BAT_MANDAT (1)

gserville

AFFAIRES SOCIALES & SANTÉ

AFFAIRES SOCIALES

& SANTÉ

En pleine déliquescence depuis plus d’une décennie, l’offre

publique de soins offerts aux Guyanais est aujourd’hui

indigne de la République. Les choix contestables opérés

en matière de santé pour notre région m’ont amené à

m’opposer fermement au gouvernement nouvellement élu

dès juin 2012. En effet, la chasse au déficit et au fameux

« trou de la sécu » engagée au niveau national s’est vite

révélée comme complétement antinomique avec les besoins

exprimés par nos professionnels de santé qui doivent faire

face à une croissance de la demande dans un contexte de

raréfaction budgétaire. Il faut dire qu’avec 174 médecins

pour 100 000 habitants, très inégalement répartis dans une

région plus vaste que l’Autriche, la Guyane donne toute sa

mesure à l’expression « désert médical ».

La vétusté de l’offre publique hospitalière, les difficultés

d’accès aux soins des habitants de l’intérieur, la surcharge

chronique de travail des personnels ainsi que les

incertitudes pesant sur l’avenir du CMCK ont rapidement

alimentés un sentiment de ras-le-bol général que j’ai relayé

inlassablement sur les bancs de l’Assemblée nationale et

auprès des membres du gouvernement. Les épidémies de

dengue, chikungunya et zika traversées par le département

ont fini de révéler les graves failles que présentent les

politiques publiques de santé appliquées en Guyane.

Aussi, face à la faillite annoncée de notre offre publique

hospitalière et dans un contexte budgétaire très dégradé,

j’ai convaincu en 2016 le gouvernement d’opérer un

changement de gouvernance à la tête de l’hôpital de

Cayenne, accompagné d’une enveloppe exceptionnelle

de 16 millions d’euros. Si cette aide est bien en deçà des

besoins estimés par les professionnels de santé, elle aura

permis de régler une partie des factures aux fournisseurs

qui étaient désespérément en souffrance, mettant en danger

non seulement l’hôpital lui-même, mais également de

nombreux emplois dans le secteur du paramédical.

LUTTE CONTRE L’OBÉSITÉ

ET LE DIABÈTE :

Partant du constat alarmant que 20% de nos enfants

guyanais sont en surpoids et 7% en état d’obésité, soit

le double de la moyenne nationale, j’ai porté avec des

collègues ultra-marins de gauche la loi du 3 juin 2013 visant

à garantir la qualité de l’offre alimentaire Outre-mer. En

effet, traditionnellement, les produits en provenance de

l’Hexagone et destinés au marché guyanais étaient plus

sucrés et plus salés. Depuis l’entrée en vigueur de la loi, il

s’agit d’une pratique proscrite.

J’interpelle désormais le gouvernement pour qu’un

renforcement des contrôles aux frontières soit opérés dans

le cadre de cette loi, car beaucoup de produits fortement

sucrés entrent illégalement en Guyane en provenance du

Brésil et du Suriname avant de se retrouver aux abords de

nos écoles.

LOI ÉGALITÉ

& CITOYENNETÉ :

À l’occasion du vote de la loi Egalité & Citoyenneté,

j’ai fait adopter plusieurs amendements susceptibles

d’améliorer sensiblement l’expression de la citoyenneté

dans notre territoire.

Pour les jeunes d’abord, avec la mise en place d’un conseil

des jeunes à l’échelon territorial. Une vraie bonne nouvelle

lorsque l’on sait qu’un guyanais sur deux à moins de 25 ans

et que l’on connait le contexte de désaffection de la jeunesse

pour la chose publique.

Pour nos peuples autochtones ensuite, avec la mise en place

d’un observatoire régional du suicide qui devra travailler à

l’endiguement d’un phénomène qui appelle à des actions

concrètes et à la mise en place de politiques publiques

adaptées.

4

More magazines by this user
Similar magazines