NOUVELLES DE JÉRUSALEM - Pâques 2017

ecolebiblique

Les Nouvelles de Jérusalem sont une revue d'informations de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem, 2 à 3 fois par an, elles donnent un aperçu des travaux en cours en exégèse comme en archéologie, ici à Jérusalem. En voici le premier numéro couleurs en ligne. Les articles alternent français et anglais.

The Nouvelles de Jérusalem is an information review of the École Biblique et Archéologique française de Jérusalem, 2-3 times a year, they give an overview of the work in progress in both exegesis and archeology, here in Jerusalem. Here is the first color edition online. Articles are sometimes in French sometimes in English.

Nouvelles de Jérusalem

Lettre aux amis de l’École biblique

et archéologique française

N° 93 - Pâques 2017

École

biblique e

archéolog

française

Jérusalem


Institution dominicaine installée dans le domaine du couvent Saint-

Étienne depuis 1890, l’École biblique et archéologique française

de Jérusalem accueille étudiants et chercheurs venus du monde

entier et leur propose une expérience unique de recherche.

Elle poursuit ainsi le projet de son fondateur, le père Marie-Joseph

Lagrange : étudier la Bible au pays de la Bible, confronter scientifiquement

le document et le monument. Pour ce faire, l'École offre

un cadre de vie et d’étude exceptionnel :

Une bibliothèque spécialisée

Une équipe internationale d'enseignants-chercheurs

Une visite régulière des sites archéologiques

Une ambiance fraternelle favorable aux échanges

Comment nous aider ?

En faisant connaître l'École autour de vous

En recommandant nos formations

En faisant un don

En adhérant à l'association des amis

associationdesamis@ebaf.edu

Références bancaires

Banque : CIC

Titulaire : Couvent des dominicains à Jérusalem

Code banque : 30066 - Code guichet : 10931

Compte : 00010230401 - Clé RIB : 15

IBAN : FR76 30066 10931 00010230101 15

(BIC) : CMCIFRPP

École Biblique et Archéologique française de Jérusalem

Nablus road 83-85 -POB 19053 -IL 91 190 01 Jerusalem

Tél. : 972 2 626 44 68 ext 238 - Fax. : 972 2 628 25 67

www.ebaf.edu - secretariat.ebaf@gmail.com


Éditorial

Chers amis de l’École biblique,

Vous découvrez avec ce cahier une nouvelle formule des Nouvelles

de Jérusalem, qui paraîtra entre deux et trois fois par an. Nous

savons l’attachement des anciens étudiants à recevoir des nouvelles et

sommes aussi sensibles à l’intérêt que portent nos amis à ce que nous

faisons. Cette formule modernisée se veut plus attrayante mais elle est

complémentaire des informations que vous pouvez déjà recevoir en

consultant le site de l’École biblique (www.ebaf.edu) ou à travers la

Lettre de l’École biblique que vous pouvez recevoir chaque mois par

courrier électronique (inscription à : communication@ebaf.edu). Pour

rendre notre communication plus dynamique, nous avons entrepris de

rénover notre site web et avons recruté un chargé de communication.

Ce souci de modernisation a pour but de mieux informer nos collaborateurs,

nos amis et nos soutiens de ce qui se passe à l’EBAF et que vous

allez découvrir au fil des pages : six nouveaux professeurs, un nouveau

directeur et un nouvel administrateur, publications des professeurs,

mise en ligne du rouleau de la Bible en ses Traditions, etc. L’EBAF

réfléchit aussi à adapter son offre pédagogique à un public qui change.

Il nous a semblé qu’un rythme plus alerte d’information était nécessaire

pour rendre compte de sa vitalité.

Ces Nouvelles de Jérusalem ont, enfin, pour but de remercier tous ceux

qui nous soutiennent à travers les diverses associations d’Amis de

l’EBAF, en France, au Canada et aux États-Unis. Nous avons de nombreux

projets, que vous découvrirez au fil des mois. Sans votre aide,

nous ne pourrions pas les mener à bien. Soyez-en vivement remerciés.

NB : Nouvelles de Jerusalem will be bilingual (French-English), as

much as possible.

Fr. Jean Jacques Pérennès, o.p.

Directeur de l’École biblique


Bible

Paths of Light in Isaiah

From the diachronic to the

synchronic approach

The Book of Isaiah has been the

classic example for historicalcritical

exegesis in proving the

necessity of a diachronic study.

Indeed, we can easily point to the

well-known difficulty that Isaiah,

while living in the 8 th century BC,

spoke about Cyrus, the King of

Persia from the 6 th century BC.

Thus, literary criticism has

been applied to the book as an

instrument to trace the diversity

of theologies, literary genres,

cultural and political contexts,

spanning from the 8 th to at least the

4 th century.

The first studies tended to

concentrate on the biography of

Isaiah and admittedly had a certain

historicist bias. One was looking

for the ipsissima verba of the

prophet from the 8 th century, while

the text considered to be more

recent and hence ‘not-original’

did not merit the same attention.

It is because of the internal

development of the historical-

4 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


critical method itself that gradually

the more recent editorial stages

became the center of scholarly

attention. Indeed, to explain

these stages means to understand

what is most fundamental: what

is the central message, not of a

single passage, but of the whole

book? Synchronic approaches

are therefore not in opposition to

the historical method, but rather

resulted from the growth of the

method itself.

Quest for Unity

Anyone who has toiled trying to

grasp the unity of the book will

have experienced a great deal

of frustration. The shifts of the

speakers, themes, and literary

forms are abrupt and often quite

bewildering. The Book of Isaiah

is definitely not following a linear

way of thinking, nor developing

arguments in any straightforward

direction. The reader stands before

a thicket, or rather a forest, and

hesitates which path to choose.

Symbol

Nevertheless, the book itself

proposes many paths. One may

begin mapping this land by

following any chosen theme (e.g.

kingship). If it appears often

enough, the reader will be able

to grasp the different contexts

(positive, negative) or different

subjects involved (God, human

king, Messiah?, the people).

Finally, if the theme is well chosen,

it will allow him to cross through

all the book, thus experiencing

something of this landscape and

approaching the main question:

why was it written? Or at least,

why is it written like that? What is

its message?

The choice of the right path

in this quest is crucial. The

choice of a single word is too

narrow and limiting. One needs

to refer to some reality that is

common, flexible and meaningful.

Preferable candidates seem to

be symbols sensu stricto; i.e.

universal and archetypal realities,

which through what is visible

connect to invisible realities. This

essential quality is particularly

useful in comprehending a work

that is both poetry and theology.

Since Isaiah invites us, “Come, let

us walk in the light!” (Is 2:5), let

us follow the light.

Light

Studying the symbol of light in a

book means precisely dealing with

the linguistic expressions based

on this material reality. Nouns and

verbs associated with the sematic

field of light, as well as the

metaphors of light become the first

subject of the study, together with

the pericopes where they occur.

5


This brief introduction is not a

place where all the passages can

mentioned. Let me just indicate

some conclusions from Is 2.

Light appears as a metaphor of

knowledge. In the Scriptures

knowledge is never purely

speculative; it always conditions

ethical behaviour. The already

mentioned text of Is 2:5 speaks

about the “light of Yhwh” in a

parallel to Teaching, i.e. Torah.

Nevertheless, in this very first verse

one immediately understands that

a single explanation is reductive,

incomplete, and hence false. Does

light stand for the moral law, the

written Torah, ethical behaviour,

or perhaps Yhwh Himself ?

Moreover, we encounter this

invitation to walk in the light in

the context of speaking about the

last days. It is therefore the light

of the last day, when the world is

transformed and God recognised by

all the nations. What conclusions

can one deduce from such a cluster

of ideas? Since light is indeed a

symbol, it cannot be pinned down

just to one single abstract notion,

instead its very function is to reveal

the necessary connections between

diverse realities. One “walking

in the light of Yhwh” already

participates in the wonders of the

last days. Is 2:5 functions both

as a promise and an exhortation.

If I the reader follow the light,

that is if I follow the Teaching,

6 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


continue reading this book, the

eschatological victory is at hand.

From the diachronic perspective it

is notable how the motif of light,

since it crosses so many different

cultures, makes it possible to

juxtapose texts belonging to

seemingly very distant traditions.

Is 2:5-21 is a poem glorifying a day

of royal victory and has parallels in

the Neo-Assyrian literature. It is

often the very presence of the glory

of the divine king that made the

enemies hide in the darkness. This

mythological Near-Eastern topos of

the victorious light is in Is 2 placed

together with an eschatological

vision and an ethical light.

It is up to the reader to interpret this

juxtaposition and draw the right

conclusions. There is a war going

on in which the light is victorious.

“Walking in the light of Yhwh,”

therefore, means participating in His

victory. Ethics and the study of the

word are put together with military

victory, in all its seriousness and

finality. The mythological motifs

are elevated into the eschatological,

apocalyptical, and universal

perspective.

myth, history, and eschatology.

Since the symbols are universal

they remain productive and are

a preferable point around which

to compose a unity from the texts

belonging to such distant times.

The symbol of light has the capacity

to make into one realities that could

otherwise seem quite distant, like

ethics and military victory. Last but

not least, because light means also

the word, it serves to create a selfreferencing

clue. This is the way in

which the Book of Isaiah speaks

about reading of the Book of Isaiah

itself! Its function is nothing less

than existentially involving the

reader. He will gradually discover

that this book is not about some

distant past or distant future.

Instead, exactly while he is reading

this very book, he is reading about

himself reading the book, about

himself participating in the light

and confronting the darkness. The

power of the symbol is not just in

the information it transmits, but in

the things it does to the person who

is exposed to it.

Fr. Lukasz Popko, o.p.

Lecturer

Connections

Light appears to be a means through

which the unity of the Book is

assured. It allows us to make

typological connections between


Archéologie

Fr. Dominique-Marie Cabaret,

un archéologue inspiré

Vous êtes ingénieur et docteur

en théologie, comment en êtesvous

venu à une thèse en archéologie

?

En laissant faire les choses, si

j’ose dire ! Mon goût pour les

sciences, l’architecture et l’histoire

ne date pas d’aujourd’hui.

Par exemple, je me souviens très

bien des sites archéologiques

de Lyon et Vienne sur le Rhône

(théâtre de Fourvière et la ville

de Saint-Romain-en-Gal) que

j’ai découverts à l’âge de 12 ans,

lorsque j’étais petit chanteur. Ce

fut un véritable enchantement que

de parcourir ces rues romaines

encore très bien conservées. Cela

m’a donné le goût de l’histoire

que j’ai cultivé pendant toute

mon enfance jusqu’à maintenant

en lisant de nombreux ouvrages

surtout consacrés à l’Antiquité

et au Moyen-Âge. J’ai eu ma

période « roman » ; mais maintenant,

lorsqu’il s’agit de me détendre,

les livres historiques ont

ma préférence.

Mes études d’ingénieur, qui comportent

des sections consacrées

8 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


à la résistance des matériaux et

à la production sous toutes ses

formes, m’ont aussi donné le goût

de la construction. Ce qui m’a

valu plus tard, en tant que dominicain

trésorier du couvent de

Marseille, d’être responsable de

la construction d’un nouveau bâtiment

de quatre étages en pierres

de taille, comprenant salle de

conférence, bibliothèque, etc. et

permettant l’aménagement d’un

cloître. La surveillance de ces

travaux pendant plus de quatre

ans, au contact des différents

corps de métier, dont des tailleurs

de pierre spécialisés dans

la restauration des monuments

historiques, m’a permis d’acquérir

une petite compétence en architecture

; ou du moins le goût

de l’architecture que je retrouve

dans l’archéologie.

Dans cet élan, mon doctorat de

théologie (sur les appropriations

trinitaires) n’est pas une anormalité

mais l’autre face d’une même

passion : parvenir à une meilleure

connaissance de Dieu, en

particulier du Dieu-homme Jésus

qui a habité un pays. La théologie

n’est pas sans lien avec l’archéologie.

Il n’est pas possible

d’être théologien sans se plonger

sérieusement dans l’histoire de la

théologie, ce qui in fine nous fait

remonter à l’époque du Christ et

à la civilisation qu’il a connue.

C’est d’ailleurs une de mes motivations

premières : remonter au

Christ au moyen de l’archéologie

en connaissant davantage le pays

qu’il a habité, la culture dans laquelle

il a baigné, les villes qu’il

a arpentées, les paysages qu’il a

admirés. J’aurais beaucoup de

mal à me passionner autant pour

l’archéologie s’il me fallait par

exemple n’étudier que les huttes

gauloises du 1 er siècle av. J.-C.

Je ne nie pas l’intérêt d’une telle

étude. Mais le frère prêcheur, que

je suis, ne voit dans l’archéologie

qu’un moyen pour nous approcher

du Christ, mieux le connaître

et donc mieux l’aimer !

Sur quel sujet travaillez-vous

pour votre thèse ? Quelle période

et quel emplacement géographique

exactement ?

Je travaille sur l’urbanisme des

quartiers nord de Jérusalem de

la période hasmonéenne (2 ème

av. J.-C.) à la période romaine

(2 ème siècle ap. J.-C.). À partir des

fouilles archéologiques récentes,

des sources historiques, en me

servant des moyens les plus

modernes (notamment cartes et

photos satellite), j’essaye de proposer

une nouvelle chronologie

du développement des quartiers

nord de Jérusalem. Il peut sembler

étrange qu’il puisse y avoir

9


des choses nouvelles à dire sur

un tel sujet qui a été tant étudié

depuis plus d’un siècle. Je me

suis seulement emparé de ce dossier

archéologique avec un regard

d’ingénieur, ce qui me permet de

proposer une trame urbaine des

quartiers qui se sont développés

sous les dynasties hasmonéenne

et hérodienne, reprise par les Romains

lorsqu’ils ont transformé

Jérusalem en colonie romaine :

Aelia Capitolina.

Pourriez-vous citer quelquesunes

de vos premières découvertes

à propos de la Jérusalem

d’Hérode ?

Une première découverte – ou

plus exactement une confirmation

d’une thèse déjà développée

par un ancien élève de l’École

biblique, Yves Blomme 1 mais

passée inaperçue – est que l’arc

de l’Ecce Homo situé dans le

quartier musulman au-dessus de

la via dolorosa, n’est pas un arc

de triomphe datant de la période

d’Hadrien (2 ème siècle ap. J.-C.)

mais une porte de la ville voulue

par Hérode le Grand (fin du

1 er siècle avant J.-C.). Cela peut

1- Y. Blomme, « Faut-il revenir sur la datation

de l’arc de l’ “Ecce homo” ? », Revue

biblique 66 (1979), p. 244-271.

paraître anodin. En réalité, cela

bouleverse la vision qu’on pouvait

avoir de la ville : qui dit porte

de ville, dit aussi muraille ; qui

dit muraille, dit aussi deux quartiers

distincts situés de part et

d’autre, qui se sont développés à

des époques différentes. Ce n’est

pas le lieu pour entrer dans le

détail de ces questions mais cela

bouleverse un certain nombre

d’idées reçues.

Une seconde découverte est la

structure en patte d’oie des trois

rues (et non des deux rues), encore

inscrites dans la trame urbaine de

l’actuelle vieille ville aux abords

de la porte de Damas. Deux des

trois rues de la porte de Damas

sont bien connues puisqu’elles

sont empruntées quotidiennement

par des milliers de gens.

Par contre, la troisième, orientée

à l’est, passe souvent inaperçue

parce qu’elle a été comme oubliée

par les architectes de l’empereur

Hadrien qui ont embelli la ville

au 2 ème siècle ap. J.-C., lors de

sa transformation en colonie romaine.

Si cette rue a été oubliée,

c’est qu’elle a été voulue comme

telle à l’origine du quartier, qu’il

faut sans doute faire remonter

à l’époque hasmonéenne. On

ne peut détailler cette question

davantage ici. Mais, encore une

fois, cela ouvre des perspectives.

10 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


Vous enseignez la topographie

et l’histoire du Proche-Orient

ancien à l’École, en quoi ces

deux activités se recoupent ?

Ces deux matières vont ensemble

car il n’est pas possible de bien

connaître ce pays sans connaître

son histoire. C’est comme si vous

prétendiez avoir fait le tour d’une

personne en ne l’ayant rencontré

que quelques minutes. En étudiant

l’histoire du Proche-Orient, on se

trouve inévitablement confronté

à ce qui l’a façonné depuis des

millénaires, c’est-à-dire sa topographie

: ses villes, ses vallées,

ses montagnes, ses déserts, etc.

En allant sur le terrain, on ne

peut faire un pas sans retrouver

des structures qui témoignent que

cette région du monde qui, sur le

plan culturel, fut le berceau de

l’humanité, a commencé de se développer

longtemps avant que ne

survienne la plénitude du temps,

l’heure de l’Incarnation.

Fr. Dominique Marie Cabaret, o.p.

Assistant en archéologie


Bible en ses Traditions

Le Rouleau est en ligne !

Mais pourquoi un rouleau ?

Fr. Olivier-Thomas Venard, vice-directeur de

l’École, est directeur du programme de recherches

La Bible en ses Traditions. Depuis

décembre 2016, les premiers résultats digitaux

du projet sont en ligne. Il en explique

le support et donne quelques nouvelles du

programme.

Pourquoi un « Rouleau », comment

se présente t-il ?

En optant pour un rouleau à l’ère

digitale, nous voulions « tirer de

notre trésor du neuf et du vieux »

(Mt 13,52). Le rouleau était la forme

usuelle des manuscrits antiques

avant l’invention de ce que nous appelons

le livre. Nous transformons

donc l’écran pour le faire défiler de

la droite vers la gauche et inversement,

en le dépliant par ses côtés,

comme un rouleau.

Ce qui a surtout inspiré notre

choix, c’est qu’il s’agissait d’un

bon moyen pour pouvoir montrer

en parallèle les différentes versions

des textes saints, verset par verset,

comme dans une partition de musique

polyphonique. Le lecteur lit

ainsi la Parole de Dieu à plusieurs

voix, comme nous en avons hérité

à travers les siècles. Lorsque l’on

voyage sur le rouleau, apparaissent

dans le texte les lettres « M », « G »,

12 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


« V » ou « S », elles annoncent les

origines des traductions du texte

saint, de ses différentes Traditions :

M pour massorétique (hébreu), G

pour grec, V pour la Vulgate (latin)

ou S pour syriaque.

Si vous cliquez sur le bouton Notes,

la colonne de texte centrale est encadrée

de larges marges de couleur plus

foncée dans lesquelles apparaissent

des lettrines qui annoncent les zones

d’annotation : T pour Texte, C pour

Contexte et R pour Réception. D’un

seul clic, votre rouleau antique s’est

transformé en une Glose médiévale

ou une espèce de Talmud ! Il est

possible de cliquer sur chaque note

pour l’ouvrir, ou bien de cliquer

sur les petits « drapeaux » qui

apparaissent dans le texte biblique et

vous indiquent l’existence de notes

portant sur le texte choisi.

À gauche, on étudie le texte

même du verset : les manuscrits

où il apparaît, son vocabulaire, sa

grammaire, sa beauté littéraire, etc.

La richesse potentielle de sens du

verset est décrite. À droite, les notes

portent sur le contexte d’écriture,

divisé en catégories, par exemple les

Repères géographiques ou l’Intertextualité

biblique (c’est-à-dire ce

qui renvoie à des passages d’autres

livres bibliques ou d’autres chapitres

du même livre). Dans cette

même colonne, apparaît la réception

du passage au cours des siècles…

Selon l’état du contenu déjà rédigé

vous trouverez par exemple des

propositions de notes sur la réception

en théologie chez saint Thomas

d’Aquin, dans la peinture de Rembrandt,

dans le cinéma de Martin

Scorsese, etc. Grâce au travail de

nos développeurs numériques, nous

espérons pouvoir inclure des images,

de la musique, directement dans ce

rouleau à l’automne prochain !

Interview

En quoi cette proposition est-elle

originale ?

13


La comparaison des textes hébreu,

grec, araméen et latin en ligne n’est pas

nouvelle ; ce qui est plus rare c’est de

donner ensemble d’un seul coup d’œil

les traductions des diverses versions

en français. Autour du texte, nous proposons

des notes, elles reflètent les

interprétations des exégètes mais aussi

la manière dont la Bible a rayonné

depuis les premiers siècles jusqu’à

aujourd’hui, à travers la théologie, la

philosophie, mais aussi la peinture,

la littérature, le cinéma, la musique,

la danse, le théâtre… Notre originalité

est d’élaborer une Bible, très

annotée, certes, mais bien une Bible,

avec un appareil de notes, reliées avec

précision au texte sacré. La mission

et la résonnance du programme sont

infinies puisque les textes ne cesseront

d’être commentés et les interprétations

ne cesseront d’évoluer ! Pour cette

raison, notre interface est déjà collaborative.

Les internautes, chercheurs

ou novices, peuvent participer à la

recherche en soumettant des commentaires

qui, vérifiés et validés, pourront

même être publiés.

Justement, où en est la mise en

ligne de ce rouleau biblique ?

Elle a commencé ! Depuis le 6 décembre

2016, à l’occasion de notre

colloque international et interdisciplinaire

« Mise(s) en Œuvre(s)

des Écritures » en Sorbonne, nous

avons ouvert au public l’interface,

encore expérimentale, à l’adresse

scroll.bibletraditions.org. Tout le monde

peut y trouver, gratuitement, nos

nouvelles traductions en cours d’élaboration,

des introductions et un jeu de

notes minimal. En faisant un don à partir

de 10 euros, on peut même observer

pendant un an le travail en cours dans

les différents livres bibliques où nos

équipes travaillent, à Jérusalem, et en

plusieurs endroits du monde. Depuis le

début du projet, plus de 300 chercheurs

ont été associés à notre plateforme.

Sans faire de véritable « lancement »,

nous avons été rejoints par quelques

centaines d’utilisateurs qui peuvent

nous envoyer des courriels depuis le

rouleau, ayant pour objet la référence

où ils sont dans leur lecture, pour suggérer

des corrections ou des apports.

Nous allons faire une « actualisation »

du rouleau par semestre, avec de nouvelles

traductions, enrichies et précisées,

en y incluant sous formes de notes

les petites recherches occasionnées par

les observations ou questions reçues.

Recevez

notre capsule

biblique

hebdomadaire :

www.prixm.org»

Fr. Olivier-Thomas Venard, o.p.

Directeur exécutif du programme

14


Bible en ses Traditions

L’Agneau

Mathieu Beaud est chercheur associé au programme

Bible en ses Traditions. Docteur en

histoire de l’art, il travaille sur la réception

des thèmes bibliques dans l’iconographie. À

l’approche de Pâques, il nous propose une

courte étude du thème de l’Agneau.

L’agneau est un motif chrétien primordial

comme l’est la Croix, le

poisson et la barque qu’il côtoie sur

les décors les plus anciens : les peintures

des catacombes (dès le II e s.)

et les premiers artefacts préconstantiniens.

Thème profondément sacrificiel

et nourricier, commun au

champ scripturaire judéo-chrétien,

il plonge ses racines dans le substrat

d’une culture agraire méditerranéenne.

Pour les premiers chrétiens,

il s’agit d’abord d’un emblème,

comme la Croix, qui se porte gravé

sur les intailles, les camées, les

médailles et autres amulettes moins

Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017

comme un symbole d’appartenance

que comme un signe de protection.

Rapidement la forme animale stylisée

synthétise puissamment la foi

chrétienne dans sa valeur la plus

élémentaire : le sacrifice lustral et la

résurrection.

Sa présence est récurrente dans l’art

funéraire, associée à un répertoire

visuel pastoral : le pedum (houlette)

et la mulctra, récipient pour le lait

caillé qui fut aux premiers temps

chrétiens une espèce eucharistique.

Il investit le motif antique du Berger

criophore (porteur de bélier)

pour former le thème du « Bon pasteur

» (Lc 15,3-7 ; Jn 10,11-16) dans

la catacombe Sainte-Priscille de

↑ - Francisco Zurbarán, Agnus Dei, 1635-

1640, huile sur toile, 37,3 x 62 cm, Madrid,

Musée du Prado (n° d’inv. P07293)

15


Rome (III e s.) ou dans le mausolée

de Galla Placidia à Ravenne. Cependant,

l’agneau est majoritairement

exploité pour sa dimension sacrificielle.

Il est l’Agnus Dei (qui tollis

peccata mundi, Jn 1, 29) qui s’offre

à la supplication dans un contexte

funéraire (décors d’hypogées, sarcophages,

épigraphies dédicatoires)

car il véhicule la promesse de la

résurrection. L’animal est souvent

entouré de loups ou plie une patte

pour accepter l’holocauste. Les sens

eucharistiques et christologiques se

précisent : une longue croix hastée

ou le gonfanon crucifère remplacent

la houlette pastorale pour former

ce qui est couramment appelé

l’Agneau pascal. D’autres symboles

christologiques se greffent à l’animal

tels que le nimbe crucifère, les

christogrammes, l’Alpha et l’Omega

qui le projettent dans un contexte

apocalyptique.

La Croix est bien sûr le pendant de

l’Agneau : les deux signes fusionnent

bien souvent, et l’animal inscrit dans

un médaillon à la croisée de la haste

et des bras d’une croix latine sert à

figurer le Christ en croix jusqu’au

concile in Trullo (réuni en 553, 680-

681) qui décida de favoriser la figuration

humaine du Christ.

L’Agnus Dei est aussi l’emblème

de Jean le Baptiste qui le désigne

du doigt (Jn 1, 29). Il devient un

signe christologique glorieux, atemporel,

à la fois sotériologique et

eschatologique : monté sur le mont

Sion, personnification de la source

de vie, il surplombe les fleuves

du Paradis auxquels s’abreuvent

cerfs et brebis (Ap 14,1 ; 21,6).

Dans la miniature impériale médiévale,

l’agneau illumine la Jérusalem

céleste nouvellement révélée

(Ap 21, 6), et s’associe au Livre

des sept sceaux (Ap 6,1) ou arbore

sept cornes et sept yeux (Ap 5, 6).

Le simple motif de l’agneau est donc

un symbole christologique au sens le

plus profond : il existe sur tous les

champs scripturaires, symbolise le

Christ dans toutes ses manifestations

et se rapportant aussi bien au Christ

caput ecclesiae qu’aux fidèles,

membres de cette Église. L’agneau

symbole du Christ est donc surtout

un symbole ecclésiologique.

Lorsque Francisco Zurbarán peint

ses différentes versions de l’agneau

(ou bélier) au XVII e s., il conçoit

son sujet comme un simple bodegón

(nature morte). Pourtant l’artiste

exprime cette fois sans symbole,

mais avec toute la maîtrise de son

art les thématiques naturellement

véhiculées par cet agneau aux pattes

attachées en croix, sa toison ivoirine

(laiteuse), prête à être souillée

du sang versé d’une gorge exposée

pour « enlever le péché du monde ».

Mathieu Beaud

16


Étudiants

De cité en cité,

sur les pas des Nabatéens

Ides de mars 2017 : les voilà fin

prêts à partir. 15 frères, sœur, étudiants,

volontaires s’apprêtent à affronter

les grandes solitudes du désert

du Neguev à la découverte des

Nabatéens, peuple de marchands du

tournant de l’ère.

On a troqué les vieux appareils photographiques

au trépied de bois pour

des appareils à haute définition et

leurs longs objectifs, les chameaux

et les ânes pour 4x4 et mini van et

le guide bédouin pour le non moins

expérimenté frère Dominique-Marie

Cabaret en charge du cours de topographie

! Le matériel se modernise

Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017

mais l’enthousiasme reste égal à

celui des frères pionniers !

Le périple nous mènera de forteresses

romaines en églises byzantines,

de la citadelle d’Avdat aux

mines de cuivre de Timna ! Une

première journée nous permet

d’établir le contact avec ce peuple

des Nabatéens qui pour beaucoup

d’entre nous est certes synonyme

de Pétra mais reste une entité mal

définie. Nous abordons tout d’abord

l’environnement inhospitalier que

constitue le désert avec ses steppes,

ses falaises et ses wadi. Puis c’est

Mamshit qui s’offre à nous, ville

17


étape sur la route de l’encens et des

épices, entre l’Arabie et Gaza, port

majeur dans le commerce méditerranéen.

Deux églises dotées de

superbes mosaïques, la demeure du

gouverneur et le marché nous font

comprendre le processus de sédentarisation,

le passage à la romanité et

à l’ère byzantine avant de voir cette

cité s’éteindre à l’époque arabe. On

soulève les problématiques archéologiques

actuelles : l’utilisation

des bâtiments, la récupération et la

répartition de l’eau en zone désertique.

Toutes les cités que nous

serons amenés à découvrir offrent

des similitudes dans le bâti qui nous

permettent de saisir les modes de

vie des habitants tout en conservant

des spécificités dans l’architecture

et l’organisation spatiale.

A la nuit tombée nous voilà au coin

du barbecue près de notre tente de

bédouin ! Père Patrick et frère Joseph

sont les cuistots de la troupe. Après

un dîner animé la soirée se prolonge

tard dans la nuit au coin du feu, ponctuée

de chants béninois, mauriciens,

français et de morceaux d’opéra

interprétés par nos deux chanteurs

lyriques : Père Patrick et Claire.

Jeudi 16 mars : direction le parc animalier

du Neguev connu pour ses

caracals, félins aux oreilles acérées.

Niché dans la vallée de l’Arava au

creux des majestueuses montagnes

jordaniennes et israéliennes le site

offre un condensé de vie sauvage.

Pour bien connaitre la vie dans le

désert, la découverte de la faune

et la flore est un passage obligatoire

! Oryx, addax, ânes de somalie,

autruches défilent sous nos yeux

ébahis ! Seul le caracal reste introuvable

… ce qui l’élève au rang de

mythe ! La seconde étape de la journée

nous mène au parc de Timna, réputé

pour ses mines de cuivre et ses

18 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


gravures rupestres, déjà exploitées

sous le pharaon Ramsès III (XII e

siècle) dont le profil se dessine sur

la roche rose au-dessus du temple

d’Hathor (XIV e siècle).

Au XII e siècle, les Madianites qui

plus tard accueillirent Moïse modifièrent

le temple. Les fouilles ont

permis de mettre au jour une statuette

en forme de serpent qui n’est

pas sans rappeler le serpent d’airain.

Une habile reconstitution des mines

de cuivre, visibles et reconnaissables

à leur couleur verte montre

bien l’étroitesse des conduits et les

conditions des esclaves envoyés là

afin d’extraire le métal. Cette journée

de désert s’achève dans le non

moins impressionnant Makhtesh

Ramon, formation géologique naturelle

semblable à un immense cratère

de 40km de long.

Le dernier jour nous réserve des

découvertes encore plus impressionnantes

: les cités nabatéennes

d’Avdat, Nissana et Shivta. Mathilde,

doctorante en histoire et arabisante

nous fait revivre, à Nissana,

la découverte d’une collection de

papyri dans une des églises de la

cité tout en nous expliquant la particularité

de certains : le bilinguisme

arabe-grec. La cité en elle-même a

été lourdement endommagée en raison

du réemploi d’une grande partie

du matériau pour la construction

d’un fort turc à l’ère ottomane. Le

plan des trois églises reste cependant

bien visible.

Mais il n’est pas temps de méditer

sur les ruines car un dernier site

nous attend.

Nous voilà à la dernière étape de

notre virée. Trois églises byzantines

se dressent au milieu du désert, triabsidales

au cœur d’un enchevêtrement

de rues, de citernes et de

piscines. Shivta offre à nous seuls

ses linteaux ouvragés, ses pressoirs

à vin et son étrange baptistère. Des

restes de peintures, l’emplacement

des plaques de marbre qui ornaient

toute l’église du Nord prouvent, par

l’absence, la richesse et la beauté

antique du lieu. Cependant la destruction

de l’édifice laisse la lumière

déclinante du jour entrer jusqu’au

chœur et donner une teinte plus

ocre aux murs, teinte que les byzantins

eux-mêmes ne purent admirer.

Ainsi s’achève notre traversée du

Neguev. Passant des frontières de

Jordanie aux limites égyptiennes,

notre connaissance archéologique

s’affine et nos aptitudes à déceler

avec habileté appareil nabatéen, byzantin

ou arabe se perfectionne, dans

l’attente de découvrir Pétra en mai !

Alexandra de Varax

Stagiaire au département Archéologie


Publications

Jean-Baptiste Humbert et alii,

Khirbet Qumrân et Aïn Feshkha.

Fouilles du P. Roland de Vaux.

IIIa. L’archéologie de Qumrân.

Reconsidération de l’interprétation.

Corpus of the Lamps,

Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen,

2016, 536 pages, 179 figures,

113 planches, 400 € (320 € en PDF)

Le troisième volume de la publication

des fouilles du Père de Vaux en

impose par la quantité des données

qu’il livre et son apport à une réflexion

scientifique renouvelée. Sa

parution marque une étape majeure

dans le processus éditorial relancé

en 1989, après un gel de plus de 20

ans dû à la mort du Père de Vaux

en 1971 et l’attente d’un règlement

diplomatique à l’occupation de la

Cisjordanie par Israël depuis 1967.

Jean-Baptiste Humbert, qui a repris

le flambeau en 1989, confesse

volontiers quelque naïveté : il

s’agissait, pensait-il, de mettre en

forme les données de fouilles, d’y

joindre les illustrations et le tour

serait joué. La tâche s’est révélée

autrement ardue. Au travail ordinaire

de l’archéologue (stratigraphie,

poterie, objets…) s’ajoutait

une enquête d’un type inédit sur les

archives de fouilles, restituer les

gestes des occupants antiques à travers

le filtre des observations d’un

fouilleur disparu et du fil inachevé

de sa pensée. Bref, une archéologie

à plusieurs niveaux… et un travail

de titan.

Après le 1 er volume paru en 1994

qui livrait les données de chantier

laissées par le Père de Vaux, i.e. les

photographies (ce qu’il a vu) et ses

notes (ce qu’il a trouvé et compris

au jour le jour) ; après un 2 e volume

collectif en 2003 rassemblant

diverses études archéométriques,

JBH s’attelle à un volet capital :

la stratigraphie, i.e. l’ossature

de l’occupation d’un site dans le

temps et dans l’espace. À l’époque

des fouilles de Qumrân, la méthode

stratigraphique et son observation

fine de l’imbrication des couches

archéologiques n’en étaient qu’à

leurs débuts. Jusque-là, l’histoire

d’un site se pensait essentiellement

à partir de l’architecture. Aussi admirable

que fut le souci du Père de

Vaux de concilier les deux, dans les

conditions d’urgence auxquelles il

faisait face, ses enregistrements

n’ont pas la précision scientifique

qu’on attend aujourd’hui. Le Père

de Vaux ne bénéficiait pas non

plus du résultat des fouilles qui

se sont multipliées plus tard dans

20 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


la région. Il disposait en revanche

de données extra-archéologiques,

i.e. les notices des historiens de

l’Antiquité sur les Esséniens et ce

sont elles qui ont guidé sa conception

des vestiges, comme l’habitat

isolé et organisé qui convenait à la

secte. 70 ans plus tard, les progrès

de l’archéologie régionale ont fragilisé

ses hypothèses, quand ils ne

les ont pas rendues caduques.

Pour être utile et relancer le débat

scientifique sur des bases positives,

la publication de la stratigraphie

de Qumrân exigeait donc d’examiner

la documentation matérielle et

architecturale, telles que le Père de

Vaux les avait objectivement observées,

à la lueur non plus avec des

textes mais des fouilles récentes,

et de proposer de nouvelles pistes

d’interprétation.

Le volume IIIA livre les fruits

de ce programme méthodique. Il

concerne les installations qumrâniennes,

autour du bâtiment central

qui fera l’objet du volume IIIB. On

y trouvera l’examen détaillé de neuf

problèmes majeurs de l’interprétation

du Père de Vaux qui justifient

la remise à plat de la chronologie

et de la fonction du site, avec des

propositions de résolution qui réaffirme

le caractère juif et religieux

d’une occupation qui se pourrait

bien essénienne (p. 25-119). Après

la liste des éléments construits et

des loci exhumés dans les fouilles

et leurs plans (p. 123-138) vient le

gros chapitre sur la reconstitution

stratigraphique proprement dite

(p. 144-446), chambre par chambre,

archives de fouille et matériel archéologique

à l’appui, et la proposition

d’une séquence adossée non

plus aux sources littéraires mais au

développement architectural et stratigraphique

des installations. JBH

l’articule en trois temps : 1) noyau

aristocratique hasmonéen (début du

I er siècle av. J.-C.) ; 2) extensions

par un groupe de juifs pieux (2 e

moitié du I er siècle av.-68 ap. J.-C.) ;

3) réoccupations sporadiques

(après 68). Enfin vient un corpus

de 200 lampes, établi par Mme J.

Mlynarczyk de l’université de Varsovie

selon les critères typologiques

actuels, avec leur catalogue et 18

planches illustrées, qui enrichit

considérablement le répertoire régional

et les possibilités de recoupements

chronologiques (p. 447-521).

Dans ce troisième volume est proposé

un nouvel état de la question.

Dans l’économie argumentative, il

se présente comme la thèse appelant

l’antithèse en vue de la synthèse,

dans la saine émulation du

débat scientifique. Ainsi progresse

la connaissance.

Estelle Villeneuve

Archéologue

Le Monde de la Bible


Photothèque et Archives

L’École biblique pendant la guerre de 1914-1918

↑ Réfectoire du couvent servant d’entrepôt pendant

l’occupation turque.

→ Au centre-droit, Jamal Pacha ; à dr., le comte de

Ballobar.

→ Au lendemain de la guerre, ré-érection de la statue

de S. Etienne dans l’atrium. Les Turcs avaient exigé

qu’on l’enlève.

Comme dans toutes les communautés

religieuses de Terre sainte dont

l’origine nationale en faisaient des

« ennemies » des Ottomans, la plupart

des Dominicains du couvent

St Étienne / École biblique ont été

expulsés après l’entrée en guerre

de la Turquie en novembre 1914.

À l’École biblique, toutefois, ne

restaient déjà que les plus âgés, dont

le fondateur, le père M.-J. Lagrange :

les plus jeunes religieux avaient

été obligé de partir « à la guerre »,

comme on disait. La mobilisation

s’était faite via le Consulat général

de France durant l’été. Du coup,

au couvent ne restaient que les religieux

non-belligérants, quatre frères

convers (non-prêtres) suisses, et un

frère prêtre libanais, le Père Doumeth.

Le départ forcé des religieux en décembre

1914 a interrompu la rédaction

de la Chronique du couvent, ou

Diaire, et du coup, nous n’avons pas

de récit direct de la vie au couvent

22 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


pendant la Grande guerre. Heureusement,

deux sources extérieures permettent

un minimum de reconstruction

des événements de Jérusalem

liés à St-Étienne : les Mémoires du

Consul général d’Espagne, le comte

de Ballobar, chargé d’Affaires pour

les étrangers expulsés – et donc des

dominicains français – et le récit de

guerre d’un Père Blanc hollandais,

le P. Nicolas van der Vliet. Ce dernier

finira par être lui aussi expulsé

de Sainte-Anne et se réfugiera à

l’École biblique. L’armée turque

avait occupé le couvent dominicain

pour en faire des bureaux d’État-

Major pour le grand bâtiment, et un

poste de police locale avec prison

pour le bâtiment dit école (celui des

salles de cours). Les frères suisses et

le père libanais avaient été relégués

à l’ancien couvent, tout en gardant

la basilique, vide, et le grand réfectoire

de l’époque, entrepôt du mobilier

sauvé des cellules des religieux

à l’étage. Du coup, les dominicains

recueillirent des collègues religieux

d’autres communautés, finalement

expulsés de chez elles par Jamal Pacha.

C’est le cas de 4-5 Pères Blancs,

dont leurs frères convers, et les rares

Frères des École chrétiennes du collège

de la Porte Neuve, mis à la rue

aussi fin 1915.

Ainsi, tout 1916 et jusqu’à la reconquête

par Allenby en déc. 1917, trois

communautés cohabitèrent à l’École

biblique, dans une belle solidarité

et entraide. Deux petites photos des

Pères-Blancs, trop floues pour être

reproduites, montrent les frères

convers des communautés en train

de jardiner ensemble chez nous,

pour arracher un peu de nourriture

au potager, la famine régnant à Jérusalem…

Fr. Jean-Michel de Tarragon, o.p.

Responsable de la photothèque


News

Bible in Jerusalem :

Annual Meeting of Young Dominican Biblicists

The symposium of Dominican Friars

known as Bible in Jerusalem

has become an annual fixture in the

calendar of the Ecole Biblique et

Archéologique Française. Held in

the first week of every year, young

Dominican exegetes from around

the world gather with those resident

and working in Jerusalem for a few

days to celebrate the Epiphany in

the Holy City and for fraternal study

of the Bible. The goal of these meetings

is to fulfil the Dominican way

of life—prayer, study, community,

preaching—in the service of the

Word of God at an advanced level

of academic discussion.

The meeting has three aspects. First,

a conference theme upon which

brothers give presentations. Space

is also given for new participants

to present their current exegetical

projects to the symposium, so we

can discover and share what our

brothers are researching around

the world. Secondly, an exegetical

workshop upon an agreed text

applying the tools of the Ecole’s

BEST Project. Finally, recognising

the opportunities presented by

meeting in the Holy Land, we hold

an excursion to a site of biblical interest.

These aspects take up the vi-

24 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


sion of Père Lagrange that studying

the Bible in the Land is of incomparable

value. We humbly feel we

are continuing to follow his vision.

BiJ 2017 built upon previous success

with trips to Masada and Tel

Arad, and presentations on the

book of the Apocalypse, the Temple

in Ephesians and on tradition

and innovation in St Paul. However,

the focus this year was a threeday

workshop on 2 Kings 2. Using

and contributing to the Ecole’s

BEST Project, we examined the

story of the succession of Elisha

from many different perspectives

as each brother added his own expertise

to a rich discussion. The

workshop concluded with an entertaining

look at how this story had

been depicted in sacred art. Again,

we were happy to welcome a number

of first time participants as the

group continues to grow.

We are currently planning the next

meeting, to take place in the first

week of 2018. Next year will focus

upon conference papers given

around a theme with a shorter exegetical

workshop on Rev 4:1-11.

Once more we will make an excursion.

We hope to continue to extend

the meeting to include more participants

and their scholarly fields,

particularly for those brothers who

study the bible but have fewer opportunities

to come to Israel and experience

the Lagrange vision of the

Bible in the Land.

BiJ was begun in response to the

lack of connection that was felt

between the Dominican provinces

and the work of the Order’s Ecole

Biblique. Many brothers who study

the bible to an advanced level had

not experienced the life and work of

EBAF, nor had the brothers working

in Jerusalem had much encounter

with their younger confreres

from around the world. Such an

annual meeting allows connections

to be made and collaboration to

begin. We learn about each other’s

work and through fraternal discussion

improve and shape our ideas in

the study of God’s Word. This has

to be the fruit of our common life

of prayer and study and this strength

we can offer to the world. I think

that the next steps for this meeting

is to use these academic connections

to continue this scholarly and

fraternal conversation throughout

the year for the good of the Church

and the world.

Fr. Bruno Clifton, o.p.

Lecturer at Black Friars Hall, Oxford


News

The Lagrange Lectures :

A New Initiative at the École

One of the newest initiatives at the

École biblique is the launching of

a series of high profile annual lectures.

The project is conceived

with one principal goal in mind:

to begin interacting more energetically

with a new scholarly public.

While our regular Thursday evening

conferences remain successful,

they both serve and draw from

an established network of friends

and have an ad hoc character that

at times wanders wide from biblical

topics. By inviting a select

number of exegetes of the highest

caliber from all around the world to

come and visit and speak with us—

exegetes not previously associated

with the school—we hope at once

to introduce new researchers to the

work and mission of the École and

simultaneously to be exposed ourselves

to the latest projects of the

most outstanding names in the field.

The Lagrange Lectures thus began

this spring semester with three

speakers who, in the spirit of Marie-Joseph

Lagrange, all seek in

their own proper ways to blend

scientific rigor with theological reflection.

The three speakers repre-

26 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


sent three different countries (United

Sates, Germany, and Israel) and

cover an ecumenical range of Catholic,

Protestant, and Jewish perspectives.

All three have attained

the highest recognition as biblical

interpreters.

For our inaugural event, on January

26, the École was delighted to

host Prof. Gary Anderson. Both a

graduate and later a faculty member

at Harvard Divinity School,

since 2009 Anderson has held the

Hesburgh Chair of Catholic Theology

at the University of Notre

Dame. His lecture was developed

from his present research project

on the Tabernacle narrative and

was entitled “The Poetics of the

Mishkan: Why are there Two Consecration

Accounts?” Displaying

characteristic dexterity in a wide

range of ancient sources, Anderson

argued what is perhaps counter-intuitive

for many students: there is

in fact a “poetics” in the priestly

writings. Prof. Anderson, who is

spending the academic year as a

resident scholar at the Institute for

Advanced Studies at Hebrew University,

has become a regular visitor

to the École and an enthusiastic

supporter. Future collaboration is

already being plotted.

The second lecture of the season

was delivered by Prof. Jens

Schröter, a former student of Klaus

Berger and present chair for New

Testament Exegesis at the Humboldt

Universität zu Berlin. In

a fitting homage to the five-hundredth

anniversary of the Reformation,

Schröter, an ordained Lutheran

minister, spoke on “The Human

Person according to Paul’s Letter

to the Romans.” The lecture provided

a sneak preview of the commentary

on the letter that Schröter

is currently writing and offered

views sometimes at odds with, other

times quite compatible with New

Perspective positions. This was

Prof. Schröter first contact with the

École—and he has already eagerly

scheduled his next visit! He will

be returning in the fall to continue

his research and animate a session

with our students.

The final lecture will take place

10 May and will be given by Prof.

James Kugel. Starr Professor

Emeritus of Classical and Modern

Hebrew Literature at Harvard, Kugel

is now chair of the Institute for

the History of the Jewish Bible at

Bar Ilan University in Israel. His

talk is entitled “The Divine Travel

Agent: Some Thoughts on the

Biblical Story of Joseph and His

Brothers.” With Kugel’s rare mastery

of the Jewish tradition this

promises to be an exciting glimpse

at his most recent work. It is hoped

that in the future the École can foster

ever more and stronger contacts

27


funds required to give us greater

freedom in soliciting speakers (i.e.

travel, honorarium). We would

hope, as well, to pursue additional

enhancements for the series, from

improved publicity to more professional,

high quality recording of

the events.

with the many extraordinary scholars,

like Prof. Kugel, who are resident

and working here in Israel.

Recordings of all this year’s Lagrange

Lectures will be posted online

and some will appear in an expanded

form in the Revue Biblique.

The success of this year’s initial

series inspires confidence that the

initiative can continue and continue

to develop. For the immediate

future, we plan to maintain the policy

of inviting three to four scholars

each year, attempting to keep

a balance between Old Testament

and New Testament, while also engaging

cross-confessional perspectives.

Presently, we rely on entirely

on good will and serendipity,

attempting to draw fortuitously on

the rich pool of scholars already in

Israel for other reasons. In the future,

however, we hope to find the

Eventually, it may be possible to

link this series with the establishment

of research fellowships and

endowed chairs here at the École.

Following the model of the prestigious

Sather Lectures, for instance,

we dream of hosting a single eminent

scholar for a yearlong period

of intense and subsidized research.

During the course of his or her sojourn,

the visiting scholar would be

asked to deliver a short series of

several lectures, research reports

forming the eventual core of a

book, destined to be published in a

prestigious collection dedicated to

this research initiative. We would

like the delivering of these annual

Lagrange Lectures one day to become

one of the signal honors in

the field of biblical studies.

Fr. Anthony Giambrone, o.p.

Lecturer

28


Méditation

Pâque en Terre Sainte

Il est un endroit, un objet même qui

récapitule pour moi Jérusalem en

ce temps de Pâques. Il se trouve au

fond du lacis de piliers disparates, de

réparations plus ou moins heureuses,

d’entassement des confessions chrétiennes

qui composent le premier

sanctuaire de la chrétienté, là où l’on

célèbre les mystères du salut au lieumême

où ils se sont accomplis : la

basilique du Saint-Sépulcre.

L’église actuelle datant des croisés

a essayé de conserver tout ce qui

pouvait l’être des antiques basiliques

l’ayant précédée. Ce précieux

objet, une relique, est une colonne

qui à l’origine devait séparer deux

nefs. Elle est en pierre de Bethléem,

ce calcaire dont la couleur tire vers

celle du corps humain. Ses veinures

rouges évoquent un organisme vivant

irrigué par un sang que le Christ

a distillé goutte à goutte pour féconder

une terre aride, inculte et assoiffée.

La colonne présente de multiples

fêlures, parfois profondes, causées

par les incendies et les chutes auxquelles

la furie des hommes l’a exposée.

Afin qu’elle puisse remplir son

office, on l’a bardée d’agrafes et de

replâtrages.

tenir debout, portant les stigmates,

symbole dérisoire mais réel de la

puissance du Ressuscité dont la vie

pascale a triomphé des acharnements

trop humains. Elle nous signifie que

le corps de gloire de la Jérusalem céleste,

vision de paix et cité du grand

roi, n’est pas à portée de l’homme,

mais de l’Esprit Saint qui a ressuscité

Jésus d’entre les morts. Jérusalem

nous rappelle que l’espérance du

chrétien dépasse l’espoir d’ici-bas.

Jérusalem témoigne au monde de

cette fêlure qui traverse le cœur de la

condition humaine. Dans cette cavité

résonne insensé le bruit du contentement

de soi, et l’appel répété à une

prière plus fervente. Il faut en passer

par là pour effectuer le passage auquel

nous invitent les solennités pascales

: « tendez vers les réalités d’enhaut,

car votre vie est cachée avec le

Christ en Dieu » (Col 3,2).

Fr. Renaud Silly, o.p.

Dominicain

Cette colonne dit le paradoxe de la célébration

de la Pâque en Terre Sainte.

Jérusalem est traversée aujourd’hui

comme hier des mêmes tensions qui

ont causé la Passion du Christ et celle

de cette colonne. Elle continue à se

Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


Nouvelles des anciens

Nominations :

M. Vincent Michel 1 , ancien élève (1999-2001), a été nommé en octobre

2016 professeur en Histoire de l’Art et Archéologie de l’Antiquité à

l’Université de Poitiers. Il est également entré au conseil d’administration

de l’Association des Amis de l’EBAF.

Le fr. Roger Houngbedji, o.p. 2 , ancien élève (2005-2006) a été nommé

archevêque de Cotonou (Bénin) le 25 juin 2016.

Le père Jean-Pierre Cottanceau, ancien élève (1985-1986), a été nommé

archevêque de Papeete (Polynésie française) le 15 décembre 2016.

Le fr. Olivier-Thomas Venard, o.p. 3 , vice-directeur de l’EBAF, a été

nommé le 17 janvier 2017 consulteur de la Congrégation pour le culte

divin et la discipline des sacrements.

Distinctions :

Le 25 janvier 2016, le fr. José “Pepe” Loza Vera, o.p. 4 , ancien professeur

à l’EBAF (1983-2007) a reçu le Doctorat honoris causa en Science

théologique accordé par l’Université Pontificale du Mexique.

Le 29 février 2016, le père Nicolas Bossu, l.c. 5 , ancien étudiant de

l’EBAF, a reçu le prix Henri de Lubac 2016 de la meilleure thèse de

théologie soutenue dans un établissement d’enseignement dépendant

du Saint-Siège.

Le 20 mars 2017, le fr. Jean Jacques Pérennès, o.p. 6 , directeur de l’EBAF,

a reçu à Barcelone le prix Cassià Just de la Généralité de Catalogne

pour son engagement dans le dialogue des cultures et des religions.

Décès :

Le fr. Michel Beaudet, o.p., fidèle soutien de l’EBAF, est décédé le 7

septembre 2016 à l’âge de 91 ans.

Le fr. Claude Geffré, o.p. 7 , ancien directeur de l’EBAF (1996-1999), est

décédé le 9 février 2017, à l’âge de 91 ans.

L’abbé Jacques Briend, ancien professeur à l’EBAF et à l’Institut catholique

de Paris, est décédé le 25 février 2017 à l’âge de 84 ans.

1

2

3

4

5

6

7

30 Lettre aux amis de l’ÉBAF - N° 93 - Pâques 2017


Agenda et publications

École

27 avril 2017 : Conseil Scientifique de l’École.

15 au 19 mai 2017 : Voyage d’études des Étudiants de l’École biblique en Jordanie.

31 mai 2017 : fin de l’année académique à Jérusalem.

Conférences à l’École biblique

Mercredi 19 avril à 18h : L’Orient des prêcheurs. Regards sur 800 ans de présence

des dominicains dans le monde musulman par le fr. Jean-Jacques Pérennès

op, directeur de l’École biblique.

Jeudi 27 avril à 18h : Entre philosophie grecque et littérature biblique : la transformation

de la Poétique d’Aristote dans la tradition juive médiévale par Francesca

Gorgoni, Boursière de l’AIBL.

Wednesday 10 May : The Divine Travel Agent : Some Thoughts on the Biblical

Story of Joseph and His Brothers by James Kugel, chair for Institute for the History

of the Jewish Bible (Lagrange Lecture).

Publications

Jean Baptiste Humbert, Khirbet Qumrân et Aïn Feshkha, Fouilles du P. Roland

de Vaux, L’archéologie de Qumrân. Reconsidération de l’interprétation. Corpus

of the lamps, Vandenhoeck & Ruprecht, 2016, 536 p.

O. Th. Venard (sous la dir.), Jean-Baptiste Édart, Francesco Bianchini et alii,

Saint Paul : Epitre aux Philippiens, Leuwen, Peeters, 2016, 174 p.

Etienne Nodet, La porte du Ciel, Révélations sur Qumrân et les Esséniens,

Cerf, 2016, 368 p.

Jean Jacques Pérennès, L’Orient des Prêcheurs. Brève histoire de l’Ordre

dominicain dans le monde musulman, Mémoire dominicaine, 33, 2016, 178 p.

Lukasz Popko, Marriage Metaphor and Feminine Imagery in Jer 2:1-4:2.

A Diachronic Study Based on the MT and LXX (Études Bibliques, new serie,70),

Pendé, Gabalda, 656 p.

Christophe Rico, Le traducteur de Bethléem. Le génie interprétatif de saint Jérôme

à l’aune de la linguistique, Paris, Editions du Cerf, 2016, 176 p.

O.-Th. Venard dir., et R. Burnet, éd, ‘Dieu a dit une chose, j’en ai entendu deux’.

L’exégèse biblique à l’heure de l’histoire de la réception, actes du colloque tenu

au Collège des Bernardins en juin 2013, Paris, Parole et Silence, 2016, 382 p.


L’Association des amis de l’ÉBAF vous invite :

Jérusalem, Histoire d’une Ville monde

conférence par Vincent Lemire,

docteur en Histoire contemporaine

et maître de conférences à l’Université Paris-Est/Marne la Vallée

le samedi 13 mai 2017 à 15h

au Centre Sèvres,

salle Michel de Certeau, 35bis rue de Sèvres à Paris.

More magazines by this user
Similar magazines