18.08.2017 Views

Le Dernier Jour

UN DERNIER JOUR POUR DÉCLARER SA FLAMME ! ( Euh... du coup, notre héros a la pression... ) Emile n’a plus qu’un jour pour avouer à Louise qu’il est amoureux d’elle. Ce soir, il déménage ! Demain, il sera dans une nouvelle école et ce sera trop tard ! En allant en cours, le courage lui manque et Émile s’invente des excuses pour, une fois encore, éviter d’avouer ses sentiments. C’est alors qu’il trouve sur son bureau une mystérieuse boîte... Ce dernier jour d’école s’annonce plein de surprises pour Emile, qui ne peut plus remettre au lendemain sa déclaration d’amour !

UN DERNIER JOUR POUR DÉCLARER SA FLAMME !
( Euh... du coup, notre héros a la pression... )

Emile n’a plus qu’un jour pour avouer à Louise qu’il est amoureux d’elle. Ce soir, il déménage ! Demain, il sera dans une nouvelle école et ce sera trop tard ! En allant en cours, le courage lui manque et Émile s’invente des excuses pour, une fois encore, éviter d’avouer ses sentiments. C’est alors qu’il trouve sur son bureau une mystérieuse boîte... Ce dernier jour d’école s’annonce plein de surprises pour Emile, qui ne peut plus remettre au lendemain sa déclaration d’amour !

SHOW MORE
SHOW LESS
  • No tags were found...

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

1 livre<br />

1 CD !<br />

et


<strong>Le</strong> <strong>Dernier</strong> <strong>Jour</strong> (The Last Day) - ISBN 978-2-9542051-9-9<br />

Achevé d’imprimé en Août 2017 - Dépôt légal : Juillet 2017 - Imprimé en CEE<br />

Loi 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse<br />

Édité et produit par Papaluna Productions, 11 rue de Parme, 75009 Paris - tous droits réservés<br />

Merci à ceux qui ont lu ce texte jusque là, vous êtes vraiment des fans.


Histoire et dessins<br />

Histoire et chansons<br />

( ou comment ne pas remettre à demain ce qui peut se faire avant qu’il ne soit trop tard<br />

)


<strong>Le</strong> Sommaire ( parties narratives et chansons )<br />

P.06: Introduction [CD piste 1]<br />

P.09: <strong>Le</strong> début de la fin (2’06), chanté par Emile (Gérald Genty) [CD piste 2]<br />

P.10: Au café [CD piste 3]<br />

P.11: Générique (0’46), instrumental [CD piste 4]<br />

P.12: Rentrée des classes [CD piste 5]<br />

P.18: Tenir le coup (2’21), chanté par Louise et Melle Migraine 6(Laura<br />

Cahen et Karimouche) [CD piste 6]<br />

P.20: La récré [CD piste 7]<br />

P.24: Il est des nôtres (2’42), chanté par Maurice et <strong>Le</strong> directeur (Alexis HK et Barcella) [CD piste 8]<br />

P.26: La dictée [CD piste 9]<br />

P.29: Une mouche voler (2’05), chanté par Melle Migraine et la classe (Karimouche) [CD piste 10]<br />

P.30: La cantine [CD piste 11]<br />

P.33: Froid dans le dos ! (2’47), chanté par Louise (Laura Cahen) [CD piste 12]<br />

P.34: <strong>Le</strong> bureau du directeur [CD piste 13]<br />

P.36: Un pour tous ! (2’37), chanté par Bagou, Emile et Sacha (Oldelaf, Gérald Genty et Syrano) [CD piste 14]<br />

P.38: <strong>Le</strong>s indices ! [CD piste 15]<br />

P.45: Pour ma pomme (2’19), chanté par Bagou (Oldelaf) [CD piste 16]<br />

P.46: <strong>Le</strong> Pot aux roses [CD piste 17]<br />

P.56: Froid aux yeux (2’27), chanté par Emile et Maurice (Gérald Genty et Alexis HK) [CD piste 18]<br />

P.58: Emile franchit le pas [CD piste 19]<br />

P.62: La déclaration (2’39), chanté par Louise et Emile (Laura Cahen et Gérald Genty) [CD piste 20]<br />

P.64: Au revoir la compagnie [CD piste 21]<br />

P.69: <strong>Le</strong> dernier <strong>Jour</strong> (2’12), chanté par Monseur Lune [CD piste 22]<br />

Durée totale : 45 minutes et 41 secondes<br />

18 à 20


Alors mon fils ?... Prêt pour ton dernier<br />

jour de classe ?... Pas trop triste de quitter<br />

tes potes ce soir ?...<br />

Tu sais Papa je les reverrai l’année prochaine<br />

! Et puis y’a internet !<br />

Oui mais un dernier jour d’école c’est<br />

quelque chose d’important. Je t’ai jamais raconté<br />

mon dernier jour de classe, quand j’avais<br />

ton âge en 1985 ?<br />

En 1985 ? Non jamais. Mais<br />

enfin, euh, tu sais, euh, t’es pas obligé ?<br />

Ah ben sisi, je vais te raconter tu vas voir<br />

c’est une histoire super cool. Et puis comme<br />

ça le trajet passera plus vite !<br />

Bon d’accord.... vas-y papa...<br />

Ok. Alors il était une fois...<br />

moi, Émile, en 1985, donc...<br />

6


Je me rappelle très bien, c’était un<br />

vendredi, mon dernier jour dans cette<br />

école. On allait déménager le soir même,<br />

à cause du nouveau travail de mon père.<br />

8<br />

À cette époque là, j’aimais bien chanter une<br />

petite chanson sur le chemin de l’école !


LE DÉBUT DE LA FIN<br />

Bonjour m’sieur dames<br />

J’me présente : Émile<br />

Je suis qu’le héros<br />

De cette histoire banale<br />

Dans cette école<br />

Ma vie se termine<br />

J’rejoins mon pote<br />

J’ai pas trop l’moral<br />

Parce que ce soir<br />

Je quitte tout l’monde<br />

En un clin d’oeil<br />

En une seconde<br />

Je suis perdu ici<br />

Mais je rigole<br />

Je ne sais plus vraiment<br />

Trop comment faire<br />

Je veux rester ici<br />

Dans cette école<br />

Avec mes potes mais pas<br />

Suivre mon père<br />

Cinq ans d’ma vie<br />

Qui s’arrêtent maint’nant<br />

Comme chuis tout p’tit<br />

J’dois suivre mes parents<br />

J’n’ai pas le choix<br />

Il faut bien partir<br />

Vers d’autres cieux<br />

Un nouvel av’nir<br />

Dans cette école<br />

J’aimais tout l’monde<br />

J’veux pas quitter<br />

Cette jolie ronde<br />

Je suis perdu ici<br />

Mais je rigole<br />

Je ne sais plus vraiment<br />

Trop comment faire<br />

Je veux rester ici<br />

Dans cette école<br />

Avec mes potes mais pas<br />

Suivre mon père<br />

Je suis perdu ici<br />

Mais j’me console<br />

Je ne suis pas content<br />

Mais j’vais m’y faire<br />

Ailleurs ou bien ici<br />

Si j’ai du bol<br />

Je trouverai sûrement<br />

Des choses à faire<br />

9


Comme chaque matin, je rejoignais mon meilleur ami Bagou au café...<br />

Attends, t’allais au café à 10 ans ?<br />

10


Oui mais on restait jamais bien longtemps.<br />

Salut messieurs, qu’est-ce je vous sers ? Hé les enfants, vous savez très bien que<br />

vous avez pas l’âge !<br />

Si, moi j’ai 10 ans ! et moi 9 ans ! À nous deux, ça fait 19 !<br />

Moi je veux bien une menthe à l’eau on the rocks s’il vous plait !<br />

Un jus de tomate juste à température.<br />

Tenez. ! Et gardez la monnaie.<br />

Allez filez ! Vous allez pas me faire le coup chaque matin ?<br />

Malheureusement non monsieur, parce qu’aujourd’hui c’est<br />

le dernier jour de classe de mon meilleur ami ! Tiens d’ailleurs<br />

à ce propos Emile, t’es prêt pour ce soir ?<br />

Non j’ai bien réfléchi, franchement je le sens pas. Chanter<br />

une chanson devant la classe, faire une déclaration comme ça,<br />

devant tout monde, pour une fille qui en a sans doute rien à<br />

faire de moi. Je vais me taper la honte, non ?<br />

A mais non mais pas du tout, hein ?<br />

Et puis on a quand même pas préparé tout ça pour rien !!<br />

Ouais mais tu sais bien qu’elle...<br />

Tais-toi ! Y’a Louise qui arrive !<br />

Hé les gars, dépêchez-vous, on va être en retard !<br />

Ouais Emile, on va quand même pas être à la bourre pour ton dernier jour !<br />

Tiens vas-y écoute ça plûtot, ça va te donner du courage !<br />

Ouahhh il est super ton walkman !<br />

GÉNÉRIQUE !<br />

11


<strong>Le</strong> directeur nous accueillait tous les jours à l’entrée de l’école.<br />

<strong>Le</strong>s enfants, les enfants, dépêchez-vous ça va sonner... Ah. Ça a sonnéééé.<br />

Bonjour monsieur le directeur ! Bonjour Bagou, tiens-toi bien aujourd’hui !<br />

Bien sûr, Comme toujours M’sieur ! Bonjour monsieur le directeur !<br />

Bonjour Emile, alors pas trop triste bonhomme ? Bonjour tout le monde !<br />

Bonjour Monsieur Maurice, avez-vous bien préparé vos cours de musique ?<br />

Pas besoin Monsieur le directeur. Vous savez bien que chez moi la musique est un cri qui vient de l’intérieur.<br />

12<br />

Lui, c’était Maurice le prof de musique, et Maurice, il était vraiment cool...


Bonjour Monsieur le directeur.<br />

Ah Mademoiselle Migraine, Mais dites-moi, comment faites-vous<br />

pour être de plus en plus belle chaque jour ?<br />

N’en rajoutez pas, la journée va être suffisamment pénible comme ça.<br />

...et elle, c’était ma maîtresse, enfin euh, ma prof...<br />

13


14


...elle était pas commode.<br />

SILEENNNNCE !<br />

...Vraiment pas commode.<br />

En arrivant à ma place, j’ai trouvé une petite boîte posée sur mon bureau.<br />

Rangez tous vos affaires ! Je ne veux plus rien voir sur les tables !<br />

... j’ai pas eu le temps de regarder ce qu’il y avait à l’intérieur.<br />

15


Bon, les enfants, avant de commencer<br />

cette looongue journée, une petite séance<br />

de relaxation.<br />

Oh noooon !<br />

- toc toc toc ! -<br />

Oui. Entrez.. Encore vous Maurice,<br />

mais vous n’allez pas venir nous embêter<br />

chaque matin.<br />

Ah ? Je vous embête les enfants ?<br />

Naaaaaan. Maurice ! Maurice ! Maurice !<br />

SILEENNNNCE !<br />

Excusez-moi Mademoiselle Migraine,<br />

je voulais juste dire à Emile : j’espère que t’es<br />

chaud pour ce soir, moi je suis comme une balle.<br />

Allez je vous laisse ! Et bon courage pour votre<br />

séance de relaxation, HA HA !<br />

Relaxation, calcul, orthographe, histoire,<br />

géographie. <strong>Le</strong>s heures nous paraissaient<br />

interminables; on attendait la récré...<br />

- Driiing -<br />

Est-ce que je vous ai demandé de sortir ?<br />

Nannnn. Je ne vous ai pas demandé de sortir.<br />

SILENCE. Maintenant vous pouvez y aller.<br />

En SILENCE !!!!...<br />

16


Louise, ferme la porte derrière toi...<br />

j’ai quelque chose à te dire...<br />

17


18


19


Pendant ce temps là, nous, on était en récré avec les copains...<br />

Alors Emile, c’était quoi cette boîte sur ton bureau ?<br />

J’sais pas Bagou, j’sais paaas, on va voir, attends, je l’ai prise avec moi.<br />

Ben ouvre-la !<br />

Dans la boîte, il y avait trois petits objets :<br />

un morceau de tissu en forme de cœur...<br />

Oh trop nul, c’est pour les filles !<br />

Une liste de mots incompréhensibles écrits sur une feuille...<br />

Encore nuuul. Euh... ça veut dire quoi « al-ma-nache ? »<br />

Chais pas, c’est pas de la salade ? et... c’est quoi un Ultimatuuum ?<br />

J’en sais rien.<br />

<strong>Le</strong> troisième objet était un petit instrument de musique en métal.<br />

Tiens mon père a le même truc ! Je crois que c’est un instrument de musique.<br />

C’était trop bizarre, on se demandait qui avait bien<br />

pu déposer la boîte sur mon bureau...<br />

20


21


Hé salut les deux mousquetons !<br />

<strong>Le</strong>s trois mousqueTAIRES,<br />

tu veux dire, Sacha.<br />

Ah non : les trois mousquetaires,<br />

ils étaient quatre.<br />

Ah. Je ne t’ai pas présenté<br />

Sacha. Lui non plus n’était pas<br />

toujours commode...<br />

Emile, tu te rappelles que je dois<br />

te péter la gueule ?<br />

Olala t’es lourd avec ça.<br />

Pourquoi tu m’en veux,<br />

au fait ?<br />

Tu le sais très bien et aujourd’hui<br />

c’est mon dernier utlimatum.<br />

Ton quoi ?<br />

22


23


<strong>Le</strong>s enfants, les enfants, c’est votre directeur qui vous parle !<br />

Alors, pour souhaiter bonne route à votre camarade Emile...<br />

Et Images !<br />

Monsieur Maurice, s’il vous plait. Donc... pour le dernier jour de classe d’Emile,<br />

nous avons préparé une petite douceur musicale. Emile, cette chanson est pour toi.<br />

IL EST DES NÔTRES !<br />

24<br />

C’est pas l’plus grand<br />

C’est pas l’plus p’tit<br />

C’est pas l’plus beau<br />

C’est pas l’plus moche<br />

C’est pas l’plus chouette<br />

C’est pas l’plus chaud<br />

Il est normal<br />

Comme toi et moi<br />

Comme elle et lui<br />

Quand il s’endort<br />

Il rêve comme vous<br />

Des yeux des filles<br />

Si toi aussi<br />

Un jour tu pars<br />

Très loin d’ici<br />

Si tu t’en vas<br />

Si tu as peur<br />

D’une autre vie<br />

Retourne-toi<br />

Regarde-nous<br />

Droit dans les yeux<br />

Tu y verras<br />

Deux rigolos<br />

Pas malheureux<br />

Oh il est des nôtres<br />

<strong>Le</strong>s années qui passent<br />

N’y chang’ront rien<br />

Il restera des nôtres<br />

Comme ces vieilles chansons<br />

Ces doux refrains<br />

C’est pas l’plus bête<br />

C’est pas l’plus drôle<br />

Pas l’plus malin<br />

C’est pas l’plus cool<br />

Pas l’plus méchant<br />

Ça c’est certain<br />

Il est normal<br />

Comme vous et moi<br />

Comme elle et lui<br />

Quand il s’endort<br />

Il rêve comme vous<br />

De ses amis<br />

Si toi aussi<br />

Un jour la vie<br />

T’emmène ailleurs<br />

Si tu t’en vas<br />

Très loin d’ici<br />

Que tu as peur<br />

Retourne-toi<br />

Regarde-nous<br />

Droit dans les yeux<br />

Tu y verras deux rigolos<br />

Plutôt joyeux<br />

Oh il est des nôtres<br />

<strong>Le</strong>s années qui passent<br />

N’y chang’ront rien<br />

Il restera des nôtres<br />

Comme ces vieilles chansons<br />

Ces doux refrains<br />

Oh il est des nôtres<br />

<strong>Le</strong>s années qui passent<br />

n’y chang’ront rien<br />

Il restera des nôtres<br />

Comme ces vieilles chansons<br />

Ces doux refrains<br />

Oh il est des nôtres<br />

<strong>Le</strong>s années qui passent<br />

n’y chang’ront rien<br />

Il restera des nôtres<br />

Comme ces vieilles chansons<br />

Ces doux refrains<br />

Oh il est des nôtres<br />

<strong>Le</strong>s années qui passent<br />

N’y chang’ront rien<br />

Il restera des nôtres


25


26


<strong>Le</strong>s enfants, les enfants, en rang. Deux par deux, dépêchez-vous !<br />

Ce serait dommage d’être en retard pour la dictée du vendrediii !<br />

Installez-vous, prenez vos stylos. On y va : “dans son drôle d’almanach, virgule, Alceste trouva le<br />

plan de cette apocalyptique forêt de Brocéliande, virgule, avant son dernier ultimatum.“ Point.<br />

Hé Emile ! Ça serait pas les mêmes mots que sur la liste...<br />

Merci beaucoup Bagou, j’avais pas remarqué...<br />

Effectivement, c’était bien les mots de la dictée qui étaient sur la liste. Pour la première fois de<br />

ma vie, je pouvais espérer de ne pas avoir zéro en dictée !<br />

C’est terminé, posez vos stylos ! Comme Emile ne sera pas là la semaine prochaine, nous allons<br />

corriger ensemble sa copie. Et si Emile, pour une fois, n’a pas zéro,<br />

il aura : Toute ma gratituuuude.<br />

27


C’est alors que l’incroyable se produit...<br />

Alors voyons voir. Almanach... Dans cette.. apocalyptique... Brocéliande... c’est très bien....mais Emile, mais<br />

c’est impossible, mais comment avez-vous fait ? Vous n’avez fait que 10 fautes...<br />

Il<br />

fallait que je sois à la hauteur de vos attentes mademoiselle.<br />

Bravo Emile !<br />

28


Oui bravo, bravo ! Il a pas eu zéro ! La classe !<br />

Il a pas eu zéro, il a pas eu zéro !<br />

Hey mademoiselle Migraine, ça mériterait pas<br />

une petite chanson, non ?<br />

Entendu, mais c’est moi qui commence.<br />

UNE MOUCHE VOLER<br />

Je veux entendre<br />

Une mouche voler<br />

Je veux entendre<br />

Un moustique piquer<br />

Je veux entendre<br />

Vos portes se fermer<br />

Quand dans vos chambres<br />

Vous allez vous coucher<br />

Nous la nuit<br />

On veut rester debout<br />

On n’a plus peur du noir<br />

Sur vos genoux<br />

Nous la nuit<br />

On veut rester debout<br />

On n’a plus peur du noir<br />

Là entre nous<br />

On veut entendre<br />

Des cris toute la journée<br />

Et dans ces flaques<br />

On veut pouvoir sauter<br />

On veut entendre<br />

<strong>Le</strong> bruit des oreillers<br />

Que vos histoires<br />

Ne s’arrêtent jamais<br />

Nous la nuit<br />

On veut rester debout<br />

On n’a plus peur du noir<br />

Sur vos genoux<br />

Nous la nuit<br />

On veut rester debout<br />

On n’a plus peur du noir<br />

Là entre nous<br />

Je veux entendre<br />

Une mouche voler<br />

Je veux entendre<br />

Une abeille se poser<br />

29


30


J’étais trop content d’avoir assuré à la dictée, mais ce qui me chiffonnait, c’était cette histoire<br />

de boîte et d’indices. En allant à la cantine, on se posait bien des questions avec Bagou.<br />

C’est fou ce qui t’arrive ! T’as trop de chance, y’a quelqu’un qui t’envoie des<br />

indices de l’espace ! Je suis sûr que c’est une fiiille ! C’est trop romantique !<br />

Bof, si ça se trouve c’est une moche, ou Sacha, ou quelqu’un qui veut se moquer de moi !<br />

On doit absolument savoir aujourd’hui, demain tu seras plus là !<br />

Si tu sais pas tu vas le regretter toute ta vie !<br />

Oui, C’est un peu mon dernier ultimatum, ha ha !!<br />

L’apothéose de ta journée hé hé ...<br />

Tu crois pas qu’il nous faudrait une petite séance de relaxation ? Héhéhé...<br />

Nous n’avions pas vu que Louise était assise juste derrière nous...<br />

Bon ça va les gars, vous en avez pas marre de vous moquer de Mam.. Mademoiselle Migraine ?<br />

Oh c’est bon c’est pas ta mère ! Oh tiens v’la Maurice !<br />

Salut les gars ! Vous avez vu c’qu’on mange aujourd’hui : le chef vous propose son écrasé<br />

de bœuf et sa farandole de pommes de terre qui dansent partout.<br />

Oui... un steack-frites, quoi.<br />

Bon allé à plus, je vais manger avec les vieux ! On va assurer grave ce soir,<br />

je le sens bien ! Hein Emile ? Tiens salut Sacha, tu rejoins tes potes ?<br />

31


C’est plus mes potes ! D’ailleurs j’ai un petit compte à régler avec Emile !<br />

Bon ça va Sacha, tu vas pas recommencer...<br />

Hein ? Tu rigoles ? Je vais lui dire à ta copine que t’es amoureux d’elle !<br />

Non fais pas ça !!!!<br />

En essayant de l’empêcher de tout déballer, on s’est<br />

écroulé sur la table, en plein dans la farandole de<br />

pommes de terre. Un surveillant est intervenu.<br />

ça va pas ! Hé les deux zouaves là,<br />

allez tout de suite dans le bureau du<br />

directeur !<br />

Et voilà t’es content ?<br />

Tout ça à cause d’une fille !!!<br />

Excusez-moi monsieur le surveillant ?<br />

Oui, Bagou ?<br />

J’me sens un peu<br />

responsable de ce<br />

carnage, m’autoriseriezvous<br />

à accompagner ces<br />

deux malotrus jusqu’au<br />

bureau de monsieur le<br />

directeur ?<br />

Heu...ok, vas-y !<br />

32


T’as entendu Louise ? Ils ont pas parlé d’une fille ?<br />

Oui peut être... c’est sûrement toi, tous les garçons t’adorent...<br />

Ouais c’est vrai. Mais moi je sais pas faire de musique, alors<br />

que toi, t’as toujours ton p’tit piano avec toi, c’est la classe !<br />

FROID DANS LE DOS !<br />

Il s’appelle pas Roméo, non<br />

Mais je n’suis pas Juliette<br />

J’ai bien trop froid dans le dos, pour<br />

L’embrasser en cachette<br />

J’aimerais bien lui parler, mais<br />

Quand je m’approche de lui<br />

Mais jambes se changent en coton, c’est<br />

Comme un tour de magie<br />

Je n’ai pas confiance en moi<br />

quand on m’aime j’crois qu’on m’aime pas<br />

Quand ses grands yeux me regardent<br />

Je perds la tête<br />

Je n’ai pas confiance en moi<br />

quand on m’aime j’crois qu’on m’aime pas<br />

Quand ses grands yeux me regardent<br />

Je me sens bête<br />

J’aurais voulu qu’il me dise : « Viens<br />

Je t’emmène loin d’ici<br />

Mais pas trop loin quand même, hein<br />

C’est vrai qu’on est petit »<br />

Comme il s’en va aujourd’hui, j’ai<br />

Pris mon courage à deux mains<br />

Pour que demain mes regrets<br />

Restent cachés dans un coin<br />

Je n’ai pas confiance en moi<br />

quand on m’aime j’crois qu’on m’aime pas<br />

Quand ses grands yeux me regardent<br />

Je perds la tête<br />

Je n’ai pas confiance en moi<br />

quand on m’aime j’crois qu’on m’aime pas<br />

Quand ses grands yeux me regardent<br />

Je me sens bête<br />

Je n’ai pas confiance en moi<br />

quand on m’aime j’crois qu’on m’aime pas<br />

Quand ses grands yeux me regardent<br />

Je perds la tête<br />

33


34


Sacha, Bagou et moi, on était devant le bureau du directeur....<br />

Maintenant j’ai deux raisons de te péter la gueule Emile.<br />

Premièrement : à cause de toi on est puniiii....<br />

À cause de moi, à cause de moi...<br />

Et deuxièmement tu m’as viré du groupe de musique...<br />

Arrête un peu ! On t’a pas viré du groupe ! Hein Bagou ?<br />

Bah ouais, on a pas eu le choix, tu sais pas jouer de guitare, ni de basse,<br />

j’te parle même pas de la batterie !<br />

Quand même ! Vous auriez pas dû me lâcher !<br />

Et pis d’abord c’est pas vrai que j’sais rien jouer !<br />

Ah bon ? Tu joues quoi ?!!<br />

Bah je vous l’ai dit à l’époque, vous vous êtes moqués de moi. Je joue de la guimbarde !<br />

De la gim-quoi ?<br />

Ce petit truc métallique qu’on met sur la bouche et qui fait mal aux dents.<br />

Mais... Emile, c’est pas un des objets qu’il y a<br />

dans la boîte que t’as trouvée ce matin, non ?<br />

Attends, Je regarde. Naaaan, ça c’est la liste<br />

de mots, ça c’est le bout de tissu, ah voilà !<br />

C’est de ça que tu sais jouer ?<br />

Ça fait de la musique ça ?<br />

Ben ouais. Tiens, écoute...<br />

35


UN POUR TOUS !<br />

Ça fait sept ans<br />

Maint’nant qu’on s’connait<br />

Deux milles bêtises<br />

Jamais un regret<br />

On s’disait tout<br />

Surtout c’qui s’dit pas<br />

Des gros mots moches<br />

Pas beaux et bien gras<br />

Jamais une faute<br />

Jamais une dispute<br />

Toujours soudés<br />

Surtout dans la lutte<br />

Et puis un jour<br />

Sans savoir pourquoi<br />

Je n’ai plus vu<br />

Vos petites faces de rat<br />

Un pour tous et tous pour un<br />

C’est ce qu’ils disent dans ce roman<br />

Nous on sait pas on lit rien<br />

mais on trouve ça très marrant<br />

Un pour tous et tous pour un<br />

C’est ce qu’ils disent dans ce roman<br />

Nous on sait pas on lit rien<br />

mais on trouve ça très marrant<br />

Un pour tous et tous pour un<br />

C’est ce qu’ils disent dans ce roman<br />

Nous on sait pas on lit rien<br />

mais on trouve ça très marrant<br />

J’ai pas compris<br />

pourquoi tout à coup<br />

vous êtes partis<br />

Sans même un mot doux<br />

Heureusment pour<br />

Nous reconcilier<br />

Une boîte magique<br />

Est venue nous sauver<br />

Un coup de pouce<br />

En forme de coup d’main<br />

Une petite chose<br />

Qui change un destin<br />

Maint’nant messieurs<br />

Soyons vigilants<br />

<strong>Le</strong>s poings levés<br />

La tête en avant


37


<strong>Le</strong>s choses sont plûtot bien faites, car c’est pile à la<br />

fin de notre chanson que le directeur est sorti de son<br />

bureau.<br />

Mais... qu’est-ce que vous avez encore fait les enfants ?<br />

Oh, trois fois rien Monsieur le directeur, heu,<br />

j’ai une petite question ! Ce bout d’étoffe en<br />

forme de cœur vous évoque-t-il quelque chose ?<br />

38


Fais voir Bagou. Ah ben oui, c’est un morceau du châle de Mademoiselle Migraine.<br />

C’est quoi un châle ? C’est un chat qui pleure ?<br />

Et je ne suis pas sûr que votre institutrice serait ravie de savoir qu’un plaisantin lui a<br />

découpé son châle... vous savez comme elle peut être sensible parfois ! ... Allez filez !<br />

Et que je ne vous y reprenne plus.


Nous ne savions peut être pas ce qu’était un châle, mais nous avions à présent toutes les<br />

cartes en main. Sacha quant à lui s’interrogeait...<br />

Au fait, comment ça se fait que vous ayez une guimbarde ?<br />

Ben c’matin quelqu’un a déposé une boîte sur mon bureau. Dedans y’avait les mots de la dictée,<br />

la guimbarde et le bout de tissu en forme de coeur.<br />

Qui a déposé la boîte ? <strong>Le</strong> mystère reste entier !<br />

Ben à mon avis, c’est Migraine. Elle t’a aidé pour la dictée, le tissu vient de son châle, et pour<br />

le groupe, elle voulait nous réconcilier ! C’est clair, elle est amoureuse de toi Emile.<br />

Tu crois ?<br />

Beurk trop dégueu, elle a dix mille ans !<br />

Ouais elle a connu Jacques Brel !<br />

Quoi ? C’est toi la brêle.<br />

Bon, du coup, Sacha,<br />

tu vas jouer avec nous<br />

ce soir ! Comme ça<br />

on sera au complet !<br />

Emile, t’as plus<br />

d’excuse !<br />

40


41


Nous retournions en classe.<br />

La fin de la journée approchait.<br />

Oui entrez.! Et bien messieurs.<br />

C’est à cette heure-ci qu’on arrive ?<br />

Oui, veuillez nous excuser; nous étions<br />

momentanément punis dans le bureau de<br />

Monsieur le directeur, d’ailleurs ça a été très<br />

instructif, si vous voyez ce que je veux dire,<br />

coquine !<br />

Non mais ça va pas ? faites très attention<br />

monsieur Bagou, si vous voulez jouer au plus<br />

bête avec moi vous n’êtes pas sûr de gagner.<br />

Ah non je suis même<br />

sûr de perdre !<br />

... je suis peut-être allé un petit peu loin là.<br />

DE-HORS !<br />

ET VOUS ÊTES<br />

PRIVÉ DE COURS<br />

DE MUSIQUE !<br />

42


Oh non ! Je peux pas<br />

être privé de cours de<br />

relaxation plutôt ?<br />

Allez De-hors !<br />

43


44<br />

Bagou se rend à nouveau dans le bureau du directeur, un peu triste.<br />

Heureusement il avait emporté sa basse pour se remonter le moral.


POUR MA POMME<br />

C’est encore pour ma pomme<br />

C’est toujours moi qui prend<br />

C’est moi le p’tit bonhomme<br />

Qui répond tout le temps<br />

Bon chuis pas le héros<br />

Pas celui qu’on embrasse<br />

Juste le p’tit rigolo<br />

Qui fait marrer la classe<br />

Je veux être le prince charmant<br />

Qui terrasse le dragon<br />

Que la belle au bois dormant<br />

Vienne embrasser mon front<br />

J’aim’rais bien qu’on m’aime bien<br />

Pas seul’ment pour mes blagues<br />

J’aim’rais voir sans lunettes<br />

Si ces filles me regardent<br />

Chuis que l’second couteau<br />

Au fond sur la photo<br />

Celui qu’tout l’monde aime bien<br />

Qui reste le bon copain<br />

Je veux être le prince charmant<br />

Qui terrasse le dragon<br />

Que la belle au bois dormant<br />

Vienne embrasser mon front<br />

J’aim’rais bien qu’on m’aime bien<br />

Pas seul’ment pour mes blagues<br />

J’aim’rais voir sans lunettes<br />

Si cette fille me regarde<br />

Je veux être le prince charmant<br />

Qui terrasse le dragon<br />

Que la belle au bois dormant<br />

Vienne embrasser mon front<br />

J’aim’rais bien qu’on m’aime bien<br />

Pas seul’ment pour mes blagues<br />

J’aim’rais voir sans lunettes<br />

Si cette fille me regarde<br />

Ah ouais ce serait bien...<br />

45


46


C’est alors, que devant la porte entrouverte du bureau, Bagou surprend une conversation<br />

téléphonique...<br />

Oui, non, ce n’est pas évident. Il ne faut surtout pas que ça s’ébruite, Mademoiselle Migraine n’est<br />

déjà pas très populaire, alors si on apprend que Louise est sa fille, vous imaginez....<br />

Olala incredibeule, hannn, me dites pas que c’est<br />

pas possible !!<br />

Tiens Bagou... qu’est-ce que tu fais là ?<br />

Ah, ben, je suis<br />

encore puni Monsieur le<br />

directeur... On se refait pas...<br />

Sauf qu’en fait, bon ça tombe<br />

super mal cette fois, parce<br />

qu’on a préparé quelque<br />

chose pour le dernier<br />

jour d’Emile, c’est hyper<br />

important, je peux retourner<br />

en classe s’il vous plait ?<br />

Je ferai une double punition<br />

la prochaine fois !<br />

Désolé camarade, je ne peux<br />

pas te laisser repartir comme ça,<br />

là ça fait un peu beaucoup.<br />

47


48


De notre côté, nous avions cours de mathématiques.<br />

...et donc la racine carrée est exponentielle de 2, bon c’est du niveau bac<br />

c’est vrai, mais pour une fois qu’on n’est pas en retard sur le programme.<br />

Tout le monde a compris ?<br />

Naaaaaan !<br />

Bon, on verra ça la prochaine fois. Vous pouvez y aller,<br />

c’est l’heure du cours de musique !<br />

Ouaiiiiiiiiis !<br />

49


Allo, allo ? <strong>Le</strong>s enfants, c’est votre directeur<br />

qui vous parle au microphone ! Pour cette<br />

dernière heure de classe...<br />

C’est à ce moment là que mon ami Bagou<br />

s’empare courageusement du micro.<br />

Hé Emile, c’est Bagou. J’ai tout compris !<br />

Mais rendez-moi ce micro enfin !<br />

La boîte, les indices !<br />

Monsieur Bagou !<br />

...et en fait, figure-toi que Louise<br />

est la fille de...<br />

Il suffit maintenant !<br />

50


Voyons, mais vous ne mesurez<br />

pas l’urgence de la situation. Écoutez, c’est<br />

le dernier jour d’Emile. Il doit absolument<br />

déclarer sa flamme à Louise sinon il va le<br />

regretter toute sa vie ! C’est depuis le C.P<br />

qu’il est amoureux d’elle. Vous avez bien<br />

connu ça à votre époque, Vous ?<br />

Hein, au Moyen Âge ?<br />

51


Oui, je comprends. C’est d’ailleurs un peu<br />

ce que je vis en ce moment...<br />

Parce que si je suis pas au cours de<br />

musique, on jouera pas le morceau, Emile<br />

va se dégonfler, partir à l’étranger avec ce<br />

traumatisme. En plus, ça risque de créer un<br />

paradoxe temporel ! Et l’histoire que le Emile<br />

du futur est en train de raconter n’existerait<br />

même pas, nom de Zeus ! Vous ne voulez<br />

pas être responsable de ça monsieur le<br />

Directeur ?<br />

Hein moi ? Responsable ? Non,<br />

surtout pas ! Allez-y, la punition<br />

est levée !<br />

Oui c’est vrai, le coup du paradoxe<br />

temporel, c’est un peu compliqué. J’en<br />

étais où déjà ? Ah oui : c’est alors que<br />

Mademoiselle Migraine arrive dans le bureau<br />

elle aussi.<br />

Tu ne comptais tout de même pas<br />

aller au cours de musique Bagou ?<br />

Je te rappelle que tu es puni, et ce n’est<br />

certainement pas Monsieur le Directeur qui<br />

va me contredire, n’est-ce pas... Monsieur le directeur ?<br />

Euh, oui, bon, euh... Mademoiselle Migraine, l’élève bagou est autorisé à aller en cours de musique<br />

avec ou sans votre permission.<br />

Bien joué monsieur le directeur, merci. Bon ben... j’y vais !


Monsieur le directeur, je ne vous savais pas aussi autoritaire, ce n’est pas pour<br />

me déplaire... Hey Bagou !<br />

Quoi encore ? Bon courage !<br />

53


Pendant ce temps-là, Maurice, comme d’habitude, animait son cours<br />

avec passion.<br />

Mau-rice, mau-rice !<br />

Calmez-vous les enfants, pour une fois, c’est pas moi la star. La star<br />

aujourd’hui, c’est un drôle de petit bonhomme, qui a une déclaration à<br />

faire avant son départ. Comme vous le savez tous, c’est le dernier jour<br />

d’Emile qui part accompagner son père vers de nouvelles aventures !<br />

Banquier dans une nouvelle banque, je crois. Alors pour marquer le coup,<br />

ils vous ont... enfin... on vous a concocté une petite chanson. Et pour<br />

l’accompagner, avec moi, cet après-midi sur l’estrade du cours de musique<br />

de Mau, de Maumau, de Maurice : à la guimbarde... Sacha !<br />

Je suis prêt.<br />

À la basse... Bagou !...<br />

Oui Maurice, je suis là ! Je suis prêt, allez, one take.<br />

Euh, il est où Emile ? j’ai un truc à lui dire.<br />

Justement, à la guitare et au chant, je vous demande<br />

d’applaudir le héros du jour...<br />

Môssieur... Émile !!!!!! Euh.. Emile ? Emile ?<br />

Ben... ben il est où ?<br />

Il vient de sortir, monsieur.<br />

Ne bougez pas les enfants, cette fois c’est à moi de jouer !<br />

55


Là mon fils, c’en était trop pour moi. La pression, le trac, l’amour, la fin d’une époque, et trop<br />

d’incertitudes. J’étais terrorisé. Faire une déclaration d’amour à 10 ans, tu vois, c’est chaud quand même.<br />

Surtout sans savoir si cet amour est partagé. Heureusement, Maurice m’a rattrapé avec sa guitare.<br />

Tiens mon pote. Dis-moi c’que t’as sur le cœur. Elle est accordée.<br />

56<br />

FROID AUX YEUX !<br />

Allez petit<br />

De venir l’embrasser<br />

Vas-y raconte-moi<br />

De lui dire que je l’aime<br />

Qu’est-ce qui t’arrive<br />

Allez petit<br />

Pourquoi tu veux pas<br />

Vas-y accroche-toi<br />

Chanter maint’nant<br />

Tu peux te dire :<br />

Devant tes amis<br />

« C’est la dernière fois »<br />

Qui t’aimeront<br />

Si tu n’fais rien<br />

Quand tu s’ras parti<br />

Tu le regret’ras<br />

Ben j’ai trop peur<br />

Quand à mon âge<br />

De tout oublier<br />

Tu y repens’ras<br />

Que mon p’tit cœur<br />

Je sais monsieur<br />

Se mette à trembler<br />

Chuis pas courageux<br />

D’vant les copains<br />

J’ai froid dans l’dos<br />

Devant celle que j’aime<br />

J’ai même froid aux yeux<br />

Peur qu’elle se moque<br />

De mon p’tit poème<br />

Bien sûr je sais<br />

Quand je serai vieux<br />

J’ai pas la force d’avouer<br />

J’le regretterai<br />

De me mettre à ses pieds<br />

Mais j’peux pas faire mieux<br />

De lui dire que je l’aime<br />

Oui j’ai, pas la force d’avouer<br />

J’ai pas la force d’avouer<br />

De me mettre à ses pieds<br />

De lui dire que je l’aime<br />

Oui j’ai, pas la force d’avouer<br />

De venir l’embrasser<br />

de lui dire que je l’aime<br />

Allez petit<br />

Vas-y accroche-toi<br />

Je sais monsieur<br />

Mais je ne peux pas<br />

T’as froid dans l’dos<br />

J’ai même froid aux yeux<br />

Je n’y peux rien<br />

Chuis pas courageux<br />

J’ai pas la force d’avouer<br />

De me mettre à ses pieds<br />

De lui dire que je l’aime<br />

Oui j’ai pas la force d’avouer<br />

De venir l’embrasser<br />

De lui dire que je l’aime<br />

Oui j’ai...


57


58


C’est alors que Louise nous a rejoint.<br />

Ah. Cool. Et vous vous êtes dit quoi Papa ?<br />

Ben rien. On s’est rien dit fiston.<br />

Rien ? Mais c’est pas possible !<br />

On n’a pas pu. On était trop timide.<br />

Quoi ?!? c’est trop nul !!! C’est ça la fin de ton<br />

histoire ? Elle est pourrie !<br />

Non non attends... C’est pas fini. C’est en voyant<br />

Louise repartir en classe que j’ai tout compris.<br />

T’as compris quoi ?<br />

Parce que moi, j’y comprends rien !<br />

59


Quand Louise s’est retournée, j’ai remarqué un trou en forme de cœur dans le dos de son pull. <strong>Le</strong> bout<br />

de tissu qui était dans la boîte ne venait donc pas du châle de Mademoiselle Migraine, mais du pull de<br />

Louise, tricoté par sa mère. C’est donc Louise qui avait déposé la boîte sur mon bureau, et elle aussi, était<br />

amoureuse de moi. C’est à ce moment-là que je l’ai attrapée par la main, et lui ai dit :<br />

Viens, j’ai une chanson pour toi.<br />

61


Maurice, je suis prêt cette fois ! Mets-toi à la batterie !<br />

Bagou, la basse ! Sacha... à la guimbarde !<br />

Et moi, je peux vous accompagner au piano !<br />

Ok ! Vas-y Bagou donne le “la“ !<br />

Laaaaaaa<br />

Avec ta basse s’il te plait.<br />

Quand t’es rentrée<br />

la première fois<br />

dans cette classe<br />

avec tes couettes<br />

LA DÉCLARATION<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

c’est pour la vie<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

c’est pour la vie<br />

J’me rappelle bien<br />

t’avais la classe<br />

depuis je rêve d’être<br />

une barrette<br />

je n’osais pas<br />

trop te parler<br />

tes grands yeux noirs<br />

étaient trop beaux<br />

Bien trop timide<br />

trop silencieux<br />

Plus immobile<br />

qu’un squelette<br />

je n’ai rien fait<br />

pendant tout c’temps<br />

Main’tant c’est vrai<br />

que je regrette<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

c’est pour la vie<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

c’est pour la vie<br />

j’avais peur de<br />

prendre une<br />

douche froide<br />

de me noyer<br />

dans ton verre d’eau<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

c’est pour la vie<br />

Se dire qu’on s’aime<br />

<strong>Le</strong> dernier jour<br />

Je n’ai rien de<br />

mieux à t’offrir<br />

Mais il vaut mieux<br />

tard que jamais<br />

comme disent les vieux<br />

avant d’mourir<br />

Toi moi nous deux<br />

ta voix, tes yeux<br />

On s’est rencontré<br />

Un peu trop tard<br />

62


63


64


Mon père est venu me chercher comme convenu à la fin<br />

des cours. 16H30. Précises. Tout le monde était là pour me<br />

dire au revoir. Tout le monde.<br />

Bon ben euh... au revoir Mademoiselle Migraine.<br />

Et. merci pour euh... tout.<br />

À bientôt Emile, et ne me remercie pour la<br />

dictée, c’est normal.<br />

Au revoir monsieur le directeur !<br />

Allez, bonne route camarade !<br />

Salut Maurice, merci pour tout !<br />

À plus mec !<br />

Prends soin de toi !<br />

À bientôt mec ! C’est une épreuve pour nous, une<br />

apothéose de sentiments...<br />

Bon euh, n’en fait pas trop non plus Sacha., hein. Bon bah,<br />

on se capte bientôt Emile ! Tu sais, ces cinq ans de primaire<br />

ont beaucoup compté pour moi.<br />

C’est clair ! T’es trop mon pote !<br />

Il ne me restait plus qu’à dire au revoir à Louise.<br />

J’en avais gros sur la patate, comme disent les jeunes...<br />

65


Bon ben euh... j’espère qu’on va se revoir, euh... pendant les vacances ? Enfin, si t’es d’accord, hein...<br />

Ouais c’est ça... p-pendant les vacances heu... Bon ben faut que j’y aille...<br />

Et tu m’embrasses pas ?<br />

Euh... comme ça là ? devant tout le monde, euh... ouais ok d’accord !<br />

66<br />

Ouahhhh ! La galoche ! Ouahh, ils s’embrassent comme au cinémaaa !


67


68


Et voilà fiston, on est arrivé. Ça tombe bien c’est la fin de l’histoire. Nous voilà revenus en cette<br />

bonne vieille année 2015. Toi aussi aujourd’hui c’est ton dernier jour !<br />

Tu as sûrement beaucoup à faire !<br />

Oui papa ! À ce soir ! Et euh... papa ?<br />

Oui mon fils Merci !<br />

De rien gamin. T’as plutôt de la chance d’avoir un père comme moi.<br />

Où est-ce que j’ai mis cette vieille cassette déjà ?...<br />

Ah, la voilà...<br />

LE DERNIER JOUR<br />

Ça y’est c’est fini,<br />

Un dernier jour ici<br />

Avec vous mes amis<br />

La journée s’achève<br />

Ça y’est je m’ennuie<br />

Loin de vous plus d’envie<br />

Ces adieux si jolis<br />

Un peu comme un rêve<br />

Pour mon dernier jour<br />

Ma dernière fois<br />

Si près de vous<br />

Oui ce dernier jour<br />

Restera là<br />

Tout près de nous<br />

Ça y’est c’est fini<br />

je m’en vais mes amis<br />

Encore tout étourdi<br />

Par cette longue trève<br />

Ça y’est chuis parti<br />

Dans un autre pays<br />

J’vous revois c’est promis<br />

Dans mon prochain rêve<br />

Pour un dernier tour<br />

Une dernière fois<br />

Tout près de vous<br />

Que ce dernier jour<br />

Je ne sois pas<br />

Trop loin de vous<br />

C’est mon dernier jour<br />

Ma dernière fois<br />

Si près de vous<br />

Oui ce dernier jour<br />

Restera là<br />

Tout près de nous<br />

FiN...<br />

69


La TRoupe<br />

Histoire écrite par deux gars : Sébastien Rost et Nicolas Pantalacci<br />

Dessins dessinés par Sébastien Rost<br />

Chansons chansonnées par Nicolas Pantalacci<br />

Arrangements arrangés par Jean-Pierre “Cheveu” Bottiau<br />

Dialogues enregistrés au Studio des Variétés par Nicolas Volte<br />

Ambiances : Classe de cm1-cm2 de l’école primaire<br />

de Granzay-Gript, année 2015/2016<br />

Chansons enregistrées<br />

à Basement Studio, au Studio 3.14 et à Indiestudio<br />

par Stéphane Andrivot<br />

Choeurs «Une mouche voler» et «Il est des nôtres» :<br />

Chorale Au Cours de l’Iton de Brosville<br />

Guitare, claviers, programmation, basse, choeur : Cheveu<br />

Clavier : Gaël Derdeyn<br />

Batterie : Fred Monaco<br />

Chansons mixées au Studios TiNiG par Stéphane Andrivot<br />

Montage son et mixage de la bande son : Arnaud Rolland<br />

assisté de Nicolas Volte pour le montage et les prises de sons additionnelles<br />

Mastering : Studios TiNiG<br />

Mille Mercis :<br />

Avec<br />

L’Enfant : Amaury Andrivot<br />

Monsieur le directeur : Barcella<br />

Louise : Laura Cahen<br />

Émile : Gérald Genty<br />

Maurice : Alexis HK<br />

Mademoiselle Migraine : Karimouche<br />

<strong>Le</strong> Narrateur (Émile adulte) : Pascal Légitimus<br />

<strong>Le</strong>s interprètes des génériques : Monsieur Lune et Alice Rabes<br />

Bagou : Oldelaf<br />

La Copine de Louise : Caroline Pascal<br />

<strong>Le</strong> surveillant, le garçon de café : Benjamin Pascal<br />

Sacha : Syrano<br />

À tous ceux qui sont dans la rubrique “La Troupe“. À l’Autre Distribution, Ulysse Maison d’Artistes et L’équipe A.<br />

À ceux du spectacle : François <strong>Le</strong> Braz pour ses animes, din pour ses détourages, Damien Jousselin pous ses trucs en métal, Gaël<br />

Derdeyn pour les décors en bois, et pis aussi à Eve Bruballa, à Julie Rolland, à Carole Sertillange. Aux autres de Papaluna : Jean-Claude,<br />

Erwan DK, Kei, Laetitia qui ne manque pas de punch, Nicole, Marie-Lys, Pauline et Erwan C. À la vraie Mademoiselle Migraine, le vrai<br />

Maurice, Olivier Mazars, Séverine, Romu et tous les autres. Et aussi à Laurent Galmot pour ses conseils, aux élèves de Granzay-Gript,<br />

à Julie, à Bérengère, à la famille Malgarini, au studio des Variétés, à Pierre-Yves Roupin, à Stanislas Bonnin, à Go, à Rouli, et bien sûr à<br />

Martine qui se marre de loin en lisant nos histoires.<br />

Laura Cahen apparait avec l’aimable autorisation de Léonard Cahen<br />

Syrano apparait avec l’aimable autorisation d’Edmond Rostand<br />

Monsieur Lune apparait avec l’autorisation du Maire de Tranquilité<br />

Papaluna Productions 2017 tous droits réservés


Vous pouvez télécharger les chansons en mp3,<br />

comme ça vous pouvez les écouter partout où y’a pas de lecteur de disque !<br />

Pour cela, allez sur notre site internet :<br />

www.ledernierjour.fr/mp3<br />

Des mêmes auteurs :<br />

L’incroyable histoire de Gaston et Lucie<br />

ÉDITION DOUBLE-CD<br />

LIVRE-DISQUE ILLUSTRÉ


72 pages<br />

illustrées à lire<br />

tranquille ou<br />

en écoutant<br />

le disque !<br />

Récit de<br />

45 minutes<br />

avec des<br />

chansons<br />

bien sympas<br />

AUSSI<br />

DEDANS :<br />

LIEN<br />

MP3<br />

Emile n’a plus qu’un jour pour avouer à Louise qu’il est<br />

amoureux d’elle. Ce soir, il déménage ! Demain, il sera dans<br />

une nouvelle école et ce sera trop tard ! En allant en cours,<br />

le courage lui manque et Émile s’invente des excuses pour,<br />

une fois encore, éviter d’avouer ses sentiments. C’est alors qu’il<br />

trouve sur son bureau une mystérieuse boîte... Ce dernier jour<br />

d’école s’annonce plein de surprises pour Emile, qui ne peut<br />

plus remettre au lendemain sa déclaration d’amour !<br />

UN DERNIER JOUR POUR<br />

DÉCLARER SA FLAMME !<br />

( DU COUP NOTRE HÉROS A LA PRESSION... )<br />

ISBN 978-2-9542051-9-9 • 1000LDJ • 19€90<br />

9 782954 205199

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!