateur peut confier aux juges – et aux autres interprètes du droit -<br />

la tâche de préciser certaines règles juridiques.<br />

Des syntagmes tels paix, ordre et bon gouvernement (Loi constitutionnelle de<br />

1867), société libre et démocratique 2 supposent, compte tenu de leur ambiguïté, un<br />

effort de précision. Dans la pratique des instances roumaines (que nous avons eu la<br />

possibilité d’examiner de plus près), nous avons identifié beaucoup de termes et<br />

syntagmes ayant cette propriété, et qui exigent un effort d’interprétation<br />

supplémentaire : în timpul nopții (pendant la nuit), par exemple, peut signifier, selon<br />

le cas, l’heure astronomique ou le moment où la lumière commence à baisser (en<br />

favorisant, de la sorte, les infractions). La distinction opérée par le juge a permis<br />

l’encadrement différent d’une infraction.<br />

Quand la pression des faits l’impose, le législateur est obligé de mieux<br />

préciser la portée de ces notions-cadre, comme a été le cas en Roumanie, sous<br />

l’influence des législations européennes. Une tentative récente de corrélation avec la<br />

législation européenne est le changement du contenu de l’article 197 du Code pénal<br />

roumain concernant l’infraction de viol. Le remplacement du syntagme « rapport<br />

sexuel » par « acte sexuel » et « personne de sexe féminin » par « personne de sexe<br />

différent » entraîne et impose à la fois un changement de mentalité.<br />

Au moment de la traduction juridique, la charge culturelle implicite du<br />

langage juridique conduit, parfois, à la conclusion qu’il n’y a pas de véritable<br />

équivalent entre les deux langues, vu que chaque civilisation engendre sa culture<br />

juridique, étant le reflet et le modèle d’un ordre social particulier. Même une notioncadre<br />

assez banale, comme le terme mariage, en français (căsătorie, en roumain),<br />

qui semble relier les mêmes notions (l’union d’un homme et d’une femme) peut<br />

poser des problèmes épineux. Pour parler réellement d’équivalents, il faudrait<br />

comparer l’ensemble des dispositions qui règlementent ces deux notions en français<br />

et en roumain, vérifier la nature de cette union, les conditions d’âge, l’influence de<br />

l’aspect religieux.<br />

La charge culturelle pose des problèmes non seulement pour la traduction des<br />

notions-cadre, mais aussi pour résoudre d’autres difficultés d’ordre terminologique.<br />

Par exemple, on traduit garde des sceaux par portărel, et crime par infracțiune (vu<br />

son sens général « d’infraction grave »), à côté du sens spécial de « homicide,<br />

meurtre ». Dans d’autres situations, ces notions vagues renvoient à des principes,<br />

des doctrines distinctes (par exemple, âge de la majorité, à 18 ou 21 ans, âge de la<br />

retraite, régime matrimonial (monogamique ou polygamique). Le référent se<br />

1 Mackaay E., « Les notions floues en droit et l’économie de l’imprécision », Langages 53, Paris : Didier-<br />

Larousse, 1979, p. 36.<br />

2 Lajoie A., Robin R., Chitrit A., « L’apport de la rhétorique et de la linguistique à l’interprétation des<br />

concepts flous », in Lire le droit. Langue, texte, cognition, Paris : Librairie générale de droit et de<br />

jurisprudence, 1992, p. 162.<br />

135


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

modifie en fonction de la législation en vigueur dans chaque pays, ce qui témoigne,<br />

une fois de plus, que l’emploi de ces notions dans le discours juridique permet une<br />

grande liberté dans l’interprétation de la loi. Néanmoins, on a remarqué que le<br />

traducteur préfère, dans certaines situations, ne pas s’assumer la responsabilité pour<br />

le déchiffrement de ces notions (dans une traduction du texte de la Convention de<br />

sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales) :<br />

« A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme ont le droit de se marier et de<br />

fonder une famille »<br />

« Incepand cu vârsta stabilită prin lege, bărbatul şi femeia au dreptul de a se<br />

căsători şi de a întemeia o familie »<br />

Le traducteur a choisi de remplacer « nubile » par une périphrase explicative<br />

(l’âge établi par la loi), bien que l’adjectif nubil existe aussi en roumain.<br />

C’est donc toujours par le biais de l’interprétation juridique que ces soi<br />

disantes « porosités » du langage dans le discours juridique doivent être résolues 1 . Si<br />

la loi était sans lacune, elle pourrait être appliquée par l’administration<br />

automatiquement. On admet aujourd’hui que la loi ne trace qu’un cadre et elle<br />

contient forcément des lacunes qui se donnent à déchiffrer.<br />

La liberté de l’interprète se forge sur une écriture particulière, silencieuse, à<br />

même d’imposer la contrainte et d’assurer, en même temps, paradoxalement, la<br />

plurivocité des significations juridiques.<br />

MASTACAN Simina<br />

Université Vasile Alecsandri de Bacău - Roumanie<br />

simina_mastacan@yahoo.com<br />

Bibliographie<br />

BARTHES R., Le degré zéro de l’écriture, Paris : Seuil 1953.<br />

BOURCIER, D., MACKAY P., (dir) Lire le droit. Langue, texte, cognition, Paris : Librairie<br />

générale de droit et de jurisprudence, 1992.<br />

CORNU G., Linguistique juridique, Paris : Montchrestien, 1990.<br />

DERRIDA, J., Force de loi, Paris : Éditions Galilée, 1994.<br />

DUCROT, O., Le dire et le dit, Paris : Minuit, 1984.<br />

GREIMAS, A. J., 1976, Sémiotique et sciences sociales, Seuil, Paris.<br />

INGBER L., VASSART, P., (dir). Le langage du droit, Bruxelles : Editions Némésis, 1991.<br />

JESTAZ, Ph., « Le langage et la force contraignante du droit », in Le langage du droit,<br />

Bruxelles : Editions Némésis,1991.<br />

MACKAAY, E., « Les notions floues en droit et l’économie de l’imprécision », Langages 53,<br />

Paris : Didier-Larousse, 1979.<br />

MASTACAN S., Discursul implicit al dreptului (« Le discours implicite du droit »), Iaşi:<br />

Junimea, 2004.<br />

PERELMAN Ch., « L’usage et l’abus des notions confuses », Etudes de logique linguistique,<br />

VII-ème tome, Bruxelles : Bruylant, 1978.<br />

RAYMONDIS L. M., LE GUERN M. (dir.) Le Langage de la justice pénale, Paris : Editions<br />

du CNRS, 1977.<br />

SNOW G., VANDERLINDEN J., Français juridique et science du droit, Bruxelles :<br />

Bruylant, 1995.<br />

SOURIOUX J.-L, LERAT P., Le langage du droit, Paris : PUF, 1975.<br />

1 C’est aussi l’opinion de Chaïm Perelman : « Le recours à une notion vague ou confuse augmente, par le<br />

fait même, le pouvoir d’interprétation de celui qui doit l’appliquer. Inversement, en précisant une notion,<br />

(…) on diminue le pouvoir d’appréciation du juge », in « L’usage et l’abus des notions confuses », Etudes<br />

de logique linguistique, VII-ème tome, Bruxelles, Bruylant, 1978, p. 78.<br />

136


SIGNIFICATION<br />

ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

La Jeune Parque 1 de Paul VALÉRY en arabe<br />

Vie mentale - série infinie de traduction. (C1, 872)<br />

S’il y a un sujet qui a fort intéressé Paul VALÉRY, c’est bien celui de la<br />

traduction. En traduisant lui-même Les Bucoliques de VIRGILE (OE, I, 207-22) il a<br />

fait l’expérience de passer d’une langue à une autre. Réfléchissant sur le<br />

fonctionnement de l’esprit, il a souvent constaté que la vie intérieure et/ou la vie<br />

mentale est une série de traductions. Aussi conçoit-il l'acte d'écrire sous le signe de<br />

la traduction : « Écrire quoi que se soit […] est un travail de traduction exactement<br />

comparable à celui qui opère la transmutation d’un texte d’une langue à une autre. »<br />

(OE, I, 211) et comme Marcel PROUST, pense qu’il ne s’agit pas de trouver ni<br />

d’inventer « le seul livre vrai » 2 à faire mais de traduire.<br />

Par ailleurs, si l’on s’accorde avec Charles BAUDELAIRE que la poésie est la<br />

traduction du phénomène du monde intérieur que le lecteur ressentira avec un<br />

décalage temporel, la traduction de la poésie ne serait-elle pas la traduction de la<br />

« traduction » déjà faite et établie par le poète lui-même ? Cette traduction<br />

n'accentuerait-elle pas davantage ce décalage, dans la mesure où le produit final<br />

passe par un autre « faire » et par une autre interprétation, ceux du traducteur ? Dans<br />

cette retraduction, cette transmutation, cette re-création, quelle stratégie, en vue de<br />

quelle signification, quelle représentation et quelle intention, si intention il y a ?<br />

TRADUCTION DU MONDE INTÉRIEUR<br />

Nous sommes donc devant une double traduction. La première est celle qui<br />

émane d'une « parole intérieure » 3 qui frôle l’intraduisible comme l’attestent tous les<br />

poètes mais que le poète finit pas nous faire partiellement partager à travers sa<br />

propre traduction dans ses écrits et ses poèmes. Même si cette dernière se concrétise<br />

par un tracé visuel et lisible sur le papier, elle garde sa part de mystère et<br />

d’inconscience. ADONIS, poète et traducteur, nomme cet intraduisible le « Viscéral,<br />

l’instinctif » 4 , le poète américain Robert FROST voit en lui ce qui caractérise et<br />

1 Poème faisant partie des Œuvres (OE, I, 96-110). Traduction arabe et commentaire par Édouard<br />

TARABAY, dar al majani, Beyrouth, 1996, 211 p.<br />

2 Cf. À la recherche du temps perdu, tome II, nrf, éditions Gallimard, Paris, 1947, p. 589.<br />

3 Cf. « Variation sur les Bucoliques » où Valéry commente son travail de traducteur des Bucoliques de<br />

Virgile : « Le poète est une espèce singulière de traducteur qui traduit le langage ordinaire, modifié par<br />

une émotion, en « langage des dieux » ; et son travail intérieur consiste moins à chercher des mots pour<br />

ses idées qu’à chercher des idées pour ses mots et ses rythmes prédominants » (OE, I, 212).<br />

4 Le regard d’Orphée, Conversations avec Houria ABDELOUAHED, Fayard, 2009, p. 127.<br />

137


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

définit le poème, c’est-à-dire la poésie 1 . Mais cet intraduisible a fait lui-même<br />

l’objet d’une traduction dans la mesure où il faut passer de la « pensée » 2 au langage.<br />

Valéry précise qu’« [i]l ne suffit pas de comprendre, il faut éperdument traduire ».<br />

Et pour traduire le plus exactement possible, il faut travailler. C’est là où se situe<br />

tout le « faire » du poète, chercher le mot juste, l’image et la représentation les plus<br />

fidèles, la mélodie, la structure et la sensation qui conviennent car, par exemple,<br />

« pour le poète, il ne s’agit jamais de dire qu’il pleut. Il s’agit de créer la pluie. » (C,<br />

XVI, 246). En outre, Valéry rapproche deux facultés, celle de traduire et celle de<br />

représenter. Cette représentation ne passe pas seulement par l’écriture, elle a besoin<br />

de passer par un autre système sémiotique, ne serait-ce que pour son propre<br />

imaginaire : ce système est la représentation picturale. ADONIS résume la complexité<br />

de la tâche du poète, et la dure réalité du traducteur : « On ne traduit que ce qui est<br />

autour, ses images et quelques rapports qui rappellent ces images […]. Toutefois, si<br />

le poète ne peut pas mettre en mots ce qu’il ressent viscéralement, comment un<br />

traducteur pourrait-il traduire ce que ce poète n’arrive pas, lui-même, à exprimer » 3 .<br />

Hélas le texte publié masque tout ce travail, le traducteur n'a que la substance et le<br />

contenu que ce dernier lui offre avec toutes ses énigmes.<br />

TRADUCTION DANS UNE AUTRE LANGUE<br />

Le traducteur, jouant le rôle d’un passeur et d’un médiateur pour transmuter<br />

un texte d'une langue et d'un système à une autre langue ayant son propre système, a<br />

une triple tâche : une assimilation mentale, une interprétation du texte, et une<br />

transposition. Son seul souci est celui de susciter, sinon les mêmes effets, du moins<br />

des effets analogues, proches ou autres.<br />

Un véritable travail de création commence mais aussi un travail de la langue 4 .<br />

Ici ce sont des mots arabes qui résonnent dans l'esprit du traducteur, qui stimulent<br />

son imaginaire et qui doivent ensuite peser sur le lecteur du texte cible.<br />

<strong>Traduire</strong> un texte certes, c'est transposer un contenu déjà existant. Mais sa<br />

signification dépend, comme le souligne le linguiste Nicolas JOURNET 5 , aussi de<br />

l'interprétation que fait tout récepteur et donc le lecteur de ce texte, ici en<br />

l'occurrence le traducteur. Cette signification dépend aussi de l'ensemble des choix<br />

qu'il aurait effectués dans sa propre langue 6 quand il a été amené à recréer le texte<br />

source. Pour la langue arabe, c'est une re-création 7 presque totale qui se situe sur<br />

plusieurs niveaux, qu'il faudra prendre en compte pour saisir le sens accordé aux<br />

1 « La poésie, dit-il, dans le poème est ce que nous ne pouvons traduire. », cité par ADONIS, op. cit.,<br />

p. 127.<br />

2 « Ce qu'on appelle ordinairement pensée n'est encore qu'une langue à vrai dire très particulière et dont<br />

les axiomes diffèrent beaucoup des axiomes du langage ordinaire » (CIV, 63).<br />

3 Op. cit., p. 127.<br />

4 « Je pense en français, écrit Valéry c’est-à-dire que ce sont des mots français qui en moi provoquent<br />

directement et sont provoqués univoquement – mes phénomènes directs, réels, non traduits. Il y a échange<br />

direct entre ces signes et les images ». (CIII, 71).<br />

5 Cf. « La liberté de l’interprète selon Umberto Eco » in Le Langage, p. 117.<br />

6 Il faut attirer l’attention sur « l’irréversibilité » qui introduit la temporalité dans le langage comme le<br />

souligne Sylvain ARNOUX, « Le langage dans le cerveau, Entretien avec Sylvain ARNOUX », propos<br />

recueillis par J-F. DORTIER et M. FAGOT, in Le langage, éditions sciences humaines, 2001, p. 174, d’où la<br />

nécessité d’avoir plusieurs traductions d’une même œuvre.<br />

7 Cf. mon article « Re-création et interprétation, La Jeune Parque de Paul VALÉRY en Arabe » in La TILV,<br />

TILV, pp. 114-127.<br />

138


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

mots et à la signification qui se dégage du texte. Les contraintes sont nombreuses,<br />

certaines sont propres à chaque langue, d’autres sont liées au processus de<br />

traduction. Mon analyse n’abordera pas l’ensemble de ce long récitatif qui comporte<br />

512 vers, elle se limite à deux extraits qui, à mon sens, ont en soi une signification<br />

particulière 1 . L’un se situe au début du poème au moment où la Parque, prend<br />

conscience et s’interroge ; l’autre à la fin du diptyque, annonçant, avec l’arrivée du<br />

printemps, la vie.<br />

LA CONTRAINTE SYNTAXIQUE<br />

Umberto ECO dans son chapitre « Compenser en refaisant 2 », considère<br />

qu’une refonte partielle est nécessaire ; il va même dire qu’elle est signe de fidélité.<br />

Mais si une même structure syntaxique peut véhiculer le même contenu, ce contenu<br />

aura-t-il la même signification ou bien en engendre-t-il une autre dans la mesure où<br />

Valéry précise que « le mot ne prend SON sens que dans une organisation. » (CV,<br />

356) ?<br />

Je suis seule avec vous, tremblante, ayant quitté<br />

Ma couche ; et sur l’écueil mordu par la merveille,<br />

J’interroge mon cœur quelle douleur l’éveille,<br />

Quel crime par moi-même ou sur moi consommé ?... (vv. 24-27)<br />

معكِ‏ إني وحيدةٌ،ٲَتداعى،‏ قدتخليت ‏ُعن سريري الطريًّ‏<br />

وأنا اأسأل الفٶاد ، على صخرة بح ‏ٍر نديةً‏ تتلوى<br />

تحت نِاب األعجوبة البكرِ‏ ، حدّث عن بالٕء بناره تتكوى<br />

أيّ‏ جر ‏ٍم أتيتُ‏ ، أي ُّ جناح جررته األقدار ‏ُفوق جبيني؟<br />

Les quatre vers français sont rendus par quatre vers arabes. Mais<br />

l'organisation syntaxique interne de chaque vers et l’ordre des vers en est autre. La<br />

contrainte syntaxique relève parfois d'une contrainte de la langue et parfois d'un<br />

choix. Dans le vers 24, c’est l'ordre des mots qui change, dans le vers 25, c'est la<br />

construction de la phrase qui impose un déplacement (S+V+CCL). Au vers 26 une<br />

phrase déclarative supplante la phrase interrogative, et dans le vers 27 les deux<br />

propositions nominales se convertissent en deux phrases verbales juxtaposées.<br />

Notons que les vers 26 et 27 sont complètement reformulés.<br />

LA CONTRAINTE GRAMMATICALE<br />

Le changement d’un mot de classe grammaticale modifie aussi le sens et la<br />

signification. Ainsi l’adjectif verbal et la tournure participiale sont traduits par des<br />

», قد تخل ِّيتُ‏ « particule verbes. Si « ayant quitté » exprime une action passée grâce à la<br />

en revanche l’adjectif « tremblante » devient un nom en position d’objet.<br />

LA CONTRAINTE LEXICALE<br />

En effet, quel terme ? Quel équivalent ? Pour quelle signification ? Toute<br />

modification lexicale 3 peut entraîner et imposer une modification du significatif,<br />

1 En effet, ces deux extraits ont toujours été retenus par les journalistes, par les critiques voire par le<br />

traducteur lui-même, lors de la parution de la traduction. Cette réflexion se poursuit sous le signe d’un<br />

dialogue entre le texte traduit et le texte source.<br />

2 Cf. Dire presque la même chose, Expériences de traduction, Grasset, p. 147.<br />

3 « Le sens du poème, précise M. BLANCHOT, est inséparable de tous les mots, de tous, de tous les<br />

mouvements, de tous les accents du poème. Il n’existe que dans cet ensemble et il disparaît dès qu’on<br />

cherche à le séparer de cette forme qu’il a reçu », in Faux-Pas, Gallimard, 1943,127-8 (cité par David<br />

139


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

enrichissement ou réduction, de même la variété des adjectifs qui peut relever tout<br />

simplement de l'ornement peut aussi créer des associations et des images. On dévie<br />

ainsi du formel vers une modification du thématique.<br />

La Parque se regarde, le froid la rend étrangère à elle-même et devient<br />

Constellation ; elle crie son avidité de comprendre et s’adresse aux astres. « […]<br />

ayant quitté / Ma couche » est rendu par « j’ai quitté mon lit الطري ِّ chaud, tendre,<br />

douillet ». Le terme « couche » a plusieurs équivalents en arabe. Le traducteur a<br />

privilégié le substantif « lit » « سرير » qui explicite la matérialisation du lieu de<br />

couchage. Pourquoi ce choix et pour quel effet ? L'adjectif « الطري ِّ tiède » ajouté,<br />

pose lui aussi un problème, il suggère implicitement une idée d'opposition par<br />

rapport à froid, connotation qui n’est pas dans « couche » mais plutôt dans<br />

« tremblante », pour marquer une opposition entre l’intérieur et l’extérieur ? 1 Ces<br />

contraintes modifient le sens des mots et la signification est, elle aussi, altérée<br />

comme le souligne M. BLANCHOT : « la poésie suggère […] un sens dont la structure<br />

est propre 2 . » […] la signification poétique est ce qui ne peut être séparé des mots,<br />

ce qui rend chaque mot important ».<br />

LA CONTRAINTE SYNTAXICO-MÉTRICO-RYTHMIQUE<br />

La métrique de la poésie arabe classique ne tolérant pas l’enjambement<br />

conduit le traducteur à faire correspondre la phrase au mètre. Ainsi, le rejet qui<br />

permet de mettre en valeur un terme, ici le groupe nominal « Ma couche » se voit<br />

déplacé à la fin du vers précédent en position de rime ce qui lui préserve son<br />

importance mais l’effet ne sera pas le même.<br />

Je suis seule avec vous, tremblante, ayant quitté<br />

Ma couche<br />

معكِ‏ ٳني وحيدةٌ،أَتداعى،قد تخل ِّيتُ‏ عن سريري الطر ِّي ...<br />

Pour obtenir les 24 syllabes propres au mètre choisi c’est-à-dire le « Hafif »,<br />

très souvent le traducteur a recours à la caractérisation adjectivale (parfois double)<br />

de certains noms. Ce procédé qui relève plus d’une contrainte d‘usage n’est pas sans<br />

conséquence sur la signification, comme dans l’exemple ci-dessus cité où le vers se<br />

termine par la rime imposée « ‏«سريري » en [i], se voit suivre de l’adjectif<br />

». tiède الطري ِّ «<br />

De ces contraintes découlent des problématiques auxquelles s’en ajoutent<br />

d’autres 3 liées à la stratégie de traduction ou à l’esthétique du texte.<br />

PROBLÉMATIQUE DES CONTRESENS<br />

Que faire de tel incident sur la signification du poème ? Je me limite ici à un<br />

seul exemple qui touche la traduction des pronoms qui ne pose aucun problème en<br />

Arabe, sauf pour le « vous » de politesse ou de majesté.<br />

Je suis seule avec vous, tremblante, ayant quitté[…]<br />

EDLER p. 304 in La forme comme paradigme du traduire, (dir.) Nadia AMÉLIO,É<br />

1 Mais cet adjectif verbal « tremblante » est-il lié à un état de peur ou de froid ? Notons que l’idée de<br />

« tiédeur » apparaît bien plus loin et plus tard vers la fin du poème dans les vers « 465-66 » qui font écho<br />

à ceux que je suis en train d'examiner. On retrouve le terme « couche » en position de rejet, cette fois-ci<br />

l'idée de tiédeur est associée à la couche, et les deux appartenant au champ lexical de la mort :<br />

« DÉLICIEUX LINCEULS, mon désordre tiède, / Couche où je me répands, je m’interroge et me cède, ».<br />

2 Op. cit., p. 127-28.<br />

3 On peut souligner le remplissage, le commentatif, la clarification l’amplification et l’ambiguïté.<br />

140


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

. معكِ‏ ٳني وحيدةٌ‏ أَتداعى ‏،قد تخل ِّيتُ‏ عن سريري الطر ِّي<br />

Dans l’extrait ci-dessus le pronom « Vous » est traduit en arabe par « Tu :<br />

Toi » alors que dans le texte français ce « vous » qui a un emploi anaphorique<br />

renvoie explicitement à un pluriel puisqu’il désigne les astres auxquels s’adresse La<br />

Parque : « Tout puissants étrangers, inévitables astres / Qui daignez faire luire au<br />

lointain temporel / Je ne sais quoi de pur et de surnaturel » (vv18-20). Ce pluriel est<br />

confirmé par le rappel de l’apostrophe au vers 21 « Vous qui dans les mortels<br />

plongez jusqu’aux larmes » et par l’emploi du possessif « votre » au vers 23 « Et les<br />

élancements de votre éternité, […] ». Qui est ce « Tu » ou ce « vous » singulier ?<br />

PROBLÈME DE L’AMBIGUÏTÉ<br />

Umberto ECO 1 évoque le cas des métaphores et le vécu du lecteur pour<br />

activer des images, il va même jusqu’à proposer le recours à la « désambiguïsation »<br />

pour rendre le texte accessible au lecteur cible. Mais l’ambiguïté est propre au<br />

langage en général et au langage poétique. De même dans la langue d’arrivée, le<br />

texte, dans la mesure où c’est une re-création, engendre ses propres ambiguïtés.<br />

PROBLÉMATIQUE DE L’AMPLIFICATION ET DE LA CLARIFICATION<br />

Antoine BERMAN 2 a émis des critiques aux tentatives de clarification et<br />

d’allongement du texte original et Umberto ECO (op. cit., p. 102) conseille d’éviter<br />

d’enrichir le texte. Valéry en revanche reconnaît que cela est intimement lié au<br />

travail (OE, I, 214) et précise que « le traducteur ne peut aller que vers le plus<br />

clair…ou amplifier- ou quitter-» (CIV, 63). De plus, les mots ne recouvrant pas la<br />

même réalité, les structures ne faisant pas ressortir les mêmes images, la trame<br />

phonique exigeant un allongement, le traducteur est presque forcé d’amplifier ou de<br />

clarifier pour rendre son texte accessible et surtout poétique. Mais ces procédés<br />

altèrent et orientent la signification comme dans les vers ci-dessous où le crime est<br />

lié au « destin » dont il n’est point question dans le texte source :<br />

تحت نِاب األعجوبة البكرِ‏ ، حدّث عن بالٕء بناره تتكوى .<br />

أيّ‏ جرمٍ‏ أتيتُ‏ ، أي ُّ جناح جررته األقدار ‏ُفوق جبيني؟<br />

QUELLE STRATÉGIE ?<br />

Deux cheminements, non sans conséquences, s’offrent au<br />

traducteur/médiateur : le passage du texte source (TS) au texte cible (TC) où<br />

joueront sa sensibilité et sa propre interprétation ou bien la prise en compte de tout<br />

le métalangage critique (MC) au risque de quelques dérives !<br />

∆ █<br />

TS MC TC<br />

1 Cf. Presque la même chose, où il prend pour exemple l’incipit du Cimetière Marin de Paul Valéry et<br />

essaie d’expliciter le référent de « toit » qui devient dans les vers suivant la « mer » :<br />

« Ce toit tranquille, où marchent des colombes, »<br />

« Valéry pensait, dit-il, (à mon avis) en Parisien. Or à Paris, les toits sont en ardoise et, sous le soleil, ils<br />

peuvent prendre des reflets métalliques. Donc midi le juste crée sur la surface marine des reflets argentés<br />

qui suggèrent à Valéry l’étendue des toits parisiens », p. 191.<br />

J’en profite pour ajouter, selon Huguette LAURENTI qui a connu Valéry, qu’il s’agit plutôt des toits de<br />

Montpellier où Valéry a vécu avant de monter à Paris. La traduction arabe par le même traducteur de cet<br />

incipit a respecté à la lettre le texte français qui est très parlant pour un méditerranéen.<br />

2 Cf. La traduction et la lettre, Paris, Seuil, 1999, pp. 54-9.<br />

141


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

Je me limite à la problématique de la rime qui intègre les problématiques<br />

signalées. La métrique est étrangère au système linguistique. Mais elle participe<br />

énormément à la signification du poème. Pour Valéry, la rime occupe une grande<br />

importance dans la mesure où elle est une « forme génératrice » 1 , elle a le pouvoir<br />

d'engendrer non seulement des sons mais aussi du sens et d'être parfois même à<br />

l'origine d'un vers et d’une pensée. La question est : comment en trouver une ou une<br />

équivalente même si l'on emploie des mots différents ? 2 Dans ce domaine, le traducteur<br />

a réussi un exploit en respectant, d'une part, la contrainte da la poésie arabe classique<br />

qui est monorimique et, d'autre part, pour rendre hommage à Valéry et à la poésie<br />

française, la forme du distique.<br />

وأنا اأسأل الفٶاد ، على صخرة بح ‏ٍر نديةً‏ تتلوى<br />

تحت نِاب األعجوبة البكرِ‏ ، حدّث عن بالٕء بناره تتكوى<br />

Il a essayé de reproduire des rimes en respectant le texte d'origine en pratiquant<br />

un schéma embrassé ABBA qui n'a rien à voir avec la métrique arabe ce qui<br />

introduit « l’étrangeté ou l’étranger » dans le texte cible. En soi c’est louable, mais<br />

traitant de signification, on peut s'interroger sur le réfèrent de la rime du couple<br />

تتلوى / « singulier médian, deux verbes conjugués à la troisième personne au féminin<br />

» et sur l'image ou la représentation que cette rime peut évoquer dans l'esprit تتكوى<br />

d'un lecteur. C'est un très beau travail lexical qui rend présent l'image du serpent avec<br />

ses remous et ses ondes. C'est une belle trouvaille mais aussi un bel exemple<br />

d’ambiguïté ! Au niveau de la signification, des interrogations surgissent. Qui est<br />

qualifié par « mordu » ? Qui se tord et se brûle de douleur, image donnée par les deux<br />

verbes ? Est-ce « l’écueil », « صخرة » étant féminin en arabe, créant de la sorte une<br />

personnification et un transfert d’image, ou le serpent lui aussi féminin ou plutôt la<br />

Parque elle-même qui, à l'instar du serpent qu'elle suivait, ce qui laisserait entrevoir, un<br />

rapprochement pour ne pas dire une identification ou un dédoublement ?<br />

Le traducteur s’est imprégné des études valéryennes, signe de sérieux, ce qui<br />

le conduit à utiliser le métalangage 3 sur la poésie de Valéry et à poétiser au-delà de<br />

son exercice de traducteur. De plus, en introduisant rétrospectivement une prolepse,<br />

il donne les clefs du poème car à ce moment précis du poème, il n'est point encore<br />

question du serpent. Ce n'est qu'au vers 37 qu'on le découvre « J'y suivis un serpent<br />

qui venait de me mordre. ». D’autre part, si distance il y a, c’est entre le sujet qui<br />

s'interroge « J'interroge » et son objet « mon cœur », seul capable de lui répondre. Il<br />

n'y a pas, non plus, dédoublement du personnage ; il faut attendre la fin du fragment<br />

(vv. 35-6) pour entendre la Parque dire « Je me voyais me voir, sinueuse, et<br />

dorais/De regards en regards, mes profondes forêts. ». N'y a-t-il pas là une traduction<br />

non pas du texte lui-même mais d'une certaine interprétation ?<br />

TRADUCTION, ACTUALISATION DU TEXTE<br />

Essayons de voir, à travers quelques exemples, les apports du texte cible.<br />

1 Cf. mon article « La notion de forme « génératrice » in PV9, autour des Cahiers, Lettres modernes<br />

Minard, Paris, 1999, pp. 33-44.<br />

2 Cf. U ECO, op. cit., p. 56.<br />

3 Notons ici une influence interprétative du philosophe ALAIN qui avait commenté le poème« La Parque<br />

qui se noue et se dénoue », La Jeune Parque commentée, nrf, Gallimard, 1953, en reprenant les mots et<br />

l’image à Valéry lui-même qui en 1915 écrit dans les Cahiers : « Chanson du serpent […]/Se noue et se<br />

dénoue – mord sa queue/ […] »(C, V, 676). C’est l’image exacte que donnent les deux verbes qui<br />

constituent la rime arabe.<br />

142


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

Dans la mesure où toute traduction est une actualisation du texte source, celle-ci<br />

permet de l’éclairer, d’en révéler un sens caché, d’inviter le lecteur ou le spécialiste<br />

à s’interroger et à y voir des lectures plurielles.<br />

Entre évocation et explicitation : que choisir, pour quel effet et pour quelle<br />

représentation ? Là où Valéry procède par suggestion : « point d’histoire- point de<br />

décor- Mais le sentiment de la matière même, roc, air, eaux, matières végétales – et<br />

leurs vertus élémentaires » (OE, II, 69), le traducteur nomme, précise, et caractérise.<br />

Une des particularités de la création valéryenne, c’est qu’entre une sorte d’onirisme<br />

et de travail conscient de l’esprit, que reflètera la situation de la Parque, se fait jour<br />

un laisser aller de l’imaginaire et de sa domestication. Ainsi, l’enchevêtrement d’une<br />

forme de représentation toute métaphorique d’un espace en mouvement se met en<br />

place. Cet espace n’est évoqué que métonymiquement par quelques détails, «<br />

diamants, houle, astre » (v.2-9-18) et, dans notre extrait, par « l’écueil » et « la<br />

merveille », qui ont une fonction relationnelle au personnage, son discours, ses<br />

affects 1 . Cet espace devient plus concret 2 sous la plume du traducteur.<br />

Le groupe prépositionnel « sur l’écueil », va plutôt dans le sens de l’explicite,<br />

dans la mesure où il précise que l’écueil est bien un « صخرة بحرٍ‏ », « rocher<br />

maritime» pour planter le décor. Valéry disait chacun a sa propre représentation. Le<br />

traducteur ne revoit-il pas et ne retransmet-il pas inconsciemment à son lecteur,<br />

surtout libanais, une représentation liée à l’imaginaire de tout libanais, ce grand<br />

», روشة « s’appelle rocher qui surplombe la côte libanaise à Beyrouth et qui<br />

déformation phonétique du nom français « rocher » ? Aussi, il caractérise ce rocher<br />

par l’adjectif « نديةً‏ humide, mouillé ». De la sorte, la double qualification masque en<br />

première lecture l’idée de danger, liée à l’emploi de l’expression « l’écueil mordu ».<br />

En effet, l’adjectif « mordu », évoquant l’image de l’érosion que fait subir la<br />

« merveille », c’est-à-dire la mer, anticipant toute la séquence sur le serpent et<br />

annonçant la rime « mordre/ordre » aux vers 37-38, s’évanouit, noyé dans une<br />

paraphrase. Le terme « merveille », tant cher à Valéry, renfermant grâce à la<br />

paronomase la « mer » et mettant en place la scénographie d'une mer caractérisée de<br />

« merveilleux » pour annoncer le danger, est lui aussi remplacé par le nom<br />

« miracle ‏.«األعجوبة Certes, les deux notions partagent des sèmes communs, ce qui<br />

étonne, séduit par des qualités éminentes, exceptionnelles et presque surnaturelles.<br />

« Miracle » peut aussi avoir des connotations religieuses, d’autant plus que le nom<br />

est suivi de البكرl’adjectif qui sans doute sous-entend l'origine. Faut-il avec<br />

l'expression األعجوبة البكر»‏ » lire « les mystères des origines » 3 ou faut-il voir une<br />

représentation biblique, la Création. Quelles sont intentions du traducteur ?<br />

Ainsi le poème ouvre des lectures possibles que Valéry ne rejetterait<br />

point : « Chaque sens est un appareil d'interprétation de choses inconnues (C1,<br />

1134). Le traducteur sur les pas du poète saisit un des différents sens, l’interprète<br />

selon sa propre perception du moment, de son vécu et choisit une des lectures<br />

1 Cf. LAURENTI H., « Les « Fréquences » d’un esprit, une génétique de l’imaginaire », PV11, « La Jeune<br />

Parque » des brouillons aux poèmes, nouvelles lectures génétiques, éditions, Lettres modernes, Caen,<br />

2006, p. 181.<br />

2 Pierre HECHAÏMÉ le souligne : « Le français, cérébral, rationnel est abstrait. L’arabe, comme toutes les<br />

langues sémitiques est concret. », La traduction par les textes, dar al mushref, Beyrouth, 1986, p. 3.<br />

3 Cf. S. FERENCZI, Thalassa. Psychanalyse des origines de la vie sexuelle, précédé de masculin et<br />

féminin, trad. J. DUPONT et M. VILIKER, Éditions Payot et Rivages, 2002, 200 p. L’auteur fait l’hypothèse<br />

que l’existence primordiale serait aquatique.<br />

143


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

possibles. De la sorte la traduction participe à la compréhension du texte source, elle<br />

contribue à la critique et oriente la lecture. Une question surgit cependant : faut-il<br />

être spécialiste du poète qu’on traduit ?<br />

Un autre apport du texte cible est celui de remonter à la genèse du texte pour<br />

mieux comprendre la stratégie de traduction adoptée. Cette démarche n’est pas sans<br />

conséquences sur la signification du texte.<br />

Le fragment « Printemps 1 » (vv. 222-34), à connotations sexuelles, situé à la<br />

fin du premier diptyque du poème, est un appel à la vie. Il passe pour l’une des<br />

réussites les plus incontestables mais, comme le dit Valéry, fut improvisé vers la fin<br />

« pour attendrir le poème » 2 . Il y a là donc une intention du poète ou plutôt une<br />

intention qu’on lui a attribuée de son vivant lors de la première publication chez<br />

Gallimard et qui apparemment a eu des effets 3 sur les lecteurs. La question est de<br />

savoir comment traduire cette intention et cet effet dans le texte arabe ?<br />

Écoute… N’attend plus… La renaissante année<br />

A tout mon sang prédit de secrets mouvements :<br />

Le gel cède à regret ses derniers diamants…<br />

Demain, sur un soupir des Bontés constellées,<br />

Le printemps vient briser les fontaines scellées :<br />

L’étonnant printemps rit, viole… On ne sait d’où<br />

Venu ? Mais la candeur ruisselle à mots si doux<br />

Qu’une Tendresse prend la terre à ses entrailles… (vv. 222-9)<br />

اصغِ...‏ ال تُكثر التمھل من بعدُ...فإنّ‏ العامَ‏ الجديدَ‏ الطالعْ‏<br />

لدمي كلھ تنّبّٲ بالرعشات تترى ‏،محجوبةً‏ ببراق ‏ْع<br />

الجليدُ‏ الممتدّ‏ يتركُ‏ بالر ُّغم خريد الماساتِ‏ منهُ‏ األَخير ‏ْة...‏<br />

وغداً،‏ عند نھدةٍ‏ من حنايا آلھات الس ِّماح تلك المنيرة<br />

يفدُ‏ الطالعُ‏ الر َّبيعُ‏ فيفجو محكماتِ‏ األَقفالِ‏ ‏ِفوق الن ُّبوعِ:‏<br />

:<br />

الر َّبيعُ‏ المھيب يضحكُ،‏ يفتض ُّ البكارات.طِلسماً‏ في الطلوعِ‏<br />

غڍرٲّن النقاء ڍرَشُح قطرًا في كالٍم مر َّفھ الد ِّل غاوي<br />

قيروُح الحناُن يمتلُك األرَض‘حناٌن في مھ ‏ِجۃ األرِض<br />

Les différents éléments de la nature célèbrent cette liberté annoncée par<br />

l’arrivée du printemps (vv. 222-29). Le texte arabe respecte l’ordre et la progression<br />

du texte français, à l’exception du rejet « venu ? » qui, par la même occasion, annule<br />

la phrase interrogative. Il met bien en valeur le désir intime de transformation de<br />

l’être « لدمي كلھ تنّبّٲ بالرعشات تترى ». De même la personnification du « gel » se trouve<br />

encore plus renforcée en ajoutant le terme « خريد », qui souligne la pureté de l’eau<br />

pour faire écho à la pureté des diamants, les astres, du début du poème (v. 18).<br />

D’autre part, ces diamants annoncent « la candeur » اڶنقاء»‏ » et les « mots si doux »,<br />

symboles sans doute de cette poésie pure à laquelle aspirait Valéry, « mots » que le<br />

traducteur voit filtrer au compte–goutte « ڍرَشُح قطرًا » et non point ruisseler comme<br />

l’évoque la construction toute hugolienne « La candeur ruisselle ». A l'idée<br />

1<br />

Quand Valéry songe à introduire le chant du printemps, il choisit un court poème intitulé<br />

« Renaissance » qui semblerait reprendre avec quelques retouches un état antérieur du même fragment<br />

intitulé « Avril » 1 avec comme rime nodale le terme « entrailles » permettant l’articulation des deux<br />

pièces et le développement métaphorique. Cf. Paul Valéry, La Jeune Parque, étude critique par Octave<br />

Nadal, Le club du meilleur livre, 1957, 275 p.<br />

2 Dans une lettre à Albert MOCKEL, en 1917, Valéry précise : « J’ai même été forcé, pour attendrir un peu<br />

peu le poème, d’y introduire des morceaux non prévus et faits après coup. Tout ce qui est sexuel est<br />

surajouté. » (OE, I, 1621).<br />

3 « Tel, le passage central sur le Printemps qui semble maintenant d’importance essentielle. » (ibid, 1621).<br />

1621).<br />

144


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

hivernale écoute, attentive au cœur du monde les « Bontés 1 constellées » que l’arabe<br />

reproduit par une périphrase «<br />

». La<br />

métaphore des « fontaines scellées » est maintenue avec une amplification pour bien<br />

فيفجومحكماتِ‏ « sources transposer l’image de l’éclatement et de la délivrance des<br />

». En privilégiant l'image visuelle d'une fontaine d'une place publique األَقفالِ‏ ‏ِفوق الن ُّبوعِ‏<br />

qu'on ouvre et qu’on referme en employant l'expression arabe équivalente à<br />

« cadenassées », elle se trouve banalisée. Mais la nature s’enhardit et la rime avec,<br />

pour mettre en valeur la personnification du printemps qui se poursuit au vers<br />

suivant. Après avoir brisé les fontaines scellées « L’étonnant printemps rit, viole…<br />

On ne sait d’où / venu ? ». C’est autour du verbe « violer » que des interrogations se<br />

posent : peut-on traduire ce qui n’est pas écrit expressément ?<br />

Certes, le verbe « viole » a un sujet, le printemps mais il n'a point d'objet.<br />

Allusion sexuelle sans doute mais le contexte ne laisse par lire une référence<br />

particulière. Ici, c'est toute la nature qui se réveille et la virilité, cette sève sexuelle<br />

n'a pas d'objet particulier. La conjugaison de tous les éléments rend cet éveil<br />

panthéiste. Dans le texte arabe, le choix d’un complément engendre, une<br />

interprétation, une signification et une représentation ambiguës. Le traducteur a<br />

choisi non pas l'équivalent du verbe « violer » à connotation sexuelle « إغتص » mais<br />

le verbe « إفتض » qui est associé plutôt à l'eau « إفتض الماء » et que nous retrouvons<br />

dans des expressions telles que « déflorer les vierges » ou « dérouler les bobines ».<br />

C’est justement cette dernière, « يفتض ُّ البكارات », qui a été retenue par le traducteur<br />

pour évoquer l’éternel recommencement. Mais la juxtaposition des deux termes,<br />

« bobines » ayant en arabe la même racine que « vierge », peut induire à une<br />

interprétation sexuelle et produire un effet. Tout cela nous ramène à nous<br />

s'interroger sur un sens caché comme le suggère, Valéry en nous mettant en garde<br />

dans sa définition des mots 2 . En effet le dossier génétique dévoile plusieurs aspects 3 ,<br />

entre autres, une des versions fait apparaître le verbe « violer » accompagné d'un<br />

complément « L’étonnant printemps les viole… ». Est-ce que cette intention a été, à<br />

un moment donné, de la genèse du poème, traduite par le poète lui-même, refoulée<br />

et rejetée par la suite, intention qui consciemment ou inconsciemment apparaît sous<br />

la plume du traducteur. Néanmoins, elle ajoute un peu plus d’ambiguïté au texte<br />

source et produirait un effet 4 certain chez le lecteur. Le traducteur a-t-il le droit de<br />

traduire l’intention du poète, si intention il y a ? Jusqu’où peut-on aller ? Quelles en<br />

sont les limites 5 ? Toujours est-il que la traduction ouvre des portes ; elle nous invite<br />

à prendre en compte « l’avant-texte ».<br />

وغداً،‏<br />

عند نھدةٍ‏ من حنايا آلھات الس ِّماح تلك المنيرة<br />

1 L’arabe ne possédant pas le double système graphique majuscule/minuscule : comment compenser ?<br />

2 « On peut faire attention<br />

Au sens des mots/Au sens- /À un sens qu’on croit caché /Aux associations et formes etc. » (CIII, 540).<br />

3 . D’une part, le printemps a toujours été intimement lié à la terre et surtout au gel qui la recouvre. D'autre<br />

part les verbes « rit et viole » ont été introduits sous forme d'un ajout dans des états tardifs avant d’être<br />

retenus dans le texte publié : Cf. NADAL, op. cit., pp. 339-340-341 et la planche VII.<br />

4 « Si dans un développement ou suite à un sujet donné - telle chose c'est-à-dire tel mot important - est<br />

avoisiné par certains mots qui ne s'y accordent pas directement - tous ces mots et le 1er concordent dans<br />

l'effet. » (CIII, 497)<br />

5 Question soulevée par Umberto ECO, Les limites de l’interprétation, Grasset, 1992, et par Nicolas<br />

JOURNET, « La liberté de l’interprète selon U. Eco», in op. cit., pp. 117-19.<br />

145


TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

TRADUCTION TRANSMISSION ET PARTAGE<br />

Comment transposer la valeur symbolique du signe et sa valeur culturelle qui<br />

pourraient échapper à un lecteur non averti, ne connaissant ni la poétique ni le<br />

fonctionnement de l’esprit du poète ? Cette question soulève une problématique<br />

spécifique au texte poétique : faut-il être spécialiste du poète qu’on traduit ?<br />

Pour chanter le mariage du ciel et de la terre, pour marquer la participation de<br />

tous les éléments de la nature sollicitée par le printemps (air, terre, eau), et célébrer<br />

la fête des sens, il lui fallait un symbole 1 . Ce symbole, lieu par excellence de toutes<br />

les interprétations, ne pouvait être que « l’arbre » 2 qui l’a toujours fasciné 3 . L’arbre<br />

de ce printemps (vv. 230-34) résume la nature toute entière. En lui toutes les espèces<br />

se conjuguent, l’arbre-poisson ou l’arbre-serpent « recouvert d’écaille », l’arbrehomme<br />

« [c]hargés de tant de bras », puis l’arbre-bouc avec « leurs tonnantes<br />

toisons », enfin l’arbre-oiseau montant dans les hauteurs avec « toutes leurs ailes »<br />

avant de devenir l’arbre -rameur 4 .<br />

Les arbres regonflés et recouverts d’écailles<br />

Chargés de tant de bras et de trop d’horizons,<br />

Meuvent sur le soleil leurs tonnantes toisons,<br />

Montent dans l’air amer avec toutes leurs ailes<br />

De feuilles par milliers qu’ils se sentent nouvelles… (vv. 230-34)<br />

( p.130)<br />

ما يسات اڶَأشجار نفخھا اڶرّي جديدًا وغلفتھا اڶبراعْم<br />

وآفاقھا اڶرحاب اڶنواعْم،‏ مثقاڶِت بر ف أجنحھا اڶأڶف<br />

راحت اڶآن فؤق،‏ مفرق اڶشمس ‏،تذّري شعورھا اڶمرعدات<br />

وتحت ا لتصعيد في حسرة اڶجو بآڶآڶف أجنح ممورقات<br />

تتندى ريا وتزھو اخضرارا ، فتحس الفروع منھا جديدة<br />

،<br />

L’arbre enraciné dans les profondeurs, où il puise sa substance, aspiré par les<br />

hauteurs est le protecteur de la terre qu’il couvre de ses banches et de sa profusion<br />

de feuillages, il est aussi le reflet du foisonnement de l’esprit du poète.<br />

Dans la traduction, le symbole est là mais le traitement des différentes images<br />

et représentations 5 en est autre. Ici comme ailleurs se pose la question des<br />

métaphores et autres figures qu'on retrouve certes dans tout texte mais qui dans un<br />

texte poétique acquièrent une signification particulière par le choix du poète qui<br />

reflète sa vision du monde et son imaginaire, vision propre non seulement au poète<br />

،<br />

1 Charles Sanders PEIRCE (1839-1914) fait intervenir l’interprétation dans le processus de signification et<br />

distingue trois sortes de signe : l’indice (la fumée par rapport au feu), l’icône (une image ou une photo du<br />

feu), le symbole (le mot « feu »), in Écrits sur le signe, Textes rassemblés traduits et commentés par<br />

G. DELEDALLE, Seuil, 1978, cité par N. JOURNET, ibid. p. 131.<br />

2 « L’arbre, corps énorme entre la finesse de ses principes dans la terre et la finesse de ses conséquences<br />

aériennes. » (CVIII, 216), cité par Brian STIMPSON. « Les images du monde naturel, dit-il, même lorsque<br />

suscitées par une observation particulière, assument dès lors des qualités métonymiques, pourvues d’un<br />

caractère générique par les yeux de l’esprit ; ainsi en est-il d’un arbre seul qui s’élance dans les éléments<br />

avec ses propres intelligences, extrêmement subtiles », Paul Valéry, L’écriture en devenir, Peter Lang,<br />

2009, p. 56.<br />

3 Comme l’attestent les fragments textuels et les représentations picturales aussi bien dans le dossier<br />

génétique du poème que dans les Cahiers. Paul RAYAN en a compte 70, Paul Valéry et le dessin, Peter<br />

Lang, 2007, pp. 237-42.<br />

4 O. NADAL voit dans les vers suivants « presque l’image de l’arche de Noé », (op. cit., p.341) et Régine<br />

PIETRA, « l’arbre-rameur », Valéry, direction spatiales et parcours verbal, Bibliothèque des lettres<br />

modernes 32, Minard, Paris, 1981, p. 446.<br />

5 Charles Sanders PEIRCE précise : « L’interprétation d’un representatem (qui est une forme exprimée de<br />

signe, pas nécessairement une forme linguistique, mais aussi un terme linguistique, une phrase, ou un<br />

texte entier) est une autre représentation référée au même objet », cité par U. ECO, op. cit., p. 100.<br />

146


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

mais propre à chacune de ses oeuvres 1 . Faut-il les traduire ? Ou faut-il les expliciter<br />

pour éviter l’intraduisible ?<br />

Nous avons là un bel exemple de négociation interculturelle. Tout d’abord,<br />

dans « Les arbres regonflés et recouverts d’écailles » faut-il traduire « écailles » par<br />

»? Les deux termes sont envisagés dans le اڶبراعْم « par » ou bien الحراشف «<br />

commentaire du traducteur mais c’est اڶبراعْم»‏ » qui est retenu visant le premier<br />

niveau de lecteur, donc de sens, pour évoquer les premiers bourgeons du printemps.<br />

D’où la suppression de l’image qu’évoque la métaphore d’éclatement de la peau qui<br />

s’écarte comme des écailles, ce qui enlève aussi à l’arbre une partie de sa valeur<br />

symbolique. De même l’arbre-homme disparaît partiellement au profit de l’arbreoiseau<br />

puisque le terme « bras » cède la place au terme « aile » qui est explicitement<br />

associé au dense feuillage « ممورقات ‏.«أجنح Mais en rendant le verbe d’action<br />

« monter » par le nom qui lui correspond « ‏,«التصعيد celui-ci perd toute sa<br />

signification, et avec lui l’image de l’arbre-oiseau. La personnification finale de<br />

l’arbre, avec la disparition dans le texte arabe de l’équivalent du terme « entrailles »,<br />

la trouvaille de Valéry pour réunir les deux pièces du fragment, s’évanouit à son<br />

tour.<br />

Le deuxième cas concerne la représentation de l’arbre-bouc avec<br />

« leurs tonnantes toisons شعورھا اڶمرعدات » qui a été maintenue grâce à une traduction<br />

littérale. Mais en gardant la double figure métonymie/métaphore, le traducteur a<br />

introduit d’une part une ambiguïté au niveau de l’interprétation, de la signification et<br />

de la représentation, le terme « شعور » étant en Arabe polysémique, et d’autre part<br />

une image insolite qui produira des effets et suscitera des interrogations. N’est-ce<br />

pas là une preuve que la traduction est une ouverture sur l’autre 2 ?<br />

Il va de soi que nous ne pouvons dissocier le fond et la forme, et que la<br />

signification d’un texte, surtout d’un poème réside dans sa poéticité. C’est pourquoi<br />

au-delà des écarts et des dérives, il faut surtout souligner la poéticité de la traduction<br />

qui assure la transposition de la voix du poème et de son euphonie. C’est cette<br />

poéticité qui devrait être le moteur de tout processus de traduction afin de « mieux<br />

faire saisir la nature du langage poétique » 3 .<br />

Dans le texte français, c’est par une série de « coups rythmés » que la nature<br />

convie tous les instruments dans une étonnante orchestration, à entonner l’hymne à<br />

la joie et à la vie, comme Régine PIETRA le montre dans sa thèse, en relevant une<br />

assonance en [ã] qui non seulement débute l'ouverture mais se prolonge, structurant<br />

tout le morceau. Ce son vocalique relie tout un réseau de termes « n’attend plusrenaissant-<br />

sang- diamant- printemps- étonnant- printemps- candeur- tendresseprend-<br />

entrailles » (op. cit., p. 447) permettant de passer de la Jeune Parque à la<br />

nature confondant presque l'inanimé et l'animé. Il en va de même pour l’allitération<br />

en [t], laquelle est respectée dans la traduction et combinée à deux autres, sous-<br />

1 « Je suis un écrivain de qui les productions résultent d'une traduction des données et des impressions<br />

particulières relatives à chaque œuvre - dans certain système de réflexions et de définitions générales qui<br />

me sont propres, et d'une retraduction de cette transposition dans le langage ordinaire. » (C2, 264), précise<br />

Valéry.<br />

2 ADONIS considère la traduction comme une rencontre (op. cit., p. 125) et une expérience ; elle est aussi<br />

l’occasion de « forger une nouvelle langue dans la langue cible », op. cit., p. 121.<br />

3 Cf. Florence LAUTEL-RUBNSTEIN, « De l’empire de la poésie à l’empire de la traductologie : La<br />

poéticité comme outil de critique littéraire », in La TILV, p. 15.<br />

147


148<br />

TRADUIRE… INTERPRÉTER<br />

tendant ensemble l’architecture de tout le fragment comme l’illustrent les deux<br />

premiers vers.<br />

Écoute… N’attend plus… La renaissante année<br />

t t ã ã t<br />

A tout mon sang prédit de secrets mouvements<br />

t ã ã<br />

اصغِ...‏ ال تُكثر التمھل من بعدُ...فإنّ‏ العامَ‏ الجديدَ‏ الطال ‏ْع<br />

ھ ع ع ت ت<br />

لدمي كلھ تنّبّٲ بالرعشات تترى ‏،محجوبةً‏ ببراقعْ‏<br />

ھ ت ع ت ت ت ت ت ع<br />

Dans le texte arabe, soulignons le travail des différentes trames, le choix des<br />

termes et des procédés, la trame phonique et la musicalité qui en résultent. Tout cela<br />

souligne bien un des soucis du traducteur qui est d’accompagner l’idée de la forme<br />

la plus harmonieuse pour la rendre la plus accessible possible. Cette musicalité est<br />

soutenue par le mètre arabe qui reproduit les mêmes schèmes de part et d’autre de la<br />

césure, dans les deux parties du vers, créant de la sorte un moule susceptible de<br />

recevoir alternativement un autre contenu.<br />

فاعاڶتن مسټفعڶن فاعاڶتن<br />

فاعاڶتن مسټفعڶن فاعاڶتن<br />

____ _______ ____ // ____ _______ _____<br />

1 2 3 1 2 3<br />

Valéry ne définit-il pas le poème en ces termes : « Poème : A la limite, c’est<br />

– une chose – de par figures et sonorités – et le sens, par ailleurs, prend le vague, le<br />

multiple, le riche indéterminé de signification d’une chose. » (C, V, 7).<br />

Le propos d’Huguette LAURENTI (op.cit., p. 191), se référant aux travaux de<br />

Jean-Pierre CHAUSSERIE-LAPRÉE concernant l’architecture secrète du poème, peut<br />

s’appliquer aussi au travail et à l’entreprise du traducteur : « Par le choix des mots,<br />

leur musique, leur dit, leur non-dit, on assiste au travail d'un imaginaire foisonnant »<br />

du traducteur/re-créateur qui se doit non pas de traduire mais d’inventer.<br />

COURIER-BRIÈRE Jacqueline<br />

Membre de l'équipe Paul Valéry au CNRS/ITEM<br />

jacqueline.courier@laposte.net<br />

Bibliographie<br />

BERMAN A., La traduction et la lettre, Seuil, 1999.<br />

BERMAN A., Pour une critique des traductions, Gallimard, 1995, 1995.<br />

C, I ; C, II… Cahiers [fac-similé], Paris, CNRS, 1957-1962, 29 volumes.<br />

C1 ; C2 Cahier [anthologie], éd. Judith ROBINSON-VALÉRY, Paris, Gallimard, 1973-1974, 2<br />

vol.<br />

CHAUSSERIE-LAPRÉE J-P., La jeune Parque ou la tentation de construction,<br />

L’architecture secrète du poème, « la thèsothèque », 25, Paris Librairie Minard, 2 vol., 1992,<br />

505 p.<br />

CI ; CII… Cahiers 1894-1914, [édition intégrale], éd. Nicole CELEYRETTE-PIETRI, Robert<br />

PICKERING, Paris, Gallimard, depuis 1987, 11 volumes parus.<br />

ECO U., Dire presque la même chose, Expériences de traduction, traduit de l’italien par<br />

BOUZAHER M., Éditions Grasset & Fasquelle, 2006, pour la traduction française, 460 p.<br />

FERENCZI S., Thalassa. Psychanalyse des origines de la vie sexuelle, précédé de masculin<br />

et féminin, trad. J DUPONT et M VILIKER, Éditions Payot et Rivages, 2002, 200 p.<br />

La forme comme paradigme du traduire, (dir.) AMÉLIO N.,É


SIGNIFICATION ENTRE INTERPRÉTATION ET TRADUCTION<br />

La TILV, (La Tribune Internationale des Langues Vivantes), Actes du colloque organisé par<br />

l’AELPL et par SEPTET, La traduction de la poésie comme outil de critique littéraire,<br />

Perros-Guirec, Édition Anagrammes, n°46-47-Mai, 2009, 206 p.<br />

Le langage, Nature, histoire et usage, volume coordonné par DORTIER J.-F., Éditions<br />

Sciences humaines 2001, 334 p.<br />

OE, I ; OE, II Œuvres, éd. Jean HYTIER, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade 1977-<br />

1980 (1 er éd.1957-1960), 2 vol.<br />

PIETRA R., Valéry, directions spatiales et parcours verbal, Bibliothèque des lettres<br />

modernes, 32, Lettres Modernes Minard, Paris 1981, 504 p.<br />

PV1…Paul Valéry 1, etc. (Livraison de la série Paul Valéry de la collection) « La revue des<br />

lettres modernes »), Minard.<br />

RAYAN P., Paul Valéry et le dessin, Peter Lang, 2007, pp. 237-42.<br />

STIMPSON B., Paul Valéry, L’écriture en devenir, Peter Lang, 2009 p. 56.<br />

149


INTRADUISIBILITÉ DE LA POÉSIE DE M. DIB<br />

DU FRANÇAIS VERS L'ARABE<br />

Cette intervention se présente comme une approche de la traduction littéraire<br />