LG 191

LGMagazine

Chambre des Métiers et de la Fédération des

Artisans. Historiquement, nous trouvons

donc nos origines dans le secteur de l’artisanat.

La société fonctionne sous la forme

d’une coopérative: ainsi, tous nos clients

sont également nos associés». Caractérisé

principalement par un capital variable et l’incessibilité

absolue des parts à des tiers, ce

type d’entreprise apporte une belle flexibilité

aux membres. «Il y a toujours de nouveaux

associés qui nous rejoignent, d’autres qui

nous quittent», commente l’administrateur

délégué.

Au départ concentrée sur l’artisanat, la

Mutualité des P.M.E. s’est ouverte à des

entreprises d’autres domaines au fil des

années et de l’évolution économique grandducale.

Elle rassemble aujourd’hui 1.800

sociétés dont environ 500 sont actives, c’està-dire

pour lesquelles la structure aémis ou

pris un engagement. «La somme de ces

engagements tourne autour de 195 millions

d’euros actuellement. Nous accueillons les

PME sans a priori. Chacune peut nous

contacter pour soumettre son projet à notre

évaluation, nous sommes toujours prêts à

écouter». Philippe Kops enchaîne: «Notre

équipe de dix personnes est spécialisée en la

matière, composées d’experts des PME».

Aux côtés de toutes les PME

«Le secteur de la construction et du parachèvement

est très demandeur d’émission de

garanties. Il forme la plus grande partie de la

clientèle de ce service», explique le sousdirecteur.

Il ajoute que pour leurs autres activités,

il n’y a pas de tendance forte. «Les

domaines varient. Les métiers, les projets, les

activités sont diversifiés mais il est une

constante: nos services sont accordés à des

sociétés de droit luxembourgeois, disposant

d’une autorisation d’établissement valable».

Patrick Dahm ajoute: «Nous adressons les

PME au sens large. Actuellement, on parle

beaucoup de startups et on pense directement

à des entreprises de hautes technologies.

Mais nous ne négligeons aucun secteur:

artisanat, commerce, restauration,… Même

un coiffeur qui souhaite acquérir un local, par

exemple».

Par ailleurs, les entrepreneurs qui se tournent

vers la Mutualité des P.M.E. le font à tout

stade du développement de leur société.

«Certains sont des créateurs qui veulent faire

naître une firme à partir de rien; d’autres ont

déjà une entreprise sur pied mais souhaitent

un financement pour un nouveau projet»,

développe Philippe Kops.

Patrick Dahm et Philippe Kops

Au vu du nombre de faillites qui touchent les

entreprises dans leurs premières années de vie,

la Mutualité des P.M.E. est cependant particulièrement

attentive à cette période. «Créer une

entreprise nécessite avant tout une excellente

préparation. Trop d’entrepreneurs sousestiment

la période qui précède la naissance de

leur projet. La Mutualité des P.M.E. peut les

aider à monter leur business plan, à établir leur

bilan prévisionnel, à remplir les formalités administratives…

Nous les secondons de A à Z,

jusqu’à la composition de solutions financières

adéquates pour accomplir leur rêve».

Mais les premières années sont aussi délicates.

«Le danger frappe à la porte dès le lancement,

un suivi attentif est donc essentiel. Les entrepreneurs,

concentrés sur la recherche du

financement de départ, ne prévoient pas

toujours un fonds de roulement assez élevé

à utiliser en cas de pépin. Trop souvent,

le startuper est un créateur inventif mais il n’est

pas un gestionnaire. Et c’est là que le bât blesse

et que la Mutualité des P.M.E. peut apporter sa

meilleure expertise», sourit-il.

Mutualité des P.M.E.

58, rue Glesener • L-1630 Luxembourg

Tél.: 48 91 61 - 1 • Fax: 48 71 21

www.mpme.lu

LG - Octobre 2016

45

More magazines by this user
Similar magazines