MAGAZINE PEEL #10

magazinepeel

8

cinéma

film s’écrit et se monte parallèlement. Je fais toutes les étapes en

même temps. Quand ça ne marche pas, je retourne au compositing

pour ajuster des cadrages ou des rythmes d’animation et

quelquefois je retourne à l’animation et en même temps j’écris les

dialogues que j’enregistre avec mon smartphone. »

Décembre 2015, Festival de Bruz (Ille-et-Vilaine), dans le grenier

de ses logeurs, Sébastien enregistre sur son smartphone la

musique de la fin du film à la guitare sèche (voix et instruments

sur plusieurs pistes) d’après des vocalises de Clorinde Baldassari

qui faisait le compositing du film et qui est aussi chanteuse.

Il restera la guitare sèche et le sifflement de Sébastien dans la

chanson finale orchestrée par Olivier Méllano.

C’est aussi à Bruz, que la fin du film sera décidée après un

échange nourri entre Sébastien, Jean-Christophe et la réalisatrice

Chloé Mazlo. La jeune fille sera devenue une femme accomplie

après un parcours en solitaire mais elle retrouvera son

prince, le père de son enfant.

Sourire malicieux, Sébastien pianote sur son ordi pour parler

du casting des voix « C’est assez drôle, tu vas voir ». Il ouvre plusieurs

fichiers, nous écoutons 7 versions, 7 couleurs de voix,

plus jeune, plus mature, plus grave, plus cristalline, plus volontaire.

C’est Anaïs Demoustier qui sera la jeune fille tandis que

Jérémy Elkaïm sera le prince « pour sa voix douce et son côté

prince charmant », ils enregistreront en janvier 2016 et Olivier

Mellano finalisera la musique.

Restera une fin éprouvante pour les finitions du film et une immense

terreur un mois avant la projection à Cannes « J’ai eu des

pensées terribles, je pensais que mon travail n’allait intéresser personne

qu’en fait il n’y avait pas de film, que rien ne tenait debout,

que ce film était trop bizarre pour être projeté ».

Comme dans les contes, le héros a beaucoup navigué, il a appris

de chaque rivage, il a laissé beaucoup de plumes mais, comme

dans la plupart des contes, de plus belles ont repoussé.

OUANIPO : OUvroir d’ANImation Potentiel. A l’instar de

l’OULIPO (Ouvroir de LIttérature Potentiel) qui rassemble

Raymond Queneau ou Georges Pérec, l’OUANIPO propose la

fabrication de films avec des contraintes.

« Et un auteur oulipien, c’est quoi ? C’est « un rat qui construit luimême

le labyrinthe dont il se propose de sortir » (Marcel Bénabou

& Jacques Roubaud).

Cryptokinographie : Animation qui ne prend son sens qu’en

étant en mouvement. En clair, quand ça ne bouge pas on ne

peut pas dire ce que ça représente, quand ça bouge, tout devient

clair (avec une variante qui est que quand ça ne bouge pas ça

représente autre chose que ce que ça doit représenter en mouvement).

www.ouanipo.fr

La jeune fille sans mains : film de Sébastien Laudenbach, sortie

le 14 décembre

La jeune fille sans mains : un beau livre avec le conte revu par

Sébastien Laudenbach et dessins d’après le film. Éditions Shellac,

sortie le 10 décembre.

Pour les plus curieux : La jeune fille, le diable et le moulin, une

pièce de théâtre d’Olivier Py d’après le conte des frères Grimm.

Éditions Actes Sud Papiers.

À guetter : un nouveau film de Sébastien Laudenbach à venir

en février / mars 2017 disponible sur le site de l’Opéra de Paris,

réalisation pour la 3 ème scène.

v i m e o . c o m / s e b a s t i e n l a u d e n b a c h

texte

Jérôme Descamps

Sébastien Laudenbach

Réalisateur de films d'animation, illustrateur

et enseignant à l'ENSAD (École Nationale Supérieure

des Arts Décoratifs) depuis 2001. Auteur

de 8 courts métrages, dont Journal (primé à

Clermont-Ferrand en 1999), Des câlins dans les

cuisines (présélectionné pour les César 2004),

Vasco (Semaine de la Critique – Cannes 2011,

présélectionné pour les César 2012) et Daphné

ou la belle plante (Prix Émile Reynaud 2014).

Son travail a été sélectionné et primé dans de

nombreux festivals internationaux.

En tant que graphiste, il conçoit des affiches

de films (La Fille du 14 juillet) et des génériques,

notamment pour Emmanuel Mouret

(Laissons Lucie Faire, Fais-moi plaisir, Vénus

et Fleur…). Depuis 2014 il collabore avec Luc

Bénazet, poète, sur une collection de films de

poésies (4 opus à ce jour à voir sur vimeo.com/

user26356568).

La jeune fille sans mains est son premier longmétrage,

Prix du Public à Brasilia, Prix du Jury

Jeune à Pau…

More magazines by this user
Similar magazines