Views
2 months ago

BEAST #7

46 #Art | Creativity

46 #Art | Creativity L’ART AU SERVICE PAR ALEXANDRE DES MARQUES FLOBERT La frontière entre les mondes de l’art et du business n’a jamais été aussi mince. Pourtant, « l’art-keting », c’est-àdire l’utilisation de l’art à des fins marketing, n’est pas un phénomène récent. Les plus grandes marques, notamment dans le luxe, se sont souvent nourries de l’art pour développer leur identité. La méduse de Versace, par exemple, est largement inspirée des fresques grecques remises au goût du jour par les néoclassiques à la fin du XVIII ème siècle. Mikael Kraemer, membre d’une famille de marchands d’art possédant la plus ancienne galerie d’art familiale parisienne, disait alors : « Le luxe est issu de l’art. Et l’art est un luxe ». La proximité de ces deux univers est en effet très forte, les deux étant considérés comme des valeurs refuges, insensibles au climat économique et déconnectées du quotidien. L’art, de par ses aspects inaccessible et unique, offre une dimension émotionnelle aux marques de luxe. Celles-ci n’hésitent donc plus à l’utiliser pour enrichir leur expérience client et la désirabilité de leurs produits tout en légitimant des prix élevés, car le prix de l’art n’a pas de limite, sa valeur est subjective. Ces dernières années, le rapprochement entre les marques de luxe et l’art s’est accéléré, en témoigne l’ouverture en 2014 de la fondation Louis Vuitton dans le bois de Boulogne à Paris, qui se veut promouvoir l’art et la culture tout en pérennisant les actions de mécénat engagées par le groupe depuis les années 90. Mais derrière cette ouverture culturelle se cachent bien évidemment des enjeux de réputation considérables. LVMH a en effet entrepris un tour du monde urbain, invitant différent artistes issus du street art tels que EINE, eL Seed ou Eko Nugroho à s’exprimer sur des foulards en soie, associant ainsi leur notoriété actuelle à l’image de la marque. Ces pratiques ne manquent pas de faire polémique parmi les puristes, comme chez le street artiste engagé Kidult avec son T-shirt « Not Art by Kidult » à 6,89€ - en réponse à celui de Marc Jacobs reprenant une photo d’un de ses graffitis, signé « Art by Marc Jacobs » et vendu 689€. Pourtant, les collaborations entre artistes et grandes marques se multiplient, illustrant ainsi leur réussite. On peut citer par exemple le rappeur-graffeur-designer français Grems, qui a réalisé plusieurs accessoires de mode chez Kothai, ou encore l’italien Mauricio Cattelan qui signe la dernière campagne publicitaire de Kenzo. Tout comme les vendeurs de luxe, les publicitaires font aussi appel aux artistes. Revenons à la genèse bien connue de cette relation. En 1962, Andy Warhol peint sa célèbre toile Campbell’s Soup Cans et la présente lors de sa toute première exposition la même année. Celle-ci est un succès national puis planétaire : alors que dans les années 50, il n’était qu’un simple dessinateur publicitaire, cette œuvre le propulse au rang d’artiste à renommée internationale, père fondateur du mouvement pop-art. Aujourd’hui, la série de toiles de ces fameuses boîtes de soupe est exposée au MOMA de New-York, et un exemplaire vaut aujourd’hui des millions de dollars (comme Small Torn Campbell Soup Can (Pepper Pot), vendue 11,77 millions de dollars en 2006). Ce succès contribue à la renommée de l’entreprise, à un tel point que 50 ans plus tard, en 2012, Campbell commercialisait 1,2 million de boîtes de conserve vintage en hommage à la toile. Aujourd’hui, tout est bon pour associer l’art à ses produits, car s’il divise son public entre affinité et rejet, il réunit autour de l’esthétisme, l’unicité et la notoriété. Si cela a conduit de nombreuses marques à employer des artistes - comme Free qui confie le design de sa Freebox Revolution au célèbre designer Philippe Starck -, d’autres se contentent d’utiliser l’image de l’art. Samsung, par exemple, lance sa campagne « For self-portraits. Not selfies », imaginant de célèbres autoportraits comme ceux de Vincent Van Gogh ou Frida Kahlo s’ils avaient été réalisés avec la qualité de ses appareils photos. Cela donne sens à ce que disait Jef Richards, professeur de publicité américain, au sujet de la relation entre art et publicité : « La créativité sans stratégie, cela s’appelle de l’Art. La créativité avec de la stratégie, cela s’appelle de la Publicité ». Il existe également une autre forme d’utilisation de l’art par le marketing. MASERATI GHIBLI GUARANTEED TO MAKE YOU FEEL LIKE IT LOOKS. ACCÉDEZ AU RAFFINEMENT ABSOLU DÈS 65 990 € (1) Subtil équilibre de puissance, d’élégance et de confort, Ghibli concentre toute l’âme Maserati. Le son mythique de ses motorisations V6. La pureté de son design racé. La noblesse de ses matières... Tout dans cette berline vous invite à réaliser vos rêves de performance. GARAGE INTINI SA 8 B ROUTE DE LONGWY 8080 BERTRANGE LUXEMBURG Garantie 3 ans - Kilométrage illimité. (1) Prix tarif d’une Ghibli Diesel au 01/06/2016. Modèle présenté : Ghibli à 75.074€. Dans la limite des stocks disponibles. Consommation en cycle mixte (l/100 km) : 5,9 - Émissions de CO2 gamme (g/km) : 158. Photo et coloris non contractuels. Retrouvez plus d’informations sur : WWW.MASERATI.LU E.R. : Bram Vanhengel. Maserati West Europe. Blarenberglaan 6, 2800 MALINES BEAST MAGAZINE #7

RETHINK INNOVATION THINK TUDOR - CRP Henri Tudor
tudor.lu
Le Portugal, vous connaissez? - aicep Portugal Global
portugalglobal.pt
A l'ère des nouvelles technologies et du digital, nous ... - Set'Event
set.event.com
Samsung Lave linge hublot Samsung ECO BUBBLE WF70F5E5W4X - fiche produit
manualsmania
Téléchargement brochure mt-g (PDF, 660 KB) - Medical Translation ...
mt.g.eu
EMO OT Brochure commerciale (PDF) - EMO Oberflächentechnik
emoot