Views
1 year ago

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Aperçu humanitaire (au 13 février 2017)

EixmSu

Préfecture de Ouaka /

Préfecture de Ouaka / Sous-préfectures de Bambari et Ippy / Bambari et Ippy Protection : A Ippy (113 km, nord de Bambari) les affrontements entre les groupes armés ont repris le 11 février. Les informations sur l’impact humanitaire sont peu disponibles à cause de l’enclavement de la zone et du réseau téléphonique non fonctionnel depuis 2 mois. Toutefois, la Force internationale rapporte 4 personnes blessées, prises en charge à l’hôpital de Ippy soutenu par un partenaire humanitaire. Nécessité de renforcer les actions visant la protection de personnes et la reprise des activités des humanitaires. Zone Est Accès humanitaire/Protection: Suite à la dégradation de la situation sécuritaire de Ippy, la crainte liée aux risques de détérioration de la situation à Bambari a contraint les partenaires humanitaires de Bambari à renforcer leurs mesures de sécurité. Depuis le 11 février, plusieurs personnels humanitaires ont été obligés de se regrouper dans la base de la Force internationale à PK3. D’autres acteurs observent une restriction de mouvements dans la ville et sur les axes le temps d’évaluer la situation. Les craintes de la communauhumanitaire sont notamment liées aux risques d’amalgame de la part des acteurs armés suite à la perception du rôle de la MINUSCA dans les derniers combats d’Ippy. Préfecture de Ouaka / Sous-préfecture de Bambari / Maloum Protection / Mouvement de population: Environ 200 personnes déplacées en provenance de l’axe Ippy-Bria sont arrivées à Maloum (63 km au nord de Bambari) le 11 février suite à la reprise des combats sur cet axe. Les mouvements sont toujours en cours et les déplacés viennent s’ajouter aux 283 ménages précédemment arrivés de Mbroutchou (axe Ippy-Bria), de Belengo/SP d’Alindao et d’Atongo Bakari (72km au sud d’Ippy) entre fin novembre 2016 et fin janvier 2017. De nouveaux déplacés en provenance de Djoubissi et de Ndassima sont également arrivés à Maloum. La Force internationale a effectué un déplacement dans la zone. Préfecture de Haut-Mbomou / Sous-préfectures de Zémio et Mboki / Axe Zémio-Mboki Protection: Du 9 au 10 février, une personne a été tuée et deux autres blessés dans une attaque par des hommes armés d’un camion affrété par une organisation humanitaire entre Zémio et Mboki. Les deux blessés ont été référés vers des structures de santé. Depuis le début de l’année, les actes criminels sont en constante augmentation sur cet axe. Une vingtaine d’attaques ont été recensés sur dans les villages de cet axe et sur les convois qui l’emprunte. Zone Ouest Préfecture de l’Ouham-Pendé / Sous - préfecture de Bocaranga/ Bocaranga Protection et accès humanitaire : Suite à l’attaque du 2 février la ville de Bocaranga est relativement calme. Dans la nuit du 9 au 10 février, environ 4 000 retournés sur plus de 18 000 personnes déplacées en brousse étaient contraints à des mouvements pendulaires suite aux rumeurs de nouvelles attaques des groupes armés. Les partenaires ont pu apporter une réponse dans les domaines de la santé, EHA et protection. Une évaluation multisectorielle suivie de distribution des vivres et de biens non alimentaires est prévue la semaine prochaine. Malgré la patrouille de la MINUSCA la situation sécuritaire demeure précaire. Le nord de Bocaranga reste accessible mais la quasi-totalité des partenaires humanitaires s’abstiennent pour l’instant de mener des activités au-delà de 20km du centre de la ville en raison de rumeurs persistantes de nouvelles attaques d’un groupe armé sur la ville et de la présence massive d’hommes en arme en ville. 2

Zone Bangui Préfecture de l’Ouham-Pendé / Sous - préfecture de Ngaoundaye/ Ndim Protection : Dans la nuit du 2 au 3 février, 70 membres d’une communauté ont trouvé refuge à l’église catholique de Ndim afin d’échapper aux potentielles représailles des groupes armés après les évènements de Bocaranga. Ces personnes vivent sous une menace constante d’un groupe armé qui les priverait de leur liberté de circulation et d’accès aux services sociaux de base. Une distribution de vivres est prévue pour la semaine prochaine. Suite à la recommandation de la mission des acteurs humanitaires du 8 février une patrouille statique a été organisée par la Force internationale. 3e Arrondissement / PK5 /Fondo/Yambassa/Ramandji Mouvement de population /Protection: Le mardi 7 février, le chef d’un groupe d’autodéfense du PK5 a été tué dans un affrontement entre une patrouille conjointe des Forces nationale et internationale et son groupe. Trois personnes ont été tuées et 26 blessées au cours des représailles menées par ses partisans. 277 maisons auraient été incendiées dans les quartiers Ramandji et Yambassa du 3 e arrondissement, deux églises ont également été vandalisées et une école a été détruite. Cette situation a entrainé le déplacement de plusieurs personnes dans les quartiers Boulata, Ramandji, Yambassa, Ouham Guida et Fondo. Ces dernières ont trouvé refuge dans des familles d’accueil à Bangui et à Bimbo. Environs 200 personnes déplacées se sont installées sur le site Mpoko en dépit de sa fermeture officielle par le Gouvernement. On observe une accalmie de la situation sécuritaire dans le 3 e arrondissement depuis le week-end dernier. Toutefois, la présence des hommes en armes dans ces localités ne favorise pas le retour des déplacés. Certaines personnes déplacées viennent visiter leurs maisons et repartent dans leur lieu de refuge à la tombée de la nuit. Accès humanitaire : Ces incidents sécuritaires ont eu un impact négatif sur l’espace humanitaire dans le 3 e arrondissement. Les partenaires humanitaires y ont temporairement restreint leurs mouvements depuis le 7 février avec pour conséquence la suspension temporaire de leurs interventions dans la zone. Les 3 et 7 février un groupe armé est entré dans une structure de santé soutenue par un partenaire humanitaire avec l’intention de s’en prendre à des patients assimilés à un groupe armé rival. Ce partenaire a décidé de suspendre temporairement ses activités à PK5 pour sept jours. Le site de déplacés de la Mosquée centrale a aussi connu une intrusion d’hommes armés qui protestaient contre l’installation d’une base temporaire de sécurité de la Force internationale. Plaidoyer pour la sécurisation des quartiers de retour à Bangui 3

L'action humanitaire face aux défis du monde post - Groupe URD
travail espace humanitaire 081009 final - Groupe URD
Humanitaire contre Alters - Médecins du Monde
mission humanitaire 2006 - 2007 - Ostéopathie Québec
nord kivu rd congo rapport humanitaire mensuel février ... - ReliefWeb
Revue Humanitaire n°13 - décembre 2005 - Médecins du Monde
REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - ISSAT
République centrafricaine - Débloquer le dialogue politique inclusif
République centrafricaine : débloquer le dialogue politique inclusif
Echanges commerciaux de la République centrafricaine avec ... - IZF
rapport initial et cumule de la republique centrafricaine relatif a la ...
Dossier de la crise humanitaire en Centrafrique et la ... - Sangonet
Humanitaires en mouvement n°11 - Groupe URD
République Centrafricaine Chapitre 13 - Measure DHS
la RéfoRme du SecteuR de la SécuRité République ... - GRAPAX
Humanitaires en mouvement n°5 - Groupe URD
Humanitaires en mouvement n°7 - Groupe URD
Humanitaires et altermondialistes - Crid
DE L'URGENCE HUMANITAIRE AU ... - Groupe URD
Analyses et propositions sur l'action humanitaire dans les… - Evenium
Militaires et humanitaires - Groupe URD
Humanitaires en mouvement n°1 - Groupe URD
ACTES L'espace humanitaire en danger - Groupe URD
La galaxie humanitaire en plein débat - Groupe URD
les nouvelles frontières de l'humanitaire - Groupe URD
témoignage judiciaire ou humanitaire - Groupe URD
Le comportement des Ong engagees dans l'aide humanitaire: selon ...