Views
1 year ago

LE MONDE CHANGE

livrebleu_OK

LES

LES RÉFORMES À MENER POUR LA FRANCE DE DEMAIN ÉDUCATION : POUR BÂTIR LES COMPÉTENCES DE DEMAIN VALORISER L’APPRENTISSAGE L’apprentissage souffre d’une mauvaise image dans notre pays. Il est perçu comme une voie secondaire, par défaut, empruntée par ceux qui n’ont pas trouvé leur place dans les formations académiques. Il s’agit là d’une erreur profonde et regrettable. L’alternance constitue une pédagogie à part entière et une autre manière de réussir. Ce qui peut bloquer un jeune à l’école peut être libéré par l’alternance. Il faut cesser d’opposer apprentissage et formation académique pour les penser comme deux pédagogies complémentaires. Il faut aussi arrêter de voir l’apprentissage comme une voie d’insertion pour la considérer réellement comme une voie de formation d’excellence. INFORMER LES ÉLÈVES SUR LES DÉBOUCHÉS Les débouchés professionnels constituent un critère essentiel pour les jeunes et leur famille lors du processus d’orientation. L’élève doit pouvoir choisir sa voie en connaissance de cause. C’est pourquoi il convient de rendre systématique, pour toutes les formations, un suivi de l’insertion professionnelle des diplômés. Les statistiques doivent être publiques et accessibles à tous. Il serait opportun de créer une instance indépendante, comme dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE, en charge de mener une évaluation du système éducatif français. Cette instance serait rattachée au Premier ministre. 41

LES RÉFORMES IMPLIQUER DAVANTAGE LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Les connaissances transmises à l’école ne correspondent pas toujours à celles qui permettront au jeune de réussir dans le monde professionnel. Les diplômes sont encore bâtis sur une logique de savoirs et de connaissances plutôt que de compétences. Ce décalage entre ce qui est perçu comme important par les milieux académiques et ce qui l’est réellement pour obtenir un emploi pénalise les jeunes et dissuade nombre d’entreprises de se lancer dans l’aventure de l’apprentissage. De plus, la procédure d’élaboration d’un diplôme prend beaucoup trop de temps et laisse de côté les professionnels. Il faut en moyenne cinq ans pour créer un BTS, deux ans pour le réviser. Des délais peu compatibles avec la réalité du monde économique qui évolue très vite en raison des ruptures technologiques et de la concurrence internationale. Il est nécessaire de rapprocher la temporalité de l’enseignement de celle de l’entreprise. Pour optimiser les chances que les formations dispensées par apprentissage débouchent sur des emplois, il faudrait que les cursus soient coconstruits par l’État et les branches professionnelles – à l’image de ce qui est pratiqué dans des pays comme l’Allemagne ou la Suisse, où l’apprentissage est massivement développé. Les branches professionnelles doivent ainsi prendre la responsabilité des référentiels d’activité qui décrivent les métiers. Les référentiels de compétences et de certification, quant à eux, doivent faire l’objet d’une définition partagée entre les branches et l’État. Il convient enfin de valoriser la fonction de tuteur en entreprise, en insérant un module de formation sur le tutorat dans les cursus des formations initiales. 42

ILS VEULENT CHANGER LE MONDE - La Tribune
La banque d'un monde qui change - Tennis Spora
7 milliards de personnes leur monde, leurs possibilités - UNFPA
Rapport sur l'investissement dans le monde 2011 - unctad
LIBRE-ÉCHANGE - La Tribune
Le Monde des artisans en Savoie n°92 - Janvier / Février 2013
une entreprise dans un DOM Est-ce que cela change la donne?
Monde de demain 1972 - Herbert W. Armstrong Library and Archives
Le Monde des artisans en Savoie n°93 - Mars / Avril 2013
imaginezvotretravaildemain
Télécharger la version FR - Le Monde selon les femmes
Télécharger la version FR - Le Monde selon les femmes
Le Monde des artisans en Savoie n°96 - Septembre / Octobre 2013
Cap sur le monde : - Communauté métropolitaine de Montréal
2008 - Finances - Gouvernement du Québec
un territoire
Télécharger - Le Monde selon les femmes
De l'eau propre pour un monde sain - UN-Water