MAGAZINE PEEL #10

magazinepeel

4

témoignage littéraire

Solange avait des projets, une carrière, de la force. Elle est comme interrompue. Lui, Kouhouesso, c’est un

homme habité par une grande idée : faire un film au coeur de la forêt. Cette idée fait partie de sa séduction,

et va devenir la rivale de Solange.

Il ne sont pas complètement étrangers l’un à l’autre, ces deux-là. On sent d’ailleurs sur scène leur grande

connivence dans l’adaptation des Das Plateau, et j’aime spécialement la scène de la fin, la camaraderie

– quasiment – qui émane d’eux. Il y a des points de contacts entre eux, sur lesquels prend la passion.

Ce sont deux villageois, au départ, deux dominés – une femme, un noir – et deux exilés, chacun à leur

façon. Kouhouesso est né dans un village à l'Ouest de l'Afrique, très loin du village natal de Solange, dans

le Sud-Ouest de la France, mais il y a comme des échos entre les deux golfes, Guinée et Gascogne.

Solange est comédienne : c'est une spécialiste de l'attente. Les comédiens attendent sur un plateau, avant de

tourner ; ils attendent entre deux films, qu'on pense à eux, qu'on les appelle. Je me demande comment les

acteurs font pour supporter de dépendre à ce point des autres. Moi, je peux exercer mon métier d'écrivain

quand je veux. D'ailleurs beaucoup d’acteurs ou d’actrices deviennent réalisateurs,

comme mon personnage Kouhouesso.

Les femmes sont éduquées à attendre, plus que les hommes. C'est le syndrome

Belle au bois dormant. Le prince traverse la forêt à cheval, il se bat

contre les épineux, il taille sa route ; la Belle attend endormie dans le château.

On peut lutter contre cette éducation, mais il y a toujours le risque qu'elle

rattrape les femmes, sur un " accident " de la vie. Je trouve que Das Plateau

nous fait sentir l’attente de Solange, dans la mise et scène et le jeu de la comédienne,

en particulier avec l’usage audacieux de la voix off « dans sa tête ».

_ Marie Darrieussecq © Yanndiener

J'avais envie d'un livre très cinématographique, d'une aventure. J'adore raconter

des histoires, entraîner les gens ailleurs, sans tomber dans la pure distraction.

J'ai envie que les gens se demandent comment l'histoire se termine,

mais qu'ils réfléchissent aussi en chemin. Le Collectif Das Plateau invente un

théâtre très « hollywoodien », et ça me plaît.

More magazines by this user
Similar magazines