Rapport annuel 2010 - Suissetec

suissetec.ch

Rapport annuel 2010 - Suissetec

Rapport annuel 2010


100% skater.

100% TECHNICIEN

DU BâTIMENT.

200% moi.


Rapport annuel 2010

Table des matières

Editorial

Peter Schilliger – Président central 4

Perception

Peter Flück – Nouveau conseiller national 6

Beat Scherrer – Les fruits d’une communication active 8

Promotion de l’image à la Swissbau 10

suissetec 2010 – Partie 1 11

Développement durable

Roman Lutz – Lauréat innovateur du Prix Solaire Suisse 12

Daniel Renggli – Conseiller énergétique engagé 14

suissetec 2010 – Partie 2 16

Prestations

suissetec – Prestations globales 18

Georg Britt – Membre de suissetec convaincu 22

suissetec 2010 – Partie 3 24

Formation

Sandra Portier – Un talent en pleine éclosion 26

Daniel Werner – La voie royale de la maîtrise 28

Fritz Egli – Participant enthousiaste aux séminaires « Persona » 30

suissetec 2010 – Partie 4 32

Finances / organisation

Commentaire sur les comptes annuels 35

Rapport financier – Bilan 36

Rapport financier – Compte de pertes et profits 37

Rapports des organes de révision 38

Direction 39

Comité central 40

Comités de domaine / Commissions 41

Impressum 43

Adrian Renggli représente la troisième génération à la tête de la société Jost Renggli AG, Wolhusen LU,

une entreprise familiale spécialisée dans le chauffage, le sanitaire et la ventilation. Le maître chauffagiste

diplômé emploie 17 collaborateurs. En 2010, avec 15 autres candidats, Adrian Renggli a achevé avec

succès la formation de conseiller énergétique des bâtiments, proposée pour la première fois au centre

de formation suissetec de Lostorf. Ses connaissances fraîchement acquises, attestées par un brevet

fédéral, valorisent de manière significative son rôle dans l’industrie du bâtiment. Il se sent aujourd’hui

tout à fait en mesure de fournir à ses clients un conseil global sur les questions énergétiques concernant

la production de chaleur, la façade, la toiture ou les fenêtres – des questions qui n’ont plus aucun secret

pour lui. Découvrez en page 14 comment Adrian Renggli a vécu sa formation continue.

2 | 3


Editorial


Engagement à tous les niveaux

Mesdames et Messieurs, chers membres suissetec,

Formation professionnelle et continue, développement durable, perception de nos

métiers – autant de domaines dans lesquels l’Association suisse et liechtensteinoise de

la technique du bâtiment a été particulièrement active en 2010. Dans ce rapport annuel,

nous avons sélectionné quelques témoignages passionnants illustrant ces thématiques

et donnons la parole à des professionnels engagés.

Aujourd’hui, les questions comme l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables

marquent le rythme de nos branches. En tant que principale association de la technique

du bâtiment, il est de notre devoir de soutenir activement l’économie énergétique

durable ; aujourd’hui plus que jamais, nous nous prononçons en sa faveur, notamment

parce qu’elle nous permet de renforcer l’image positive de nos branches auprès du grand

public. Ainsi, l’année dernière, entre autres contributions, nous avons décerné pour la

première fois un prix spécial suissetec à l’occasion du Prix Solaire Suisse. Début septembre

2010, l’entreprise Lutz Bodenmüller, qui a son siège à Beringen dans le canton de Schaffhouse,

a reçu le trophée pour l’« installation solaire thermique la mieux intégrée ». Cette

distinction récompense une solution pragmatique proposée par un membre suissetec.

Un projet qui a valeur d’exemple pour tous les métiers de la technique du bâtiment.

Pour que de tels projets puissent voir le jour, nous avons besoin de spécialistes – lesquels

sont malheureusement plutôt rares dans nos branches. En effet, les collaborateurs qualifiés

et bien formés font défaut, bien que suissetec travaille sans relâche pour améliorer

la perception de la société et des milieux politiques à l’égard des métiers de la technique

du bâtiment. Proposée pour la première fois en 2010, la formation professionnelle

supérieure de conseiller énergétique des bâtiments, résolument tournée vers l’avenir,

constitue à cet égard un parfait exemple. Il en va de même pour nos nouveaux cours

« Persona », destinés à renforcer les compétences personnelles. Ces séminaires constituent

un élément central dans les efforts que nous déployons afin de mieux positionner

nos professionnels sur le marché. Nous voulons être considérés comme des spécialistes

fiables, compétents et dotés d’une grande capacité d’innovation qui témoignent d’un

intérêt marqué pour les questions énergétiques et environnementales.

Par ailleurs, nous devons nous engager en faveur de la promotion de la relève dans nos

métiers. La nouvelle campagne publicitaire destinée aux apprentis « 200 % MOI », qui

comprend un spot télévisé et de multiples mesures d’accompagnement, est un franc

succès. Comme le montrent les innombrables retours positifs, nous avons réussi à attirer

davantage l’attention des jeunes sur les métiers de la technique et de l’enveloppe du

bâtiment. Nos domaines d’activités font parler d’eux. Et nous mettons tout en œuvre

pour les placer encore plus au centre des débats. Nous misons sur une formation professionnelle

et continue de qualité, des actions en faveur du développement durable dans

tous les domaines et une perception positive de nos métiers. Ainsi, nous avons toujours

une longueur d’avance sur l’évolution de la technique du bâtiment.

Peter Schilliger, président central de suissetec

4 | 5


Perception


Peter Flück : l’un des nôtres à la Berne fédérale

Celui qui a son mot à dire est entendu. Depuis la session d’hiver 2010, l’entrepreneur et membre

de suissetec Peter Flück, âgé de 53 ans, défend ses opinions au Conseil national. Le projeteur

sanitaire diplômé y représente notamment les intérêts des branches de la technique du bâtiment.

Une aubaine pour l’association.

Pour faire entendre ses demandes sur les

plans économique et social ainsi qu’en

matière de politique de la formation, l’as-

sociation doit être représentée de manière

appropriée dans les organes législatifs de

notre pays. A cet égard, l’entrée de Peter

Flück au Conseil national est une aubaine

pour suissetec et les branches de la tech-

nique du bâtiment. Dans l’entretien qui

suit, le politicien de Brienz nous parle de

ses projets, de ses espoirs et de ses attentes.

Peter Flück, en faveur de quels

thèmes de nos branches allez-vous

vous engager à la Berne fédérale ?

En tant que membre du Grand Conseil

bernois, c’est­à­dire du parlement cantonal,

je me suis vivement intéressé à la politique

énergétique et environnementale. Il

est clair que je vais continuer à m’engager

en faveur de ces thèmes au sein du groupe

parlementaire et au niveau fédéral. En tant

qu’ancien maître d’enseignement professionnel,

la formation professionnelle me

tient aussi beaucoup à cœur.

La pénurie d’apprentis est un sujet

qui reste d’actualité chez suissetec.

Que peut-on faire au niveau

politique pour rendre les métiers de

nos branches plus attrayants ?

Il faut améliorer sensiblement l’image

de l’artisan. Nous devons tout mettre en

œuvre pour que la société valorise davantage

nos métiers. La meilleure des planifications

est inutile si, sur le chantier, il n’y

a pas d’artisans capables de la mettre en

œuvre avec compétence et de réaliser de

manière irréprochable des installations et

des réglages.

Nos métiers souffrent donc d’un

problème d’image ?

Absolument. Installateurs sanitaires, ferblantiers,

charpentiers, maçons, etc. sont

très sollicités dans nos branches et doivent

constamment réaliser des performances

de pointe. Il ne fait aucun doute que nous

avons besoin de personnes compétentes

pour répondre à ces exigences. Si nous

réussissons à améliorer l’image des artisans,

nous rendrons de nouveau nos métiers

plus attrayants aux jeunes.

A vos yeux, quelles sont les chances

pour les entreprises suisses des

arts et métiers ?

Je suis convaincu que, dans nos branches,

le succès commercial repose avant tout sur

une bonne formation, un perfectionnement

permanent et un travail de qualité

irréprochable. De plus, il est essentiel de

reconnaître les tendances sur le marché

et de s’y adapter. Actuellement, les mots

clés sont efficacité énergétique et énergies

renouvelables.

Quelle est votre position par rapport

à la construction et à l’assainissement

durables sur le plan énergétique ?

Il va de soi que je soutiens à fond cette

tendance. C’est le marché de l’avenir pour

nos branches. Je suis par contre moins

convaincu par les procédures d’autorisations

et de subventions complexes mises

en place pour bénéficier des mesures incitatives.

Elles varient d’un canton à l’autre,

parfois même d’une commune à l’autre, et

font obstacle à l’établissement rapide de

solutions énergétiques alternatives.

Partagez-vous l’avis de différents

cercles selon lesquels notre société

doit se passer aussi vite que possible

des énergies fossiles ?

Oui, absolument. La Suisse est prédestinée

à subvenir elle-même à une grande

partie de ses besoins énergétiques. Outre

l’énergie hydraulique, des ressources telles

que la biomasse devraient être utilisées de

manière beaucoup plus intensive.

Comment décririez-vous votre

style politique ?

Je ne suis certainement pas un adepte des

grands tapages, ce qui ne signifie pas pour

autant que je ne défends pas un point de

vue avec vigueur lorsque j’en suis convaincu.

Je ne suis pas doué pour polariser, je

cherche plutôt le consensus. J’ai appris

que l’on peut rarement faire évoluer les

choses tout seul. Les idées aboutissent

lorsqu’elles sont soutenues par la majorité.

Dans ce contexte, je me considère tout à

fait comme un médiateur.

Peter Flück : homme politique,

entrepreneur et enseignant

Ancien maître d’enseignement professionnel

et projeteur sanitaire diplômé,

Peter Flück, âgé de 53 ans, a succédé

au Conseil national à Johann Schneider-

Ammann, élu au Conseil fédéral. Il vit et

travaille à Brienz. Peter Flück est marié

et père de deux fils adultes. Comme

activité principale, il dirige depuis 1989

sa propre entreprise familiale, Flück

Haustechnik AG.

6 | 7


Perception

La communication est payante à bien des égards

En 2010 aussi, la campagne de marketing et de relations publiques menée par l’entreprise zurichoise

Scherrer Metec AG a porté ses fruits. En l’occurrence, Beat Scherrer, membre de la direction,

ne cherche pas davantage de mandats, mais des mandats plus attrayants. Sa devise « travaille bien

et parles-en » peut être perçue comme un appel adressé à toute la technique du bâtiment.

« De nombreux entrepreneurs de la tech-

nique du bâtiment ne voient pas quels

bénéfices des mesures de marketing et de

communication peuvent apporter à l’en-

treprise », explique Beat Scherrer. En effet,

souvent, les chefs d’entreprise sont telle-

ment absorbés dans leurs activités quoti-

diennes qu’ils ne prennent plus le temps

de « commercialiser » leur entreprise de

manière appropriée. Dans ce contexte, on

oublie souvent que les efforts de communication

ne se répercutent pas seulement

sur les mandats. Ainsi, un ferblantier expérimenté

ou un apprenti doué préfère de

loin un employeur jouissant d’une bonne

réputation et d’un haut degré de notoriété.

En tout cas, l’entreprise Scherrer Metec n’a

aucune difficulté à trouver des collaborateurs

qualifiés.

Importance de la communication

Beat Scherrer l’admet : souvent, les chefs

d’entreprise ne disposent pas des connaissances

nécessaires pour « bien se vendre »

avec des mesures de marketing. Certes,

lui-même et Beat Conrad, codirecteur, sont

loin de se considérer comme des « pros »

du marketing. Toutefois, leur avantage est

qu’ils possèdent, outre les connaissances

techniques, une expérience en gestion

d’entreprise. Dans ce domaine, le marketing

et la communication constituent

des facteurs essentiels. Cependant, Beat

Scherrer fait lui aussi appel à des spécia-

listes pour mener à bien ses projets de

communication. Lorsqu’il fournit à la

presse des informations sur sa toute der-

nière construction, celles-ci contiennent un

reportage réalisé par un rédacteur et des

photos prises par un photographe professionnel.

Pour sa présence sur Internet

également ( notamment sur Facebook et

Twitter ), les newsletters électroniques ou la

conception d’une annonce traditionnelle,

la société Scherrer Metec s’adresse à des

professionnels. La direction, qui coordonne

elle-même toutes les mesures, permet

d’assurer un effet de reconnaissance élevé.

Les bons partenaires

Selon Beat Scherrer, il est très important

de coopérer avec des partenaires choisis

avec soin. Les agences et les conseillers en

communication sont très nombreux. Dans

le contexte des PME, on se pose souvent la

question du financement du marketing. Il

convient donc de trouver des créatifs qui

ne sont pas uniquement intéressés par

des honoraires royaux, mais aussi par une

collaboration solide sur le long terme. Le

publicitaire doit comprendre que le budget

d’une PME n’est pas comparable à celui

d’une grande entreprise. Comme pour

d’autres relations commerciales, il faut que

le courant passe et un certain flair pour

anticiper les besoins. Dans ce contexte,

un graphiste ne doit pas impérativement

être un spécialiste de la tôle en zinc pour

concevoir des annonces, pour autant qu’il

possède les connaissances techniques de

base et qu’il travaille de manière rapide,

fiable et ciblée.

Beat Scherrer recommande aux plus

petites entreprises d’unir leurs forces, surtout

dans les domaines où c’est généralement

déjà le cas, à savoir dans le marketing

relationnel. L’entretien des réseaux personnels

dans son propre environnement

constitue un élément essentiel. L’avantage

significatif de cette stratégie : elle ne coûte

rien – excepté un investissement personnel

important.

Un exemple à suivre

L’entreprise Scherrer Metec est l’un des

spécialistes leaders en Suisse dans les domaines

de l’enveloppe intégrale du bâtiment,

la ferblanterie de la construction, la

toiture ainsi que la technique de façades

et des métaux. Au bénéfice d’une longue

tradition, cette entreprise dont le siège est

à Zurich a récemment réalisé des projets

d’envergure nationale relevant de l’enveloppe

du bâtiment, comme la maison

corporative zurichoise, Zunfthaus zur Zimmerleuten,

ou l’hospice du Saint­Gothard.

« En axant notre communication sur ces

constructions, nous valorisons notre travail

et conférons ainsi une identité solide à

notre entreprise et à notre métier, explique

Beat Scherrer. Cet aspect est perçu de manière

positive par tous nos groupes cibles. »

Il va de soi que les efforts de communication

réalisés par la société Scherer Metec

ont un effet au­delà de l’entreprise et

rayonnent sur toute la branche. Un parfait

exemple à suivre !

Vous trouverez un soutien et des aides

à la communication sous :

� www.suissetec.ch/medias


« Nous valorisons ainsi notre travail » : Beat Scherrer entretient une communication active sur les réalisations de son entreprise.

8 | 9


Perception

Promouvoir l’image de nos branches auprès des jeunes

Avec sa présence à la Swissbau 2010, suissetec a une nouvelle fois réussi à donner une image positive

de ses branches. A cette occasion, la relève professionnelle constituait un groupe cible important.

Dans une salle de classe itinérante, l’association a sensibilisé environ 1500 jeunes à la problématique

énergétique et a attiré leur attention sur les métiers de la technique du bâtiment correspondants.

En 2010, suissetec a lutté contre la pénurie

de relève latente chez les techniciens du

bâtiment au moyen de relations publiques

soutenues. L’association a informé les

jeunes sur ses métiers au travers de divers

canaux – de la télévision à des stands dans

des foires, en passant par Internet. Des

métiers qui, on ne le souligne jamais assez,

offrent justement d’excellentes perspecti­

ves de carrière en lien avec la probléma-

tique énergétique.

Généralement, les jeunes s’imaginent

difficilement, ou ne s’imaginent simple-

ment pas, ce que les métiers de ferblantier

ou d’installateur en chauffage représen-

tent. Ils connaissent tout au plus les clichés

des mains sales et du travail à l’extérieur,

par mauvais temps. Dans ce contexte, suis-

setec déploie des efforts énormes pour

améliorer l’image de ses branches et mon-

trer tout ce que les métiers de la technique

du bâtiment ont à offrir. En changeant

la manière dont les métiers de suissetec

sont perçus, l’association veut rendre ces

professions plus attrayantes aux yeux des

jeunes.

Intéresser les jeunes

La participation de suissetec à la Swissbau

de Bâle était avant tout axée sur l’image et

la perception de nos branches. Dans la salle

de classe itinérante, les écolières et les éco-

liers ont suivi une heure de cours interactive

et multimédia sur les thèmes de l’énergie,

de la protection du climat et de l’efficacité

énergétique des bâtiments. Divers interve-

nants ont informé les jeunes âgés de 14 à

16 ans sur les formations existantes dans les

branches de la technique du bâtiment et

leur ont montré que le domaine de l’éner-

gie et du développement durable offrait

des objectifs professionnels intéressants.

A cette occasion, les élèves ont aussi

transpiré ; en groupes de deux, ils ont été

invités à prendre place sur des ergomètres

et à pédaler. L’objectif : montrer combien

il faut de force musculaire pour produire

le courant nécessaire au fonctionnement

de lampes incandescentes. Afin d’intéresser

les jeunes, suissetec réalise aussi des

contenus multimédias. Dans ce contexte,

l’association a présenté le spot TV de la

campagne pour apprentis « 200 % MOI »,

dont le message est le suivant : devenir

installateur sanitaire, constructeur d’installations

de ventilation ou projeteur en

technique du bâtiment est « cool ».

Visite de la présidente de la

Confédération Doris Leuthard

L’association suissetec était présente au

milieu de l’esplanade de la foire, dans la

maison climatique durable « Woodstock ».

Celle-ci a été créée spécialement pour

la Swissbau et sert de modèle pour une

construction optimale sur le plan énergétique.

C’était pour suissetec le portail idéal

pour se positionner comme une organisation

professionnelle moderne et tournée

vers l’avenir ; une association reconnue

par les spécialistes et l’opinion publique

comme un acteur clé dans les domaines

de l’efficacité énergétique, du développement

durable et de la formation professionnelle

correspondante.

Outre l’« opération salle de classe itinérante

», suissetec a servi boissons et en-cas

à ses membres dans son propre lounge

La présidente de la Confédération

à la Swissbau : Doris Leuthard

et Hans-Peter Kaufmann au stand

suissetec.

et bar, au dernier étage de la maison

Woodstock. Au stand d’information situé

à l’entrée, les experts de la formation ont

répondu aux questions des visiteurs sur la

nouvelle formation de conseiller énergétique

des bâtiments.

Les multiples efforts et mesures destinés

à améliorer l’image de nos branches

ont porté leurs fruits. Doris Leuthard, alors

présidente de la Confédération, a visité la

maison Woodstock et le stand suissetec

avant l’ouverture de la Swissbau – preuve

que l’association est reconnue comme un

partenaire important au plus haut niveau

politique.


Relations publiques ciblées

Les relations presse ont encore été intensifiées en 2010.

L’association est de plus en plus perçue par les médias comme

un acteur important et un interlocuteur compétent.

La campagne publicitaire destinée aux apprentis relancée en

2010 a constitué un projet clé dans le domaine de la communication.

Cette campagne comprend notamment sept

nouveaux sujets « 200 % MOI », un spot TV et la nouvelle

version du site Internet topapprentissages.ch.

De plus, les bases fondamentales d’une campagne d’image

visant à mieux positionner la technique du bâtiment et les

branches de l’enveloppe du bâtiment ont été définies en 2010.

La communication interne ainsi que les échanges avec les

membres ont également été renforcés. Dans ce contexte,

l’association a effectué une vérification globale et introduit

une newsletter électronique.

Vous trouverez le formulaire d’inscription à la newsletter sur :

� www.suissetec.ch/newsletter_f

Un large réseau

Le comité central de suissetec a élaboré une planification

pluriannuelle au sens d’une stratégie. La première version

a été présentée à l’assemblée des délégués d’automne 2010.

Il s’agit d’une planification pluriannuelle continue, qui est

réévaluée chaque année et adaptée si nécessaire.

En 2010, au moyen de courriers ciblés, suissetec a sensibilisé

les membres du Parlement fédéral aux préoccupations

des branches de la technique du bâtiment. Concrètement,

l’association est notamment intervenue dans le cadre

de la révision de la loi sur l’énergie et d’un projet de révision

de la loi sur l’assurance­accidents.

En 2010 aussi, suissetec a participé aux consultations les plus

diverses. L’association s’est en particulier prononcée sur :

la loi sur les cartels, la révision de l’AI ( deuxième paquet de

mesures ), la vignette écologique, le droit du contrat de vente,

le traitement fiscal des coûts de formation professionnelle

et continue, un contrat d’entreprise générale pour les projets

de construction publics et l’imposition de la propriété privée

du logement.

Le miroir C0

2

de suissetec, outil d’analyse des bâtiments,

permet aux utilisateurs d’améliorer les prestations de conseil

et favorise l’image de nos branches. En 2010, des représentants

de suissetec ont pris contact avec des acteurs politiques

afin de renforcer encore cet instrument.

En 2010, suissetec a continué de collaborer de manière

étroite et fructueuse avec les associations faîtières nationales,

à savoir constructionsuisse, l’Union suisse des arts et métiers

et l’Union patronale suisse : participation active dans des

comités, groupes de travail et commissions, mais aussi coopération

soutenue lors de projets de lois et consultations.

La rencontre annuelle avec les associations partenaires

germanophones d’Allemagne, d’Autriche et du Tyrol du Sud

a eu lieu en 2010 à Schaffhouse.

Durant l’été 2010, des délégations gouvernementales de

Slovaquie et de Russie ont fait une halte au centre de forma-

tion suissetec à Lostorf lors de leur voyage en Suisse.

Ces délégations, qui séjournaient dans le pays à l’invitation

du gouvernement suisse, ont eu un aperçu de notre système

dual de formation professionnelle.

10 | 11


Développement durable


L’installation solaire la mieux intégrée

La construction et l’assainissement durables deviennent des valeurs essentielles des branches de la technique

du bâtiment. Dans ce contexte, les systèmes solaires ne cessent de gagner en importance. Pour la première fois

en 2010, suissetec a décerné un prix spécial à « l’installation solaire thermique la mieux intégrée ». L’entreprise

lauréate, Lutz Bodenmüller AG de Beringen SH, a également reçu le Prix Solaire Suisse.

Doté de CHF 10 000, le prix spécial

suissetec récompense les entreprises qui

s’engagent à fond pour la promotion de

l’énergie solaire. D’une part, les entrepreneurs

comme Roman Lutz font preuve de

responsabilité en matière de construction

respectueuse de l’environnement ;

d’autre part, ils exploitent le potentiel

immense du marché qui sommeille dans

l’utilisation d’agents énergétiques renouvelables.

Cette société membre de suissetec

illustre la capacité d’innovation

que possèdent les entreprises de la technique

du bâtiment en matière d’efficacité

énergétique. Il n’est donc pas étonnant

qu’un autre membre de l’association ait

activement participé au projet primé : la

société Conergy AG de Flurlingen ZH a

monté l’installation solaire sur la façade

sud du bâtiment de l’entreprise Lutz

Bodenmüller.

Roman Lutz, âgé de 39 ans, est ravi : il

a reçu les deux prix le 3 septembre 2010 à

Zurich. Pour lui, le Prix Solaire et le prix spécial

suissetec constituent des trophées par

excellence. Dans cet entretien, le directeur

montre avec quelle passion il s’engage en

faveur des concepts énergétiques durables.

Quelle est l’importance de ce prix

pour votre entreprise ?

A bien des égards, ce prix constitue une

plus­value importante pour l’entreprise.

Je pense que l’on ne peut pas encore en

mesurer toute l’ampleur. Dans tous les

cas, le Prix Solaire et le prix suissetec sont

aussi une très grande satisfaction pour nos

collaborateurs.

D’où vient votre engagement en

faveur des énergies renouvelables,

notamment l’énergie solaire ?

De ma conviction personnelle en faveur des

formes d’énergie alternatives. J’aurais une

installation solaire sur le toit et un chauffage

à pellets à la cave même si je n’étais

moi-même pas actif dans cette branche.

Vous considérez-vous comme pionnier ?

Non, nous appliquons simplement ce que

des pionniers ont développé – mais nous

bénéficions pour cela d’une longue expérience

et veillons à une mise en œuvre

cohérente.

Disposez-vous d’une stratégie de

vente lorsqu’il s’agit de systèmes

d’énergie alternatifs ?

Je ne suis pas un missionnaire et je ne veux

en aucun cas convaincre ou convertir les

gens. Soit ils misent par eux-mêmes sur

des systèmes durables, soit ils en restent

là. Dans le premier cas, je les conforte

dans leur conviction et les soutiens avec

toutes mes connaissances et de toutes

mes forces.

Vous avez obtenu la certification

Minergie pour votre bâtiment

d’entreprise. Cet investissement

s’avère-t-il payant ?

C’est une question de crédibilité. Si je

vends des systèmes solaires et que j’ai moimême

des panneaux sur le toit, c’est beaucoup

plus crédible que de prêcher quelque

chose que je n’utilise pas moi­même.

Quels coûts énergétiques

économisez-vous ?

Environ 50 % par rapport à un système

conventionnel. L’autre question que l’on se

pose toujours concerne la durée d’amortissement

des installations. A vrai dire, je

trouve que cette question est superflue.

J’aime bien répondre à cette question par

une autre : amortissez­vous aussi votre déca ­

potable ou votre canapé en cuir du salon ?

Vous accordez une attention

particulière à l’aspect esthétique.

Oui, mais cela ne veut pas dire qu’une

installation doit rester discrète. S’il semble

qu’elle fait depuis toujours partie du pay-

sage et qu’elle ne compromet pas le carac-

tère du bâtiment, le but est atteint.

Où voyez-vous les points sensibles

d’un système d’approvisionnement

énergétique parfaitement harmonisé

dans le bâtiment ?

Sans aucun doute dans la collaboration

avec les partenaires appropriés. Un réseau

interdisciplinaire efficace entre les différents

artisans constitue un élément essentiel. Du

fabricant d’échafaudages au maçon, en

passant par l’électricien, la coordination

parfaite est très importante pour une entreprise

générale, rôle que nous assumons

très souvent dans notre travail.

Croulez-vous sous les mandats depuis

que vous avez reçu le Prix Solaire ?

Aujourd’hui déjà, dans la région de Schaffhouse,

nous construisons environ 50 installations

solaires par an ; c’est un chiffre

sensationnel par rapport aux quelque 100

installations réalisées chaque année dans

notre région. Je ne sais pas si le Prix Solaire

entraînera une fois encore des impulsions.

Dans le cadre d’une concurrence directe,

nous pourrions décrocher le mandat si le

maître de l’ouvrage souhaite travailler avec

le lauréat du Prix Solaire.

Roman Lutz, lauréat du Prix

Solaire Suisse 2010

Roman Lutz est directeur de l’entreprise

Lutz Bodenmüller AG, de Behringen SH,

composée de 14 collaborateurs.

Après un apprentissage d’électromécanicien,

il a suivi une formation continue

d’ingénieur en électricité, avec une

spécialisation en énergie et énergies

renouvelables. Son objectif : ménager

l’environnement à l’aide d’une

technique du bâtiment novatrice, en

utilisant le plus d’agents énergétiques

renouvelables possibles.

12 | 13


Développement durable

De nouveaux marchés grâce au conseil énergétique

Adrian Renggli est l’un des premiers conseillers énergétiques des bâtiments. Ses connaissances, attestées par un brevet

fédéral, valorisent encore plus son rôle dans l’industrie du bâtiment. Directeur d’une entreprise familiale à Wolhusen,

il est aujourd’hui tout à fait capable de conseiller ses clients sur les questions énergétiques concernant la production de

chaleur, la façade, la toiture ou les fenêtres – des questions qui n’ont plus de secret pour lui.

« C’est un fait que le client ne s’attend

absolument pas à recevoir un conseil sys-

tématique global sur des questions éner-

gétiques de la part d’un technicien du

bâtiment », explique Adrian Renggli, qui a

achevé en 2010 la formation de conseiller

énergétique des bâtiments proposée pour

la première fois au centre de formation

suissetec de Lostorf. En ce qui le concerne,

cette situation va bientôt changer car, avec

son entreprise, il prévoit à l’avenir de tout

miser sur cette nouvelle prestation : « Les

nombreux bâtiments nécessitant un assainissement

énergétique constituent un immense

potentiel pour nous. La demande

en conseils fondés sur des connaissances

techniques est énorme. »

Le maître chauffagiste est content

d’avoir pu se perfectionner dans ce domaine

grâce à la formation proposée par

suisse tec. Bien évidemment, les thèmes

de l’efficacité énergétique et des énergies

alternatives n’étaient pas nouveaux pour

Adrian Renggli ; mais la capacité à fournir

un conseil global et un regard plus approfondi

sur des disciplines dépassant son

domaine d’activités habituel lui faisaient

A 39 ans, Adrian Renggli …

… représente la troisième génération à

la tête de la société Jost Renggli AG,

Wolhusen LU, une entreprise familiale

spécialisée dans le chauffage, le sanitaire

et la ventilation. Il emploie 17 collaborateurs.

Installateur et dessinateur

en chauffage à l’origine, il a suivi

une formation continue entre 1998 et

2000 pour devenir maître chauffagiste

diplômé. Adrian Renggli fait partie

des 16 premiers diplômés de la nouvelle

formation de conseiller énergétique

des bâtiments.

défaut. Aujourd’hui, il connaît aussi les

aspects relevant de la physique et de l’enveloppe

du bâtiment ainsi que les systèmes

et produits adaptés.

Complémentarité avec l’architecte

Les participants aux cours étaient unanimes

sur le fait que l’objectif est de

conseiller les clients sur les questions énergétiques

en collaboration avec l’architecte,

et non en concurrence avec celui-ci. Par

contre, Adrian Renggli et ses collègues

jettent un regard critique sur les nombreux

acteurs qui fournissent des conseils

énergétiques pour lesquels ils ne sont pas

suffisamment qualifiés. Ainsi, les travaux

d’assainissement mal planifiés et mal coordonnés

sont fréquents ; pour le client, le

retour sur investissement n’est pas satisfaisant.

Adrian Renggli voit par conséquent

dans les cours de conseiller énergétique

des bâtiments une formation professionnelle

bienvenue et précieuse. Gage de

qualité, le brevet fédéral lui ouvrira des

portes et lui facilitera les premiers contacts.

Le travail des conseillers énergétiques des

bâtiments sera notamment apprécié par

les maîtres de l’ouvrage : ils reçoivent, de

la part des conseillers énergétiques, des

concepts globaux qui permettent une

vision d’ensemble des bâtiments à rénover

et une transparence sur les coûts.

Un projet exigeant pour le travail

de diplôme

Les attentes d’Adrian Renggli quant à la

formation proposée par suissetec ont été

entièrement satisfaites. Outre les expli-

cations données par des experts avertis,

il a aussi acquis des connaissances grâce

aux échanges avec ses camarades issus

d’autres domaines. Adrian Renggli est

aussi très content d’avoir pu conduire un

projet exigeant dans le cadre de son travail

final. Un vieil immeuble locatif et commer-

cial chauffé au mazout, avec des façades

endommagées et un plafond de cave mal

isolé, devait faire l’objet d’un assainisse-

ment énergétique. Adrian Renggli, maître

chauffagiste de formation, a établi un

concept d’assainissement qui comprend

des mesures énergétiques globales relevant

de la technique et de l’enveloppe du

bâtiment. Dans son dossier figuraient : des

calculs de rentabilité, des solutions détaillées

pour des éléments de construction et

des ponts thermiques, des informations

sur les investissements nécessaires, les

étapes possibles et – point très important –

des indications sur les éventuelles subventions

et contributions.

L’importance des techniciens du

bâtiment augmente

Avec sa qualification supplémentaire de

conseiller énergétique des bâtiments,

Adrian Renggli occupe une toute nouvelle

position au sein de la hiérarchie de

l’industrie du bâtiment. D’une part, il se

démarque de ses concurrents grâce à son

diplôme de conseiller énergétique des bâtiments

reconnu au niveau fédéral ; d’autre

part, ses connaissances techniques spécifiques

lui permettent d’intervenir beaucoup

plus vite dans le projet que le technicien

du bâtiment, qui entre seulement en

jeu lors de la réalisation, lorsque toutes les

décisions sont déjà prises.

Le projet d’assainissement que le

maître chauffagiste a élaboré dans le

cadre de son travail final sera réalisé. Ce

premier succès est très encourageant pour

Adrian Renggli, qui espère que son titre

de conseiller énergétique des bâtiments

lui permettra, à lui et à son entreprise, de

développer de nouveaux domaines d’activités

intéressants.

Vous trouverez d’autres informations

concernant la formation continue de

conseiller énergétique des bâtiments sur :

� www.suissetec.ch/conseiller


« La demande en conseils fondés sur des connaissances techniques est énorme » : Adrian Renggli est l’un des premiers diplômés de la

nouvelle formation de conseiller énergétique des bâtiments proposée au centre de formation suissetec à Lostorf.

14 | 15


Développement durable

Collaborations fructueuses

Le débat sur l’énergie a encore gagné en importance au sein

de suissetec. Les branches profitent directement des

investissements consentis dans les projets énergétiques en

faveur des bâtiments. En 2010, les coopérations ont été

intensifiées avec des organes tels que Swissolar, le Groupement

promotionnel suisse pour les pompes à chaleur GSP, la SIA

ou l’Union suisse des arts et métiers.

Dans le domaine de la thermie solaire, suissetec a renforcé sa

collaboration avec Swissolar. Ainsi, les demandes d’affiliation

déposées par les professionnels du solaire sont dorénavant

vérifiées par le secrétariat central suissetec à Zurich, qui

transmet ensuite ses recommandations au comité de Swissolar.

Des discussions destinées à définir d’autres synergies sont

prévues.

Une collaboration étroite a été engagée avec la Société suisse

des ingénieurs en technique du bâtiment SICC. A l’avenir,

il s’agit d’exploiter les synergies lors de manifestations, de

l’élaboration de normes et d’autres projets similaires. L’un des

objectifs est de rendre compatibles les notices techniques

suissetec avec les directives SICC.

En ce qui concerne la Coopérative d’achat pour la technique

du bâtiment CTB, il a été possible de consolider le nouveau

modèle commercial récemment introduit. Les membres

bénéficient de ristournes attrayantes, de la déduction possible

de l’escompte de 2 %, de versements de bonus en cas

d’atteinte des objectifs fixés en termes du chiffre d’affaires

ainsi que de dividendes sur le capital de bons de participation.

Vous trouverez d’autres informations concernant la CTB sur :

� www.suissetec.ch/ctb

Sanitaire / eau / gaz

En 2010, le domaine sanitaire / eau / gaz ...

… a lancé ( pour l’instant en langue allemande ) et a poursuivi

le développement du logiciel « Calcul de prix avec éléments

sanitaires », à des fins de formation et à l’intention des entre-

prises sans solution de branche.

… a actualisé une grande partie du « livre brun » ( évacuation

des eaux des biens­fonds ). Le projet sera terminé en 2011.

… a commencé le développement de l’application du

logiciel « Contrôle et entretien des installations sanitaires »,

projet qui prendra toute son envergure en 2011.

… a élaboré ou a réédité la majorité des notices techniques

et brochures, dont la « Mise en place de baignoires, receveurs

de douches et de systèmes de douches de plain-pied »,

l’« Aide au calcul de prix avec des éléments sanitaires » et la

« Propriété d’habitation – planification pour l’acheteur ».

Ferblanterie / enveloppe du bâtiment

En 2010, le comité de domaine ferblanterie /

enveloppe du bâtiment ...

… a travaillé d’arrache­pied à l’élaboration des nouvelles Bases

de calcul du CAN 352 ( catalogue des articles normalisés ).

Celles-ci ont été terminées et leur réédition paraîtra début

2011. Le CAN 352 contient dorénavant toute la structure de

l’enveloppe du bâtiment.

… a terminé la première partie « Chéneaux et tuyaux » visant

à remplacer l’ancienne application du logiciel « Evacuation des

eaux de toitures ».

… a remanié les directives « Paratonnerres de A à Z » dans des

délais très brefs.

… a commencé les travaux relevant de la notice technique

« Couches de support en bois pour les toitures métalliques ».

On a en même temps commencé la révision de la norme

SIA 232 et du CAN 343 ( CRB ).


Chauffage / ventilation / climatisation / froid

En 2010, le domaine clima chauffage ...

… a affiné le logiciel « Management de la qualité axé sur les

projets » ( PQM ) et ses aspects techniques. Le logiciel n’a pas

encore été mis en œuvre.

… a bien progressé dans l’élaboration de la notice technique

« Echange de données CAO pour les projets de petite et

moyenne dimension ». Ainsi, les règles de base de l’élaboration

de dessins par CAO devraient être clarifiées. La notice n’a pas

encore été publiée.

… a examiné en profondeur la problématique de la norme

SIA 251 ( chapes flottantes à l’intérieur des bâtiments ). De plus

en plus souvent, les poseurs de chapes n’assument plus la

responsabilité en cas de fissures dans les chapes qui, selon la

nouvelle norme, peuvent être provoquées par les températures

de départ existantes. Grâce à des corrélations avec la SIA,

les personnes concernées et les représentants de la commission

SIA réévaluent désormais la situation et cherchent une

solution fiable.

… a remanié les articles des pompes à circulation indiqués

dans les Bases de calcul CAN 455. La nouvelle structure doit

entrer en vigueur en 2012.

En 2010, le domaine clima ventilation / froid ...

… a élaboré un atelier de chef de projet en ventilation.

… a proposé des cours de répétition pour les contremaîtres

et les monteurs après­vente en ventilation, dont l’organisation

peut être considérée comme un franc succès.

… a terminé les préparatifs pour la formation de technicien

de mise en service pour les installations de ventilation et de

climatisation. Le projet du règlement d’examen a été soumis

à l’Office fédéral pour la formation professionnelle et la

technologie.

suissetec industrie

En 2010, le travail du comité directeur de suissetec

industrie a porté sur ...

… une information aux membres concernant le calcul de prix.

… le calcul de prix ( question du calcul de prix séparé du

matériel et du travail ).

… le fonds de la formation professionnelle et le recrutement

de nouveaux membres.

… la réglementation de la succession de la présidence.

… la préparation de journées techniques et d’assemblées de

délégués.

Grâce au travail actif de recrutement de suissetec industrie,

l’effectif des membres a augmenté de manière réjouissante.

Fin 2010, 25 entreprises étaient membres ( 18 l’année

précédente ). L’affiliation à suissetec industrie est ouverte

aux entreprises membres de suissetec actives au plan supra-

régional employant au moins 50 collaborateurs.

Fabricants / fournisseurs

En 2010, la commission centrale des fabricants / fournisseurs

s’est chargée entre autres du sponsoring des plateformes

Internet « Salle de classe virtuelle » et « Top en chauffage » ;

elle a fait parvenir une demande de sponsoring à tous les

fabricants / fournisseurs.

L’effectif des membres a évolué positivement. Fin 2010, 86

fabricants / fournisseurs étaient membres ( 80 l’année précé-

dente ). Cette augmentation résulte notamment d’une action

de recrutement.

Lors de séances séparées, les fabricants / fournisseurs du

domaine sanitaire / eau / gaz ont notamment traité une demande

concernant la durée pour la vérification des produits. A la suite

de ces séances, les mesures visant à améliorer la situation ont

pu être mises en œuvre.

16 | 17


Prestations


Les prestations de suissetec en un coup d’œil

« La réussite de nos membres est entre leurs mains. suissetec les soutient par un large éventail

de prestations », souligne Hans-Peter Kaufmann, directeur de suissetec. En effet, l’offre est très vaste …

Conseils techniques gratuits

Pour toute question technique et de

gestion d’entreprise, les membres suissetec

profitent d’un conseil technique gratuit

par des spécialistes qualifiés dans

les domaines ferblanterie / enveloppe du

bâtiment, sanitaire, conduites souterraines,

chauffage, ventilation, climatisation.

Contacts

Robert Diana

Responsable des domaines spécialisés

chauffage, ventilation, climatisation

043 244 73 33

robert.diana@suissetec.ch

René Heimsch

Responsable du domaine ferblanterie /

enveloppe du bâtiment

043 244 73 32

rene.heimsch@suissetec.ch

Josef Hürlimann

Responsable du domaine sanitaire /

conduites souterraines

043 244 73 34

josef.huerlimann@suissetec.ch

Tino Jegen / Marco Uberto

Responsables des domaines spécialisés

sanitaire / eau / gaz

043 244 73 31

tino.jegen@suissetec.ch

marco.uberto@suissetec.ch

Renseignements juridiques gratuits

Les membres suissetec bénéficient de

renseignements juridiques gratuits dans le

droit du travail, les assurances sociales, les

questions concernant le partenariat social,

le contrat d’entreprise, etc.

Contacts

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Responsable du service juridique

043 244 73 20

ueli.schenk@suissetec.ch

Philippe Bauer, avocat

Responsable du service juridique pour

la Suisse romande

032 722 60 00

avocats@etudebauer.ch

Garanties de construction à des

conditions intéressantes

Les membres suissetec profitent de

manière exclusive d’un service rapide et

avantageux pour les garanties de

construction. L’établissement de cautions

leur évite d’utiliser leurs limites de crédit

auprès des banques.

Contact

Jennifer Grieco

Garanties de construction

043 244 73 05

jennifer.grieco@suissetec.ch

Assurance protection juridique

Exclusivement pour les membres suissetec :

protection juridique de CHF 100 000 par

cas pour des litiges contractuels avec des

clients, fournisseurs, prestataires de

service, employés et assurances. Défense

en cas de procédure pénale et administrative.

Protection juridique en Suisse, au

Liechtenstein et dans l’Union européenne.

Pas de franchise.

Contacts

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Responsable du service juridique

043 244 73 20

ueli.schenk@suissetec.ch

Barbara Carl, Dr en droit, avocate

Service juridique

043 244 73 22

barbara.carl@suissetec.ch

Assurance complémentaire

responsabilité civile d’entreprise

Les membres suissetec peuvent augmen-

ter, à des conditions avantageuses,

la couverture de leur assurance

responsabilité civile d’entreprise jusqu’à

CHF 10 millions par sinistre.

Contacts

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Responsable du service juridique

043 244 73 20

ueli.schenk@suissetec.ch

Barbara Carl, Dr en droit, avocate

Service juridique

043 244 73 22

barbara.carl@suissetec.ch

18 | 19


Prestations

Conditions spéciales pour les

Bases de calcul

Les membres suissetec reçoivent ( sur

support informatique ou papier ), à des

conditions avantageuses, les Bases de

calcul – instrument incontournable et

éprouvé dans les domaines sanitaire,

ferblanterie / enveloppe du bâtiment et

chauffage.

Contact

Kevin Meier

Secrétariat du département Technique

et gestion d’entreprise

043 244 73 35

kevin.meier@suissetec.ch

Avantages substantiels sur les

offres de formation

Les centres de formation suissetec proposent

aux membres de l’association une

formation à la carte à des prix avantageux.

Les membres suissetec bénéficient en

outre des importantes contributions que

l’association verse aux cours interentreprises.

Contact

Beatrix Hählen

Secrétariat de la formation

043 244 73 42

beatrix.haehlen@suissetec.ch

De meilleures conditions de garantie

auprès des fournisseurs

Grâce aux conventions de garantie que

suissetec a conclues avec les fournisseurs,

les membres suissetec obtiennent des

délais de garantie prolongés pouvant aller

jusqu’à 5 ans.

Contact

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Responsable du service juridique

043 244 73 20

ueli.schenk@suissetec.ch

Prix préférentiels des publications

et des supports de cours

Avec son offre élargie, le service des

éditions suissetec transmet des connaissances

et soutient les membres de

l’association dans leur travail quotidien :

• Normes, directives

• Règlements de formation, promotion

de la relève

• Supports de cours pour la formation

initiale et continue

• Littérature / informations spécialisées

• Aides de travail

Contact

Rolf Epprecht

Responsable des éditions

043 244 73 44

rolf.epprecht@suissetec.ch

Partenariat social

suissetec est le partenaire contractuel de

la Convention collective de travail ( CCT )

dans la branche de la technique du

bâtiment ( sauf VD, VS, GE ). La contribution

professionnelle et aux frais d’exécution

est comprise dans la cotisation de

membre.

Contact

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Responsable du service juridique

043 244 73 20

ueli.schenk@suissetec.ch

Participation à l’avenir de la branche

Les membres de l’association peuvent

participer activement à l’avenir de leur

branche, de multiples manières. Par

l’intermédiaire de leur section et des

organes de suissetec, ils exercent une

influence sur des domaines aussi importants

que la formation professionnelle

et la politique patronale.

Contact

Hans-Peter Kaufmann

Directeur

043 244 73 00

hans-peter.kaufmann@suissetec.ch


Utilisation des plateformes suissetec

Dans les groupes d’échange d’expé-

riences, les commissions, les groupes de

travail et les diverses manifestations,

les membres suissetec ont la possibilité

d’échanger les informations avec leurs

collègues et d’entretenir des contacts

dans un cadre informel. Par ailleurs,

les membres disposent de services supplé-

mentaires sur le site Internet ( espace

sécurisé, bourse d’emploi, etc. ).

Contact

Hans-Peter Kaufmann

Directeur

043 244 73 00

hans-peter.kaufmann@suissetec.ch

Une longueur d’avance en matière

d’informations

Publiée chaque mois, la revue spécialisée

suissetec bâtitech de l’association est

comprise dans la cotisation de membre.

De plus, les membres suissetec reçoivent

régulièrement des newsletters contenant

des informations d’actualité.

Contact

Benjamin Mühlemann

Responsable de la communication

043 244 73 13

benjamin.muehlemann@suissetec.ch

Caisse de compensation AVS SPIDA

Selon les dispositions légales, les membres

suissetec sont affiliés à la caisse de

compensation Spida ( sous réserve d’une

affiliation à une autre caisse de compen-

sation d’une association ). Ils bénéficient

ainsi de contributions aux frais adminis-

tratifs AVS avantageuses et de prestations

sociales intéressantes.

Contact

Martin Dürr

Directeur de la Spida

044 265 50 50

www.spida.ch

Fonds de formation professionnelle

Selon la déclaration de force obligatoire,

toutes les entreprises non membres

actives dans la branche doivent aussi

verser des contributions au fonds de la

formation professionnelle suissetec.

Pour les membres suissetec, la contribution

est incluse dans la cotisation de membre.

Contact

Patrick Schneebeli

Fonds de la formation professionnelle

043 244 73 46

patrick.schneebeli@suissetec.ch

Coopérative d’achat pour

la technique du bâtiment CTB

Les membres de cette organisation

indépendante bénéficient de ristournes,

de possibilités de déduction de l’escompte

ainsi que de dividendes sur le capital des

bons de participation.

Contact

Silvia Wick, CTB

043 244 73 93

silvia.wick@suissetec.ch

20 | 21


Prestations

Un plus pour votre entreprise

« Je suis membre, car suissetec contribue à la réussite de mon entreprise », explique Georg Britt de l’entreprise

Britt Haustechnik à Ebnat Kappel ( SG ). Constituée de trois collaborateurs et de deux apprentis, cette entreprise

mixte est active dans les domaines sanitaire, chauffage et ferblanterie. Georg Britt, membre actif de suissetec,

s’engage comme caissier de la section suissetec de Saint-Gall. Il connaît très bien les avantages d’une affiliation.

« L’association me soutient dans

la formation de mes apprentis,

aussi financièrement. »

suissetec accompagne les entrepreneurs et

leurs apprentis pendant toute la formation.

Tests d’aptitude uniformisés pour les nou-

veaux apprentis, soutien spécialisé des for-

mateurs dans les entreprises formatrices,

enregistrement des performances dans

des systèmes de gestion de l’apprentis-

sage : l’association propose de nombreux

outils pédagogiques. Lieux de rencontre

des formateurs pour toute question liée

à la formation, les sections de suissetec

proposent des cours interentreprises pour

les apprentis, ainsi que des cours de sou-

tien et de préparation aux examens de fin

d’apprentissage. Selon le métier, suissetec

verse jusqu’à CHF 800 par apprenti et par

année d’apprentissage pour financer les

cours interentreprises. Avec leur cotisation,

les membres soutiennent la promotion de

la relève et investissent dans les spécialistes

de demain.

« Une offre élargie en matière

de formation. »

Au rythme du temps : avec les formations

de chef de projet en technique du bâtiment

et de conseiller énergétique des bâtiments,

suissetec tient compte des besoins des

membres en matière de formation. L’association

met tout en œuvre pour développer

continuellement des offres de formation

novatrices et modernes qui permettent

aux membres de répondre aux futures attentes

du marché. Aux centres de formation

suissetec de Lostorf et de Colombier, il

est possible de suivre environ 20 filières, du

séminaire d’une journée à la préparation à

l’examen de maîtrise fédérale. En outre, les

membres suissetec obtiennent un rabais

important sur les frais de cours.

« suissetec s’engage à défendre

les intérêts de mon métier. »

Au moyen de relations publiques à large

échelle et d’un lobbying ciblé, suissetec

met en avant les besoins de la branche et

s’engage pour d’excellentes conditions

cadres aux niveaux cantonal et fédéral. Le

secrétariat central et les sections travaillent

en étroite collaboration et défendent les

intérêts des membres suissetec auprès de

la société, des autorités et des partenaires

de la branche. L’association suissetec est

devenue un interlocuteur incontournable,

notamment lors de questions liées à l’efficacité

énergétique des bâtiments. Les

membres sont en tout temps les bienvenus

pour participer activement au futur de la

branche, par exemple au sein d’une commission

ou d’un groupe de travail.

« Les spécialistes suissetec

me conseillent en tout temps

avec compétence. »

Les membres suissetec bénéficient d’un

service-conseil gratuit. Des experts avertis

dans les domaines techniques ferblanterie

/ enveloppe du bâtiment, chauffage,

ventilation / froid et sanitaire / eau / gaz se

tiennent à disposition des membres et les

aident à résoudre tout problème relevant

de la technique et de la gestion d’entreprise.

Pour obtenir un renseignement juridique,

un coup de fil suffit : les membres

reçoivent gratuitement des réponses à

toutes leurs questions concernant le droit

du travail, les assurances sociales, le partenariat

social et bien plus encore.

« J’obtiens les Bases de calcul,

les supports de cours et la littérature

spécialisée à des prix préférentiels. »

suissetec fournit à ses membres, sous

forme électronique ou papier, les indispensables

Bases de calcul à des conditions

intéressantes. De même, ils peuvent commander,

à des prix préférentiels, tous les

produits des éditions tels que les publications

spécialisées, les supports de cours

pour les formations initiales et continues

ou les normes et directives.

Vous trouverez des informations détaillées

et le calcul des cotisations de membre sur :

� www.suissetec.ch/affiliation


« Il y a de nombreux avantages à être membre suissetec » : Georg Britt connaît les prestations de l’association et les utilise souvent.

22 | 23


Prestations

Un secrétariat actif

En 2010, la direction de suissetec a planifié et coordonné ses

activités lors de 19 séances et d’un séminaire de réflexion

auquel les responsables de départements ont aussi pris part.

L’objectif particulier de ce séminaire consistait à définir la

campagne « 200 % suissetec ». Dans l’esprit du slogan de la

campagne publicitaire en faveur de la promotion de la relève,

le bénéfice pour les membres doit être encore amélioré.

En 2010, l’effectif du personnel de suissetec est passé de 61,2

à 60,5 unités de personnel ( postes à 100 % ), ce qui correspond

à une diminution nette de 0,7 unité de personnel ( sans

compter 5 apprentis de commerce et 1 agent d’exploitation ).

Double occupation au 31 décembre 2010 du poste de responsable

du domaine sanitaire ( 100 % ; départ à la retraite ).

Postes inoccupés au 31 décembre 2010 : responsable du

domaine ferblanterie ( 100 % ; poste entre-temps de nouveau

occupé ), maître professionnel chauffage ( 50 % ; poste

entre­temps de nouveau occupé ), collaborateur comptabilité

financière ( 20 % ; poste entre­temps de nouveau occupé ).

En 2010, deux apprentis ont terminé avec succès leur

apprentissage de commerce auprès de suissetec dans la branche

« Prestations et administration ». Ainsi, deux jeunes ayant

achevé leur scolarité obligatoire ont pu commencer leur

formation commerciale au secrétariat de Zurich. Un contrat

d’apprentissage avec un troisième jeune a malheureusement

dû être annulé en 2010 en raison de résultats scolaires

insuffisants.

Au niveau de la caisse de pension des collaborateurs suissetec,

le passage de la primauté des prestations à la primauté des

cotisations ainsi que l’affiliation à la fondation de prévoyance

professionnelle Spida ont été décidés en 2010.

Dans le domaine des éditions, suissetec a fait face à une

charge de travail accrue en 2010. Celle­ci a d’une part été

générée par les documents d’apprentissage remaniés de la

nouvelle ordonnance sur la formation ( OrForm ) pour les

projeteurs en technique du bâtiment ; d’autre part, ce surcroît

de travail est le résultat de nouvelles parutions et mises à jour

des supports de cours de l’Association suisse des maîtres

professionnels des installations du bâtiment SFCV dans tous

les secteurs de la technique du bâtiment.

Sécurité juridique

En 2010, les conseils juridiques aux membres ont représenté

50 % du temps et de la charge de travail du département

juridique de suissetec. Avec l’assurance protection juridique,

à laquelle il est possible de recourir lors de cas juridiques,

un service global est ainsi offert – du premier conseil juridique,

le plus souvent par téléphone, au traitement et règlement

d’un cas juridique.

En 2010 aussi, les garanties de construction ont constitué une

prestation très appréciée de suissetec. Les activités liées à cette

offre continuent de se développer de manière réjouissante.


Progrès technologique

En 2010, le secrétariat central de suissetec a délocalisé son

infrastructure informatique ( serveur ). Grâce à la solution

innovante mise en place, l’accessibilité du système informatique

et la sécurité des données ont pu être augmentées de manière

significative.

Le projet « Web Customer Center », que suissetec a lancé fin

2010, prévoit la création d’une plateforme Internet centrale

pour les membres suissetec. A l’avenir, un online­shop unique

doit être mis en place. De plus, il est prévu de mettre à

disposition des applications de logiciels et les licences corres-

pondantes sur la plateforme. Ainsi, les clients n’auront plus

besoin d’installer les programmes sur leurs ordinateurs

car l’utilisation se fera dorénavant par navigateur Internet.

Depuis 2010, la livraison et la facturation des Bases de calcul

s’effectue directement depuis l’imprimerie, où les ouvrages

sont uniquement réalisés « sur demande ». Le temps de

production, réduit de manière considérable, profite aux

membres qui bénéficient ainsi d’une livraison beaucoup plus

rapide ; il permet également au secrétariat de libérer des

ressources humaines.

En ce qui concerne les Bases de calcul, des premiers travaux

préparatoires ont été menés en 2010 pour améliorer les

processus de traitement des données. suissetec s’engage en

faveur d’une large utilisation du format « DataExpert », qui se

distingue par des avantages supplémentaires intéressants

pour la branche : catalogue de produits électronique, prix des

produits actuels dans les calculs ou dans les systèmes ERP,

et accès bon marché et flexible aux plateformes de paiement

électronique ( Postfinance, PayNet etc. ).

Le projet « indicateurs suissetec », lancé en 2010, a pour

objectif de développer une version Web d’une comparaison

interentreprises. Au plus tôt, ce projet pourra être mis en

œuvre en 2012.

Indicateurs financiers réjouissants

suissetec a une nouvelle fois réalisé un chiffre d’affaires de

plus de CHF 25 millions en 2010. Ce résultat très réjouissant

est dû à notre constance et à notre capacité d’innovation.

Les prestations éprouvées ont en outre enregistré des résultats

records dans plusieurs domaines. En 2010, suissetec a envoyé

environ 28 000 factures. La comptabilité des créanciers s’est

acquittée de quelque 3000 factures en 2010.

A la fin de l’année, suissetec a pu afficher un solde moindre

de débiteurs en souffrance, ce qui a permis la dissolution

partielle de la provision ducroire et des corrections de valeur.

Les pertes sur débiteurs chargent les comptes annuels à

hauteur de moins de 0,08 % du chiffre d’affaires.

Effectif des membres en augmentation

suissetec a pu augmenter l’effectif de ses membres en 2010.

Fin décembre, l’association comptait 3328 membres

( 3320 l’année précédente ). suissetec a enregistré 98 admissions

et 90 démissions, dont de nombreuses ( 54 ) sont liées à des

remises d’entreprises.

Statistiques des membres 2010 état au 31.12.2010

Entreprises d’exécution 2712

Bureaux d’études 269

Fabricants / fournisseurs 86

Filiales 212

Organisations spéciales / membres partenaires 12

Membres d’honneur et membres libres 37

Total membres 3328

24 | 25


Formation


Allier l’esprit artistique à l’habileté manuelle

Sandra Portier a très vite décidé de suivre une formation manuelle. Aujourd’hui, la Genevoise est dans

la dernière ligne droite de son apprentissage de ferblantière et installatrice sanitaire. La ferblanterie,

en particulier, lui donne de multiples occasions d’exploiter son talent artistique.

suissetec déploie de très nombreux moyens

afin de promouvoir la relève dans ses

branches. Ainsi, l’association met en œuvre

une campagne publicitaire pour apprentis,

planifiée chaque année, et organise les

championnats suisses des métiers de la

technique et de l’enveloppe du bâtiment.

L’objectif consiste à montrer aux jeunes les

perspectives professionnelles intéressantes

qu’offrent les métiers du bâtiment afin

de les encourager à suivre une formation

dans ces branches. Sandra Portier, qui a

participé aux championnats suisses 2010

en tant que ferblantière, a très vite choisi

la voie de l’artisanat. Dans l’entretien qui

suit, la jeune femme de 20 ans revient sur

sa formation et sur ses motivations dans le

choix de son métier.

Sandra Portier, pourquoi avez-vous

choisi le métier de ferblantière et

installatrice sanitaire ?

Enfant déjà, je rêvais de faire un métier manuel,

je ne pouvais pas m’imaginer enfermée

dans un bureau. J’aime être en mouvement

et j’apprécie le travail en plein air.

Quels sont les aspects positifs

de ce métier ?

En ferblanterie, le fait de travailler à l’extérieur

me plaît beaucoup. De plus, le

résultat de mon travail est visible. Un toit

bien exécuté est une véritable œuvre d’art.

C’est précisément cet aspect artistique qui

me passionne : on part d’une feuille de tôle

fine plate et on lui donne les formes que

l’on souhaite. Le ferblantier peut façonner

de très belles choses, notamment au

niveau des placages, des lucarnes et des

girouettes. En sanitaire, c’est la nécessité

de réfléchir avec logique qui me plaît

particulièrement.

Et quels sont les aspects négatifs ?

En ce qui concerne la ferblanterie, je ne vois

aucun aspect négatif. Ce métier me plaît

en tous points. Par rapport au domaine

sanitaire, la composante artistique de la

ferblanterie représente incontestablement

un plus. En outre, le résultat de notre travail

est davantage visible au premier coup

d’œil.

Comment évaluez-vous la formation

que vous avez suivie ?

Durant mes trois années en école à plein

temps, j’ai appris toutes les techniques importantes

en classe et en atelier. Par contre,

nous ne travaillions pas sur le chantier. Personnellement,

j’ai passé tous mes étés en

stage chez mon père, qui est lui aussi ferblantier.

Je me suis alors rendu compte de

la difficulté à travailler dehors lorsque les

conditions météorologiques sont difficiles

et j’ai appris à gérer certains risques tels

que la hauteur. C’est notamment pour ces

raisons que j’ai décidé d’effectuer ma dernière

année de sanitaire selon le système

dual. En travaillant dans une entreprise, sur

le terrain, j’apprends toutes les finesses qui

font la différence.

Comment avez-vous vécu votre

formation ?

Il est évident qu’être une fille dans un

univers aussi masculin n’a pas toujours

été facile. Aujourd’hui, je suis respectée,

notamment sur les chantiers où des personnes

de tout âge et de toute nationalité

travaillent. Le plus important est que mon

métier me plaise.

Comment envisagez-vous votre

avenir professionnel ?

Je souhaiterais faire une maîtrise fédérale

en ferblanterie. A terme, je me verrais

bien diriger une entreprise ou former des

apprentis.

Que pensez-vous de l’avenir du

métier de ferblantier ?

Depuis l’époque où mon père a débuté, les

méthodes ont beaucoup évolué et de nouvelles

technologies sont apparues. C’est

aujourd’hui un métier moins difficile et

ouvert à tout le monde, tant aux hommes

qu’aux femmes. Enfin, en ferblanterie,

l’être humain peut difficilement être remplacé

par des machines. Ce métier artisanal

a beaucoup d’avenir.

Comment évaluez-vous les mesures

mises en place par suissetec en

faveur de la promotion de la relève ?

Je trouve très positif que suissetec s’implique

en faveur de nos métiers car ils sont

mal connus et souffrent de certains clichés.

Personnellement, j’ai eu beaucoup de plaisir

à participer aux championnats suisses

de la technique du bâtiment 2010. J’y ai

rencontré des jeunes qui font le même

métier et j’ai pu me mesurer à eux. C’était

aussi l’occasion de se faire un nom grâce

à la présence des médias. Ce concours est

un bon tremplin.

Sandra Portier :

un talent en pleine éclosion

Sandra Portier, domiciliée au Grand-Saconnex,

est actuellement en quatrième

année d’apprentissage de ferblantière

et installatrice sanitaire. Elle a effectué

ses trois premières années en école

à plein temps au Centre de formation

professionnelle CFPC Jonction à Genève.

Pour sa dernière année d’apprentissage,

consacrée uniquement au sanitaire,

Sandra Portier a choisi le système dual

et partage ainsi son temps entre l’école

et son travail en entreprise. Dans ses

loisirs, la jeune femme de 20 ans

s’adonne à l’équitation et au dessin.

26 | 27


Formation

« Je suis sorti grandi des cours de maîtrise. »

Celui qui décide de suivre la filière de la maîtrise choisit la voie royale des métiers de la technique

du bâtiment. Daniel Werner, âgé de 32 ans et domicilié à Rheinau ZH, a ainsi repoussé ses

limites. Ses efforts ont porté leurs fruits. Après l’obtention du diplôme en 2010, il se sent prêt

à reprendre l’entreprise familiale.

De la formation professionnelle initiale au

diplôme de maîtrise, suissetec propose

tous les maillons de la chaîne de formation

dans la technique du bâtiment. De nouvelles

offres prouvent que suissetec tient

compte des attentes du marché actuel et

y répond rapidement. Ainsi, la formation

de conseiller énergétique des bâtiments,

sanctionnée par un brevet reconnu au

niveau fédéral, a été mise sur pied en deux

ans seulement – un temps record pour le

contexte suisse.

Les professionnels souhaitant suivre

une formation continue trouvent dans les

centres de Lostorf, Colombier et Manno

des conditions idéales et des animateurs

de cours expérimentés. L’infrastructure des

bâtiments de Lostorf est actuellement en

rénovation. Ce sont surtout les locaux destinés

à la restauration qui font l’objet d’un

assainissement technique et esthétique. Il

est bien possible que les successeurs de

Daniel Werner restent dorénavant plus

longtemps que prévu pour travailler en

groupe dans la nouvelle cafétéria, transformée

en un espace moderne et convivial.

Lorsqu’il se rappelle son séjour à Lostorf,

il pense tout d’abord aux bons moments

de camaraderie. Dans l’entretien qui suit,

Daniel Werner revient sur sa formation

vers la maîtrise.

Daniel Werner, maître sanitaire

et entrepreneur

Avec son père, Daniel Werner dirige

l’entreprise du même nom, active dans

les domaines ferblanterie, sanitaire et

chauffage, située à Rheinau ZH. C’est à

son tour de représenter dans un avenir

proche la troisième génération à la tête

de l’entreprise familiale. Daniel Werner a

suivi tous les échelons de la formation

proposée par suissetec, de l’apprentissage

d’installateur sanitaire à la maîtrise,

en passant par la contremaîtrise sanitaire.

Daniel Werner, que ressentez-vous

en tenant le diplôme de maître

sanitaire entre vos mains ?

Avant, le maîtrisé était pour moi « le chef »

possédant des connaissances élargies et

une grande expérience. Je n’aurais jamais

imaginé arriver aussi loin. Mais je me

suis assez vite rendu compte que j’allais

reprendre l’entreprise de mon père. Pour

cela, il me fallait encore acquérir certaines

connaissances. J’ai donc décidé « d’attaquer

» tout d’abord la formation de

contremaître sanitaire proposée à Lostorf,

puis la maîtrise.

La formation a-t-elle répondu

à vos exigences ?

J’ai acquis les outils nécessaires pour diriger

ma propre entreprise. Mais pour cela,

j’ai dû repousser mes limites. Ces trois

années ont été très intenses, mais aussi

très enrichissantes. Je suis sorti grandi des

cours de maîtrise.

Quels nouveaux sujets avez-vous

découverts ?

Je ne savais presque rien sur la gestion

d’entreprise, la comptabilité financière, le

marketing et la conduite du personnel. Les

questions juridiques, elles aussi, m’ont permis

de découvrir une matière jusqu’alors

peu connue : le droit du travail, le droit

des contrats, le droit des sociétés sont des

termes avec lesquels l’artisan doit tout

d’abord se familiariser …

Où voyez-vous personnellement la

principale utilité de cette formation ?

J’ai développé une certaine aisance dans la

réalisation des tâches concernant la gestion

d’entreprise, les contacts avec la clientèle et

les partenaires commerciaux, mais aussi la

gestion du personnel. Ce dernier domaine

est après tout l’un des plus difficiles – entretenir

des contacts amicaux avec les gens,

trouver le bon équilibre entre un style de

conduite humain et la capacité à s’imposer.

Qu’est-ce que le diplôme de maîtrise

va changer dans votre quotidien

pro fessionnel ?

En fait, tout ou presque a changé. Je suis

dorénavant en mesure d’optimiser toutes

les procédures de l’entreprise, que ce soit

sur le chantier, dans la préparation du travail

ou dans l’administration.

Comment avez-vous surmonté les

charges de travail supplémentaires ?

Je pense qu’il est très important de bien se

concerter avec la famille avant de faire un

tel pas. La règle d’or consistait à gérer son

temps de manière rigoureuse, ce que j’ai

respecté à la lettre.

Vous avez suivi la formation à la

maîtrise à Lostorf.

Oui, et je le referais sans hésiter. Outre la

bonne qualité du lieu de formation, on

reste concentré sur ses études. L’entreprise

et la famille sont très loin et il n’y a presque

aucune distraction.

Quels sont les autres aspects de la

formation qui vous ont marqué ?

L’excellente camaraderie entre les étudiants,

de nouvelles amitiés auxquelles

j’accorde une grande importance. Il est

vrai que nous avons séjourné par périodes

à Lostorf et que nous avons passé de nombreuses

soirées ensemble. Nous avons étudié

ensemble, résolu des problèmes. Cette

dynamique a été une expérience unique.

Par ailleurs, nous avons eu la chance

d’avoir des enseignants avertis qui ont très

bien transmis leurs connaissances et ont

toujours été à l’écoute de nos réflexions

pratiques.


« Ces trois ans ont non seulement été intensifs, mais aussi très riches en expériences. » Dans le cadre des cours de maîtrise,

Daniel Werner a acquis les outils nécessaires pour gérer sa propre entreprise.

28 | 29


Formation

« Persona » : maximiser ses compétences personnelles

Chez suissetec, la formation continue touche tous les niveaux. Aujourd’hui, outre des connaissances techniques

solides, des compétences dans le domaine des relations humaines sont de plus en plus demandées – y compris chez les

techniciens du bâtiment, qui ont coutume de tout mettre en œuvre pour jouir d’une bonne image. C’est exactement

l’objectif visé par les séminaires d’une journée « Persona », conduits pour la première fois en 2010.

Fritz Egli est maître de l’ouvrage chez

Zürcher Koster AG, une entreprise spéciali-

sée dans la planification et l’exécution d’ins-

tallations de chauffage et de réfrigération.

De plus, il intervient en tant qu’expert lors

des examens de fin d’apprentissage des

installateurs en chauffage et dans le cadre

des championnats suisses des métiers. En

2010, Fritz Egli a suivi tous les séminaires

« Persona », des cours d’une journée orga ­

nisés par suissetec. Nouvellement nommé

à une fonction dirigeante chez son em-

ployeur actuel, il souhaitait mieux con-

naître les « compétences douces » afin de

pouvoir les gérer plus efficacement.

Dans le cadre des séminaires aux titres

éloquents – « Mon comportement », « Ma

communication », « Mon organisation »,

« Mon client » et « Entretiens exigeants » –,

il a notamment appris comment aborder

un sujet délicat sur le chantier, que ce soit

avec ses propres monteurs ou avec les

spécialistes d’autres corps de métiers. Les

cours « Persona » lui ont permis d’amé-

liorer ses capacités communicationnelles ;

ainsi, il formule aujourd’hui davantage de

messages à la première personne et sait ce

que signifie l’écoute active. Par ailleurs, il

transmet dorénavant toutes les informations

aussi vite que possible ; son équipe

peut par conséquent mieux s’organiser et

évite les interventions au pied levé. Fritz

Egli a déjà constaté à plusieurs reprises que

les stratégies apprises dans les séminaires

« Persona » facilitent son travail quotidien

sur le chantier et au bureau.

Des couvre-chaussures comme

outil marketing

Avec les séminaires « Persona », les participants

apprennent à enthousiasmer le

client du travail accompli, qu’il s’agisse

d’un siphon rendu étanche ou d’une vanne

de thermostat débloquée. « Comment

prépare-t-on une visite chez le client ? »,

« ai­je prévu suffisamment de temps ? »,

« ai­je les mains libres pour saluer le client

et sont­elles propres ? », « ai­je emporté

des couvre-chaussures ? », « à quoi faut-il

généralement veiller au niveau de son habillement

et de son apparence ? » – tel est

le type de questions auxquelles les cours

« Persona » fournissent des réponses.

L’offre de formation continue « Persona

» favorise le succès commercial et une

bonne image de la branche : grâce à ces

quelques astuces, le spécialiste de la technique

du bâtiment n’améliore pas seulement

la réputation de sa propre entreprise,

mais également celle de toute la branche.

La manière dont il se présente devient un

outil marketing. De plus, dans le cadre des

séminaires « Persona », les techniciens du

bâtiment de tous les niveaux sont encouragés

à penser en entrepreneurs, même s’ils

sont seulement des employés.

Par ailleurs, les intervenants soulignent

les conséquences engendrées par la perte

d’une perceuse ou, faute d’une préparation

suffisante, l’oubli d’une équerre à

l’entreprise nécessitant un aller et retour

superflu. Ce genre de négligences entraînent

des coûts évitables qui ont un

impact négatif sur le résultat de l’entreprise

et, a fortiori, sur le salaire de chaque

collaborateur.

Une formation continue compacte

et avantageuse

D’une durée d’une journée, les séminaires

« Persona » s’adressent à tous les techniciens

du bâtiment, du projeteur au maître

de l’ouvrage, en passant par le monteur

après-vente. A la suite du fort succès

rencontré par le lancement de ces cours

en 2010, Unia, Syna et suissetec, en tant

qu’organes responsables de la Commission

paritaire nationale ( CPN ), vont reconduire

une série de séminaires en 2011.

Pour le moment, les séminaires sont

dispensés à Bâle, Berne, Coire, Lostorf,

Lucerne et St-Gall.

Faciliter le travail quotidien :

les séminaires « Persona » améliorent

les compétences dans le domaine

des relations humaines.


Améliorer ses capacités communicationnelles : en 2010, Fritz Egli a suivi tous les séminaires d’une journée « Persona ».

30 | 31


Formation

Formation professionnelle supérieure /

formation continue

En 2010, la commission assurance qualité a décerné le brevet

fédéral aux 131 candidats qui ont réussi l’examen professionnel

( dont 82 ont suivi leur formation au centre suissetec de

Lostorf ) : 37 contremaîtres en chauffage, 61 contremaîtres

sanitaires et 33 contremaîtres en ferblanterie. Parmi eux,

18 contremaîtres en chauffage, 46 contremaîtres sanitaires et

18 contremaîtres en ferblanterie ont effectué leur formation

continue au centre de Lostorf – tout comme les 22 conseillers

énergétiques des bâtiments et les 16 chefs de projet en

technique du bâtiment.

Les examens finaux de conseiller énergétique des bâtiments

et de chef de projet en technique du bâtiment ont été conduits

pour la première fois en 2010. 16 candidats peuvent porter

le nouveau titre de conseiller énergétique des bâtiments,

reconnu au niveau fédéral, et 12 candidats ont reçu le brevet

fédéral de chef de projet en technique du bâtiment.

En 2010, la commission assurance qualité a également remis

le diplôme fédéral aux 62 candidats qui ont réussi l’examen

professionnel supérieur ( dont 46 ont suivi leur formation au

centre suissetec de Lostorf ) : 11 maîtres chauffagistes,

29 maîtres sanitaires, 11 projeteurs sanitaires et 11 maîtres

ferblantiers. Parmi eux, 8 maîtres chauffagistes, 22 maîtres

sanitaires, 9 projeteurs sanitaires et 7 maîtres ferblantiers

ont effectué leur formation continue au centre suissetec de

Lostorf.

Pendant 36 journées de cours, les séminaires « Persona »,

destinés à développer les compétences personnelles, ont attiré

quelque 225 participants. Au programme : comportement,

communication, relation clients, organisation et entretiens

exigeants.

Développements au niveau de la formation

professionnelle supérieure

Les identifications de modules sur la gestion d’entreprise et

la formation de chef de projet en technique du bâtiment ont

été remaniées en 2010 ; les règlements des examens et

les directives de tous les examens professionnels ont aussi été

revus ( contremaître en chauffage, sanitaire et ferblanterie ).

De nouveaux règlements d’examen et directives ont été établis

en 2010 pour les filières de formation continue de chef de

projet en technique du bâtiment et de conseiller énergétique

des bâtiments.

En 2010, tous les prestataires des filières de formation

professionnelle supérieure ont convenu d’utiliser à l’avenir

les mêmes supports de cours et examens de modules afin

d’économiser les coûts et d’améliorer la qualité.

Formation initiale

En 2010, suissetec a une nouvelle fois organisé avec succès

les championnats suisses de la technique du bâtiment.

Cette année, ils ont eu lieu dans le cadre de la Foire du Valais

à Martigny. Les champions suisses 2010 sont Matthias Graf,

Maisprach ( monteur sanitaire, entreprise formatrice Meister

Sanitär + Spenglerei AG, Muttenz, employeur Graf Spenglerei

Sanitär AG, Maisprach ) ; André Steiner, Thalheim ( monteur en

chauffage, Kurt Frey AG, Küttigen ) ; Simon Meyer, Wölflinswil

( ferblantier, Mösch AG, Gipf­Oberfrick ) ; et Benjamin Früh,

Krummenau ( constructeur d’installations de ventilation,

Windirsch AG, Wattwil ).

Pour la première fois, un concours de démonstration des métiers

de projeteurs a été organisé dans le cadre des championnats

suisses. Samuel Cahannes, Dardin ( projeteur en technique du

bâtiment, Hesaplan AG, Ilanz ), a décroché la première place.

En été 2010, les premiers examens finaux d’aides en technique

du bâtiment AFP ( attestation fédérale de formation profes-

sionnelle ) ont été conduits avec succès.

Depuis l’automne 2010, une vingtaine de cours pour experts

comptant quelque 750 participants ont été organisés pour

les métiers CFC. Ces cours visent à favoriser une évaluation

aussi uniforme que possible des travaux d’examen dans toute

la Suisse.


Développements au niveau de la

formation initiale

La révision des plans de formation des métiers manuels a pu

être terminée en janvier 2010. Depuis le printemps 2010,

tous les classeurs de formation actualisés sont disponibles en

allemand, en français et en italien.

De manière analogue à la plateforme d’apprentissage Web

« Top en sanitaire », le développement des plateformes « Top

en chauffage » et « Top en ferblanterie » a démarré en 2010.

En 2010, suissetec a accompagné avec attention le lancement

de la nouvelle formation initiale dans le champ professionnel

« planification en technique du bâtiment ». Le lancement s’est

déroulé sans problème dans toute la Suisse.

La nouvelle commission pour le développement professionnel

et la qualité des métiers de la technique du bâtiment a accepté

en 2010 les directives concernant la formation de projeteur

en technique du bâtiment. De plus, elle a clarifié la question de

la spécialisation indiquée sur l’attestation professionnelle ainsi

que l’art. 12 de la loi sur la formation professionnelle.

Le système de gestion de l’apprentissage SEPHIR a encore été

perfectionné en 2010. Le logiciel a été développé et son

application nationale a été soutenue au sein d’autres sections.

Centres de formation

Au centre de formation de Lostorf, la réception, l’entrée et les

installations sanitaires à proximité de la cafétéria ont été

rénovées en 2010. De plus, un système de fermeture électronique

a été installé pour une plus grande sécurité et on a revu

la conception de la salle d’apprentissage pour les étudiants

et les animateurs de cours. Par ailleurs, la rénovation du secteur

restauration ( restaurant et cafétéria ) a été préparée.

En 2010, le centre de formation de Colombier a constitué

de nouvelles classes comprenant 11 ferblantiers et 21 installateurs

sanitaires souhaitant se présenter à l’examen professionnel.

De plus, le développement de documents de cours

« connaissances professionnelles » pour toute la Suisse

romande a été suivi de près et des cours paritaires sur le thème

de l’amiante ont été organisés.

Fonds de formation professionnelle / subventions

En 2010, suissetec a reçu des cotisations de membres d’environ

5800 entreprises en faveur du fonds de formation profession-

nelle ( FFP ). Près de la moitié d’entre elles – majoritairement

des petites entreprises – ne sont pas membres.

Avec les cotisations du FFP, diverses prestations et activités

nationales en faveur de la formation initiale ont pu être

soutenues, dont : le développement et l’entretien d’un système

global de la formation initiale professionnelle, la campagne

publicitaire pour les métiers du bâtiment et les championnats

suisses de la technique du bâtiment début octobre à Martigny.

En 2010, les contributions aux cours interentreprises ( CIE ) ont

été calculées pour la première fois selon le nouveau système

avec un montant unique par jour ( CHF 69 par apprenti formé

dans une entreprise membre ). Dans l’ensemble, les organisa-

teurs des cours interentreprises ont reçu des contributions à

hauteur de CHF 3,35 millions ( 4627 contrats d’apprentissage ).

32 | 33


Finances / organisation


Commentaire sur les comptes annuels

Bilan au 31 décembre 2010

Par rapport à l’année dernière, la somme

portée au bilan de suissetec a augmenté de

1,0 %. Il s’agit essentiellement d’une aug-

mentation des liquidités. L’année boursière

a évolué de manière relativement positive.

Conformément aux dispositions du règle-

ment des investissements, la provision

pour fluctuation sur titres a été calculée et

augmentée de CHF 91 000, somme portée

à charge du compte de résultats.

Après le remboursement fixé contrac-

tuellement d’un prêt de CHF 60 000, ce

compte s’est réduit à zéro. Ensuite, les

participations de CHF 20 000 maintenues

dans le cadre de prêts ont elles aussi été

vendues. Ainsi, le bilan ne présente plus

aucun placement financier à long terme.

Les emprunts hypothécaires ont été

de nouveau amortis à concurrence de

CHF 500 000. Pendant l’année sous revue,

le Fonds de la formation professionnelle

( FFP ) a reçu moins de moyens financiers

qu’il n’en a versés. Ainsi, les engagements

de suissetec à l’égard du FFP ont diminué

au 31.12.2010.

Le capital étranger constitue 46 %

( 45 % l’année précédente ) de la somme

portée au bilan. Afin de pouvoir couvrir

suffisamment l’accroissement des risques,

les provisions à affectation spéciale ont été

augmentées pour atteindre CHF 5 323 273,

soit 13 % ( 12 % l’année précédente ).

Le bénéfice de CHF 35 843 réalisé durant

l’année comptable 2010 a été crédité

au capital propre.

Pendant l’année sous revue, les données

du bilan ont une fois encore évolué

de manière réjouissante.

Compte de pertes et profits 2010

Les recettes globales ont augmenté de

CHF 246 060 par rapport à l’exercice précédent.

Le compte Charges sur contributions et

subventions comporte tant CHF 320 000

pour la construction des centres de cours

que CHF 3 346 939 de contributions aux

cours interentreprises. Celles­ci profitent à

100 % à nos membres.

En constante augmentation depuis

des années, les produits sur garanties de

construction entraînent aussi des risques

bien plus élevés. Afin d’augmenter la sécurité

dans ce domaine, CHF 500 000 ont été

attribués à la provision pour obligations de

cautionnement. Ce montant figure dans

les charges sur prestations. La dernière

augmentation de cette provision a eu lieu

en 2007.

La délocalisation de l’infrastructure

du serveur a provoqué une augmentation

des dépenses au niveau des charges administratives

et informatiques. Toutefois, le

résultat indiqué contient des frais uniques

et des coûts liés à la phase d’exploitation

parallèle.

Grâce à nos prestations qui continuent

de générer une forte demande, à une planification

minutieuse et à un contrôle strict

des coûts, un résultat réjouissant a surtout

été atteint au niveau opérationnel.

34 35 | | 35


Rapport financier

Bilan

Actifs

en CHF 31.12.2010 * 31.12.2009

Actifs circulants

Liquidités 6 815 378 6 215 654

Créances 1 439 087 1 377 196

Actifs transitoires / Stocks 591 114 1 106 060

Titres 18 160 849 17 723 872

Provision de fluctuation de cours sur titres – 2 559 000 – 2 468 000

Total actifs circulants 24 447 428 23 954 782

Actifs immobilisés

Placements financiers 0 80 000

Biens mobiliers 834 000 829 000

Biens immobiliers 15 223 000 15 244 000

Total actifs immobilisés 16 057 000 16 153 000

Total actifs 40 504 428 40 107 782

Passifs

Capital étranger

Total capital étranger à court terme

Capital étranger à long terme

6 531 492 6 347 158

Charges hypothécaires 6 450 000 6 950 000

Fonds 418 130 424 934

Provisions à long terme 5 323 273 4 640 000

Total capital étranger à long terme 12 191 403 12 014 934

Total capital étranger 18 722 895 18 362 092

Capital propre

Fonds de réserve et de disposition 13 949 595 13 897 562

Capital suissetec 7 796 095 7 796 095

Bénéfice 35 843 52 033

Total capital propre 21 781 533 21 745 690

Total passifs 40 504 428 40 107 782

* sous réserve de l’approbation par l’assemblée des délégués du 17 juin 2011


Compte de pertes et profits

en CHF 2010 * 2009

Produits des ventes 5 068 121 5 259 156

Produits des prestations 6 941 238 6 923 483

Produits des cotisations 11 445 166 10 941 136

Subventions, Produits de fonds 639 434 684 232

Prestations refacturées 721 822 676 951

Produits d’immeubles 500 893 458 190

Autres produits 87 933 215 399

Total des produits 25 404 607 25 158 547

Charges sur ventes – 1 153 105 – 1 443 202

Charges sur prestations – 3 613 618 – 2 999 365

Charges sur contributions et subventions – 5 071 739 – 4 594 800

Travaux par tiers, Fonds de formation professionnelle ( FFP ) – 143 515 – 320 543

Résultat brut d’exploitation ( MC 1 ) 15 422 630 15 800 637

Charges de personnel interne – 8 150 101 – 8 165 690

Charges de personnel externe – 2 447 802 – 2 249 193

Charges d’exploitation – 1 053 831 – 928 601

Charges administratives et informatiques – 1 489 929 – 1 280 569

Autres charges d’exploitation – 80 561 – 184 636

Charges publicitaires – 710 527 – 688 435

Charges sur immeubles avant amortissements et intérêts – 193 596 – 99 058

Autres charges – 200 000 – 400 000

Résultat avant amortissement, intérêts et impôts 1 096 283 1 804 455

Amortissements des biens immobilisés – 850 336 – 888 068

Résultat avant intérêts et impôts ( EBIT = résultat exploit. ) 245 947 916 387

Résultat financier 56 515 1 658 385

Création provision pour fluctuations de titres – 91 000 – 2 468 000

Résultat annuel avant impôts 211 462 106 772

Impôts – 175 619 – 54 739

Résultat annuel 35 843 52 033

* sous réserve de l’approbation par l’assemblée des délégués du 17 juin 2011

36 37 | | 37


Rapports des organes de révision


Direction

Directeur

Hans-Peter Kaufmann

Suppléant : Ueli Schenk

Secrétariat romand

Freddy Moret

Suppléant : Roger Personeni

Secrétariat de la Suisse italienne

Flavio Bassetti

Suppléant : Corinne Hunziker

Services centraux

Mirjam Becher Wehrle

Suppléant : Markus Pfander

Service technique et gestion d’entreprise

Christoph Schaer

Suppléant : Tino Jegen

Service juridique / Questions

des employeurs

Ueli Schenk, Dr en droit, avocat

Suppléant : Urs Hofstetter

Mandats

Urs Hofstetter, licencié en droit, HSG

Suppléant : Ueli Schenk

Politique

Urs Hofstetter, licencié en droit, HSG

Suppléant : Hans­Peter Kaufmann

Formation

Riccardo Mero

Suppléant : Alois Gartmann

Communication

Benjamin Mühlemann

Suppléant : Hans­Peter Kaufmann

= Membres de la direction

Secrétariat de direction Etat­major

manifestations

Formation Prestations Traductions

Centre de formation

de Colombier

Mandats

Formation Mandats

Prestations Coordination des

traductions

Comptabilité

Controlling

Administration des

immeubles

Personnel Editions / Commandes /

Imprimés / Matériel

Ferblanterie / enveloppe

du bâtiment

Politique de la formation /

Promotion de la relève

Projets de formation Examens

Communication interne

Communication externe

Centre de formation

de Lostorf

Poste / Expédition / Copy

Center

Service des membres /

Subventions / FFP / TI

Clima chauffage Nouvelles technologies /

Environnement

Eau / Gaz Clima ventilation / Froid Administration

technique

CCT Garanties / Assurances Téléphone / Réception

Caisses sociales Renseignements /

Conseils

Coopérative d’achat pour

la technique du bâtiment

Divers mandats

Isolsuisse Associations internes

Lobbying Associations faîtières

nationales

Relations

internationales

Relations médias Relations publiques

Publicité Foires / Expositions

38 | 39


Comité central

Président central

Peter Schilliger

Commission finances / Placements / Personnel

Finances

Vice-président

Heinz Rohner

Suisse latine

Vice-président

Thierry Bianco

Domaine

formation

Daniel Huserr

Domaine

Clima chauffage

Georg Gallati

Question des employeurs / Commission paritaire nationale (x) x

Sécurité au travail x

Commission du fonds de formation professionnelle x x x

Championnats suisses / Mondiaux des métiers x (x)

Name

Relations avec les associations professionnelles x x x x x

Finances / Placements (x) x (x) (x)

Comité « hk gebäudetechnik » / Revues (x) x x

Entreprises industrielles x

Relations internes (sections) x (x) x (x) (x) (x) (x) (x) (x)

Association interne fabricants / fournisseurs x (x)

Association interne fabricants / fournisseurs x

Caisse de pension suissetec (x) x

Personnel x (x) (x) (x)

Projeteurs (souhaits, statut) x (x)

Politique / Lobbying x x

Système de contrôle interne / Management des risques x

Union patronale suisse : comité x

Union suisse des arts et métiers : chambre des arts et métiers x

Travail RP (x) (x) x

Union suisse des arts et métiers : commission énergie / environnement x (x)

Conseil d’administration Spida / Fonds social x (x) (x)

Conseil d’administration SUVA x

Domaine

Clima VCF

Giuseppe Rigozzi

Domaine

Eau / Gaz

Bruno Moretti

Domaine

Ferblanterie / Enveloppe

du bâtiment

Paul Gisler

Tâches spéciales

Formation Suisse

romande

François Moser

Groupe spécialisé Think-Tank x (x) (x) (x) (x) (x) (x) (x) (x)

(x) = participation


Comités de domaine / Commissions

Commission de gestion et de vérification des comptes

André Hagen Président 1000 Lausanne

Heinz Gisler Membre 8580 Amriswil

Urs Koster Membre 8048 Zurich

Benno Lees Membre 8308 Illnau

Urs Schaub Membre 4102 Binningen

Achille Christoffel Membre suppléant 7000 Coire

Christophe Vauclair Membre suppléant 2503 Bienne

Comité de domaine clima chauffage

Georg Gallati Président, finances 6003 Lucerne

Daniel Brändle Technique 3011 Berne

Hansueli Bruderer Fabricants / fournisseurs 8957 Spreitenbach

Kurt Frei Projeteurs 9444 Diepoldsau

Dennis Reichardt Technique 9315 Neukirch-Egnach

Robert Diana Secrétariat central suissetec, responsable domaine clima chauffage

Comité de domaine clima ventilation / froid

Giuseppe Rigozzi Président, finances 6512 Giubiasco

Kurt Frei Formation 9444 Diepoldsau

Anne­Laure Hählen Projeteurs 1870 Monthey

Pascal Hartung Technique 8048 Zurich

Oliviero Iubatti Technique Suisse romande 1214 Vernier

vacant Fabricants / fournisseurs

Robert Diana Secrétariat central suissetec, responsable domaine clima ventilation / froid

Comité de domaine sanitaire / eau / gaz

Bruno Moretti Président, finances 4132 Muttenz

Heinz Arnold Fabricants / fournisseurs 4450 Sissach

Markus Hafner­Vogel Conduites souterraines 6210 Sursee

Markus­Urs Klaeusli Technique 3063 Ittigen

Urs Lippuner Formation 8050 Zurich

Beat Waeber Exécution 3186 Guin

Tino Jegen Secrétariat central suissetec, responsable domaine sanitaire / eau / gaz

Marco Uberto Secrétariat central suissetec, responsable domaine sanitaire / eau / gaz

Josef Hürlimann Secrétariat central suissetec, responsable domaine conduites souterrraines

Domaine ferblanterie / enveloppe du bâtiment

Paul Gisler Président, finances, politique, communication 6330 Cham

Claudio Cristina Façade / énergie, environnement, sécurité / normes 2557 Studen

Erich Hafner Formation 3624 Schwendibach

Benno Lees Formation 8308 Illnau

Bernard Trächsel Fabricants / fournisseurs 8832 Wilen

Marcel Venzin Ferblanterie, protection contre la foudre 8707 Uetikon am See

Patrick Wickli Toits plats 8447 Dachsen

vacant Secrétariat central suissetec, responsable domaine ferblanterie / enveloppe du bâtiment

40 41 | | 41


Comités de domaine / Commissions

Commission de formation

Daniel Huser Président 5440 Wettingen

Arnold Bachmann Représentant SFCV, assesseur ( sans droit de vote ) 8906 Bonstetten

Kurt Frei Représentant clima chauffage 9444 Diepoldsau

Christian Gloor Représentant commission de surveillance des cours interentreprises 3076 Worb

Reinhart Küng Représentant commission assurance qualité 8259 Wagenhausen

Erich Hafner Représentant domaine ferblanterie / enveloppe du bâtiment 3624 Schwendibach

Urs Lippuner Représentant domaine sanitaire / eau / gaz 8050 Zurich

François Moser Membre du comité central 2034 Peseux

Roger Neukom Représentant projeteurs 8134 Adliswil

Giuseppe Rigozzi Membre du comité central, représentant domaine clima ventilation / froid 6512 Giubiasco

Riccardo Mero Secrétariat central suissetec, secrétaire

Commission assurance qualité

Reinhart Küng Président 8260 Stein am Rhein

Max Siegenthaler Vice­président 2560 Nidau

Roger Betschart Ferblanterie / enveloppe du bâtiment 3662 Seftigen

Thomas Fehr Sanitaire / eau / gaz 8259 Kaltenbach

Markus Furrer Ferblanterie / enveloppe du bâtiment 6362 Stansstad

Hans Peter Hoffmann Gestion d’entreprise / assurance qualité 8044 Zurich

Bruno Juen Clima chauffage 8603 Schwerzenbach

Hendrik Lammers Gestion d’entreprise 2013 Colombier

Silvano Murchini Sanitaire / eau / gaz 8133 Esslingen

Hans Rudolf Nydegger Clima chauffage 3052 Zollikofen

Markus Pfander Secrétariat central suissetec, secrétaire

Commission assurance qualité « conseiller énergétique des bâtiments »

Hubert Bischof Représentant suissetec 9631 Ulisbach

Riccardo Mero Représentant secrétariat central suissetec, secrétaire

Commission pour le développement professionnel et la qualité des métiers de la technique du bâtiment

Daniel Huser Président 5440 Wettingen

Arnold Bachmann Représentant SFCV 8906 Bonstetten

Fredy Fritsche Représentant cantons 9001 St-Gall

François Moser Membre du comité central 2034 Peseux

Doris Probst Représentante OFFT 3003 Berne

Bruno Rathgeb Représentant enseignants de la technique du bâtiment shi ( assesseur ) 8212 Neuhausen

Giuseppe Rigozzi Membre du comité central 6512 Giubiasco

Riccardo Mero Secrétariat central suissetec, secrétaire

Commission de surveillance des cours interentreprises

Christian Gloor Président 3076 Worb

Marc Bovier Membre 1987 Hérémence

René Fasler Membre 5722 Gränichen

Georg Gysel Membre 8810 Horgen

Tobias Moretti Membre 4132 Muttenz

Roland Studer Membre 6032 Emmen

Alois Gartmann Secrétariat central suissetec, secrétaire


Commission centrale fabricants / fournisseurs

Heinz Arnold Président, sanitaire / eau / gaz 4450 Sissach

Dr Hansueli Bruderer Clima chauffage 8957 Spreitenbach

Ernst Dober Sanitaire / eau / gaz 6300 Zoug

Alfred Freitag Clima ventilation / froid 8340 Hinwil

Serge Grossmann Clima chauffage 1800 Vevey

Urs Jenny Ferblanterie / enveloppe du bâtiment 8953 Dietikon

Bernard Trächsel Ferblanterie / enveloppe du bâtiment 8832 Wilen

Urs Hofstetter Secrétariat central suissetec, secrétaire

Comité directeur suissetec industrie

Bruno Juen Président 8090 Zurich

Didier Bonnard Membre 1000 Lausanne

Diego Brüesch Membre 8044 Zurich

Urs Hofstetter Secrétariat central suissetec, secrétaire

Etat au 31 décembre 2010

Impressum

Editeur

Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment ( suissetec )

Département communication, Auf der Mauer 11, Case postale, 8021 Zurich

Tél. +41 ( 0 ) 43 244 73 00, Fax +41 ( 0 ) 43 244 73 79

www.suissetec.ch, info@suissetec.ch

Rédaction

Benjamin Mühlemann, suissetec

Marcel Baud Kommunikation, Rheinfelden

Photos

Sabina Bobst, Zurich

Béatrice Devènes, Berne

Peter Schönenberger, Winterthour, www.schoenenbergerfoto.ch

Traduction / Relecture

Secrétariat romand suissetec,

Marion Dudan / Lambro Bourodimos, Colombier

Rainer A. Fässler, Ufficio Traduzioni, Vernate

Apostroph AG, Lucerne

Concept / Mise en page / Présentation

threefaces, Hirzel et Zurich

Impression

printgraphic AG, Berne

Tirage

Allemand : 3500 ex. / français : 1000 ex. / italien : 200 ex.

Toute reproduction technique ( même partielle ) des textes et photos est

soumise à l’autorisation expresse de l’éditeur.

42 43 | | 43

More magazines by this user
Similar magazines