Views
1 year ago

One Voice - Réponse Yannick Jadot

One Voice - Réponse Yannick

La France vive Questionnaire One VoiceRéponses de Yannick Jadot Interdiction des animaux sauvages dans les cirques Ma position sur la question est très claire, pour les raisons que vous énoncez, il n'est pas acceptable de contraindre des animaux sauvages à vivre dans des conditions qui contreviennent à leur besoin naturels, en terme d'espace, de vie sociale et de rythme de vie. Mais pire encore il est intolérable de les soumettre par la violence afin de les forcer à accomplir des numéros, parfois physiquement douloureux, pour notre divertissement. De trop nombreuses images nous montrent la détresse de ces animaux. De plus ces spectacles d’animaux asservis et contraints ont une valeur pédagogique négative, enseignant aux enfants que la force et la violence sont des méthodes légitimes pour obliger un être sensible à effectuer des taches contraires à sa nature. Cela pose, aussi, le problème moral de la privation de liberté. Je ne pense pas que l’on puisse ériger le respect de la liberté en valeur cardinale de notre société en présentant comme divertissement « familial » le spectacle d’êtres privés de liberté de manière arbitraire, pour la seule distraction des plus forts. Interdiction des delphinariums En toute logique, si l’on est positionné contre la détention et l’exploitation d’animaux sauvages dans les cirques, on ne peut accepter l’existence des delphinarium. Si pour la faune terrestre, il est envisageable que des zoos puissent techniquement proposer des conditions de vie correcte à des animaux sauvages, bien que ce ne soit souvent pas le cas, pour les cétacés, il en va autrement. Nous ne sommes pas en capacité d’offrir des environnements aquatiques clos capables de satisfaire les besoins d’êtres marins qui vivent en communauté et ont besoin de circuler dans des espaces très vastes, dans les 3 dimensions. Les cétacés sont donc soumis à des conditions de détentions semblables à celles des animaux sauvages de cirques, d’une extrême exiguïté leur interdisant tout exercice, en dehors des spectacles. C’est une vie en cachot. Ces conditions ne peuvent que générer mal être, souffrance, maladie, dépression. Les recherches nous ont montré à quels points les cétacés sont des êtres socialement complexes avec d’importants besoins relationnels, un sens de la famille très développé, une conscience de soi, des langages sophistiqués. Les arracher à leur vie naturelle est inacceptable non seulement sur un plan biologique, mais aussi un plan éthique. Les élevages de visons D’un point de vue écologique, l’élevage de vison est une aberration. Pour des raisons climatiques nous devons nous engager dans une réduction de l’élevage qui est une source de gaz à effet de serre aussi importante que les transports et le premier responsable de la déforestation au niveau mondial.