Views
1 year ago

LE MONDE CHANGE

livrebleu_OK

LES

LES RÉFORMES À MENER POUR LA FRANCE DE DEMAIN LES NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE LA SANTÉ Les nanotechnologies, la bio-ingénierie, l’informatique et les sciences cognitives, cet ensemble de technologies que l’on appelle « les NBIC », ouvrent de nouvelles et très belles possibilités pour soigner, corriger et même améliorer l’être humain. Elles permettent de relever des défis de taille tout en posant des questions de fond. Face au vieillissement de la population, à l’explosion des maladies chroniques, les dépenses de santé augmentent de façon exponentielle partout dans le monde. Entre 2006 et 2010, 6 % du PIB a été consacré aux dépenses de santé dans les pays de l’OCDE. Le montant serait de 9,5 % en 2060. Alors que les dépenses pour financer les conséquences de la dépendance s’élevaient à 28,3 milliards d'euros en 2011, elles seront de l’ordre de 35 milliards en 2060. Quant aux maladies chroniques, elles sont la cause de 68 % des décès ; on prévoit qu’une personne sur cinq sera atteinte d’une affection longue durée en 2025. Dès lors, la santé est devenue l’un des enjeux majeurs du xxi e siècle. Grâce à l’essor des NBIC, les progrès réalisés dans ce domaine sont considérables. Entre autres exemples Calico, la filiale biotech de Google créée en 2013 avec 1,5 milliard de dollars, projette d’éradiquer les maladies liées au vieillissement. Grâce à l’intelligence artificielle, pour la première fois, une machine a battu un humain au jeu de go. L’usage du big data améliore le suivi médical et la prévention. Aux États-Unis, 300 à 400 milliards de dollars d’économie seraient possibles grâce à la médecine prédictive et aux soins personnalisés. Les médecins ont aussi compris l’intérêt de recommander à leurs patients l’utilisation d’applications Smartphone (17% en 2014 contre 8 % en 2013). En France, l’usage des nouvelles technologies est entré dans les mœurs. Les Français sont connectés : 83 % des personnes atteintes d’affection longue durée seraient d’accord pour communiquer avec leur médecin via Internet. Et la recherche française occupe l’une des premières places mondiales. Parmi les fiertés hexagonales, il faut mentionner le robot neurochirurgien Rosa désormais utilisé dans onze pays. Nous comptons aussi l’un des principaux centres au monde en génétique et en biotechnologies, le Genopole d’Evry. Néanmoins, nous devons veiller à éviter tous types de dérives, corollaires de tout progrès scientifique. Alors que 15 % des jeunes Français déclarent vouloir utiliser l’ingénierie génétique pour améliorer les capacités de leurs bébés, 50 % des chinois l’envisagent. Au Japon, 49 % des emplois actuels pourraient être occupés par des robots. D’ailleurs, 500 scientifiques et chefs d’entreprise ont signé une lettre ouverte pour mettre en garde contre l’intelligence artificielle et les armes létales autonomes. Pour prévenir les abus, la prudence est donc de mise sans pour autant brider la création. Car le secteur de la santé constitue pour les entreprises françaises un formidable relais de croissance et une filière d’excellence en matière d’innovation. 27

28

Le Monde des artisans en Savoie n°93 - Mars / Avril 2013
Télécharger la version FR - Le Monde selon les femmes
Télécharger la version FR - Le Monde selon les femmes
imaginezvotretravaildemain
De l'eau propre pour un monde sain - UN-Water
le monde - Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Bouches-du ...
Trousse retroussons le monde
Monde Kenya - Campaign to End Fistula
La situation des femmes dans le monde arabe - Service Volontaire ...
Télécharger la version FR - Le Monde selon les femmes
Plus qu'une huile d'olive: un symbole - Magasin du monde
Revue Humanitaire n°5 - Médecins du Monde
l-endettement-public-du-quebec-ni-remarque-ni-controle
La réussite annoncée d'une cité européenne - La Tribune
page 30 - Association des maires
L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017
La monnaie. Ce que tout le monde devrait en savoir - Institut Coppet
N° 851 - Association pour l'Économie Distributive
Accumulation du capital et gains de productivite au Maroc
L'économie informelle dans les pays en développement - AFD