Vivr eà

carofureix

GcKi306HRMw

Vivr

Limoges111

Le magazine municipal d’information - Décembre 2016

Noël à Limoges

du 2 au 31 décembre

Limoges dit « non »

à la Communauté Urbaine

en 2017

p. 6 - 7 - 8 - 9

Halles centrales :

le projet de rénovation

p. 21 - 22 - 23

Beaublanc : état des lieux

avant la reprise du chantier

p. 27 - 28 - 29


egards

La Frairie des petits ventres, vendredi 21 octobre, gourmandise et convivialité sont au rendez-vous

La Frairie des petits ventres, pour les amateurs de bonne chair

Les journées limousines du goût,

un moment attendu, la vente aux enchères des bovins

Vivre à LIMOGES 2 Déc. 2016 - N° 111


Victime d’un AVC en 2014, Philippe Meynard, ancien élu de Gironde,

est arrivé sur le parvis de l’hôtel de ville le 22 octobre sur

son tricycle électrique. Son objectif, rencontrer les populations

et les sensibiliser aux risques de l’accident vasculaire cérébral

Vendredi 4 novembre, le parvis de l’hôtel de ville accueillait

une quinzaine de véhicules non polluants du groupe La Poste.

À la fin de l’année, les tournées des facteurs du centre-ville

seront toutes effectuées sur des véhicules propres

Mise en place des décorations de Noël sur la façade de l’hôtel de ville par les agents municipaux

Le 15 novembre s’est tenu un colloque sur les perturbateurs endocriniens

dans le cadre du projet de crèche sans perturbateur endocrinien

initié par la municipalité, en présence de 400 personnes

Émile Roger Lombertie, maire de Limoges, contemple une œuvre

de l’exposition Et + si affinitéet I.Cera Selection à la galerie des

Hospices (jusqu’au 16 décembre)

Vivre à LIMOGES 3 Déc. 2016 - N° 111


é de Noël

Le Marché de Noël à Limoges

du 2 au 31 décembre

1 RETRAITE AUX FLAMBEAUX

le 2/12 à 19 h

rue de la Boucherie

place de la Motte

rue Adrien-Dubouché

place Denis-Dussoubs

avec les enfants

1PATINOIRE

1CHAMP DE

NEIGE

50

CHÂLETS

1

MAGGIC MIRROR

1

MINI FERME

1PISTE DE

LUGE

1

CHÂLET

500 000

visiteurs

(chiffres 2015)

Il est ouvert du 2 au 31/12

de 11 h à 19 h

le 18/12 au chalet

à 17 h 30 et 18 h 30

1CONTEUSE

110

EXPOSANTS

1

GOSPEL FUSION

place de la République

Il accueillera

les Rencontres Littéraires de Noël

les 16, 17 et 18 /12

les dimanches 11 et 18 /12

au chalet

rue Adrien-Dubouché

place de la Motte

CRÉDITS

Directeur de la publication Guillaume Guérin

Comité de rédaction Xavier Tracou, Caroline Fureix, Carine

Rocca, Antoine Meyer, Anne-Laure Marlias, Lynda Cance

Maquette LAgence.co | MAJE.photo

Infographies Nathalie Couty, Laurence Demars

Rédaction Xavier Tracou, Carine Rocca, Antoine Meyer

05 55 45 60 44 - 05 55 45 62 92

Photographies Thierry Laporte, Julien Dodinet,

Laurent Lagarde

Suivi de distribution 05 55 45 64 43

Tirage 85 000 exemplaires Distribution Adrexo

Régie publicitaire AECP Conseil - Philippe Violier

06 98 75 52 00 - aecp2@orange.fr.

Dépôt légal 4 e trimestre 2016.

COORDONNÉES

Hôtel de Ville, Place Léon-Betoulle 87031 Limoges cedex -

05 55 45 60 00 - www.ville-limoges.fr

Mairies annexes : Beaune-les-Mines : 05 55 36 81 89

Landouge : 05 55 50 76 76

Antennes-mairie : Limoges sud-Romanet : 05 55 45 86 10

Bel-Air-Baudin : 05 55 71 34 25

Les Ponts-Le Sablard : 05 55 75 34 80

Limoges ouest-La Borie-Vanteaux : 05 55 45 86 35

Limoges Grand Centre : 05 55 45 86 20

Limoges est-Le Vigenal-La Bastide : 05 55 45 86 25

Limoges nord-Beaubreuil : 05 55 45 86 30

Val de l’Aurence : 05 55 77 62 10

Un mail unique : antennes-mairie@ville-limoges.fr

IMPRESSION

Ce document participe à la protection de l’environnement.

Il est imprimé sur papier promouvant la gestion durable des

forêts par Fabrègue Imprimeur, agréé Imprim’Vert.

Document imprimé

sur Eural Premium,

Papier 100% recyclé

fabriqué en France.

/villedelimoges @VilleLimoges87 ville_de_limoges villedelimoges

la WebTV : 7alimoges.tv et l’application : Limoges en poche

Toute l’actualité de la ville sur les réseaux sociaux :

Vivre à Limoges peut être consulté sur le site Internet

www.ville-limoges.fr - rubrique magazine municipal.

Le magazine est enregistré par l’association des Donneurs

de voix au profit des malvoyants. Pour le recevoir, contacter

la Bibliothèque sonore - 05 55 79 49 79

bs.limoges@wanadoo.fr.

Vivre à LIMOGES 4 Déc. 2016 - N° 111


Chers Limougeauds,

Deux dossiers importants, essentiels

même, pour la bonne compréhension

des défis que doit relever notre

ville sont traités dans ce numéro de

« Vivre à Limoges ».

Le premier porte sur la transformation

de notre communauté d’agglomération

en communauté urbaine

– que le conseil municipal vient de

refuser –, le second sur les conséquences

graves pour les finances de

la ville des malfaçons enregistrées

sur le chantier du demi-stade de

Beaublanc.

le mot du maire

Le 16 novembre dernier, le conseil

municipal a donc voté à une très large

majorité contre la transformation

de la communauté d’agglomération

en communauté urbaine. Vous

trouverez le détail des motivations

qui ont provoqué ce refus dans les

pages suivantes. Pour ma part je veux

simplement souligner qu’il est encore

trop tôt. Toutes les communautés

d’agglo qui se sont transformées en

communautés urbaines ont préparé

cette mutation pendant un voire

deux ans. Gouvernance, finances,

transfert de compétences et de

personnels, relations des communes

avec la ville centre, conséquences

pour leurs concitoyens : dans tous les

cas, toutes les conséquences de cette

opération ont été examinées par des

commissions d’élus qui ont travaillé en

oubliant leurs préférences partisanes

et ce qui pouvait les opposer pour

envisager un avenir commun.

J’estime – et mon conseil municipal

avec moi – que ce travail démocratique

n’a pas encore été fait au

sein de « Limoges Métropole ».

J’estime aussi que la transformation

à marche forcée que tente d’imposer

l’agglo est source de problèmes futurs

et que ce n’est pas en inondant la ville

de prospectus luxueux qui disent

n’importe quoi qu’on les résoudra.

Nous avons été élus pour défendre

les intérêts des Limougeauds dont

je pense qu’ils sont lésés depuis trop

longtemps. Nous sommes prêts à

venir à la table du dialogue et à le

faire aboutir, mais à condition de

réfléchir et de travailler sérieusement.

Deuxième défi que doit relever la

Ville, celui du demi-stade de

Beaublanc. Le bilan de cet

équipement est lourd : 144 « points

de faiblesse » qui fragilisent

l’ensemble et nécessitent la reprise

du ferraillage et du béton en autant

d’endroits ont été répertoriés par

les experts ; ils provoqueront – c’est

encore en cours de chiffrage - entre

7 et 10 millions d’euros HT de travaux

supplémentaires qui s’ajouteront

à l’addition finale de 52 millions

d’euros ; enfin, ces malfaçons ne sont

pas assurées dans la mesure où la

police « tous risques chantier » prise

par la Ville ne couvrait pas les erreurs

de calcul qui les ont causées.

Concrètement, cela signifie que

la Ville est obligée d’avancer les

sommes liées au surcoût et qu’elle

n’est pas certaine de les récupérer

ensuite. Cela signifie également que

la Ville va devoir payer entre 20 et

22 millions d’euros – surcoût et finition

des travaux – dans les deux ans qui

viennent. Cela signifie enfin que le

chantier devrait reprendre en février

2017 pour s’achever à l’été 2018.

Là aussi j’ai voulu que vous puissiez

juger en connaissance de cause :

la chronologie du chantier et de

ses déboires est disponible dans ce

numéro.

J’aimerais terminer sur une note plus

optimiste. La fin d’année approche

et, vous pourrez le constater dans

quelques jours, nous avons voulu une

ville-lumière, une ville joyeuse, une

ville animée, une ville dans laquelle

petits et grands puissent goûter la

magie des fêtes de Noël et de la

Saint-Sylvestre.

Permettez-moi donc, chers concitoyens,

de vous assurer de mes

pensées les plus attentives et – j’ose

le mot –, les plus amicales en cette fin

d’année 2016. Je sais que les temps

ne sont pas faciles mais je sais aussi

que la « fraternité » de notre devise

nationale n’est pas un vain mot quand

elle guide nos pas.

Fidèlement à vous.

Émile Roger Lombertie

Maire de Limoges

@ERLOMBERTIE

lemaire@ville-limoges.fr

www.moncarnetlimougeaud.com

Vivre à LIMOGES 5 Déc. 2016 - N° 111


dossier

La Ville dit « non »

à la communauté urbaine

au 1 er janvier 2017

Limoges dit non... Du moins pas comme ça !

Implantée dans un bassin de vie de plus de 200 000 habitants, Limoges reste la ville phare

de l’agglomération. Et même si le passage en communauté urbaine peut être positif pour la

Ville et les autres communes qui en font partie, la méthode n’y est pas.

Avec Chaptelat (en vert sur la carte), l’Établissement public de coopération intercommunale

Limoges Métropole comptera 20 communes en 2017

Limoges est au cœur de la communauté

d’agglomération, qui est composée

de 19 communes, bientôt 20

avec l’entrée de Chaptelat en 2017.

Au 1 er janvier, Limoges Métropole souhaite

se transformer en Communauté

Urbaine. Une décision que la Ville

rejette, du moins en l’état, car même

si cette transformation pourra s’avérer

positive, il demeure néanmoins

nécessaire de bien s’y préparer.

Bien au-delà d’une nouvelle dénomination,

ce changement de statut

aura de nombreuses conséquences

sur l’organisation des collectivités

membres et sur les choix qui seront

faits pour les habitants. Le conseil

municipal du 16 novembre dernier

s’est donc prononcé contre la transformation

au 1 er janvier 2017 de la

Communauté d’agglomération Limoges

Métropole en communauté

urbaine.

Vivre à LIMOGES 6 Déc. 2016 - N° 111


Les raisons du refus

Dans la délibération adoptée lors du conseil municipal du 16 novembre, la Ville explique

clairement pourquoi la transformation de l’agglo en communauté urbaine ne peut être

approuvée en l’état.

Un projet de communauté urbaine

et un Pacte de gouvernance qui

oublient les communes

Tous deux témoignent d’une vision

peu collégiale de l’intercommunalité.

Il n’est jamais fait mention de la

volonté des communes, via leurs élus,

de construire en coopération des projets

porteurs pour tous et dans l’intérêt

de tous. Il n’y est question que de

« la légitimité démocratique des élus

communautaires élus au suffrage universel

direct ». Le Pacte de Limoges

Métropole met en avant ses élus

communautaires au lieu de mettre les

communes au centre de l’action intercommunale.

Le manque de préparation

et de réflexions concertées

La transformation d’une communauté

d’agglomération en communauté urbaine

est un acte qui se prépare de

manière réfléchie et mesurée.

Si le législateur a laissé aux anciennes

capitales régionales la possibilité de

franchir le pas jusqu’au 31 décembre

2019, c’est bien pour leur laisser le

temps de préparer cette transformation

en définissant un pacte de gouvernance

consenti et négocié, un projet

de territoire réfléchi et tourné vers

l’avenir, une conférence des maires

utile et légitime.

Mesurer les conséquences

et les coûts

La transformation de notre communauté

d’agglomération en communauté

urbaine ne peut se faire sans en

mesurer toutes les conséquences sur

le plan politique, humain et financier.

Une étude d’évaluation des coûts engendrés

par cette superstructure est

une impérieuse nécessité.

Quant à la bonification potentielle

de 3,2 millions d’euros, il est tout

d’abord nécessaire de s’interroger sur

le devenir de cette dotation, et ensuite

prendre en compte les surcoûts

cachés inhérents à la création d’un

Établissement Public de Coopération

Intercommunale (EPCI) qui sera

nécessairement plus consommateur

de moyens humains et financiers.

Comment se prononcer en l’absence

de chiffrage précis du schéma de

mutualisation et de l’évaluation de

l’ensemble des coûts propres aux politiques

conduites.

Construire un projet

au delà d’un statut

Le statut ne doit pas être un leurre.

Il ne fait pas l’attractivité d’un territoire,

qui dépend des politiques

locales qui y sont menées quotidiennement

par les maires et les élus communaux

qui s’associent pour l’intérêt

général.

Des communes comme Alençon, Le

Creusot et Arras ont adopté le statut

de communauté urbaine depuis

20 ans pour certaines d’entre elles

sans que cela ne leur ait nécessairement

permis d’obtenir une visibilité

nationale, voire régionale, d’attirer

des entreprises ou encore de développer

leur économie et d’attirer de

nouveaux habitants.

Là encore, l’élaboration d’un véritable

projet de territoire, construit collégialement,

est primordiale.

La Ville favorable à la communauté

urbaine, autrement

La délibération adoptée en conseil

municipal rappelle néanmoins que la

Ville de Limoges est favorable, sur le

principe, à une communauté urbaine

construite collégialement mais précise

aussi qu’une telle transformation

est conditionnée à la réalisation d’un

pacte de gouvernance, qui reste à

écrire, qui devra être réfléchi, mesuré

et respectueux de l’intérêt général du

territoire, des communes et de leurs

habitants.

Pour toutes ces raisons, la Ville de

Limoges a voté « non » à la transformation

de la Communauté

d’Agglomération en Communauté

Urbaine au 1 er janvier prochain,

mais aussi parce que :

• le projet de pacte de gouvernance

n’offre pas la garantie

d’une réelle coopération, associant

les communes aux décisions

structurantes pour le territoire,

• le projet de territoire présenté

est clairement inabouti et comporte

de nombreuses lacunes en

ce qu’il tient compte uniquement

des volets mobilité durable, tourisme

et potentiel de développement,

• les conséquences financières,

matérielles et humaines n’ont

pas été entièrement et objectivement

évaluées,

• la Communauté d’Agglomération

Limoges Métropole a jusqu’au

31 décembre 2019 pour se transformer

en Communauté Urbaine.

Nous ne sommes

pas si pressés

Alors pourquoi ne pas prendre le

temps de bien faire les choses, car

la création de la Communauté

Urbaine ne doit être décidée qu’avant

le 1 er janvier... 2020.

Le projet de communauté urbaine,

tout comme le pacte de gouvernance

qui l’accompagne, doivent refléter la

volonté des communes d’œuvrer dans

une dynamique partagée, en synergie.

Comme l’explique Émile Roger Lombertie,

maire de Limoges, « NOTRE

projet de communauté urbaine ne peut

être élaboré dans l’antichambre de la

Communauté d’agglomération. Il doit

impérativement reposer sur les ambitions

des communes qui constituent

le socle d’une intercommunalité forte,

cohérente et efficace.

Pour permettre aux communes concernées

de préparer cette transformation,

d’élaborer un pacte de gouvernance

co-construit et bâtir un projet de territoire

réfléchi et tourné vers l’avenir où

chaque commune trouve sa place de

manière utile et légitime, le législateur

a laissé aux anciennes capitales régionales

la possibilité de franchir le pas

jusqu’au 31 décembre 2019.

Comment pourrions nous réussir en

quelques mois ce que les autres ont mis

deux ans à formaliser ?

Je reste convaincu qu’il faut prendre

le temps de bien faire les choses si l’on

veut qu’elles fonctionnent correctement

»

Vivre à LIMOGES 7 Déc. 2016 - N° 111


La Ville dit « non » à la Communauté Urbaine le 1 er janvier 2017

Orléans : un exemple réussi

Charles-Éric Lemaignen, président de la Communauté d’agglomération Orléans Val de Loire

et Président de l’Assemblée des Communautés de France était à Limoges en mai dernier à

l’occasion du déplacement en Haute-Vienne de la secrétaire d’État aux collectivités, Estelle

Grelier, venue répondre aux interrogations des élus. Il fait part de son expérience.

Dans une interview récente, vous

évoquez la « relation de confiance

indispensable au sein du bloc communes-communautés

» et « la recherche

de moyens pour renforcer

l’ancrage démocratique de l’intercommunalité

sans l’opposer à la démocratie

municipale ». Concrètement,

comment l’entendez-vous,

notamment dans le cadre d’une

intercommunalité où les élus sont

d’une couleur politique différente ? :

L’intercommunalité ne peut se concevoir

qu’avec deux éléments : un contrat

de confiance entre l’interco et ses

communes, et d’autre part un projet

de territoire.

Même s’il est plus rare que l’exécutif

communautaire soit d’une sensibilité

différente que celle de la ville

centre, la tonalité des débats communautaires

tend à se rapprocher

de celle des conseils municipaux.

Le rassemblement peut et doit se

faire pour l’élaboration du projet communautaire,

c’est en effet là que les

élus doivent se retrouver pour porter

une vraie ambition pour le territoire.

D’où la nécessité d’un « véritable

pacte de gouvernance » comme vous

l’indiquez ? Un pacte préparé en

amont avec les acteurs de toutes les

communes ?

*Charles-Eric Lemaignen est

Président de la Communauté

d’agglomération Orléans Val de

Loire et Président de l’Assemblée

des Communautés de France. Il

est licencié en histoire, diplômé

de l’IEP de Paris, d’études supérieures

en droit public et de l’exécutive

MBA d’HEC. Il est Vice

Président du Groupement des

Autorités Responsables de Transports

et a successivement été

directeur régional de la Caisse

des dépôts, directeur général

des services de 2 régions puis

avocat. Il enseigne à l’université

d’Orléans en tant que professeur

associé.

Charles-Éric Lemaignen*, Président de la Communauté d’agglomération Orléans

Val de Loire et Président de l’Assemblée des Communautés de France

En effet, à Orléans, pour créer

un consensus sur le transfert de

compétences et sur les nouvelles ambitions

pour le territoire qui ne pouvaient

être que partagées par tous,

nous avons élaboré ensemble un

« pacte de gouvernance et de confiance

métropolitain » qui définit les

responsabilités et la participation de

chacun à la gouvernance de la collectivité.

Celui-ci a été rédigé en commun

au sein d’un groupe composé d’élus et

de DGS de la majorité et de la minorité,

de grandes comme de petites communes.

Il s’est réuni environ tous les

15 jours depuis le printemps 2016.

Vous constatez également que « les

débats restent vifs sur les compétences

à transférer à l’intercommunalité,

sur la mutualisation des services,

sur les partages des recettes

fiscales à organiser dans un cadre

intercommunal ».

Ces débats sont-ils légitimes ?

Il existe, et c’est bien normal, des

inquiétudes : les mutualisations

permettront-elles de maintenir la

même proximité-réactivité qui existait

auparavant ?

Les conditions financières de compensation

financière permettront-elles

aux communes de pouvoir continuer à

apporter un service public de qualité

à leurs habitants ?

Quelles seront les nouvelles conditions

de travail et de rémunération

des agents transférés ? etc.

Ces questions sont bien sûr légitimes

et il convient d’y répondre en toute

transparence.

La transformation d’une Communauté

d’Agglomération en Communauté

Urbaine se traduit par un transfert

de compétences des communes

vers la communauté. Lesquelles ?

Peut-on évaluer leur impact ?

Déjà, la Loi NOTRe sur la Réforme

territoriale prévoit obligatoirement

que les communes transfèrent aux intercommunalités

leurs compétences

économiques, la responsabilité de

l’eau potable et des eaux usées.

La loi ALUR prévoit des plans d’urbanisme

intercommunaux.

Ensuite, dans le cadre du passage

en communauté urbaine, les communes

devront transférer à l’agglomération

principalement la voirie et

Vivre à LIMOGES 8 Déc. 2016 - N° 111


les aires de stationnement ainsi que

les équipements culturels et sportifs

d’intérêt communautaire.

Pour le cas précis de Limoges,

comprenez-vous la position d’Émile

Roger Lombertie, maire de la Ville,

et des élus municipaux qui souhaitent

qu’un travail de collaboration

soit mené au préalable dans différents

domaines – gouvernance, fiscalité,

charges de centralité – pour

s’engager en toute connaissance de

cause ?

Je comprends parfaitement la position

d’Émile Roger Lombertie car en

effet, plus le travail de collaboration

sera fait en amont, avec l’ensemble

des communes de l’agglomération

quelle que soit leur couleur politique,

plus vous établirez un climat de

confiance pour aborder l’ensemble

des sujets en toute transparence.

C’est la méthode que nous avons

choisie à Orléans.

Pensez-vous que l’attractivité d’une

intercommunalité dépend uniquement

de son statut juridique, ?

Le statut juridique n’est que le support

d’une ambition politique.

C’est un moyen sans doute indispensable

mais l’essentiel est toujours

l’ambition du projet de territoire.

Dans la compétition entre les territoires,

qu’on la regrette ou non, le fait

de se regrouper et de mieux travailler

ensemble est à l’évidence un facteur

d’attractivité.

Au sein de la Communauté d’Agglomération

de Clermont-Ferrand, la transformation

a d’abord été débattue avec

les conseils municipaux des communes

concernées. Un conseil communautaire

a permis de présenter la méthodologie

et a invité les communes à prendre des

délibérations de principes en conséquence.

Des réunions publiques ont été

organisées dans chaque bassin de vie.

L’étude relative aux transferts de compétences

a donné lieu à la création

d’instances de réflexion et de propositions,

puis à la prise de délibérations

en conseil communautaire suivies de

décisions concordantes dans les

conseils municipaux.

Dès 2015,

le changement se profile

Très vite, des groupes de travail ont

abordé concrètement les aspects inhérents

au changement de statut (ressources

humaines, finances, compétences

transférées).

Les crédits d’étude relatifs au passage

en communauté urbaine sont

estimés et inscrits au budget 2015,

soit 2 ans avant le changement de

statut de Clermont communauté.

À Saint-Étienne,

le consensus politique d’abord

Deux ans de concertation

à Clermont-Ferrand

La communauté d’agglomération clermontoise s’est engagée très tôt dans

une vaste démarche de concertation en vue de transformer l’agglo en

communauté urbaine au 1 er janvier prochain.

Il aura fallu 14 mois de travail à

Saint-Étienne pour se préparer

au changement et devenir une

communauté urbaine au 1 er janvier

2016. Pour y parvenir, les maires

de la Communauté d’Agglomération

se sont d’abord prononcés

favorablement, à l’occasion d’un

vote de confiance au président de

Saint-Étienne Métropole en novembre

2014, soit 14 mois avant

l’échéance. S’en sont suivis cinq

mois de mobilisation intense des

techniciens et des élus.

De nombreuses réflexions ont été

engagées sur les thématiques de

l’eau potable, de la voirie, de l’habitat

et du logement, sur l’urbanisme,

l’énergie, ou bien encore la politique

de la ville. Fruit d’une étroite

collaboration entre tous, le Pacte

Métropolitain stéphanois, socle

de l’évolution en Communauté Urbaine

a ainsi vu le jour. Il réaffirme

l’importance des communes dans

la gestion de la proximité et la relation

aux usagers avec un crédo :

des communes fortes pour une intercommunalité

forte.

Né d’un important travail de

concertation donc, le Pacte Métropolitain

stéphanois a été partagé

et paraphé par les 45 maires de

l’agglomération, sans exception.

Des débats entre les élus communaux

et communautaires ont eu lieu de janvier

à mars 2015, avec plus d’une vingtaine

de réunions de travail.

En parallèle, les communes membres

et la communauté d’agglomération ont

débuté leur analyse pour les transferts

de compétence et de personnel ainsi

que pour tous les aspects financiers.

Dès juin 2015, une commission locale

d’évaluation des charges transférées

travaille sur les impacts financiers

afin d’adapter de nouvelles formes de

solidarité et d’entraide entre les communes.

Le maire de chaque commune

siège au sein de cette commission,

preuve indéniable de la nécessité de

travailler ensemble, sans pour autant

gommer les spécificités et attentes des

communes membres.

À l’issue des travaux menés au sein des

conseils municipaux locaux, plusieurs

interrogations ont été soulevées : comment

garantir la proximité des citoyens

par rapport aux prises de décisions ?

Comment assurer la proximité et l’efficacité

des services publiques aux usagers

? Qu’en est-il de la gouvernance et

de la possibilité laissée aux maires de

peser dans le débat communautaire ?

Comment garantir que les décisions ne

seront pas imposées aux communes ?

Pour répondre à toutes ces questions,

Clermont communauté s’est engagée

à adopter un projet de territoire, à définir

précisément la gouvernance et

la gestion de la proximité, à conduire

une analyse précise des compétences

transférées et de leur répartition entre

les communes membres et l’établissement

intercommunautaire.

En octobre et novembre 2015, de nouvelles

réunions publiques étaient organisées.

C’est ainsi que début 2016, soit

1 an après le démarrage du processus

de concertation et 1 an avant le passage

officiel en communauté urbaine, les

transferts successifs de compétences

et des personnels pouvaient être

organisés. Dans quelques semaines,

après deux années de concertations,

de travail et de réflexions, Clermont

Communauté deviendra officiellement

une communauté urbaine.

Vivre à LIMOGES 9 Déc. 2016 - N° 111


dossier

Halles centrales,

on refait tout

Pôle alimentaire implanté au cœur de Limoges, les halles centrales et leurs alentours ont

besoin d’être repensés, réaménagés, animés et surtout redynamisés, tant pour les clients qui

viennent y chercher des denrées de qualité, que pour les commerçants qui souhaitent plus de

clarté, de visibilité et de confort au quotidien.

Aujourd’hui le projet est sur les rails : les appels d’offres sont lancés.

Plus de lumière et de clarté pour renforcer le dynamisme des halles centrales de Limoges

© Ataub + Arto

L’enjeu est clair : redonner une place

prépondérante, une attractivité nouvelle

aux halles centrales et à son environnement.

« Les halles sont aujourd’hui posées sur

la place de la Motte. On ne sait pas

bien si elles sont ouvertes ou fermées.

Seuls les habitués savent quels bancs

s’y trouvent réellement et les autres

clients potentiels hésitent à y entrer »,

explique Sarah Gentil, adjointe au

maire en charge du projet.

Pour remédier à cela, l’objectif est de

donner davantage de transparence

à un bâtiment perçu comme hermétique.

Les travaux permettront de

favoriser les liens entre l’intérieur du

bâtiment et l’extérieur, entre la place

de la Motte, qui se poursuit aussi derrière

le bâtiment et les cheminements

piétons qui irriguent la place.

Voir et être vu

C’est en lien avec les Bâtiments de

France que la façade des halles sera

tout d’abord modifiée. Des baies vitrées

seront créées et les entrées

seront repensées. Le projet de réhabilitation

va permettre de revoir

intégralement l’intérieur des halles,

avec des bancs harmonisés et installés

par spécialités : primeurs, fromagers,

volaillers, bouchers, poissonniers...

Sous les halles, la plupart des

produits de bouche viennent garnir

les étals. On y trouve aussi bien des

fruits et des légumes, de la viande, du

poissons, que du pain, des fleurs ou

des restaurants... « Mais il n’y a aucune

visibilité. Les bancs sont installés de

manière aléatoire, sans organisation ni

logique. Nous voulons réorganiser l’espace

pour offrir plus de clarté et poser

des repères », poursuit Sarah Gentil.

Plaisir et convivialité

Au centre, un espace de convivialité

sera créé pour faire « tout ce qui peutêtre

imaginé », comme des dégustations

de produits, des animations

culinaires ou des étals dédiés aux produits

de saison par exemple. Les restaurants

pourront aménager des terrasses,

tant à l’extérieur du bâtiment

qu’à l’intérieur. Au plafond, des lustres

viendront illuminer les produits et

donneront une ambiance particulière

à ce lieu mythique chargé d’histoire.

Le projet est aujourd’hui bien lancé,

les études préalables sont terminées.

Approuvé lors du conseil municipal

de novembre, le lancement des appels

d’offre a débuté. Ils permettront

de désigner l’équipe d’architectes qui

élaborera le projet. Projet qui sera

présenté publiquement au cours de

l’été 2017.

Bientôt, les halles centrales vont

revivre. Elles redeviendront un lieu

de partage et de rencontres, où les

clients prendront plaisir à venir faire

leurs courses et où les commerçants

pourront travailler dans de meilleures

conditions, tant en matière d’hygiène

que de confort, avec moins de courants

d’air, de froid et d’humidité.

Pour redynamiser la ville

Comme pour de nombreuses actions

qui favorisent l’attractivité du centreville,

cette restructuration s’organise

en concertation avec tous les acteurs.

La municipalité a d’ailleurs porté

une attention particulière aux

remarques des commerçants et des

clients pour prendre en compte leurs

attentes dans un projet qui est amené

à évoluer. Les travaux, estimés à

6 millions d’euros, devraient débuter

au premier semestre 2018 pour une

durée de 6 à 8 mois.

Vivre à LIMOGES 10 Déc. 2016 - N° 111


Le point de vue des commerçants

Premiers concernés par les travaux des halles, les commerçants sont en majorité très positifs

sur le projet présenté par la Ville. Il n’en reste pas moins quelques inconnues qui les inquiètent.

Hélène et Nicolas Primeurs

Installée depuis seulement 1 an 1/2,

Hélène trouve le projet « Top », car

il faut absolument faire évoluer les

halles. Même si nous pensons ne pas

pouvoir suivre financièrement car

nous avons déjà beaucoup investi à

notre arrivée, je reste convaincu qu’il

faut évoluer, notamment pour les horaires

d’ouverture. La clientèle change

et si nous voulons toucher des jeunes,

il faut ouvrir l’après-midi. C’est terminé

la clientèle du matin qui vient faire

ses courses à l’ouverture. Nous livrons

des paniers fraicheurs l’après-midi et

jusqu’à 21 heures.

En centre-ville, les gens font leurs

courses en sortant de leur travail.

Poissonnerie Les délices de l’océan

En ce qui concerne les travaux, on a

rien sans rien, il faut savoir faire des

concessions et vivre avec son temps.

Le projet présenté me plaît, c’est une

très bonne idée et cela apportera de

la fraicheur au lieu qui est vétuste.

Ce qui m’inquiète c’est la période des

travaux, lorsque nous serons installés

sous le chapiteau par rapport à notre

travail. Aurais-je de l’eau courante, indispensable

à mon métier ? Vient ensuite

le problème du coût du réaménagement

de mon stand à amortir.

Mais globalement, je suis très positive

à ce changement.

Le bistrot d’Olivier

Je suis aux halles depuis 2002. Être

fixé sur notre sort, c’est important et

essentiel pour nous car nous devrons

faire face à deux mois de fermeture

sans chiffre d’affaires. Pour nous

restaurateurs, la période des travaux

sera difficile et j’appréhende beaucoup.

Il faudra négocier le mieux qu’on peut

avec tous nos partenaires - la mairie,

la banque et ne pas oublier ceux qui

nous entourent au quotidien. Mais

c’est un beau projet que je soutiens car

il est essentiel de restaurer les lieux.

Nous repartirons avec un programme

plus moderne pour le quartier et plus

adapté à l’offre commerciale actuelle.

Alain d’Aranjo - Boucherie

Le travaux de restructuration afin

de répartir les commerçants par

spécialités, c’est bien et ce sera plus

homogène et plus esthétique. Il faut

absolument trouver une solution

pour les étals fermés comme celui

que j’ai devant moi depuis 2 ans, une

catastrophe. Par contre, je suis contre

les halles ouvertes l’après-midi. Je

suis là tous les matins à 4 heures et

je ne me vois pas partir à 20 heures.

Pour avoir testé l’ouverture l’aprèsmidi,

je suis là depuis 30 ans, cela ne

fonctionne pas, des tests ont déjà été

faits mais abandonnés car les gens ne

viennent pas. Et puis, je pense aussi

aux jeunes commerçants qui ont des

enfants en bas-âge, une gestion du

temps difficile pour eux.

La boutique des pains

Cette restructuration, c’est un beau

projet, il faut faire quelque chose pour

les halles car plus personne ne vient.

Il fait froid l’hiver et l’été on souffre

beaucoup de la chaleur, les clients

n’osent même plus rentrer.

Par rapport à la boulangerie, j’ai

quelques inquiétudes techniques

concernant la hauteur des étals, les

chambres froides, celles de pousse

(pour les pâtes). Dans la nouvelle

configuration, pour mieux vendre,

il faudrait que je double la surface

actuelle. Quant à l’espace de convivialité

au centre des halles, l’idée est

bonne mais il faudra bien définir quels

produits sont consommés, s’ils ont été

achetés dans les halles et proscrire la

consommation d’alcool car les gens

ne savent pas se modérer.

Vivre à LIMOGES 11 Déc. 2016 - N° 111


LA BASTIDE

Démolition des barres Seurat et Pissarro

Un nouveau visage pour le quartier,

une nouvelle entrée pour la ville

La démolition des barres Seurat et Pissarro a débuté. Ces démolitions s’inscrivent dans un

vaste projet de rénovation urbaine destiné à changer l’image du quartier et dans le même

temps à profondément repenser l’entrée nord de la ville.

Une réunion publique était organisée en novembre pendant laquelle Catherine Mauguien-

Sicard a présenté aux habitants du quartier la phase finale du projet.

Le programme de rénovation urbaine

de Limoges concerne trois quartiers :

La Bastide situé à l’entrée nord de Limoges,

le quartier du Val de l’Aurence

à l’ouest de la ville et le quartier de

Beaubreuil, au nord de La Bastide.

La démarche de rénovation urbaine

mise en place s’inscrit dans la volonté

de la Ville de promouvoir un projet et

des actions fortes portant sur l’habitat

et l‘amélioration du cadre de vie,

avec, en plus, un soutien affirmé aux

dynamiques sociales et économiques.

Actions et ambitions

La redéfinition des quartiers prioritaires

décrétée par la loi a conforté

la municipalité dans sa volonté d’agir

en leur faveur.

La finalité étant d’aboutir à une véritable

transformation urbaine et sociale

des quartiers ciblés.

Ainsi, en 2014/2015, une mission

mandatée par l’Agence Nationale

pour la Rénovation Urbaine (ANRU)

est venue appuyer la Ville pour préciser

le Programme de Rénovation

Urbaine (PRU) et permettre ainsi au

quartier de La Bastide de changer

progressivement d’image.

Dans ce cadre, la Ville et ses

partenaires (Limoges Habitat,

Limoges Métropole) ont validé le plan

de composition urbaine proposé par

un cabinet spécialisé.

Ce document de référence est la base

de la mise en œuvre de l’avenant n°2

au PRU sur La Bastide et constitue

donc l’avenant de clôture de la

convention de rénovation urbaine de

la Ville signé en 2008.

La Bastide, l’entrée de ville et le quartier seront intégralement restructurés

Quartier rénové,

et entrée de ville attractive

Mais pour construire un projet de

rénovation urbaine à la hauteur des

attentes des habitants et façonner

une entrée de ville attractive, il faut

procéder à une transformation du

quartier pour mieux l’insérer dans la

ville.

Le quartier sera ainsi intégralement

requalifié en terme d’aménagement

des espaces publics. Il sera aussi valorisé

par l’implantation de nouveaux

équipements et services ; le tout pour

améliorer également les conditions

de vie des habitants du quartier.

Démolitions : les entreprises

passent à l’action

Trois étapes s’enchaîneront sur une

durée d’environ 8 mois pour se terminer

au cours de l’été.

L’installation du chantier et la phase

de « curage » ont débuté. Cette opération

s’apparente à un déshabillage

progressif du bâti avec notamment

l’enlèvement de toutes les portes, des

radiateurs, des fenêtres et de tous les

éléments qui ne nécessitent pas d’intervenir

directement sur la structure

du bâtiment.

Le désamiantage qui sera réalisé ensuite

est une opération sensible qui

Vivre à LIMOGES 12 Déc. 2016 - N° 111


Toutes les portes, ou meubles restants

sont retirés afin de rendre accessibles

les logements pour l’opération de désamiantage

qui débute en décembre

a été longuement étudiée. Elle est rigoureusement

encadrée. Cette phase

se déroulera sur une durée de 5 mois

Ensuite, les travaux entreront dans

leur phase la plus visible avec la

démolition à la pelle mécanique des

bâtiments par la méthode de grignotage.

Les bâtiments sont détruits

progressivement afin d’éviter une destruction

trop rapide et dangereuse

pour la population.

Les démolitions

en chiffres

- 3 bâtiments de 5 niveaux

Barre Seurat et barres Pissarro

- 18 entrées

- 178 logements

- Effectif chantier :

entre 16 et 30 personnes

- 18 500 heures travaillées

- 5 600 dédiées à l’action sociale

d’insertion professionnelle et

promotion de l’emploi - emploi

des jeunes du quartier

- 23 000 tonnes de déchets

valorisés.

- Désamiantage : 695 000 €

- Travaux de démolition :

3 186 000 €

Les entreprises qui interviennent

sur le chantier se sont engagées

à participer à l’insertion professionnelle

des jeunes des quartiers.

Plus de 5 600 heures de travail sont

prévues dans le cadre du projet (démolition,

construction et rénovation).

Pour construire

Le projet de rénovation urbaine de

La Bastide va permettre de rendre le

quartier plus attractif et de l’ouvrir sur

la ville.

Une vaste place publique sera créée.

Elle accueillera le marché hebdomadaire,

des terrasses, des manifestations

et donnera aussi plus de place

aux piétons. À proximité immédiate du

boulevard Schuman, un centre commercial

très attendu sera construit, là

où s’élevaient les tours Gauguin.

Son implantation permettra d’inciter

les automobilistes qui empruntent le

boulevard à s’y rendre, tout en apportant

aux habitants du quartier les services

de proximité dont ils ont besoin

(alimentaire, boulangerie, bar/tabac/

brasserie, coiffeur, fleuriste, etc…).

Et réhabiliter

Au cœur du quartier, l’actuel centre

commercial sera transformé en un

pôle de services et de commerces de

proximité ouvert sur la place nouvellement

créée. Il comprendra notamment

: un pôle de santé constitué de

médecins, infirmières et d’une pharmacie,

le commissariat de police,

la Poste, la boucherie et la Caisse

d’Épargne qui sont déjà présentes,

l’agence Limoges Habitat, la Maison

du département avec le service PMI

(Protection Maternelle et Infantile),

une salle multisport et le centre social

qui demeure en place.

Une desserte repensée

Un pôle d’échanges multimodal, véritable

point de connexion des transports,

sera aussi imaginé pour irriguer

le quartier, avec la création d’un parking

facile d’accès pour les automobilistes,

le tout en lieu et place de la

barre Seurat.

Pour insuffler la vie, les transports en

communs seront aussi valorisés et le

cœur du quartier sera desservi bien

plus aisément. Des bus à haut niveau

de services le traverseront pour permettre,

à terme, de rejoindre ESTER

technopole grâce à la construction

d’un nouvel ouvrage au-dessus de

l’A20. Le carrefour Schuman sera lui

aussi intégralement réaménagé.

Une transformation urbaine

et sociale

Pour apporter aux habitants du

quartier des logements de qualité et

des conditions de vie qui répondent

à leurs attentes, Limoges Habitat

s’engagera enfin dans un programme

de résidentialisation rues Manet,

Pissarro et Véronèse.

En parallèle, le bailleur social

Dom’Aulim prévoit de construire une

résidence de logements collectifs à

l’angle du boulevard Schuman et de

la rue Degas ainsi que 12 maisons en

accession sociale rue Seurat.

Val de l’Aurence : démolitions en perspective

La barre Seurat sera détruite pour

créer la place publique, un parking

facile d’accès et un pôle d’échanges

Au Val de l’Aurence, les 3 tours

en étoiles, qui sont aujourd’hui

complètement vides, vont faire l’objet

d’une démolition, dont les travaux préparatoires

débuteront en décembre.

À l’issu de ces démolitions, réalisées

par le propriétaire et bailleur Nouveau

Logis, la Ville engagera un programme

de renouvellement urbain avec notamment

le lancement d’études destinées à

déterminer avec précisions les besoins

des habitants pour pouvoir y répondre

et à planifier ensuite rapidement les

projets de réhabilitation nécessaires

sur ce secteur, pour apporter un nouveau

souffle au quartier.

Vivre à LIMOGES 13 Déc. 2016 - N° 111


Limoges Habitat :

un bilan à l’heure du transfert

Depuis les années 1920, l’office public

Limoges Habitat était placé sous la tutelle

de la Ville. La perspective d’un rattachement

de l’office à la communauté

d’agglomération Limoges Métropole,

comme le prévoit la Loi, a permis de

faire le bilan.

Catherine Mauguien-Sicard,

adjointe au maire,

présidente de Limoges Habitat

et Patrick Sauvinet,

directeur de Limoges Habitat

« À mon arrivée à la tête de Limoges

Habitat en 2014, » explique Catherine

Mauguien-Sicard, « j’ai trouvé un office

mal en point, avec un taux de logements

vacants très important et des

habitations en piteux état. Un rapport

de l’Agence nationale du contrôle du

logement social (ANCOLS) a d’ailleurs

confirmé de nombreux dysfonctionnements

avec notamment une stratégie

patrimoniale inexistante, des investissements

programmés, mais non engagés

et, de fait, des logements dégradés qui

se louent moins vite, voire pas du tout. »

Ne pas se tromper de cible

Limoges habitat compte 13 000 logements

répartis dans 9 quartiers prioritaires

dont 99 % sont à Limoges.

En 2 ans, 22 % du parc a été rénové

pour un montant supérieur à 8 millions

d’euros. Le taux de vacance a diminué.

Des partenariats ont été engagés

pour attirer les étudiants ou mieux

accueillir les seniors. Plus de 200 logements

ont été construits - 24 millions

d’euros investis ; et d’ici à 2020,

il est prévu de poursuivre la rénovation

des logements existants et d’en

construire 560 de plus dont 360 hors

Limoges. « Ce qui m’inquiète », poursuit

Catherine Mauguien Sicard, « ce n’est

pas tant le changement de tutelle, mais

le sors qui sera réservé aux projets que

nous avons bâtis pour les personnes qui

ont besoin de logement de qualité. Nous

ne voulons pas abandonner les quartiers

comme ils l’ont été pendant trop longtemps.

C’est ma plus grande crainte ! »

La formation, une fonction

dans l’accompagnement social

Le pôle seniors du CCAS organise

depuis 2015, dans le cadre de

la formation professionnelle continue,

un cycle de conférences, 2 à

3 fois par an, pour son personnel.

Les thèmes proposés sont en lien avec

l’actualité du service et concernent l’ensemble

des agents du pôle, soit plus de

300 personnes, ainsi que les collaborateurs

proches (CCAS - Ville de Limoges)

et partenaires (secteur hospitalier, bénévoles,

conseil départemental, Agence

Régionale de Santé, secteur associatif,...).

Le 17 novembre dernier, une conférence-spectacle

était proposée au pôle

seniors du CCAS sur le thème Être vieux

et heureux ? C’est possible ! » animée

par Sandra Meunier de l’association

Neztoiles.

La prochaine conférence sera proposée

par Pierre Tap, professeur émérite

de l’Université de Toulouse Jean-

Jaurès et auteur de nombreux ouvrages.

Elle devrait avoir lieu le 19 janvier à

l’espace Cité.

Le thème et le contenu de son intervention

restent à préciser, mais l’accompagnement

à la décision et notamment le

droit des usagers, devrait se profiler.

La liberté des uns...

s’arrête là où commence celle des autres

Vous venez enfin d’acquérir le bien

de vos rêves et avec lui, la furieuse

envie d’apporter des améliorations

dans le nid familial doté, cerise

sur le gâteau, d’un jardin. À vous

perceuse, marteau, tronçonneuse

et tondeuse à gazon. Sauf que l’on

doit respecter certains principes

édictés par la loi et contribuer

ainsi aux règles élémentaires du

bien-vivre ensemble, le bruit est

interdit de jour comme de nuit

(Code de la Santé Publique).

La Ville de Limoges en rappelle les

principes dans plusieurs arrêtés

disponibles sur le site

www.ville-limoges.fr - rubrique

solidarité santé - thème

environnement santé.

Alors, si vous souhaitez conserver

de bonnes relations avec vos

voisins, respectez bien les arrêtés

municipaux.

Mais si c’est vous qui êtes victime de

nuisances, vous pouvez contacter

Abattoir : le vœu de la

majorité municipale

« Limoges alternance »

et « Aimons Limoges »

adopté à l’unanimité

Le conseil municipal de Limoges, réuni

le 16 novembre 2016, demande au

législateur d’intervenir sur la question

de l’abattage des vaches gestantes et

soutient la proposition du 14 novembre

des professeurs et enseignants

universitaires – notamment de

l’Université de Limoges – spécialistes

du droit animalier en faveur de cette

réglementation. Le conseil municipal

rappelle que la filière bovine limousine

est un pôle d’excellence qui

participe à l’identité de notre région

et à son rayonnement économique

national et international. Le conseil

municipal ne peut donc accepter que

des pratiques professionnelles minoritaires,

même parfaitement légales,

portent le discrédit dans l’esprit du

grand public sur l’activité de toute

une profession à laquelle la Ville de

Limoges est profondément attachée.

Le conseil municipal de Limoges

souhaite la mise en place d’une législation

plus adaptée sur le sujet.

les techniciens assermentés et

habilités de la direction de l’habitat

et de la politique de la Ville qui

interviennent sur demande écrite.

Ils se rendront sur place pour

constater les nuisances, vérifier le

bien-fondé de la réclamation et

sensibiliser sur la règlementation.

S’ils constatent une infraction, un

courrier est adressé au mis en cause

pour lui demander d’appliquer

la réglementation. En dernier

recours, un PV peut être envoyé

au Procureur de la République qui

juge des suites à donner.

Vivre à LIMOGES 14 Déc. 2016 - N° 111


En bref

La fontaine de l’hôtel de ville

restaurée dans le Morbihan

Les vasques de la fontaine ont été démontées

afin d’être restaurées en atelier

Spécialiste en conservation et restauration

du patrimoine, notamment pour

les objets d’art et d’archéologie, Natacha

Frenkel restaure souvent les céramiques

du musée Adrien-Dubouché.

De part son expertise, elle a été sollicitée

par l’entreprise Blanchon, qui est

en charge des travaux de la fontaine

de l’hôtel de ville.

Les parties en porcelaine

des différentes vasques

ont ainsi pris la route du

Morbihan pour être bichonnées

dans un atelier

spécialement adapté,

avec les conditions de

température et d’humidité

nécessaires au séchage

de la résine.

Comme l’explique Natacha

Frenkel : «Très peu

de restaurateurs peuvent

répondre à ce type de

demande, car il faut tout

d’abord pourvoir travailler

dans des conditions particulières et

selon des normes spécifiques. Pour ce

type de projet, il est aussi primordial

de bien choisir les matériaux qui seront

utilisés car la fontaine est installée en

extérieur. Elle est donc naturellement

soumise à des conditions climatiques

particulières, qu’il ne faut pas sous

estimer. »

Ce travail de restauration a été rendu

possible grâce à la générosité des

limougeauds qui ont répondu à l’appel

au mécénat populaire et d’entreprise

lancé par la Ville en partenariat

avec la Fondation du patrimoine. À ce

jour, 1 100 donateurs ont fait un geste

pour un montant de 123 000 € récoltés.

Pour 2016, 99 000 € de travaux

ont déjà été engagés (étude de

l’état de la toiture à l’aide d’un drone,

restauration des statues, du buste de

Fournier et de la Fontaine).

Pour faciliter les démarches des donateurs,

une borne de micro-don est

installée dans le hall de l’hôtel de ville.

Un don flash de 3 euros en paiement

sans contact peut y être fait.

Une réception en l’honneur des 1 000

premiers donateurs est aussi organisée

à l’hôtel de Ville en décembre.

Renseignements pour les donations :

Fondation du patrimoine

05 55 08 20 83

limousin@fondation-patrimoine.org

Noël pour les seniors de 70 ans et plus

Pour les fêtes de fin d’année, la Ville invite les seniors âgés de 70 ans et plus au 31 décembre 2016 qui résident

sur la commune à assister à un spectacle, à participer à un repas et à retirer leur colis de Noël.

Lundi 12 et mardi 13 décembre, le

spectacle Ça c’est Paris sera joué

à l’Opéra de Limoges. Le spectacle

débutera à 15 heures avec une ouverture

des portes dès 13 h 30.

Mercredi 21 et jeudi 22 décembre, le

traditionnel repas de Noël est organisé

au Pavillon Buxerolles. L’ouverture

des portes est prévue à partir de 11 h.

Les personnes qui souhaitent participer

au spectacle et/ou au repas

et bénéficier de leur colis de Noël

peuvent dès à présent s’inscrire, à

la galerie des Hospices – entrée rue

Félix-Éboué du côté de l’entrée principale

du CCAS.

Les inscriptions à l’une ou l’autre

des dates proposées seront prises à

la galerie des Hospices. Une pièce

d’identité et/ou un justificatif de domicile

sont nécessaires.

Spectacle joué à l’Opéra de Limoges

les 12 et 13 décembre

Les personnes qui assisteront au spectacle

pourront retirer leur colis de Noël

à l’Opéra, à l’issue de la représentation.

Celles qui désirent bénéficier uniquement

du colis de Noël sont invitées

à le retirer à compter du mercredi 14

décembre à la galerie des Hospices.

La distribution des colis est assurée

jusqu’au vendredi 6 janvier.

La galerie des Hospices est ouverte

du lundi au vendredi

de 8 h 45 à 12 h 15 et de 13 h 45 à

16 h 45. Les inscriptions et le retrait

des colis de Noël peuvent aussi se

faire dans les antennes-mairie et

mairie-annexes de la Ville.

Renseignements auprès du service

Animations Loisirs Seniors :

05 55 45 97 41 ou 05 55 45 65 27

Vivre à LIMOGES 15 Déc. 2016 - N° 111


En bref

76 enfants élus

pour leur ville

L’élection des enfants qui siégeront

au sein du Conseil municipal des

jeunes s’est déroulée le 24 novembre.

À l’issue d’une campagne électorale

de 3 semaines, les élèves des classes

de CE2, CM1 et CM2 de la ville ont

voté pour élire leurs représentants :

2 élèves des classes de CM1 et/

ou CM2 de 38 écoles élémentaires

de Limoges, soit 38 titulaires et 38

suppléants.

Ce nouveau conseil municipal, officiellement

installé le 3 décembre, a vocation

à favoriser l’expression des plus

jeunes et à porter leurs projets auprès

des élus qui siègent au Conseil municipal

des adultes. Le Conseil municipal

des enfants se réunira 2 à 3 fois

par an en assemblée plénière dans la

salle du conseil municipal à l’hôtel de

ville. En complément, les jeunes élus

pourront aussi créer des commissions

pour travailler ensemble sur les axes

qu’ils auront choisis.

Deux jeunes Limougeauds

cuisinent à Pilsen

Les candidats des classes de CM1 et CM2 des écoles de la ville ont réalisé

leurs propres affiches pour les élections du Conseil municipal des jeunes

le 24 novembre

Limoges : ville la plus active de France sur Twitter

Dans le classement établi par le blog d’eTerritoire qui recense l’activité des villes

sur Twitter, Limoges se classe à la première place des 100 villes les plus actives

en septembre et octobre. Elle se classe seconde de la région Nouvelle Aquitaine,

après Bordeaux et à la 24 e place des 200 villes les plus suivies avec 7 311 abonnés*

(nombre d’abonnés au 3 novembre 2016).

www.eterritoire.fr/blog

@VilleLimoges87

Pour voter en 2017, il faut s’inscrire rapidement

Chaque automne, l’Alliance française

de Pilsen, ville de République Tchèque

jumelée avec Limoges, organise le

festival bonjour Pilsen qui propose

aux habitants de découvrir la culture

française en terme de musique, littérature,

gastronomie.

Cette année, ce sont 2 jeunes cuisiniers

des Lycées Jean-Monnet et

Saint-Jean qui s’y sont rendu pour animés

des ateliers culinaires. Antoine

Lugan et Benjamin Kubiak ont ainsi

eu le plaisir de représenter Limoges

et de faire découvrir la gastronomie

française à un public conquis.

Si vous n’êtes pas encore inscrit(e)

sur la liste électorale de la Commune

de Limoges ou si vous avez

déménagé à l’intérieur de la commune,

vous avez jusqu’au 31 décembre

pour solliciter votre inscription

ou effectuer votre changement

d’adresse afin de voter pour les

élections présidentielles et législatives

en 2017. Vous pouvez vous inscrire

en ligne sur le site de la Ville :

www.ville-limoges.fr - rubrique

« démarches en ligne », par correspondance*

en transmettant l’imprimé

cerfa complété et signé et

les justificatifs réglementaires au

service Élections-Pièces d’identité

et attestations. Le formulaire est

téléchargeable sur le site de la ville.

Vous pouvez aussi vous rendre directement

à l’hôtel de Ville ou dans

les mairies annexes de Landouge

et Beaune-les Mines.

Votre demande peut également

être déposée dans les antennes

mairie de votre quartier.

Pour vous inscrire, un justificatif

d’identité et de nationalité française

(carte nationale d’identité ou

passeport en cours de validité) et

un justificatif de domicile de moins

de trois mois sont nécessaires (facture

établie à votre nom, avis d’imposition

…) .

Pour les personnes domiciliées chez

un parent ou un tiers : accompagner

le justificatif d’une attestation

d’hébergement de ces derniers.

*Hôtel de ville - service Élections-

Pièces d’identité et attestations

9 place Léon Betoulle

87 031 Limoges cedex1

Renseignements : 05 55 45 61 12.

Vivre à LIMOGES 16 Déc. 2016 - N° 111


Vivre à LIMOGES 17 Déc. 2016 - N° 111


Boutique éphémère J.M. Weston installée dans l’enceinte du Gaumont Abassade sur les Champs-Élysées - © Massimo Pessina

J.M. Weston illumine

les Champs-Élysées

À Limoges, 170 artisans passionnés confectionnent de leurs mains les 100 000 paires

de chaussures que J.M. Weston vend à travers le monde, dans plus de 13 pays. Symboles

de prestige et d’excellence, les chaussures J.M. Weston sont issues d’une longue tradition

limougeaude qui se révèle aujourd’hui dans un nouvel écrin, sur la plus belle avenue du monde.

Les chaussures de luxe fabriquées

à Limoges ont investi une boutique

éphémère sur les Champs-Élysées,

dans l’enceinte du Gaumont Ambassade

qui vient de tourner la page.

Associée à la magie du cinéma, c’est

dans un espace aux couleurs flamboyantes

que se révèle le prestige de

la marque. La mise en scène, sobre et

épurée, dévoile le savoir-faire limougeaud

qui s’y exprime avec force et

passion.

Un prestige

façonné à Limoges

J.M. Weston est une référence de

la chaussure française de luxe pour

homme depuis 1891. Confectionnées

à partir de cuirs et de peaux de qualité

qui proviennent exclusivement de

la Tannerie Bastin à Saint-Léonardde-Noblat

et de celle du Puy en Velay,

les chaussures J.M. Weston sont fabriquées

à Limoges... de A à Z.

Un soin tout particulier est tout

d’abord apporté au tannage des

cuirs, avec des procédés traditionnels.

Lorsque les cuirs et les peaux

sont prêts, la coupe et le placement

des pièces sont soigneusement

réalisés avant la piqûre de la

partie supérieure de la chaussure.

Cousues selon la méthode traditionnelle

Goodyear, les chaussures

J.M. Weston sont aussi faites pour

durer. En cas d’usure, les semelles

peuvent être démontées en atelier et

remplacées à l’identique.

« Une paire de chaussures J.M. Weston

est véritablement symbole de confort »

s’enthousiasme Sylvain Honoré, directeur

de la manufacture de Limoges.

L’expression d’une passion

« Créer et confectionner une chaussure

J.M. Weston prend du temps.

Le temps qu’il faut pour obtenir une

telle qualité. Il faut compter environ

une année pour préparer les cuirs.

Sylvain Honoré, directeur de la manufacture J.M. Weston à Limoges

Vivre à LIMOGES 18 Déc. 2016 - N° 111


Ensuite, à partir des modèles qui sont

dessinés par le directeur artistique

de la marque, 6 à 8 semaines de fabrication

sont nécessaires, entre la

coupe des peaux et la mise en boite »,

poursuit-il avec passion.

Une passion qui ne l’a d’ailleurs jamais

quitté. Depuis ses premiers

pas dans l’entreprise comme contremaître,

puis chef d’atelier et responsable

de fabrication, Sylvain Honoré

est aujourd’hui aux manettes d’une

entreprise qui représente le savoir-faire

français.

« Je suis autodidacte de formation.

J’ai toujours aimé les travaux manuels,

toucher les objets, les construire avec

mes mains. C’est d’ailleurs auprès des

compagnons du devoir, dont la vocation

est de former les jeunes et de

transmettre un savoir, que j’ai appris

à aimer.

Au fil de ma carrière, j’ai beaucoup

travaillé dans le secteur de la chaussure.

Apprenti à 18 ans chez un Cordonnier-Réparateur

traditionnel à

Rouen, j’ai ensuite travaillé pour le

compte d’un artisan Podo-Orthésiste

à Lyon, puis chez un Bottier à Bouren-Bresse.

Ouvrier Bottier au sein des ateliers

«sur mesure » John lobb à Paris, j’ai

aussi été Prototypiste chez Décathlon

à Lille. Et avant de rejoindre Weston en

2000, j’étais formateur et professeur

technique au CFA des Compagnons

à Lyon. Mais à tous les postes que j’ai

occupés, ce plaisir de construire et de

transmettre ne m’a jamais quitté.

Nous accueillons d’ailleurs régulièrement

des jeunes apprentis qui viennent

apprendre au sein même des ateliers

le savoir-faire qui a fait notre renommée

à travers le monde ».

Deux collections sont créées chaque

année, principalement pour les

hommes. Depuis plus de 60 ans, la

maison a fait le choix de décliner ses

modèles emblématiques en petite

pointure.

Mais c’est en 2013, que le directeur

artistique de la maison

J.M. Weston a souhaité créer une

collection femmes.

À Limoges, au sein même de la manufacture,

une boutique propose

les derniers modèles prestigieux,

quelques fins de série et quelques

modèles « second choix ».

La boutique, installée au sein de la

manufacture, est ouverte du lundi au

vendredi de 10 heures à 18 heures

65 rue Nicolas-Appert à Limoges

6 à 8 semaines de fabrication

Porcelaine Pierre Arquié,

une entreprise des arts du feu

Entre modernité et tradition, l’entreprise de porcelaines

Pierre Arquié est reconnue pour son savoir faire artisanal,

mais également pour sa branche plus innovante sur le

traitement de la céramique. Découverte.

Les boîtes de collection, l’emblème de la société

En 1996, quand Pierre Arquié lance

la manufacture avec des boîtes de

collection en porcelaine, son objectif

est clair : que chaque étape de

fabrication soit gérée sur place. Après

vingt ans d’existence, la société peut

s’enorgueillir d’avoir plus de 1 000

références et autant de matrices.

« Nos clients sont des collectionneurs

et nous exportons en majorité vers les

pays anglo-saxons notamment les États-

Unis, » explique Grégory Rosenblat, « il

faut en permanence leur présenter de

économie €

nouveaux modèles. Ce sont nos propres

modeleurs et décorateurs qui créent les

collections. En début d’année, nous avons

repris et intégré un atelier de sertissage.

Dorénavant, nous sommes capables

de concevoir et fabriquer, en interne,

l’intégralité des objets d’art en matières

nobles. Nous pouvons sertir des objets

d’exception, notamment en porcelaine ou

en cristal et créer des objets fonctionnels

ou décoratifs. Nous gérons toute la

chaine ce qui permet d’optimiser les

coûts et les temps de production. »

Vivre à LIMOGES 19 Déc. 2016 - N° 111


De l’artisanat à l’innovation

Avec sa formation en chimie, Grégory

Rosenblat va insérer de la science et des

techniques novatrices dans l’entreprise. Il

crée PACT en 2008, un bureau d’études

et de développement dans le domaine

des céramiques techniques.

Le cœur de métier du bureau consiste à

réaliser des prototypes et à en assurer

la mise en production. C’est toute une

gamme de produits et de projets qui

sortent de la porcelaine classique qui

voit le jour. « Nous sommes certainement

une des seules fabriques de porcelaine à

ne pas proposer de service de table. Nous

sommes sollicités par des designers qui

conçoivent des objets très éloignés des

applications classiques de la porcelaine.

Ainsi, nos créations se rapprochent de

l’architecture et du mobilier urbain,

comme les bancs en céramique installés

dans les jardins de l’hôtel de ville par

exemple, ou plus techniques, la création

d’une gamme de jarres de broyage,

explique Grégory Rosenblat. Mais

nous réalisons également des objets

comme des boutons de manchette dans

le prêt à porter de luxe, des seaux à

Création d’une gamme de jarres de broyage en céramique technique

champagne... J’ai apporté à l’entreprise

un fonctionnement atypique car nous

créons et développons des objets en

sous-traitance. Tout ce qui relève d’une

prouesse technique est un challenge

et un défi que nous menons au sein de

notre pôle Recherche et Développement.

L’implication de l’entreprise au sein de

projets innovants, en collaboration avec

des laboratoires de recherche mais aussi

bien sur des applications de mobilier,

de luminaire, d’accessoires de mode ou

encore de créations contemporaines

en collaboration avec des designers,

a permis de contribuer à la mise au

point de nouveaux objets en porcelaine.

Cette année, l’entreprise a obtenu le

renouvellement du label Entreprise du

Patrimoine Vivant. Elle fait partie des

1 157 entreprises françaises ayant reçu

ce label et a été récompensée par le prix

de l’innovation Stars & Métiers.

Porcelaine Pierre Arquié

3 rue de la Font-Pinot à Limoges

Tél : 05 55 34 40 52 - www.arquie.eu

Céramique technique www.euro-pact.com

Grégory Rosenblat,

gérant des Porcelaines Arquié

Certaines personnes ont leur destin tout tracé, pour

d’autres il surgit parfois de façon assez inattendue. Pour

Grégory Rosenblat, il a pris les traits de son beau-père, en

2007, quand ce dernier lui a confié les clés de sa société,

les Porcelaines Pierre Arquié, créée en 1996. Pour Grégory,

ingénieur de formation dans le génie des procédés, c’est

un challenge ambitieux à relever. « J’ai travaillé dans de

grosses structures industrielles mais j’ai toujours été attiré

par les PME et leur fonctionnement. La transmission de

l’entreprise s’est opérée tout naturellement. » À son arrivée,

Grégory explore de nouveaux procédés de fabrication, plus

techniques, afin de diversifier l’activité tout en conservant

la création des boîtes de collection, objet emblématique

de l’entreprise. « La fabrication de la porcelaine est assez

simple. Partant de ce constat, j’ai intégré des compositions

plus techniques de céramique en jouant sur les procédés de

mise en œuvre et notamment les cuissons. Cela nous permet

d’explorer des marchés aussi divers que l’art, l’industrie ou le

design. Quand un client vient nous voir avec une idée, c’est

à nous de trouver la solution technique et de production qui

va permettre la réalisation de son projet. Aujourd’hui, entre

la branche recherche et la gestion de la PME, je peux dire

que j’ai trouvé ce que je cherchais, l’exigence et la passion. »

Vivre à LIMOGES 20 Déc. 2016 - N° 111


Noël à Limoges

Père Noël, village et marchés,

patinoire, champ de glisse, ludothèque, ...

La Ville est prête pour lancer les illumination qui annoncent les festivités de Noël.

Dans quelques jours, le village de Noël reviendra place de la République faire rêver les petits

mais aussi les plus grands pour un Noël féerique à Limoges du 2 au 31 décembre.

« Pour cette nouvelle édition, la Ville

de Limoges propose un programme

riche en animations et en surprises,

avec des nouveautés et, notamment,

la piétonisation de la rue Jean-

Jaurès les week-ends de décembre

(voir encadré ci-contre) » explique

Sarah Gentil, adjointe au maire.

« Les fêtes de fin d’année offrent

un moment privilégié pour rêver et

s’émerveiller où chaque visiteur doit

pouvoir s’amuser et retrouver une

âme d’enfant. Nous les avons voulues

chaleureuses et festives, empreintes

de féerie afin que la magie de Noël

opère pour tous. »

Inauguration du village de

Noël et lancement des

illuminations

Vendredi 2 décembre à 17 h 30,

place de la République, Émile

Roger Lombertie, maire de Limoges

et Sarah Gentil, donneront le coup

d’envoi pour une mise en lumière

simultanée des 82 sites du centreville

sur le thème Noël à Limoges.

La rue Jean-Jaurès piétonne pendant les fêtes de Noël

À l’occasion du marché de Noël place de la République du 2 au 31 décembre et

de la piétonisation de la rue Jean-Jaurès, pendant tous les week-ends de décembre

(les samedis 3, 10, 17, 24 et 31 et les dimanches 4, 11 et 18), la circulation

et le stationnement sont modifiés.

À l’occasion du village de Noël, le stationnement sera interdit

du lundi 21 novembre 2016 à 8 heures au vendredi 6 janvier 2017 à 18 h

> Rue Fitz-James - place de la République - rue de la Terrasse - place Fournier sur

les 12 emplacements situés au droit de la place de la République

À l’occasion du village de Noël, la circulation sera interdite

du mercredi 30 novembre à 8 heures au samedi 31 décembre 2016 à 18 h

> Rue Fitz-James et place de la République - Un double-sens de circulation sera instauré

rue de la Terrasse uniquement pour les livraisons, les riverains et les secours.

À l’occasion du village de Noël et de la piétonisation de la rue Jean-Jaurès,

la circulation sera modifiée du vendredi 2 au samedi 31 décembre, les samedis

et dimanches de 10 heures à 19 heures.

Pour plus de renseignements - www.ville-limoges.fr rubrique Actualités

Plusieurs animations rythmeront les week-ends : les Gueules sèches feront

le tour du quartier en musique, la rue Fourie sera de rouge vêtue, le club de

Limoges Turgot Kiwanis proposera à la vente des objets au bénéfice de l’École

limousine des chiens guides d’aveugles.

Vivre à LIMOGES 21 Déc. 2016 - N° 111


Le public pourra ainsi découvrir des

nouveaux décors avec l’installation

de près de 600 motifs et 7 km de

guirlandes pour parer Limoges de

ses plus beaux habits de lumière.

Jusqu’au 2 janvier, la Ville scintillera

de la tombée de la nuit jusqu’à une

heure du matin et durant toute la nuit

les 24 et 31 décembre.

Espace glisse et glace,

frissons garantis

Pour retrouver l’ambiance d’un Noël à la

montagne, le village propose une patinoire

en glace naturelle de 200 m 2 , une

piste de luge de 5 mètres de haut avec

3 couloirs de descente sur 35 mètres

et un champ de neige véritable pour

tester le ski de fond ou les raquettes.

Ouverts jusqu’à 20 h les vendredis et

samedis.

Le village de Noël

Place aux animations de Noël avec

une cinquantaine de chalets en bois où

artisans et producteurs proposent des

produits régionaux à la dégustation

mais également des idées originales

de cadeaux : des bijoux de création,

des jeux de sociétés traditionnels en

bois et des idées pour composer des

paniers gourmands, bières artisanales,

bretzels, sirops, fromages, confiseries,

vins... Cette année, La fabrique du café,

les madeleines Bijoux et des spécialités

canadiennes en direct du Québec, font

leur entrée dans la ronde des chalets.

Plusieurs espaces de restauration

couverts vous accueillent afin de

profiter en famille ou entre amis des

différentes spécialités culinaires

proposées dans le village - un four

à pain au feu de bois, des pommes

de terre cuites devant le public avec

démonstrations pour les enfants, la

soupe au chaudron, des marrons grillés.

Du 2 au 31 décembre de 11 h à 19 h.

Le village de Noël place de la République (édition 2015)

Tous les vendredis et samedis

jusqu’à 20 heures (sauf le 24

décembre et le 31 décembre de

11 h à 18 h et le 25 déc. de 15 h à 19 h).

Ouvert les dimanches 4, 11, 18 décembre

de 11 h à 19 h.

Place de la Motte, marché

de producteurs et artisans

Le marché de Noël place de la Motte

est l’occasion de promouvoir le talent

des artisans et producteurs fermiers

du Limousin.

110 exposants cette année proposent

des produits de bouche et

d’art (émaux, porcelaine, coutellerie,

maroquinerie, bijoux, mais aussi chocolats,

bières limousines, châtaignes,

liqueurs, chocolats, foie gras, volailles,

miel, fromages, vin paillé, porc

cul noir, truffes, confitures, escargots,

etc.) dans une ambiance chaleureuse

et conviviale. Organisé par la

Chambre de Métiers et de l’Artisanat

et la Chambre d’Agriculture, en

partenariat avec la Ville de Limoges.

Ouvert du 9 au 24 décembre de

9 h 30 à 19 h. Nocturnes les vendredis

et samedis jusqu’à 20 h. Ouvert les dimanches

11 et 18 décembre. Fermeture

le samedi 24 décembre à 18 h.

Le chalet du Père Noël

Ouvert du 2 au 24 décembre

Le Père Noël arrivera au Village le

2 décembre à 18 h. Il accueillera

dans son chalet tous les enfants

qui souhaitent le rencontrer. Notre

partenaire Le Populaire, offrira la

photo de votre enfant prise avec le

père Noël.

Le chalet du père Noël (édition 2015)

Une boîte aux lettres géante sera

disposée devant son chalet afin que

les enfants postent leur liste de Noël.

Du 3 au 14 décembre, les mercredis, samedis

et dimanches de 14 h 30 à 19 h.

Du 16 au 23 décembre, tous les jours

de 14 h 30 à 19 h. Le 24 décembre, de

14 h 30 à 18 h.

La patinoire en glace naturelle accueille petits et grands (édition 2015)

Les halles place de la Motte

Ouverture exceptionnelle

Pour faciliter vos achats de bouche

pour les fêtes de fin d’année, les

Halles centrales proposent des

horaires d’ouvertures exceptionnels

(en plus des horaires habituels) :

• le 23 décembre jusqu’à 18 heures

• le 24 décembre jusqu’à 19 heures

• le 25 décembre ouvert le matin

• le 30 décembre jusqu’à 18 heures

• le 31 décembre jusqu’à 19 heures

Vivre à LIMOGES 22 Déc. 2016 - N° 111


L’association des commerçants de la rue

Adrien-Dubouché vous invite à célébrer

Noël autour de nombreuses animations

Gospel fusion - dimanche 11 et 18 décembre de 16 h à 18 h,

le groupe déambulera rue Adrien-Dubouché et place Denis-Dussoubs

avant de chanter en public devant le chalet.

La retraite aux flambeaux - rendez-vous vendredi

2 décembre à 19 h rue de la Boucherie pour une retraite

aux flambeaux avec les enfants du centre-ville.

Les enfants du quartier qui souhaitent participer

sont les bienvenus. Le parcours empruntera la rue de

la Boucherie, la place de la Motte, la rue Adrien-Dubouché,

la place Denis-Dussoubs pour se terminer

devant le chalet gourmand rue Adrien-Dubouché.

Le chalet gourmand - ouvert du mardi au samedi de

11 h à 14 h et de 16 h à 19 h. Le dimanche et le lundi de

14 h à 19 h. Le 24 déc. fermeture à 16 h et fermé le 25

décembre. Le chalet propose à la vente des objets de

Noël, du vin chaud, du chocolat, du thé, des crêpes,

des friandises… Installé à l’angle de la rue Turgot et

de la rue Adrien-Dubouché, il sera le point de ralliement

des festivités.

Angélique, la conteuse - dimanche 18 décembre, à

partir de 17 h 30, Angélique attendra les petits et

les grands pour un moment de complicité magique

autour des contes de Noël.

La ludothèque pour jouer en famille

(édition 2015)

Magic Mirror - espace ludothèque

animations gratuites

Prenez le temps de vous divertir en famille

dans un univers magique transformé en fabrique

de jouets du Père Noël pour un moment

de détente avec des jeux traditionnels en bois.

Les 16, 17 et 18 décembre, la Librairie Anecdotes,

la Librairie page et Plume, les Ardents

Éditeurs et Geste édition organisent la 2 e

édition de Livres en Fête avec les plus beaux

ouvrages des éditeurs et auteurs régionaux.

Dédicaces d’auteurs et vente de livres les 16 et

17 déc. de 11 h à 20 h, le 18 déc. de 11 h à 19 h.

La radio Flash FM animera le village de

Noël avec des émissions spéciales et des

invités surprises.

Retrouvez tout le programme des animations

de Noël sur : www.noelalimoges.fr et sur les

réseaux sociaux de la Ville de Limoges.

DU

02

AU31

DÉCEMBRE

2016

| VILLAGE ET MARCHÉS |

| MAGIC MIRROR |

| GLISSE ET GLACE |

| PÈRE NOËL |

noelalimoges.fr

graphikstudio © Shutterstock - Blachere Illumination - SELI / Cœur de Limoges - Siret : 760 500 322 00028

D’autres festivités vous attendent

La fête foraine de Noël

Elle se tiendra au Champ-de-Juillet

du samedi 10 décembre 2016 au

dimanche 8 janvier 2017.

Près de 70 manèges et stands, les

traditionnelles auto-tamponneuses,

la chenille et les nouveautés telles

que le Surf, la Pieuvre ou la Catapulte

Géante seront présents afin de ravir

toute la famille. Les amateurs de

sensations fortes pourront s’offrir des

frissons grâce à des grands manèges,

tels que l’Extrême.

Ouvert tous les jours de 14 h à 23 h

et jusqu’à minuit les vendredis, samedis

et soirs de réveillons. 4 journées

mi-tarif samedi 10 décembre, mercredi

21 et 28 décembre et dimanche 8

janvier. Plus d’infos sur le Facebook

de la Fête Foraine de Limoges.

Parcours de lumières et

petit train

L’office de Tourisme de Limoges avec

le service Ville d’art et d’histoire de la

Ville proposent pour les fêtes de fin

d’année, une multitude d’animations,

balades nocturnes ou visites guidées.

Le petit Train reprend du service et

propose, à son bord, une découverte

du centre-ville et des illuminations

http://www.ville-limoges.fr/index.php/

fr/decouvrir-limoges/ville-dart-a-dhistoire

- www.limoges-tourisme.com

Vivre à LIMOGES 23 Déc. 2016 - N° 111


vie des quartiers

Les seniors ont la possibilité de se

faire inscrire pour le spectacle de fin

d’année, le repas et retirer leur colis de

Noël dans les antennes-mairie aux horaires

habituels d’ouverture. Pour plus

de détails, article en page 15.

bel-air

baudin

landouge

(mairie annexe)

Une sortie sur les bords de Vienne

pour observer les oiseaux est organisée

le 4 décembre à 16 h. Rendez-vous

est donné sur le parking du pont Saint-

Martial. Rens. à l’Office de tourisme.

L’ASC Bellevue-Naugeat propose

des ateliers parents-enfants pendant

la 1 re semaine des vacances de Noël

(du 19 au 23/12 de 7 h 30 à 18 h),

un marché de Noël le 20/12 et un

goûter de Noël le 22/12. L’accueil sera

fermé pendant la 2 e semaine de Noël.

Rens. : 1 allée Rossini – 05 55 33 12 59.

Les petits chanteurs limousins

lancent une grande campagne de recrutement

d’enfants et d’adolescents.

Rens. : 06 58 70 37 52.

Manifestations sportives :

Gymnase Bellevue les 3, 4 et 10 décembre

: matchs de basket régionaux

et départementaux.

Salle municipale des Sœurs de la

Rivières, les 3, 4 et 10 décembre : matchs

de basket régionaux et départementaux

et la ligue féminine 2 à 20 h.

Le 11 décembre : matchs de basket

nationaux U18F et N3F, le 17 décembre,

match de basket régional.

Gymnase Sainte-Claire, les 3, 10 et 11

décembre : compétition de tennis de

table organisée par le comité.

La Bfm centre-ville propose à

l’auditorium Clancier : Juliette et

Roméo par le ballet de Suède le

10 décembre à 16 h.

LIMOGES ouest

la borie

vanteaux

La galerie Délit d’Initiés, 33 avenue

de Louyat, fera l’objet de diverses expositions

du mercredi au vendredi de

15 h à 19 h et le samedi de 14 h à 18 h

sur rendez-vous. Entrée libre.

Rens. : 06 71 37 45 04.

Les travaux de restructuration du

jardin du Puy-Châtu devraient être

terminés fin novembre.

Un concours de belote est organisé

par l’amicale Henri-Lafarge samedi

10 décembre à partir de 14 h au

242 rue François-Perrin. Tarif 8 €/

personne. Rens. : 05 55 01 66 28.

Extension CCM John Lennon

LIMOGES SUD

romanet

Le chantier de l’extension du CCM

John Lennon avance bien, les bâtiments

commencent à sortir de terre.

Le terrain de football de l’Auzette

est en cours de réfection.

L’Intermarché Ventadour recevra

la visite du père Noël samedi

17 et dimanche 18 décembre.

Calendrier 2017 avec la photo de

votre enfant avec le père Noël.

Rens. : 05 55 30 70 40.

Pour les vacances de Noël, l’ASLH

avec CITELS, 38 rue Domnolet-

Lafarge accueille les enfants de 3 à

12 ans, de 11 h 30 jusqu’à 18 h. Activités

culturelles, sportives, créatives,

collectives ou individuelles.

LIMOGES nord

beaubreuil

L’association Beaubreuil Vacances

Loisirs organise un spectacle le mercredi

14 décembre au centre culturel

Jean Moulin (1 € la place).

Rens. : 05 55 35 83 62.

Le CCM Jean-Moulin propose

une comédie musicale Charlie

au pays du Chocolat dimanche

11 décembre à 15 h. Tarif : 16,80 €.

Rens. : 05 55 35 04 10.

Dans la galerie marchande du centre

commercial La coupole sera organisé

un marché de Noël les 28, 29 et 30 novembre

et les 1 er et 2 décembre.

Le réaménagement de la rue du

Mas-Loge devrait débuter courant

décembre.

Le 16 décembre, à 20 h 30, chorale

Les chants fleuris, concert et tombola

dans l’église.

Le comité des fêtes organise le

réveillon de la Saint Sylvestre à la

salle des fêtes de Landouge à partir

de 20 h.

L’association de la retraite sportive

de Limoges (ARS) organise en 2017

dans la salle des fêtes de Landouge,

ses activités sportives/danse, tous

les mardis (hors vacances scolaires).

Rens. : 05 87 70 32 50.

La rue du Mas Loge

les ponts

le sablard

L’association Le sablard pour tous

invite tous ses habitants à fêter Noël

dimanche 18 décembre de 14 h 30 à

18 h à la salle du Mas-Rome pour partager

un goûter, à des jeux récréatifs,

et assister au spectacle des enfants.

Photo de Noël sur facebook : sablard.

pourtous@facebook.com

Mail : sablardpourtous@gmail.com.

Vivre à LIMOGES 24 Déc. 2016 - N° 111


eaune-les-mines

(mairie annexe)

Le GRS Club Limoges organise le samedi 17 décembre

à partir de 14 h au gymnase de Beaune-les-Mines, une

démonstration de GRS, un moment convivial où se rencontrent

les deux secteurs d’activité du club, le loisir et la

compétition. Rens. : 06 16 81 57 97 (D. Tinard, Président).

Les travaux de la rue des Pilateries devraient s’achever

fin décembre 2016.

val de

l’aurence

Lundi 24 octobre dernier a eu lieu la signature d’une

convention de partenariat pour la création d’un club

citoyen au sein du quartier du Val de l’Aurence. Ce club

s’adresse à 24 jeunes des classes de 6 e et de 5 e du collège

Calmette. L’objectif est de permettre aux jeunes de

travailler l’éducation à la citoyenneté dans l’égalité des

chances et la réussite du mieux vivre ensemble. Un atelier

citoyen axé sur la réussite éducative sera mené dans

l’enceinte du collège à raison de 2 séances par semaine

pendant l’année scolaire.

LIMOGES

grand centre

Le premier dimanche matin de chaque mois a lieu un

rassemblement du Rétromobile club du Limousin, place

Marceau à Limoges. Le prochain est prévu dimanche

4 décembre.

Dimanche 11 décembre, l’association des parents d’élèves

de l’école communale Odette Couty organise sa première

bourse aux jouets dans la salle du Chantdorat, 51 rue

Henri-Lagrange de 9 h à 18 h.

En décembre, le 9 (de 16 à 20 h), le 10 (de 10 h à 20 h)

et le 11 (de 10 h à 18 h), le marché de Noël de la Cité des

métiers et des arts, Noël Art’, ouvrira ses portes pour une

dixième édition anniversaire. Venez découvrir les savoirfaire

des métiers d’art de 25 artisans, artistes ou créateurs

du Limousin. À cette occasion, le musée des Compagnons et

des meilleurs ouvriers de France sera ouvert gratuitement

à tous les visiteurs. Jardin de l’Évêché, 5 rue de la Règle.

Rens. : 05 55 33 86 86.

Au pavillon du Verdurier, en décembre : samedi 3 et

dimanche 4, organisation d’une convention de tatouage.

Rens. : Facebook : Limoges Tattoo convention

La Ligue contre le cancer organise une exposition du 10 au

17, de 10 h à 19 h. Rens. : 05 55 77 20 76.

Casse-croûte aux Halles : il est 6 h 30, l’heure idéale

pour passer un bon moment aux halles et discuter avec

les commerçants. Samedi 10/12 - Visite : 1 h30. Tarif : 10 €.

Rens. : www.limoges-tourisme.com.

Le traditionnel marché d’artisans et de producteurs se

tiendra place de la Motte du 9 au 24 décembre.

Le marché des flocons aura lieu le mardi 20 décembre

de 14 h à 18 h à l’espace Lucien Neuwirth. Il est organisé

par le Chapeau magique. Sur place, vente de pâtisseries,

buvette.

Installation du totem indicateur du centre commercial

du Val de l’Aurence en présence de Sarah Gentil, adjointe

au maire en charge de l’artisanat, du commerce et de

l’événementiel et de Marc Bienvenu, conseiller municipal

de quartier du Val de l’Aurence.

LIMOGES est

le vigenal

la bastide

À titre expérimental, l’antenne-mairie est dotée d’une

borne d’accès numérique permettant aux usagers d’effectuer

leurs démarches en ligne auprès de la Ville et de la CAF.

La Bfm de La Bastide propose une exposition autour du

livre conte en haïku. Jusqu’au samedi 10 décembre.

Rens. : www.bm-limoges.fr.

Le déploiement des caméras de vidéoprotection est en

cours dans le quartier de La Bastide.

Vivre à LIMOGES 25 Déc. 2016 - N° 111


en chantier

Lifting complet pour la rue du Mas Loge :

travaux de voirie, d’eau potable et d’éclairage public

Depuis le 14 novembre, la Ville de Limoges, compétente

en matière d’eau potable et d’éclairage public et Limoges

Métropole, compétente en matière de voirie, procèdent à des

travaux d’eau potable, de voirie et d’éclairage public sur la rue

du Mas Loge, dans sa portion comprise entre le giratoire de

Montevert et la rue de l’Abbé-Pierre. Les travaux ont débuté par

le renouvellement de la conduite d’alimentation en eau potable

et des branchements associés, ils devraient s’achever vers la midécembre.

Début 2017, il sera procédé à la réfection de la chaussée, des

trottoirs et de l’éclairage public. La chaussée sera reprise dans

sa globalité avec la réalisation de trottoirs, la création de fosses

de plantations pour des arbres, la mise aux normes pour les

Personne à Mobilité Réduite des arrêts bus et des passages

piétons. Ces travaux s’achèveront au printemps 2017.

Pendant les travaux, et selon les phases de chantier, il y aura

la mise en place d’une circulation alternée. Pour les phases les

plus délicates, il sera procédé à la fermeture momentanée de

la voie et à la mise en place d’une déviation par la rue Jeande-Vienne,

la rue Dumont-Durville et l’avenue de Landouge.

Les accès piétons aux propriétés riveraines seront maintenus

pendant toute la durée du chantier, les accès véhicules des

riverains seront, dans la mesure du possible, maintenus ou

rétablis en soirée.

Le coût global du chantier s’élève à 700 000 €.

Terrain de footbal de l’Auzette

ça bouge

Aujourd’hui, le terrain de football stabilisé de l’Auzette ne correspond

plus aux normes actuelles. La municipalité a décidé de procéder

à sa transformation afin d’en faire un terrain engazonné,

respectant les dimensions aux normes 105-68 (niveau E5). Ce nouveau

terrain permettra d’offrir aux clubs une qualité et un confort

de pratique renouvelés et de désengorger le site de Saint-Lazare.

L’actuel terrain gazonné sera utilisé prioritairement pour les entraînements.

Les travaux comprennent : le terrassement complet

de la plate-forme et de ses abords, un système de drainage

et un système d’arrosage, l’apport de terre végétale et l’engazonnement,

l’installation de pare-ballons le long de la rivière et derrière

les buts, l’installation d’une main courante autour du terrain,

la rénovation des allées suite aux interventions sur les réseaux

souterrains, la rénovation de la passerelle et la réfection à neuf

de l’éclairage du terrain. Le terrain sera disponible pour l’ouverture

de la saison sportive 2017/2018 (fin août). Ce terrain sera

accessible uniquement aux clubs et principalement au club résident

du site, l’Alouette foyer club rive gauche, section football.

Le montant des travaux s’élève à 702 000 € TTC entièrement

pris en charge par la Ville de Limoges.

Place Manigne,

premières découvertes archéologiques

Des fouilles archéologiques préventives, menées en amont

du projet d’aménagement de la SELI par le bureau d’études

Éveha, ont débuté mi octobre entre la place Manigne et la

rue des Petites-Pousses. Elles ont d’ores et déjà permis de

découvrir des traces d’occupations des IX e -X e siècles et des

XIII e -XIV e siècles. Une portion des fondations du rempart

médiéval du « Château » de Limoges, construit au XIII e

siècle, a ainsi été dégagée. Les études se sont poursuivies

sur le site jusqu’au 18 novembre.

Les derniers travaux de la phase démolition et de remise en état

du site prendront le relais à la suite des fouilles archéologiques

et se dérouleront au mois de décembre par la SELI.

Place Manigne, le chantier des fouilles a révélé des portions des

fondations du rempart du Château de Limoges du XIII e siècle

© Éveha

Vivre à LIMOGES 26 Déc. 2016 - N° 111


4 novembre 2016 : état des lieux dressé par Christian Birbaud, directeur régional d’Eiffage, et Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges

Beaublanc :

la note sera salée…

Entre 7 et 10 millions de travaux HT qui viennent s’ajouter aux 52 millions TTC dont la Ville

a déjà payé une partie, et une ouverture prévue à l’été 2018 : ce sont les deux principales

informations qui ressortent de l’état des lieux dressé par le maire, Émile Roger Lombertie et

le directeur régional d’Eiffage, Christian Birbaud, à la veille de la reprise des travaux sur le

chantier du grand demi-stade.

Un état des lieux qui a permis de dresser

plusieurs constats et de mettre fin

à quelques rumeurs qui se nourrissaient

notamment de l’inactivité apparente

de ce chantier. « En fait, dès

que les premières fissures sont apparues,

en février 2014, nous avons été

obligés de reprendre les études pour

en déterminer la cause. L’activité autour

de ce chantier ne s’est donc jamais

arrêtée » indique Christian Birbaud.

Parallèlement, tandis que la Ville commandait

des études complémentaires

pour s’assurer de la fiabilité du projet,

la maîtrise d’œuvre enregistrait la défaillance

en cascade du bureau allemand

et de ses sous-traitants français

et sans doute asiatique, à l’origine des

calculs défectueux. « En 28 ans de carrière,

je n’avais jamais vu cela » devait

avouer Christian Birbaud. Et ce d’autant

que la Ville de Limoges n’était

pas la seule « victime » de ce bureau

d’études : à Strasbourg comme à Toulouse,

deux gros chantiers étaient

stoppés pour la même raison, à la

même époque, pour des erreurs commises

par le même bureau !

144 « points de faiblesse »

Cette série noire obligeait la Ville à

trouver un accord avec les divers partenaires

de l’opération pour se substituer

au bureau défaillant, reprendre

les études complémentaires et les mener

à bien.

Ce n’est donc qu’en novembre de l’année

dernière que l’ensemble des 144

« points de faiblesse » était répertorié et

que la Ville pouvait demander la mise en

place d’une maitrise d’œuvre de réparation/renforcement

et la confier à Eiffage

(en fait à son bureau d’études SETEC)

Vivre à LIMOGES 27 Déc. 2016 - N° 111


et à l’aval du bureau de contrôle Véritas.

À l’heure où ce journal était mis

sous presse, ces études et leur validation

étaient en cours de finalisation et

les travaux de réparation / renforcement

en cours de chiffrage.

Entre 7 et 10 millions HT

de coût supplémentaire

Et maintenant ? Si la situation sur le

plan technique est relativement claire

et la voie bien tracée, elle l’est beaucoup

moins sur le plan financier.

Sur le plan technique tout d’abord :

une fois l’ensemble des solutions

validées par le bureau de contrôle, les

travaux de réparation / renforcement

pourront commencer, normalement

en février prochain, suivi des travaux

d’achèvement. Il faudra compter

18 mois de délai ce qui laisse espérer

une mise en service à l’été 2018.

Sur le plan financier ensuite : contrairement

à ce qui a été annoncé aux

Limougeauds, quand la décision

de construire ce stade a été prise,

le chantier dans sa totalité a été

chiffré dès l’origine à 43,1 millions

d’euros HT (soit 51,7 millions TTC) et

non à 35 millions d’euros HT comme annoncé

par la précédente municipalité.

Encore faut-il savoir, de plus, que ce

coût de 43,1 millions d’euros ne comprenait

pas 630 000 euros d’aménagements

connexes divers.

Il faut désormais ajouter à ce total un

surcoût qui devrait être compris entre 7 et

10 millions d’euros HT que la Ville devra

prendre à sa charge, quitte à se retourner

ensuite contre les assurances. De fait, c’est

la seule solution pour éviter de longues

années de délais supplémentaires consacrées

aux procédures et procès divers

pendant lesquelles le chantier serait totalement

arrêté et les travaux déjà réalisés

progressivement réduits à l’état de ruines.

Sur le plan des assurances, enfin : la Ville

peut-elle espérer un remboursement des

sommes qu’elle va engager ? Il faut l’espérer

mais il est vraisemblable qu’une

longue bataille d’experts va s’ensuivre.

De fait, il est apparu que les erreurs de

conception et de calcul n’étaient pas

comprises dans le contrat d’assurance

« tous risques chantiers » pris par la Ville

en 2012. La question d’un éventuel remboursement

reste donc entière.

Une chose est certaine : un demi-stade

– car c’est bien de cela qu’il s’agit – dans

une ville où il n’existe pas de club pour le

faire vivre et dont le prix final sera compris

– selon les hypothèses – entre 60 et

64 millions d’euros TTC, voilà qui va peser

lourdement sur les finances déjà tendues

de la Ville.

Chronologie

d’un chantier à problèmes…

A l’origine :

De 2007 à début 2010 : études

de programmation – lancement du

concours de maîtrise d’œuvre.

Fin 2010 : attribution de la maîtrise

d’œuvre au groupement Atelier

Ferret, Architecture Bordeaux, qui

regroupe notamment RFR Gmbh

Stuttgart (qui sous-traite les calculs

de structure à RFR GO+) ainsi que

divers bureaux d’études – économiste,

acoustique, second œuvre…

Début des terrassements généraux :

novembre 2012.

Février 2014 : apparition de fissures

en face inférieure des consoles du

balcon du gradin supérieur, dix mois

avant la livraison finale de l’ouvrage.

Juin 2014 : confirmation par le bureau

de contrôle technique structures

- Véritas - de l'erreur de calcul ;

constat : un sous-dimensionnement

des ferraillages du béton. Les travaux

sont suspendus à proximité des

consoles sinistrées.

Parallèlement, déclaration de sinistre

par Atelier Ferret à sa compagnie

d’assurance Mutuelle Architectes

France (MAF) et déclaration de sinistre

par la Ville à MARSH / RSA

courtier / assureur « tous risques chantier

» (TRC) de l'opération.

Analyse des clauses du contrat d'assurance

par l’assureur de la Ville :

les erreurs de calcul des concepteurs

ne sont pas prises en compte dans ce

contrat d’assurance.

Analyse par un cabinet d’avocats qui

confirme cette situation.

Août 2014 : liquidation de RFR GO+

(bureau d’études béton, sous-traitant

de RFR Gmbh Stuttgart). Rendue

méfiante après le constat d’erreur de

calcul pour les consoles, la Ville demande

à la maîtrise d'œuvre (Atelier

Ferret) de faire contrôler l'ensemble

de la structure béton et de proposer

une solution de réparation des

consoles fissurées (étayées à titre de

précaution).

Fin 2014 - début 2015 : Atelier Ferret

informe la Ville qu'une dizaine de

points de faiblesse nouveaux ont été

décelés, en plus du sinistre consoles,

sans que ces défauts soient visibles

(pas de dégradations ni fissurations

visibles). Nouvelle planification de la

progression du chantier hors zones

impactées par ces faiblesses.

Fin janvier 2015 : liquidation de RFR

Gmbh Stuttgart co-contractant de

Atelier Ferret ; RFR SAS perd son

lien juridique avec l'opération et les

études béton commanditées par ces

cabinets - étude globale et calculs de

réparation des consoles - perdent aussi

leur liens avec le dossier.

Vivre à LIMOGES 28 Déc. 2016 - N° 111


Après validation par le bureau de contrôle, les travaux de réparation / renforcement pourront normalement reprendre en février 2017

pour une ouverture prévue au cours de l’été 2018

Échanges avec le cabinet Ferret pour

constitution d’une nouvelle stratégie

d’ingénierie.

Juillet 2015 : à la suite d’une nouvelle

mise en demeure de la Ville au cabinet

Ferret, l'assureur de ce dernier

prend en charge cette mission et la

confie à SETEC tpi, bureau d’études

structure parisien de renommée

internationale (montant de l’étude :

120 000 € HT), lancement de l’étude

en août 2015.

Octobre - Novembre 2015 : restitution

de l’audit général béton : effectivement

les erreurs de calcul sont

nombreuses.

Le diagnostic, s'il affirme que l'ouvrage

est réparable, aggrave néanmoins

les diagnostics précédents ;

12 typologies d’erreurs impactent

l’ouvrage qui entraînent environ 150

points de travaux de renforcement.

Cette situation conduit à l’édition d’un

nouveau planning qui décale les opérations

de finition à l’exécution des

confortements.

Novembre 2015 - Janvier 2016 :

la Ville demande à Atelier Ferret de

mettre en place une maîtrise d'œuvre

de calcul béton de réparation / renforcement.

Pour avancer, la ville accepte un portage

de ces études par SETEC tpi,

comme sous-traitant de Eiffage, financées

par tiers par Ferret, Véritas et

Eiffage – entreprise en charge du gros

œuvre béton - sans reconnaissance

de responsabilité (250 000 € HT

d’études - calculs et plans - et environ

20 000 € HT de synthèse). Ce dispositif

est validé par le Conseil municipal

du 24 mars

Ces études, initialement prévues

d'avril à septembre 2016 sont actuellement

en cours de finalisation ;

Eiffage / SETEC a diffusé tous les

plans le 4 novembre. Parallèlement

Eiffage chiffre les travaux de réparation

(estimés à plusieurs millions

d'euros compris frais d'ingénierie).

Il reste toutefois la phase capitale

de vérification des plans de Eiffage /

SETEC par Véritas, étape décisive et

en cours pour la suite de l’opération.

Conseil municipal du 28 septembre

2016 : un protocole d’accord est

validé sur le financement des

études pour les travaux de réparation

et de renforcement. Les honoraires

demandés par Atelier Ferret

(395 000 € HT) seront préfinancés

à moitié par la Ville de Limoges, sans

reconnaissance de responsabilité.

Ce protocole prévoit l’établissement

des plans, des descriptifs, des estimatifs

et des quantitatifs des travaux de

reprise des ouvrages de second œuvre

impactés par les réparations / renforcements

et le suivi des travaux. Ensuite,

à validation des estimatifs travaux et

du portage financier, il prévoit les travaux

de réparation / renforcements et

la reprise des travaux de finition.

Bilan juridique : le 19 février 2016 -

un recours est engagé par la Ville à

l'encontre de l'assureur tous risques

chantier RSA au tribunal administratif.

Cet assureur propose 350 000 €

pour la réparation des consoles et

pour solde de tout compte alors que

cette seule réparation a été chiffrée

à environ 1,5 millions d’euros (en attente

du jugement du T.A. à ce jour).

Les recours à l'encontre des bureaux

d’études, maître d’œuvre, bureau de

contrôle et leurs assureurs sont en

cours d’engagement.

Depuis la confirmation du sinistre au

printemps 2014, 227 courriers ont

été envoyés par la Ville aux différents

partenaires (soit 1 tous les trois

jours et 3060 mails ont été échangés

sur la seule messagerie du DGA en

charge du pilotage du dossier.

Vivre à LIMOGES 29 Déc. 2016 - N° 111


culture

Quand la Chine s’éveille

à Pierre Christel

Limoges, capitale mondiale des Arts du feu, est une nouvelle

fois adoubée par ses pairs. Le mois dernier, deux œuvres de

l’émailleur limougeaud Pierre Christel se sont envolées pour

l’empire du milieu.

Cette histoire a tout d’un conte de

fées, Pierre Christel lui même en parle

encore avec une certaine émotion

dans la voix. Le mois dernier, une

délégation chinoise du Sino Foreign

Enamel Museum de Pékin était en

visite au musée des Beaux-Arts de

Limoges afin de découvrir la très

riche collection d’émaux (plus de 600

pièces) que le musée abrite. Arrivés

devant les pièces de Pierre Christel,

les représentants chinois sont

littéralement tombés en admiration

devant la maîtrise technique du geste

de l’artiste et la beauté du travail du

noir de l’émail, un savoir-faire propre

à l’émailleur.

Trois petits tours et puis s’en vont

« Ensuite, tout est allé très vite », explique

Pierre Christel. « Véronique Notin,

conservatrice du musée des Beaux-

Arts, leur a donné mes coordonnées.

J’ai été contacté par un intermédiaire

chinois, de Paris, qui souhaitait faire

l’acquisition de plusieurs pièces. Malheureusement,

j’ai très peu de modèles

disponibles d’avance. Je leur ai fait

parvenir un CD avec les deux vases

ci-contre. Dès qu’ils ont vu les photos

sur le disque, ils ont été emballés

et tout s’est enchaîné. Dans la même

journée, une personne descendait de

Paris avec une valise sécurisée, emballait

soigneusement les deux œuvres,

et repartait aussitôt en direction de

la capitale. Véronique Notin m’avait

prévenu des prises de décisions rapides

des chinois, mais à ce point, j’en

suis encore tout surpris », confie Pierre

Christel.

Les deux vases vont figurer dans

une exposition pendant tout le

mois de novembre au musée de

Pékin et feront ensuite partis des

collections permanentes du musée.

Pour Pierre Christel, concepteur et

créateur infatigable du travail de

l’émail depuis 1990, c’est une belle

reconnaissance. Lauréat en 2005

de la Fondation Liliane Bettancourt

du « Prix pour l’intelligence de la

main » Pierre Christel expose dans de

nombreux musées ; Salou (Espagne),

l’Ermitage à St Petersbourg (Russie),

la maison Sotheby’s (Paris)...

Atelier Pierre Christel, 15 bd Louis-

Blanc à Limoges - 05 55 14 66 59

© Daniel Borie © Daniel Borie

Danse : Limoges confirme

La Ville de Limoges est une place forte

de la danse contemporaine depuis

30 ans avec notamment la biennale

Danse émoi dont la 1 re édition date de

1987. En 2001, l’État, la Région et le

Département ont décidé de soutenir

cette action, c’est la naissance de la

Scène Conventionnée pour la Danse.

C’est une reconnaissance du travail

accompli par les équipes des centres

culturels, ses directeurs, Hubert

Bonnefond et Michel Caessteker,

ses équipes techniques et le

programmateur Jacques Benaud qui

a défendu ce projet pendant plus de

20 ans. Les plus grands chorégraphes

sont venus à Limoges, Maguy Marin,

Claude Brumachon, Jean-Claude

Gallota, Olivier Dubois… Ce travail

s’est construit dans une perspective

de rendre la danse contemporaine

accessible au plus grand nombre et

notamment les jeunes. La Ville de

Limoges souhaite continuer cette

action concertée en concluant une

convention quadriennale 2016 – 2019

avec l’État, la Région et le Département.

Cette nouvelle convention permet

d’apporter un soutien financier cumulé

de 121 000 € par an et de s’inscrire

dans une politique culturelle de qualité.

La Scène Conventionnée pour la danse

ce sont 23 spectacles programmés

avec un total de 7 818 spectateurs pour

51 représentations en 2016 et un

enseignement artistique, 612 heures

d’ateliers et stages en 2016 pour

230 participants, des coproductions

et des résidences, des festivals, des

partenariats. L’engagement de la Ville

de Limoges est fidèle, important pour la

présence de cette discipline artistique

dans la Région et le Département de la

Haute Vienne.

Vivre à LIMOGES 30 Déc. 2016 - N° 111


Tous unis, de concert

Tous les deux ans, la Ville de Limoges accueille des musiciens

issus des conservatoires de ses villes jumelles pour un

concert fraternel. Chacune des villes (Fürth, Pilsen, Charlotte,

Grodno, Seto, Ichéon et Limoges) choisit en amont une

musique d’un compositeur représentant son pays. Les jeunes

musiciens répètent dans leurs contrées respectives avant

de se retrouver tous à Limoges le 9 décembre prochain,

pour jouer ensemble ce programme éclectique et international

sur le thème La musique de ballet. Le 14 décembre, les

enfants qui fréquentent les centres de loisirs de la Ville de

Limoges pourront assister à la répétition générale.

Mercredi 14 décembre à 20 heures, sur la scène de l’Opéra de

Limoges, 65 jeunes musiciens seront réunis afin d’interpréter

ce programme musical dirigé par Alain Voirpy, directeur du

conservatoire de Limoges, chef des orchestres symphonique

et symphonique junior, et Marie-Catherine Voirpy, flûtiste

et chef des orchestres d’harmonie et d’harmonie junior

du conservatoire de Limoges. Le même programme sera

donné jeudi 15 décembre à 20 h 30 dans la salle des fêtes

de Chabanais. Entrée libre, dans la mesure des places

disponibles. Ouverture de la billetterie le 29 novembre à

12 h 30 à l’Opéra - www.operalimoges.fr

Le programme musical de chaque ville

Limoges : Debussy - prélude à l’après-midi d’un faune

Fürth : Beethoven - créatures de Prométhée (Ballet)

Pilsen : Dvorak - danses slaves opus 46 n° 2 et n° 4

Charlotte : Copland - Appalachian Spring (extraits du ballet)

Pour Grodno : Yaskoï - adagio

Pour Seto: Mayuzumi - Bugaku

Pour Ichéon : Trad. - Arirang

Conception : Ville de Limoges - Direction de la communication

Ville de

Limoges

Art nOmad - un sublime de voyage

En octobre 2015, Art nomad lançait sa première biennale itinérante d’art contemporain reliant Arnac-la-Poste

à Venise et présentant les œuvres d’une vingtaine d’artistes internationaux. Retour sur un parcours initiatique à

découvrir à la Bfm multimédia du 10 décembre au 11 février 2017.

Le hall de la Bfm multimédia servira

d’écrin aux œuvres de l’exposition

Art nOmad : un sublime de voyage

qui revient sur le voyage initiatique

et les rencontres artistiques d’une

performance processionnelle de 27

personnes, ralliant Arnac-la-Poste à

Venise en 2015, sous le commissariat

de Paul Ardenne. Le projet éditorial

retrace, avec Clorinde Coranotto et

l’équipe de l’ENSA Limoges, cette expérience

artistique, pédagogique et

humaine par une installation à la fois

thématique et chronologique.

Art nOmad, c’est quoi ? Un centre d’art

d’intervention et de recherche en entremétologie

né en 1999 à Arnac-la-Poste.

Son but, promouvoir l’art contemporain

sous toutes ses formes et amener tout

individu à l’appréhender de façon ludique

et expérimentale. Il dispose pour

cela d’un outil d’expression et de formation

novateur, sur mesure et unique en

France : le véhicule art nOmad. Conçu

comme une scène qui s’ouvre sur le

public, il sillonne les territoires (limousin,

français et étranger) en transportant

à son bord des œuvres d’artistes

(projections vidéo notamment), de la

documentation spécifique et tout le

matériel nécessaire à la pratique des

arts plastiques. C’est aussi un lieu de

résidence d’artistes embarquée. Art

nOmad intervient dans les écoles,

les médiathèques, les établissements

spécialisés... et même chez l’habitant !

Rens : www.bm-limoges.fr - https://

biennaleartnomad.wordpress.com

Vivre à LIMOGES 31 Déc. 2016 - N° 111


tribunes libres

Cette double page du magazine est ouverte aux

membres des groupes politiques qui peuvent s’y exprimer

librement. Les textes sont respectés à la virgule près et

chacun s’exprime sous sa seule responsabilité.

Socialistes, écologistes, personnalités et gauche progressiste

Foire expo, un trou de 190 000 € dès la première

année.

L’association Foire Exposition de Limoges et du

Limousin organise la foire de printemps et gère

tout au long de l’année les locations d’espaces

du Parc des Expositions. Elle est présidée par un

élu mandaté par la Ville.

Ainsi Mme Piquet-Lavaire, conseillère municipale

déléguée, a-t-elle été élue Présidente au

lendemain des élections municipales. Aussitôt,

la nouvelle Présidente négocie le départ du directeur

en place, qui n’a pourtant pas démérité,

pour recruter à grand fracas M. Jackie Nicoud,

oiseau rare et homme providentiel : il « donnera

un nouveau souffle à la foire » ; « il a des objectifs

ambitieux » ; « la renaissance ! » sera son slogan.

L’ambition affichée est d’augmenter aussitôt de

30 % la fréquentation de la foire. Les éditions

précédentes accueillaient environ 75 000

visiteurs. Pour 2015 et 2016 ce sera 100 000,

peut-être beaucoup plus…

D’emblée, la municipalité claironne que l’objectif

est atteint.

Hélas, les chiffres ont été manipulés ! Au cours

d’une interview, une adjointe au maire reconnaît

la catastrophe : l’édition 2016 n’a attiré en réalité

que 42 000 visiteurs !

À l’heure des comptes de la saison 2014/2015

(enfin présentés avec un an de retard le 21 septembre

2016), les administrateurs de l’association

découvrent avec stupéfaction un déficit

de 190 000 € dès le premier exercice. Aucune

explication sérieuse n’est apportée ni par

M. Nicoud, Directeur, ni par Mme Piquet-Lavaire,

Présidente. Cette dernière affolée démissionne,

le Directeur est licencié. La Ville envisage de

privatiser la Foire Expo. De vives inquiétudes

planent sur l’association et surtout sur l’avenir

des trois autres salariés, qui n’y sont pour rien.

Questions: qui a approuvé ces dépenses inconsidérées?

Où est passé cet argent, et que disent

les comptes 2015/2016, dont l’exercice est clos?

Proposition : un audit de gestion indépendant

éluciderait le mystère et désignerait clairement

les responsables…

Le Maire exige des associations de notre Ville,

même les plus petites, même les plus altruistes,

des « règles de gestion exemplaires » (sic). Un

formalisme tatillon qui sert de prétexte à des

baisses de subventions injustifiées. Et si les élus

de la majorité municipale donnaient l’exemple ?

Salles Blanqui : un coup dur supplémentaire

pour les associations.

La municipalité a décidé de fermer les salles

Blanqui à la fin de l’année 2016, au prétexte

de loger les services informatiques de la Ville.

Pourtant, Limoges Métropole a libéré des emprises

importantes à deux pas de l’Hôtel de Ville.

Ces salles accueillaient depuis des décennies, à

titre gratuit, divers événements (réunions, conférences,

débats publics, concours) organisés par

les associations, les clubs, les syndicats et même

les administrations. Ces salles ont un rôle essentiel

dans la vie citoyenne et associative de

Limoges.

La municipalité exile les usagers dans d’autres

salles, excentrées, peu disponibles, mais surtout

payantes. Il n’y a pas de petits profits.

Stationnement : payer plus pour se garer loin !

Cette année, 1900 places de stationnement

gratuites sont devenues payantes.

L’an passé, la municipalité avait voté de fortes

augmentations des tarifs de stationnement allant

jusqu’à 70%, tout en enterrant en douce

l’inefficace gratuité du samedi.

Pour 2017, la municipalité programme déjà

l’extension du stationnement payant vers de

nouveaux secteurs. De quoi augmenter encore

joliment les recettes, qui représentent déjà une

manne de 3 millions d’euros par an.

Cette politique pénalise fortement celles et

ceux qui travaillent à Limoges et doivent aujourd’hui

perdre une partie de leur salaire en

stationnement. Cela risque de fragiliser davantage

l’activité du centre-ville, de le vider de ses

visiteurs, de préjudicier encore aux commerces :

les consommateurs préfèreront les zones gratuites

en périphérie de la ville.

Le tout-payant : voilà le credo libéral de la municipalité.

Philippe Reilhac, Marie-Paule Barruche, Catherine Beaubatie, Stéphane Destruhaut, Geneviève Manigaud,

Marie-Anne Robert-Kerbrat, Alain Rodet, Sandrine Rotzler, Bernard Vareille.

groupe.opposition.limoges@gmail.fr - 05 55 45 63 66 - blog : www.eluspslimoges.worpress.com

Limoges Bleu Marine

L’enfumage se dissipe

Interrogé le 27/10 sur son choix en cas de second

tour opposant Marine Le Pen à François

Hollande en 2017, Nicolas Sarkozy, dont le relais

local n’est autre que le premier adjoint au Maire

de Limoges, Guillaume Guérin, a répondu clairement

qu’il voterait pour le président sortant.

Maintenant que la situation est clarifiée nous

ne sommes plus prêts à assister à la comédie du

conseil municipal limougeaud où les conseillers

de L’RPS font semblant de s’écharper alors qu’en

final ils se rallient contre le FN. Cette belle unanimité

s’est d’ailleurs retrouvée tout récemment

dans l’absence totale d’élus locaux, autre que

FN, à la manifestation de soutien à nos policiers.

Et que l’on ne nous parle pas de récupération.

Tous les partis en étaient informés et personne

n’empêchait les citoyens conseillers municipaux

de s’y rendre.

Abattoirs.

Vos élus municipaux FN tiennent à exprimer leur

profonde émotion face aux constatations faites

dernièrement au sein de l’abattoir municipal.

Nous sommes stupéfaits par les déclarations de

son directeur, mais aussi par celles des responsables

politiques à la tête de la municipalité.

Le bien-être animal n’est ni légal ni illégal ... Il est

juste naturel.

Nous exigeons que les mesures soient prises sur

les chaînes d’abattage pour que les pratiques

révoltantes qui s’y déroulent soient définitivement

stoppées. Le matériel défectueux doit être

remplacé et les pratiques cruelles doivent être

bannies.

Il serait aussi judicieux d’installer au poste de

Directeur, une personne ayant un minimum de

connaissance dans l’élevage, l’abattage et la

découpe des animaux de consommation mais

aussi sensibilisée aux conditions des animaux,

ce qui n’est pas le cas actuellement.

Nous nous étonnons tout autant de la position

extrémiste de Madame Robert-Kerbrat, conseillère

municipale écologiste de Limoges, poussant

des cris d’orfraie après nous avoir gratifié d’un

silence assourdissant depuis le début de son

mandat pour ce qui concerne les abattages rituels,

consistant à égorger les animaux sans aucun

étourdissement préalable, pratiqués pourtant

dans ces mêmes abattoirs…Pratiques que

nous, nous dénonçons depuis toujours.

Nous réaffirmons notre soutien à la filière

viande dont les professionnels locaux ne sont ni

à mettre en cause ni à blâmer.

Vincent Gérard, Christine Marty, Pierre Lafond

39 rue Pétiniaud Dubos 87100 Limoges - 06 65 86 46 87 / 05 55 02 04 64 - fn87@frontnational.com

Vivre à LIMOGES 32 Déc. 2016 - N° 111


Limoges Terre de gauche

Budget 2017 : la « douloureuse » pour les limougeauds

L’austérité encore et toujours ! S’appuyant

sur la baisse de la dotation globale de fonctionnement

attribuée par l’état aux collectivités

locales, le maire et son équipe ont présenté

la « douloureuse » aux limougeaud(e)s

lors du récent débat d’orientations budgétaires.

La municipalité serait placée selon eux devant

un choix cornélien : soit « une réduction des dépenses

impossible à réaliser sans une remise

en cause drastique de l’offre de services de la

ville » soit « l’autre solution consistant à utiliser

le levier de la fiscalité ». Traduction : il faudra

vous contenter de moins ou payer plus d’impôts.

On ne peut être plus clair.

Après la fin de la gratuité des activités périscolaires,

la baisse ou l’arrêt des subventions en

faveur du monde associatif, les musées devenus

payants, l’augmentation du tarif des parkings,

attendez-vous à de nouvelles mauvaises surprises.

Tout ça pour votre bien assurément ...

La baisse des dotations est certes réelle. Et tirer

à boulets rouges sur le gouvernement pourrait

s’entendre si les propres amis de l’équipe municipale

ne promettaient pas de serrer encore plus

la vis si par malheur ils arrivaient à la tête du

pays. Mais prétendre que là est la cause de tous

les malheurs est un peu juste.

Il manquera certes 1, 7 million d’euros de DGF

en 2017. Est-ce à l’usager des services publics

municipaux ou au contribuable limougeaud d’en

faire les frais ? Assurément non. Un budget si

grandes soient les contraintes est avant tout

une affaire de choix. Financer un tournoi de tennis

à hauteur de 200. 000 euros n’est pas opportun.

Ambitionner de redonner tout son lustre

à la foire exposition et se retrouver face à un

déficit abyssal interroge. Investir massivement

dans une vidéo surveillance qui ne règle en rien

les questions d’insécurité aussi. Provisionner des

millions d’euros pour une lgv Limoges-Poitiers

qui ne se fera pas est un gâchis. On pourrait

multiplier les exemples…

Gilbert Bernard, Danielle Soury, Frédéric Chalangeas

infos@limogesterredegauche.fr – 05 55 45 63 67 - www.limogesterredegauche.fr

Majorité municipale

« Une petite impatience ruine un grand projet. » Confucius

Depuis de nombreuses semaines, vous entendez

parler du devenir de la Communauté d’Agglomération

Limoges Métropole. Passer en Communauté

Urbaine ou pas, telle serait la question.

Comme je vous le disais dans une précédente

tribune, ce n’est justement pas là la question.

Passer en Communauté Urbaine serait certainement

une bonne chose, à terme. Encore faudrait-il

lever un certain nombre de doutes, d’interrogations.

Or, le seul argument aujourd’hui

présenté par les partisans du passage forcé en

Communauté Urbaine, c’est la dotation complémentaire

de l’État, dotation restant encore à

définir tant par sa taille que par sa durée.

Sous l’impulsion de notre Maire et des élus communautaires

de la majorité municipale, nous

avons obtenu une avancée : discuter d’un projet

commun.

Vous me direz, il était temps. C’est parce que

nous n’avons pas cédé à l’impatience qu’une

Conférence des Maires a été créée, ainsi que

des commissions de travail sur la gouvernance,

le projet de territoire ou bien encore le devenir

des compétences. C’était ce que nous demandions

depuis presque deux ans et demi…

Pour autant, tout reste encore à faire, à discuter,

à élaborer.

Nous participons à ces commissions, nous en

co-présidons même certaines, tout ça dans un

but clair : imaginer notre communauté de commune

de demain.

Alors, si nous ne passons pas en Communauté

Urbaine dès le 1 er janvier 2017, que va-t-il se passer

? Est-ce que ce sera la fin ? Serons-nous rayés

de la carte des pôles urbains qui comptent ?

Ne pourrons-nous plus obtenir ce statut ?

Le dynamisme ne se décrète pas par un titre. Ce

n’est pas parce que l’on dit : « je suis le meilleur »

que pour autant on l’est. Ce ne serait pas parce

que nous serions titrés « Communauté Urbaine »

que notre rayonnement en serait changé.

En revanche, un territoire avec un projet véritable,

une harmonie de décisions, une gouvernance

coordonnée et partagée, oui, peut faire

la différence.

La précipitation n’est pas un gage de réussite et

l’argent ne peut être une raison suffisante.

Aujourd’hui, nous voulons une Communauté Urbaine,

mais une CU construite, avec des limites

territoriales et de véritables perspectives. En

sommes, nous, nous pensons à demain : c’est

toute la différence qu’il y a entre de la gestion et

une vision ! C’est tout l’espoir que nous portons.

« La joie est notre évasion hors du temps. »

Simone Weil

Après l’espoir la joie.

Tout d’abord, celle des riverains et commerçants

des rues du Clocher, du Consulat, Ferrerie et

du Temple, parce que notre grand chantier des

rues piétonnes arrive dans sa dernière phase.

Les premiers pavés sont enfin apparus et force

est de constater que le choix que nous avons fait

ensemble sera du plus bel effet pour tout le secteur

piétonnier.

Encore quelques mois de patience, pour un résultat

qui vous satisfera, je n’en doute pas.

Ensuite, celle que donne tout grand projet

quand il est lancé. La rénovation de la place de

la République est en marche. Et, après plusieurs

mois de dialogue compétitif, les grandes lignes

sont enfin connues pour ce qui était un de nos

engagements, là encore, avec la concertation la

plus large.

Les ateliers et rencontres vont continuer, en

attendant les premiers travaux qui mettront, là

encore, en valeur notre cité, son patrimoine et

un de ses espaces majeurs.

Enfin, celle que l’on peut voir dans les yeux des

enfants, brillants et malicieux à l’approche des

fêtes.

Car cette année encore, la fin d’année sera

belle à Limoges. Le marché de Noël, que plus

de 500 000 visiteurs ont parcouru l’an passé,

sera encore une grande réussite.

Entre les nombreux chalets, les jeux et activités,

nous serons encore nombreux à venir y trouver

le cadeau qui nous manquait ou boire un chocolat

chaud entre amis.

Et puis, je ne pouvais terminer cette tribune sans

vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année.

En famille, entre amis, j’espère qu’elles seront

heureuses, avec une pensée particulière pour

celles et ceux qui n’auront pas la chance qu’elles

soient aussi joyeuses qu’ils seraient en droit de

l’attendre.

A l’année prochaine…

Vincent Léonie @vincentleonie et les membres de la majorité municipale

aimons_limoges@ville-limoges.fr - lesrepublicains87@gmail.com

Vivre à LIMOGES 33 Déc. 2016 - N° 111


associations

Des plongeurs mobilisés pour nettoyer la vienne

Le comité départemental de plongée

sous-marine de la Haute-Vienne

(CODEP87) fédère 13 clubs dont 11

sur la ville de Limoges. Dédiés aux

plongeurs confirmés, mais aussi aux

débutants, le comité compte près de

600 licenciés qui peuvent pratiquer

en toute sécurité la plongée avec des

bouteilles, l’apnée, ou bien encore la

nage avec palmes par exemple.

Pour les curieux qui hésitent à s’inscrire,

les clubs de plongée affiliés

proposent gratuitement des séances

d’initiation en piscine ; une occasion

d’essayer et de découvrir la pratique

de cette activité sportive.

Le CODEP 87propose également de

nombreux stages et des formations au

secourisme ou à la biologie sous marine

notamment. Adhérent à la Fédération

française d’études et de sports

sous marins (FFESSM), le CODEP 87

organise un grand nombre de sorties

pour des séances de plongée à la mer

ou dans d’autres milieux aquatiques.

En matière de développement durable,

les clubs de plongée ont aussi

choisi de s’impliquer en faveur de la

préservation de l’environnement.

Samedi 19 novembre, une opération

intitulée Limoges / Vienne

propre était organisée. « Nous nous

sommes souvent demandés pourquoi

ne pas nous regrouper pour

nettoyer un coin de rivière au pied

du pont ou sur la berge », explique

Sébastien Allègre, Président du comité

départemental. « Dans cet esprit, le

CODEP87 a mobilisé ses troupes pour

préserver l’environnement. »

25 plongeurs et de nombreux bénévoles

se sont ainsi relayés dans l’eau

et sur les berges pour nettoyer la

vienne et sortir de l’eau « ce qui n’avait

rien à y faire ». Pour assurer la sécurité,

les pompiers de la section plongée

du SDIS 87 étaient aussi mobilisés.

Renseignements :

www.codep87.fr - www.ffessm.fr

Des séances d’initiation

gratuites en piscine

le plaisir des mots,

La convivialité des échanges

L’association encrier 87 propose chaque semaine, des ateliers

d’écritures spontanés, avec un maître mot : le plaisir.

Tout l’intérêt de ces ateliers résident dans l’approche de

la langue qu’ils proposent. Ces ateliers permettent à chacun

des participants de changer sa relation à l’écriture, de

surmonter des difficultés à écrire ou de trouver un style

personnel et authentique. Ils invitent les participants à coucher

sur le papier leurs émotions, leur univers et leurs mots

pour que lettre après lettre une histoire s’écrive. Comme en

témoignent les participants, « l’atelier , c’est une parenthèse

dans nos maux de tous les jours où nos mots vagabondent ».

« On joue sur les mots , on mijote de petits textes et on rit

de bon cœur ! » L’atelier : « on y vient par hasard ; les mots

viennent , on les accueille , on les donne en partage (...).

C’est une rencontre avec les trolls, les fées, les assassins, les

amourettes, les étoiles, l’œnologie, la botanique, la gastronomie,

les bonbons, ... ; du bonheur à l’état pur. »

Pour les découvrir, l’association Encrier 87 ouvre ses

portes samedi 3 décembre à 10 h et lundi 9 janvier à 19

h. Rendez-vous à la maison du peuple, 24 rue Charles

Michels à Limoges. L‘adhésion annuelle à l’association est

de 5 €. La première séance est gratuite et sans engagement

pour les nouveaux participants. La séance de 3 h est

à 10 €. Renseignements : 05 55 06 19 84

encrier87.fr / encrier87@orange.fr

N°Cristal 09 69 39 38 38

N°1 de la téléassistance,

Présence Verte propose

les solutions les mieux

adaptées pour maintenir

votre autonomie,

chez vous ou en dehors

de votre domicile,

en toute sécurité.

Pour en savoir plus :

votre conseiller Présence Verte

est à votre écoute

à LIMOGES 12 rue Bernard Lathière

05 55 10 02 13

APPEL NON SURTAXÉ

Vivre à LIMOGES 34 Déc. 2016 - N° 111


agenda

Barbara

Hendricks :

erratum

La date du concert de

Barbara Hendricks,

annoncée dimanche 16

février dans le magazine

du mois de novembre est

erronée.

Le concert aura lieu

dimanche 26 février à

16 heures.

Renseignements et réservations au 05 55 33 28 16

concerts

Après Marguerite Duras

les 2 et 3 décembre, le

théâtre de la Passerelle

propose un concert

vendredi 9 et samedi

10 décembre. John

Thobe, artiste multiinstrumentaliste,

nous

proposera des musique du

monde aux sons revisités

avec des sonorités Folkacoustique-blues.

Du lundi 26 au vendredi

31 décembre, Lady

Raymonde chantera New-

York, Paris, les voyages,

l’enfance, les femmes avec

son accent des faubourgs

parisiens.

5 rue du Général du Bessol

Réservations

et renseignements :

05 55 79 26 49

www.theatredelapasserelle.fr

À la galerie

municipale

En décembre, trois exposition

se succéderont à la

galerie municipale.

Du 2 au 6, les peintures

de Carlos-Alberto

Castillo-Ibarra seront

présentées.

Du 8 au 22, place aux

Lithographies d’Alain

Goursaud, puis aux peintures

de Yann Argentin

dès le 24.

17 boulevard Louis-Blanc

Carnets de

curiosité

pour les enfants

Jusqu’en juin 2017, le

réseau Bfm organise

des expositions, des

rencontres et des chasses

au trésor autour du

créateur d’album pour

enfants Thierry Dedieu.

1 er rendez-vous de cette

aventure : l’exposition des

carnets de curiosité de

Magnus Phidolphe Pépin,

une leçon scientifique,

loufoque et humoristique

dans un univers naturaliste

et porteur de rêves.

À voir à l’espace jeunesse

de la Bfm centre-ville

jusqu’au 22 décembre.

Tous les événements du

réseau Bfm de Limoges sont

consultables sur

www.bm-limoges.fr

Pan, syrinx

et Feydeau

Le théâtre Expression

7 Compagnie

Max Eyrolle propose

du 13 au 16 décembre

un spectacle intitulé

Panique... : une réinterprétation

du mythe de Pan

et Syrinx, sous forme de

poème musical et chorégraphique,

alliant le jeu de

la flûte et celui de la danse.

Du 23 au 31 décembre deux

Feydeau sinon un ! : Feu la

mère de madame et Mais

n’te promène donc pas

toute nue, seront joués

sur la scène du théâtre

20 rue de la Réforme.

© Creafix Studio

Réservations :

05 55 77 37 50

www.theatreexpression7.

jimdo.com

Cancer, une

exposition pour

lever des fonds

Du 10 au 16 décembre, le

comité de la Haute-Vienne

de la Ligue contre le cancer

organise une exposition

au pavillon du Verdurier

pour récolter des fonds.

L’objectif est de favoriser

l’accompagnement des

malades et de mettre en

place des campagnes de

sensibilisation afin de favoriser

le retour à l’emploi.

Entrée libre tous les jours

de 10h à 19h.

Comité Haute-Vienne

23, avenue des Bénédictins

à Limoges - 05 55 77 20 76

cd87@ligue-cancer.net

www.ligue-cancer.net

café / débat

Jeudi 17 Novembre à

18 heures, un café / débat

animé par Marie-Hélène

Restoin, rédactrice

en chef de la radio RCF

et Jean-Pierre Auduy ancien

député européen est

organisé au café littéraire

sur le thème : L’Union Européenne

entre déceptions

et espoirs. Cette manifestation

est organisée par

les étudiants de la faculté

de droit de l’université de

Limoges.

dans les CCM

Ray Charles Tribute par

Uros Péric lancera la

programmation à Jean

Moulin le 5 décembre.

Un spectacle de danse intitulé

Tiondeposicom ou

le sourire qui scotch sur la

bave au loin y sera proposé

le 7. Le chanteur Arno

se produira le 8 à Jean

Moulin. Guillaume Meurice

investira Jean Gagnant

le 9 avec un spectacle subtil

et décalé intitulé Que

demande le peuple.

Suivra ensuite Let it glow

par le chanteur Rover le

14 décembre à Jean Moulin.

Le Nova’jazz quartet

interprétera les morceaux

de Serge Reggiani le 15 et

pour finir l’année, le trio

Exil se produira 1e 16, tous

deux à Jean Gagnant.

Programme disponible

à l’hôtel de ville, dans

les antennes-mairie et

mairie annexes et sur www.

centres-culturelslimoges.fr

Vivre à LIMOGES 35 Déc. 2016 - N° 111


HYPER

VENTADOUR

Du mardi 6 au samedi 31 décembre (1)

NOS MENUS DE

RÉSERVEZ

DÈS MAINTENANT

À PARTIR DE

9 ,90


par

personne

LES 17 ET 18 DÉCEMBRE

PRÉSENCE DU

PÈRE NOËL

AVEC PHOTO OFFERTE (2)

LIMOGES VENTADOUR

RUE BERNART DE VENTADOUR

Tél. : 05 55 30 70 40

Retrouvez-nous en ligne sur :

www.ledriveintermarche.com

POUR VOTRE SANTÉ, ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRÉ, TROP SALÉ. WWW.MANGERBOUGER.FR

(1) Selon horaires et jours d’ouverture. Informations sur www.intermarche.com (2) Modalités disponibles en magasin.

OUVERT DU LUNDI AU SAMEDI DE 9H À 20H

LES 24 ET 31 DÉCEMBRE OUVERT DE 8H30 À 19H30

OUVERTURE EXCEPTIONNELLE

DIMANCHE 18 DÉCEMBRE DE 10H À 19H

Location

utilitaires légers

S.A.S. RÉGIEX ETB ANAIS - RCS 301 161 170. S.A.S. au capital de 48 000 €.

Annonceur : S.A.S. VENTADOUR - Entreprise Indépendante - RCS 334 821 972. Offres

valables du 6 au 31 décembre 2016. Photos non contractuelles. Suggestions de présentation.

Sous réserve d’erreurs typographiques. Prépresse : Hémisphères & Cie.

T O U S U N I S C O N T R E L A V I E C H È R E

Station

24h/24

Rejoignez-nous !

www.facebook.com/intermarche.de.limoges.ventadour

Service

traiteur

Presse

Recharge véhicule

électrique

More magazines by this user
Similar magazines