Octobre 2013

bookletia

BASSE- TERRE GRANDE- TERRE LA DÉSIRADE

LES SAINTES MARIE-GALANTE

OCTOBRE - 2013

GREEN

ATTITUDE

LES BALADES

D’ÎLES EN ÎLES

ÉCOMUSÉES

DE GUADELOUPE

EXCURSIONS

CÉTACÉS ET CORAUX


Sommaire

OCTOBRE 2013

10

P4-5

PARC

NATIONAL

source naturelle

d’intenses sensations

P6-7

LES CABANES

DANS LES

ARBRES

une mise au vert

végétale

P8-9

LES BALADES

D’ÎLES EN ÎLES

Le patrimoine floral

révélé

P10

LES ECO-

MUSEES DE

GUADELOUPE

à la rencontre d’un

héritage culturel

P11

LES EXCURSIONS

CÉTACÉS

le monde du silence

sous vos yeux

4

8-9


EDITO

DÉCOUVREZ CE QUE LA

NATURE VOUS RÉSERVE

Forêt humide, volcan encore en activité, barrière

de corail… Que de contrastes naturels surprenants

dont regorge ce territoire aux multiples visages. Un

archipel de 5 îles, comme autant d’expériences à

part entière. Une nature exubérante et protégée,

désignée Réserve Mondiale de la Biosphère par

l’UNESCO. Sur terre ou en mer, randonnées et

excursions révèlent toute la richesse de l’archipel. Les

Îles de Guadeloupe, c’est aussi un environnement

marin exceptionnel, protégé par la création des

réserves naturelles de Grand Cul-de-Sac Marin et

des îles de Petite-Terre. Une faune et une flore dense

vous y attendent ; à découvrir dans le plus profond

respect de l’environnement.

Cinq îles, cinq sens...

et autant de voyages


e-MAG

LE PARC NATIONAL

DE GUADELOUPE

Source naturelle

d’ intenses sensations

Depuis bientôt 25 ans, le Parc National

de Guadeloupe valorise sa biodiversité.

22 000 hectares de richesse naturelle préservée

qui favorise une découverte sportive et

respectueuse de ce territoire précieux.

Le long des rivières d’eau pure et oxygénée qui dévalent

les pentes, le canyoning et l’aquarando sont des moyens

propres et exaltants de s’immerger dans le cœur battant

du 7 e Parc National de France. L’occasion pour certains

d’observer notamment des crevettes d’eau douce. Côté mer, les

Îlets Pigeon et le Grand Cul-de-Sac Marin abritent de nombreuses

espèces de coraux, d’éponges et de plantes sous-marines. Pas moins

de 500 espèces de poissons, de crustacés et de mollusques sont

également recensées, parmi lesquelles les équipes du Parc tentent

de réintroduire le lamantin. Et avec 300 km de sentiers de randonnée,

les amateurs de faune et de flore tropicales terrestres ne sont pas

en reste : à cheval ou à pied, plus d’un millier d’espèces végétales

et animales sont à découvrir au rythme des itinéraires balisés.

4

5

2

3

1


Cinq îles, cinq sens...

et autant de voyages

LES INCONTOURNABLES DU PARC NATIONAL

Les spectaculaires

Chutes du Carbet 1

Trois cascades parmi les plus impressionnantes des

Petites Antilles jalonnent la rivière du Grand Carbet,

qui prend sa source à l’Est de la Soufrière. Des eaux

sulfureuses qui s’éclaircissent après trois chutes

pour se jeter dans l’Atlantique, 11 km plus bas.

La Trace de la Mamelle de

Petit-Bourg 2

La Trace de la Mamelle de Petit-Bourg est située

au milieu de la route de la Traversée, à 768 m

d’altitude. La vue qui s’offre au sommet est à

couper le souffle. Par temps clair, Baie-Mahault,

Pointe-à-Pitre ainsi qu’une partie du Grand Cul-de-

Sac Marin sont visibles.

La soufrière 3

Le Grand-Étang 4

Les Îlets Pigeon 5

Surnommée la « vieille dame », ce volcan culmine

à 1467 mètres d’altitude, au sud de Basse-Terre.

Après l’ascension, une baignade bien méritée

s’offre aux randonneurs à la source thermale du

« Bain jaune », dans des eaux sulfureuses à 28°C

chauffées par ce massif époustouflant.

Hissé à 400 mètres d’altitude, cet étang charge

le décor de son allure mystique. Formé il y a plus

de 10 000 ans par une succession de coulées de

lave, de soubassements et l’effet de l’érosion, c’est

l’étendue d’eau la plus vaste du massif de Basse-

Terre, avec une profondeur d’environ 10 mètres.

En face de la plage de Malendure, les Îlets Pigeon

sont un repère exceptionnel pour les plongeurs

avides de faune et de flore sous-marine

tropicales. Dans ce décor féérique popularisé par

le Commandant Cousteau, il n’est pas rare de

croiser quelques tortues...

LES 10 COMMANDEMENTS

du randonneur :

1 SURVEILLEZ

la météo

2 RESPECTEZ

le tracé des sentiers ainsi que

l’équipement mis en place

3 SOYEZ PRUDENT

sur les sentiers, à tout moment il y a

danger de glissade

4 MUNISSEZ-VOUS

de bonnes chaussures de

randonnée et emportez un

vêtement chaud et imperméable.

5 NE PARTEZ jamais seul

6 AVANT DE PARTIR,

prenez un sachet pour ramener vos

détritus

7 EMPORTEZ DE L’EAU

et ne marchez pas le ventre vide

8 LES CHIENS,

même tenus en laisse ne sont

pas admis sur les sentiers du Parc

National de Guadeloupe.

9 NE SURESTIMEZ PAS

vos forces

10 N’ENTAMEZ JAMAIS

une randonnée au-delà de 15h30


e-MAG

LES CABANES

DANS LES ARBRES

Une mise au

vert végétale

Après l’effort, le réconfort. Et bien choisir son

hébergement, c’est primordial. Parmi la liste des

nids douillets, les cabanes dans les arbres ont

la cote.

Créations originales, les bungalows en bois

viennent diversifier le parc hôtelier existant.

La plupart de ces structures à taille humaine

sont tenues par des professionnels engagés

dans une démarche de respect et de valorisation du

patrimoine naturel et culturel, favorisant ainsi un accueil

personnalisé, convivial et de qualité. Tout en profitant

du soleil et de la mer, ces établissements privilégiés

proposent de vivre une expérience unique en

parfaite communion avec la Nature.

1

5

4

3

6

2


Cinq îles, cinq sens...

et autant de voyages

SÉLECTION D’HÉBERGEMENTS

L’habitation Getz

(Vieux-Habitants) 2

Le tendacayou écolodge

§ spa (Deshaies) 1

De resplendissantes cases créoles aux couleurs

vives, assorties à d’originales cabanes perchées aux

branches de manguiers et de courbarils, proposent

une des tables les plus réputées des îles ainsi qu’un

Spa. Le tout noyé dans un écrin de verdure, pour un

bien-être total.

www.tendacayou.com

Cette maison coloniale du XVIIIème siècle en

« bois pays » offre le confort nécessaire au repos

des voyageurs. En plus des chambres d’hôtes, trois

cabanes permettent de regagner un vieux rêve

d’enfant : dormir paisiblement en haut des arbres. La

cuisine locale y est aussi à l’honneur.

www.chambrescabanesguadeloupe.com

Kaz la traversée

(Pointe-Noire) 3

Au lieu-dit Grande Plaine à Pointe-Noire, ces écogîtes

se divisent entre les Cases Créoles et le Bungalow,

sur un bel espace arboré en bordure de l’Anse

Caraïbes. Ce lieu privilégié est une base idéale pour

quiconque souhaite explorer et découvrir les Îles de

Guadeloupe hors des sentiers battus.

www.kazlatraversee.com

Le domaine du rocher noir

(Pointe-Noire) 4

Au cœur d’un grand jardin tropical riche de

nombreuses essences exotiques, le Caraïb’Bay

Hôtel propose, dans une ambiance chaleureuse et

familiale, de sympathiques villas pleines de charme.

Une volonté : offrir tranquillité, sérénité et confort

pour un séjour éco-touristique détendu.

www.ledomainedurochernoir.fr

Le caraïb’ bay hôtel

(Deshaies) 5

Avec une topographie singulière et de surprenantes

roches volcaniques naturellement disséminées sur

ses terres, le Rocher Noir est d’un naturel atypique.

L’architecture originale de ses bungalows renforce le

caractère du domaine et une gamme de massages

et de soins corporels complète son offre.

www.caraib-bay-hotel.com

L’habitation massieux

(Bouillante) 6

Flamboyants palmiers et orchidées face à la mer

des Antilles : le décor splendide de cette ancienne

plantation de café est planté. Dans ce cadre

idyllique, les heureux propriétaires tiennent leur

habitation avec le plus grand goût : simplement

paradisiaque !

francois.fauchille@wanadoo.fr

BON A SAVOIR Ces oiseaux qui chantent sur nos têtes

Le monde volant est fascinant. L’association Amazona (www.amazona-guadeloupe.

com) va à la rencontre des visiteurs pour partager sa passion et leur faire découvrir

de nombreuses espèces répertoriées sur les îles telles que l’endémique Pic de

Guadeloupe, la Paruline Flamboyante, les Colombes ou encore le Pélican brun... Au

programme : découverte, observation, opérations de baguage, festivals ou nettoyage

de sites de passage pour les oiseaux migrateurs.


e-MAG

2

3

4

Sentier du Nord

de la Désirade 1

Sentier

en Gran

Après un court passage en sous-bois, la main

courante vous guide au travers de la forêt sèche

jusqu’au littoral. Le parcours se poursuit sur la caye

puis au milieu des rochers. La baignade est possible

mais avec prudence. Le chemin de croix vous

ramène au point de départ.

Durée : 2 h - Difficulté : accessible - Dénivelé : 161 m

Ce parcours

du Helleux à

d’accéder à

transparente

un sentier m

possible de f

Durée : 2 h –


1

Cinq îles, cinq sens...

et autant de voyages

BALADE

D’ÎLES EN ÎLES

GRANDE- TERRE LA DÉSIRADE LES SAINTES

MARIE- GALANTE

Le patrimoine

floral révélé

Les Îles de Guadeloupe regorgent d’écosystèmes

forestiers, marquant ainsi les contrastes topographiques

et paysagers. 69 000 hectares de végétation

précieuse dont on ne se lasse jamais.

On compte 4 grands types de forêt dans

l’archipel : la forêt dense humide, la forêt

mésophile, la forêt sèche et la mangrove, qui

englobe les milieux humides littoraux dont

la forêt marécageuse. Ce patrimoine vivant inestimable

se laisse volontiers observer, sentir et écouter grâce

aux efforts de l’ONF (Office National des Forêts) et du

Conservatoire du littoral, pour concilier accueil du public

et préservation de l’environnement, notamment sur les

côtes guadeloupéennes.

de Bois Jolan

de-Terre 2

Sentier de Murat

à Marie-Galante 3

La Boucle de l’Étang à

Terre-de-Bas (Les Saintes) 4

cile relie la plage du Belley à celle

ainte-Anne. Un moyen raisonnable

es plages de sable blanc aux eaux

. Au départ de la plage du Helleux,

ne en sous-bois à partir duquel il est

ire le tour de l’étang en 30 min.

ifficulté : tout public – Distance : 6 km

Ce sentier vous replonge dans le passé cannier de

Marie-Galante en passant d’abord par l’Habitation

Murat, la plus grosse exploitation de canne à sucre

des Îles de Guadeloupe puis par les ruines de

l’usine Pirogue ainsi que la mare au Punch.

Durée : 3 h – Difficulté : pour randonneurs en bonne

forme – Distance : 8,5 km – Dénivelé : 159 m

Dans une forêt sèche à la flore très riche (bois

précieux), le parcours se ponctue de points d’eau

dont la plus importante est l’Etang. L’élevage des

cabris et le maintien d’espèces telles que les

couleuvres et les tortues y est propice. Le parcours

se jalonne aussi de jolis points de vue.

Durée : 2 h3 0 à 3 h – Difficulté : facile

Distance : 5,2 km – Dénivelé : 245 m


e-MAG

LES ÉCOMUSÉES

DE GUADELOUPE

Écomusées

des îles

Ecomusée de Marie-Galante

(Grand-Bourg)

Dans l’Habitation Murat, trois siècles d’histoire sucrière

des Îles de Guadeloupe s’offrent aux visiteurs. On y

découvre des objets ethnographiques et des tableaux,

avant de se laisser enivrer par les 100 espèces de

plantes que compte le jardin médicinal. C’est aussi le

théâtre du festival Terre de blues (www.terredeblues.com).

Ecomusée Créole de

Guadeloupe (Sainte-Rose)

Quelles plantes sont comestibles ? Lesquelles soignent

les cheveux ou soulagent les migraines ? On devient

incollable sur les vertus de la verdure en explorant

cet agréable jardin botanique. On y retrace la vie

d’antan et des ateliers de dégustation ravissent aussi

les gourmands.

Site Internet : www.ecomusee.gp

Le Domaine de l’Habitation de

La Grivelière (Vieux-Habitants)

Cette plantation bicentenaire de « roucou » et de café,

classée monument historique, raconte son histoire au

cœur du Parc National. On y revisite la culture du café

dans l’incontournable vallée de Grande-Rivière. De

superbes paysages montagneux bercent une rivière aux

eaux limpides, bordée de précieuses espèces végétales

comme « le toto bois » ou encore « la vanille bourbon ».

Incontournable.

Site Internet : www.habitationlagriveliere.com

À la rencontre

d’un héritage culturel

Sur un territoire, le temps laisse des traces qui

ont tendance à s’effacer. C’est pour en fixer le

souvenir que les écomusées existent.

Outils interdisciplinaires de conservation et de

transmission de la mémoire, les écomusées

communiquent le patrimoine matériel

et immatériel d’un territoire. Quelle a été

l’évolution de l’habitat, des savoir-faire et des métiers de

la population locale ? Autant de questions auxquelles

les écomusées tendent de répondre, à l’appui des

témoignages des autochtones.

LE SAVIEZ-VOUS ?

1

23 espèces de mammifères marins ont été recensées près des côtes

des Îles de Guadeloupe depuis plus de 20 ans

2

La mission PLANUGWA - qui regroupe l’Océanopolis, l’Aquarium de

La Rochelle et l’Aquarium de la Guadeloupe - recueille chaque année

des cellules reproductrices au moment de la ponte du corail pour

pouvoir anticiper les menaces de disparition des récifs des Caraïbes

3

Il n’y a pas très longtemps encore, chaque maison possédait

son jardin créole où poussaient côte à côte le potager et les plantes

médicinales

4

46 plantes des Départements d’Outre-Mer, dont 15 des Îles de

Guadeloupe, sont reconnues par la Pharmacopée française depuis le

1 er aout 2013

5

L’archipel des Îles de Guadeloupe accueille dans ses eaux cinq des

sept espèces de tortues marines répertoriées dans le monde, dont trois

qui utilisent les plages pour y pondre.


Cinq îles, cinq sens...

et autant de voyages

EXCURSIONS

CÉTACÉS

Le monde du silence

sous vos yeux

Envie d’explorer l’univers parallèle que forment les

fonds marins ? En ouvrant ses portes, le sanctuaire

AGOA permet de caresser ce doux rêve du bout des

doigts. À l’instar de Cousteau et de son Calypso...

Aire marine protégée, le sanctuaire AGOA

assure le respect de la faune aquatique, en

approfondissant toujours plus ses connaissances

sur ces mammifères qui peuplent les eaux

antillaises. Rendez-vous à ne pas manquer : de Décembre

à Avril, les baleines à bosses se rejoignent dans les eaux

chaudes des Îles de Guadeloupe pour se reproduire. Et toute

l’année, les plus observateurs auront peut-être la chance de

croiser des cachalots, des dauphins, des baleines à becs ou

des pseudorques aux abords des côtes.


Facebook “f” Logo

CMYK / .ai

AGENDA OCTOBRE/NOVEMBRE

À noter

OCTOBRE

o Le Mois du Créole partout dans l’archipel

o Défi SMA - Tour du monde en catamaran

www.defisma.com

o MiniTransat 2013 - 3 e Transatlantique

www.minitransat.fr

NOVEMBRE

o La Fête de la Toussaint : 1 er Novembre

o Triskell Cup (Régate en voilier) : du 1 er au 3 Novembre

POUR VOTRE VOYAGE

Le Comité du Tourisme des Îles de

Guadeloupe vous accompagne

Les bons plans, les adresses de nos partenaires et tout ce qu’il faut savoir

avant de partir : bonsplans.lesilesdeguadeloupe.net

Avant, pendant ou après votre séjour... Suivez le guide sur les réseaux !

Comité du Tourisme des Îles de Guadeloupe (CTIG)

Siège : 5, Square de la Banque

BP 555 - 97166 Pointe-à-Pitre cedex - Guadeloupe

Tél. : +590 (0)5 90 82 09 30 - Fax : +590 (0)5 90 83 89 22

E-mail : info@lesilesdeguadeloupe.com

Antenne Europe : 23-25, Rue du Champ de l’Alouette - 75013 Paris

Tél. : +33 (0)1 40 62 99 07 - Fax : +33 (0)1 40 62 99 08

E-mail : infoeurope@lesilesdeguadeloupe.com

Découvrez tous les circuits d’Îles en Îles sur lesilesdeguadeloupe.com

DDB Travel & Tourism G3FT52 - Crédit photo : Océan d’images, J.M. Lecerf - Getty - Fotolia - Thinkstock

More magazines by this user
Similar magazines