Restaurant, Bar & Lounge, ambiance 70 - les etes de la danse

lesetesdeladanse.com

Restaurant, Bar & Lounge, ambiance 70 - les etes de la danse

SOMMAIRE

pRéfAcES

LES éTéS DE 2005 À 2010

EDITO

pARTENAIRES

cOMITé D’HONNEUR

Au ThéâTre du ChâTeLeT

MIAMI cITY BALLET

Le Théâtre du Châtelet

Calendrier

Edward Villella

Miami City Ballet

The Ophelia and Juan Js. Roca Center

L’Orchestre Prométhée

Gala d’ouverture

Les représentations

LES cHORégRApHES ET LEURS BALLETS

George Balanchine

Jerome Robbins

Paul Taylor

Twyla Tharp

Christopher Wheeldon

LA cOMpAgNIE

AUTOUR DES éTéS

Au ThéâTre NATIONAL de ChAILLOT

IN pARIS

Le Théâtre National de Chaillot

Synopsis et calendrier

Dmitry Krymov, metteur en scène

Le Dmitry Krymov Laboratory

Les interprètes

LE cERcLE DES MécÈNES

ET DES AMIS

L’éqUIpE DES éTéS DE LA DANSE

3

8

9

10

12

17

19

21

23

24

26

31

34

43

45

52

56

57

58

61

71

81

83

84

85

87

91

96

1


2

Jeanette Delgado et Renato Penteado dans Theme and Variations - Balanchine © - Photo © Kyle Froman


Fervante admiratrice d’art chorégraphique et des œuvres de George Balanchine et de

Jerome Robbins, je suis particulièrement heureuse de découvrir la programmation de la 7ème édition du festival des Etés de la Danse. C’est, du reste, l’occasion qui nous est donnée de

voir réunies, pour la première fois, deux jeunes et brillantes formations : le Miami City Ballet

pour la danse et l’Orchestre Prométhée pour la musique. Je souhaite un grand succès aux

Etés de la Danse, comparable aux précédentes éditions.

Bernadette CHIRAC

Présidente d’Honneur

des Etés de la Danse

3


4

Carlos Guerra et Patricia Delgado dans The Four Temperaments - Balanchine © - Photo © Joe Gato


En 7 ans, les Étés de la Danse sont devenus un formidable rendez-vous, auquel le Ministère

de la Culture et de la Communication est très heureux d’apporter son soutien. Cette nouvelle

édition propose une programmation qui reflète une fois de plus la volonté du festival d’appréhender

l’art chorégraphique sous ses différentes facettes : la danse classique avec le Miami

City Ballet au Théâtre du Châtelet ; la création contemporaine et le théâtre avec le nouveau

spectacle de Mikhaïl Baryshnikov au Théâtre National de Chaillot, dont nous saluons très

chaleureusement cette nouvelle venue en France, pour un « In Paris » adapté d’Ivan Bunin.

Frédéric Mitterrand

Ministre de la Culture

et de la Communication

5


6

Patricia Delgado et Kenta Shimizu dans In The Upper Room - Twyla Tharp © - Photo © Joe Gato


Après le Ballet de Novossibirsk en juillet 2010, le festival des Etés de la Danse est de

retour au Théâtre du Châtelet pour sa 7 ème édition, consacrée au Miami City Ballet, lequel y

célèbrera son 25 e anniversaire. Au nom de Paris, je souhaite le meilleur accueil à nos amis

américains, le plus grand plaisir au public parisien, et aux nombreux visiteurs de la capitale

à cette période de l’année. Le festival des Etés de la Danse, constitue l’un des rendez-vous

« phare » de l’été culturel de Paris, pour lequel je formule mes vœux de grand succès.

Bertrand DELANOë

Maire de Paris

7


8

LES éTéS DE LA DANSE DE 2005 À 2010

Avec le soutien de The Annenberg Foundation

ARCHIVES

NATIONALES

SanFrancisco

5 AU 23 JUILLET ballet

SOIRÉE BALANCHINE TOMASSON / 7, 8, 9, 11, 12 juillet / George Balanchine et Helgi Tomasson

CRÉATIONS CONTEMPORAINES / 5, 13, 15, 16 juillet / Paul Taylor, Lar Lubovitch et Christopher Wheeldon

DON QUICHOTTE / 20, 21, 22, 23 juillet / Alexandre Gorsky et Marius Petipa. Adaptation : Helgi Tomasson et Yuri Possokhov

LOCATION : 0 892 707 507(0,34 euros/mn)

Magasins Fnac - www.fnac.com et points de ventes habituels

AFFICHE 265X440.indd 1 Avec le soutien de

26/05/05 9:03:27

Amos J. Machanic, Jr. Photo by Andrew Eccles

Les étés de la danse de Paris 2008 - Photo : Pascale Simard - conception graphique : Vincent Jacquet

Les Etés de la Danse de Paris 2009 - M. Rushing, K. Boyd, G. Sims and C. Brown. Photo by Andrew Eccles - conception graphique : Vincent Jacquet

Les Etés de la Danse de Paris 2010 - photo : Bengt Wanselius - conception graphique : Vincent Jacquet

Valéry Colin - directeur

JARDINS

DES ARCHIVES

NATIONALES

JUDITH JAMISON, DIRECTRICE ARTISTIQUE - Masazumi Chaya, CO-DIRECTEUR ARTISTIQUE

DU 3 AU 23 JUILLET 2006

Valéry Colin - directeur

LOCATION : 0892 687 100 (0,34 euro/mn)

Magasins Fnac - www.fnac.com et points de vente habituels

DU 17 JUILLET AU 3 AOÛT 2007

BAllet nAtionAl de

CUBA

DIRECTION : ALICIA ALONsO

GIsELLE

Chorégraphie : Alicia Alonso d’après la version originale de Jean Coralli et Jules Perrot

Musique : Adolphe Adam

Les 17, 18, 19, 20, 26, 27, 28 et 29 juillet à 21h30

Jacquet

Vincent :

DON QUICHOTTE

graphique

Chorégraphie : Alicia Alonso d’après la version originale de Marius Petipa et Alexander Gorsky

Musique : Ludwig Minkus

conception -

Les 21, 22, 24, 25, 31 juillet, 1, 2 et 3 août à 21h30

Moatti

PORTEs OUVERTEs

Jacques

Cours de la compagnie en public

©

Les 22, 25, 29 juillet et 2 août à 18h photo

AU grAnd pAlAis

avenue Winston Churchill Paris 8

LOCATION : 0892 687 100 (0,34 euro/mn)

Magasins Fnac - www.fnac.com et points de vente habituels

e - Métro Champs Elysées-Clemenceau

Valéry Colin - directeur

Du 21 JuiLLet au 9 aOût 2008 au GraND PaLaiS

LES GRANDS BALLETS

gradimir Pankov, directeur artistique

de Montréal

en partenariat avec ge Capital Solutions

CANADIENS

Programme 1 : Cours de la compagnie en public

mINUS oNe de Ohad Naharin 23, 26, 30 juillet, 2, 6 et 9 août à 15h

Les 21, 22, 23, 24, 25, et 26 juillet à 21h30

LoCaTIoN : 0892 687 100 (0,34T/ mn)

Programme 2 : Fnac, Carrefour et points de vente habituels

www.lesetesdeladanse.com

TooT de Didy Veldman

www.fnac.com

NoCeS de Stijn Celis

SIX DaNCeS de Jiri Kylián

29, 30, 31 juillet, 1 et 2 août à 21h30

Programme 3 :

LeS QUaTre SaISoNS de Mauro Bigonzetti

CaNTaTa de Mauro Bigonzetti

5, 6, 7, 8 et 9 août à 21h30

Avec le soutien de

Valéry Colin - directeur

Avec le soutien de

Valéry Colin - directeur

ThéÂTre du chÂTeleT

du 6 au 25 juillet 2009

LOCATION

Théâtre du Châtelet Fnac, Carrefour et points de vente habituels

0140282840 0892687100 (0,34 euro/mn)

www.chatelet-theatre.com www.fnac.com

www.lesetesdeladanse.com

15 au 20 juin 2010

ThéâTre de la Ville

aNa laGUNa &

MiKhail BarYShNiKOV

“Three Solos and a Duet”

Chorégraphies de Mats Ek, Benjamin Millepied et Alexeï Ratmansky

LOCATION

Fnac, Carrefour et points de vente habituels

0892705 205 (0,34 euro/mn)

www.fnac.com

www.lesetesdeladanse.com

ThéâTre de la Ville

2, place du Châtelet - Paris 4 e

Les Etés de la Danse de Paris 2010 - conception graphique : Vincent Jacquet

1 ère édition

du 5 au 23 juillet 2005 aux Archives Nationales

Le SAN FrANCISCO BALLeT

2 e édition

du 3 au 27 juillet 2006 aux Archives Nationales

L’ALvIN AILeY AMerICAN dANCe TheATer

3 e édition

du 17 juillet au 3 août 2007 au Grand Palais

Le BALLeT NATIONAL de CuBA

4 e édition

du 21 juillet au 9 août 2008 au Grand Palais

LeS GrANdS BALLeTS CANAdIeNS de MONTréAL

5 e édition

du 6 au 25 juillet 2009 au Théâtre du Châtelet

L’ALvIN AILeY AMerICAN dANCe TheATer

50 e anniversaire

Valéry Colin - directeur

LE BALLET DE

NOVOSSIBIRSK

IgOR ZELENSKy

DIREcTEuR ARTISTIquE Du BALLET

AVEc L’ORchESTRE NATIONAL D’ÎLE-DE-FRANcE

7 - 24 juillet 2010

ThéâTRE Du châTELET

1, place du Châtelet - Paris 1er LOCATION

Théâtre du Châtelet Fnac, Carrefour et points de vente habituels

0140282840 0892705 205 (0,34 euro/mn)

www.chatelet-theatre.com www.fnac.com

www.lesetesdeladanse.com

6 e édition

du 15 au 20 juin 2010 au Théâtre de la Ville

ANA LAGuNA eT MIKhAÏL BArYShNIKOv

du 7 au 24 juillet 2010 au Théâtre du Châtelet

Le BALLeT de NOvOSSIBIrSK


LES éTéS DE LA DANSE

7 e Edition

Depuis maintenant six ans, Les Etés de la Danse s’emploient à faire venir à Paris, à la

fois des compagnies et des danseurs de renom dans des programmations nouvelles et

originales (San Francisco Ballet, Alvin Alley American Dance Theater, Ana Laguna et Mikhaïl

Baryshnikov), mais aussi des compagnies que l’on a rarement l’occasion de voir en France

(le Ballet National de Cuba, Les Grands Ballets Canadiens, le Ballet de Novossibirsk).

La 7 ème édition du festival Les Etés de la Danse se déroulera en deux temps.

Au Théâtre du Châtelet, du 6 au 23 juillet, le Miami City Ballet, dirigé par Edward Villella,

ancien « principal dancer » du New York City Ballet, se produira pour la première fois à Paris.

Au cours des 17 représentations, les 50 danseurs témoigneront de la diversité du vaste

répertoire de la compagnie, en interprétant 14 ballets. Chaque soir, un programme différent

sera composé de chorégraphies, principalement de George Balanchine, mais aussi de Jerome

Robbins, Twyla Tharp, Paul Taylor et Christopher Wheeldon.

Forts du succès rencontré les saisons précédentes du festival, trois cours de la compagnie

seront donnés en public.

En partenariat avec la Cinémathèque de la Danse, des films sur Balanchine, Robbins et Tharp

seront projetés le lundi 11 juillet à la Cinémathèque Française, 51 rue de Bercy dans le XII e ,

et West Side Story le lundi 18 juillet à 20h dans la grande salle du Théâtre du Châtelet.

Au Théâtre National de Chaillot, du 8 au 17 septembre, le public retrouvera Mikhaïl

Baryshnikov, dans une nouvelle production : In Paris.

Après la création au Stage Festival à Helsinki, en août 2011, le spectacle In Paris, mis en

scène par Dmitry Krymov, peintre russe venu à la scénographie, puis au théâtre, sera

présenté en création en France dans le cadre des Etés de la Danse.

D’après la nouvelle du même nom, écrite en 1940 par l’auteur Ivan Bunin (Prix Nobel de

Littérature), In Paris est le récit de deux immigrés russes qui se rencontrent par hasard à

Paris, en 1930.

Mikhaïl Baryshnikov sera aux côtés de l’actrice Anna Sinyakina et des artistes du Laboratoire

créatif de Dmitry Krymov, dont les productions sont régulièrement invitées dans les festivals

internationaux.

Marina de BRANTES Valéry COLIN

Présidente Directeur

9


10

LES pARTENAIRES

Les Etés de la Danse

remercient très chaleureusement les institutions, fondations, entreprises et mécènes

qui leur ont généreusement apporté leur soutien.

The Eugenia Delarova Doll Fund

The Jerome Robbins Foundation

The Marina de Brantes Anniversary Fund

Sans oublier l’Association

pour le Rayonnement de l’Opéra National de Paris,

The American Friends of the Paris Opera and Ballet

et en particulier Mr Robert Gottlieb

pour leur aide précieuse.


PArTeNAIreS INSTITuTIONNeLS

PArTeNAIreS MedIAS

PArTeNAIreS entrepriseS

11


12

Sous le haut patronage de

Monsieur Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication

Monsieur Bertrand Delanoé, Maire de Paris

Monsieur François Delattre, Ambassadeur de France aux Etats-Unis d’Amérique

avec le soutien de

L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique

Madame Bernadette Chirac, Présidente d’Honneur des Etés de la Danse

COMITé d’hONNeur FrANCO-AMérICAIN

Monsieur Jean-Jacques Aillagon

Monsieur et Madame Grégory Annenberg-Weingarten

Ms Toby Lerner Ansin and Mr Len Rapaport

Mrs Darienne Basset-Geraghty

Monsieur Patrick Bensard

Madame Claude Bessy

Monsieur et Madame Jacques Bouhet

Comte Guy de Brantes

Madame Pia de Brantes

Lady Nancy Chopard

Mr and Mrs Gerald Cramer

Monsieur et Madame Bruno Cromback

Mrs Silvania Dacunha

Monsieur et Madame Bernard Darty

Madame Annie Delaye

Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres

Monsieur et Madame Ludovic Doutreleau

Mr and Mrs Fred Drasner

Monsieur et Madame Freddy Dressen

Mr James Duffy

Monsieur André Dunstetter

Monsieur François Duplat

Mr and Mrs James Eroncig

Monsieur et Madame Gérard Ermisse

Mrs Judy Esfandiary

Monsieur et Madame Richard Flahaut

Mr and Mrs Nick Fox-Weber

Mr Robert Gottlieb

Monsieur François Gibault

Monsieur Christophe Girard

Mrs Hermen Greenberg

Monsieur Gérard Gros

Monsieur et Madame Hubert Guerrand Hermes

Monsieur Xavier Guerrand Hermes

Monsieur et Madame Jimmy Guyot-Roze

Mrs Diane Star Heller

Mr and Mrs Larry Herbert

Monsieur Cyril Lafaurie

Monsieur André Larquié

Monsieur et Madame Xavier Lebray

Mr Russell V. Lee

Madame Brigitte Lefevre

Mr and Mrs Earle Mack

Madame Pauline Menier

Monsieur Olivier Metzner

Madame Françoise de Montenay

Monsieur et Madame Bernard Pierrelle

Mademoiselle Elisabeth Platel

Monsieur et Madame Nicolas Pourcelet

Princesse Lee Radziwill

Marquis et Marquise de Rosanbo

Madame Marie Thérèse Rose

Madame Eve Ruggieri

Mrs Sophia Schachter

Monsieur Jean Louis Scherrer

Mr and Mrs Irving Siegel

Monsieur René Sirvin

Monsieur et Madame Daniel Thierry

Monsieur et Madame Patrick Thinselin

Madame Muriel Vuillieme

Madame Carole Weisweiller

Mr Hal J. Witt

Mrs Laura Zeckendorf


premIère À parIs

du 6 au 23 juillet 2011

au Théâtre du Châtelet

MIAMI cITY BALLET

Edward Villella

directeur artistique

avec

l’Orchestre Prométhée

Pierre-Michel Durand - directeur

Les Etés de la Danse 2011

2 RENDEZ-VOUS

CréatION eN FraNCe

du 8 au 17 septembre 2011

au Théâtre National de Chaillot

IN pARIS

mis en scène par Dmitry Krimov

avec

Mikhaïl Baryshnikov et Anna Sinyakina

et les artistes du Dmitry Krimov Laboratory

13


Carlos Guerra and Patricia Delgado - photo © Gio Alma

14


MIAMI cITY BALLET

Edward Villella

directeur artistique

15


16

De l’autre

côté

de la lune

Musique

José « Pepe »

Martínez

Orchestre

Mariachi Vargas

de Tecalitlán

En espagnol

et anglais, surtitré

Livret, mise en scène

et décors

Leonard Foglia

Direction musicale

Joseph Li

Du 23 au 27

septembre 2011

An HGOco production

of the Houston Grand

Opera

chatelet-theatre.com

01 40 28 28 40

L’opéra

Mariachi


Les Etés de la Danse, pour la troisième

année consécutive, se déroulent

dans un lieu prestigieux de la

capitale, le Théâtre du Châtelet.

Dirigé par Jean-Luc Choplin, le Théâtre

du Châtelet bénéficie d’une réputation

d’excellence dans la création lyrique,

chorégraphique et la comédie musicale.

Sa programmation éclectique

attire chaque année un public

de plus en plus nombreux.

LE THéÂTRE

DU cHÂTELET

Après avoir si souvent accueilli le New York City Ballet

(dernièrement en 1995) et l’American Ballet Theatre

(récemment encore en 2007), le Théâtre du Châtelet, à

travers le festival des Etés de la Danse, est heureux de

recevoir, cette année, le Miami City Ballet, une autre

compagnie majeure des Etats-Unis à pouvoir exceller

dans le répertoire Balanchine / Robbins, mais aussi dans

les œuvres de Paul Taylor ou de Twyla Tharp. Nous

invitons le public à venir découvrir cette compagnie,

classique et contemporaine, qui fêtera son 25 e

anniversaire à Paris, où elle ne s’est pas encore montrée.

Jean-Luc CHOPLIN

Directeur général

17


Idée reçue n°1

“La place des femmes

est à la maison”

Dans le monde,

des femmes

et des hommes

se battent

contre ces idées reçues.

Soutenez-les et

signez la pétition !

petition.femmes.carefrance.org

www.carefrance.org 18

- CARE France est une association de solidarité,

reconnue d’utilité publique, qui mène des projets avec et pour les femmes dans le monde.

AGRÉÉE PAR

PHOTO © BRENDAN BANNON / CARE


mercredi 6 juillet - 20h

jeudi 7 juillet - 20h

vendredi 8 juillet - 12h

- 20h

samedi 9 juillet - 15h

- 20h

lundi 11 juillet - 12h à 22h

mardi 12 juillet - 20h

mercredi 13 juillet - 20h

jeudi 14 juillet - 20h

vendredi 15 juillet - 12h

- 20h

cALENDRIER

Soirée de Gala :

Symphony in Three Movements (Balanchine)

Afternoon of a Faun (Robbins)

Tarantella (Balanchine)

Ballet Imperial (Balanchine)

Square Dance (Balanchine)

La Valse (Balanchine)

In The Upper Room (Tharp)

Cours en public

Square Dance (Balanchine)

La Valse (Balanchine)

Symphony in Three Movements (Balanchine)

Symphony in Three Movements (Balanchine)

Afternoon of a Faun (Robbins)

Liturgy (Wheeldon)

Ballet Imperial (Balanchine)

Square Dance (Balanchine)

The Four Temperaments (Balanchine)

In The Upper Room (Tharp)

Films :

Projections à la Cinémathèque Française

51 rue de Bercy - Paris XII e

The Four Temperaments (Balanchine)

Promethean Fire (Taylor)

Theme and Variations (Balanchine)

The Four Temperaments (Balanchine)

La Valse (Balanchine)

Western Symphony (Balanchine)

La Valse (Balanchine)

In the Night (Robbins)

Symphony in Three Movements (Balanchine)

Cours en public

Theme and Variations (Balanchine)

Promethean Fire (Taylor)

Nine Sinatra Songs (Tharp)

samedi 16 juillet - 15h

- 20h

lundi 18 juillet - 20h

mardi 19 juillet - 20h

mercredi 20 juillet - 20h

jeudi 21 juillet - 20h

vendredi 22 juillet - 12h

- 20h

samedi 23 juillet - 15h

- 20h

Square Dance (Balanchine)

In the Night (Robbins)

Theme and Variations (Balanchine)

The Four Temperaments (Balanchine)

Promethean Fire (Taylor)

Western Symphony (Balanchine)

Film :

Projection de West Side Story

dans la grande salle

du Théâtre du Châtelet

Nine Sinatra Songs (Tharp)

Afternoon of a Faun (Robbins)

Liturgy (Wheeldon)

Ballet Imperial (Balanchine)

Theme and Variations (Balanchine)

Promethean Fire (Taylor)

Nine Sinatra Songs (Tharp)

Theme and Variations (Balanchine)

In the Night (Robbins)

In The Upper Room (Tharp)

Cours en public

Western Symphony (Balanchine)

In the Night (Robbins)

In The Upper Room (Tharp)

Western Symphony (Balanchine)

Afternoon of a Faun (Robbins)

Liturgy (Wheeldon)

Nine Sinatra Songs (Tharp)

Square Dance (Balanchine)

Afternoon of a Faun (Robbins)

Liturgy (Wheeldon)

Ballet Imperial (Balanchine)

19


20

Photo ©Photofest

Edward Villella dans Le Fils prodigue (Balanchine) au NYCB (1960)


From Edward Villella

I am utterly amazed and gratified that Miami City Ballet, the

company I founded only twenty-five years ago, is enjoying

a three-week season at the great Théâtre du Châtelet. This

theater, of course, is venerated by all serious ballet people as

the place where, in 1909, Diaghilev’s Ballets Russes was born,

and where two years later - just one hundred years ago - his

Petrouchka first saw the light of day.

As for Paris itself, it has very special meaning for a company

like ours, essentially a Balanchine company. It was here that

Diaghilev made Balanchine, aged twenty-four, his ballet-master,

and where Balanchine’s first two masterpieces - Apollo

(Apollon musagète) and The Prodigal Son (Le Fils prodigue) -

had their premieres, right across the «place», at what was then

the Sarah Bernhardt theater. And it was here that in 1947, he

created one of his most cherished ballets, Le Palais de cristal

(Symphony in C) to Bizet’s sparkling early symphony.

Balanchine loved other French music, too, especially that of

Maurice Ravel, to whom he devoted a week-long festival

in 1975. Almost a quarter of a century earlier, in 1951, he

had created to Ravel’s music one of his most dramatic and

darkly romantic works, La Valse, which we’re very happy to be

performing here. In the same spirit, we’re featuring Debussy’s

L’Après-midi d’un faune, choreographed as Afternoon of a Faun

by another great American choreographer we are honoring,

Jerome Robbins.

Nothing could be happier for me and my dancers than to be

performing here in Paris on our first tour abroad since 9/11.

I must thank from the bottom of my heart Marina de Brantes

and Valéry Colin for inviting us here, and for giving us such

generous and unstinting support.

Je suis honoré et fier que le Miami City Ballet, la compagnie

que j’ai fondée il y a vingt-cinq ans, soit invitée

par Les Etés de la Danse, dans le célèbre Théâtre du

Châtelet pendant trois semaines. Ce théâtre est bien

entendu vénéré par le monde de la danse, comme

ayant été, en 1909, le lieu où sont nés les Ballets

Russes de Diaghilev, et où deux ans plus tard, il y a

précisément un siècle, le premier Pétrouchka vit le jour.

En ce qui concerne la ville de Paris, elle a également

une signification très particulière pour une compagnie

comme la nôtre, essentiellement balanchinienne. C’est

ici que Diaghilev fit de Balanchine, âgé seulement de

24 ans, son maître de ballet, lequel allait créer ses

deux premiers chefs d’œuvres : Apollon musagète et

Le Fils prodigue, dont les premières eurent lieu juste

en face, de l’autre côté de la place, au Théâtre Sarah

Bernhardt, devenu aujourd’hui Théâtre de la Ville. C’est

également à Paris, au Palais Garnier qu’il créa en 1947

l’un de ses ballets préférés : Le Palais de cristal

(Symphony in C) sur l’étincelante première symphonie

de Bizet.

Balanchine aimait aussi la musique d’autres compositeurs

français, et tout spécialement celle de Maurice

Ravel, à qui il dédia un festival d’une semaine en 1975.

Près d’un quart de siècle plus tôt, en 1951, il avait déjà

créé sur une musique de Ravel, l’une de ses chorégraphies

les plus dramatiques, sombres, et romantiques, La

Valse, que nous sommes très heureux de présenter à

Paris. De même, nous donnerons « Le Prélude à l’Aprèsmidi

d’un faune » de Debussy, transposé en Afternoon

of a Faun par un autre grand chorégraphe américain, à

qui nous rendons hommage, Jerome Robbins.

Rien ne peut nous rendre plus heureux, mes danseurs

et moi, que de se produire à Paris pour notre première

tournée à l’étranger depuis le 11 septembre 2001. Je

tiens à remercier du fond du cœur Marina de Brantes

et Valéry Colin de nous avoir invités et de nous apporter

leur généreux et chaleureux soutien.

Edward VILLELLA

mai 2011

21


22

EDWARD vILLELLA

DIREcTEUR ARTISTIqUE - MIAMI cITY BALLET

Edward Villella a été l’un des plus grands danseurs

américains des années 60-70. Il porte allégrement

aujourd’hui ses 75 ans.

Né en 1936 (à Bayside dans le Queens, New York),

il entre en tant que boursier à la School of American

Ballet à l’âge de dix ans. Parallèlement, il poursuit des

études à la l’Ecole Navale, où il obtient son diplôme

(1955). Il est également champion de baseball et

pratique la boxe. En 1957, à l’issue de ses études

de danse, il est engagé au New York City Ballet, où

il devient « soliste » l’année suivante et « principal »

en 1960.

Durant les 18 ans passés au New York City Ballet

(1957-1975), outre les principaux rôles des ballets

de Balanchine, Edward Villella a eu le plaisir de voir

Mister B, remonter spécialement pour lui en 1959 Le

Fils prodigue, et lui créer une dizaine d’œuvres, dont

A Midsummer Night’s Dream - rôle d’Obéron - (1962),

Bugaku (1963), Tarantella (1964), Harlequinade

(1965), « Rubies » dans Jewels - (1967) et Symphony

in Three Movements (1972).

Photo ©Gio Alma

Reconnu pour sa rapidité virtuose et l’élévation de

ses sauts, Edward Villella s’est également montré

un interprète profond et sensible dans plusieurs

pièces de Jerome Robbins : notamment Dances at a

Gathering (1969) et Watermill (1972), conte « japonais

», auquel il a apporté une grande intensité. Pour

le « Festival Stravinski » de 1972, Balanchine et

Robbins s’unirent pour façonner leur Pulcinella sur

Edward Villella.

Edward Villella a été également invité à danser au

Ballet Royal du Danemark et au Bolchoï de Moscou.

Il a aussi joué dans des comédies musicales : Brigadoon

(1962) au City Center de New York, participé à plusieurs

films dans la série Dance in America (reflet de la danse

américaine des années 70-80) et a reçu en 1975 un

Emmy Award pour sa production Harlequinade à la

télévision CBS. Robert Drew a réalisé Man Who Dances :

Edward Villella (1968)*, documentaire retraçant sa

carrière.

Il a dirigé un temps l’Oklahoma Ballet (1983-1985),

avant de fonder le Miami City Ballet (1986).

En 1992, Edward Villella a écrit ses mémoires en collaboration

avec Larry Kaplan : Prodigal Son : Dancing for

Balanchine in a World of Pain and Magic.

En 1997, Edward Villella a reçu la médaille nationale

des Arts des mains du Président Clinton, et a été nommé

membre honoraire du Kennedy Center (Washington).

En 2009, il a été élu à la prestigieuse Académie

Américaine des Arts et des Sciences.

Il fait partie de l’Assemblée des « Artistes de renom

de Floride ». Il est membre du conseil d’administration

de la School of American Ballet.

*Ce film sera projeté à la Cinémathèque Française,

51 rue de Bercy (XII e ), le lundi 11 juillet à 20h.


MIAMI cITY BALLET

IL fêTE cETTE SAISON SON 25 e ANNIvERSAIRE

C’est l’une des plus importantes compagnies de ballet

des Etats-Unis après le New York City Ballet et

l’American Ballet Theatre.

La compagnie réside au sud de la Floride, étendant ses

activités sur quatre Comtés (Broward, Miami-Dade,

Palm Beach et Collier).

Créée en 1985 par Edward Villella, elle est composée

d’une cinquantaine de danseurs internationaux,

venant des États-Unis, d’Amérique du Sud (Brésil,

Mexique, Vénézuéla), de Cuba (Miami a accueilli de

nombreux cubains émigrés), de France, d’Allemagne,

et de Chine.

Le répertoire du Miami City Ballet comprend, outre

les « classiques » (Giselle, Coppélia, The Nutcracker /

Casse-Noisette, Don Quichotte), les principaux ballets

de Balanchine (The Prodigal Son, Apollon, Agon, The

Four Temperaments, Stravinsky-Violin Concerto,

Symphony in C, Ballet Imperial, Jewels, Western

Symphony) et des ballets moins connus comme La

Valse, Square Dance ou Tarantella. A cela s’ajoutent des

œuvres de Jerome Robbins (Dances at a Gathering, In

the Night, Fancy Free, Afternoon of a Faun), ainsi que

des ballets d’August Bournonville, Frederick Ashton,

Antony Tudor, John Cranko, Paul Taylor, Twyla Tharp et

Christopher Wheeldon. Edward Villella a également créé

pour sa compagnie son premier ballet en quatre actes :

The Neighborhood Ballroom (2003).

Le Miami City Ballet possède sa propre école de danse

depuis 1993, dirigée par Linda Villella. Aujourd’hui,

nombreux sont les danseurs de la compagnie qui ont

suivi la formation de l’école.

Depuis janvier 2000, la compagnie possède ses

propres locaux à Miami Beach : The Ophelia and Juan

Js Roca Center.

Le Miami City Ballet tourne dans de nombreux

théâtres et festivals aux Etats-Unis, dont le Kennedy

Center à Washington, le festival des Arts aux Jeux

Olympiques d’Atlanta, le Los Angeles Music Center,

le Saratoga Performing Arts Center, le New York City

Center, le Chicago Auditorium, le Jacob’s Pillow Dance

Festival, le Spoleto Festival. Il est également présent

en Amérique Centrale et du Sud (Guatemala, Vénézuela,

Equateur). Le Miami City Ballet s’est produit aussi en

Europe (Angleterre, Festival d’Edimbourg / Ecosse,

Biennale de la danse de Lyon / France*, Festival

Torino Danza / Italie).

Programmé par Les Etés de la Danse,

c’est la première fois que

le Miami City Ballet danse à Paris.

*Biennale de la danse de Lyon (septembre 1990)

23


Photo © Joe Gato

24

THE OpHELIA &

JUAN JS ROcA cENTER

Depuis 2000, le Miami City Ballet s’est installé

dans un bâtiment tout spécialement conçu à

son intention, The Ophelia and Juan Js. Roca Center,

situé 2200, Liberty Avenue à Miami Beach (Floride).

L’édifice de trois étages et d’une surface de plus

de 20 000 m 2 abrite huit studios de danse,

une salle de kinésithérapie, des ateliers

de costumes, un box-office, une boutique,

des bureaux de production et d’administration

et des bureaux pour l’école.

« Aucune compagnie ne montre autant de clarté dans la façon d’utiliser l’espace architectural de Balanchine…et

d’en traduire l’énergie, la vivacité et la musicalité… »

The New York Times, Alastair Macaulay, January 2010

« Les balletomanes de New York n’ont pas l’habitude de tomber sous le charme d’une compagnie de ballet qui

ne leur est pas familière, mais c’est ce qui est arrivé l’autre soir avec le Miami City Ballet, qui faisait ses débuts

à Manhattan, au City Center. Les new-yorkais adorent. »

Dancing Times, Jack Anderson, 2009

« Le meilleur se trouve dans le soin qu’apporte la distribution tout entière à chaque détail dans le spectacle.

Villella entraîne sa troupe vers la perfection. Chaque pas est dansé avec urgence, les danseurs allant jusqu’au

bout de leurs limites. »

The Los Angeles Times, Laura Bleiberg, October 27, 2008


Dates repères

DU MIAMI cITY BALLET

1985 Edward Villella et Toby Ansin fondent le Miami City Ballet

1986 Le premier studio de la compagnie est situé 905 Lincoln Road, Miami Beach

1986 Le premier spectacle a lieu le 17 octobre au Gusman Center for the Performing Arts à Miami

(Allegro Brillante, El Amor Brujo, Tchaikovski-Pas de Deux, Transtangos)

1990 Entrée au répertoire de The Nutcracker/Casse-Noisette de Balanchine

1992 Entrée au répertoire de Jewels/Joyaux de Balanchine

1993 Création de l’école du Miami City Ballet/MCB School par Linda et Edward Villella

1994 Première participation au Festival d’Edimbourg (Ecosse) (autre participation en 1995)

1995 Premier spectacle au Kennedy Center à Washington

(d’autres représentations viendront en 2000, 2001, 2003)

1996 Représentations au Festival des Arts pendant les Jeux Olympiques d’Atlanta

2000 Nouveaux locaux au Ophelia and Juan Js. Roca Center à Miami Beach

2001 Participation au Festival Balanchine au Kennedy Center à Washington

2002 Entrée au répertoire de Giselle

2003 Création mondiale de The Neighborhood Ballroom d’Edward Villella

2003 Entrée au répertoire de Coppélia (d’après Arthur Saint-Léon)

2004 Entrée au répertoire de Nine Sinatra Songs de Twyla Tharp

2004 - 2005 Entrée au répertoire de Afternoon of a Faun et Fancy Free de Jerome Robbins

2006 Entrée au répertoire de Dances at a Gathering de Jerome Robbins

2006 Entrée au répertoire de Don Quichotte (d’après Marius Petipa et Alexandre Gorsky)

2008 Création mondiale de Nightspot de Twyla Tharp sur une musique originale d’Elvis Costello

2009 Débuts au New York City Center

2009 Entrée au répertoire de Swan Lake/Le Lac des cygnes, Act II de George Balanchine,

de Mercuric Tidings de Paul Taylor et In the Night de Jerome Robbins

2009 Le Miami City Ballet reçoit, pour sa collaboration avec le Cleveland Orchestra, un soutien

financier important de la part de John S. et James L. Knight Foundation’s Knight Arts Challenge

2010 Entrée au répertoire de Fanfare de Jerome Robbins

2011 Entrée au répertoire de Baker’s Dozen de Twyla Tharp, de Promethean Fire de Paul Taylor,

et de Romeo and Juliet/ Roméo et Juliette de John Cranko

25


26

L’ORcHESTRE pROMéTHéE

pIERRE-MIcHEL DURAND - DIREcTEUR

MARJOLAINE pLAgNARD - DIREcTRIcE DE pRODUcTION

Photo ©DR

Fondé par le chef d’orchestre Pierre-Michel Durand,

l’Orchestre Prométhée est un véritable projet novateur

qui réunit les meilleurs jeunes musiciens issus

des grands établissements d’enseignement musical.

Ensemble, ils développent une véritable culture d’orchestre

sous le signe du talent et de la passion.

Depuis sa création en 2004, l’Orchestre Prométhée

a donné plus de 150 concerts. Invité dans de nombreux

festivals (Château de Lacoste, « Labeaume en

musique », Les Violons de la Paix à Boulogne-sur-Mer,

Parc floral à Paris, Divonne-les-Bains, « Les Musicales

de l’Abbaye d’Auberive »). Il a accompagné de nombreux

solistes : Marc Coppey, Patrice Fontanarosa,

Daishin Kashimoto, Marie-Pierre Langlamet, Eric Le

Sage, Paul Meyer, Tedi Papavrami, Xavier Philipps…

Grâce à l’engagement et la générosité des musiciens,

l’Orchestre Prométhée est présent à de grands événements

comme l’« hommage à Pavarotti » au Domaine

national de Saint-Cloud (spectacle diffusé sur France 2)

ou la production de l’opéra de Adam Si j’étais Roi à

New Delhi pour le festival Bonjour India.


Photo ©DR

Prométhée a noué des partenariats artistiques privilégiés

avec France-Télévision. Invité régulier de l’émission

d’Eve Ruggieri Musiques au cœur, il a accompagné les

plus grandes voix lyriques : Roberto Alagna, Mireille

Delunsch, Natalie Dessay, Joyce Di Donato, Franck

Ferrari, Jennifer Larmore, Dame Felicity Lott, Patricia

Petibon, Ludovic Tézier, Rolando Villazon… A Nantes,

il participe depuis 2006 au festival « Les S ‘Sentiels

» à la Cité des Congrès : concerts avec le clarinettiste

Giora Feidman, Carmina Burana de Carl Orff, Maria

Callas racontée par Eve Ruggieri, la Symphonie n°9 de

Beethoven. En novembre dernier, un grand spectacle

Wagner (ouvertures, airs et grands chœurs d’opéra)

a conquis l’Auditorium 2000. Sous la direction de

Pierre-Michel Durand, Prométhée est présent depuis

plusieurs saisons aux Journées Lyriques de Chartres

et d’Eure-et-Loir : il a donné plusieurs spectacles

en ensemble de solistes, les Requiem de Mozart et de

Verdi à la Cathédrale, ainsi que les opéras de Puccini

Tosca et Madame Butterfly.

Dans le cadre de sa résidence citoyenne sur l’agglomération

de Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Orchestre

Prométhée met en œuvre de nombreuses actions de

médiation culturelle autour de la musique : ateliers

dans les classes animés par les musiciens, concerts

pédagogiques pour les enfants des écoles. Cette année,

l’Orchestre Prométhée a donné un spectacle Verdi

avec la soprano Cécile Perrin et le Grand chœur des

Ecoles (350 enfants des quartiers sensibles), ainsi que

la Symphonie n°4 de Gustav Mahler, lors du festival

Les Journées Musique classique pour tous.

Cette saison, l’Orchestre Prométhée était l’invité des

grandes salles parisiennes : le Théâtre Edouard VII

pour le spectacle de Noël de Radio-Classique Pierre

et le Loup, le Théâtre des Champs-Elysées pour

les journées Tous à l’Opéra avec la soprano Nathalie

Manfrino, l’Olympia pour le Festival Radio-Classique…

Après les Etés de la Danse au Théâtre du Châtelet,

l’Orchestre Prométhée sera aux Arènes de Nîmes

pour le Requiem de Verdi, le 6 août prochain, puis au

Théâtre de Chartres pour l’Elixir d’Amour de Donizetti.

En octobre et novembre, Prométhée sera en tournée

dans les Zénith des grandes villes françaises avec

le spectacle Pierre et le Loup en partenariat avec

Radio-Classique.

L’Orchestre Prométhée remercie, pour leur soutien, le

Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris et

son Directeur Xavier Delette.

Pour les représentations du Miami City Ballet,

l’Orchestre Prométhée sera dirigé

par Gary Sheldon du MCB

et Martin West du San Francisco Ballet.

Photo : DR

27


DUKE - © : Corbis/Getty Imagesa

28

Vous n’êtes

plus là,

vous êtes

sur

40 ans d’évasion 105.1

fipradio.com


Photo ©imagine

premIers VIOLONs

Chiu Jan Ying, solo

Angélique Charlopain, co-solo

Alan Bourré

Hector Chemelle

Julie Gehan-Rodriguez

Ségolène Le Merle de Beaufond

Karen Lescop

Arnaud Pieniezny

Camille Verhoeven

Aurélie Doriac

seCONDs VIOLONs

Anne-Claire Gorenstein, solo

Oriane Carcy, co-solo

Lucia Barathova

Benjamin Chavrier

Morane Cohen Lamberger

Joan Martinez

Caroline Simon

aLtOs

Julien Lo Pinto, solo

Thomas Aubry Carré

Blandine Faidherbe

Lionel Feutriez

Jean-Charles Fraga de Oliveira

Anne Sophie Libra

Anne Malherbet

Chloé Vansoeterstede

COmpOsItION

DE L’ORcHESTRE pROMéTHéE

VIOLONCeLLes

Askar Ishangaliyev, solo

Daphné Charpentier

Jérémy Genet

Sarah Givelet

Jean-Baptiste Toselli

Marc Garcia

CONtreBasses

Matthias Ben Smana, solo

Hugo Abraham

Benjamin Montigny

Blanche Stromboni

FLUtes

Marie Roqueta

Hyowon Chi

Yoann Couix

HaUtBOIs

Rémi Grouillé

Paul Edouard Hindley

Philibert Perrine

CLarINettes

Hugues Soualhat

François Tissot

François Lemoine

BassONs

Thomas Rio

Pierre Lidar

Aurélien Coste

COrs

Arthur Heintz

Joffrey Quartier

Deborah Kopp

David Moulié

trOmpettes

Henri Deléger

Adrien Tomba

Pierre Favennec

trOmBONes

Jean Charles Dupuis

Lucas Perruchon

Bertrand Holassian, trombone basse

tUBa

Mickael Avenel

tImBaLes

Guillaume Le Picard

perCUssIONs

François Xavier Plancqueel

Vincent Roess

Fabien Lauer

pIaNO

Alexandre Grelot

Harpes

lanie Genin

Anna Le Dantec

CLaVeCIN

Benoît Babel

29


ocking

ocking

é

luxe

légance é ance nce Mode ode l égance nce

chic ic

beaut t

uté

chicfé chicfé nce égance nce

chic uté uté

ance égance

chic uté ance

Style

g

Style

g

Style

luxe xe

le

30

féminin fém inin

Mode ModeStyle odeStyle Style tyle

beauté t é chic

luxeMode

éluxe luxe

luxe

féminin

shocking shock

élégancebeauté

beauté

eluxe eluxe luxe

féminin

eélégance élégance

be

luxe

be

eeluxe

e eluxe

élégance é nceMode nce Mode

m

élég Sty

m

Mode

g

Sty

g

in

Sty

in

Rendez-vous chaque samedi chez votre marchand de journaux


le

gALA D’OUvERTURE

MERcREDI 6 JUILLET À 20H

Cette soirée de Gala est dédiée à notre grande amie Josette Gragnon †,

qui a tellement œuvré pour les Etés de la Danse et tous les danseurs.

George Balanchine et Jerome Robbins à Paris en 1974 - Photo © Colette Masson / Roger-Viollet

31


32

HOMMAgE À gEORgE BALANcHINE

ET JEROME ROBBINS

Symphony in Three Movements

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Igor Stravinski (Symphony in Three Movements)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC, représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 18 juin 1972 à l’occasion du « Festival Stravinski » par le New York City Ballet

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 3 octobre 2003.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Afternoon of a Faun

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Claude Debussy (Prélude à l’après-midi d’un faune)

Pas de deux créé le 14 mai 1953 par Francisco Moncion et Tanaquil LeClerq (NYCB).

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust

Répétitions : Bart Cook

Scénographie et lumières : Jean Rosenthal (lumières réalisées par Les Dickert)

Costumes : Irene Sharaff

Les danseurs du Miami City Ballet dans Symphony in Three Movements - Balanchine © - Photo © Joe Gato

Cette production a reçu le généreux soutien de Diane et Irving Siegel, et a bénéficié d’une subvention du National Endowment for the Arts.


« Le Miami City Ballet est digne de son directeur artistique.

On peut imaginer que Balanchine et Robbins seraient fiers

de la voie dans laquelle Villella emmène leur héritage. »

Anne Levin

Tarantella

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Louis Moreau Gottschalk (Grande tarentelle pour piano et orchestre opus 67)

Avec l’autorisation des éditions Boosey and Hawkes Inc.

Piano solo : Francisco Rennó

Pas de deux créé le 7 janvier 1964 par Patricia McBride et Edward Villella (au NYCB).

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 9 janvier 1987.

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien de Dolores et Dr Sanford L. Ziff.

Ballet Imperial

Mary Carmen Catoya et Renato Penteado dans Ballet Impérial - Balanchine © Photo © Joe Gato

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski (Concerto pour piano n°2 en sol majeur opus 44)

Piano solo : Francisco Rennó

Ballet créé en 1941 pour l’American Ballet Caravan, avant d’être repris au New York City Ballet en 1973.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 18 mars 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Haydée Morales

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss pour la réalisation des costumes.

Pour la biographie de George Balanchine et le contenu de ses ballets, se reporter aux pages 44 à 51.

Pour les biographies des danseurs, se reporter à la partie « La compagnie ».

Carlos Guerra et Jennifer Kronenberg dans Afternoon of a Faun - Jerome Robbins © - Photo © Joe Gato Mary Carmen Catoya et Renato Penteado dans Tarantella - Balanchine © - Photo © Joe Gato

33


JeUDI 7 JUILLet À 20H

Square Dance

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musiques : Antonio Vivaldi (Concerto grosso en si mineur

opus 3 n°10 pour violon et Concerto grosso en mi majeur

opus 3 n°12) / Arcangelo Corelli (Sarabande, badinerie, gigue)

Ballet créé le 21 novembre 1957 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 9 janvier 1987.

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié d’un don généreux de Wachovia.

La Valse

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Maurice Ravel

(Valses nobles et sentimentales et La Valse)

Ballet créé le 20 février 1951 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Karinska

Lumières : Jean Rosenthal (réalisées par John Hall)

Cette production a reçu le généreux soutien de Rita E. Stein

et l’aide de la Fondation Rosenfeld.

In The Upper Room

Chorégraphie : Twyla Tharp ©

Musique originale : Philip Glass

Avec l’autorisation de Dunvagen Music Publishers Inc.

Ballet créé le 28 août 1986 par la Twyla Tharp & Dancers Company.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 janvier 2007.

Avec l’autorisation de Tharp Service Standards © 1992

Répétitions : Elaine Kudo

Costumes : Norma Kamali

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson, et

une subvention de l’Etat de Floride, ainsi qu’une aide du Funding Arts Network.

34

LES REpRéSENTATIONS

VeNDreDI 8 JUILLet À 20H

Square Dance

(voir ci-contre)

La Valse

(voir ci-contre)

Symphony in Three Movements

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Igor Stravinski (Symphony in Three Movements)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 18 juin 1972 à l’occasion du

« festival Stravinski » par le New York City Ballet

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 3 octobre 2003.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Les danseurs du Miami City Ballet dans In The Upper Room - Twyla Tharp ©- Photo © Joe Gato


sameDI 9 JUILLet À 15H

Symphony in Three Movements

(voir page précédente)

Afternoon of a Faun

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Claude Debussy

(Prélude à l’après-midi d’un faune)

Pas de deux créé le 14 mai 1953

par Francisco Moncion et Tanaquil LeClerq (NYCB).

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust

Répétitions : Bart Cook

Scénographie et lumières : Jean Rosenthal

(lumières réalisées par Les Dickert)

Costumes : Irene Sharaff

Cette production a reçu le généreux soutien de Diane et Irving Siegel, et a bénéficié

d’une subvention du National Endowment for the Arts.

Liturgy

Chorégraphie : Christopher Wheeldon

Musique : Arvo Pärt (Fratres)

Violon solo : Chui Jan Ying (Orchestre Prométhée)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Universal Editeur (Vienne / Autriche).

Pas de deux créé en mai 2003 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 janvier 2007.

Répétitions : Jason Fowler

Costumes : Holly Hynes

Lumières : Mark Stanley

Ballet Imperial

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Concerto pour piano n°2 en sol majeur opus 44)

Piano solo : Francisco Rennó

Ballet créé en 1941 pour l’American Ballet Caravan,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1973.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 18 mars 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Haydée Morales

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

sameDI 9 JUILLet À 20H

Square Dance

(voir page précédente)

The Four Temperaments

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Paul Hindemith (Thème avec quatre variations)

Piano solo : Francisco Rennó

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 20 novembre 1946 par la Ballet Society,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1948.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 5 novembre 1993.

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié du soutien généreux de Rita E. Stein (Palm Beach / Floride)

et de l’aide de la Fondation Mary et Emanuel Rosenfeld (Philadelphie / Pennsylvanie).

In The Upper Room

(voir page précédente)

Jeanette Delgado, Renan Cerdeiro et les danseurs du MCB dans Square Dance - Balanchine © - Photo © Kyle Froman

Se reporter aux biographies et aux contenus des œuvres dans

la partie « LES CHOREGRAPHES ET LEURS BALLETS » p. 43 à 59

35


marDI 12 JUILLet À 20H

The Four Temperaments

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Paul Hindemith (Thème avec quatre variations)

Piano solo : Francisco Rennó

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 20 novembre 1946 par la Ballet Society,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1948.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 5 novembre 1993.

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié du soutien généreux de Rita E. Stein (Palm Beach / Floride)

et de l’aide de la Fondation Mary et Emanuel Rosenfeld (Philadelphie / Pennsylvanie).

Promethean Fire

Chorégraphie : Paul Taylor

Fire «that can thy light relume» - William Shakespeare

Musique : Jean-Sébastien Bach (trois pièces pour clavier,

orchestrées par Leopold Stokowski)

Ballet créé le 6 juin 2002 par la Paul Taylor Dance Company

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2011.

Répétitions : Patrick Corbin

Scénographie et costumes : Santo Loquasto

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson.

Cette production a bénéficié d’une subvention du National Endowment for the Arts

ainsi que d’une aide du Funding Arts Network.

Theme and Variations

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Dernier mouvement de la Suite n°3 en sol majeur opus 55)

Ballet créé le 26 novembre 1947 par le Ballet Theatre (ABT),

avant d’être repris au New York City Ballet en 1970.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 31 octobre 1997.

Répétitions : Susan Hendl

Décor et costumes : Nicolas Benois

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

36

merCreDI 13 JUILLet À 20H

The Four Temperaments

(voir ci-contre)

La Valse

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Maurice Ravel

(Valses nobles et sentimentales et La Valse)

Ballet créé le 20 février 1951 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Karinska

Lumières : Jean Rosenthal

Cette production a reçu le généreux soutien de Rita E. Stein

et l’aide de la Fondation Rosenfeld.

Western Symphony

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Hershy Kay d’après des musiques traditionnelles

Avec l’autorisation des éditions Boosey and Hawkes Inc.

Ballet créé le 7 septembre 1954 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 19 août 1994.

Répétitions : Susan Hendl

Costumes : Karinska

Décors : John Boyt

Lumières : John Hall

Cette production a reçu l’aide de la William Fox Jr. Foundation en mémoire de William

Fox, et le généreux soutien de Evelyn et Norman H. Cohan pour les décors, de Joanne

et Dr. Edward A. Dauer, de Madame Reva B. Dauer, de Jana Sigars-Malina et Jay Malina.

Jeremy Cox et les danseuses du MCB dans The Four Temperaments -Balanchine © Photo © Joe Gato


JeUDI 14 JUILLet À 20H

La Valse

(voir page précédente)

In the Night

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Frédéric Chopin

(Nocturnes opus 27 n°1, opus 55 n°1 et 2, opus 9 n°2)

Au piano : Francisco Rennó

Ballet créé le 29 janvier 1970 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet en 2009.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust ©

Répétitions : Maria Calegari

Costumes : Anthony Dowell

Lumières : Jennifer Tipton (réalisées par Les Dickert)

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

Symphony in Three Movements

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Igor Stravinski (Symphony in Three Movements)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 18 juin 1972 à l’occasion du

« festival Stravinski » par le New York City Ballet

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 3 octobre 2003.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Carlos Guerra et Jennifer Kronenberg dans In the Night - Jerome Robbins ©

Photo © 2008 Lois Greenfield

VeNDreDI 15 JUILLet À 20H

Theme and Variations

(voir page précédente)

Promethean Fire

(voir page précédente)

Nine Sinatra Songs

Chorégraphie : Twyla Tharp ©

Musique : Chansons interprétées par Frank Sinatra

Avec l’accord de Sinatra Entreprises et The Frank Sinatra Foundation.

Ballet créé le 14 octobre 1982

par la Twyla Tharp and Dancers Company.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 mars 2004.

Répétitions : Elaine Kudo / Crista Villella

Scénographie : Santo Loquasto

Costumes : Oscar de la Renta

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret

et Mike Eidson ainsi que de Mr. R. Kirk Landon.

Avec l’autorisation de WAT Limited et Tharp Service Standards

et Nine Sinatra Songs choreography by Twyla Tharp © 1992.

Se reporter aux biographies et aux contenus des œuvres dans

la partie « LES CHOREGRAPHES ET LEURS BALLETS » p. 43 à 59

Jennifer Kronenberg et Carlos Guerra dans Nine Sinatra Songs - Twyla Tharp ©

Photo © Joe Gato

37


sameDI 16 JUILLet À 15H

Square Dance

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musiques : Antonio Vivaldi (Concerto grosso en si mineur

opus 3 n°10 pour violon et Concerto grosso en mi majeur

opus 3 n°12) / Arcangelo Corelli (Sarabande, badinerie, gigue)

Ballet créé le 21 novembre 1957 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 9 janvier 1987

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié du soutien d’un don généreux de Wachovia.

In the Night

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Frédéric Chopin

(Nocturnes opus 27 n°1, opus 55 n°1 et 2, opus 9 n°2)

Au piano : Francisco Rennó

Ballet créé le 29 janvier 1970 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet en 2009.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust ©

Répétitions : Maria Calegari

Costumes : Anthony Dowell

Lumières : Jennifer Tipton (réalisées par Les Dickert)

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

Theme and Variations

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Dernier mouvement de la Suite n°3 en sol majeur opus 55)

Ballet créé le 26 novembre 1947 par le Ballet Theatre (ABT),

avant d’être repris au New York City Ballet en 1970.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 31 octobre 1997.

Répétitions : Susan Hendl

Décor et costumes : Nicolas Benois

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

38

sameDI 16 JUILLet À 20H

The Four Temperaments

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Paul Hindemith (Thème avec quatre variations)

Piano solo : Francisco Rennó

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Schott Music GmbH & Co., KG, éditeurs.

Ballet créé le 20 novembre 1946 par la Ballet Society,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1948.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 5 novembre 1993.

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié du soutien généreux de Rita E. Stein (Palm Beach / Floride)

et de l’aide de la Fondation Mary et Emanuel Rosenfeld (Philadelphie / Pennsylvanie).

Promethean Fire

Chorégraphie : Paul Taylor

Fire «that can thy light relume» - William Shakespeare

Musique : Jean-Sébastien Bach (trois pièces pour clavier,

orchestrées par Leopold Stokowski)

Ballet créé le 6 juin 2002 par la Paul Taylor Dance Company

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2011.

Répétitions : Patrick Corbin

Scénographie et costumes : Santo Loquasto

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson.

Cette production a bénéficié d’une subvention du National Endowment for the Arts

ainsi que d’une aide du Funding Arts Network.

Western Symphony

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Hershy Kay d’après des musiques traditionnelles

Avec l’autorisation des éditions Boosey and Hawkes Inc.

Ballet créé le 7 septembre 1954 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 19 août 1994.

Répétitions : Susan Hendl

Costumes : Karinska

Décors : John Boyt

Lumières : John Hall

Cette production a reçu l’aide de la William Fox Jr. Foundation en mémoire de William

Fox, et le généreux soutien de Evelyn et Norman H. Cohan pour les décors, de

Joanne et Dr. Edward A. Dauer, de Madame Reva B. Dauer, de Jana Sigars-Malina

et Jay Malina.


marDI 19 JUILLet À 20H

Nine Sinatra Songs

Chorégraphie : Twyla Tharp ©

Musique : Chansons interprétées par Frank Sinatra

Avec l’accord de Sinatra Entreprises et The Frank Sinatra Foundation.

Ballet créé le 14 octobre 1982

par la Twyla Tharp and Dancers Company.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 mars 2004.

Répétitions : Elaine Kudo / Crista Villella

Scénographie : Santo Loquasto

Costumes : Oscar de la Renta

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson

ainsi que de Mr. R. Kirk Landon.

Avec l’autorisation de WAT Limited et Tharp Service Standards

et Nine Sinatra Songs choreography by Twyla Tharp © 1992.

Afternoon of a Faun

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Claude Debussy

(Prélude à l’après-midi d’un faune)

Pas de deux créé le 14 mai 1953

par Francisco Moncion et Tanaquil LeClerq (NYCB).

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust

Répétitions : Bart Cook

Scénographie et lumières : Jean Rosenthal

(lumières réalisées par Les Dickert)

Costumes : Irene Sharaff

Cette production a reçu le généreux soutien de Diane et Irving Siegel, et a bénéficié

d’une subvention du National Endowment for the Arts.

Liturgy

Chorégraphie : Christopher Wheeldon

Musique : Arvo Pärt (Fratres)

Violon solo : Chui Jan Ying (orchestre Prométhée)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Universal Editeur (Vienne / Autriche).

Pas de deux créé en mai 2003 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 janvier 2007.

Répétitions : Jason Fowler

Costumes : Holly Hynes

Lumières : Mark Stanley

Ballet Imperial

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Concerto pour piano n°2 en sol majeur opus 44)

Piano solo : Francisco Rennó

Ballet créé en 1941 pour l’American Ballet Caravan,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1973.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 18 mars 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Haydée Morales

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

Tricia Albertson et Yann Trividic dans Promethean Fire - Paul Taylor © - Photo © Kyle Froman

merCreDI 20 JUILLet À 20H

Theme and Variations

(voir page précédente)

Promethean Fire

(voir page précédente)

Nine Sinatra Songs

(voir ci-contre)

Se reporter aux biographies et aux contenus des œuvres dans

la partie « LES CHOREGRAPHES ET LEURS BALLETS » p. 43 à 59

39


JeUDI 21 JUILLet À 20H

Theme and Variations

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Dernier mouvement de la Suite n°3 en sol majeur opus 55)

Ballet créé le 26 novembre 1947 par le Ballet Theatre (ABT),

avant d’être repris au New York City Ballet en 1970.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 31 octobre 1997.

Répétitions : Susan Hendl

Décor et costumes : Nicolas Benois

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

In the Night

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Frédéric Chopin

(Nocturnes opus 27 n°1, opus 55 n°1 et 2, opus 9 n°2)

Au piano : Francisco Rennó

Ballet créé le 29 janvier 1970 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet en 2009.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust ©

Répétitions : Maria Calegari

Costumes : Anthony Dowell

Lumières : Jennifer Tipton (réalisées par Les Dickert)

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

In The Upper Room

Chorégraphie : Twyla Tharp ©

Musique originale : Philip Glass

Avec l’autorisation de Dunvagen Music Publishers Inc.

Ballet créé le 28 août 1986 par la Twyla Tharp & Dancers Company.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 janvier 2007.

Avec l’autorisation de Tharp Service Standards © 1992

Répétitions : Elaine Kudo

Costumes : Norma Kamali

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson, et

une subvention de l’Etat de Floride, ainsi qu’une aide du Funding Arts Network.

40

VeNDreDI 22 JUILLet À 20H

Western Symphony

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Hershy Kay d’après des musiques traditionnelles

Avec l’autorisation des éditions Boosey and Hawkes Inc.

Ballet créé le 7 septembre 1954 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 19 août 1994.

Répétitions : Susan Hendl

Costumes : Karinska

Décors : John Boyt

Lumières : John Hall

Cette production a reçu l’aide de la William Fox Jr. Foundation en mémoire de William

Fox, et le généreux soutien de Evelyn et Norman H. Cohan pour les décors, de Joanne

et Dr. Edward A. Dauer, de Madame Reva B. Dauer, de Jana Sigars-Malina et Jay Malina.

In the Night

(voir ci-contre)

In The Upper Room

(voir ci-contre)

Katia Carranza et Renan Cerdeiro dans Western Symphony - Balanchine © - Photo © Kyle Froman

Tricia Albertson et Didier Bramaz dans In the Night - Jerome Robbins © - Photo © Joe Gato


sameDI 23 JUILLet À 15H

Western Symphony

(voir page précédente)

Afternoon of a Faun

Chorégraphie : Jerome Robbins ©

Musique : Claude Debussy

(Prélude à l’après-midi d’un faune)

Pas de deux créé le 14 mai 1953

par Francisco Moncion et Tanaquil LeClerq (NYCB).

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 11 février 2005.

Avec l’accord du Robbins Rights Trust

Répétitions : Bart Cook

Scénographie et lumières : Jean Rosenthal

(lumières réalisées par Les Dickert)

Costumes : Irene Sharaff

Cette production a reçu le généreux soutien de Diane et Irving Siegel,

et a bénéficié d’une subvention du National Endowment for the Arts.

Liturgy

Chorégraphie : Christopher Wheeldon

Musique : Arvo Pärt (Fratres)

Violon solo : Chui Jan Ying (Orchestre Prométhée)

Avec l’autorisation de l’European American Music Distributors LLC,

représentant les USA et le Canada pour Universal Editeur (Vienne / Autriche).

Pas de deux créé en mai 2003 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 janvier 2007.

Répétitions : Jason Fowler

Costumes : Holly Hynes

Lumières : Mark Stanley

Nine Sinatra Songs

Chorégraphie : Twyla Tharp ©

Musique : Chansons interprétées par Frank Sinatra

Avec l’accord de Sinatra Entreprises et The Frank Sinatra Foundation.

Ballet créé le 14 octobre 1982

par la Twyla Tharp and Dancers Company.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 12 mars 2004.

Répétitions : Elaine Kudo / Crista Villella

Scénographie : Santo Loquasto

Costumes : Oscar de la Renta

Lumières : Jennifer Tipton

Cette production a reçu le généreux soutien de Dr. Margaret et Mike Eidson

ainsi que de Mr. R. Kirk Landon.

Avec l’autorisation de WAT Limited et Tharp Service Standards

et Nine Sinatra Songs choreography by Twyla Tharp © 1992.

sameDI 23 JUILLet À 20H

Square Dance

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musiques : Antonio Vivaldi (Concerto grosso en si mineur

opus 3 n°10 pour violon et Concerto grosso en mi majeur

opus 3 n°12) / Arcangelo Corelli (Sarabande, badinerie, gigue)

Ballet créé le 21 novembre 1957 par le New York City Ballet.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 9 janvier 1987

Costumes : Karinska

Lumières : John Hall

Cette production a bénéficié du soutien d’un don généreux de Wachovia.

Afternoon of a Faun

(voir ci-contre)

Liturgy

(voir ci-contre)

Ballet Imperial

Chorégraphie : George Balanchine ©The George Balanchine Trust

Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski

(Concerto pour piano n°2 en sol majeur opus 44)

Piano solo : Francisco Rennó

Ballet créé en 1941 pour l’American Ballet Caravan,

avant d’être repris au New York City Ballet en 1973.

Entrée au répertoire du Miami City Ballet le 18 mars 2005.

Répétitions : Bart Cook et Maria Calegari

Costumes : Haydée Morales

Lumières : John Hall

Cette production a reçu le généreux soutien d’Eugenia et Robert P. Strauss

pour la réalisation des costumes.

Se reporter aux biographies et aux contenus des œuvres dans

la partie « LES CHOREGRAPHES ET LEURS BALLETS » p. 43 à 59

Callie Manning et Isanusi Garcia-Rodriguez dans Nine Sinatra Songs - Twyla Tharp © - Photo © Kyle Froman

41


42

Toute l’actualité de votre région

et l’information en continue sur

http://paris-ile-de-france.france3.fr

france3.fr


LES cHORégRApHES

& LEURS BALLETS

Les danseurs du Miami City Ballet dans Symphony in Three Movements - Balanchine © - Photo © Joe Gato

43


44

Si Ballet Imperial et Theme and Variations, évoquant

les fastes de Saint-Pétersbourg dans l’ancienne

Russie, rendent hommage à Marius Petipa, déployant

des guirlandes de danseurs, formant des lignes, les

défaisant, atomisant les ensembles en plusieurs petits

groupes, Symphony in Three Movements, The Four

Temperaments et Square Dance relèvent plutôt de la

tendance « moderniste » de Balanchine, recherchant

le dépouillement et la simplicité, dans des ballets « en

noir et blanc », presque graphiques, présentant sur un

plateau nu les danseurs en tenue de répétition (justaucorps

noirs ou blancs pour les filles, T-shirts blancs /

collants noirs et petites chaussettes blanches pour les

garçons) se détachant sur un fond clair. « De la danse,

seulement de la danse à l’écoute de la musique » (G.B.).

En répétition avec George Balanchine : Edward Villella et Patricia McBride - Photo © photofest

La Valse est un des quelques ballets de Balanchine à

raconter une « histoire », teintée - ici - de fantastique.

Une salle de bal au cœur de l’Europe Centrale, dans

l’atmosphère décadente des années 30 : tour à tour

fondu dans la masse, ou se détachant, chaque couple

révèle une histoire personnelle… Quand apparaît une

femme sombre et mystérieuse.

Le goût pour la fête et le folklore chez Balanchine se

retrouvent dans Tarantella, pas de deux virtuose à

la manière de Bournonville, chorégraphe romantique

amoureux de Naples, et dans Western Symphony où

la Country Dance et ses quadrilles sont revus par des

cow-boys faisant des entrechats et des girls de saloon

se déhanchant sur pointes.


gEORgE

BaLaNCHINe

Né en 1904 à Saint-Pétersbourg, Georgi Balanchivadzé

(son père, compositeur, était d’origine géorgienne),

avait suivi la formation de l’Ecole Impériale de Danse

du Théâtre Marie (Mariinski), avant d’entrer dans

le corps de ballet. Après la révolution bolchévique,

et durant l’été de 1924, à la faveur d’une tournée en

Europe d’un groupe de « danseurs de l’Etat soviétique

», le jeune danseur se présente avec trois de

ses amis (Tamara Geva, Alexandra Danilova et Nicolas

Efimov) à une audition des Ballets Russes, organisée

à Paris par Serge Diaghilev. L’imprésario les engage

aussitôt.

Un an après, au départ de Bronislava Nijinska, la sœur

de Nijinski, Diaghilev demande à Balanchine d’assurer

les fonctions de maître de ballet. Il lui demande aussi

de chorégraphier la création de l’opéra L’Enfant et

les Sortilèges de Colette et Maurice Ravel (1925), Le

Chant du Rossignol d’Igor Stravinski (1925), La Chatte

d’Henri Sauguet (1927) et Apollon musagète d’Igor

Stravinski (1928), qui sera créé au Théâtre Sarah

Bernhardt (aujourd’hui Théâtre de la Ville) par Serge

Lifar. Balanchine y affirme son style de « transformer

directement le son en mouvement ». Le ballet devient

alors une visualisation de la musique, la danse épousant

la partition et se fondant en elle « comme le café au lait ».

A la mort de Diaghilev (1929), et après la dispersion de la

compagnie des Ballets Russes, Balanchine est invité par

Jacques Rouché - alors administrateur de l’Opéra de Paris

- à réaliser Les Créatures de Prométhée au Palais Garnier.

Mais, il tombe malade et c’est Serge Lifar qui règlera le

ballet (et restera en poste dans la « maison »). Balanchine

travaillera ensuite à Copenhague, puis à Londres pour des

« revues », à Monte-Carlo pour la nouvelle compagnie

que mettent en route René Blum et le Colonel de Basil, et

enfin, pour les « Ballets 1933 » à Paris.

photo © Tanaquil LeClerq

A Londres, Romola, la femme de Nijinski, présente

Balanchine à Lincoln Kirstein, passionné de danse,

voulant créer une école de ballet classique en Amérique.

Balanchine part pour les Etats-Unis et fonde avec

ce mécène la School of American Ballet (1934), qui

donnera naissance à plusieurs compagnies : Ballet Caravan

(1936-1940), American Ballet Caravan (1941), Ballet

Society (1946-1948), qui deviendra enfin le New York

City Ballet en 1948, pour lequel il ne cessera de créer,

jusqu’à sa mort en 1983.

Le catalogue de ses œuvres compte plus de 400 chorégraphies

(comédies musicales comprises, ainsi que

les versions remaniées de nombreux de ses ballets :

« le point de vue change, les interprètes aussi », disait-il).

Les représentations des œuvres de Balanchine sont données

avec l’accord du George Balanchine Trust SM, conformément aux

normes d’exécution – relevant du style Balanchine, ainsi que de

la technique Balanchine – qui sont établies et fournies par le

Balanchine Trust.

Toutes les photos du Miami City Ballet concernant les ballets de

George Balanchine, qui sont publiées ici ont également reçu l’autorisation

de The George Balanchine Trust ©

Photo : DR

45


46

BALLET IMPERIAL

gEORgE BALANcHINE

ses BaLLets

« C’est un hommage d’aujourd’hui au grand Tchaïkovski

et à Marius Petipa, père du ballet classique. Depuis sa

mort en 1910, la danse classique qu’il a su porter au

niveau le plus haut, a aussi évolué. Le vocabulaire de base

est le même, mais nous avons ajouté de nouveaux mots,

de nouvelles phrases. Danser « classique » aujourd’hui

est plus difficile, plus complexe, plus exigeant. Souvent,

les gens ont tendance à penser que les grands danseurs

du passé ne sont pas remplacés et que les danseurs de

maintenant ne sont rien à côté d’eux. Ce n’est pas vrai !

Autrefois, ils étaient incomparables dans ce qui se faisait

alors. Aujourd’hui, nous faisons autrement. » (G.B.)

Ballet Imperial se danse sur le Concerto pour piano n°2 en

sol majeur de Tchaïkovski. Originellement chorégraphié

en 1941, le ballet a été repris dans une nouvelle

version, en 1973, appelée au NYCBTschaïkovsky

Piano Concerto n°2.

Tricia Albertson et Renato Penteado avec les danseurs du MCB dans Ballet Imperial - Balanchine © - Photo © Joe Gato

Premier mouvement - allegro brillante : 8 filles et 8

garçons face à face se déplacent noblement. Sur

l’exposé du piano, entrée de la soliste, rejointe par le

danseur soliste. Quand la musique se fait plus douce :

pas de deux. Suit un trio d’une soliste avec deux danseurs.

L’ensemble finit à genoux.

Deuxième mouvement - andante non troppo : dans ce

passage romantique, le danseur soliste entouré de 10

danseuses, rappelle la vision d’Aurore (La Belle au bois

dormant), avant de commencer un tendre pas de deux,

« protégé » par le corps de ballet.

Troisième mouvement - allegro con fuoco : final en

« feu d’artifice ».


THE FOUR TEMPERAMENTS / LES QUATRE TEMPÉRAMENTS

La tradition de ladecine antique (Hippocrate) enseigne que le corps

humain est irrigué de quatre humeurs. Leurs proportions, d’un individu

à l’autre, sont variables. Il existe quatre tempéraments fondamentaux,

types physiques et psychologiques, déterminés par la prépondérance

d’une humeur : mélancolique, sanguin, flegmatique, colérique. Il y a correspondance

entre ces quatre tempéraments et les quatre éléments qui

sont associés dans l’univers : la terre, l’eau, l’air et le feu.

Même si elle s’inspire de cette théorie, la musique n’en donne pas une

traduction littérale. La partition des Quatre Temperaments pour orchestre à

cordes et piano de Paul Hindemith* est composée d’un thème en trois

parties, suivi de quatre variations. D’une écriture libre, qui assimile les audaces de

Stravinski et du jazz, sans renier un certain romantisme aux rythmes

complexes, elle cache, en réalité, une structure très rigoureuse de variations

développant et transformant - chacune de façon spécifique - le thème de départ.

Pas plus que la musique, la chorégraphie ne cherche à interpréter chaque

« humeur » de façon réaliste. Elle apporte un contrepoint visuel à l’architecture

musicale, selon le découpage suivant :

Thème (moderato) : cette partie met en scène trois couples, qui dansent

trois pas de deux, sur différentes versions du thème musical initial (piano

concertant).

Première variation : mélancolique (lento). Sur un solo de violon qui chante

tristement, un danseur développe sa variation. Le tempo change (presto), il

est rejoint par deux danseuses. Trio. Puis quatre filles (qui ne partagent pas

l’humeur du soliste) se pavanent majestueusement sur une marche vibrante,

à laquelle le piano se joint, percutant.

Deuxième variation : sanguin (valse). Une ballerine et un danseur entrent

chacun de leur côté, se rencontrent et dansent en de larges mouvements

« décalés ». Puis, quatre danseuses viennent les accompagner.

Troisième variation : flegmatique (moderato). Un danseur seul. Son allure

change, en même temps que la musique (allegretto). Sur la mélodie du piano,

quatre danseuses le rejoignent pour danser une séquence légère.

Quatrième variation : colérique (vivace). Une danseuse d’abord seule.

Rejointe bientôt par quatre danseurs, puis quatre danseuses (les quatre

couples), et enfin les solistes des trois variations précédentes.

Finale (appassionato) : les danseurs forment deux lignes parallèles d’où

s’échappent les couples solistes dans de hauts portés. (d’après les notes de

George Balanchine).

Partant du vocabulaire académique, l’œuvre ouvre des voies nouvelles au

classicisme, en intégrant des éléments de la modern dance. Chorégraphie

et musique réalisent ainsi un équilibre - hardi pour l’époque - entre les

enseignements classiques et les tendances esthétiques modernes.

Par le dépouillement des costumes et l’absence de contenu narratif, (les

ballets de Balanchine qu’on a pu qualifier d’« abstraits » ont vraiment

un contenu, même s’ils n’ont pas d’intrigue), par la richesse d’invention

des pas qui nous fait découvrir des aspects nouveaux de la technique

classique - en quelque sorte « détournée » - , cette œuvre exprime la

quintessence de l’art de Balanchine.

Carlos Guerra et Patricia Delgado/Callie Manning, Alex Wong et Amanda Weingarten/Carlos Guerra et Patricia Delgado/Yann Trividic et danseuses du MCB dans The Four Temperaments - Balanchine ©

thème (3 ème séquence)

lancolique

sanguin (duo)

flegmatique

*Paul Hindemith (1895 - 1963), instrumentiste

virtuose (violon et alto), est un compositeur très actif

entre les deux guerres, animant le festival de « musique

nouvelle » de Donaueschingen, dirigeant l’orchestre

de l’Opéra de Francfort, enseignant au Conservatoire

de Berlin, écrivant un grand traité sur l’harmonie. Ses

partitions seront censurées par le régime nazi. Il émigre

aux Etats-Unis en 1940.

La musique des Quatre Tempéraments n’a pas été

écrite pour être dansée. En 1940, Balanchine avait

commandé à Hindemith un quatuor à cordes avec

piano, pour une de ces soirées musicales qu’il organisait

chez lui et pour ses amis. C’est en 1946 qu’il pensa à

utiliser cette œuvre pour le ballet.

Photo © Joe Gato

47


48

THEME AND VARIATIONS / THèME ET VARIATIONS

« Sur une musique qui n’a pas été composée pour le

ballet (mais dès qu’on l’écoute on pense immédiatement

à la danse), j’ai voulu évoquer la grande période

de la danse classique, celle du Ballet Impérial Russe au

Théâtre Marie de Saint-Pétersbourg, où régnait Marius

Petipa ». (G.B.)

Balanchine a chorégraphié ce ballet, à la demande

du Ballet Theatre (futur ABT) en 1947 et fut créé par

Alicia Alonso et Igor Youskevitch. Il fait entrer l’œuvre

au New York City Ballet en 1960 : Violette Verdy et

Edward Villella sont les interprètes de la « première ».

Balanchine en présentera une nouvelle version en 1970

(pour Mikhaïl Baryshnikov et Gelsey Kirkland), confiant

décor et costumes à Nicolas Benois, le fils du peintre et

illustrateur Alexandre Benois, qui est aussi le librettiste

avec Igor Stravinski de Pétrouchka. C’est cette

production que nous propose le Miami City Ballet.

La musique Tema con variazioni - dernier mouvement

de la Suite n°3 pour orchestre de Tchaikovski - se

découpe en une aria suivie de onze variations, et se

termine sur une grande polonaise, qui revient trois fois

crescendo (le caractère dansant de cette musique -

composée en 1884 - est irrésistible et contient déjà

une magnificence sonore, que l’on retrouvera six ans

plus tard dans La Belle au Bois dormant). Si la

musique elle-même annonce La Belle (1890), la chorégraphie

de Balanchine « se souvient » de ce même

ballet, chef d’œuvre de Marius Petipa.

« Balanchine a construit une hiérarchie de type classique

avec, en tête, la ballerine et le danseur noble, suivis de

quatre demi-solistes (un rappel des Fées de La Belle),

huit danseuses du corps de ballet (peut-être les demoiselles

de la Cour) et leur partenaire (cavalier). La

chorégraphie reprend le même microcosme féminin que

La Belle. Comme dans la « scène de la vision » de Petipa,

les douze danseuses de Thème et Variations se déploient

en guirlande, s’enlaçant dans le labyrinthe d’un

jardin formel (3 e variation). L’image se poursuivra dans

la ronde plus nostalgique et rêveuse des danseuses et

de la ballerine (7 e et 8 e variations).

Thème et Variations recourt à un minimum de moyens

pour produire un maximum d’effet : les variations ne

sont que le développement élaboré de pas de base de la

danse classique. Qui d’ailleurs, à part Balanchine, aurait

pensé ouvrir un ballet par un battement tendu, l’exercice

le plus ordinaire et élémentaire ? (…)

Dans le largo de la 8 e variation, la ballerine, soutenue

par le corps de ballet, développe sa jambe dans plusieurs

directions, comme elle le fait quotidiennement à la

barre. Ensuite, dans son fulgurant allegro (9 e variation),

elle repasse - en condensé - le matériel chorégraphique

du rôle d’Aurore : sauts de chat, pirouettes, tendus en

quatrième position, tandis que les bras changent de

direction jusqu’au finale de pas courus. » (Arlene Croce)

Jeanette Delgado et les danseuses du Miami City Ballet dans Theme and Variations - Balanchine © - Photo © Kyle Froman


TARANTELLA

La tarentelle est une danse très vive du sud de l’Italie

(sans doute de la région de Tarente*), que le francodanois

August Bournonville (1805-1879), a intégrée

à son ballet Napoli (1842). Comme tous les romantiques,

Bournonville aimait les pays méditerranéens,

dont il transpose la joie de vivre.

A son tour, en 1954, George Balanchine, admirateur

de Bournonville et de sa danse virtuose, s’empare de

cette tarentelle, dont il accélère encore la rapidité et

développe le travail agile des pointes.

* Les sautillements de cette danse font en effet songer à la transe des

paysans, piqués par les tarentules, nombreuses dans la région des Pouilles.

LA VALSE

Le ballet se divise en deux parties : le « poème chorégraphique

» de Ravel intitulé La Valse (1920) est

donné en second, précédé d’une autre œuvre du

compositeur : Valses nobles et sentimentales (1911),

regroupant huit courtes valses.

La première valse servant d’ouverture, les sept autres

présentent tour à tour les différents personnages qui

vont animer La Valse proprement dite, dans la seconde

partie : tout d’abord trois filles en jupes longues ; puis

un couple amoureux, vif et brillant ; un autre couple

d’humeur joyeuse ; un troisième très romantique : le

Haiyan Wu et Renato Penteado dans La Valse - Balanchine © - Photo © Joe Gato

danseur baise respectueusement la main de de la

ballerine ; puis garçons et filles s’amusent à flirter ;

une mystérieuse jeune femme en blanc apparaît, un

danseur en noir la surprend et l’invite à danser (pas

de deux).

La seconde partie s’ouvre sur le chassé-croisé de

garçons et filles qui se cherchent pour reconstituer

petit à petit les couples que l’on a vus tout à l’heure.

Sur les notes étincelantes de la harpe, la salle de bal

s’illumine.

Les couples valsent comme entraînés dans un flot impétueux.

La jeune femme en blanc revient et retrouve

son partenaire dans un duo langoureux, quand surgit

une silhouette en noir, qui tend un miroir voilé à la

jeune femme…

C’est le crescendo infernal, la danse se fait dramatique,

un tourbillon fou qu’on ne peut plus arrêter –

manège fatal !

« Une danse sur un volcan » disait Ravel, de façon prémonitoire.

L’Europe des années 30 se divertit dans la

futilité, avant que n’éclosent de terribles évènements.

La vie aussi semble rejoindre tragiquement le théâtre :

le rôle de la ballerine en blanc était tenu à la création

(1951) par Tanaquil LeClercq - la dernière épouse de

Balanchine - dont la carrière fut interrompue par une

attaque de poliomyélite.

49


50

WESTERN SYMPHONY

« J’avais dans l’idée de réaliser un vrai ballet, au sens classique

du terme, qui évoquerait l’Ouest américain. (…) Je

n’avais pas envie d’exploiter d’anecdote, mais de m’amuser

à chorégraphier sur des chansons de cow-boys. Je me

tournai alors vers un jeune compositeur Hershy Kay*.

Nous avons travaillé en étroite collaboration, lui précisant

que je ne mettrai en scène ni folklore ni pantomime,

et que je cherchais à faire un « ballet symphonique » -

comme pouvait l’être par exemple l’acte blanc du Lac des

cygnes -, mais sur une musique western. Guidés par cette

musique, les pas - tout en restant empruntés au langage

académique habituel - trouveraient ainsi une nouvelle

façon de se présenter. » (G.B.)

La forme musicale est donc celle d’une symphonie en

quatre mouvements : allegro, adagio, scherzo et rondo,

où l’on retrouve « arrangés » et orchestrés les vieux folk

songs de la conquête de l’Ouest (Red River Valley, Old

Taylor, Rye Whiskey, Good Night Ladies, Oh Dem Golden

Slippers, The Girl I Left Behind Me), sur lesquels le chorégraphe

a réglé des ensembles, des trios, des quatuors

et des pas de deux.

A l’allegro qui sert d’ouverture succède l’adagio mettant

en scène un « lonesome cow-boy » qui rêve de rencontrer

son idéal féminin. Le troisième mouvement, scherzo

est un « morceau de bravoure » pour la ballerine qui a

une multiplicité de petits sauts à accomplir et pour le

danseur, qui doit réaliser des entrechats - six (comme

Albrecht dans Giselle), la « spécialité » d’Edward Villella.

Le rondo final met en valeur les longues jambes des

danseuses « balanchiniennes ».

SQUARE DANCE

Dans les danses populaires de l’Amérique du Nord,

- country dances - héritées des danses anglaises et

irlandaises (en France, on dit « quadrilles »), les couples

forment un carré, et se présentent sur deux lignes, face

à face. Un « aboyeur » annonce les différentes figures.

« J’ai toujours aimé regarder les danses populaires, et je

voulais essayer de combiner le folklore et la danse classique,

montrer comment elles sont liées à la musique

ancienne qui détermine leurs rythmes et leur caractère :

sarabande, gigue,… Et l’on se rend compte combien les

musiques des XVII e et XVIII e siècles européens sont

issues de la danse ». (G.B.)

Balanchine transforme ces danses populaires en danses

sophistiquées et élégantes. Le ballet fait intervenir un

couple principal et six autres couples.

En 1957, le ballet était présenté avec un « aboyeur »

qui lançait chaque séquence. A la reprise en 1976,

Balanchine supprima les interventions vocales, et ce

sont les deux solistes féminin et masculin qui jouent le

rôle de l’ « aboyeur » : au lieu de nommer les pas et les

figures, ils les montrent, et les autres suivent. D’autre

part, il introduisit un solo pour un danseur sur un air

très lent, qui évoque les danses de cour (sarabande).

Le ballet requiert de la part des danseurs une technique

particulièrement rapide des pieds (batterie).

1. Ensemble / 2. Adage : pas de deux / 3. Ensemble / 4. Les

garçons / 5. Les filles / 6. Danseur soliste / 7. Tout le monde

Patricia Delgado et Yann Trividic dans Western Symphony - Balanchine © - Photo © Kyle Froman Jeanette Delgado et Renan Cerdeiro dans Square Dance - Balanchine © - Photo © Kyle Froman


SYMPHONY IN THREE MOVEMENTS / SYMPHONIE EN TROIS MOUVEMENTS

« C’est une symphonie assez courte (d’environ 20 minutes)

que Stravinski composa en 1945, après la Seconde Guerre

mondiale. N’ayant pu le faire de son vivant, j’ai fait ce

ballet pour le Festival Stravinski de 1972, commémorant

la mort du compositeur, décédé un an plus tôt.

Les compositeurs combinent des notes, disait Stravinski.

Les chorégraphes combinent des mouvements, et j’ai

seulement « arrangé » des pas sur des notes, sans suivre

un récit particulier : j’ai essayé de saisir les contrastes de

la musique, ses rythmes très syncopés et d’en traduire la

complexité, la richesse et la vigueur. » (G.B.)

La Symphonie en trois mouvements se rattache aux

ballets dits en « noir et blanc », les danseuses et

danseurs étant vêtus de noir et de blanc (sauf les

solistes principales en justaucorps roses).

Sur le premier mouvement allegro, où le piano solo est

utilisé comme une percussion, après la dissolution de

la rangée impressionnante de seize filles en diagonale,

cinq couples alternent sur des rythmes « jazzy » avec

une soliste et huit filles.

Dans le deuxième mouvement, andante, prend place le

pas de deux très dessiné et ludique dans son jeu de bras

anguleux.

Le troisième mouvement, con moto, s’enchaîne dans

un dynamisme fulgurant.

*Hershy Kay (1910 - 1981) commença sa carrière de compositeur - orchestrateur

de musicals (comédies musicales) en collaborant avec Leonard Bernstein sur

On the Town en 1944, puis sur Peter Pan (1950). Vinrent ensuite - avec divers

musiciens - d’autres participations sur Once upon a Mattress (Mary Rodgers -

1958), A Chorus Line (Marvin Hamlisch - 1975), Evita (Andrew Lloyd Weber

- 1980). Travaillant régulièrement pour le New York City Ballet, Hershy Kay a

écrit les musiques de plusieurs ballets de George Balanchine : Stars and Stripes

(1958), Union Jack (1976), et orchestré Tarantella et les chansons de George

Gershwin pour Who Cares ? (1970).

« La première image de Symphony in Three Movements

est énigmatique : une diagonale de danseuses en

justaucorps blancs. Dès qu’elles font tournoyer leurs

bras et les lancent en des fentes profondes, on

comprend qu’il ne s’agit ni des wilis de Giselle ni d’un

alignement des girls du Radio City Hall. Elles évoquent

une mécanique implacable et leurs membres étincellent

comme des lames de couteaux.

Aussi rude que la musique, le ballet semble suggérer

l’énergie redoutable de la vie urbaine, saccadée et

trépidante. Lorsque l’une des trois solistes dessine une

ronde de tours passant entre deux cercles opposés de

femmes queues de cheval au vent, on croirait voir la

planète décrocher de son orbite. Dans le duo langoureux

du deuxième mouvement, un couple s’enlace de façon

étrange (est-ce pour exprimer l’impossibilité d’un réel

abandon ?). A la fin, les danseurs ne cessent de sortir

des coulisses pour y retourner aussitôt, comme emportés

par une force irrésistible ».

(Deborah Jowitt - Village Voice)

Les créateurs au NYCB (1972) en étaient notamment

Sara Leland, Helgi Tomasson* et Edward Villella.

*aujourd’hui directeur du San Francisco Ballet

Renato Penteado et Katia Carranza dans Symphony in Three Movements - Balanchine © - Photo © Joe Gato

51


Photo © DR

52

Jerome Robbins, danseur, chorégraphe, metteur en

scène, était depuis 1983 - à la mort de Balanchine

- co-directeur du New York City Ballet, avec Peter

Martins. Il avait quitté ses responsabilités au NYCB

en juillet 1990, mais en restait l’un des chorégraphes

permanents. Il est décédé le 29 juillet 1998.

Né à New York en 1918, de parents juifs russes émigrés,

il voulait devenir chimiste, mais à l’université, il se

tourne vers la danse (classique, orientale, espagnole et

moderne - techniques Graham et Humphrey). Il fait

ses débuts de danseur en 1939 dans des comédies

musicales et entre au Ballet Theatre (1940) - le futur

ABT : il y danse Fokine (Pétrouchka), Massine (Capriccio

espagnol). Il y réalise aussi sa première chorégraphie,

Fancy Free (musique de Leonard Bernstein) en 1944 :

le dynamisme cool de ses trois marins lui vaut un succès

immédiat qui le mène à Broadway et au cinéma (On

the Town/Un Jour à New York, film de Stanley Donen

- 1949). Dès lors, Robbins mènera de front : ballet,

théâtre, comédie musicale et cinéma.

JEROME

rOBBINs

Il entre au New York City Ballet, la troupe fondée par

Lincoln Kirstein et George Balanchine en 1948 : Jerome

Robbins y dansera Le Fils prodigue en 1950, Tyl

Eulenspiegel en 1951 et y confirmera ses dons de

chorégraphe : The Cage (1951), Afternoon of a Faun

(1953), et l’hilarant The Concert (1956).

En 1958, Robbins s’éloigne du NYCB pour fonder sa

propre compagnie - les Ballets USA - qui est l’invitée

du Festival des Nations à Paris : il reçoit la médaille du

meilleur chorégraphe pour Moves (1959), un ballet

dans le silence.

Robbins revient au NYCB en 1969, comme maître de

ballet et chorégraphe associé.

De West Side Story (1957) à Dances at a Gathering

(1969), de The Fiddler on the Roof / le Violon sur le

Toit (1964) à Glass Pieces (1983), Jerome Robbins

aura su apporter à la comédie musicale la précision et la

rigueur du ballet, et introduire la fantaisie et l’apparente

décontraction du musical dans la danse classique.


JEROME ROBBINS

ses BaLLets

Photo ©Photofest

Edward Villella dans son premier grand rôle au NYCB : Afternoon of a Faun (1953).

Edward Villella – un des interprètes préférés

de Jerome Robbins – a choisi deux œuvres

intimistes qui explorent le cheminement du

sentiment amoureux : si Afternoon of a Faun

revisite le Faune de Nijinski, le chorégraphe,

dans In The Night, se laisse guider par la

musique de Chopin pour traduire, avec subtilité,

les méandres de l’âme.

AFTERNOON OF A FAUN

C’est une proposition moderne du Faune de Nijinski*.

Jerome Robbins abandonne toute référence à la Grèce

antique et enlève paysage bucolique, flûte, mythologie,

pour transposer le sujet dans un studio de danse,

évoquant la rencontre inattendue de deux jeunes

danseurs venus répéter.

Le Faun de Robbins est un ballet sur la danse et les

danseurs. Le chorégraphe a toujours aimé parler des

interprètes, de leur comportement, mais aussi de

l’atmosphère du studio de répétition : un univers tout

aussi théâtral que le spectacle même.

« Afternoon of a Faun a plusieurs origines. Avant tout,

ma fascination pour le ballet original : j’ai grandi avec

toutes ces légendes sur Nijinski dansant Pétrouchka,

Shéhérazade, L’Après midi d’un faune. Ce dernier ballet

est resté gravé dans ma tête.

Un jour pendant un cours, le tout jeune Edward Villella,

qui était debout à côté de moi, commence soudain à

étirer son corps d’une façon très curieuse, comme s’il

essayait d’en faire quelque chose. C’était très « animal »…

J’ai gardé cela dans ma mémoire.

Une autre fois, je me trouvais dans un studio de danse,

où Louis Johnson répétait l’adage du Lac des cygnes

avec une jeune danseuse. Ils se regardaient dans le miroir,

et j’ai été frappé par la façon dont ils observaient

cet autre couple qu’ils formaient, dansant un pas de

deux amoureux, inconscients de leur rapprochement

intime et même du possible érotisme éveillé par la

rencontre physique de leurs corps. C’était bien étrange.

J’ai voulu combiner toutes ces choses… Et c’est le public

qui devient le miroir pour les deux danseurs ». (J.R.)

*Avec L’Après–midi d’un faune, Vaslav Nijinski réalise sa première chorégraphie,

créée en mai 1912 au Théâtre du Châtelet. Il a trouvé son inspiration dans

les vases grecs, qu’il a vus au Louvre, montrant des faunes poursuivant des

nymphes. Sur scène, son faune, qu’il interprète lui-même, est tiré de sa rêverie

par des nymphes venues se baigner. Craintives, elles fuient à son approche.

L’une d’elles, qu’il a entrepris de séduire, part en abandonnant son voile. Il le

ramasse, le respire et finit par s’y vautrer.

Cette fin, jugée « bestiale » fit - bien sûr - scandale, mais aussi le fait que le

chorégraphe - précédemment danseur admiré pour ses sauts - avait décidé de

rester à terre, de marcher d’une façon peu « académique », les genoux

« en-dedans », et de se mouvoir latéralement comme sur une fresque.

53


54

Le rideau se lève sur un espace dans un espace : la salle

de répétition en tulle blanc - un plafond, trois murs, où se

découpent une porte et plusieurs fenêtres - s’ouvre face

au public. Une « boîte », on pourrait dire une « cage », à

l’intérieur de celle de la scène, vaste et vide.

Au sol de cet univers lumineux, mais clos, un jeune

homme allongé. Il exécute quelques étirements et

flexions, puis aperçoit son image dans le miroir sur le

« quatrième mur » (nous, les spectateurs).

Carlos Guerra et Jennifer Kronenberg dans Afternoon of a Faun - Jerome Robbins © - Photo © Joe Gato

« Entre une jeune danseuse. Ses cheveux encore

humides flottent dans l’air chaud. Elle a des chaussons

tout neufs qu’elle frotte à un peu de colophane, avant

de faire quelques pas sur pointes. Elle est ravie du résultat,

en se regardant dans le miroir du studio. Se croyant

seule, elle se lance à exécuter un grand pas, quand

soudain, elle aperçoit dans la glace, le garçon qu’elle a

réveillé et qui l’observe.

Tentatives de rapprochement dans une sorte d’essai

chorégraphique. Tous les deux - sans se regarder directement

– ne communiquent que par leur reflet mutuel

dans le miroir (c’est de cette image qu’ils s’éprennent :

du couple qu’ils forment dans la glace).

Puis, lui se risque, très doucement, à lui donner un baiser

sur la joue, comme si cela faisait partie aussi d’une

chorégraphie inventée dans l’instant.

Elle s’enfuit, emportant un souvenir troublé. Lui reprend

sa sieste.

Etait-ce un rêve ? »

(d’après les notes de Ghislaine Thesmar, qui - avec Michaël Denard

- a créé Afternoon of a Faun, lors de son entrée au répertoire de

l’Opéra de Paris- Palais Garnier - en octobre 1974).


IN THE NIGHT

« J’aime la musique de Chopin, et en réfléchissant bien,

je crois qu’elle m’a hanté toute ma vie. Je l’avais déjà

dans l’oreille, alors qu’enfant j’écoutais et regardais les

cours de danse que suivait ma sœur, lesquels étaient

donnés par une disciple d’Isadora Duncan. Je me souviens

avoir, même plus jeune, entendu cette musique

sortie d’un piano accompagnant les films muets (…).

Puis, ce furent les inévitables morceaux joués pendant

les classes de danse, réduisant cette musique à une

suite de « tubes » (…).

Avec le profond respect que j’ai pour la musique de

Chopin, et le désir de la délivrer des lieux communs,

j’espère en révéler les profondeurs insoupçonnées,

l’émotion sous-jacente et la surprenante invention ». (J.R.)

Jeanette Delgado et Renato Penteado dans In the Night - Jerome Robbins © - Photo © Joe Gato

In the Night est de la même veine que Dances at a

Gathering (1969), continuant l’exploration poétique

de la musique de Chopin. A l’atmosphère ensoleillée

de Dances at a Gathering s’oppose la pénombre de

In the Night.

Sur les Nocturnes op.27 n°1 et op.55 n°1 et 2,

trois couples incarnent, l’un après l’autre, trois états

amoureux : lyrique / la tendresse juvénile, calme /

l’amour harmonieux dans sa maturité, passionné / les

orages d’une liaison qui dure.

L’op.9 n°2 les réunit brièvement, puis chaque couple,

lancoliquement, s’éloigne.

Le chorégraphe, depuis Dances, a condensé et intensifié

son propos : dans ce « concentré » de quelques

minutes, se déroule toute une vie. Peut-être celle d’un

même couple à trois âges ou moments différents.

55


Photo © DR

56

Figure historique et toujours vivante de la « modern

dance », Paul Taylor (né en 1930 en Pennsylvanie)

étudie la danse à l’Université de Syracuse (état de New

York) et se perfectionne à New York auprès de Martha

Graham, Doris Humphrey, José Limon et Merce Cunningham.

Engagé dans la Martha Graham Dance Company

(1955), il devient vite un soliste de premier plan : sa

carrure d’athlète (champion de natation) le prédestine

aux rôles de la mythologie grecque que revisite la

chorégraphe. Parallèlement, il fonde son propre groupe

en 1954 qu’il transformera en The Paul Taylor Dance

Company en 1962 et pour laquelle il va créer des ballets

aux humeurs différentes : divertissements poétiques à

la chorégraphie fluide (Aureole – 1962, Esplanade -

1975), pièces loufoques (Three Epitaphs – 1956, The

Book of Beasts - 1971), univers étranges (Big Bertha

– 1971, Speaking in Tongues - 1988), compositions

abstraites (Musical Offering – 1986), danses de société

révélatrices d’une époque (Company B – 1991, Piazzolla

Caldera – 1997), ballets surréalistes à la manière des

BD (The Rehearsal ou Le Sacre du Printemps – 1980).

Au total plus d’une centaine d’œuvres, où le chorégraphe

manifeste originalité, imagination et anti-conformisme,

car il y a deux personnages en lui : celui souriant dont

l’humour est souvent hanté par l’ange du bizarre et l’autre,

plus grave, observateur inquiet de la condition humaine.

Paul Taylor s’est arrêté de danser en 1974, mais continue

de chorégraphier pour sa troupe et les principales

compagnies internationales.

Taylor a reçu des dizaines de distinctions, notamment

la Médaille Nationale des Arts des mains du Président

Clinton en 1993. En 1995, il fait partie des 50 américains

honorés, en raison de leur œuvre exceptionnelle par la

pAUL

taYLOr

Mary Carmen Catoya et Renato Penteado dans Promethean Fire - Paul Taylor © - Photo © Gio Alma

Librairie du Congrès des Etats-Unis. Il a reçu en 2000 la

Légion d’Honneur pour son exceptionnelle contribution

à la culture française.

Le MCB possède déjà huit œuvres de Paul Taylor.

PROMETHEAN FIRE

Donné en première en France, ce cérémonial lyrique

(sur des musiques de Bach*), inspiré des évènements du 11

septembre, dans un style puissant et une gestuelle héritée

de Martha Graham, exprime avec force une immense douleur

ressentie collectivement.

Le pas de deux central laisse penser qu’après le conflit, une

solution est possible. Si le malheur est à la racine de cette

danse, elle est cependant un message d’espoir.

« Cette pièce a une dimension de grandeur spirituelle.

Les danseurs forment une cathédrale humaine que Paul

Taylor sait construire à la perfection, en développant

toute une palette d’émotions différentes. C’est l’une de

ses meilleures chorégraphies. »

(Anna Kisselgoff, New York Times)

Le Miami City Ballet est la seule compagnie à avoir reçu de

Paul Taylor l’autorisation de danser Promethean Fire (l’opus

116 du chorégraphe).

*Trois pièces pour claviers : toccata et fugue en ré mineur, BWV 565, prélude

en mi mineur, BWV 853 extrait du « clavier bien tempéré », et prélude au

choral « Wir glauben all’ an einen Gott », BWV 680. Elles ont été orchestrées

par Leopold Stokowski (1882 – 1977), organiste, chef d’orchestre (Cincinnati

Symphony Orchestra et Hollywood Bowl Orchestra) et « arrangeur » de

nombreuses transcriptions pour orchestre (J.S. Bach et aussi les musiques du

dessin animé de Walt Disney Fantasia).


Katia Carranza et Renato Penteado dans Nine Sinatra Songs - Twyla Tharp © - Photo © Kyle Froman

La danse américaine s’est largement ouverte au mélange

des genres et Twyla Tharp se montre particulièrement

habile à juxtaposer le classique et le jazz, les baskets

et les pointes dans le jubilatoire In the Upper Room,

tout comme elle sait nous charmer avec les chansons du

célèbre « crooner », dans l’élégant Nine Sinatra Songs.

Chorégraphe aux multiples facettes - ballet, comédie

musicale, cinéma (Hair en 1978, Ragtime en 1981,

Amadeus en 1984 et White Nights en 1985) et

télévision - Twyla Tharp (née en 1941, à Portland)

marie avec bonheur danse classique et danse jazz,

dans un style ludique, « désinvolte » et cependant

d’une technique exigeante. A ses débuts, elle s’est

produite dans des espaces nouveaux (musées, parcs,

rues) puis, elle a réalisé des chorégraphies pour le Joffrey

Ballet, travaillé ensuite pour et avec Mikhaïl Baryshnikov

(Push Comes to Shove et Sinatra Suite), notamment

quand il fut directeur de l’American Ballet Theatre

(de 1980 à 1989).

A Broadway, elle a collaboré avec David Byrne pour The

Catherine Wheel (1981). Sa propre production Movin’Out,

a reçu, en 2003, le Tony Award de la meilleure chorégraphie.

Twyla Tharp a également travaillé avec Bob Dylan

sur The Times They Are A Changin’ (2006).

Elle a également écrit deux livres Push Comes to

Shove (1992) et The Creative Habit (2005).

Elle a créé plus de 125 chorégraphies, dont plusieurs

sont au répertoire des grandes compagnies internationales.

Souvent présentés comme des shows, ses

ballets ont amené à la danse un public populaire.

TWYLA

tHarp

Photo © DR

IN THE UPPER ROOM

Les danseurs, déferlant par vagues successives, déclinent à

toute allure l’inventaire des mouvements du corps, sollicités

par la technique classique et/ou jazz. Ils sont comme des

formes cinétiques rouges, noires et blanches, surgissant du

brouillard pour s’y dissoudre par deux, par trois, par groupes

entiers, de façon incessante et irrésistible, sur la musique

obsédante de Philip Glass*.

NINE SINATRA SONGS

Avec esprit et chic, Twyla Tharp met en scène sept couples,

en smokings et robes du soir, incarnant les différentes

étapes d’une relation amoureuse.

1- Softly, As I Leave You / 2- Strangers in the Night / 3- One

for My Baby / 4- My Way / 5- Forget Domani / 6- All the

Way / 7- Somethin’ Stupid / 8- That’s Life / 9- My Way**

*Philip Glass (né à Baltimore / USA en 1937) est représentatif, avec Steve

Reich et Terry Riley, de la musique « minimaliste » américaine, répétant le

même thème en de multiples transformations. Ses musiques ont souvent

inspiré les chorégraphes : Lucinda Childs (Dance, 1979), Jerome Robbins

(Glass Pieces, 1983)… Il a aussi composé des opéras, dont le célèbre Einstein

on the Beach (1975).

**Adaptation par Paul Anka de la chanson de Claude François

57


Photo © DR

58

Né en Angleterre (Yeovil dans le Somerset en 1973),

Christopher Wheeldon - après ses études à l’école de

danse du Royal Ballet de Londres - est engagé dans la

compagnie en 1991. Prix de Lausanne en 1993, il est

invité par le New York City Ballet : il y devient soliste

en 1998 et commence parallèlement à réaliser des

chorégraphies (Slavonic Dances en 1997 et Mercurial

Manœuvres en 2000 pour le « Diamond Project »). Il

devient en 2001 l’un des chorégraphes résidents du

New York City Ballet.

Ayant arrêté de danser pour se consacrer à la chorégraphie,

Christopher Wheeldon crée pour le NYCB :

Polyphonia, Variations Sérieuses (2001), Morphoses

(2002), Carnival of the Animals (2003), Shambards

(2004), After the Rain (2005).

Il a fondé sa propre compagnie « Morphoses » en

2007, se produisant à la fois à Londres et à New York,

mais dont les activités ont cessé en 2010 pour raisons

administratives.

Il est sollicité également par le San Francisco Ballet, le

Royal Ballet de Londres (il vient de créer Alice au pays

des merveilles), le Pennsylvania Ballet, et à Broadway

pour la comédie musicale Sweet Smell of Success.

cHRISTOpHER

WHeeLDON

LITURGY

Christopher Wheeldon fait preuve d’invention dans

l’écriture de ce pas de deux – un duo passionné - résolument

néo-classique, sur la musique « minimale »

d’Arvo Pärt (Fratres).*

*Arvo Pärt (né en 1935 en Estonie) écrit une musique simple et comme

« débarrassée » de toute fioriture, « raréfiée » : il agence des timbres, une

démarche qu’il qualifie lui-même de « tintinabulisme ». Les chorégraphes

(notamment Mats Ek, Ohad Naharin) utilisant souvent la musique d’Arvo Pärt

pour son univers poétique et « détaché », à part.

Haiyan Wu et Daymel Sanchez dans Liturgy - Christopher Wheeldon © - Photo © Joe Gato


Réservez vos billets de spectacle

dans le monde entier

Vous trouverez sur music-opera.com :

La saison lyrique et musicale de plus de 500 salles, Opéras, Orchestres,

Compagnies de Danse et Festivals,

L’agenda de grands artistes comme C. Bartoli, J. Kaufmann, R. Alagna,

JD. Florez, A. Netrebko...

Des promotions sur les billets de spectacles ...

Des idées de voyages avec différentes sélections de temps-forts ...

Pour tout renseignement, conseil ou réservation,

contactez :

Music & Opera

17 rue Cler - 75007 Paris - France

Tél: +33 (0) 1 53 59 39 29

Fax : + 33 (0) 1 47 05 74 61

E-mail : contact@music-opera.com

59


60

Miami City Ballet - Photo © Leigh-Ann Esty


LA cOMpAgNIE

61


62

LES DANSEURS

PRINCIPAL DANCERS

TRICIA ALBERTSON, KATIA CARRANZA, MARY CARMEN CATOYA

JEREMY COX, JEANETTE DELGADO, PATRICIA DELGADO, ISANUSI GARCIA-RODRIGUEZ

CARLOS MIGUEL GUERRA, JENNIFER CARLYNN KRONENBERG, RENATO PENTEADO

REYNERIS REYES, YANN TRIVIDIC

PRINCIPAL SOLOISTS

DANIEL BAKER, DIDIER BRAMAZ

SOLOISTS

RENAN CERDEIRO, SARA ESTY, JENNIFER LAUREN, CALLIE MANNING

KLEBER REBELLO, MARC SPIELBERGER, AMANDA WEINGARTEN

CORPS DE BALLET

NATALIA ARJA, EMILY BROMBERG, MICHAEL SEAN BREEDEN

ADRIENNE CARTER, BRADLEY DUNLAP, LEIGH-ANN ESTY

ALEXANDER FERREIRA, CINDY HUANG, EZRA HURWITZ

SHIMON ITO, REBECCA KING, ASHLEY KNOX

SUZANNE LIMBRUNNER, SUZETTE LOGUE, SKYLER LUBIN

NEIL MARSHALL, ADRIANA PIERCY, HELEN RUIZ, CHRISTIE SCITURRO

ELIZABETH SMEDLEY, NICOLE STALKER, ZOE ZIEN

COMPANY APPRENTICES

ANDREI CHAGAS, ALEX DAVISON, CHLOE FREYTAG

LEXIE OVERHOLT, CHASE SWATOSH, KARA WHITE

SCHOOL APPRENTICE

JOVANI FURLAN


TRICIA ALBERTSON

(née à Santa Cruz/Californie)

Etudes à la San Francisco Ballet School.

Entre au MCB en 1997.

Promue « Principal » en 2006.

KATIA CARRANZA

(née à Monterrey/Mexique)

Etudes à l’Escuela Superior de Musica

y Danza de sa ville natale.

Danse avec le ballet de Monterrey.

Entre au MCB en 1998.

Promue « Principal » en 2004.

MARY CARMEN CATOYA

(née à Caracas/Vénézula)

Etudes à la School of Everest Mayora Studio.

A dansé avec le Jeune Ballet du Vénézuela,

au Ballet Contemporain de Caracas,

au Cleveland Ballet, et au Ballet National

de Caracas. Rejoint le MCB comme

« Principal » en 1999.

JEREMY COX

(né à North Haven/Connecticut)

Etudes au New Haven Ballet et à la School of

American Ballet. Entre au MCB comme Soliste en

1999. Promu « Principal » en 2007. Il est invité à

participer aux shows de Twyla Tharp Come Fly

Away (Broadway) et Dance With Me (Las Vegas).

JEANETTE DELGADO

(née à Miami/Floride)

Etudes à la Liana Navarro et Vivian Tobio

Ballet School, puis à la Miami City Ballet School.

Entre au MCB en 2003.

Promue « Principal » en 2008.

PATRICIA DELGADO

(née à Miami/Floride)

Etudes à la Liana Navarro et Vivian Tobio

Ballet School, puis à la Miami City Ballet School

Entre au MCB en 2000.

Promue « Principal » en 2007.

PRINCIPALS

ISANUSI GARCIA-RODRIGUEZ

(né à La Havane/Cuba) Etudes à l’Ecole

Nationale des Arts de La Havane, puis à

l’Académie de Ballet et Jazz du Brésil. A dansé

avec le Ballet National de Caracas (Vénézuela),

le Torino Ballet, le Ballet National de Cuba, et le

Carolina Ballet. Rejoint le MCB comme soliste

en 2003. Promu « Principal » en 2010.

CARLOS MIGUEL GUERRA

(né à Camagüey/Cuba)

Etudes à l’Ecole de Ballet et des Arts à

Camagüey. A dansé avec la compagnie de

Ballet de Camagüey, puis celle de Santiago du

Chili. Rejoint le MCB comme soliste en 2001.

Promu « Principal » en 2003.

JENNIFER CARLYNN KRONENBERG

(née dans le Queens/New York)

Etudes avec Teresa Aubel, Nicholas

Orloff,Norman Walker et Barbara Walczack

à la School of American Ballet.

Entre au MCB en 1994.

Promue « Principal » en 2001.

RENATO PENTEADO

(né à Sao Paulo/Brésil)

Etudes à l’Academy of Movement, puis à la

Ballet Twin’s Academy, au studio Marisa

Ballet, et à l’Ecole de Danse de Sao Paulo.

Entre au MCB en 1999.

Promu « Principal » en 2004.

REYNERIS REYES

(né à Pinard del Rio/Cuba)

Etudes à la Raul Sanchez Arts School, puis

à l’Ecole Nationale des Arts de La Havane.

A dansé avec le Ballet national de Cuba,

le Royal Winnipeg Ballet (Canada)

et le Boston Ballet. Rejoint le MCB

comme « Principal » en 2010.

YANN TRIVIDIC

(né à Perpignan/France)

Etudes au Conservatoire de Perpigan, et à

l’Ecole Nationale de Marseille. A dansé avec

le Ballet du Rhin, et le Ballet National de

Marseille. Rejoint le MCB comme soliste en

2000. Promu « Principal » en 2003. Après

une interruption, retourne au MCB en 2010.

63


64

PRINCIPAL SOLOISTS

SOLOISTS

DANIEL BAKER artiste invité

(né à Newcastle/Australie)

Etudes à la School of American Ballet

et à l’Australian Ballet. Entre au MCB

comme « stagiaire » en 2006.

Promu « Soliste » en 2007.

Rejoint le San Francisco Ballet en 2010.

Il danse avec le MCB, avec l’autorisation

d’Helgi Tomasson.

RENAN CERDEIRO

(né à Rio de Janeiro/Brésil)

Etudes à l’Ecole de de Danse Alice Arja,

à la Compagnie de Ballet de Rio de Janeiro

et à l’Ecole du Miami City Ballet. Est engagé

au MCB comme « stagiaire » en 2009.

Promu « Soliste » en 2011.

SARA ESTY

(née à Gorham/Maine)

Etudes à l’Ecole de l’Etat du Maine pour

les Arts du spectacle et à l’école du MCB.

Elle danse avec le ballet de l’Etat du Maine.

Est engagée au MCB comme « stagiaire »

en 2005. Promue « Soliste » en 2011.

JENNIFER LAUREN

(née à Tuscaloosa/Alabama)

Etudes au Centre de Danse de

Tuscaloosa et à l’Alabama Ballet avec

Wes Chapman et Roger VanFleteren.

Rejoint le MCB en 2007.

Promue « Soliste » en 2011.

CALLIE MANNING

(née à Hummelstown/Pennsylvanie)

Etudes au Jeune Ballet du

Central Pennsylvania et à

la School of American

Ballet. Rejoint le MCB en 1999.

Promue « Soliste » en 2005.

DIDIER BRAMAZ

(né à Genève/Suisse)

Etudes au Centre de Danse de Genève

et à la School of American Ballet.

A dansé avec l’American Ballet Theatre.

Rejoint le MCB en 1996.

Promu « Principal Soliste » en 2008.

KLEBER REBELLO

(né à Rio de Janeiro/Brésil)

Etudes à l’Ecole de Danse Spinelli, puis

à la compagnie de Brasileira et à l’Ecole

du Miami City Ballet. Est engagé

comme « stagiaire » au MCB en 2010.

Promu « Soliste » en 2011.

MARC SPIELBERGER

(né à Munich/Allemagne)

Etudes à l’Ecole de Ballet Schulzke

et à l’Académie de Munich.

A dansé avec Deutsche Staatsoper Berlin.

Rejoint le MCB en 1999.

Promu « Soliste » en 2007.

AMANDA WEINGARTEN

(née à Palm Harbor/Floride)

Etudes à la School of American Ballet

et à l’Ecole de Ballet de Floride.

Rejoint le MCB comme « stagiaire »

en 2004. Entre dans la compagnie en

2005. Promue « Soliste » en 2010.


NATALIA ARJA

(née à Rio de Janeiro/Brésil)

Etudes à l’Ecole de Danse d’Alice Arja,

à la Compagnie de Ballet de Rio Janeiro

et à l’Ecole du MCB.

Est engagée comme « stagiaire » en 2009.

Entre dans la compagnie en 2011.

EMILY BROMBERG

(née à Boston/Massachusetts)

Etudes à la Kirov Academy of Ballet

(Washington) et à l’Ecole du Ballet de Boston.

A dansé avec le Festival Ballet Providence,

le Colorado Ballet et le Ballet San José.

Est engagée dans la compagnie en 2010.

MICHAEL SEAN BREEDEN

(né à Lexington/Kentucky)

Etudes à l’Ecole du Boston Ballet, à la School

of American Ballet, au Jeune Ballet de Central

Pennsylvania et à l’Ecole du San Francisco Ballet.

A dansé avec le Boston Ballet.

Est engagé comme « stagiaire » en 2006.

Entre dans la compagnie en 2008.

ADRIENNE CARTER

(née à Atlanta/Géorgie)

Etudes à l’Ecole du Miami City Ballet.

Engagée comme stagiaire en 2010.

Entre dans la compagnie en 2011.

BRADLEY DUNLAP

(né à Cleveland/Ohio)

Etudes à l’Ecole de Danse de Cleveland

et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Est engagé comme stagiaire en 2005.

Entre dans la compagnie en 2008.

LEIGH-ANN ESTY

(née à Gorham/Maine)

Etudes à l’Ecole de l’Etat du Maine

pour les Arts du spectacle et à l’école

du Miami City Ballet. Elle danse avec

le ballet de l’Etat du Maine. Est engagée

au MCB comme « stagiaire » en 2005.

Entre dans la compagnie en 2007.

CORPS DE BALLET

ALEXANDER FERREIRA

(né à Rio de Janeiro/Brésil)

Etudes à l’Ecole de Danse d’Alice Arja,

à la Compagnie de Ballet de Rio Janeiro

et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Est engagé comme « stagiaire » en 2009.

Entre dans la compagnie en 2011.

CINDY HUANG

(née à Riverside/Californie)

Etudes à la School of American Ballet.

Est engagée comme « stagiaire » en 2007.

Entre dans la compagnie en 2009.

EZRA HURWITZ

(né à New York)

Etudes à la School of American Ballet

et à l’Ecole du Miami City Ballet et celle du

San Francisco Ballet. A dansé avec le New York

City Ballet. Est engagé comme « Stagiaire »

en 2006. Entre dans la compagnie en 2008.

SHIMON ITO

(né à New York)

Etudes à l’Ecole de Ballet Asako Ito, à

la School of American Ballet, à la l’Ecole Ballet

National du Canada et au San Francisco Ballet.

A dansé avec le Ballet San Jose.

Entre dans la compagnie en 2011.

REBECCA KING

(née à San Ramon/Californie)

Etudes à l’Ecole du Contra Costa Ballet, à

la Rock School, à l’Ecole du Miami City Ballet

et à l’Ecole du San Francisco Ballet.

Est engagée comme stagiaire en 2007.

Entre dans la compagnie en 2008.

ASHLEY KNOX

(née Shelby Township/Michigan)

Etudes à la School of American Ballet.

Engagée comme « stagiaire » en 2002

Entre dans la compagnie en 2003.

65


66

CORPS DE BALLET

SUZANNE LIMBRUNNER

(née à Newport/Oregon)

Etudes à l’Ecole de l’Oregon Ballet Theatre.

A dansé avec l’Orlando Ballet.

Est engagée au MCB en 2003.

Danse avec le Ballet de l’Opéra National

de Bordeaux. Rejoint le MCB en 2010.

SUZETTE LOGUE

(née à Sarasota/Floride)

Etudes au Sarasota Ballet, Tallahassee Ballet

et à l’Ecole du Miami City Ballet. A dansé

avec le Pennsylvania Ballet et le Boston

Ballet. Engagée comme « stagiaire » en

2010. Entre dans la compagnie en 2011.

SKYLER LUBIN

(née à Cherry Hill/New Jersey)

Etudes à la Rock School

et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Est engagée comme « stagiaire » en 2010.

Entre dans la compagnie en 2011.

NEIL MARSHALL

(né à New York)

Etudes à la School of American Ballet.

Danse avec le Pennsylvania Ballet

et The Suzanne Farrell Ballet.

Entre au MCB en 2007.

ADRIANA PIERCY

(née à Verona/New Jersey)

Etudes à l’Ecole du New Jersey Ballet

et à la School of American Ballet.

A dansé avec le NYCB.

Entre au MCB en 2010.

HELEN RUIZ

(née à San Juan/Puerto Rico)

Etudes à la Julian Blanco, Ballet Concierto

de Puerto Rico et à la School of American

Ballet. Est engagée comme « stagiaire »

en 2007. Entre dans la compagnie en 2009.

CHRISTIE SCITURRO

(née à Sterling Heights/Michigan)

Etudes à l’Académie Juliana, la Rock School,

et à l’Ecole du Miami City Ballet

Est engagée comme « stagiaire » en 2006.

Entre dans la compagnie en 2008.

ELIZABETH SMEDLEY

(née à Phoenix/Arizona)

Etudes à l’Ecole du Ballet Arizona

et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Est engagée comme « stagiaire » en 2007.

Entre dans la compagnie en 2009.

NICOLE STALKER

(née à St Petersburg/Floride)

Etudes au Studio Cheryl Lee, à la Rock

School et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Engagée comme « stagiaire » en 2008.

Entre dans la compagnie en 2009.

ZOE ZIEN

(née à New York)

Etudes à la School of American

et à l’Ecole du Miami City Ballet.

Engagée comme « stagiaire » en 2003.

Entre dans la compagnie en 2005.


MAITRESSES DE BALLET

ROMA SOSENKO

Maîtresse de Ballet principale

Ancienne soliste du New York City Ballet, Roma Sosenko aujourd’hui maitresse de ballet en chef du MCB,

remonte les ballets et veille à leur interprétation en dirigeant les répétitions et préparant les danseurs pour

chaque représentation.

Durant sa carrière de danseuse, elle a dansé dans les ballets de Jerome Robbins (The Four Seasons, The

Goldberg Variations et Interplay) et ceux de George Balanchine (Ballo della Regina, Symphony in C, Chaconne,

Coppélia, Jewels, ou Scotch Symphony). On a aussi pu la voir à la télévision dans plusieurs productions : L’Enfant

et les sortilèges de Balanchine, A Lincoln Center Special : a Tribute to George Balanchine and Jerome Robbins,

Live From Studio 8H.

JOAN LATHAM

Maîtresse de Ballet

Joan Latham est entrée au Miami City Ballet en 1992 comme danseuse. Elle a commencé la danse dans sa ville

natale (San Francisco), avec Damara Bennett à la City Ballet School. Elle se perfectionne à la Pacifi c Northwest

Ballet School, où elle danse et part en tournée avec la compagnie. Comme soliste au Miami City Ballet, elle

a interprété lesles principaux dans les ballets de Balanchine (Apollo, Symphony in C, Agon,….) Elle a aussi

dansé dans les œuvres de Paul Taylor, Twyla Tharp et Edward Villella, ainsi que dans les classiques : Le Lac des

Cygnes, Giselle, et Coppélia.

Aujourd’hui maitresse de ballet, elle a en charge de faire répéter les danseurs concernant la plus grande partie

du répertoire.

CRISTA VILLELLA

Maîtresse de Ballet

Crista Villella a pratiquement grandi au sein du Miami City Ballet. Elle a fait ses études à l’Ecole de

danse du MCB et a même interprété la petite Marie dans la première représentation par la compagnie (1990)

du Casse-Noisette de George Balanchine.

Elle revient au MCB en 2006, après avoir obtenu son diplôme en Arts Appliqués à l’Université de New York.

Elle travaille actuellement en lien étroit avec les danseurs pour les faire répéter et les préparer aux spectacles.

Elle a été en particulier Maitresse de Ballet pour les pièces de Twyla Tharp : Nine Sinatra Songs (2004), In The

Upper Room (2007) et la première mondiale de Nightspot (2008).

Elle a également été responsable des répétitions pour The Neighborhood Ballroom (Edward Villella, 2003),

Liturgy (Christopher Wheeldon, 2003) et a dirigé les enfants dans le Casse-Noisette de George Balanchine.

DIREcTRIcE DE L’écOLE DE DANSE

LINDA VILLELLA

Née aux Etats-Unis, ayant eu très jeune des diffi cultés de locomotion, elle a pratiqué une rééducation qui

lui a permis de développer des dons exceptionnels pour le patinage artistique. Elle a été amenée à voyager en

Amérique du Nord et en Europe : Linda Carbonetto représentait le Canada aux Jeux Olympiques de 1968 à

Grenoble et les championnats du monde de 1969 à Colorado Springs (USA). Elle est engagée comme « star »

dans les shows « Ice Capades ». Par la suite, elle devient entraineur et professeur lors de compétitions.

Aujourd’hui, elle est directrice du l’Ecole du MCB qu’elle a fondée en 1993 avec Edward Villella. Cette école

(qui, actuellement, compte 365 élèves) ouvre également l’été un stage de formation pour jeunes de milieux

défavorisés, venant de tous les Etats-Unis et aussi du Brésil et du Mexique.

67


68

Pour MCB en tournée

IMG Artists – USA

Julia Glawe

212-994-3510

jglawe@imgartists.com

www.imgartists.com

PAMELA GARDINER

Directrice générale/conseillère juridique/avocate

Après des études de littérature à l’Université de Columbia, Pamela Gardiner devient assistante au Département

Intendance des étudiants au Collège des Lettres et Sciences de l’Université de Wisconsin – Madison, et

assistante au bureau juridique de la Cleveland Trust Company.

Elle a commencé à travailler pour le Miami City Ballet, dès la fondation de la compagnie. Elle collaborait déjà

en 1984, avec Edward Villella pour le Festival of the Lakes (Madison) qu’il dirigeait alors.

Depuis 1993, elle fait partie du Conseil d’Administration des directeurs de la Fondation des Arts du spectacle de

Miami, et est membre de la section juridique de l’Association de Floride pour le spectacle, les arts et les sports.

HAYDÉE MORALES

Direction des costumes

Haydée Morales est née à Porto Rico et a grandi à New York. Sa carrière professionnelle embrasse à la fois le

dessin de maquettes et la production : pour la danse, les comédies musicales, l’opéra et le cinéma. Elle a appris

son métier de costumière chez Barbara Matera (New York).

Elle a rejoint le Miami City Ballet en 1986. Depuis, Haydée Morales a conçu et supervisé un grand nombre

de productions comme le Casse-Noisette de Balanchine, en collaboration avec Jose Varona. Elle a conçu pour

Lynne-Taylor Corbett The Mystery of the Dancing Princesses. Elle a également réinterprété les costumes

de nombreux ballets de Balanchine, d’après les maquettes originales, et repensé les costumes de certains

ballets de Paul Taylor, de Jerome Robbins et de Twyla Tharp. Elle a conçu aussi les décors et costumes de The

Neighborhood Ballroom (2003) et Gismonti Brasil d’Edward Villella.

Haydée Morales a, dernièrement, réalisé la production de la comédie musicale Celia Cruz, The Life & Music of

Celia Cruz à Broadway

JOHN D. HALL

Direction technique : éclairage et production

LE STAff

John Hall rejoint le Miami City Ballet en 1995 comme responsable de la coordination de l’éclairage et des

éléments scénographiques pour la compagnie.

Quelques-unes de ses « créations lumières » ont été particulièrement remarquées, notamment pour Jewels,

Slaughter on Tenth Avenue, Giselle, Coppélia, ainsi que pour The Neighborhood Ballroom d’Edward Villella, et

Nightspot de Twyla Tharp et Elvis Costello.

et pour cette tournée :

Jonah Pruitt III – Directeur fi nancier

Mark Cole – Consultant

Bill Miller – Directeur du Marketing et de la Communication

Roberto Santiago – Responsable des Relations publiques

Abram Best – Responsable de la Compagnie (tournées)

Anne-Camille Hersh – Responsable de la Compagnie (tournées)

Nicole M. Mitchell – Direction de scène

Brian Harris – Responsable de la machinerie

Edward Curington – Responsable des accessoires

William Schwendel – Electricien

Apon Nichols – Assistant Electricien

Sean Michael Deceunick – Responsable du son

Ricardo Asturias – Responsable de l’habillement

Maria Morales – Responsable des costumes


Conseil d’Administration

du Miami City Ballet

Mr. Ron Esserman - President

Ms. Toby Lerner Ansin

Mr. Bob Avian

Mrs. Ana-Marie Codina Barlick

Mrs. Joan Baxt

Ms. Lisa Berg

Mr. Rod Brayman

Mr. Luis A. Cordero

Ms. Nancy Jean Davis

GARY SHELDON

Chef d’orchestre

Gary Sheldon (originaire de Bay Shore dans l’Etat de New York) a fait ses études à la Juilliard School, dont il

est sorti diplômé.

Gary Sheldon a été le chef d’orchestre invité du San Francisco Ballet et le chef d’orchestre du Ballet Met à

Columbus (Ohio). Il a conduit l’orchestre symphonique du comté de Marin (Californie), où il a été décoré par le

Centre Culturel et le Musée du comté de Marin.

Il a aussi dirigé de grands orchestres comme le BBC Symphony Orchestra à Londres, l’Orchestre de Louisville,

le St Louis Symphony Orchestra, le Montreal Symphony Orchestra, l’orchestre de chambre de St Paul et le

Utah Symphony Orchestra.

Il est actuellement directeur artistique du Lancaster Festival et chef d’orchestre principal du Sandpoint

Festival (Idaho).

En 2010, il remporte le Prix américain de la direction d’orchestre pour avoir dirigé l’orchestre du Lancaster

Festival (Ohio), dans une composition de William Bolcom : Ragomania, avec le clarinettiste Richard Stolzman

en solo.

Il entame sa deuxième saison comme chef d’orchestre au Miami City Ballet

FRANCISCO RENNÓ

Conseiller musical et pianiste soliste

LES MUSIcIENS

Francisco Rennó est le lauréat de nombreux concours de piano. Il a joué comme soliste avec les orchestres les

plus importants d’Amérique du Nord et du Sud. Il a donné des récitals en solo et participé à des concerts de

musique de chambre sur les deux continents, mais aussi au Carnegie Hall et à la Collection Phillips.

Pour les représentations de ballets, il a joué en tant que soliste avec les orchestres symphoniques des villes

de Kansas, St Louis, Berkeley, Naples, Turin et Washington.

Francisco Rennó a d’abord été le pianiste du Kansas City Ballet depuis 1981 jusqu’à ce qu’il rejoigne le Miami

City Ballet en 1999. Il a également composé la musique de The Waltz : Our Lady of Oblivion pour le ballet

d’Edward Villella The Neighborhood Ballroom (2003).

Il accompagnera à Paris le Miami City Ballet pour Tarantella, Ballet Imperial, The Four Temperaments et

In the Night.

MARTIN WEST

Chef d’orchestre invité (du 19 au 23 juillet)

Martin West est chef d’orchestre au San Francisco Ballet.

Mrs. Swanee DiMare

Mrs. Lora Drasner

Dr. Margaret Eidson

Mrs. Barbara K. Eroncig

Mr. Neil Flanzraich

Mr. Marvin Ross Friedman

Ms. Gillian Fuller

Ms. Pamela Gardiner

Mr. Jorge M. Gonzalez

Ms. Francinelee Hand

Mrs. Michele Herbert

Mrs. Lisa Huertas

Mrs. Adelaida Muñiz-Iscoe

Mrs. Roni Jacobson

Mrs. Ana-Marie Kadre

Mrs. Darla Karlton

Mr. Gerald Klein

Mrs. Miriam Knapp

Mr. Robert T. Kofman

Mr. R. Kirk Landon

Mrs. Gerri LeBow

Mr. Arthur Levey

Mrs. Martaligia Lopez-Cantera

Ms. Patricia E. Lowry

Mrs. Meike Miniaci

Mrs. Claudia Perles

Mrs. Rosalind Richter

Mr. Juan Js. Roca M.

Mrs. Ophelia Roca M.

Mr. Michael Schultz

Mrs. Diane E. Siegel

Mrs. Sara Solomon

Mr. Alexander I. Tachmes

Mr. Edward Villella

Ms. “Trish” Patricia Walker

Ms. Diana S.C. Zeydel

69


AUTOUR DES éTéS

www.lesetesdeladanse.com

Un cours en public du Miami City Ballet à Vail International Festival (Colorado) - Photo © Leigh-Ann Esty

veNdredI 8 juILLeT à 12h, veNdredI 15 juILLeT à 12h, veNdredI 22 juILLeT à 12h

(sur la scène du Théâtre du Châtelet).

COURS EN PUBLIC

Sensibiliser, initier, c’est aussi la vocation des Etés de la Danse.

Trois séances à midi permettront au public d’assister aux cours

(entraînement des danseurs) du Miami City Ballet.

71


72

Suzanne Farrell dans A Midsummer Night’s Dream de George Balanchine et Dan Eriksen, 1966

La Cinémathèque de la Danse

bientôt

30 ans

www.lacinemathequedeladanse.com

tel : 01 44 75 42 75


LE cARRé D’AS

La Cinémathèque de la Danse n’a pas cherché à « illustrer » les

chorégraphies présentées par le Miami City Ballet au Théâtre

du Châtelet, mais à les éclairer d’un jour différent.

Des heures de visionnage et de négociations avec la télévision

américaine nous furent nécessaires pour obtenir ces images

rares que nous présentons, toute la journée, à la Cinémathèque

Française le lundi 11 juillet.

George Balanchine, Jerome Robbins et Twyla Tharp ont

chacun travaillé pour Hollywood : ils collaborèrent à plusieurs

films célèbres et cette connaissance du 7 e art se perçoit, du

reste, dans le rythme de leurs écritures chorégraphiques.

On avait écouté avec passion à New York Edward Villella

évoquer, en public, le tournage du seul ballet-film que

Balanchine réalisa (1967) pour le cinéma avec Dan Eriksen,

A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été). Il était

bien placé pour parler de ce film puisqu’il y dansait au côté de la

sublime Suzanne Farrell.

Rencontrant ensuite Villella dans un restaurant, on pouvait

admirer, tandis que nous parlions, la précision toute cinématographique,

avec laquelle il soulignait certains aspects de ce film

mythique qui avait disparu pendant des années et que l’on crut

perdu. Saluons à ce propos Robert Gottlieb, éditeur américain

célèbre, proche du Miami City Ballet, grâce à qui une copie de

ce film introuvable a rejoint nos collections. Il présentera à la

Cinémathèque Française le 11 juillet la séance consacrée à

George Balanchine.

Edward Villella évoque Jean Babilée, et aussi Baryshnikov.

Il n’est pas grand, mais vif. Une nonchalance toute populaire,

mais aussi une élégance aristocratique : ce serait le personnage

parfait d’un film de Scorsese...

Comme danseur, il était éblouissant : simplicité inspirée, style

nerveux et retenu tout à la fois, que nous découvrons dans le

portrait filmé par Robert Drew en 1968 Man Who Dances :

Edward Villella (5 ème séance du 11/07)

Le regard de six danseuses proches de George Balanchine

(1 ère séance du 11/07) ouvre le bal de ce programme avec le

documentaire d’Anne Belle, Dancing for Mister B, Six

Balanchine Ballerinas (1989). Chacune d’entre elles témoigne

de ses relations, parfois complexes, avec Mr. B.

Un montage de la Cinémathèque de la Danse (5 ème séance

du 11/07) présente, par ailleurs, des séquences de comédies

musicales « surréalisantes » qu’il chorégraphia pour Hollywood

dans les années 30-40, ajoutant un aspect insolite à l’œuvre

de Balanchine.

Jerome Robbins avec West Side Story, chef d’œuvre absolu, où

comme le disait Cocteau à propos du Jeune Homme et la Mort

« les gestes de la rue sont élevés à la dignité de la danse... »

West Side Story sera présenté au Théâtre du Châtelet le lundi

18 juillet sur écran géant pour le 50 e anniversaire du film.

La chorégraphie de Jerome Robbins NY Export : Opus Jazz

(1958), «ballet in sneakers», a été remontée pour le cinéma

par de jeunes danseurs du New York City Ballet dans un film,

tourné en 2010, projeté dans la 4 ème séance du 11/07.

La manière de filmer les corps, les lieux de tournage dans

Manhattan, la virtuosité des danseurs évoquent le timing

trépidant de West Side Story.

Judy Kinberg qui pendant des années a été la productrice de

l’émission « Dance in America » sur Channel 13 (WNET) a

réalisé un riche essai cinématographique, Jerome Robbins,

Something to Dance About (2009), extrêmement précis

et documenté avec des archives inédites en France, non

seulement sur l’œuvre chorégraphique de Robbins, mais

également sur sa vie et l’ambiguïté de ses positions politiques.

Cet homme, dont on ignorait presque tout, nous est ici révélé

avec force (2 ème séance du 11/07).

Twyla Tharp a créé bien des merveilles, notamment ce film

qu’elle réalisa avec Baryshnikov sur des standards de Sinatra,

Baryshnikov by Tharp. Tout simplement l’un des plus beaux

films de danse jamais réalisé (3 ème séance du 11/07).

Et enfin Fancy Free, première chorégraphie de Jerome Robbins

(1944), remarquable de fraîcheur et de fantaisie (4 ème séance

du 11/07).

Ce ballet a inspiré deux films majeurs de l’histoire de la comédie

musicale américaine, On the Town et Fair Weather de Stanley

Donen et Gene Kelly : trois marins en permission découvrent

d’un même mouvement l’amour et la magie de Manhattan…

La boucle est presque bouclée… Le rêve américain se renouvelle

et se poursuit avec les jeunes interprètes du Miami City

Ballet. Le « carré d’as » d’Edward Villella, Twyla Tharp, Jerome

Robbins et George Balanchine continue de régner à la fois en

vie et en images sur les scènes et les écrans de notre monde.

« … Une fois que vous êtes parti, vous ne vous en souvenez

plus, tout ce qui vous reste c’est l’écho fantomatique d’une

obsédante merveille » écrivait Truman Capote à propos de

New York en 1946.

Patrick Bensard / Lola Chalou

Remerciements : Alain Sinturel (Les trois petits cochons/New York),

Marie-Hélène de Rancher, Agnès Schneider, Christopher Pennington,

Twyla Tharp, Robert Gottlieb, Edward Villella, Jan Schmidt et la NY

Public Library, Xavier Baert, René Sirvin, Jennifer Bertani, Judy Kinberg

et Hélène Van Dantzig, et l’équipe des Etés de la Danse.

73


74

pROgRAMME

LUNDI 11 JUILLet 2011

à la Cinémathèque Française

51, rue de Bercy - Paris 12 e

1 ère séance

12h00 - 13h30

Dancing for Mister B, Six Balanchine Ballerinas

film d’Anne Belle, 1990 - 90 minutes

Six danseuses (Maria Tallchief, Mary Ellen Moylan, Melissa Hayden, Allegra Kent, Merrill Ashley

et Darci Kistler) évoquent leur travail avec George Balanchine.

2 ème séance

14h00 - 16h00

Jerome Robbins, Something to Dance About

documentaire en anglais, réalisé pour la télévision par Judy Kinberg, 2009 - 120 minutes

3 ème séance

16h30 - 17h30

Baryshnikov by Tharp (The Little Ballet, Push Comes to Shove, Sinatra Suite)

film réalisé pour la télévision, par Twyla Tharp et Don Mischer, 1976. 52 minutes

4 ème séance

18h00 - 19h30

Fancy Free

première chorégraphie de Jerome Robbins (1944) avec le New York City Ballet, 1986 - 35 minutes

Interprètes : Joseph Duell, Jean-Pierre Frohlich, Kipling Houston, Lourdes Lopez, Stephanie Salande,

Florence Fitzgerald and Sean O’Brien

New York Export : Opus Jazz (1 ère partie)

revival d’un ballet de 1958, film d’Anna Farrell avec des danseurs du New York City Ballet, 2010 - 45 minutes

Interprètes : Adam Hendrickson, Amanda Hankes, Amar Ramasar, Andrew Veyette, Antonio Carmena,

Ashley Laracey, Austin Laurent, Brittany Pollack, Craig Hall, Georgina Pazcoguin, Giovanni Villalobos,

Glenn Keenan, Gretchen Smith, Rachel Rutherford, Rebecca Krohn, Robert Fairchild, Tiler Peck, Troy Schumacher.

5 ème séance

20h00 - 21h30

Présentation de la séance par Edward Villella et Robert Gottlieb

Interview en français de George Balanchine à Paris, réalisée par la télévision en 1977. Durée : 5 min

My Funny Balanchine

montage de la Cinémathèque de la Danse sur les comédies musicales chorégraphiées par George Balanchine à Hollywood

dans les années 30-40, 2003 - 20 minutes

Liste des films :

- I Was an Adventuress de Gregory Ratoff, 1940 (Swan Lake de Lew Christensen et Charles Laskey, 5’30”);

- Star Spangled Rythm, de George Marshall, 1942 (That Old Black Magic, 4’)

- On Your Toes, from Ray Enright, 1939 (Princesse Zénobie et Slaughter on Tenth Avenue,

avec Eddie Albert, Lew Christensen et Andre Eglevsky, 8’30” et 10’30”)

- Séquences « made by Balanchine » : The Goldwyn Follies, de George Marshall, 1938

(Water Nymph Ballet et Romeo and Juliet, 7’30” et 7”)

- Dark Red Roses, de Sinclair Hill, 1929, extrait du Tatar Ballet de George Balanchine,

avec Lydia Lypokova, Anton Dolin et George Balanchine.

Man Who Dances : Edward Villella

documentaire de Robert Drew et Mike Jackson, 1968. sur Edward Villella, avec Patricia McBride.

6 ème séance

22H00 - 23h30

Présentation de la séance par Edward Villella et Robert Gottlieb

A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été)

(1 ère partie) : film de George Balanchine et Dan Eriksen d’après William Shakespeare, 1967

avec Suzanne Farrell (Titania), Edward Villella (Obéron), Arthur Mitchell (Puck) et Mimi Paul.


1 ère séance

Dancing for Mr. B

Dans ce documentaire, sorti en 1989, six ans après le décès

de George Balanchine, six de ses plus grandes danseuses

parlent de leur travail avec lui, de leur relation, et de ce qu’il a

représenté pour elles et pour leur art.

Il y a Mary Ellen Moylan (la première à avoir créé « Sanguin »

dans Les Quatre Temperaments) ; Maria Tallchief, une des

cinq danseuses qu’il a épousées ; l’énergique Melissa Hayden

(Stars and Stripes, Agon, Liebeslieder Walzer) ; la ravissante

Allegra Kent, aussi connue pour son aérienne Somnambule

que pour son interprétation érotique de Bugaku ; l’extraordinaire

virtuose Merrill Ashley ; et la plus jeune des danseuses

sacrées de Balanchine, la lumineuse Darci Kistler. Leurs

histoires passionnantes et tendres sont entrecoupées

d’archives rares.

2 ème séance

Jerome Robbins, Something

to Dance About

Documentaire en anglais (non sous-titré), réalisé pour la

télévision américaine Channel 13 par Judy Kinberg (2009),

soit 10 ans après le décès du chorégraphe, riche de documents

exceptionnels apportant un éclairage nouveau sur la vie d’un

homme discret.

3 ème séance

Baryshnikov by Tharp

Ce film d’une heure présente trois ballets créés par Twyla

Tharp pour Mikhaïl Baryshnikov, alors directeur de l’American

Ballet Theatre (1980 à 1989).

The Little Ballet, sur la musique d’Alexandre Glazounov, est

fait pour valser au cœur d’une palette de pastel. Comme l’a

dit Baryshnikov « Twyla Tharp est « classique », mais d’une

manière nouvelle ».

(avec Amanda McKerrow, Nancy Raffa, Elaine Kudo, Deirdre

Carberry).

Sinatra Suite, en tenue de soirée, tourne autour de cinq

chansons interprétées par Frank Sinatra et se termine par un

des solos les plus célèbres de Baryshnikov One for my Baby

(Fred Astaire en a dansé sa propre version dans le film The

Sky’s the Limit en 1943.). Avec Elaine Kudo.

Push Comes to Shove est le grand succès de l’A.B.T en

1976, qui a propulsé Twyla Tharp au rang de « star », avec

ce mélange de ragtime et de musique de Joseph Haydn dans

« une bataille de genres », vaudeville et classique - qui révèle

des aspects ignorés de la personnalité de Baryshnikov,

impressionnant de virtuosité (son humour concordant avec

celui de Twyla Tharp).

Avec Marianna Tcherkassky, Susan Jaffe, Elaine Kudo,

Robert La Fosse et Cheryl Yeager.

4 ème séance

Fancy Free

Avec Fancy Free en 1944 - sa première réalisation pour le

Ballet Theatre (appelé ensuite American Ballet Theatre /

ABT), Robbins définit déjà ce que pourrait être la « jeune danse

américaine » : fini les contes de fées ! un sujet d’aujourd’hui (ici, le

récit presque banal de trois marins en permission, rencontrant

des filles dans un bar de Manhattan), utilisant un métissage

de danse classique et jazz, sur une musique originale composée

par Leonard Bernstein, autre jeune homme talentueux (ils

ont, tous les deux, vingt-six ans !). Ce ballet, de trente minutes,

va être étoffé en comédie musicale, donnée à Broadway (On

the Town - 1945), avant de devenir un film (Un jour à New

York), tourné par Stanley Donen (1949), avec Gene Kelly et

Frank Sinatra. (J.L.B.)

Ballet de Jerome Robbins, présenté pour la première fois en

octobre 1944 à l’ancien Metropolitan Opera House, dont le

sujet était totalement frais et inattendu : le Met était seulement

à quelques rues de Times Square, où des marins et des

filles comme ceux que l’on voyait sur scène flânaient dans la

ville, à la recherche d’amusements et d’amours à New York,

en temps de guerre.

Le film présenté a été tourné en 1986. Il est dansé par le

New York City Ballet avec de jeunes danseurs de l’époque

: Joseph Duell, Jean-Pierre Frohlich, Kipling Houston, Lourdes

Lopez, Stephanie Saland, Florence Fitzgerald et Sean O’Brien.

Notices écrites par Robert Gottlieb

New York Export-Opus jazz © Jody Lee Lipes BarSuozzi Productions and The Robbins Rights Trust

75


76

4 ème séance bis

NY Export : Opus Jazz

Ce film, tourné en 2010, reprend le ballet de Jerome Robbins

de 1958, recréé par de jeunes solistes du New York City Ballet

et interprété par eux. Leur idée était de danser NY Export :

Opus Jazz en plein air, dans les rues de New York, en vêtements

de tous les jours. Les réalisateurs ont utilisé différents styles

pour chacun des cinq mouvements, afin de donner un aspect

contemporain à ce « ballet in sneakers » (ballet en chaussures

de tennis) voulu par Robbins pour montrer l’énergie et

l’émotion de cette vie urbaine.

5 ème séance bis

My Funny Balanchine

C’est une sélection faite par la Cinémathèque de la danse de

numéros de danses créés par George Balanchine pour des

comédies musicales d’Hollywood, ainsi qu’un passage extrêmement

rare du film anglais de 1929 Dark Red Roses – le

premier film anglais avec du son - dans lequel Balanchine

danse… torse nu avec un pantalon bouffant !

Les danses pour Hollywood ont toutes été créées pour Vera

Zorina, la femme de Balanchine (entre 1938 et 1946), avec

notamment la séquence Slaughter on Tenth Avenue dans

l’innovante comédie musicale On Your Toes – le succès

musical de Rodgers et Hart que Mr. B a chorégraphié pour

Broadway. On voit également les deux numéros impressionnants

qu’il a réglés en 1938 pour Goldwyn Follies, le ballet

« Water nymph » et un « Roméo et Juliette » sur un thème

jazzy. Le travail triomphant de Balanchine pour Broadway

et Hollywood dans les années 1930 et 1940 est probablement

la partie la moins connue de son incroyable carrière.

5 ème séance ter

Edward Villella: Man Who Dances

Ce film, réalisé en 1968, qui a obtenu un Emmy Award, la

plus grande récompense de la télévision américaine, présente

Edward Villella, le danseur, aujourd’hui directeur artistique du

Miami City Ballet (sept ans plus tard, il sera récompensé luimême

par un autre Emmy Award pour sa propre production

d’Harlequinade).

Man Who Dances est un documentaire sur de ce danseur

incroyable, généralement considéré comme le plus grand

danseur classique américain, et pour lequel George Balanchine

a créé certains des rôles masculins les plus importants dans

le répertoire classique - parmi eux, Oberon dans A Midsummer

Night’s Dream, Rubies et Tarantella.

Le film le montre au sommet de sa carrière, dansant avec

sa partenaire de prédilection Patricia McBride, avec un

emploi du temps surchargé de répétitions, de spectacles

et même de conférences, alors qu’il souffrait de problèmes

physiques sévères, qui l’ont amené à s’évanouir pendant

une représentation.

6 ème séance

A Midsummer Night’s Dream

(Le Songe d’une nuit d ‘été)

En 1966 - 1967, George Balanchine a lui-même filmé son

ballet inspiré par la pièce de Shakespeare, accompagnée de

la musique de Mendelssohn (c’est le seul film qu’il ait réalisé).

Balanchine, considéré la plupart du temps comme un chorégraphe

« abstrait », fut aussi un conteur de génie. Ce film met

particulièrement en valeur certains de ses plus grands

danseurs, au sommet de leur carrière : Suzanne Farrell, sa

principale muse (Titania), et Edward Villella dans le rôle difficile

d’Obéron, le Roi des fées.

C’est seulement grâce à la détermination et l’effort de

passionnés de Balanchine (y compris Patrick Bensard de la

Cinémathèque de la Danse) que ce document a été redécouvert

et restauré dans sa beauté originale.

Notices écrites par Robert Gottlieb

Edward Villella dans Rubies

Man Who Dances © Drew Associates Production


west side story

film de Jerome Robbins et Robert Wise (1961) d’après la comédie musicale (1957) de Leonard Bernstein (musique)

Arthur Laurents (livret), Stephen Sondheim (paroles)

Jerome Robbins (chorégraphie et mise en scène)

avec Natalie Wood (Maria), Richard Beymer (Anton dit “Tony”), Russ Tamblyn (Riff), Rita Moreno (Anita Josefina Beatriz),

George Chakiris (Bernardo dit “Nardo”), Simon Oakland (Lieutenant Schrank), Ned Glass (Doc), William Bramley (Sergent Krupke)

V.O.S.T.F/35mm - Durée : 152 min

« Connu pour être le maître d’œuvre de West Side Story, transposant Roméo et Juliette dans les quartiers chauds de New York

où s’affrontent les bandes rivales de jeunes en blue-jeans – Jerome Robbins sera parvenu à décloisonner les genres. Dans ce

film aux 10 oscars (1961), la danse n’est pas traitée en divertissement rajouté, comme une sorte de « bonus » jubilatoire. L’on

n’assiste pas, non plus, à la captation cinématographique d’un ballet. La danse, ici, fait avancer l’action au même titre que les

dialogues et le chant, et elle en dit tout aussi long sur les réalités sociales et les clivages raciaux. » (J.L.B.)

affiche 60x80 WestSide finale 27/02/06 16:56 Page 1

avec la participation du Centre National de la Cinématographie

LUNDI 18 JUILLet 2011 À 20H00

dans la grande salle du Théâtre du Châtelet

Tandis qu’une bagarre se prépare entre de jeunes américains et leurs rivaux portoricains, un ex-lieutenant des premiers

et la sœur du chef des seconds s’éprennent l’un de l’autre. Sur sa demande, il tente - en vain - d’empêcher la rixe.

MIRISCH PICTURES PRÉSENTE

"WEST SIDE STORY"

UNE PRODUCTION ROBERT WISE

AVEC NATALIE WOOD

RICHARD BEYMER RUSS TAMBLYN

RITA MORENO GEORGE CHAKIRIS

RÉALISÉ PAR ROBERT WISE & JEROME ROBBINS SCÉNARIO ERNEST LEHMAN

PRODUCTEUR ASSOCIÉ SAUL CHAPLIN CHORÉOGRAPHIE JEROME ROBBINS

MUSIQUE DE LEONARD BERNSTEIN PAROLES DE STEPHEN SONDHEIM

BASÉ SUR LA PIÈCE PRODUITE PAR ROBERT E. GRIFFITH ET HAROLD S.PRINCE

D'APRÈS LE LIVRE DE ARTHUR LAURENTS

PIÈCE CONÇUE, DIRIGÉE ET CHORÉGRAPHIÉE PAR JEROME ROBBINS

1961 – 2011 : west side story a 50 ans !

Blousons à la James Dean, chemise écarlate, cravate noir étroite et pantalon cigarette de George Chakiris, robes plissées

de Nathalie Wood enserrées à la taille par de larges ceintures. Cinquante ans plus tard, cette mode se conjugue toujours au quotidien.

Chorégraphie explosive et révolutionnaire, bourrée d’invention, musique fracassante alternant avec des mélodies suaves dans

les rues du Spanish Harlem…

Rarement un film et ses danses n’ont aussi peu vieilli.

Tout dans West Side Story était déjà en avance, pour l’éternité.

Patrick Bensard / Lola Chalou

© Carlotta films

77


photo : Mikhaïl Baryshnikov et Anna Sinyakina - © BAC et Anna Kartseva

78


INPArIS PArIS

CréatION eN FraNCe

avec Mikhaïl Baryshnikov, Anna Sinyakina

et le Dmitry Krymov Laboratory

79


THéÂTRE NATIONAL

DE cHAILLOT

Lieu emblématique du théâtre,

sous la direction de Jean Vilar

(et son TNP - 1951), le Théâtre National

de Chaillot est, depuis 2008, avec la

nomination des chorégraphes

Dominique Hervieu et José Montalvo,

principalement consacré à la danse.

Il reste ouvert à toute la diversité des

esthétiques et se distingue comme un

théâtre de création. Le chorégraphe

Didier Deschamps en prendra

la direction à partir de juillet 2011.

Mikhaïl Baryshnikov sera le premier artiste que j’aurai

l’honneur et la joie d’accueillir en tant que directeur du

Théâtre National de Chaillot. Mis en scène par l’homme

de théâtre russe Dmitry Krymov, In Paris révèle un

nouvel aspect de l’immense talent de cet interprète

d’exception dans un spectacle atypique, réunissant le

théâtre, la danse, la vidéo et la musique.

J’ai souhaité nouer ce partenariat avec Les Etés de la

Danse et offrir aux spectateurs, en avant saison, le plaisir

et la chance d’admirer l’un des plus grands artistes de

l’époque, trop rare sur les plateaux européens, ici, en

compagnie du Dmitry Krymov Laboratory.

Didier DESCHAMPS

Directeur du Théâtre National de Chaillot

81


INPArIS PArIS

CréatION eN FraNCe

d’après une nouvelle d’Ivan Bunin

mise en scène : Dmitry Krymov

scénographie et costumes : Maria Tregubova

musique : Dmitry Volkov

chorégraphie : Alexeï Ratmansky

interprètes : Mikhaïl Baryshnikov et Anna Sinyakina,

Polina Butko, Maria Gulik, Maxim Maminov, Dmitry Volkov

avec Ossi Makkonen et Lasse Lindberg

Une production du Baryshnikov Arts Center, du Dmitry Krymov Laboratory et de la Russian Century Foundation

en association avec le Théâtre Korjaamo à Helsinki.

Les JeUDI 8, VeNDreDI 9, sameDI 10, marDI 13, merCreDI 14, JeUDI 15 et VeNDreDI 16 septemBre À 20H30

Les sameDI 10, DImaNCHe 11 et sameDI 17 septemBre À 15H30

Après son spectacle donné avec Ana Laguna au Théâtre de la Ville en juin 2010,

Mikhaïl Baryshnikov est invité à nouveau par Les Etés de la Danse.

Avec, cette fois, la collaboration du Théâtre National de Chaillot, il revient à Paris

présenter un projet original qui allie le théâtre, la danse, la musique et la vidéo : In Paris

d’après le récit de l’écrivain russe Ivan Bunin (1870-1953), Prix Nobel de Littérature en 1933.

Cette nouvelle In Paris - écrite en 1940 - est le récit de deux émigrés russes

qui se rencontrent par hasard à Paris, en 1930.

Lui est un ancien général de l’Armée blanche russe, elle une belle jeune femme, de loin sa cadette.

Ils tombent éperdument amoureux, mais le temps qui les unit leur est compté.

Lorsque l’un décède, le second découvre alors ce qu’est la véritable solitude.

83


Dmitry Krymov - BAC © DR

84

Peintre, scénographe, graphiste et metteur en scène,

Dmitry Krymov, diplômé de scénographie de l’Ecole

d’Art dramatique de Moscou, est membre de l’Union

des Peintres et de l’Union du Théâtre de la Fédération

de Russie.

Cet artiste est le scénographe de plus de 90 spectacles,

la plupart mis en scène par Anatol Efros, au Théâtre

de Moscou et au Théâtre Taganka. Il a également réalisé

des scénographies pour de nombreux projets dans

des théâtres moscovites comme le Théâtre de la jeunesse,

le Théâtre Stanislavsky, le Théâtre Gogol, le

Théâtre Ermolova, le Théâtre Mossovet, le Théâtre

Maïakovsky. Il crée également pour les théâtres

de Saint-Pétersbourg, Riga, Tallinn, Nijni Novgorod,

Vyatka, Volgograd, mais aussi en Bulgarie et au Japon.

Les œuvres du peintre Krimov sont exposées dans de

nombreuses collections publiques : au musée national

de Tretyakov à Moscou, au Musée national russe,

au Musée national du théâtre à Saint Pétersbourg, au

Victoria & Albert Museum à Londres, au Musée du

Vatican, et font partie de collections privées.

Responsable des projets de création du département de

mise en scène théâtrale à l’Académie Russe des Arts du

Théâtre (RATI-GITIS), il intervient ponctuellement dans

l’établissement en tant qu’enseignant.

DMITRY

KrYmOV

METTEUR EN ScÈNE

Les productions du Krimov Laboratory ont été

présentées depuis 2005 dans des festivals

russes et internationaux en Pologne, Hongrie,

Grande-Bretagne, Estonie et Finlande. En 2006,

celles-ci sont récompensées par le Prix Stanislavski

pour l’ « Innovation ». L’artiste obtient ensuite le

Thurandot Crystal du « Meilleur Metteur en scène »

pour les pièces Demon. View from Above et Opus #7.

En 2007, c’est en compagnie de ses étudiants que

Dmitry Krymov remporte le Grand Prix de la Quadriennale

de Prague et par deux fois le « Golden Mask » à Moscou.

In Paris en répétition - Photo © Maria Baranova


LE DMITRY KRYMOv

LABORATORY

Fondé en 2005, le Krymov Laboratory signe sa première

production Not a Fairytale en collaboration avec

des étudiants de première année du Département

de Scénographie de l’Académie Russe des Arts du

Théâtre (RATI-GITIS). Librement inspiré de contes de

fées du folklore russe, le spectacle est une pantomime

les étudiants, à la fois acteurs et scénographes,

font apparaitre, au fil de l’intrigue, une série d’images.

C’est après avoir vu la pièce qu’Anatoli Vassiliev, l’un

des metteurs en scène actuels les plus reconnus et

à la tête de l’Ecole d’Art Dramatique de Moscou, programme

Not a Fairytale à plusieurs reprises dans son

théâtre. Il s’engage par la suite à soutenir les jeunes

artistes étudiants du Krymov Laboratory. Depuis,

six jeunes acteurs accompagnés chaque année d’un

groupe d’étudiants diplômés de la RATI-GITIS et de

l’Institut du Théâtre Shchoukin, travaillent sur les

créations du Laboratory. A ce jour, on compte neuf

productions. Le Laboratory promeut depuis son origine

un théâtre d’artistes unique et une esthétique singulière.

In Paris - Photo © Maria Baranova

Maria Tregubova - photo © Annie Liebovitz

MARIA TREgUBOvA

(scénographie et costumes)

Maria Tregubova est diplômée de scénographie de

l’Académie russe d’Art Dramatique et travaille depuis

2005 comme décoratrice / scénographe pour

le Dmitry Krymov Laboratory. Elle a réalisé de nombreuses

productions du Laboratory aux côtés de

Dmitry Krymov : Ser Vantes, Donky Hot, The Auction,

Demon. View From Above, Opus #7, The Cow, The

Death of a Giraffe et Tararaboombia. Maria Tregubova

a remporté par deux fois le “Golden Mask”(Moscou),

comme meilleure décoratrice pour Opus #7 et comme

meilleure costumière pour Tararaboombia.

85


Agir pour la démocratie culturelle

La CCAS

impulse une action culturelle de dimension nationale

autour de valeurs telles que la solidarité,

l’émancipation et la justice sociale. Elle est l’un des principaux acteurs du

monde de la culture en France. La CCAS apporte une contribution importante

à la création, à la production et à la diffusion culturelles. Elle permet

aux jeunes auteurs, aux jeunes talents, aux artistes d’aller à la rencontre

du public. Plus de 1 700 interventions culturelles ont été programmées en

2010 dans ses centres de vacances. La programmation résolument variée,

recouvre des domaines culturels tels que le spectacle vivant (théâtre, musique,

danse, paroles et musique, humour, arts de la pistes et de la rue), de

la lecture (rencontres d’auteurs, ateliers…), des arts visuels et du cinéma

dans plus de 300 centres de vacances adultes & familles et centres jeunes

en France. Son objectif : donner aux 700 000 électriciens et gaziers et à

leurs familles la possibilité d’accéder à la culture et à la création artistique.

CCAS - Direction de la Culture, des Activités Physiques et Sportives et de Loisirs

8 rue de Rosny - BP 629 - 93104 Montreuil cedex - Téléphone 01 48 18 65 70

Crédits photos de gauche à droite et de haut en bas : © Cie Les Philébulistes - El hijo de la Cumbia © elhijo_fotoprensa_mexico -

Compagnie Jakart © Redukto - Compagnie Sui Generis Emmanuelle Vo Dinh © EVD - Quatuor Bela © Sylvie Friess - Compagnie Sylvain

Groud ©Isabelle Evrard

86

Quelques chiffres

Plus de 1 700 interventions

culturelles programmées

en 2011

• Plus de 1 200 représentations de

spectacles vivants (théâtre, musique,

danse, paroles et musique, humour,

arts de la rue et de la piste).

• Plus de 200 interventions

consacrées à la lecture,

• Plus de 200 aux sciences et

techniques,

• 90 au cinéma

• 30 aux arts plastiques

• Près de 700 comédiens, danseurs,

circassiens, plasticiens, cinéastes,

auteurs, techniciens interviennent

dans les centres de vacances

de la CCAS dans le cadre de ces

rencontres culturelles.


Mikhaïl Baryshnikov - BAC © DR

MIKHAÏL

BARYSHNIKOv

LES INTERpRÈTES

Né à Riga en Lettonie, Mikhaïl Baryshnikov commence

la danse à 9 ans dans sa ville natale, part se perfectionner

à l’Ecole Vaganova de Léningrad et entre à

18 ans dans la troupe du Kirov, où il est vite reconnu

comme l’un de ses plus brillants solistes. Après son

passage à l’Ouest, en 1974, il devient le danseur

exceptionnel que l’on sait et se tourne aujourd’hui

vers le théâtre et la production.

On l’a vu acteur à Broadway dans Metamorphosis

(1989), nommé aux Tony Awards, ainsi que – Off

Broadway – dans Beckett Shorts et Forbidden

Christmas or The Doctor and the Patient (Lincoln

Center Festival), et au cinéma dans The Turning

Point (1977), nommé aux Oscars, White Nights

(1985), The Cabinet of Dr. Ramirez et Company

Business. Également sur les écrans de télévision

(shows pour lesquels il a reçu successivement trois

Emmy Awards). En 2005, il fonde le Baryshnikov Arts

Center/BAC, produisant des spectacles de jeunes

créateurs (chorégraphes, comédiens, musiciens,

cinéastes et plasticiens).

Anna Sinyakina - photo © Anna Kartzeva

ANNA

SINYAKINA

Actrice « phare » du Dmitry Krymov Laboratory,

Anna Sinyakana, après ses études à l’Institut National

de Musique (diplômée en 2000), s’oriente vers

l’art dramatique et obtient, en 2004, son diplôme de

l’Académie Nationale de Théâtre (GITIS).

Au cinéma, elle est récompensée du prix de la « Meilleure

Actrice de l’année » au Festival International de

Cinéma « Artek » (films pour enfants) et reçoit le prix

du « Meilleur Espoir » au Festival du Cinéma Russe

« Littérature et Films ».

87


photo © Annie Liebovitz

photo © Annie Liebovitz

photo © DR

photo © Annie Liebovitz

photo © Annie Liebovitz

photo © Annie Liebovitz

DMITRY vOLKOv (compositeur / interprète)

Dmitry Volkov a créé des musiques pour plusieurs productions théâtrales comme Hedgehog

in the Fog (de Yury Norshteyn), Philoctète, l’Ecole des Bouffons, Savva or Ignis Sanat (de

Leonid Andreyev), En attendant Godot et trois spectacles mis en scène par Dmitry Krymov :

The Auction, Demon et View from Above pour l’Ecole d’Art Dramatique de Moscou.

ANDREI SHcHUKIN (expression corporelle)

Andrei Shchukin est metteur en scène, chorégraphe et professeur à l’Institut de Théâtre

Shchukin. Il a travaillé en collaboration avec Declan Donellan (Grande Bretagne), Staphis

Livaphinos (Grèce), Peter Stein, Adolf Shapiro, Boris Lvov-Anokhin, Roman Kozak, Rimas

Tuminas et Dmitry Krymov. Il a mis en scène Hedgehog in the Fog au Vakhtangov Theatre

ainsi que Iron Games au TUZ, The World of Man and Things, Metamorphoses, A Cube in a

Square, Objects of Love à l’Institu Shchukin, Puss in Boots et Smile au GITIS.

ALEXEÏ RATMANSKY (chorégraphie)

Alexeï Ratmansky (né à Saint-Pétersbourg en 1968), danseur-chorégraphe, a été directeur

du Ballet du Bolchoï à Moscou (2004), qu’il a quitté en 2008 pour se consacrer d’avantage

à la chorégraphie (créations pour la Mariinski, le New York City Ballet, le Ballet Royal du

Danemark). Il est actuellement chorégraphe-résident à l’American Ballet Theatre / ABT à

New York. Il prépare deux créations mondiales : Psyché pour le Ballet de l’Opéra de Paris

à la rentrée 2011 et Symphonic Dances pour le Miami City Ballet (en mars 2012).

MAXIM MAMINOv (acteur)

Chanteur et comédien, diplômé en 2006 du Département Pop Art de l’Académie russe

d’Art Dramatique, Maxim Maminov a participé à la comédie musicale Witches of Eastwick

crées Michael Spofford (produite par l’agence théâtrale Art Voyage XXI), au spectacle

New Year mis en scène par F. Gregorian appartenant au projet School Hall. Depuis 2005,

il collabore au Krymov Laboratory (Ser Vantes, Donky Hot, The Auction, Demon. View

From Above, The Cow, Opus #7, Tararaboombia, Katya, Sonya, Polya, Galya, Vera, Olya,

Tanya et Optimus Mundus).

MARIA gULIK (actrice)

Chanteuse et comédienne, diplômée en 2007 de l’Académie russe d’Art Dramatique

(théâtre musical). Elle a joué le rôle de Vava dans l’opérette de de Chostakovitch Moscow,

Cheremushki au Théâtre musical académique de Moscou (ex Théâtre Stanislavski /

Vladimir Nemirovitch-Danchenko). Elle collabore au Krymov Laboratory depuis 2007

(Opus #7 et Tararaboombia).

pOLINA BUTKO (interprète)

Musicienne (voix et percussions), danseuse de claquettes et chorégraphe. Diplômée du

Département Jazz et Voix de l’Académie musicale Gnesins (Moscou), de l’Université slave

et de l’Institut de journalisme. Elle a travaillé dans le groupe de percussions « Sambateria »

d’Arthur Gazarov. Elle enseigne à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev et Vilnius. Elle a fondé

sa propre école de danse et de musique « Jam Studio ».

89


90

BarYsHNIKOV arts CeNter (BaC)

Le BAC est la réalisation d’un projet de longue date

de son directeur artistique, Mikhaïl Baryshnikov, qui

souhaitait créer, dans Manhattan, un centre culturel

ouvert aux artistes de toutes disciplines.

Fondé en 2005, le Baryshnikov Arts Center (BAC) est

avant tout un laboratoire de création, un espace de

rencontre et un lieu de représentation. Il développe

également une activité en direction des spectateurs,

afin de sensibiliser les publics aux œuvres contemporaines

et expérimentales. A cet effet, il propose des

tarifs attractifs allant même jusqu’à la gratuité pour

certaines manifestations.

Le Centre propose des accueils en résidence aux

artistes ou compagnies sur de nouveaux projets artistiques

: performances réalisées par des acteurs ou

des danseurs, présentation d’une série de concerts de

musique de chambre, projections suivies de débats,

concerts de jazz diffusés en direct à la radio, expositions

d‘art visuel et nombreux ateliers de formation.

Les programmes du BAC ont déjà accueilli plus de 500

artistes et chaque année, près de 6000 adhérents

fréquentent le lieu. Situé dans le quartier de Hell’s

Kitchen à New York, le BAC se compose de quatre

grands studios de danse, d’un studio de théâtre et

d’un espace dédié à l’administration.

En novembre 2008, le Centre a aménagé un nouveau

lieu : un théâtre de 299 places jouxtant ses locaux

actuels, baptisé « Théâtre Jerome Robbins » en 2010.

Les projets présentés au Théâtre Jerome Robbins

s’intègrent dans la politique du BAC mettant en valeur

le travail pluridisciplinaire : ils font découvrir de nouveaux

talents et accueillent des artistes atypiques

peu produits ailleurs aux Etats-Unis.

rUssIaN CeNtUrY FOUNDatION

La “Russian Century” est une fondation caritative

à but culturel, fondée en 2006. Elle est en charge

d’organiser de grands projets sociaux dans le domaine

culturel, l’éducation et le secteur de la santé

infantile. Ses activités sont inspirées des grandes

traditions de bienfaisance communes à la Russie et

à l’Occident. La Fondation collabore aussi bien avec

des individuels qu’avec des organisations profes-

STAff pOUR IN PARIS

sionnelles, en particulier des studios de théâtre, des

galeries d’art contemporain et des festivals, avec un

intérêt particulier porté sur la nouvelle génération

d’artistes.

La mission de la Fondation est de contribuer, à travers

l’esthétique et la force de l’Art, au développement

culturel du public, et de récolter des fonds en faveur

des enfants défavorisés.

Directeur de la production : Will Knapp

Création lumières : Damir Ismagilov

Responsable de la vidéo et du son : Tei Blow

Responsable de la compagnie (tournées) : Kathryn Luckstone

Responsable de l’éclairage : Valentina Migoulia

Responsable de l’habillement et des accessoires : Mariya Masalskaya

Directeur technique : Anthony Cerrato

Direction administrative : Huong Hoang, Baryshnikov Productions

Agent de tournée : Thomas Kriegsman, ArKtype

Consultant technique : Alexander Nazarov

Traductrice : Regina Kozakova

Fret : Flying by Foy

Comptabilité : Bruce Nadell, C.P.A, Nadell, Franco, Weinberger

Agence de voyage : Regina Louden, Road Rebel, Inc.

Remerciements à Raoul Grünstein, Irina Duskova, Koorjamo Theatre; Maya Kostava, Russian Century Foundation; and Irina Gorskaya.


LE cERcLE DES MécÈNES DES éTéS DE LA DANSE

ET LES AMIS DES éTéS DE LA DANSE

Comment soutenir de manière privilégiée le Festival des Etés de la Danse ?

« Le Festival des Etés de la Danse a le grand plaisir de vous annoncer en avant-première la création du Cercle des Mécènes

des Etés de la Danse et des Amis des Etés de la Danse pour tous ceux désireux de partager à nos côtés une formidable

aventure artistique faite de passion et d’énergies au service de la danse.

Que vous soyez Entreprises, Fondations ou bien encore Particuliers, votre soutien nous est fondamental afin de proposer,

chaque année, un Festival toujours plus riche en rendez-vous chorégraphiques. C’est en effet grâce à vous que nous accomplissons

chaque année des projets toujours plus ambitieux et porteurs de valeurs fortes : engagement, partage et créativité

mais aussi esthétique, exigence et performance.

Le Cercle des Mécènes des Etés de la Danse a pour ambition de réunir les Entreprises et les Fondations désireuses de

soutenir le Festival et de prendre part à son rayonnement culturel. Il constitue à cet effet un partenaire privilégié de notre

Festival. Le Cercle vous permet ainsi d’associer vos collaborateurs à votre généreuse démarche de Mécénat en leur permettant

notamment de découvrir les coulisses du Festival.

Les Amis des Etés de la Danse regroupent l’ensemble des Particuliers, amateurs de danse classique et contemporaine,

souhaitant partager une même passion aux côtés d’autres Membres tout en nous soutenant.

Véritable plateforme d’échanges et d’expériences, le Cercle des Mécènes des Etés de la Danse ainsi que les Amis des

Etés de la Danse vous proposent tout au long de l’année une communication privilégiée et prioritaire.

Devenir Membre, c’est être au cœur du Festival, c’est participer à nos côtés à son développement, c’est inscrire votre nom

en qualité de soutien d’un évènement chorégraphique majeur, c’est bénéficier d’invitations privilégiées aux spectacles ou

aux évènements Autour des Etés mais c’est avant tout soutenir ensemble un projet artistique créatif, audacieux et exigeant.

Nous espérons avoir le plaisir de vous voir toujours plus nombreux à nos côtés pour faire vivre ce Festival ! »

Marina de BRANTES Valéry COLIN

Présidente Directeur

Je sOUHaIte DeVeNIr memBre DU CerCLe Des méCèNes OU Des amIs Des étés De La DaNse

Si vous souhaitez devenir Membre, nous vous invitons à nous renvoyer votre bulletin d’adhésion en complément de votre

chèque à l’adresse suivante : Les Etés de la Danse, 47 rue Berger - Paris 75001 - France

Dès réception de votre courrier, nous vous enverrons un reçu fiscal* correspondant au montant de votre don à l’adresse

mentionnée sur votre bulletin d’adhésion.

* Pour les entreprises, ce reçu fiscal ouvre droit à une réduction de l’impôt de 60% du montant des dons dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires.

Pour les particuliers, ce reçu fiscal ouvre droit, au titre du mécénat, à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant du don effectué, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Si ce plafond est dépassé, l’excédent peut être reporté sur les cinq années suivant le versement.

CONtaCt

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les différents niveaux d’adhésion, nous vous invitons à consulter notre site Internet

www.lesetesdeladanse.com ou bien à prendre contact avec :

Madame Marie-Laure Bonnefoy

Responsable du Mécénat

mecenat@lesetesdeladanse.com

91


92

Le CerCLe Des méCèNes Des étés De La DaNse

4 niveaux d’adhésion réservés aux Entreprises ou Fondations

Un reçu fiscal vous sera envoyé pour la partie déductible de votre participation

Le CerCLe BrONze

Adhésion pour une année civile : 2 500 € (dont 500 € de cotisation)

AVANTAGES

• 2 Invitations à l’une des Premières du Festival suivi d’une réception.

• 4 places offertes en 1 ère catégorie pendant le Festival (hors Gala et Première).

• Priorité d’achat de places en 1 ère catégorie avant ouverture de la location au public.

• Mention du nom du Mécène dans le Programme qui vous sera offert ainsi que sur le site Internet du Festival.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

• Accès privilégié aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, cours public, projections de films,

rencontre avec les artistes, conférence de presse.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

Le CerCLe arGeNt

Adhésion pour une année civile : 5000 € (dont 500 € de cotisation)

AVANTAGES

• 4 Invitations à l’une des Premières du Festival suivi d’une réception.

• 10 places offertes en 1 ère catégorie pendant le Festival (hors Gala et Première).

• Priorité d’achat de places en 1 ère catégorie avant ouverture de la location au public.

• Mention du nom du Mécène dans le Programme qui vous sera offert ainsi que sur le site Internet du Festival.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

• Accès privilégié aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, répétitions de travail, cours public,

projections de films, visites privées du théâtre, rencontre avec les artistes, conférence de presse.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

Le CerCLe Or

Adhésion pour une année civile : 10 000 € (dont 500 € de cotisation)

AVANTAGES

• 10 places offertes ainsi qu’une table de 10 personnes à la soirée de Gala.

• 10 places offertes en 1 ère catégorie pendant le Festival (hors Gala et Première).

• 2 places offertes aux Premières.

• Priorité d’achat de places en 1 ère catégorie avant ouverture de la location au public.

• Insertion publicitaire (demi page), mention dans le Programme qui vous sera offert et sur le site Internet du Festival.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

• Accès privilégié aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, répétitions de travail, cours public,

projections de films, visites privées du théâtre, rencontre avec les artistes, conférence de presse.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

Le CerCLe pLatINe

Adhésion pour une année civile : 25 000 € (dont 500 € de cotisation)

AVANTAGES

• 10 places offertes ainsi qu’une table de 10 personnes à la soirée de Gala.

• 25 places offertes en 1 ère catégorie pendant le Festival (hors Gala et Première).

• 6 places offertes aux Premières.

• Priorité d’achat de places en 1 ère catégorie avant ouverture de la location au public.

• Insertion publicitaire (pleine page), mention dans le Programme qui vous sera offert

et logo de votre Société sur le site Internet du Festival.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

• Accès privilégié aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, répétitions de travail, cours public,

projections de films, visites privées du théâtre, rencontre avec les artistes, conférence de presse.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.


Les amIs Des étés De La DaNse

5 niveaux d’adhésion réservés aux Particuliers

Un reçu fiscal vous sera envoyé pour la partie déductible de votre participation

amIs étOILe �

Adhésion pour une année civile (offre solo ou duo) : 1000 €

(inclus 50 € de cotisation annuelle par personne ou 100 € pour deux)

AVANTAGES

• Mention du nom dans la page du Programme réservée aux Mécènes.

• Priorité d’achat de places toutes catégories avant ouverture de la location au public.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres

• Accès privilégié pour 2 personnes aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, répétitions de travail,

cours public, projections de films, visites privées du théâtre, rencontre avec les artistes, conférence de presse.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

amIs étOILe ��� 3 aNs

Adhésion pour trois années civiles (offre solo ou duo) : 3000 € en 3 versements

(inclus 50€ de cotisation annuelle et par personne pendant trois ans)

AVANTAGES

Tous les avantages Etoile* durant trois ans et en plus :

• participation durant trois saisons au suivi de la programmation artistique du Festival comme des voyages

VIP, conférences, présentations privilégiées…

amIs BIeNFaIteUrs

Adhésion pour une année civile (offre solo ou duo) : 500 €

(inclus 50 € de cotisation annuelle par personne ou 100 € pour deux)

AVANTAGES

• Mention du nom dans la page du Programme réservée aux Mécènes.

• Priorité d’achat de places toutes catégories avant ouverture de la location au public.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

• Accès privilégié pour 2 personnes aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, cours public,

projections de films, conférence de presse.

• Informations prioritaires sur le Festival (Lettre d’information, Newsletter).

amIs DONateUrs

Adhésion pour une année civile en solo : 75 €

(inclus 50 € de cotisation annuelle)

AVANTAGES

• Priorité d’achat de places toutes catégories avant ouverture de la location au public.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

• Accès privilégié pour 1 personne aux évènements Autour des Etés : répétitions générales.

amIs JUNIOr moins de 25 ans

Adhésion pour une année civile en solo : 25 €

(ce tarif prend en compte le montant de la cotisation Junior qui est fixée cette année à 25€)

AVANTAGES

• Priorité d’achat de places toutes catégories avant ouverture de la location au public.

• Invitation à l’Assemblée Générale annuelle des Membres.

• Accès privilégié pour 1 personne aux évènements Autour des Etés : répétitions générales, cours public,

projections de films, visites privées du théâtre, rencontre avec les artistes, conférence de presse.

93


94

Nom de la société :

BULLetIN D’aDHésION aU CerCLe Des méCèNes Des étés De La DaNse

Vous souhaitez adhérer au Cercle des Mécènes des Etés de la Danse et nous vous en remercions.

SOCIÉTÉ

Représentée par (un seul représentant) :

M./Mme/Mlle

Adresse

Ville Pays

Tél. domicile

Tél. professionnel

Portable

E-mail

Date Signature

M. / Mme / Mlle

Prénom

Adresse

Code postal

J’opte pour la catégorie d’adhésion suivante :

La cotisation annuelle par personne est incluse dans chaque adhésion.

CERCLE BRONZE montant de l’adhésion annuelle : 2500 €

CERCLE ARGENT montant de l’adhésion annuelle : 5 000 €

CERCLE OR montant de l’adhésion annuelle : 10 000 €

CERCLE PLATINE montant de l’adhésion annuelle : 25000 €

Visibilité du mécénat :

Je souhaite que mon nom figure dans les publications

du Festival de la manière suivante :

Je ne souhaite pas que mon nom figure dans les publications

du Festival.

Montant de votre adhésion : €

Règlement par chèque à libeller à l’ordre des Etés de la Danse

et à renvoyer à l’adresse suivante :

Les Etés de la Danse - 47, rue Berger - 75001 Paris - France

BULLetIN D’aDHésION aUx amIs Des étés De La DaNse

Vous souhaitez adhérer aux Amis des Etés de la Danse et nous vous en remercions.

PARTICULIER

Ville Pays

Tél. domicile

Tél. professionnel

Portable

E-mail

Date Signature

Code postal

Pour les adhérents Junior, merci de bien vouloir joindre à votre

règlement une photocopie de votre pièce d’identité.

J’opte pour la catégorie d’adhésion suivante :

La cotisation annuelle par personne est incluse dans chaque adhésion.

AMIS ETOILE � montant de l’adhésion annuelle : 1000 €

solo duo

AMIS ETOILE � � � montant de l’adhésion pluriannuelle sur 3 ans :

3000 € - 3 versements de 1000 € par an.

solo duo

AMIS BIENFAITEURS montant de l’adhésion annuelle : 500 €

solo duo

AMIS DONATEURS montant de l’adhésion annuelle : 75 €

AMIS JUNIOR montant de la cotisation annuelle : 25 €

Visibilité du mécénat :

Je souhaite que mon nom figure dans les publications

du Festival de la manière suivante :

Je ne souhaite pas que mon nom figure dans les publications

du Festival.

Montant de votre adhésion : €

Règlement par chèque à libeller à l’ordre des Etés de la Danse

et à renvoyer à l’adresse suivante :

Les Etés de la Danse - 47, rue Berger - 75001 Paris - France


© JC Valienne pour Paris Marriott Rive Gauche

Restaurant, Bar & Lounge,

ambiance 70’ revisitée

au Paris Marriott Rive Gauche

Chaque jour, le Chef Didier Pétin vous propose

une carte de saison aux touches exotiques pleines de saveurs.

Le dimanche, le Brunch* du R’Yves est une véritable parenthèse

de détente à savourer en famille ou entre amis :

Coupe de Champagne, buffets aux saveurs du jour

et desserts gourmands…

*39 € par personne, prix net, service compris, gratuit pour les enfants de 0 à 4 ans

50% de remise pour les enfants de 4 à 12 ans, servi le dimanche de 12 h 00 à 15 h 00

l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Paris Marriott Rive Gauche

R’Yves Restaurant, Bar & Lounge

(e) mhrs.parst.restaurant@marriotthotels.com

Tél. +33(0)1 40 78 79 30

17, Boulevard Saint Jacques - 75014 Paris France

www.ryves.com

®

95


96

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Marina de BRANTES, Présidente-Fondateur

Regina Annenberg-Weingarten, vice-Présidente

Anne DELAYE, vice-Présidente

Olivier METZNER, vice-Président

Jacques BOUHET, Trésorier

Ludovic DOUTRELEAU, Secrétaire général

Martine CZAPEK THINSELIN, Marie-Thérèse ROSE,

Gérard ERMISSE, Gérard GROS, Cyril LAFAURIE,

Xavier LEBRAY, Réda SOUFI.

Madame Jacques CHIRAC, Présidente d’Honneur

Madame Claude BESSY, Membre d’Honneur-Fondateur

Madame Jacques CHIRAC, Présidente d’Honneur

L’ÉQUIPE DU FESTIVAL

COMITÉ CONSULTATIF

Valéry COLIN, Directeur-Fondateur

Dominique BEROLATTI, Attachée de presse

Jean Luc CANDUSSI, Directeur des relations avec le public

Jean Pierre COLIN, Conseiller en communication et publicité

Vincent JACQUET, Conception graphique

Josseline LE BOURHIS, Conception et rédaction programme / publications

Marie-Laure BONNEFOY, Responsable du mécénat

Pauline DARAGON, Stagiaire (publications et relations avec la presse)

Claire GARITEAI, Stagiaire (relations publiques)

Remerciements aux équipes techniques, administratives, de production

et de relations publiques du Théâtre du Châtelet et du Théâtre National de Chaillot.

Les Etés de la Danse

47, rue Berger - 75001 Paris

Tel : 01 42 68 22 14 - Fax : 01 42 68 22 16

info@lesetesdeladanse.com

www.lesetesdeladanse.com

François DUPLAT, Producteur

André DUNSTETTER, Conseiller en marketing

François GIBAULT, Avocat

André LARQUIE, Président d’Honneur du Théâtre du Châtelet

Brigitte LEFEVRE, Directrice du Ballet de l’Opéra National de Paris

Elisabeth PLATEL, Directrice de l’Ecole de Danse

de l’Opéra National de Paris

René SIRVIN, Critique de danse

More magazines by this user
Similar magazines