POUR UN NEW DEAL ENTREPRENEURIAL

bodinier

ENTREPREUNARIAT-SEPT.-2016

FILLON2017.FR

les collectivités locales, contre seulement

18% pour les commandes de l’Etat. Il faut

redonner aux PME le poids qu’elles méritent

dans la commande publique.

38- Créer un « Contrat de confiance aux

PME », pour accroître la part de la

commande publique aux PME en

visant 50%. Acculturer les services

publics qui doivent être au service

des entrepreneurs (simplification des

cahiers de charges par exemple).

Développer la culture collaborative Grands

groupes / PME / Secteur public

Une mise en concurrence parfois brutale

rogne les marges des PME jusqu’à un point qui

n’est plus économiquement viable. Les délais

de paiement, officiellement de 45 à 60 jours

entre entreprises, ne sont pas tenus dans 90 %

des cas et dépassent fréquemment 90 jours,

ce qui coûte très cher aux PME et les fragilise.

39- Confier aux filières sectorielles l’animation

des relations grands groupes / PME

/ secteur public.

40- Réduire les délais de paiement à

30 jours après la facturation (y compris

pour le secteur public). Mettre en place

un label pro-PME, qui encourage les

bonnes pratiques des grands groupes,

et en parallèle un système de pénalités

automatiques prélevées par l’Etat et

reversées aux fournisseurs.

Sensibiliser les décideurs politiques à

l’entrepreneuriat

La plupart des décideurs politiques analyse

les enjeux de l’entrepreneuriat sous l’angle

biaisé du grand groupe et de la macroéconomie.

Moins de 20 parlementaires sont

chefs d’entreprise à l’Assemblée nationale

comme au Sénat. En 2007, ils représentaient

seulement 8% des maires, 8,8 % des conseillers

généraux, 6,1% des conseillers régionaux 9 . Il

en résulte des décisions politiques souvent

déconnectées de la réalité des PME.

41- Généraliser un stage en PME pour les

décideurs politiques.

9

Source : Ministère de l’Intérieur 2007

11

Similar magazines