13.09.2017 Views

Destination Portugal - Septembre/Novembre

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

destination<br />

<strong>Portugal</strong><br />

MAGAZINE<br />

SEPTEMBRE/OCTOBRE/NOVEMBRE<br />

2017<br />

Numéro 6<br />

Trimestriel - N°6<br />

<strong>Septembre</strong>/octobre/novembre 2017<br />

3, rue Chateaubriand<br />

63400 CHAMALIÈRES<br />

ÉDITEURS<br />

Yves GOUTOURBE<br />

Christophe BONICEL<br />

06 42 60 79 65<br />

cbonicel@orange.fr<br />

RÉDACTION<br />

Rédacteurs<br />

Marc NEVOUX<br />

mnevoux@vasco-editions.com<br />

Patrick BOSSIN, Vivien COUZELAS<br />

Secrétaire de Rédaction<br />

Gilles DUPUY<br />

Direction Artistique<br />

Michèle FILLIAS<br />

Photos<br />

Marc NEVOUX, Patrick BOSSIN<br />

et agence Shutterstock<br />

Photo de couverture :<br />

Lisbonne © Fotolia<br />

PUBLICITÉ<br />

Stéphane SZYJEWSKI - (33) 6 71 98 54 01<br />

stephane@vasco-editions.com<br />

Assistante commerciale :<br />

Corinne MARTIN<br />

cmartin@vasco-editions.com<br />

DISTRIBUTION<br />

France<br />

MLP<br />

Contact réseau France<br />

MEDIASDIF<br />

Olivier LE POTVIN<br />

02 32 45 44 43<br />

(33) 6 64 65 63 75<br />

olepotvin@wanadoo.fr<br />

<strong>Portugal</strong><br />

INTERNATIONAL NEWS PORTUGAL<br />

Contact : Elsa NEVES<br />

(351) 21 898 20 21<br />

elsa.neves@internews.com.pt<br />

Belgique, Suisse, Quebec<br />

EXPORT PRESS<br />

Jean-Mary EYQUEM<br />

(33) 1 40 29 14 35<br />

jme@exportpress.com<br />

IMPRESSION<br />

BOCCIA Italie<br />

Dépôt légal à parution<br />

Commission Paritaire<br />

N°0617K93131<br />

Numéro ISSN 2494-4831<br />

Directeur de publication<br />

Christophe BONICEL<br />

Édité par<br />

SARL au capital de 1000€<br />

SIRET 819 199 464 00010<br />

Siège Social : 3, Rue Chateaubriand<br />

63400 CHAMALIERES<br />

Principaux actionnaires :<br />

Yves GOUTORBE, Christophe BONICEL<br />

Toutes reproductions (même partielles)<br />

des articles publiés dans DESTINATION PORTUGAL<br />

sans accord de la société éditrice est interdite<br />

conformément à la loi du 11 mars 1957<br />

sur la propriété littéraire et artistique.<br />

La rédaction n’est pas responsable de la perte ou<br />

de la détérioration des textes ou photos qui lui<br />

sont adressés pour appréciation.<br />

Édito<br />

Au pays de l’art de vivre<br />

Comme l’an dernier, nous avons choisi de consacrer la majeure partie de notre numéro<br />

de rentrée à Lisbonne. Quel meilleur moment que l’automne pour goûter la douceur de<br />

vivre lisboète ?<br />

Pour vous accompagner dans vos pérégrinations, nous vous proposons une série de<br />

coups de cœur, du quartier ultra mode et créatif de Principe Réal jusqu’aux nombreux<br />

parcs et jardins de la ville, où vous pourrez flâner et vous imprégner de cet art de vivre<br />

si spécifique, propre aux Portugais en général et aux Lisboètes en particulier.<br />

En vous immergeant dans le stade et le musée du Benfica, l’un des deux clubs<br />

emblématiques de la capitale (avec le Sporting), vous comprendrez à quel point le<br />

football est réellement la deuxième religion du pays.<br />

Fin gourmet, Marc Nevoux, notre reporter, a déniché pour vous les plus délicieux<br />

pastéis de nata de la capitale. Toujours prêt à payer de sa personne, il a également<br />

visité les meilleurs bars à vins de la ville, avant de s’envoler siroter un cocktail dans l’un<br />

ou l’autre de ces rooftops qui fleurissent aux abords du Tage. Il était alors temps pour<br />

lui de rejoindre l’une des deux guest houses que nous vous avons sélectionnées à votre<br />

intention, bien loin des hébergements aseptisés de l’hôtellerie mondialisée. Un régal…<br />

Pas très loin de Lisbonne, vous allez découvrir Sesimbra, une station balnéaire à<br />

taille humaine, tournée vers les loisirs outdoor, avec à proximité le Parc national de<br />

l’Arrábida, l’un des plus beaux du <strong>Portugal</strong>. Ensuite, direction le Nord, pour une balade<br />

majestueuse sur le Haut Douro, où fleurit la crème des vins portugais. À proximité,<br />

nous avons visité une merveille de site archéologique, la vallée du Côa, telle une grotte<br />

Chauvet à ciel ouvert…<br />

Pour finir, nous avons mis nos pas dans les pas du grand architecte Souto de Moura, à<br />

travers quelques-unes de ses réalisations les plus caractéristiques, disséminées dans<br />

la région de Porto et de Braga.<br />

En espérant que vous prendrez autant de plaisir à feuilleter ces pages que nous en<br />

avons eu à les réaliser… Nous sommes rentrés du <strong>Portugal</strong> des étoiles plein les yeux,<br />

les sens comblés et le cœur léger, avec une seule hâte : y retourner très vite, afin de<br />

préparer le prochain numéro.<br />

Rendez vous dans trois mois, donc, pour une nouvelle livraison pleine de surprises et de<br />

bons conseils.<br />

Christophe BONICEL<br />

Rejoignez-nous nous facebook et twitter<br />

www.facebook.com/Magazine<strong>Destination</strong><strong>Portugal</strong><br />

DESTINATIONPORTUGAL 3


N°6<br />

<strong>Portugal</strong><br />

destination<br />

À LA DÉCOUVERTE D’UN ART DE VIVRE<br />

MAGAZINE<br />

SOMMAIRE<br />

septembre/<br />

octobre/novembre<br />

2017<br />

12<br />

74<br />

PORTO<br />

86<br />

Sesimbra<br />

Vila Real<br />

50<br />

68<br />

12<br />

50 68<br />

4 DESTINATIONPORTUGAL<br />

Actus<br />

8 Les news de l’automne<br />

Coup de cœur<br />

12 LISBONNE<br />

<strong>Destination</strong> chic et tendance<br />

Tandis que le nombre de ses visiteurs ne cesse<br />

d’augmenter, la capitale portugaise se réinvente<br />

en destination tendance. Ici, les bars, les<br />

restaurants, les maisons d’hôtes, les boutiques<br />

de mode ou de déco, ou encore les galeries d’art<br />

explosent. Tous se distinguent par leur aspect<br />

branché, voire avant-gardiste, à l’image des concept<br />

stores qui caractérisent désormais le quartier<br />

de Príncipe Real. Pour vous aider dans votre<br />

découverte d’une ville en pleine ébullition, vous<br />

trouverez dans nos pages quelques-uns de nos<br />

nombreux coups de cœur. Qu’il s’agisse de passer<br />

la soirée sur un rooftop, de dénicher la table qui<br />

buzze, le cocktail qui fait wizz, la guest house zen<br />

et trendy, ou pourquoi pas les meilleurs pastéis de<br />

nata de Lisbonne, suivez le guide.<br />

<strong>Destination</strong><br />

50 LE HAUT DOURO<br />

La vallée enchantée<br />

Classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, les<br />

paysages de la vallée du Douro suscitent rien moins<br />

que l’émerveillement. En partant de Porto, où<br />

débouche le fleuve et où sont acheminés les vins de<br />

table et le porto, le Haut Douro peut se découvrir<br />

en voiture, en train ou en bateau de croisière.<br />

On découvre des paysages fabuleux, des villages<br />

typiques, un vignoble parmi les plus anciens et les<br />

plus généreux de la planète, des quintas ou l’accueil<br />

et l’art de vivre sont érigés en véritable religion.<br />

Lieu magique<br />

68 PARC ARCHÉOLOGIQUE DE LA VALLÉE DU CÔA<br />

L’art à fleur de roche<br />

Inscrit depuis 1998 au patrimoine mondial de<br />

l’Unesco, le site d’art rupestre préhistorique de la<br />

vallée du Côa est le plus important d’Europe.<br />

À découvrir sous la conduite d’un guide.<br />


N°6<br />

<strong>Portugal</strong><br />

destination<br />

À LA DÉCOUVERTE D’UN ART DE VIVRE<br />

MAGAZINE<br />

SOMMAIRE<br />

septembre/<br />

octobre/novembre<br />

2017<br />

…<br />

74<br />

86<br />

Découverte<br />

74 SESIMBRA<br />

Douce et vive<br />

Au centre du <strong>Portugal</strong>, Sesimbra se présente comme<br />

une station balnéaire de premier plan, avec d’un<br />

côté sa côte agrémentée de plages de sable fin<br />

et de falaises abruptes, et de l’autre, les paysages<br />

époustouflant de beauté qu’offre le Parc national de<br />

l’Arrábida. Très prisée des Portugais, la ville propose<br />

d’excellents restaurants,des soirées hyper conviviales,<br />

ainsi qu’un très bon rapport qualité-prix.<br />

95<br />

vivre<br />

Le cahier pratique<br />

au<br />

<strong>Portugal</strong><br />

96 Témoignages<br />

Français de Lisbonne<br />

Elsa, Émilie, Martine ont choisi de s’installer à<br />

Lisbonne. Elles nous expliquent pourquoi…<br />

97 Suivez le guide<br />

Le Lisbonne d’Elliot<br />

Une journée en quatre actes<br />

98 Conseils<br />

L’acquisition de propriété au <strong>Portugal</strong><br />

Les particularités du système d’achat de<br />

propriété au <strong>Portugal</strong> et ses différences avec<br />

le système français<br />

104 Maison<br />

Entre Mar E Mar<br />

Le <strong>Portugal</strong> par nature, à deux pas du cap<br />

d’Espichel<br />

110 Culture<br />

L’agenda de l’automne<br />

Abonnement<br />

Pages 108-109<br />

Architecture<br />

86 Le Porto et le Braga de Souto de Moura<br />

Des lignes, encore des lignes<br />

Architecte à la carrure internationale, vainqueur<br />

de nombreux concours, Souto de Moura est un<br />

homme rond et jovial, obsédé par les lignes verticales<br />

et horizontales. Partisan d’un équilibre strict des<br />

formes, il conçoit des constructions où la fonction et<br />

les déplacements deviennent comme une évidence<br />

aux yeux de ceux qui les occupent, qui les habitent.<br />

Mon <strong>Portugal</strong> à moi<br />

114 Ruben Alves<br />

« Le <strong>Portugal</strong> est un véritable théâtre à ciel<br />

ouvert »<br />

Avec son film à succès, La Cage dorée, sorti en 2013,<br />

l’acteur et réalisateur franco-portugais rendait<br />

hommage à toute une génération d’immigrés<br />

portugais. Il témoigne aujourd’hui avec passion de<br />

l’évolution de la mentalité de Portugais de plus en<br />

plus décomplexés.<br />

6 DESTINATIONPORTUGAL


DESTINATIONPORTUGAL 7


ACTUS<br />

ÉCONOMIE<br />

BOOM de l’immobilier au <strong>Portugal</strong><br />

La crise des années 2008-2013 s’éloigne sur le marché immobilier<br />

portugais. Depuis 2015, les ventes se sont envolées de 30 %. Les<br />

prix, qui s’étaient effondrés pendant la crise, remontent en flèche.<br />

Ainsi, à Lisbonne, les prix ont augmenté de 20 % sur les deux<br />

dernières années, et le phénomène se poursuit. Pourtant, le marché<br />

reste attractif pour un étranger, le prix moyen au mètre carré se<br />

situant autour de 3 600 euros, soit plus deux fois inférieurs aux prix<br />

parisiens (8 400 euros). Porto n’est pas en reste, avec des prix et une<br />

demande en forte hausse, tout comme l’Algarve d’ailleurs. Parmi les<br />

investisseurs étrangers, les Français occupent le premier rang avec<br />

27 % des achats, loin devant les Britanniques (18%). n<br />

On vous dit tout<br />

© Shutterstock<br />

DÉMOGRAPHIE<br />

Combien<br />

de Français au <strong>Portugal</strong> ?<br />

D’après l’ambassade de France au <strong>Portugal</strong>, la communauté française<br />

compte environ 16 500 inscrits dans les registres de la section<br />

consulaire, et l’on estime raisonnablement que le nombre de non-inscrits<br />

est d’environ 30 000 personnes. Cette communauté se caractérise<br />

par un nombre important de retraités, y compris de binationaux,<br />

émigrés en France et naturalisés, de retour dans leur pays natal pour<br />

y passer leur retraite, et de descendants d’émigrés, nés en France et<br />

désireux de renouer avec leurs racines.<br />

Plus de la moitié des inscrits actifs est constituée de cadres supérieurs,<br />

professions intellectuelles ou entrepreneurs. La quasi-totalité de la population<br />

travaille dans le secteur tertiaire, où les femmes sont presque<br />

aussi nombreuses que les hommes. Parmi les Français « mononationaux<br />

», beaucoup déclarent s’être installés ici pour la qualité de vie.<br />

La majorité des Français est établie à Lisbonne et<br />

Porto. Quelque 1 000 d’entre eux environ se sont installés dans le<br />

sud du pays.<br />

n<br />

© Shutterstock<br />

ARCHITECTURE<br />

Eduardo<br />

Souto<br />

de Moura<br />

va œuvrer à Clermont-Ferrand<br />

C’est l’architecte portugais Eduardo Souto de Moura qui a été choisi pour<br />

construire la nouvelle salle de la Comédie, à Clermont-Ferrand. En 2011,<br />

ce membre émérite de l’école de Porto a remporté le Prix Pritzker, véritable<br />

Prix Nobel d’architecture. SDM a réalisé plus de soixante projets<br />

dans le monde entier (lire également page 86). La Scène nationale de<br />

Clermont-Ferrand sera installée sur la friche de l’ancienne gare routière.<br />

Ce lieu comprendra deux salles de spectacle (une grande salle de 900<br />

places et une salle de 350 places), ainsi que les loges, les bureaux, un pôle<br />

de médiation culturelle, mais aussi une brasserie. La coupole deviendra<br />

quant à elle un lieu d’exposition. Début des travaux, automne 2017. n<br />

8 DESTINATIONPORTUGAL


ACTUS<br />

SURF<br />

HIGH-TECH<br />

On vous dit tout<br />

Lisbonne,<br />

la future Silicon Valley de l’Europe ?<br />

© Shutterstock<br />

Le retour<br />

de la grande vague<br />

Provoquée par le canyon de Nazaré, un<br />

couloir sous-marin d’une profondeur d’au<br />

moins 5 000 mètres et d’une longueur<br />

d’environ 230 kilomètres, la grande vague<br />

fait de Nazaré un spot incontournable<br />

dans le monde du surf. En décembre 2014,<br />

c’est ici que le Français Benjamin Sanchis<br />

a battu le record du monde de la vague<br />

la plus haute jamais surfée (33 mètres).<br />

Mythe incontournable de la planète surf,<br />

le « monstre de l’Atlantique » est réservé<br />

aux meilleurs athlètes de cette discipline<br />

(et aux plus téméraires). Pour l’occasion,<br />

de nombreux spectateurs et photographes<br />

amateurs viennent se masser sur les côtes<br />

portugaises, espérant assister à un exploit<br />

forcément grandiose. n<br />

En novembre 2016, après six années de<br />

présence à Dublin, le prestigieux Web<br />

Summit a eu lieu pour la première fois<br />

à Lisbonne, signe que la capitale portugaise<br />

est en train de devenir un spot majeur<br />

pour les startups. Quelque 200 jeunes entreprises<br />

technologiques portugaises ont exposé<br />

lors de cet événement. L’écosystème favorable<br />

du <strong>Portugal</strong> se développe à grande vitesse, et<br />

pas seulement à Lisbonne. Porto n’est pas en<br />

reste, les incubatrices et autres pépinières y<br />

poussant comme des champignons. En plus de<br />

concentrer une population de diplômés qualifiée<br />

et polyglotte, Lisbonne et Porto attirent de<br />

nombreux étudiants étrangers via Erasmus.<br />

L’exemple de French Upers, qui regroupe 700<br />

startupers francophones, est à ce titre édifiant.<br />

Coût modéré de la vie, des locaux et des salaires,<br />

facilité à créer son entreprise (l’organisme Empresa<br />

na Hora permet de créer et de légaliser<br />

une entreprise en une heure), qualité de vie…<br />

Autant d’arguments pour faire de Lisbonne le<br />

futur San Francisco européen, d’autant que la<br />

ville possède déjà « son » Golden Bridge… . n<br />

© Shutterstock<br />

© Shutterstock<br />

EVÉNEMENT<br />

Découvrir Lisbonne en courant<br />

En 30 ans, le Marathon de Lisbonne est devenu l’un des plus<br />

« courus » d’Europe. Outre un circuit tracé dans un décor de<br />

rêve, les températures privilégiées qui règnent sur la capitale<br />

portugaise à cette époque de l’année font de cette manifestation<br />

l’une des plus prisées des runneurs européens. Cette année, le<br />

Marathon de Lisbonne, dont le départ est traditionnellement<br />

donné Praça do Comércio, aura lieu le 15 octobre. Cette épreuve<br />

sportive prend également des airs de rassemblement populaire,<br />

tant de nombreux Lisboètes y participent. n<br />

• www.running-portugal.com<br />

10 DESTINATIONPORTUGAL


LISBONNE<br />

© Evgeni Fabisuk /Shutterstock<br />

12 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

LISBONNE<br />

<strong>Destination</strong> chic et tendance<br />

Naguère, on visitait Lisbonne pour son patrimoine architectural,<br />

pour la typicité de ses vieux quartiers, figés dans l’histoire et la<br />

tradition. Aujourd’hui, tandis que le nombre de ses visiteurs ne cesse<br />

d’augmenter, la capitale portugaise se réinvente en destination<br />

tendance. Ici, les bars, les restaurants, les maisons d’hôtes, les<br />

boutiques de mode ou de déco, ou encore les galeries d’art explosent.<br />

Tous se distinguent par leur aspect branché, voire avant-gardiste, à<br />

l’image des concept stores qui caractérisent désormais le quartier de<br />

Príncipe Real. Pour vous aider dans votre découverte d’une ville en<br />

pleine ébullition, vous trouverez ici quelques-uns de nos nombreux<br />

coups de cœur. Qu’il s’agisse de passer la soirée sur un rooftop, de<br />

dénicher la table qui buzze, le cocktail qui fait wizz, la guest house zen<br />

et trendy, ou pourquoi pas les meilleurs pasteis de nata de Lisbonne,<br />

suivez le guide.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 13


© Stefano Valeri /Shutterstock<br />

LISBONNE<br />

© Sergio Stakhnyk /Shutterstock<br />

14 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

Príncipe Real<br />

Le souf fle du renouveau<br />

Situé entre le Bairro Alto et la place de Rato, Príncipe Real est le quartier à<br />

la mode de la capitale portugaise. Entre antiquaires, galeries d’art, concept<br />

stores, bars gay, restaurants trendy ou marchés bio, son artère principale,<br />

la Rua da Escola Politecnica, qui devient la Rua Dom Pedro V, est propice à<br />

la flânerie et au shopping alternatif, avant une pause rafraîchissante dans le<br />

jardin qui porte son nom. Très prisé des bobos lisboètes, cet ancien quartier<br />

aristocratique abrite d’anciens palais reconvertis en hôtels de luxe. Le<br />

Príncipe Real offre également des panoramas splendides sur la ville.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 15


PRÍNCIPE REAL<br />

shopping<br />

Au paradis<br />

des concept stores<br />

PERCHÉ SUR SA COLLINE, LE QUARTIER DE PRÍNCIPE REAL SE DISTINGUE PAR SES NOMBREUX CONCEPT STORES, BOUTIQUES<br />

TENDANCE OÙ L’ON TROUVE DES OBJETS INNOVANTS OU VINTAGE (OU LES DEUX). ESSENTIELLEMENT CONCENTRÉS AUTOUR<br />

ET DANS LE SUBLIME RIBEIRO DA CUNHA PALACE, CES CONCEPT STORES FORMENT UNE DESTINATION À EUX SEULS. PRÍNCIPE<br />

REAL, L’UN QUARTIERS LES PLUS ROMANTIQUES DE LISBONNE, ALIGNE AINSI LES ÉTALS LES PLUS DINGUES DE LA CAPITALE.<br />

REAL SLOW RETAIL<br />

L'art de prendre son temps<br />

Le concept de ce concept store, c’est de conseiller le client,<br />

de l’orienter dans un univers de marques internationales.<br />

Des vêtements pour hommes, femmes et enfants, des<br />

jouets, des sacs à dos très à la mode, des lunettes en<br />

bois recyclé, des draps, jusqu’aux graines de plantes à<br />

faire pousser chez soi ou aux produits pour l’entretien<br />

de la maison, tout y est. Le Real Slow Retail est situé sur<br />

le même trottoir que l’Embaixada. Tous ces petits stands<br />

se partagent un espace commun, assez vaste et sans<br />

séparation, où il fait vraiment bon flâner. h<br />

a Praça do Príncipe Real 2.<br />

16 DESTINATIONPORTUGAL<br />

LIDIJA KOLOVRAT<br />

Le couloir de la mode<br />

Tout en longueur, cette boutique de<br />

mode propose des vêtements et des<br />

chaussures designés par Lidija Kolovrat.<br />

Après des études de cinéma, de mode,<br />

de design et même de technologie, cette<br />

Bosniaque s’est installée au <strong>Portugal</strong> en<br />

1990, où elle s’est d’abord fait connaître<br />

grâce à la création de costumes pour le<br />

théâtre, le cinéma, la danse et l’opéra. En<br />

quelques années, Kolovrat est devenue<br />

une marque exclusive. Accueillante et<br />

accessible, Lidija a vraiment de quoi<br />

impressionner, que ce soit avec ses<br />

chaussures, ses vêtements ou ses<br />

magnifiques bijoux. h<br />

a Rua Dom Pedro V 79. Tél : +351 213<br />

874 536. www.lidijakolovrat.com


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

EMBAIXADA<br />

Le palais de la création<br />

Ce concept store possède l’un des intérieurs les plus raffinés de la place.<br />

Face au Jardim de Príncipe Real, l’entrée du Ribeiro da Cunha Palace, palais<br />

mauresque datant de 1857, est impressionnante. Le grand escalier pourrait<br />

évoquer celui d’un musée ou d’une galerie d’art, mais une fois ses marches<br />

gravies, on découvre un ensemble de petites boutiques : vêtements, produits<br />

de beauté bio, bijoux fantaisie, chaussures, produits bio pour bébés, produits<br />

lifestyle, mobiliers, objets créatifs en édition limitée… L’Embaixada, c’est un<br />

voyage qui nous mène d’un univers à l’autre, les produits vendus ici étant<br />

le fruit du travail de créateurs. C’est aussi une vitrine de la gastronomie<br />

portugaise. Au rez-de-chaussée, un restaurant propose de déjeuner dans<br />

un cadre féerique. Illuminé par un puits de lumière, le patio central illumine<br />

de sublimes mosaïques au sol. Les boutiques sont logées dans des pièces<br />

ornées de colonnes en marbre, de plafonds sculptés et de cloisons voûtées.<br />

Leurs portes sont d’une hauteur gigantesque. D’ailleurs, tout est démesuré ici.<br />

L’Embaixada fait le bonheur des amoureux d’architecture et d’histoire, mais<br />

aussi des fins connaisseurs en gin. Au Gin Lovers & LESS Restaurant, le barman<br />

maîtrise parfaitement son job et saura vous épater, et vous pourrez même<br />

repartir avec votre kit personnel, pour tenter de réaliser chez vous de jolis<br />

cocktails. Ajoutez à cela un peu de musique lounge, une terrasse ombragée et<br />

fleurie, et vous obtenez un véritable havre de paix. Côté restaurant, la cuisine<br />

est assez sophistiquée, juste ce qu’il faut pour être cohérente avec le lieu, et<br />

le rapport qualité-prix est excellent. Un concept store 100 % <strong>Portugal</strong>, qui met<br />

en valeur les artistes et artisans du pays, tout en offrant une autre vision du<br />

shopping. h<br />

a Praça do Príncipe Real 26. Tél. : +351 965 309 154. www.embaixadalx.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 17


PRÍNCIPE REAL<br />

NUNO GAMA<br />

L'homme stylé !<br />

C’est un des plus imminents stylistes portugais. Tout<br />

comme moi, vous serez bluffés par l’espace chaussures,<br />

agencé comme une bijouterie avec ses étagères<br />

en verre. Attention, chez Nuno Gama, les couleurs<br />

explosent et tranchent brutalement avec le style<br />

classique. Il faut du caractère, voire un certain niveau<br />

de déjante, pour porter ses créations. Cela dit, certains<br />

modèles peuvent se porter tous les jours. D’autres sont<br />

réservés à des soirées d’exception, histoire d’attirer les<br />

regards et d’attiser la curiosité. h<br />

a Rua de O Século 171. Tél. : +351 213 479 068.<br />

www.nunogama.pt<br />

AMÉLIE AU THÉÂTRE<br />

By Amélia Antunes<br />

Avec ses couleurs guimauve et ses airs de boudoir, cette boutique<br />

abrite l’atelier d’Amélia Antunes, et c’est tout naturellement qu’on peut<br />

voir la maîtresse des lieux à l’œuvre, tandis qu’on se familiarise avec<br />

ses créations, essentiellement des colliers aux formes délirantes.<br />

À découvrir également, des vêtements et objets de créateurs<br />

portugais : robes, chaussures, sacs, accessoires, déco… Cette boutique<br />

est un concentré de romantisme décalé, glamour, rétro et kitch ! h<br />

a Rua da Escola Politécnica 69-71.<br />

18 DESTINATIONPORTUGAL


LE CHEMIN LE PLUS COURT<br />

POUR S’INSTALLER AU PORTUGAL<br />

Coups de cœur<br />

Cascais


PRÍNCIPE REAL<br />

Miam miam<br />

Bons et beaux<br />

À LISBONNE, LES RESTAURANTS SONT À LA FOIS BONS ET BEAUX, DU MOINS CEUX QUE NOUS AVONS<br />

SÉLECTIONNÉS POUR VOUS. SIMPLES, AUTHENTIQUES, BON MARCHÉ OU PLUS SOPHISTIQUÉES, VOIRE<br />

ÉLITISTES, C’EST PARTI POUR UN TOUR DES MEILLEURES TABLES DE PRÍNCIPE REAL. BOM APETITE !<br />

TAPAS BAR 52<br />

Sur un air de fiesta<br />

À 300 mètres du Jardín del Príncipe Real,<br />

ce bar offre une ambiance de folie. Ici c’est<br />

la fiesta midi et soir ! La déco est orientée<br />

cinéma, avec des murs remplis de<br />

portraits d’acteurs, mais aussi de vieilles<br />

plaques publicitaires comme Lambretta<br />

ou Superman. Une bouteille gigantesque,<br />

libellée « Don’t drink, die anyway ! », fait<br />

de l’humour noir. L’ambiance est rock,<br />

avec les Doors dans la sono. Le serveur<br />

me prépare une assiette d’excellents<br />

poivrons, accompagné d’un bon petit vin<br />

de l’Alentejo. Je poursuis ma dégustation<br />

de tapas avec un risotto sublime, avant<br />

de terminer par une assiette de porc<br />

et de patates nouvelles, un régal aussi.<br />

Ambiance, plats, vins et musiques forment<br />

un cocktail explosif. Ne venez pas au<br />

Tapas Bar 52 pour vous détendre, mais<br />

bien au contraire, pour vous recharger en<br />

tonus ! h<br />

a Rua Dom Pedro V, 52.<br />

Tél. : +351 213 432 389<br />

A CEVICHERIA<br />

By Kiko<br />

Kiko Martins, c’est le chef très médiatisé de ce restaurant pour lequel on fait la queue, patientant<br />

parfois plus d’une heure avant d’avoir le privilège de pouvoir s’attabler. Pour autant, ici, on<br />

prend soin du client en lui offrant un cocktail ou un verre de vin et quelques tapas durant sa<br />

longue attente sur le trottoir. Une fois à l’intérieur, on remarque l’étal de poissons frais derrière<br />

le comptoir. Je commande un salmon ceviche, une spécialité de la maison : saumon, poulpes,<br />

champignons, pitaya, mangue et purée d’orange. Sophistiquée, admirablement dressée et<br />

équilibrée, cette assiette est un vrai délice. En dessert, le brownie, avec sa crème de chocolat,<br />

ses cacahuètes, sa meringue et sa banane, le fait bien aussi. Comme quoi, on n’aura pas fait la<br />

queue pour rien. h<br />

a Rua Dom Pedro V 129. Tél. : +351 218 038 815. www.chefkiko.com<br />

20 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

TAPISCO<br />

Le coup de cœur gastro !<br />

Le lieu est prisé, assez branché, mais discret. Tout en<br />

longueur, on peut y manger à table ou au comptoir,<br />

l’occasion de voir son assiette prendre naissance,<br />

le dressage se faisant sous nos yeux. Comme chez<br />

Kiko, une petite fenêtre permet de servir des cocktails<br />

aux gens qui patientent dans la rue. Elle laisse aussi<br />

apparaître des bocaux de fruits coupés en tranches,<br />

prêts à être intégrés dans le cocktail maison (gin,<br />

concombre, menthe et vermouth), délicieux et<br />

rafraîchissant. Je commande un tartare de thon avec<br />

avocat et wasabi, un sans-faute en termes de saveurs<br />

et d’équilibre. Le poisson ne peut pas être plus frais<br />

et l’assaisonnement est sublime. Le sorbet au citron<br />

est lui aussi aromatisé au vermouth. Le service est à la<br />

fois discret et attentionné, l’ambiance assez chic, mais<br />

conviviale. Pas de réservations ici, alors venez assez tôt<br />

pour éviter de faire la queue… h<br />

a Rua Dom Pedro V 80. Tél. : +351 213 420 681.<br />

www.tapisco.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 21


PRÍNCIPE REAL<br />

Miam miam<br />

PÃO A MESA COM CERTEZA<br />

Gloire au pain !<br />

Ce restaurant est original dans sa façon de célébrer le pain comme le plus<br />

noble des aliments, ce qui n’est pas faux. C’est aussi un espace urbain,<br />

tourné vers une cuisine portugaise revisitée, sous le regard bienveillant<br />

d’Amália Rodrigues, de Florbela Espanca ou de Fernando Pessoa et même<br />

de quelques rois et reines du <strong>Portugal</strong>. Au mur également, des cadres avec<br />

des napperons brodés ou de vieilles photos de Lisbonne. Les lampes sont<br />

des bouteilles ou des verres dont le fond a été coupé, et les plateaux sont<br />

en liège très épais. Le sol en carrelage forme un damier de couleur noir<br />

et blanc. Traditionnel, mais avec un certain raffinement, Pão a Mesa com<br />

Certeza est une excellente adresse pour déguster de bons petits plats et de<br />

bons vins, le tout pour pas très cher : un grand verre de sangria, une assiette<br />

d’apéro (six tranches de fromage, des olives et deux sortes de très bons<br />

pains), le plat principal (plume de porc et panade de haricots avec crevettes,<br />

semoule et petite purée de pommes de terre douces) ne m’auront coûté<br />

que 28,25 euros, sachant que c’était très bon. Service pro et sympathique,<br />

ambiance discrète, authentique et raffinée. h<br />

a Rua Dom Pedro V 44. Tél. : +351 966 122 675.<br />

PÃO DE CANELA<br />

Familial, simple et bon<br />

Connu pour la gentillesse de ses patrons et la qualité de sa<br />

cuisine, ce restaurant traditionnel est niché dans l’ombre de la<br />

Praça das Flores. On peut y déjeuner, dîner, voire y bruncher<br />

le dimanche. Les enfants apprécieront l’aire de jeu mise à leur<br />

disposition, histoire de laisser leurs parents souffler quelques<br />

instants. Tandis que la terrasse se remplit, je commande un<br />

poulet grillé avec des petites carottes et de délicieuses petites<br />

patates. En dessert, je choisis des farófias, une pâtisserie avec des<br />

œufs en neige, typiquement portugaise. Des petits plats maison<br />

et traditionnels, des portions généreuses, un excellent rapport<br />

qualité-prix et un accueil à la hauteur du service… Voilà une<br />

adresse discrète, à mettre sans faute dans vos petits papiers. h<br />

a Praca das Flores 25-29. Tél. : 351 21 397 2220<br />

22 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

TEASE ROCK AND ROLL BAKERY<br />

Cupcakes Paradis<br />

Lisbonne<br />

THE DECADENTE<br />

Simple, efficace et pas cher<br />

Pas exceptionnel en termes de gastronomie, mais<br />

simple, efficace et pas cher, ce restaurant se situe au<br />

rez-de-chaussée de l’hôtel qui porte le même nom. On<br />

peut manger à l’intérieur, bien sûr, mais la terrasse est<br />

superbe. Ici, on peut bruncher le samedi et le dimanche<br />

midi (les portes ouvrent à midi pile). En cuisine, on<br />

n’utilise que des produits locaux et saisonniers. Les<br />

amateurs de cocktails ne devront pas manquer<br />

l’occasion de goûter aux créations du « mixologue »<br />

maison, Alexandre Leitão. Un lieu bénéficiant d’une<br />

situation privilégiée dans la ville et méritant le détour. h<br />

a Rua de Sao Pedro de Alcantara 81.<br />

Tél. : 351 213 461 381. thedecadente.pt<br />

Le paradis, on l’imagine tout blanc et ça tombe bien,<br />

c’est la couleur de la chantilly. Niveau déco, les couleurs<br />

ne manquent pourtant pas : d’immenses chaussures<br />

à talons rouges, un mur d’azulejos dépareillés du plus<br />

bel effet, un pan de mur d’un bleu intense et surtout,<br />

les couleurs pastel ou vives de cupcakes débordant de<br />

leur crème favorite et imbibés pour certains de rhum. Il<br />

y a toujours un air de fête et d’anniversaire derrière les<br />

cupcakes, alors pourquoi s’en priver ? h<br />

a Rua Nova da Piedade 15. Tél. : 351 215 962 773.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 23


24 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

Rooftops<br />

Sur les toits de Lisbonne<br />

À LISBONNE, LES ROOFTOPS SONT MERVEILLEUX EN DÉBUT DE SOIRÉE. TANDIS QUE LE SOLEIL SE COUCHE,<br />

CES TERRASSES PERCHÉES SUR LES TOITS D’IMMEUBLES SE TRANSFORMENT EN BARS<br />

OU EN BOÎTES DE NUIT. PLACE ALORS À L’AMBIANCE ET À L’IVRESSE DES HAUTEURS !<br />

TOUR D’HORIZON DES PLUS BEAUX ROOFTOPS DE LA CAPITALE.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 25


ROOFTOPS<br />

LE PARK BAR LISBOA<br />

Jungle urbaine<br />

Pour le trouver, il faut se transporter au pied d’un parking à étages se situant à 200 mètres<br />

de la Praça Luis de Camões, à l’intersection de la Travessa Andre Valente et de la Calçada<br />

do Combro. Levez la tête et admirez ces hautes colonnes blanches qui forment comme un<br />

code barres vertical. Le Park Bar Lisboa est tout là-haut. Empruntez l’escalier qui donne sur la<br />

petite rue et montez jusqu’à n’en plus pouvoir. Une fois au sommet, derrière une baie vitrée,<br />

découvrez un sublime jardin suspendu. Sur la droite, plafond et murs renvoient un parfum<br />

boisé sur un comptoir où l’on s’active déjà à concocter de magnifiques cocktails. Des rythmes<br />

lounge nimbent les lieux. Orientez-vous vers le point le plus convoité du Park Bar : la pointe<br />

de la terrasse extérieure, qui ouvre la vue sur le Tage et le Pont du 25 Avril. Des bacs à plantes<br />

ceinturent la terrasse.Ils sont éclairés par une lumière jaune or qui jaillit du sol. Des petits<br />

îlots de salons en bois forment des recoins intimes, avec quelques bougies pour parfaire<br />

l’ambiance. Côté assiette, le burger maison s’accompagne d’un délicieux cocktail à la fraise.<br />

Les portions sont impressionnantes pour des tapas. On peut également manger des fruits de<br />

mer, de la viande, du poisson ou des légumes, sous la forme de petits plats mijotés maison.<br />

Fréquenté par une clientèle sensible aux arts, au cinéma, à la littérature ou à la peinture, le<br />

Park Bar est réputé pour son ambiance décontractée. Des groupes d’amis fusionnent, une<br />

tablée de filles s’organise côté bar, les terrasses panoramiques sont envahies de monde.<br />

Pourtant, on ne sent pas oppressé, on parvient facilement à aller d’un endroit à l’autre, l’esprit<br />

zen. Pour être plus au calme, on peut se rendre sur la terrasse du haut. La programmation<br />

musicale du Park Bar est assurée par deux DJ – l’un de 16 heures à 21 heures, l’autre jusqu’à<br />

2 heures du matin. Des DJ de dimension internationale animent ponctuellement les lieux. h<br />

a Calcada do Combro 58. Tél. : +351 215 914 011.<br />

26 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

LE SKY BAR<br />

Le rooftop du Tivoli Hotel<br />

Il culmine en prince de la ville, au neuvième étage du Tivoli Hôtel. Après avoir franchi les portes de cet établissement<br />

de luxe, impressionné par l’immensité du hall, on se dirige vers l’ascenseur pour une nouvelle escale sur un petit<br />

nuage urbain. C’est un véritable panorama à 360 degrés que nous offre ce rooftop. Le bar est situé au centre de la<br />

terrasse et quatre serveurs en t-shirt noir occupent les quatre coins de ce carré blanc. Des oliviers donnent un air<br />

méditerranée aux lieux, organisés sur trois niveaux. Le plus haut offre un espace à l’abri du vent. Celui du milieu<br />

abrite une première terrasse toute en longueur. Enfin, le niveau le plus bas, le plus spacieux, s’ouvre sur le Tage, avec<br />

le Château Saint-Georges à sa gauche. Signe d’un luxe discret, des néons éclairent le balcon et le splendide escalier<br />

aux courbes sensuelles. Le comptoir carré est lui sublimé par un halo de lumière. Ce Sky Bar (littéralement le « bar<br />

du ciel) nous en met également plein les oreilles, avec sa cabine DJ transparente et ouverte, d’où surgissent des sons<br />

lounge ou électro qui rebondissent sur une sublime structure remplie de graffs. Du Street Art au cœur du luxe, voilà<br />

un savoureux cocktail à déguster chaque soir et sans modération. h<br />

a Avenida da Liberdade 185. Tél. : +351 213 198 832.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 27


ROOFTOPS<br />

HÔTEL DO CHIADO<br />

Un éloge à l’Alfama<br />

Établissement de charme, l’Hotel do<br />

Chiado se distingue par sa terrasse<br />

panoramique, qui donne face au<br />

Château Saint-Georges, avec le Tage sur<br />

la droite. Quand se hisse ou s’éclipse le<br />

soleil, la colline du Château se nimbe<br />

d’un merveilleux halo qui enveloppe<br />

progressivement ses créneaux. Situé au<br />

septième et dernier étage de l’hôtel, ce<br />

rooftop est un éloge à l’Alfama. L’Hotel<br />

do Chiado est, comme son nom l’indique,<br />

situé dans le quartier du Chiado et dans<br />

l’avenue la plus chic de Lisbonne. Près<br />

du centre commercial et à deux pas du<br />

café A Brasileira, il constitue un excellent<br />

choix pour déjeuner, passer une partie<br />

de l’après-midi à siroter un verre ou dîner<br />

en admirant le coucher de soleil sur le<br />

Château. h<br />

a Rua Nova do Almada 114.<br />

Tél : +351 213 256 100.<br />

www.hoteldochiado.com<br />

LE SILK CLUB<br />

La tour de contrôle<br />

Perché sur les hauteurs du quartier historique<br />

du Chiado, en plein cœur de ville, le Silk Club<br />

offre une vue époustouflante, ainsi qu’un<br />

niveau sophistiqué de confort et de design.<br />

Membre du très prestigieux World’s Finest<br />

Clubs, un club privé pour clients exigeants,<br />

le Silk est le lieu idéal pour boire de délicieux<br />

cocktails ou pour déguster des plats portugais<br />

conjugués sur le mode gastro. On peut<br />

28 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

LA TERRASSE BA<br />

Pour Bairro Alto<br />

Le quartier du Bairro Alto prend de la hauteur sur le toit du Bairro Alto Hotel. Le carrelage de la<br />

Terrasse BA présente des arabesques splendides. Les fauteuils en osier sont agrémentés d’épais<br />

coussins. Une couverture brodée aux initiales de l’hôtel est posée sur chacun d’eux, pour les fins de<br />

soirées un peu fraîches. Des petites lanternes sont posées sur les tables et rendent chaque espace<br />

plus intime. Le soir venu, les illuminations de la ville habillent le panorama d’un voile doré. Ici,<br />

déguster une petite salade portugaise, des tartines gourmandes ou savourer un délicieux cocktail,<br />

c’est la promesse d’un instant unique. h<br />

a Praça Luís de Camões 2. Tél. : +351 213 408 288. www.bairroaltohotel.com<br />

également savourer d’excellentes recettes<br />

japonaises (spécialités de la maison !), ou<br />

encore danser une partie de la nuit sur ce<br />

nuage qui flotte au sixième étage. Fréquenté<br />

le plus souvent par des hommes d’affaires, des<br />

hommes politiques, des gens du cinéma ou<br />

de la mode, le Silk Club est orienté « people ».<br />

Pas de dress code néanmoins, mais il est<br />

recommandé d’être habillé un peu branché, si<br />

l’on souhaite se fondre dans l’esprit « clubbing<br />

cosmopolite ». Un discret rideau de verre<br />

délimite la terrasse, sans contrarier la vue sur<br />

le Château Saint-Georges, le Tage et le Pont<br />

du 25 Avril. Le parquet en bois exotique, la<br />

banquette installée sur des planches, ainsi<br />

que la subtile palissade de canisses, donnent<br />

aux lieux des airs de paillote haut de gamme.<br />

S’il manque le sable, le raffinement est au<br />

rendez-vous : Rui Avelar, le concepteur de cet<br />

espace, s’est appliqué à faire du Silk un lieu<br />

à la fois très chic et décontracté. À l’entrée<br />

du rooftop, une vitrine réfrigérée expose de<br />

jolis morceaux de poissons, et l’élaboration<br />

des sushi et sashimi se fait devant nous. Je<br />

commande un assortiments de plats japonais<br />

essentiellement composé de thon et de<br />

saumon, un vrai régal. En dessert, je craque<br />

sur une crème brûlée d’inspiration sucréesalée.<br />

Lentement, le soleil se couche et<br />

emporte avec lui le Pont du 25 Avril. Sur la<br />

terrasse extérieure, les dames se couvrent<br />

de plaids laissés à l’attention des clients<br />

frileux. Les journées sont brûlantes au<br />

<strong>Portugal</strong>, et lorsque la nuit et la fraîcheur<br />

tombent, la peau ressent encore le besoin<br />

de chaleur… h<br />

a Rua da Misericórdia 14.<br />

Tél. : +351 913 009 193.<br />

www.silk-club.com660.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 29


ROOFTOPS<br />

LE MEMMO ALFAMA<br />

La mémoire du cœur…<br />

On pourrait croire ce rooftop réservé aux seuls clients de cet hôtel de standing,<br />

mais il n’en est rien. Il suffit de rentrer et de dire que l’on souhaite boire un<br />

verre ou manger en terrasse, pour s’en voir ouvrir l’accès. Alors oui, il s’agit d’un<br />

rooftop de « bas étage ». Mais il n’empêche, malgré sa faible hauteur, il toise<br />

une bonne partie des toits de l’Alfama, invitant le regard à s’étendre jusqu’à<br />

la Igreja de São Vicente de Fora au fond, et le très joli toit de la Igreja de São<br />

Miguel. Juste derrière, sur la droite, pointe le dôme du Panteão Nacional, lequel<br />

abrite notamment un cénotaphes à la gloire de Vasco de Gama. En montant<br />

les quelques marches de l’escalier qui mènent à la terrasse, on découvre un<br />

premier espace intérieur, séparé du rooftop proprement dit par une baie<br />

vitrée. Un design aux teintes blanc cassé met en valeur un mobilier couleur de<br />

tuiles sombres. Une immense vitrine de sept colonnes et de quatre rangées<br />

abrite une impressionnante collection de bouteilles de vin. Au centre, une<br />

petite fenêtre encastrée permet de jeter un œil sur l’Alfama les jours où la<br />

terrasse extérieure est fermée. Ici, tout est basé sur la vue, mais aussi sur une<br />

déco élégante et zen. La terrasse est entièrement couverte de bois exotique ;<br />

de tout petits carreaux roses, rouges et ocre ornent la piscine à débordement.<br />

Des sièges aux allures d’abat-jour retournés nous renvoient au design des<br />

années 1980 et confèrent un look vintage à l’ensemble. Sous la chaleur qui<br />

s’abat sur Lisbonne aujourd’hui, une salade composée me suffit amplement.<br />

Toute simple, elle est délicieuse. Bien fraîche, la sangria constitue un réel<br />

soutien, car la température doit bien avoisiner les 38 degrés… h<br />

a Travessa de Merceeiras 27.<br />

Tél. : +351 210 495 660. www.memmohotels.com<br />

30 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

Pastel de nata<br />

Nos meilleures adresses a Lisbonne<br />

TYPIQUE DE LA CUISINE PORTUGAISE, LE PASTEL DE NATA (PASTÉIS DE NATA, AU PLURIEL) EST UNE<br />

SORTE DE FLAN PÂTISSIER QUE L’ON DÉGUSTE FROID OU TIÈDE, PARFOIS SAUPOUDRÉ DE CANNELLE. IL<br />

SEMBLE QUE CETTE TARTELETTE AIT ÉTÉ CRÉÉE AU XIX E SIÈCLE PAR DES RELIGIEUSES DU MONASTÈRE<br />

DES HIÉRONYMITES, ALORS SITUÉ DANS LA PETITE VILLE DE BELÉM, AUJOURD’HUI QUARTIER DE<br />

LISBONNE. LA RECETTE ORIGINALE N’A PAS CHANGÉ, SEULES LES MÉTHODES DE FABRICATION ET<br />

LES USTENSILES ONT ÉVOLUÉ. VOULOIR FAIRE DES PASTÉIS CHEZ SOI (J’AI ESSAYÉ !) RELÈVE DU DÉFI.<br />

COMMENT OBTENIR CETTE QUALITÉ DE FEUILLETAGE? COMMENT PARVENIR À UNE CUISSON AUSSI<br />

PARFAITE ? COMMENT OBTENIR UN FLANC FONDANT, MAIS PAS TROP NON PLUS ? EN ATTENDANT DE<br />

TROUVER LA SOLUTION, VOICI NOTRE SÉLECTION DES MEILLEURS PASTÉIS DE NATA DE LISBONNE.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 31


PASTEL DE NATA<br />

ALOMA<br />

Le top du top ?<br />

Faire des pâtisseries portugaises, c’est une<br />

chose, faire d’authentiques et savoureux<br />

pastéis, c’en est une autre. La solution<br />

la plus simple ? Revendre les pastéis de<br />

chez Aloma ! Encore considérés comme<br />

un secret bien gardé par les Lisboètes,<br />

les pastéis de chez Aloma semblent se<br />

diffuser comme l’eau de pluie dans le sol,<br />

lentement, mais profondément. Ils ont<br />

d’ailleurs été lauréats du concours du<br />

meilleure pastel de nata en 2012, 2013<br />

et 2015. Ainsi, sur sa vitrine, la pastelaria<br />

Bijou do Calhariz affiche avec conviction<br />

cette position de leader : « O melhor<br />

pastel de nata ». Pastelaria traditionnelle<br />

– entendez par là qu’elle est sans chichi<br />

et essentiellement fréquentée par les<br />

locaux –, Bijou met Aloma à l’honneur.<br />

Les boîtes siglées s’entassent près de la<br />

caisse, prêtes à être remplies de pastéis.<br />

Soulignons que le café y est excellent, de<br />

même que le jus d’orange maison. h<br />

a Aloma, Rua Francisco Metrass 67.<br />

Tél. : +351 213 963 797. www.aloma.pt<br />

a Bijou do Calhariz, Largo do Calhariz<br />

2-3. Tél. : +351 213 462 730.<br />

NATA LISBOA<br />

The world needs Nata<br />

Et si le monde avait besoin de pastéis ? C’est en tout cas ce que l’on pourrait croire en<br />

lisant l’accroche de cette franchise. « The world needs Nata » habille les murs de toutes les<br />

pastelarias estampillées Nata Lisboa, qu’elles se situent à Lisbonne, Porto, Hong Kong,<br />

Londres ou São Paulo. Les petits pavés blanc et noir de l’avenue de Outubro nous mènent<br />

devant les stores très élégants de ce lieu gourmand. L’intérieur est tout petit, mais l’on<br />

peut y déguster un café ou un jus d’orange pressé accompagné d’un excellent pastel. Le<br />

feuilletage est plutôt bien réussi. J’aime quand ça coule très légèrement, mais pas trop<br />

surtout ! h<br />

a Avenida de Outubro, 10. Tél. : +351 939 910 000. natalisboa.com<br />

PASTELARIA CRISTAL<br />

L’insoupçonnable<br />

Primée plusieurs fois, cette petite<br />

pâtisserie, située dans une rue peu<br />

touristique, cache bien son jeu. Mais<br />

comment une maison aussi talentueuse et<br />

experte de « la » gourmandise nationale<br />

peut-elle être aussi discrète ? Pas de<br />

design élitiste, pas de mobilier stylé, pas<br />

de ligne marketing… Et pourtant, Cristal<br />

fait partie des plus grandes ! Ce jour-là, la<br />

fournée semble légèrement grillée sur le<br />

dessus. Les proportions de la tartelette<br />

semblent parfaites. Crème onctueuse, pâte<br />

craquante, léger arrière-goût de cannelle,<br />

tout y est, tout est parfait. Trois agents de<br />

police s’arrêtent pour déguster un café<br />

et un pastel. Un chauffeur de taxi fait<br />

de même. Pour les connaisseurs, Cristal<br />

s’impose comme une halte évidente, où<br />

s’offrir une parenthèse gourmande pour<br />

bien débuter la journée. h<br />

a Rua de Buenos Aires 11.<br />

Tél. : +351 213 961 557.<br />

32 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

MANTEIGARIA<br />

Le pastel franco-portugais !<br />

Cet établissement spécialisé dans la fabrication de pastéis est<br />

hébergé dans un sublime immeuble à la façade Art Déco. Rouvert<br />

en 2014, il affiche une forte singularité, avec son concept de<br />

mange-debout (pas de table ni de chaise) et surtout sa grande<br />

vitrine qui dévoile l’arrière-boutique et la cuisine. Ici, comme<br />

partout, on cache la recette, mais on ne cache pas le procédé. Côté<br />

cuisine, donc, des paquets d’œufs, une casserole en cuivre pleine<br />

de bâtons de cannelle et une cruche de jus de citron sont posés sur<br />

la planche de travail. Je déguste, avec tout le temps qu’il faut pour<br />

le savourer, ce merveilleux pastel encore tout chaud. La crème est<br />

liquide, je pense que c’est dû à sa sortie récente du four. h<br />

a Rua do Loreto 2. Tél. : +351 213 471 492.<br />

PASTELARIA SÃO ROQUE<br />

Un temple Art Nouveau<br />

Petite boulangerie de quartier, São Roque est avant tout un<br />

sublime commerce aux allures de petit château Art Nouveau. Tout<br />

comme le logo d’inspiration religieuse, dorures, colonnes et lustres<br />

donnent le ton. La déco de cet établissement, fondé au début<br />

du XX e siècle, en met plein la vue. São Roque est très vite devenu<br />

une référence architecturale à Lisbonne. Derrière le comptoir, sur<br />

des azulejos, une inscription indique l’accès à la Catedral do Pão<br />

(la « cathédrale du pain »). Juste au-dessus, une fresque illustre<br />

une scène de fabrication du pain. Mais quand est-il des pastéis ?<br />

Sont-ils à la hauteur des lieux ? Eh bien oui ! Pas de surprise donc.<br />

En termes de qualité, cette adresse fait bien partie des meilleures.<br />

Faut-il préciser qu’on sert ici du jus d’orange pressé ? h<br />

a Rua Dom Pedro V 57. Tél. : +351 21 322 4356.<br />

PASTÉIS DE BELÉM<br />

À l’origine…<br />

Évoquer le pastel de nata sans passer par Belém serait un non-sens : c’est<br />

ici qu’il est né. Ce sont les religieuses du monastère des Hiéronymites qui<br />

en auraient inventé la recette. Mais suite à la révolution libérale de 1820,<br />

couvents et monastères fermèrent leurs portes les uns après les autres.<br />

Afin de subsister, un ancien moine décida de vendre, dans ce même<br />

petit magasin, des tartelettes issues de la recette originale du monastère<br />

et rapidement appelées « pastéis de Belém » Le succès fut immédiat et<br />

leur renommée devint un véritable phénomène. Aujourd’hui, la recette<br />

du monastère est l’apanage de la très célèbre et médiatique pastelaria<br />

Pastéis de Belém.<br />

D’extérieur, hormis l’impressionnante file de touristes, la pâtisserie<br />

semble un commerce comme les autres. À l’intérieur, c’est immense : on<br />

n’imagine pas qu’il puisse y avoir autant de salles. On peut même voir la<br />

cuisine et les pâtissiers à l’œuvre. Ici, on fait d’abord la queue (la tradition),<br />

on commande, on paye et l’on se met dans la file d’à-côté pour retirer<br />

sa commande. Tout un protocole bien rodé, pour éviter les bouchons.<br />

Ensuite, il faut trouver une place, assise de préférence, si l’on souhaite<br />

profiter du contexte. On peut aussi emporter ses pastéis et aller les<br />

déguster dans le parc, juste en face… Et sinon, que dire de ce pastel ? Il<br />

est bon, naturellement, il est même délicieux. Tout juste regrettera-t-on<br />

l’aspect très marketing des lieux, qui manquent forcément d’un peu de<br />

magie. Pour moi, rien ne vaut un petit café et un pastel dégustés dans un<br />

établissement familial, fréquentés par des locaux. h<br />

a Rua de Belém 84-92. Tél. : +351 21 363 74 23. pasteisdebelem.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 33


Bars à vins<br />

La tournée des grands ducs<br />

LISBONNE ABRITE UN VÉRITABLE BOUQUET DE BARS À VINS, DANS LESQUELS, À PETITES GORGÉES, ON S’INITIE<br />

À L’ŒNOLOGIE. TOUS OU PRESQUE FONT ÉGALEMENT OFFICE DE RESTAURANT, TANT IL SERAIT DOMMAGE DE SE<br />

PASSER DE CES DÉLICIEUSES TAPAS DE CHARCUTERIE ET DE FROMAGES, QUI ACCOMPAGNENT SI BIEN LES VINS D’ICI.<br />

BY THE WINE<br />

Le caveau le plus étonnant de Lisbonne<br />

À peine entrés, nous voilà immergés dans un<br />

univers en trois dimensions. Il y a des couleurs<br />

partout : du vert, du jaune, du doré et même des<br />

teintes fluorescentes qui rendent les murs et le<br />

plafond luminescents. Impressionné, on pénètre<br />

cet arc-en-ciel de bouteilles, bien décidé à découvrir<br />

son contenu. On commande un moscatel, en<br />

l’occurrence un Alambre Roxo de Setúbal, un pur<br />

délice. Car oui, le By The Wine est une cave avant<br />

d’être un bar à tapas. Le vin provient d’ailleurs<br />

du vignoble familial de José Maria da Fonseca.<br />

Pour accompagner notre verre, rien de tel qu’un<br />

carpaccio de poulpe avec ses petits légumes, ou encore la divine pata negra de<br />

la maison, avant de finir sur une ardoise de trois fromages avec ses tuiles de<br />

pain et sa confiture de figues. On vient ici soit pour déguster un verre de vin, soit<br />

pour savourer de délicieuses tapas, soit pour se sustenter de véritables assiettes.<br />

L’ambiance sonore est purement portugaise : un brouhaha enivrant et capable<br />

de vous porter jusqu’au bout de la nuit. Vive le vrai <strong>Portugal</strong> ! Réservez si vous<br />

pouvez et soyez à l’heure, car l’endroit, très connu, est très vite bondé. À deux,<br />

il est très agréable de manger au comptoir, d’autant que de grandes lampes de<br />

bureau éclairent les assiettes et confèrent à ce moment de délectation des airs<br />

très solennels. Saúde ! h<br />

a Rua das Flores 41. Tél. : +351 21 342 0319. www.jmf.pt<br />

GARRAFEIRA ALFAIA<br />

Un vrai coup de cœur !<br />

Dans ce bar à vins, minuscule, traditionnel et sans chichi,<br />

place à la qualité des produits et à l’ambiance portugaise !<br />

Cet établissement est situé au coeur de Bairro Alto et<br />

donne face au restaurant Alfaia, qui le fournit en tapas. La<br />

façade a des airs de carte postale, avec son côté vintage<br />

et ses azulejos dans leur jus. Juste au-dessus de la porte<br />

d’entrée, le voisin fait sécher son linge. Deux tableaux cerclés<br />

de bouchons et de grappes de raisins font apparaître les<br />

spécialités de la maison : petiscos à portuguesa, vinho a<br />

copo, wine by glass, sardinhas assadas, grilled, vegetable<br />

soup, polvo, octopus, pastéis de bacalhau… La première salle<br />

est très petite. À droite se dresse le comptoir, avec une vitrine<br />

de charcuteries et de fromages. À gauche, deux tonneaux<br />

font office de tables. Je commande six pastéis de bacalhau<br />

servis avec du riz et un verre de Quinta da Fata, réserve 2011,<br />

une assiette de leur fameux jambon cru (un régal !), puis un<br />

fromage cuit au four avec un Santiago do Cacém de 2013.<br />

Un groupe d’amis s’entasse dans la salle du fond, très petite<br />

elle aussi, mais l’équipe semble bien connaître ce repère<br />

secret. Le patron est un ami et l’ambiance se fait soudain très<br />

chaleureuse. Bref, nous sommes bien au <strong>Portugal</strong> ! h<br />

a Rua do Diaro de Noticias 125. Tél. : +351 21 343 3079.<br />

garrafeiraalfaia.com<br />

34 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

VESTIGIUS<br />

Tage comme une image…<br />

L’adresse à la fois sage et branchée de Lisbonne. Sur un quai, face au Tage, le Vestigius se loge dans un ancien entrepôt entièrement réhabilité. Il<br />

voisine d’ailleurs avec un autre entrepôt dont les murs de briques rouges sont couverts de graffs. À l’intérieur de ce restaurant faisant également<br />

office de bar à vins et de bar à gins – l’alcool à la mode au <strong>Portugal</strong> –, on découvre une déco en forme de bric-à-brac, mais en même temps très<br />

raffinée, pour ne pas dire élégante. Deux comptoirs se disputent le titre du plus original : mon préféré présente une averse de petites gouttes de<br />

verre colorées et un zinc au reflet vert. En empruntant l’escalier en colimaçon, on grimpe à l’étage, sous les combles, où l’on découvre un petit jardin<br />

suspendu, une table de mixage et des petits salons avec banquettes. La charpente est en bois blanc et en métal. Fait de cordages de bateau, un<br />

lustre impressionne par sa taille. D’ici, on accède à la terrasse extérieure, qui surplombe le Tage et ouvre notamment la vue sur le Cristo Rei et sur<br />

le Pont du 25 Avril. Je commande un Reguengo de Melgaço, un vinho verde à 6 euros le verre, les tarifs allant de 5 à 6 euros dans cette catégorie de<br />

vins. Pour manger, une « petite » salade saumon avec des oranges, de la pomme verte et des tomates… Une adresse un peu smart, aux tarifs un<br />

peu élevés, mais une cuisine et des vins de qualité, et surtout, la sensation unique de lézarder sur l’une des plus belles terrasses de Lisbonne. h<br />

a Cais do Sodré 8. Tél. : +351 218 203 320. www.vestigius.pt<br />

LE SOMMELIER DE LISBONNE<br />

Je prête sarment !<br />

Je suis d’emblée conquis par cet intérieur cosy, feutré et intimiste. Avec ce nom, on s’attend<br />

à un niveau assez élevé de prestations, et on n’est pas déçu. Des notes de cuir et une<br />

atmosphère boisée nous montent rapidement au nez, puis aux yeux. Le nez, voilà un<br />

précieux allié pour s’immiscer dans un lieu comme celui-ci, dédié aux fins connaisseurs en<br />

vins. Le mur du fond est rempli de bouteilles. Certaines sont disposées comme un écran de<br />

Tetris, couchées ou à la verticale. D’autres naviguent de table en table, avant de revenir se<br />

loger dans des vitrines réfrigérées, qui conservent intactes les bouteilles entamées. Pour<br />

être plus précis, ces frigos magiques permettent de conserver un vin jusqu’à trois semaines<br />

sans altération organoleptique. Ils abritent une centaine de références, en libre-service<br />

pour les clients. Un troisième niveau, le plus bas, présente les bouteilles non entamées.<br />

Sur la droite, un piano à queue constate avec les murs blancs. Pas de chance, ce midi, pas<br />

de musiciens en vue, mais l’ambiance reste très jazz et lounge. Encastrées dans les murs,<br />

des lampes de chevet apportent des notes originales au-dessus de la partition du piano.<br />

La carte, avec son épaisse couverture en cuir brodé, laisse entrevoir de belles choses… Je<br />

commande un excellent burger, dont l’originalité est d’être sans pain, la viande servant de<br />

socle et de dôme. La cuisson des légumes est parfaite. Le dessert, une trilogie de chocolat,<br />

ravit l’amateur de cacao que je suis. Un verre de Regateiro, réserve de 2013, se marie<br />

admirablement avec le chocolat. h<br />

a Rua Telhal 59. Tél. : +351 966 244 446. www.sommelier.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 35


36 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

Parcs et jardins<br />

Un bouquet de bien-être<br />

DE NOMBREUX PARCS, SQUARES ET JARDINS AGRÉMENTENT LA CAPITALE PORTUGAISE.<br />

LES LISBOÈTES VIENNENT Y FLÂNER, LIRE, TRAVAILLER, JOUER AUX CARTES,<br />

OU POURQUOI PAS, Y DORMIR, EN QUÊTE DE CALME, D’OMBRE ET DE FRAÎCHEUR.<br />

TOUR D’HORIZON DE CES HAVRES DE PAIX, DE REPOS ET DE RESSOURCEMENT.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 37


LISBONNE<br />

JARDIM DA ESTRELA<br />

Paix et harmonie<br />

Pénétrer le Parc d’Estrela, c’est comme se transporter dans le parc Monceau à l’époque<br />

d’Haussmann. Créé en 1842, ce jardin à l’anglaise décline une atmosphère romantique à souhait.<br />

Aujourd’hui, c’est la fête à Estrela : des structures gonflables envahissent l’espace autour du kiosque<br />

à musique, un staff d’animateurs, ainsi qu’un clown, font la joie des enfants. Je les laisse à leurs jeux<br />

pour m’avancer vers un recoin plus calme. Il fait très chaud aujourd’hui, et les gens sont allongés à<br />

l’ombre des arbres. Certains s’exposent en plein cagnard, tandis qu’un vent de culture souffle sur<br />

la Biblioteca Jardim, un kiosque faisant office de bibliothèque, avec ses journaux, ses livres pour<br />

enfants ou sur la nature. Juste à côté, une poignée de papys jouent aux cartes. Des fanions de la ville<br />

de Lisbonne affichent trois silhouettes de sportifs en plein effort. Ils balisent les espaces réservés<br />

au sport, mais d’autres spots – qui n’ont rien à voir avec l’initiative de la ville – s’improvisent un peu<br />

partout, sous l’impulsion de coachs privés. Ainsi, pendant que les enfants s’amusent, leurs parents<br />

transpirent et donnent au parc l’image d’un lieu à la fois dynamique et paisible. Pas surprenant dès<br />

lors qu’il soit l’un des préférés des Lisboètes. Je déjeune sur le pouce dans un kiosque où l’on peut<br />

manger salé et sucré. Une fois mon hamburger avalé, je tombe sur un funambule évoluant sur sa<br />

« slackline », une sangle tendue entre deux arbres. De quoi ajouter un peu plus de magie à ce parc<br />

envoûtant. h<br />

38 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

JARDIM BOTÂNICO TROPICAL<br />

Belém sous les tropiques…<br />

Le jardin botanique tropical de Belém appartient à l’Institut des<br />

recherches scientifiques tropicales du ministère des Sciences,<br />

technologies et enseignement supérieur. Deux gros chiens<br />

en gardent l’entrée – gare à celles ou ceux qui voudraient<br />

échapper à l’achat du billet d’entrée (2 euros pour les adultes) !<br />

À l’intérieur, chaque espèce est libellée, permettant ainsi de<br />

flâner tout en se cultivant. Une majestueuse allée bordée de<br />

washingtonias m’invite à prendre la visite dans le sens inverse<br />

des aiguilles d’une montre. J’emprunte ensuite une allée de<br />

syagrus, puis de phoenix, qui offrent une touche résolument<br />

exotique à ce coin de Belém. Je découvre des séquoias de<br />

Californie, un schinus terebinthifolius du Brésil (appelé aussi<br />

faux-poivrier odorant), des beaucarneas (souvent utilisés en<br />

plante d’appartement) ou encore le très curieux dasylirion,<br />

proche de l’agave et qui se sent très bien en milieu sec et<br />

méditerranéen. Les yuccas, les jacarandas (que l’on voit<br />

beaucoup sur les avenues de Lisbonne) et les nolinas, au tronc<br />

court et robuste, sont merveilleux. Pendant ce temps, une<br />

famille de canard se promène à travers le jardin, et l’on tombe<br />

nez à nez avec un paon au cou bleu, quelques poules et des<br />

oies. Voyager vers de nouveaux horizons tout en séjournant<br />

à Belém, c’est donc chose possible grâce à ce très joli jardin.<br />

N’oubliez pas votre passeport pour l’aventure… h


LISBONNE<br />

JARDÍN DEL PRÍNCIPE REAL<br />

Énergie positive<br />

Autour de ce jardin s’articulent des concept stores, des restaurants, des bars<br />

ultra-sympas et même quelques rooftops. Mais à mes yeux, le clou du spectacle<br />

réside dans un magnifique cèdre de Buçaco, sur lequel veille la statue de l’écrivain<br />

Sousa Viterbo. Il faut rien moins qu’une armature métallique pour soutenir les<br />

branches de ce vénérable centenaire, qui s’ouvrent à l’horizontale comme un<br />

immense toit de canisse. Des bancs encerclent ce parasol végétal, et il n’est pas<br />

rare que des musiciens viennent animer l’espace. Le Jardín de Principe Real, c’est<br />

aussi un bassin central, au cœur d’une quinzaine de petits îlots qui semblent<br />

parfaitement s’emboîter. Tables et chaises sont disposées aux quatre coins du parc,<br />

où s’improvisent des parties de cartes à ciel ouvert. Malgré sa petite taille, ce jardin<br />

abrite deux kiosques, dont un parfait pour déguster un café et quelques pâtisseries,<br />

l’autre pour déjeuner sur une superbe terrasse ombragée.<br />

Étroitement lié aux lieux, un marché bio a lieu tous les samedis matin. Dès 8 heures,<br />

petits producteurs et artisans locaux installent soigneusement leurs étals : fruits,<br />

légumes, confitures, fromages, miels, pâtisseries, cosmétiques, huiles d’olive, épices,<br />

savons… La liste est longue et bien qu’il soit concentré sur une petite surface, ce<br />

marché s’avère d’une diversité et d’une richesse incroyable. C’est évidemment<br />

l’assurance de se procurer des produits frais et locaux, cultivés ou fabriqués avec<br />

amour et passion, mais aussi l’occasion de partager entre acheteurs et vendeurs. h<br />

40 DESTINATIONPORTUGAL


LISBONNE<br />

© Anton Ivanov /Shutterstock<br />

Stade de Luz et musée Benfica<br />

Passion football<br />

À LISBONNE, LA PASSION DU FOOTBALL DÉFIE L’ENTENDEMENT. C’EST CE QUE DÉMONTRE LA VISITE GUIDÉE<br />

DU STADE DU SPORT LISBOA E BENFICA, L’UN DES CLUBS LES PLUS POPULAIRES ET LES PLUS TITRÉS DU<br />

PORTUGAL. À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT, LE MUSÉE BENFICA, SUR LES TRACES DE JOUEURS LÉGENDAIRES,<br />

DONT EUSÉBIO, PAULO FUTRE OU MANTORRAS.<br />

42 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

Il faut ressentir les choses pour mieux les<br />

apprécier. C’est donc une approche très terre-àterre<br />

que propose le Musée Benfica, en faisant<br />

débuter la visite par les tribunes du stade de Luz<br />

(66 647 places), surnommé « la Cathédrale »<br />

et théâtre de la finale de la Ligue des champions<br />

2014. On découvre ces tribunes par le haut, afin d’en<br />

prendre plein la vue, avant d’amorcer la descente<br />

vers la pelouse. La structure tubulaire du toit perce<br />

le ciel bleu. À l’une des extrémités du terrain, trois<br />

aigles ibériques veillent sur le stade. Ici, la tradition<br />

veut qu’avant chaque rencontre, on fasse voler un<br />

de ces rapaces au-dessus de la pelouse. Véritables<br />

mascottes, ces aigles ont donné leur surnom aux<br />

joueurs, pour qui la proie est le ballon !<br />

Le temple du sport<br />

On quitte le stade pour plonger dans l’histoire du<br />

Sport Lisboa e Benfica, de sa fondation, en 1904, à<br />

nos jours. Nous voici dans les salles « Prestige », où<br />

sont exposés plus de mille trophées, dont certains<br />

sont de véritables œuvres d’art. Gloire à tous les<br />

footballeurs qui ont transpiré pour remporter<br />

ces trophées, ainsi qu’aux autres sportifs, car le<br />

Benfica, ce n’est pas que du football, c’est aussi<br />

du tennis de table, du rugby, du volley-ball, de<br />

l’athlétisme, du badminton, du basket, du hockey,<br />

du patinage, de la gymnastique, du cyclisme ou<br />

encore de la natation. À Lisbonne, le Benfica,<br />

c’est tout simplement le temple du sport. Tels des<br />

fétiches, de vieux objets – paires de chaussures<br />

ou maillots – embellissent également l’espace.<br />

Nous sommes ensuite invités à emprunter un drôle<br />

d’ascenseur, direction le cœur du club et du football.<br />

Le principe de cette attraction, car il s’agit d’une<br />

attraction multimédia, consiste en une montée en<br />

puissance, non seulement physique, car la cabine<br />

monte réellement, mais également émotionnelle.<br />

Moi qui n’avais encore jamais mis les pieds dans une<br />

tribune, je peux vous dire que j’ai rattrapé le retard<br />

en seulement quelques minutes. Les quatre côtés<br />

de l’immense cabine d’ascenseur s’allument d’un<br />

seul coup et des écrans apparaissent.<br />

À l’unisson<br />

Des images sont projetées, des visages s’animent,<br />

des chants envahissent progressivement l’espace.<br />

Nous voilà plongé, un jour de match, dans une<br />

tribune témoignant d’une immense ferveur, au<br />

milieu de supporters remplis d’espoirs et de<br />

conviction. Ils vivent la rencontre à l’unisson, ces<br />

supporters, transpirent presque autant que les<br />

joueurs, comme si un deuxième match se jouait<br />

dans les gradins. Tels des sportifs de haut niveau,<br />

ils connaissent eux aussi leur moment de gloire.<br />

Rires, larmes, joie, tristesse, souffle coupé et yeux<br />

qui brillent… Tous ces visages donnent la chair<br />

de poule. Au final, c’est l’apothéose. Célébrant la<br />

victoire, dans un élan commun, des milliers de fans<br />

ne font plus qu’un. La visite passe ensuite par la<br />

salle de presse, puis par les vestiaires, où chaque<br />

joueur a sa place attitrée : Zivkovic, Lisandro,<br />

Rafa, Pizzi, Pereira, Semedo, Hermes, Luisao et<br />

tant d’autres… On traverse la salle de massage,<br />

on jette un coup d’œil sur les douches, et l’on<br />

termine par une salle dédiée aux personnalités<br />

ayant contribué à l’histoire du Benfica, fondateurs,<br />

présidents et autres… Juste avant de partir, un<br />

mini-terrain nous permet de tenter de marquer<br />

des buts face à un gardien virtuel. h<br />

a Avenida Eusebio da Silva Ferreira.<br />

Tél. : +351 217 219 500.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 43


Pitcher Cocktails<br />

Mojito express<br />

Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

IMAGINEZ-VOUS, EN TRAIN DE SIROTER UN FORMIDABLE COCKTAIL, SOUS UN CIEL BLEU ET JUSTE AU BORD DE L’EAU.<br />

UN COCKTAIL CONCOCTÉ PAR UN PRO ET SERVI SUR LA PLUS BELLE TABLE DE LISBONNE, LE TAGE. C’EST POSSIBLE<br />

AVEC PITCHER COCKTAILS, UN MINIBAR MOBILE QUI SE PRÉSENTE SOUS LA FORME D’UN TRIPORTEUR TRÈS CHIC.<br />

Sur le petit comptoir du Pitcher<br />

Cocktails, ouvert seulement en haute<br />

saison, trônent trois cocktails : l’un est<br />

orange sanguin, l’autre orange vif,<br />

le troisième semble être un mojito.<br />

Face à moi le Tage, mais aussi le Cristo Rei et le<br />

Pont du 25 Avril… Quel meilleur endroit pour<br />

s’accorder une parenthèse rafraîchissante ?<br />

Pitcher Cocktails propose des boissons avec<br />

alcool (mojito, gin tonic, morangoska…) ou sans<br />

(thé au melon, limonade à la menthe…). Pour<br />

être plus précis, ce bar atypique ne sert que des<br />

rafraîchissements et des cocktails servis dans des<br />

bocaux en verre (appelé pitchers dans le nord<br />

de l’Europe), type conserve de légumes. Looké à<br />

la mode d’Amsterdam avec son chapeau melon,<br />

le barman se saisit d’un bocal, qu’il remplit de<br />

feuilles de menthe fraîches, de glace pilée, de<br />

44 DESTINATIONPORTUGAL<br />

rhum, de jus de citron pressé à la main, d’un peu<br />

de sucre de canne, et c’est parti pour le show ! Ses<br />

mouvements rapides ont pour effet de mélanger<br />

la menthe avec les autres ingrédients. Et c’est<br />

avec un large sourire qu’il me tend mon mojito<br />

agrémenté d’une paille noire, sûr de sa création et<br />

de l’effet qu’elle aura sur moi.<br />

À l’origine de Pitcher Cocktails, il y a deux amis,<br />

Alexandre Bettencourt et António Dias, tous deux<br />

architectes et passionnés de mixologie. C’est<br />

inspirés par les traditions d’Europe du Nord qu’ils<br />

ont imaginé ce concept de bar mobile. Et Pitcher<br />

Cocktails cartonne ! Les Lisboètes et les touristes<br />

adorent, avant tout parce ce que la qualité et<br />

l’originalité sont au rendez-vous. Stationné sur<br />

l’Avenida Ribeira das Naus, ce triporteur du<br />

troisième type fera courir sur votre échine un<br />

frisson de fraîcheur des plus agréables.<br />

a Avenida Ribeira das Naus.<br />

Tél. : +351 919 120 191.


46 DESTINATIONPORTUGAL


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

SEJOUR<br />

Casa Amora<br />

L art de recevoir<br />

SITUÉE EN BORDURE DU CHARMANT JARDIM DAS AMOREIRAS ET DE SON AQUEDUC, LA CASA AMORA, AU-<br />

DELÀ DU CONFORT, DU CALME ET DE L’ART DE RECEVOIR QUI LA DISTINGUENT, EST UNE MAISON D’HÔTE<br />

PLEINE DE CARACTÈRE ET D’ORIGINALITÉ. TOUTES LES CHAMBRES CÉLÈBRENT LA MÉMOIRE D’AMÁLIA<br />

RODRIGUES, CÉLÈBRE CHANTEUSE DE FADO, ET DE FERNANDO PESSOA, « LE » POÈTE ET PHILOSOPHE<br />

PORTUGAIS. LA CASA AMORA SE PRÉSENTE ÉGALEMENT COMME UNE BOUTIQUE-HÔTEL.<br />

MOBILIER, DRAPS, SERVIETTES, VAISSELLES… ICI, TOUT EST LIBELLÉ « CASA AMORA ».<br />

Guest house et vitrine commerçante, la Casa Amora assume<br />

clairement son identité. L’accueil des hôtes est parfaitement<br />

rodé. Un des trois responsables clientèle nous installe dans<br />

un salon et nous détaille l’organisation de la maison, ses<br />

horaires et ses traditions, tels ces petits gâteaux fait maison<br />

en libre-service. Autre tradition, le changement quotidien de nappes qui<br />

s’harmonisent avec le tablier de Nita, la cuisinière. La confiture de citrons,<br />

c’est l’affaire de Juan, notre hôte. En revanche, les cookies, les tartes et<br />

autres viennoiseries sont l’œuvre de Nita.<br />

Côté chambre<br />

Ma chambre, elle, est majestueuse. D’épaisses rangées de coussins invitent<br />

d’emblée à s’allonger. Posé sur un meuble au pied du lit, un catalogue de<br />

déco voisine avec une petite bouteille de Porto. Les miroirs sont d’une<br />

grande élégance et la literie, tout bonnement exceptionnelle. La salle de<br />

bains est elle aussi somptueuse. Ouverte sur la chambre, elle se distingue<br />

notamment par sa robinetterie, qui témoigne élégamment de l’âge de la<br />

maison. Un petit balcon fleuri donne sur le Jardim das Amoreiras et son<br />

aqueduc<br />

Côté cour<br />

Le petit-déjeuner se prend dans une petite cour, à laquelle on peut accéder<br />

directement de la rue, une fois prises les habitudes de la maison. Des<br />

grenouilles et des chats en porcelaine occupent l’espace. Tandis que se<br />

termine la cuisson des tartes et des viennoiseries, je profite de la verdure<br />

et du calme de ce petit jardin d’Éden, tout en jetant un œil au catalogue<br />

maison : notons que la vaisselle a été créée par Rafael Bordalo Pinheiro,<br />

ou que les chaises sont siglées Lona. Après avoir repris un des délicieux<br />

cookies concoctés par Nita, il est temps pour moi de faire mes adieux à la<br />

Casa Amora. Avec comme une envie de revenir très vite… h<br />

a Rua João Penha 13. Tél. : 351 919 300 317. casaamora.com<br />

DESTINATIONPORTUGAL 47


SEJOUR<br />

York House Lisboa<br />

Du calme et du cachet<br />

JUSTE À CÔTÉ DU MUSÉE NATIONAL D’ART ANCIEN, CET ANCIEN COUVENT ALLIE UNE ARCHITECTURE<br />

DU XVII E SIÈCLE À DES LIGNES PLUS CONTEMPORAINES ET ÉPURÉES. AVEC SON LARGE ÉVENTAIL DE STYLES<br />

ET SON ADN ANCRÉ DANS L’HISTOIRE, LA YORK HOUSE LISBOA COMPTE PARMI LES PLUS BELLES DEMEURES<br />

D’HÔTES DE LA CAPITALE PORTUGAISE.<br />

Il faut gravir quelques marches en pierre pour accéder à une<br />

magnifique cour intérieure. Spacieuse, lumineuse et cernée de<br />

végétation murale, cette cour est le lieu idéal pour prendre son<br />

petit-déjeuner, déjeuner ou mieux, s’offrir un dîner romantique.<br />

En son centre, une banquette couverte de coussins permet<br />

d’en profiter pleinement. Je suis accueilli par Virginie Malezieux, la<br />

propriétaire des lieux. Souriante et avenante, elle m’accompagne<br />

jusqu’à ma chambre et m’informe des heures de petit-déjeuner<br />

et de dîner. Car en plus d’être un hôtel de charme, la York House<br />

Lisboa fait aussi office de restaurant. Et quel restaurant ! Je<br />

découvre une chambre en forme de duplex, avec en bas un grand<br />

salon et une terrasse extérieure, et à l’étage, un lit immense et une<br />

belle salle de bains, dont les lignes contemporaines tranchent avec<br />

l’aspect plutôt rustique de la maison. Dans le salon, une carafe de<br />

porto et sous cloche, un pastel de nata, me tendent les bras.<br />

À table !<br />

Au restaurant, les tarifs pour les assiettes s’échelonnent de 12 à 18 euros.<br />

Comptez 12 euros pour un succulent risotto d’été et 18 euros pour un<br />

poulpe grillé avec ses pommes de terre écrasées. Bacalhau en croûte,<br />

thon grillé avec ratatouille, spaghettis à l’encre de seiche avec gambas et<br />

coques complètent la carte. Côté dessert, tout est fait maison. Pour ma<br />

part, j’ai choisi un thon grillé, suivi d’un brownie agrémenté d’une glace<br />

artisanale, un vrai délice ! Côté boissons, tous les vins sont servis au verre,<br />

qu’ils soient d’Alentejo, du Douro ou de l’Alvarinho. La cuisine est raffinée<br />

et l’assiette bénéficie d’un joli dressage. Les tables sont élégantes et<br />

s’harmonisent avec le luxe de la terrasse. Sucré ou salé, le petit-déjeuner<br />

s’avère copieux. Charcuteries et fromages portugais, laitages, gâteaux faits<br />

maison, viennoiseries, pains, salade de fruits et pastel de nata promettent<br />

le plus beau des réveils. Entre le centre-ville et Belém, la York House est<br />

une solution idéale pour vadrouiller dans Lisbonne tout en séjournant au<br />

calme. h<br />

48 DESTINATIONPORTUGAL<br />

a Rua das Janelas Verdes. Tél. : 351 21 396 2435.<br />

www.yorkhouselisboa.com


Coups de cœur<br />

Lisbonne<br />

DESTINATIONPORTUGAL 49


NORD NORD DU DU P P PORTUGAL<br />

PORTUGAL<br />

LE HAUT DOURO<br />

La vallée enchantée<br />

© Homy Design /Shutterstock<br />

Classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2001, les paysages<br />

de la vallée du Douro suscitent rien moins que l’émerveillement. En<br />

partant de Porto, où débouche le fleuve et où sont acheminés les vins<br />

de table et le porto produits sur ses coteaux, le Haut Douro peut se<br />

découvrir en voiture, en train ou en bateau de croisière. Tout au long<br />

du parcours, des belvédères offrent de superbes vues sur le fleuve, la<br />

vallée et ses flancs couverts de milliers d’hectares de vigne. En chemin,<br />

on découvre des paysages fabuleux, des villages typiques, un vignoble<br />

parmi les plus anciens et les plus généreux de la planète, des quintas<br />

ou l’accueil et l’art de vivre sont érigés en véritable religion. Se balader<br />

dans le Haut Douro, c’est également l’occasion de se familiariser avec<br />

ce précieux nectar qu’est le porto. Ruby, Tawny ou Vintage, il y en a<br />

pour tous les goûts !<br />

50 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

DESTINATIONPORTUGAL 51


© Daniel Santos Gallery /Shutterstock<br />

NORD DU P PORTUGAL<br />

52 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

DESTINATIONPORTUGAL 53


LE MUSÉE DU DOURO<br />

Tout savoir sur la vallée<br />

Je marche sur les quais du Douro, au plus près de l’eau, comme pour m’imprégner de l’âme<br />

de la vallée. Les bateaux de croisières embarquent déjà les premiers clients. Quelques petits<br />

étals proposent des objets artisanaux. Les gens d’ici prennent leur café en contemplant une<br />

vue qu’ils connaissent pourtant par cœur, mais dont ils ne se lassent jamais. Tout est calme<br />

quand j’accède au Musée. Dans le hall d’accueil, une exposition de photos éphémère permet<br />

de patienter avant la visite proprement dite, mais une fois dans la salle principale, répartie sur<br />

deux niveaux, on en prend plein les yeux et plein le nez ! Le nez, car la visite est rythmée par<br />

de nombreuses vitrines, dont une consacrée aux senteurs. Une dizaine de flacons équipés<br />

d’une pomme d’air reliée à un tuyau permettent de humer des parfums boisés, caramel,<br />

chocolat ou vanille. Au fond de chaque flacon, les liquides ont des couleurs or, ambrées ou<br />

plus soutenues. Le principe consiste à avancer son nez au-dessus de l’entonnoir, à appuyer<br />

sur la pomme pour faire remonter le parfum du liquide et ressentir l’intensité ou la subtilité<br />

des arômes. Un peu plus loin, un écran projette une petite vidéo expliquant comment sabrer<br />

une bouteille de porto. On utilise un outil composé de deux cercles en acier. On chauffe l’un<br />

d’entre eux au-dessus d’une flamme et on l’enfile autour du goulot. La chaleur fragilise le<br />

verre et l’on a plus qu’à enlever le chapeau de la bouteille avec une sorte de tenaille. L’ancêtre<br />

du tire-bouchon, en quelque sorte… Une multitude de vieux outils sont également exposés.<br />

Certains servaient à enfoncer les bouchons, d’autres à remplir les bouteilles et d’autres<br />

encore à coller les étiquettes. Le musée abrite également d’anciens matériels de vendange,<br />

tel cet habit de paille pour se protéger du soleil, vraiment étonnant. On apprend également<br />

comment on fait une greffe de vigne « à l’américaine », pour lutter contre la phylloxéra.<br />

De vieilles cartes de la vallée du Douro permettent de mieux comprendre les cépages et le<br />

découpage naturel des parcelles. Visiter le Musée du Douro constitue une excellente mise en<br />

bouche, avant de découvrir le terrain proprement dit et les quintas. Une boutique souvenir<br />

clôt la visite. Comptez de 30 à 45 minutes pour tout voir en détail. h<br />

a Rua Marquês de Pombal, 5050-282 Peso da Régua. Tél. : +351 254 310 190.<br />

www.museudodouro.pt<br />

54 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

DOURO À VELA<br />

Pour une croisière inoubliable !<br />

Peso da Régua.<br />

Le Douro se pare d’un beau ciel bleu, alors qu’il y a encore une heure, il était encombré de gros nuages. Un temps<br />

splendide, pour une croisière inoubliable et de jolies photos en perspective. Avec Dour à Vela, de nombreuses croisières<br />

sont au programme :<br />

© Takashi Images /Shutterstock<br />

• Douro Moments. Cinq heures de<br />

navigation pour admirer les paysages<br />

fantastiques du Douro avec possibilité<br />

de tenir le gouvernail, de manipuler les<br />

voiles et de faire quelques manœuvres de<br />

marin. C’est véritablement l’opportunité<br />

de vous mettre dans la peau d’un<br />

vrai navigateur, l’espace d’une grande<br />

croisière.<br />

• Xplorenatura. Comprendre<br />

l’écosystème de la vallée du Douro durant<br />

deux heures de navigation pédagogique,<br />

voilà ce que promet ce programme<br />

passionnant, qui inclut aussi une pause<br />

déjeuner.<br />

• Break. Tout est dit dans le titre !<br />

Laissez-vous guider, immergez-vous dans<br />

le vrai Douro et connectez-vous avec la<br />

nature. Deux heures de détente au fil<br />

de l’eau, avec le souffle du vent dans les<br />

voiles et sur votre peau.<br />

• Xcape.Trois heures sur un voilier, le<br />

Libertu’s, en toute liberté. Venez seul,<br />

en couple, en famille ou avec vos amis,<br />

offrez-vous une parenthèse ressourçante<br />

sur l’eau.<br />

• Séduction. Un couple ressent parfois<br />

l’envie de graver des instants importants<br />

de la vie. Cette croisière romantique, c’est<br />

deux heures de navigation et un dîner en<br />

amoureux : Le menu st composé par Rui<br />

Paula, le chef étoilé du DOC (lire page 64).<br />

• Anniversaire. Trois heures pour fêter<br />

votre anniversaire sur un voilier, voilà une<br />

idée originale non ? Apportez le gâteau, le<br />

vin et les cadeaux. Douro à Vela se charge<br />

de la croisière et du reste. h<br />

a www.douro-a-vela.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 55


56 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

LE TRAIN HISTORIQUE DU DOURO<br />

Toute une histoire…<br />

Le Haut Douro<br />

Il est l’heure d’embarquer à bord de la Rolls des trains à vapeur. La<br />

vieille locomotive 0186, construite en 1925 par l’entreprise allemande<br />

Henschel & Son, respire à pleins poumons : sa sirène réveillerait<br />

un mort et sa cheminée crache un énorme panache de vapeur. Le<br />

voyage va durer toute l’après-midi, sous la forme d’un aller-retour<br />

avec deux haltes : l’une à Tua et l’autre à Pinhão. La beauté de la<br />

locomotive laisse sans voix, on a même le droit de monter dans la<br />

cabine du conducteur. L’équipe du train est vraiment sympathique,<br />

et je mesure à quel point ce voyage va devenir inoubliable. Je me<br />

dirige vers ma place, la 042, dans l’attente des premiers tchou<br />

tchouuuuuuu !. Ils ne tardent pas, et la locomotive peut entraîner<br />

ses wagons dans une aventure qu’elle connaît d’ailleurs par cœur. À<br />

l’intérieur, ça vit aussi ! Les voyageurs sont tout sourires, un groupe<br />

de musique folklorique traverse les wagons en chantant. Vêtus de<br />

costumes traditionnels, deux hôtes nous offrent un verre de porto,<br />

ainsi qu’un paquet de bonbons artisanaux. Dès qu’un bateau de<br />

croisière arrive à notre niveau, le conducteur actionne la sirène et le<br />

bateau en fait de même. C’est au rythme des ces salutations sonores<br />

que nous découvrons le Douro. Tous les regards sont tournés<br />

vers le fleuve et les paysages alentours… J’aperçois notamment<br />

l’EntreMargens, un vieux navire qui appartenait naguère aux Caves<br />

Ferreira de Port, et qui remonte le fleuve, le temps d’une croisière<br />

de rêve. Mais pour moi, le clou du spectacle réside dans les pauses<br />

maintenance. C’est un vrai travail d’horloger que d’entretenir cette<br />

vieille machine. Constamment, il faut remettre de l’huile et faire le<br />

plein d’eau. Voir œuvrer les mécaniciens fait replonger dans une<br />

autre époque. Au final, 43 euros le billet, c’est un coût, surtout avec<br />

des enfants, mais c’est l’assurance d’un souvenir pour la vie. h<br />

a Gare de Peso da Régua. Tél. : +351 707 210 220<br />

Page de gauche. Vue de Pinhão.<br />

Ci-dessous. La gare de Pinhão, l’une des plus belles du pays, avec ses façades<br />

décorées de 25 panneaux d’azulejos, retraçant les travaux de la vigne et les<br />

paysages de la région.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 57


© Homy Design /Shutterstock<br />

58 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

De quinta en quinta<br />

Les quintas sont à la vallée du Douro ce que les<br />

châteaux sont au Bordelais. Souvent d’un grand intérêt<br />

historique et architectural, ces exploitations viticoles<br />

sont pour la plupart d’entre elles ouvertes<br />

à la visite, certaines constituant de véritables hôtels ou<br />

chambres d’hôtes. Notre sélection.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 59


QUINTA DO VALLADO<br />

L ’inattendue !<br />

Perdue au milieu des vignes, à la sortie<br />

de Peso da Régua, cette quinta est<br />

un ancien manoir du XVIII e siècle<br />

auquel est aujourd’hui rattaché un<br />

bâtiment plus contemporain, pour un autre<br />

style de chambres. Tous deux s’harmonisent<br />

visuellement et trouvent ainsi leur équilibre.<br />

Cinq chambres sont réparties dans la longueur<br />

de l’ancien manoir. Le bâtiment a été rénové,<br />

à l’intérieur comme à l’extérieur, tout en<br />

conservant son âme et son identité, son<br />

charme et son authenticité. Chaque chambre<br />

possède son petit patio privé, avec transats face<br />

aux vignes. La partie moderne est entièrement<br />

construite en schiste, une pierre fine et plein<br />

de nuances. Chic, sobre, épuré, ce bâtiment<br />

offre un autre cachet à la Quinta do Vallado,<br />

d’autant que la nouvelle cave, située un peu<br />

plus loin, a été construite dans le même esprit.<br />

Dans ma chambre, une petite bouteille de<br />

porto m’attend, ainsi qu’une corbeille de fruits<br />

frais. Très spacieuse, cette chambre (doit-on<br />

dire suite ?) dispose d’un espace-bureau et<br />

d’une salle de bains moderne, avec baignoire et<br />

vasques. Le lit lui aussi est grand, terriblement<br />

confortable et couvert de plusieurs rangées<br />

d’épais coussins. Me voilà douillettement<br />

installé dans un lieu magique, bercé par le<br />

temps.<br />

des tomates, des salades, des brocolis, des<br />

melons, et puis des orangers, des citronniers,<br />

des pommiers, et ce paysage de vignes au loin,<br />

entre deux branches d’arbres fruitiers. Quel<br />

plaisir, tous ces parfums, toutes ces couleurs !<br />

La piscine est à tomber, avec son petit carrelage<br />

bleuté, sa belle surface et sa profondeur<br />

graduée. Et il y a le parc! Sous les arbres, des<br />

transats sont dédiés à la sieste ou à la lecture,<br />

tandis que les enfants profitent de la piscine.<br />

Un couloir naturel, avec des tables et des<br />

chaises, domine le potager. Un foudre est posé<br />

sur une terrasse en bois, comme une invitation<br />

à déguster un petit verre de vin en retrait du<br />

bassin. Entre la piscine et la quinta, côté vieux<br />

manoir, quelques vignes exposent des pieds<br />

de moscatel galego, de verdelho da Madeira,<br />

de verdelho nacional ou de syrah. Le vin est<br />

partout, mais c’est sur la sublime terrasse du<br />

restaurant qu’on va vraiment le déguster.<br />

Côté resto<br />

On commence par le petit-déjeuner, avec<br />

son buffet salé-sucré protégé par un voile :<br />

confitures maison, fruits frais, œufs, lait,<br />

céréales sans gluten, thés, pain, miel, fromages,<br />

jambons, et de délicieux pastéis en prime. Le<br />

mobilier en fer forgé est disposé sur un sol<br />

en schiste. La terrasse donne sur un coin de<br />

verdure et sur une fontaine qui offre un surplus<br />

de fraîcheur et de « zénitude ».<br />

Le dîner débute comme un poème, avec<br />

une feuille glissée dans le pli de la serviette,<br />

une autre sous une verrine. Le plateau de<br />

« starter », comme on dit au <strong>Portugal</strong>, est<br />

composé d’un petit fromage frais, d’olives, de<br />

mini brochettes de jambon de pays et fromage,<br />

et de croquettes au fromage. Un départ sans<br />

fausse note, suivi d’un potage de légume avec<br />

une petite feuille de menthe en prime. En guise<br />

de plat principal, voilà qu’arrive un bacalhau<br />

servi avec des épinards et des pommes de<br />

terre, le tout dans un adorable petit plat rouge<br />

à pois. Le toit végétal de la terrasse donne<br />

un côté intimiste aux tables. Le dressage très<br />

soigné des assiettes et l’atmosphère apaisante<br />

de la terrasse ajoutent à mon bonheur…<br />

La cave<br />

La Quinta do Vallado produit 900 000 bouteilles<br />

par an, de quoi donner une idée de l’ampleur<br />

du domaine. La cave est moderne, avec<br />

quelques recoins secrets, et la salle de foulage<br />

respecte la tradition. D’immenses salles<br />

abritent des cuves en inox, d’autres plus petites,<br />

souterraines, plus sombres et plus fraîches,<br />

des fûts de chêne (souvent français). La visite<br />

peut se clore par une dégustation, avec cinq<br />

programmes au choix, allant de 15 euros (pour<br />

des entrées de gamme et un porto Tawny de<br />

10 ans d’âge) à 150 euros (pour des Tawnys de<br />

40 ans d’âge et un Vintage). h<br />

a Vilarinho dos Freires, Peso da Régua.<br />

Tél. +351 254 318 081.<br />

www.quintadovallado.com<br />

Les à-côtés<br />

Un parc arboré, un potager et une piscine<br />

noyée dans ce petit paradis contribuent à<br />

leur façon au bien-être et au ressourcement.<br />

Dans le potager, on découvre des piments,<br />

60 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

DESTINATIONPORTUGAL 61


QUINTA DO PEGO<br />

Avec vue sur le Douro<br />

Sur les bords du Douro, cette quinta de catégorie A 1 bénéficie d’une situation privilégiée.<br />

Après avoir gravi une jolie côte, on découvre l’incroyable panorama de la vallée du Douro.<br />

Une vue époustouflante, qui mérite bien, en effet, un banc et une terrasse pour une<br />

séance unique de contemplation. L’eau scintille comme des diamants et des courants<br />

dessinent un étonnant ballet aquatique. Le soleil irradie les versants des vignobles, tout<br />

en tolérant quelques zones d’ombres. Le vrai Douro ! Un peu plus haut, devant l’entrée<br />

de l’hôtel, des petits jardins sont comme autant de coins repos, avec des fauteuils et des<br />

banquettes garnis d’épais coussin blanc, des tables basses en bois… Là encore, la vue est<br />

exceptionnelle, et je ne vous parle pas de la piscine. Ici, la visite du vignoble est libre. Pas<br />

de visite de cave, mais un plan pour se balader seul dans les rangs de vignes et s’offrir un<br />

instant à soi, pour mieux communier avec cette vallée des merveilles.<br />

Côté hôtel, c’est le grand standing ! Ma chambre, qui donne directement sur les vignes,<br />

est habillée d’un style très contemporain. La salle à manger et sa farandole de baies<br />

vitrées offrent la meilleure vue sur le Douro. Non loin de l’hôtel, ne manquez pas de<br />

visiter la gare de Pinhão, avec ses azulejos qui habillent toutes les façades du bâtiment.<br />

On peut également s’offrir une petite croisière en bateau traditionnel. h<br />

a Valenca do Douro, Tabuçao. Tél. : +351 254 730 070. www.quintadopego.com<br />

1 – Pour info, les vignes sont classées par lettres allant de A à F, soit du niveau de l’eau jusqu’à 600<br />

mètres d’altitude environ. Le raisin le plus mûr se situe toujours au plus bas.<br />

62 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

QUINTA DE SAN ANTÓNIO DE ADORIGO<br />

Une chambre d ’hôtes 100 % familiale !<br />

Il faut d’abord grimper jusqu’au pic de San António, qui offre l’un des panoramas<br />

les plus spectaculaires sur le Douro. Cernée de vignes, la Quinta de San António<br />

de Adorigo domine deux sublimes courbes du fleuve. Avec sa femme Madeleine,<br />

Carlos tient cet établissement depuis dix ans. Le domaine a été racheté par son<br />

père en 1974, époque où toute la famille a quitté l’Angola pour fuir la guerre<br />

et rejoindre le <strong>Portugal</strong>. Carlos a d’abord travaillé pour d’autres vignobles,<br />

avant de reprendre la Quinta de San António et d’y adjoindre une activité de<br />

chambre d’hôtes. Au <strong>Portugal</strong>, pour info, on reste classé en chambre d’hôtes<br />

tant qu’on n’atteint pas le nombre de dix chambres. La quinta en abrite neuf, ce<br />

qui en fait un lieu à la dimension très familiale. Ainsi, à l’heure du dîner, Carlos<br />

anime la table tout en aidant son épouse. Ce soir-là justement, l’ambiance est<br />

très conviviale. Brésiliens, Canadiens, Belges et Français ne cessent d’échanger<br />

des souvenirs, des anecdotes et des rires. Le dîner s’étire en longueur, les<br />

heures défilent sans qu’on s’en rende compte. La déco est à la fois rustique et<br />

contemporaine. Un doux mélange, favorable au bien-être et au confort. Vintage<br />

et modernité se partagent les espaces et nous replongent aussi dans les années<br />

1970. Carlos parle portugais, français, anglais et « portignol », comme il dit. h<br />

a Estrada Nacional 323, Adorigo, Tabuaço. Tél. : +351 254 789 177.<br />

www.quintasantoantonio.pt<br />

LA QUINTA DO PANASCAL<br />

Le nez, mais aussi l ’oreille<br />

Cette quinta appartient à la prestigieuse Maison Fonseca. Elle a d’atypique sa visite,<br />

en audio-tour. Il suffit de se rendre à l’accueil pour se voir équipé d’un petit player<br />

numérique très basique et d’un casque audio. Libre à vous d’actionner la touche<br />

« play », en fonction des cinq étapes du parcours. Au programme : l’historique de<br />

la région du Douro, de la Quinta do Panascal et de la maison Fonseca, le climat,<br />

les sols, les types de terrasses et de cépages, ou encore la découverte des portos<br />

et leurs différents styles. Une excellente façon de se familiariser avec la région du<br />

Douro et de s’initier à la culture des vins de Porto, Vous évoluerez non seulement<br />

dans un domaine de grande qualité, mais aussi dans une sorte d’école ludique, en<br />

classe œnologie ! h<br />

a N222, Valença do Douro. Tél. : +351 254 732 321. www.fonseca.pt<br />

DESTINATIONPORTUGAL 63


LA QUINTA NOVA<br />

Le grand jeu !<br />

Pas de demi-mesure à la Quinta Nova :<br />

tout est grand, haut et puissant. L’élégance<br />

et le raffinement ne sont pas des options,<br />

tout est intégré. J’ai été bluffé par l’ampleur<br />

de la cave et par l’« atelier du vin », un<br />

espace à part, inspiré par un voyage<br />

du propriétaire en Bourgogne. Côté<br />

gastronomie, le choix se fait entre une<br />

salle à manger très chic ou une terrasse<br />

ombragée, avec vue panoramique sur les<br />

vignes. Pour ma part, j’ai opté pour les<br />

deux, n’ayant pas pu me décider entre<br />

l’élégance et le romantisme. En parlant de<br />

romantisme, un petit apéritif s’improvise<br />

sur un muret donnant sur le vignoble.<br />

C’est dans ce cadre paradisiaque que<br />

je savoure un Grainha réserve de 2016,<br />

accompagné de fromages portugais, de<br />

confitures maison et d’olives. Au dîner, le<br />

menu « Dégustation » s’avère délicieux<br />

d’un bout à l’autre. En revanche, côté<br />

bouteilles, les prix sont assez élevés :<br />

comptez 16 euros pour un LBV, de 39 à<br />

52 euros pour un Vintage et de 55 à 114<br />

euros pour les Grandes Réserves. h<br />

a Covas do Douro.<br />

Tél. +351 254 730 430.<br />

www.quintanova.com<br />

LA QUINTA DA AZENHA<br />

Une perle de tourisme rural<br />

Avec son hectare et demi de vignes, c’est une toute petite quinta, mais<br />

le porto produit dans ce domaine familial, classé A, est fabuleux ! La<br />

production est ensuite revendue au groupe Stilton, qui se charge de<br />

racheter du vin aux petits producteurs. Cette ferme du XVI e siècle, bâtie<br />

de schiste et de granit, offre une vue merveilleuse sur le Douro.<br />

En tant que chambre d’hôtes, elle propose des chambres au style<br />

rustique et traditionnel. On se sent un peu comme chez sa grandmère,<br />

où tout est chaleureux, confortable et moelleux. Le petit plus ?<br />

La piscine, qui donne sur la vallée du Douro. Le rêve… Damião et<br />

son épouse, Luisa, vous accueillent avec une gentillesse des plus<br />

touchantes. Si vous recherchez un hébergement bon marché (60 euros<br />

la chambre double, 50 euros la simple), un endroit reposant et de la<br />

bienveillance, vous avez sonné à la bonne porte. h<br />

a Folgosa. Tél. : +351 254 855 172.<br />

64 DESTINATIONPORTUGAL


<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

QUINTA DO TEDO<br />

Pause œnotourisme et agrotourisme<br />

La Quinta do Tedo tire son nom d’un bras du Douro qui s’étire à l’arrière du domaine<br />

en formant une sorte de petit étang. C’est une convergence du Rio Douro et du Rio<br />

Tedo. Une légende veut qu’au XI e siècle, une histoire d’amour entre la fille d’un prince<br />

(Ardinia) et le fils illégitime d’un roi (Don Tedo) ait fait couler le sang de ce dernier dans<br />

un petit ruisseau, le Rio Tedo, dont l’eau serait depuis dotée de propriétés médicinales.<br />

Descendant de huit générations de viticulteurs français, Vincent Bouchard a racheté<br />

la Quinta do Tedo en 1992. Quinze hectares de vignes bio, neuf hectares d’oliviers et<br />

de fruitiers, un chai, deux grandes maisons et des points de vue à couper le souffle<br />

composent aujourd’hui un domaine d’exception. Ma chambre s’avère en fait un duplex<br />

très confortable, avec une grande salle de bains. La vue, magnifique, donne directement<br />

sur le Tedo et sur un coteau de vignes. Et c’est un double arc-en-ciel qui me réveillera<br />

le lendemain matin. Pour l’heure, je descends au Bistro, découvrir le menu du soir :<br />

croquettes de chorizo et calamars avec aïoli (un bonheur !), brandade de morue<br />

traditionnelle avec confit de tomate, purée de pois chiches, oignons grillés et émulsion<br />

de coriandre (idem !), joues de porc baigné dans un vin rouge, servi avec une salade verte<br />

et une vinaigrette au citron, avec une excellente petite purée de pomme et de navet.<br />

Également au menu, un poulpe sauté avec un filet d’huile d’olive fumée, un curry de<br />

légume et de riz basmati et deux desserts fondants et craquants : une panacotta au porto<br />

maison et une tarte au chocolat. Côté cave, la quinta propose des dégustations de porto,<br />

les tarifs s’échelonnant de 14 euros pour un Fine Tawny à 79 euros pour un Vintage<br />

Savedra 2003. Comptez 27 euros pour avoir le plaisir de goûter le Tawny 10 ans d’âge. h<br />

a Folgosa. Tél. : 351 254 789 165. www.quintadotedo.com<br />

DESTINATIONPORTUGAL 65


Les bonnes<br />

adresses<br />

MANGER<br />

VELADOURO<br />

<strong>Destination</strong><br />

Le Haut Douro<br />

Simple et bon<br />

Discrètement lové en retrait de la berge du Douro, à Pinhão, ce<br />

restaurant typique cache des trésors de cuisine portugaise. La<br />

terrasse extérieure fait face aux vignes, à deux pas de l’eau. Un<br />

lieu idéal pour faire une pause gourmande, avec l’assurance de<br />

déguster d’excellents produits de l’océan : du bacalhau, de la<br />

daurade ou du poulpe, bien sûr, mais aussi, côté viande, un porc<br />

noir délicieux. Bref, les incontournables, les indémodables et les<br />

valeurs sûres ! Preuve en est, 95 % des clients sont des gens du<br />

cru.<br />

Rua Praia 3, Pinhão. Tél. : +351 254 738 166.<br />

DOC<br />

L’antre de Rui Paula<br />

Chef étoilé et juge de Master Chef <strong>Portugal</strong> de 2013 à 2016, Rui Paula<br />

fait partie de ces chefs qui se remettent perpétuellement en question.<br />

C’est en 2007 qu’il ouvre le DOC (pour Denominação de Origem<br />

Controlada), non loin de Peso da Régua, sur les bords du Douro. La<br />

terrasse du restaurant surplombe le fleuve, si bien qu’on y mange à<br />

fleur d’eau, en regardant passer les bateaux, tout en savourant les<br />

mets d’un éternel créateur. Ici, les saveurs sont exceptionnelles, le<br />

dressage des assiettes peut s’assimiler à de l’art, les couleurs sont<br />

fantastiques. Rien n’est laissé au hasard, pas même les contrastes<br />

vaisselle-aliments, qui procurent du plaisir avant même la dégustation. Plaisir des yeux, plaisir<br />

du palais et plaisir d’être là, tout simplement, comme sur une île déserte. En guise de « starter »,<br />

des pains délicieux avec de l’huile d’olive : la base, mais toujours agréable. En entrée, un cornet<br />

de tomates séchées et de poivrons délicieusement aromatisés, avec une bouchée de chorizo et<br />

de tomate des plus contrastée en goût. Un vrai bonheur, surtout accompagné d’un porto blanc<br />

Burmester Extra Dry. Le menu offre ensuite un premier voyage au Mozambique, avec des crevettes<br />

subtilement accompagnées de noix de coco et de mangue. Si saucer, c’est pécher, alors je peux<br />

aller à confesse ! La suite implique un poulpe grillé et infusé à l’huile d’olive extra-vierge : le serveur<br />

verse lentement un filet d’huile sur le plat, et ce filet d’or se marie à merveille avec les reflets de<br />

mon vin blanc, un Mapa Vinha dos Pais 2015. Quand dans l’assiette, un filet mignon de veau vient<br />

tenir compagnie à une écrevisse et sa purée de topinambour, quand dans mon verre se déverse<br />

un vin rouge Preguiça Réserve 2011, le bonheur est à son comble. Pour finir, un instant gourmand<br />

glacé et croquant précède le dessert, le vrai : pomme, cannelle et gingembre ouvrent des horizons<br />

paradisiaques.<br />

Casa da Folgosa Estrada Nacional 222, Armamar. Tél. : +351 916 328 795. www.ruipaula.pt<br />

66 DESTINATIONPORTUGAL


NORD-EST<br />

© Takashi /Shutterstock<br />

68 DESTINATIONPORTUGAL


Lieu magique<br />

PARC ARCHÉOLOGIQUE<br />

DE LA VALLÉE DU CÔA<br />

L’art à fleur de roche<br />

Inscrit depuis 1998 au patrimoine mondial de l’Unesco,<br />

le site d’art rupestre préhistorique de la vallée du Côa<br />

est le plus important d’Europe. Ce parc archéologique<br />

abrite des dizaines de dessins gravés dans la roche<br />

par les hommes du paléolithique supérieur (entre<br />

- 45 000 et - 10 000 ans), à découvrir sous la conduite<br />

d’un guide. Pour approfondir le sujet, la visite du<br />

Musée du Côa est chaudement recommandée.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 69


Ils reviennent de loin, ces dessins<br />

gravés dans la roche ! Ils étaient là<br />

depuis la nuit des temps, quasiment,<br />

mais ils ont bien failli disparaître<br />

sous près de 100 mètres d’eau,<br />

lorsqu’en 1991 fut décidée la<br />

construction d’un barrage à Vila Nova<br />

de Foz Côa. Il faut savoir que pour chaque<br />

projet de construction pouvant avoir<br />

des conséquences sur un territoire, des<br />

études préventives archéologiques sont<br />

systématiquement menées. Il est aisé de<br />

comprendre l’importance de cette veille,<br />

qui a permis de mettre au jour un site<br />

archéologique majeur, le plus important<br />

d’Europe concernant l’art rupestre du<br />

paléolithique supérieur. Respect à ces<br />

artistes primitifs, qui ont eu l’intuition de<br />

réaliser leurs dessins sur des surfaces<br />

rocheuses non friables, et par là même de<br />

les préserver des aléas du temps. Respect<br />

à eux, pour avoir su produire des effets de<br />

mouvements en 2D, grâce à la technique<br />

de la superposition d’images – c’est à eux<br />

qu’on doit les techniques fondamentales du<br />

cinéma. Ici, comme à Lascaux ou à Chauvet,<br />

le niveau artistique s’avère déjà très élevé :<br />

proportions des formes, simulation de<br />

mouvements, travail sur le relief et la<br />

finesse des traits, sur les premiers et les<br />

arrières plans… Tout n’était alors que<br />

talent et instinct pur. Ce qui interpelle, sur<br />

le terrain, c’est la faculté qu’avaient nos<br />

ancêtres d’observer la nature : ils vivaient<br />

au plus près de la faune et de la flore,<br />

ils avaient par exemple conscience du<br />

phénomène d’érosion des roches. Leur<br />

page blanche, c’était justement cette roche.<br />

Leur sujet d’inspiration ? Les animaux. Étaitce<br />

une façon pour eux de rendre hommage<br />

aux aurochs, cervidés, caprinés et autres<br />

chevaux, tous à l’honneur dans la vallée<br />

du Côa ? À ce titre, le cheval est le plus<br />

représenté, car certainement, déjà, le plus<br />

noble à leurs yeux.<br />

Incision et piquetage<br />

Les techniques les plus employées à<br />

l’époque étaient l’incision, réalisée avec une<br />

pointe fine et résistante, et le piquetage,<br />

qui consiste à réaliser un trait par une<br />

succession de coups donnés sur la<br />

roche. Point après point, des silhouettes<br />

voyaient ainsi le jour. Avant d’inciser<br />

ou de piqueter la roche, les artistes du<br />

paléolithique élaboraient une ébauche.<br />

Grâce à la technique du rainurage ou du<br />

raclage, par un mouvement de va-et-vient,<br />

ils obtenaient une sorte d’esquisse ou<br />

de calque, avec des lignes plus ou moins<br />

épaisses et des contrastes. Certains<br />

restaient en l’état, d’autres ont évolué<br />

en profondeur, grâce à l’incision ou au<br />

piquetage. Au fil de la visite, on découvre<br />

des corps d’animaux dotés de deux têtes,<br />

pour simuler un mouvement. Ailleurs, des<br />

parties de corps sont utilisées à double<br />

effet, le dos d’un animal devenant le ventre<br />

de l’autre. Si certaines gravures se devinent<br />

plus facilement que d’autres, la visite sous<br />

la conduite d’un guide permet de ne rien<br />

manquer de ce spectacle à ciel ouvert.<br />

C’est en compagnie de Sandra Naldinho,<br />

guide chez Memórias do Côa, que je<br />

découvre le circuit Canada do Inferno,<br />

© Shutterstock<br />

à visiter<br />

MUSÉE DU CÔA<br />

Il se situe au bout d’une petite route assez étroite et délimitée par deux murets de<br />

schiste. Une fois sur le parking, il faut emprunter un long couloir pour accéder<br />

à l’entrée. Une partie de l’édifice est souterraine. Le style extérieur est très<br />

design, épuré et froid. À l’intérieur, plusieurs salles s’enchaînent. Des projections<br />

illuminent les murs de couleurs vives. Des silhouettes d’animaux, telles qu’on les<br />

trouve gravées sur les roches, nous permettent d’interpréter plus facilement les<br />

dessins. L’exercice devient plus difficile quand on aborde les dessins superposés,<br />

mais fort heureusement, des techniques d’éclairage sont là pour nous aider. Des<br />

pierres sous verre, épargnées de tous risques de contacts avec l’homme, peuvent<br />

être analysées à l’aide d’une loupe. Dans une salle sont exposées des répliques de<br />

panneaux à l’échelle 1.1. On découvre de sublimes silhouettes de bovidés et de<br />

cervidés. À côté, une pancarte d’information révèle les animaux en couleur et tout<br />

devient plus évident.<br />

• Rua do Museu, Vila Nova de Foz Côa. Tél. : +351 279 768 260. www.arte-coa.pt<br />

70 DESTINATIONPORTUGAL


Lieu magique<br />

Parc archéologique de la vallée du Côa<br />

DESTINATIONPORTUGAL 71


Lieu magique<br />

Parc archéologique de la vallée du Côa<br />

l’un des plus emblématiques de la vallée.<br />

Sans l’œil expert de mon guide, j’aurai pu<br />

louper de véritables trésors d’art rupestre,<br />

tant la technique de superposition s’avère<br />

complexe à interpréter. Ligne par ligne,<br />

forme après forme, Sandra nous ouvre<br />

les yeux. « Patte de devant, patte de derrière,<br />

ventre, on remonte, dos, puis tête, cornes… »<br />

En suivant attentivement son doigt sur<br />

la roche, les animaux prennent forme.<br />

À l’aide d’une baguette qui n’a pourtant<br />

rien de magique, elle fait apparaître des<br />

dessins insoupçonnables, parce que<br />

perchés en hauteur… Sur la roche 14 (le<br />

site en compte quarante-six), on découvre<br />

une chèvre aux traits filiformes, devenue<br />

le logo du Musée du Côa, ainsi que<br />

l’emblème du parc archéologique.<br />

© Shutterstock<br />

Schiste et genévrier<br />

Foz Côa, c’est le paradis du schiste. De<br />

nombreuses carrières se cachent sur<br />

les versants des vallées, dont une qui<br />

surplombe le circuit de Canada do Inferno.<br />

« Près de soixante-dix employés travaillent<br />

dans cette carrière, souligne Sandra. C’est<br />

une activité importante dans la région,<br />

car elle fait vivre beaucoup de familles ».<br />

Si l’approche de l’art rupestre et de ses<br />

techniques constitue l’essentiel de la visite,<br />

la flore et les habitudes de vie dans la<br />

région sont aussi au programme. En se<br />

rendant au premier panneau (comptez 10<br />

minutes de marche), Sandra me signale la<br />

présence de romarin, de rosiers sauvages,<br />

d’amandes, de thym, d’orchidées sauvages<br />

ou encore de genévrier. Au <strong>Portugal</strong>, le<br />

genévrier, également appelé « poivre du<br />

pauvre », est utilisé pour produire du gin,<br />

l’alcool de prédilection du pays. « Le gin<br />

est composé à 70 % de baies de genévrier »,<br />

précise Sandra. Dans la région, on l’utilisait<br />

aussi en guise de sapin de Noël, mais<br />

comme c’est aujourd’hui une espèce<br />

protégée, finie la tradition…<br />

Penascosa<br />

Sous la conduite de Daniela, guide<br />

au Musée du Côa, je pars en 4x4 à la<br />

découverte du circuit de Penascosa, sur<br />

une plage en rive droite de la rivière Côa<br />

(Canada do Inferno se trouve rive gauche).<br />

Après un petit quart d’heure de route au<br />

milieu des oliviers et des amandiers, on<br />

découvre les premiers panneaux. Trentesix<br />

roches sont répertoriées ici, dont trente<br />

ornées de motifs paléolithiques et cinq<br />

seulement dévoilées aux visiteurs. Sur la<br />

plage, on découvre des figures animales<br />

réalisées en piquetage et en abrasion. Sur<br />

le haut de la montagne, on trouve aussi<br />

des œuvres du néolithique et de l’âge de<br />

fer. Comme Sandra, Daniela s’arme de sa<br />

baguette. Là encore, tout nous apparaît<br />

progressivement. Le plus étonnant, c’est<br />

qu’avec l’expérience, celles qu’ont Daniela<br />

et Sandra par exemple, on arrive à savoir<br />

si plusieurs artistes ont travaillé sur un<br />

même dessin (ou pas). Nous sommes alors<br />

dans cette forme d’expertise qui rend le<br />

métier d’archéologue si passionnant. « Les<br />

pierres tatouées de Penascosa », comme<br />

les appelle Daniela, sont d’une incroyable<br />

beauté. Les terres qui les abritent<br />

appartiennent à l’État. Elles sont protégées<br />

par le Ministère de la Culture et des gardes<br />

veillent sur elles en permanence. Chaque<br />

année, des milliers de visiteurs, dont de<br />

nombreux scolaires, découvrent ce site<br />

unique, d’une beauté soulignée par la<br />

main d’artistes qui sans avoir conscience<br />

de l’être, œuvraient pour l’éternité.h<br />

• Memórias do Côa. Tél. : +351 963 934 842.<br />

memoriasdocoa.simplesite.com<br />

MANGER<br />

LE RESTAURANT DU MUSÉE<br />

Très soigné en tout, déco comme assiette,<br />

ce restaurant offre en plus un extraordinaire<br />

panorama sur la vallée du Côa. Sur le menu, la<br />

mascotte du musée, la petite chèvre, est présente<br />

à chaque page. Des icônes précisent si le plat<br />

contient du gluten, des fruits, du lactose, des<br />

fruits de mer ou des œufs. Pour accompagner ma<br />

daurade grillée, quelques légumes, des pommes<br />

de terre et un bon vin blanc du Côa. Manger ici<br />

après une visite me semble une évidence.<br />

72 DESTINATIONPORTUGAL


TERRÉSENS,<br />

créateur du concept de Copropriété Résidentielle de Tourisme*<br />

Terrésens est un des spécialistes de l’immobilier de loisirs en France. Ils ont une expertise depuis 10 ans sur ce marché. Construire, vendre et gérer sont les trois<br />

vocations du Groupe. Tournés aussi bien vers la mer, que la montagne ou la campagne, ils sont notamment présents dans des stations prestigieuses comme<br />

Les Ménuires, La Plagne, La Rosière, Combloux ou encore les 2 Alpes. Terrésens a développé ce nouveau concept de copropriété résidentielle de tourisme qui<br />

est « la résidence secondaire nouvelle génération » et propose plusieurs formules d’acquisition, un service de conciergerie et des avantages fiscaux. Ayant<br />

déjà convaincu un grand nombre de clients, Terrésens décide de s’installer au <strong>Portugal</strong>, en destination de Comporta-Carvalhal. Le PDG-Fondateur du groupe<br />

Terrésens, Géraud Cornillon, m’explique sa vision de l’immobilier de demain et me présente les produits déjà disponibles pour leurs clients.<br />

Terrésens et le <strong>Portugal</strong>, tout a un sens...<br />

Trois indicateurs de l’immobilier de loisirs justifient ce<br />

choix :<br />

• le pays connaît une croissance économique<br />

fulgurante,<br />

• le prix de l’immobilier est attractif,<br />

• le développement dans le secteur touristique est<br />

très important.<br />

Comporta se situe à 1h de Lisbonne, une des principales<br />

portes d’entrée du <strong>Portugal</strong>. Son aéroport dessert les<br />

grandes capitales européennes.<br />

Au cœur d’une réserve naturelle, Comporta est un<br />

havre de paix les pieds dans l’eau. Plages quasi-sauvages,<br />

dunes naturelles, rizières à perte de vue et village<br />

authentique font tout le charme de ce lieu. Calme<br />

et sérénité sont les maîtres-mots pour qualifier cette<br />

destination hippie-chic très appréciée par les Français.<br />

La réserve, un projet aux allures de VIP !<br />

Le programme « La Réserve » se situe à l’entrée du village<br />

de Carvalhal, proche de toutes les commodités et à<br />

quelques minutes des plages de Comporta. Onze hectares<br />

de dunes préservées se dessinent à portée de main<br />

pour accueillir quelques privilégiés.<br />

Le projet se décline en trois types d’offres immobilières :<br />

q Une résidence hôtelière : elle est composée de 56<br />

lots type T3 hôtelier (qui regroupe T1 + T2)<br />

q Le Village de pêcheurs : il se compose de 16 lots T3,<br />

25 lots T4 et 20 lots T5. Certains T3, et les T4 et T5 proposent<br />

un bassin d’agrément, un jardin et / ou patio.<br />

q Les villas de prestige : 31 lots T5/ T6 avec jardin privatif,<br />

piscine avec jacuzzi et brasero.<br />

Au milieu du resort, des espaces communs seront à<br />

disposition de tous : accueil, piscine, supérette, kids<br />

club, Spa, terrains de sports (volley, pétanque…), locations<br />

de vélos… Des navettes relieront le resort aux<br />

plages pour faciliter les séjours des vacanciers.<br />

Plusieurs formules d’acquisition sont proposées<br />

pour acquérir l’un de ces biens<br />

• En résidence principale<br />

• En résidence secondaire en assurant soi-même la location<br />

du bien ou en faisant appel au gestionnaire « My<br />

Second Home », filiale de gestion du groupe Terrésens,<br />

qui offre un service de conciergerie et de location.<br />

Selon les trois types d’offres immobilières, les possibilités<br />

d’acquisition changent :<br />

q Formule Invest pour la résidence hôtelière : cette formule<br />

propose une rentabilité de 5% sur l’investissement<br />

immobilier et un séjour d’une semaine possible toute<br />

l’année sous réserve que l’appartement soit libre.<br />

q Formule Mix qui s’applique sur les lots de la résidence<br />

hôtelière et les maisons dans le village de pêcheurs, elle<br />

propose 2% de rentabilité et des droits d’occupations.<br />

q Formule Free qui s’applique à tous les lots du resort,<br />

elle offre un loyer au réel selon les locations effectuées<br />

(70% du chiffre d’affaires) et la possibilité d’occuper son<br />

bien jusqu’à 7 mois dans l’année.<br />

Quels sont les prix des différents types de biens ?<br />

Il faut compter 199 000€ TTC pour un T3 hôtelier, à partir<br />

de 300 000€ TTC pour une maison dans le village de<br />

pêcheurs, une villa à partir de 678 000€ TTC. a<br />

Pour obtenir plus d’informations :<br />

• Nous retrouver sur le bureau de vente, situé sur<br />

le terrain, au rond point à l’entrée de Carvalhal. Il y<br />

a également un showroom sur place.<br />

• Nous contacter :<br />

sur notre numéro vert 0 800 880 880<br />

ou par mail contact@terresens.com<br />

et obtenir plus d’informations auprès<br />

de l’un des conseillers Terrésens.<br />

* Le concept de CRT. Le concept de Copropriété Résidentielle de Tourisme est né fin 2013, il a été créé et déposé par le Groupe. Il rencontre du succès auprès de ses clients.<br />

Il s’adresse à des propriétaires souhaitant profiter de leur résidence secondaire tout en la rentabilisant par une mise en location, mais sans les contraintes de la gestion en<br />

résidence de tourisme. La CRT offre un service exclusif de conciergerie aux propriétaires et permet de bénéficier de certains avantages fiscaux, notamment la récupération de<br />

la TVA (uniquement en France). Pour la récupérer, le propriétaire signe un bail commercial et un contrat de conciergerie, il pourra par la suite obtenir des revenus locatifs lors<br />

de la location de son bien. Les CRT sont gérés par « My Second Home », filiale du groupe Terrésens.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 73


CENTRE PORTUGAL<br />

SESIMBRA<br />

Douce et vive<br />

© Russ Heinl /shutterstock<br />

74 DESTINATIONPORTUGAL


Découverte<br />

Au centre du <strong>Portugal</strong>, Sesimbra se présente comme une station<br />

balnéaire de premier plan, avec d’un côté sa côte agrémentée de<br />

plages de sable fin et de falaises abruptes, et de l’autre, les paysages<br />

époustouflant de beauté qu’offre le Parc national de l’Arrábida.<br />

Très prisée des Portugais, la ville propose d’excellents restaurants,<br />

des soirées hyper conviviales, ainsi qu’un très bon rapport qualité-prix.<br />

La destination rêvée ?<br />

DESTINATIONPORTUGAL 75


CENTRE PORTUGAL<br />

de la Forteresse de Santiago<br />

qu’on observe le mieux les deux<br />

côtés de Sesimbra. L’un s’étend<br />

vers la Praia da Califórnia, l’autre<br />

vers la Praia do Ouro. Pour<br />

admirer ces deux vues, rien<br />

C’est<br />

de tel que de se glisser dans<br />

l’une et l’autre des deux tourelles. La surprise, c’est<br />

de se retrouver face à de grandes étendues de sable<br />

envahies de parasols multicolores. Bien sûr, la région de<br />

Sesimbra abrite des plages plus impressionnantes que<br />

celles-ci, mais nous sommes ici en plein centre-ville et<br />

ça, c’est magique ! La ville étant logée dans une cuvette,<br />

elle dévale vers l’océan, ouvrant ainsi de multiples<br />

panoramas. Au sein de la forteresse, ne manquez pas<br />

de prendre un verre au Tap House, un bar à tapas<br />

offrant une vue imprenable sur l’océan. On y boit de très<br />

bonnes bières artisanales (les célèbres ABC Local Craft<br />

Beers), la viande est délicieuse, sans parler des fruits<br />

de mer et des glaces artisanales. En guise de digestion,<br />

ne manquez pas de visiter le Musée de la mer avec le<br />

quartier de l’Adjudant et la Maison du Gouverneur. Puis<br />

osez un petit bain de soleil en vous trouvant une place<br />

entre deux parasols. Il y a très peu de vagues ici, la mer<br />

est calme et le sable très agréable. Le soir, ne manquez<br />

sous aucun prétexte le coucher de soleil. C’est ensuite<br />

que vous pourrez envisager de découvrir les choses<br />

d’encore plus haut. Du Château de Sesimbra, on domine<br />

toute la ville et l’on savoure un panorama à 360 degrés<br />

sur tous les alentours.<br />

Le Château de Sesimbra<br />

Le chemin ombragé qui mène au Château de Sesimbra<br />

est un pur régal. Ça monte, ça monte beaucoup, même,<br />

mais c’est franchement à faire. Les remparts évoquent<br />

ceux d’Óbidos. J’entre par la Porta do Sol, la porte<br />

principale de l’enceinte. Elle servait à faire passer les<br />

animaux et les charrettes, et desservait également la rue<br />

principale. En pénétrant dans la cour, je découvre une<br />

vaste étendue d’arbres. Rien n’a bougé depuis le Moyen<br />

Âge, si ce n’est un petit chemin en bitume destiné à<br />

LE CHEMIN OMBRAGÉ QUI MÈNE AU<br />

CHÂTEAU DE SESIMBRA EST UN PUR<br />

RÉGAL. DU CHÂTEAU, ON DOMINE<br />

TOUTE LA VILLE ET L’ON SAVOURE UN<br />

PANORAMA À 360 DEGRÉS SUR TOUS LES<br />

ALENTOURS.<br />

76 DESTINATIONPORTUGAL


Découverte<br />

Sesimbra<br />

© nvphoto /Shutterstock © Guaxinim /Shutterstock<br />

DESTINATIONPORTUGAL 77


© Jorisvo /Shutterstock<br />

TRÈS ÉTROITES, AVEC LEURS FAÇADES<br />

MAGNIFIQUEMENT ENTRETENUES ET LE LINGE<br />

SUSPENDU AUX FENÊTRES, LES RUELLES DE SESIMBRA<br />

ONT UN CHARME FOU.<br />

faciliter l’accès aux visiteurs. Je m’empresse de monter<br />

aux créneaux pour découvrir le panorama. Sesimbra<br />

semble minuscule, mais l’on discerne bien les paliers<br />

qui descendent vers l’océan.<br />

À l’intérieur, je découvre l’Alcáçova, la résidence de<br />

l’Alcade (le gouverneur local, représentant de l’ordre<br />

militaire de Santiago Saint-Jacques) et de sa famille.<br />

Pour défendre la vieille ville, une enceinte fortifiée a été<br />

bâtie au cours des XIII e et XIV e siècles. Des réservoirs<br />

avaient été creusés dans le sol pour stocker l’eau,<br />

alimentés par une source et les eaux de pluie. Le<br />

donjon est la plus haute tour du château. Il servait à<br />

contrôler l’accès au village, ainsi qu’à communiquer<br />

avec les châteaux voisins. Un mini musée (entrée libre)<br />

est installé dans la tour. On peut y voir une grande<br />

maquette du château, ainsi que des saynètes, style<br />

bande dessinée, qui retracent la vie quotidienne des<br />

gens du château : le marché, les animaux, le droit<br />

d’accès pour les étrangers, le départ des soldats, les<br />

travaux d’entretien… Très agréable, cette visite est à<br />

faire en famille. Prévoyez un panier pique-nique, afin<br />

de déjeuner à l’intérieur du château ou entre deux<br />

créneaux, face à Sesimbra. Les enfants vont adorer !<br />

Dans les rues de la vieille ville…<br />

Très étroites, avec leurs façades magnifiquement<br />

entretenues et le linge suspendu aux fenêtres, les<br />

ruelles de Sesimbra ont un charme fou. Elles accueillent<br />

de nombreuses fresques, dont certaines de grand<br />

format, qui retracent des scènes de pêche. Peinte sur<br />

les deux battants d’une vieille porte d’entrée, l’une de<br />

ces fresques, baptisée We love fish m’a particulièrement<br />

interpellé. Elle représente une jeune fille qui semble<br />

embrasser un poisson. Une autre fresque, ma préférée,<br />

met en scène trois pêcheurs, dont l’un, portant un<br />

bonnet noir et une chemise à carreaux, est repris<br />

au premier plan, puis au loin dans sa barque. Usant<br />

essentiellement de gris, l’artiste a surligné les barques<br />

de rouge, de jaune et de bleu, ce qui donne un effet<br />

splendide. h<br />

78 DESTINATIONPORTUGAL


Découverte<br />

Sesimbra<br />

© Marc Nevoux<br />

DESTINATIONPORTUGAL 79


aux alentours<br />

© De Russ Heinl /Shutterstock<br />

Notre-Dame du Cap Espichel<br />

Voilà un vrai bout de paradis, idéal pour se ressourcer et prendre un grand bol d’air<br />

frais. Comme le Cap Saint-Vincent, le Cap Espichel donne l’impression d’être au bout<br />

du monde, avec ses falaises abruptes et sa vue sur une côte qui s’étend vers l’infini.<br />

Édifié au XVIII e siècle et toujours en fonction, le phare facilite encore aujourd’hui la<br />

navigation autour du cap. L’importance stratégique de ce promontoire explique la<br />

construction du fort de Notre-Dame du Cap, achevé en 1672. Abandonné au XIX e<br />

siècle, il n’en reste que des ruines. Le sanctuaire du Cap est quant à lui splendide.<br />

Consacré au culte de Notre-Dame du Cap d’Espichel et construit au XV e siècle, comme<br />

l’adorable chapelle de la Mémoire, il abrite une belle église, ainsi que de longues<br />

façades dotées d’échoppes et de chambres destinées jadis à héberger les voyageurs.<br />

Le sanctuaire a longtemps constitué un lieu de pèlerinage. Tous ces bâtiments ont<br />

été classés d’intérêt public en 1950. Le coucher de soleil dans la cour est splendide,<br />

surtout lorsqu’il illumine l’une des façades et sa lignée d’arcs voûtés. l<br />

© Serg Zastavkin /Shutterstock<br />

80 DESTINATIONPORTUGAL


Découverte<br />

Sesimbra<br />

© De Luis Louro /Shutterstock<br />

La plage do Meco<br />

Située à trente minutes du centre de Sesimbra, près du petit village de Meco – à qui elle<br />

doit son nom –, cette plage de sable fin est dédiée à la bronzette, au surf, au bodyboard<br />

et au windsurf. Elle accueille également deux restaurants. Pour m’y rendre, je fais un<br />

petit détour du côté de la Cabana Meco en empruntant un petit sentier pour arriver à un<br />

espace « transats-parasols » assez vaste et bien situé, près des restaurants. Il est encore<br />

très tôt, mais les premiers touristes commencent à s’installer. À l’horizon, la brume noie<br />

le ciel et la mer dans un flou de gris blanc. Quelques personnes s’avancent dans une eau<br />

encore très fraîche. L’une d’entre elles, les bras croisés dans le dos, contemple l’horizon<br />

comme pour y trouver quelque réponse. Les maîtres nageurs se mettent eux aussi en<br />

place, Praia do Meco s’ouvre doucement à la vie. Je pousse jusqu’à la terrasse de l’Onda<br />

Onda Azul.<br />

Azul, un des deux petits restaurants de la plage. On y déguste du poisson grillé, ainsi que<br />

des spécialités maison, tels les arroz de marisco (fruits de mer avec du riz), les feijoada<br />

de gambas (recette portugaise typique, servie avec des haricots blancs) ou encore de la<br />

caldeirada de cherne (du ragoût de mérou). Le lendemain, je reviens manger ici, mais<br />

cette fois au Bar do Peixe, le plus en vogue des estaminets de la Praia do Meco. Le cadre<br />

est moins traditionnel qu’au Onde Azul, et la cuisine un peu plus sophistiquée. Ce cadre,<br />

très lounge, en fait un spot gourmand réputé. Je me régale avec des fruits de mer et une<br />

excellente sangria. Le monde afflue et la grande terrasse extérieure se remplit très vite.<br />

Après avoir mangé, on peut se détendre sur l’un des deux immenses canapés blancs<br />

installés sur le sable, ou réserver un transat juste en face, au plus près des vagues. l<br />

a Bar do Peixe, Praia do Meco. Tél. : +351 212 684 732.<br />

a Onda Azul, Praia do Meco. Tél. : +351 212 682 025.<br />

Bar do Peixe.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 81


out door<br />

VERTENTE NATURAL<br />

Passez à l’action !<br />

Société de loisirs pour touristes et professionnels, Vertente Naturel propose des sorties en kayak, du<br />

coasteering et du canyoning. Expert en animations touristiques et en sécurité, Vertente Natural possède<br />

un sacré équipement, avec des embarcations allant du simple kayak de mer au très gros bateau à moteur,<br />

capable de transporter une vingtaine de personnes.<br />

Je connaissais déjà les grottes de l’Ardèche,<br />

splendides au demeurant, mais là, c’est différent,<br />

il y a la mer, qui s’invite même à l’intérieur, selon<br />

la marée. Sortir de l’obscurité et être irradié par<br />

les rayons d’un soleil qui se reflètent sur une<br />

eau turquoise restera le meilleur souvenir de cette sortie<br />

sportive. Car oui, c’est sportif, il faut grimper, crapahuter,<br />

ramper et se hisser le long d’une corde. António Rusga,<br />

notre guide, nous équipe d’un casque, d’une combinaison<br />

et d’un baudrier avec mousquetons. Habillés comme des<br />

pros, frontale sur le crâne, nous dévalons à travers une<br />

forêt pour atteindre l’entrée supérieure de la grotte. Les<br />

premiers passages sont aisés et fluides. Quelle magie de<br />

découvrir ces galeries et ces trous dans le ciel, comme si<br />

des météorites avaient décidé d’illuminer les lieux ! La<br />

lumière qui s’engouffre dans les profondeurs forme un<br />

spectacle inoubliable.<br />

Parenthèse géologie et environnement<br />

Durant toute l’exploration de la grotte, António nous<br />

bombarde d’informations. On apprend ainsi que Sesimbra<br />

est protégée par une barrière géographique formée par<br />

le Tage et par l’Arrábida, un parc naturel abritant la falaise<br />

calcaire la plus haute d’Europe continentale (400 mètres).<br />

Grossièrement, le <strong>Portugal</strong> est un rectangle de 1 000<br />

kilomètres de long et 200 de large et ici, à Sesimbra,<br />

nous nous situons au milieu, sur un cap. C’est aussi<br />

l’unique point de la côte orienté au sud, et non à l’ouest.<br />

Protégée du vent du nord et des courants atlantiques,<br />

la ville bénéficie d’un climat un peu comparable à<br />

celui d’une île. Cintra et Arrábida, les deux barrières<br />

de Sesimbra, créent des conditions climatiques très<br />

spécifiques et donnent naissance à une végétation issue<br />

de climats différents : la mousse méditerranéenne, les<br />

bois de pins d’Europe continentale, les pins atlantiques<br />

et enfin des espèces qu’on trouve notamment à Madère<br />

ou aux îles Canaries. Mousse, oliviers, chênes-lièges et<br />

pins forment une diversité unique. On trouve même<br />

des arbustes dont la hauteur ne dépasse en général<br />

jamais deux mètres, mais qui peuvent atteindre ici douze<br />

mètres de haut !<br />

Le coasteering, c’est quoi ?<br />

Imaginez… Vous nagez dans une eau transparente et<br />

turquoise, vous escaladez des rochers à fleur d’océan,<br />

vous vous en servez de plongeoir pour enfin vous jeter à<br />

l’eau… Les dix premières minutes de bateau sont assez<br />

silencieuses, mais une fois sur place, c’est l’euphorie.<br />

Vêtus d’un gilet de sauvetage rouge et coiffés d’un<br />

casque bleu, nous suivons notre guide vers le premier<br />

gros rocher. Sur la plage, les touristes nous regardent<br />

comme si nous étions des extraterrestres. Après<br />

avoir gravi une certaine hauteur, plutôt basse pour<br />

commencer, les premiers « plouf » s’enchaînent. On<br />

sent tout de suite les habitués du plongeon, qui filent<br />

droit dans l’eau. Après cette séance de mise en jambe,<br />

place à une descente en rappel. Le coasteering, c’est un<br />

mix entre canyoning et escalade, mais sans rivière : à la<br />

place, il y l’océan, ses eaux calmes et limpides… Pour la<br />

descente, certains sont moins à l’aise que d’autres. Nous<br />

parvenons néanmoins tous à bon port. Peut-être l’effet<br />

de groupe, mais sans doute aussi celui du coaching.<br />

Par la suite, nous longeons la côte durant quatre<br />

heures environ, quand miracle !, des dauphins font leur<br />

apparition. Si les sorties dauphins font également partie<br />

des activités de Vertente Natural, cette sympathique<br />

famille de cétacés n’était pas prévue au programme.<br />

Qu’importe, le spectacle est magnifique et nous en<br />

profitons un maximum. l<br />

a Ioja nº 6, Porto de Abrigo.<br />

Tél. : +351 210 848 919. vertentenatural.com<br />

82 DESTINATIONPORTUGAL


Les bonnes<br />

adresses<br />

MANGER<br />

MARISQUEIRA RIBAMAR<br />

Découverte<br />

Sesimbra<br />

The place to be !<br />

Il est beau, il est spacieux, il prend même des airs<br />

cosy en terrasse, avec ses fauteuils-œuf en osier<br />

et leurs coussins pastel. À côté, la vitrine réfrigérée,<br />

où sont exposés poissons et fruits de mer du jour.<br />

L’intérieur a quelque chose d’un peu « bristish », tandis que<br />

la véranda affiche un style beaucoup plus local, avec une étagère « déco brocante »,<br />

des caisses en bois, des vieilles lanternes ou des amphores. Je choisis une assiette<br />

de seiches et de poulpes grillés pour accompagner ma bière, ou l’inverse, avant de<br />

longer la plage le temps d’une promenade digestive… Ici, les tarifs sont en moyenne<br />

de 14,50 euros pour les plats principaux, un prix justifié par la situation du restaurant,<br />

face à la mer, la grande terrasse et la déco sophistiquée.<br />

Avenida dos Naufragos 29. Tél. : 351 212 234 853. restauranteribamar.pt<br />

O VELHO E O MAR<br />

Rustique en front de mer !<br />

Ce restaurant, qu’on<br />

pourrait qualifier à tort<br />

de petit, possède deux<br />

grandes salles, dont<br />

l’une, celle du fond,<br />

est agrémentée de<br />

fresques en azulejos<br />

figurant des histoires<br />

de pêcheurs. Dans ce<br />

genre d’établissement, j’aime commander des plats basiques, qui réclament malgré<br />

tout un « sans-faute » en cuisine : qualité des produits, justesse de la cuisson et<br />

de l’assaisonnement, pertinence de l’accompagnement… La présentation compte<br />

également beaucoup, surtout si elle s’harmonise avec la déco, ce qui est le cas ici.<br />

Les quantités sont généreuses, comme d’habitude au <strong>Portugal</strong>. Poivrons, courgettes,<br />

pommes de terre et oignons, parfaitement rissolés accompagnent mon steak de<br />

thon. En dessert, j’opte pour de la poésie avec une soupe dorée de farine rôtie<br />

débordante d’un jaune d’œuf, dans un mariage exotique de mangues tropicales,<br />

de papaye et de litchis concoctés en purée veloutée. Une petite glace de mangue<br />

présentée dans une tulipe croustillante à la cannelle sublime ce bouquet sucré. Pour<br />

la petite histoire, ce dessert est un hommage aux jeunes pêcheurs de Sesimbra<br />

qui traversaient les mers sans avoir acquis au préalable de réelles expériences.<br />

Vu qu’ils partaient souvent pour plusieurs jours et que le travail sur le pont était<br />

physiquement difficile, il<br />

leur fallait de l’énergie et<br />

un ventre bien rempli. Avec<br />

ce dessert, croyez-moi, ils<br />

pouvaient tenir le cap !<br />

Rua Joaquim Brandão 30.<br />

Tél. : +351 210 879 995.<br />

www.ovelhoeomar.com<br />

TASCA DO ISAÍAS<br />

Le meilleur poisson de la ville !<br />

Il faut compter 30<br />

minutes d’attente<br />

pour s’attabler dans<br />

ce restaurant qui, vu<br />

de l’extérieur, ne paye<br />

pourtant pas de mine.<br />

Seuls les connaisseurs<br />

savent pourquoi<br />

ils patientent ainsi.<br />

Le principe est<br />

de s’annoncer et<br />

d’attendre qu’on<br />

vous appelle. N’ayez<br />

crainte, on ne vous<br />

oubliera pas. Une<br />

fois à l’intérieur, on découvre deux salles assez petites,<br />

la première agrémentée d’un comptoir où l’on peut<br />

manger. Dans la seconde, celle du fond, prennent place<br />

seize places convives. Je choisis des sardines grillées<br />

avec des pommes de terre, de la salade et des tomates.<br />

Une bouteille d’huile d’olive navigue entre les tables et<br />

les bras se croisent constamment pour s’en resservir.<br />

Un gros ventilo tourne au-dessus de nos têtes, et<br />

une petite fenêtre contribue à rafraîchir l’assistance.<br />

L’ambiance est extrêmement familiale, vivante et<br />

conviviale. On est ici comme à la maison, lors d’un<br />

repas bien arrosé. Épicuriens et bons vivants, venez à<br />

la Tasca Do Isaías goûter le vrai <strong>Portugal</strong>, des produits<br />

d’une fraîcheur incomparable (là encore, pêche du jour<br />

oblige) et servis dans la plus pure tradition locale.<br />

Rua Coronel Barreto, 2. Tél. : 351 914 574 373.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 83


Les bonnes<br />

adresses<br />

MANGER<br />

CASA MATEUS<br />

Un sans faute !<br />

Voilà une excellente adresse<br />

pour déguster poissons,<br />

viandes ou fruits de mer.<br />

Côté mer, pêche du jour<br />

oblige, les produits sont<br />

d’une fraîcheur incroyable.<br />

Les plats sont légèrement<br />

sophistiqués, alliant la cuisine typique à un joli travail d’accompagnements et de sauces. En guise<br />

d’apéro, je commande une sangria gingembre concombre. Le cadre est rustique et chaleureux, et la<br />

terrasse très plaisante. Je me suis régalé du début à la fin, avec un merlu bacon, coques et purée de<br />

patates douces en plat principal, puis une mousse au basilic, fraises et feuilles de menthe que je vous<br />

recommande absolument ! Les tarifs vont de 12 à 16 euros pour les poissons, et de 13 à 17 euros pour<br />

les viandes.<br />

Largo Anselmo Braamcamp. Tél. : 351 963 650 939. casamateus.pt<br />

Découverte<br />

Sesimbra<br />

SÉJOUR<br />

SANA DE SESIMBRA<br />

Avec l’océan dans ses bras<br />

Cet hôtel de luxe se situe à l’extrémité du port,<br />

face à la mer. La chambre est spacieuse, la salle<br />

de bains moderne et le balcon suffisamment<br />

large pour prendre un verre à deux face à<br />

l’horizon. Le top de l’établissement, c’est sans<br />

nul doute la piscine sur le toit, avec son jacuzzi.<br />

Le ciel bleu s’y fond dans une eau qui aurait<br />

presque un goût salé, tant la mer est proche.<br />

Du grand balcon, juste en dessous de la piscine,<br />

on peut admirer Sesimbra. La brume s’est<br />

calée entre le ciel et les tuiles rouges de la ville.<br />

Pendant ce temps-là, des clients de l’hôtel<br />

décident de commencer la journée par un réveil<br />

musculaire dans la salle de fitness. Un spa, avec<br />

sauna et hammam, donne juste à côté. Pour<br />

les groupes ou professionnels, trois salles de<br />

réunion et de conférences entièrement équipées<br />

en son et projection sont disponibles. Nul besoin<br />

de souligner qu’avec une chambre en front de<br />

mer, on est aux premières loges pour admirer les<br />

levers et couchers de soleil sur la plage. Le rêve !<br />

Avenida 25 de Abril. Tél. : 351 212 289 000.<br />

www.sesimbra.sanahotels.com<br />

84 DESTINATIONPORTUGAL


Le Porto et le Braga<br />

de Souto de Moura<br />

DES LIGNES, ENCORE DES LIGNES<br />

© DR<br />

ARCHITECTE À LA CARRURE INTERNATIONALE, VAINQUEUR DE<br />

NOMBREUX CONCOURS, SOUTO DE MOURA EST UN HOMME ROND ET<br />

JOVIAL, OBSÉDÉ PAR LES LIGNES VERTICALES ET HORIZONTALES,<br />

AVEC LESQUELLES IL CRÉE UN MONDE OÙ LE « PLUS » EST TOUJOURS<br />

DE TROP. PARTISAN D’UN ÉQUILIBRE STRICT DES FORMES, IL CONÇOIT<br />

DES CONSTRUCTIONS OÙ LA FONCTION ET LES DÉPLACEMENTS<br />

DEVIENNENT COMME UNE ÉVIDENCE AUX YEUX DE CEUX QUI LES<br />

OCCUPENT, QUI LES HABITENT.<br />

TEXTES ET PHOTOS PATRICK BOSSIN<br />

86 DESTINATIONPORTUGAL


Talents<br />

Architecture<br />

DESTINATIONPORTUGAL 87


SOUTO DE MOURA<br />

Matosinhos Sud<br />

Une promenade, d’ordinaire, c’est quoi ?<br />

Disons quatre mètres de large, dont trois<br />

pour les piétons et le reste pour les vélos.<br />

Avec Souto de Moura, on va jusqu’à 20<br />

mètres, entrant presque en concurrence<br />

avec la plage. SDM aime l’espace, et en use.<br />

Cette horizontalité généreuse pousse au<br />

calme, face aux rouleaux tumultueux de<br />

l’Atlantique. La municipalité voulait planter<br />

des arbres, il a refusé, pour ne pas casser<br />

cette vaste esplanade ouverte à tous. h<br />

Centre portugais de<br />

photographie, Porto<br />

Qu’est-ce qui, plus qu’une ancienne prison,<br />

bâtiment austère et d’une simplicité<br />

découlant de sa fonction, pouvait le mieux<br />

inspirer Souto de Moura ? L’architecte<br />

s’est discrètement glissé à l’intérieur<br />

et, par quelques lignes, a rhabillé les<br />

volumes, recréé des fonctionnalités,<br />

le tout a minima. Avec son talent et sa<br />

perception fine, il a transfiguré le lieu, tout<br />

simplement.h<br />

Centre culturel SILO,<br />

centre commercial NorteShopping,<br />

Matosinhos<br />

Dans la suite hétéroclite des vitrines<br />

du centre commercial s’ouvre une<br />

faille. Une surprise. Un couloir long<br />

et abstrait qui s’enfonce on ne sait<br />

où. Si l’on s’y aventure, on parvient au<br />

pied d’un immense cône tapissé de<br />

briques. Un puit de lumière sert de<br />

couverture pour baigner une exposition<br />

photographique. L’une des rares<br />

réalisations où Souto de Moura utilise<br />

aussi efficacement les lignes courbes. h<br />

88 DESTINATIONPORTUGAL


Talents<br />

Architecture<br />

Villa Bom Jesus, Braga<br />

Comme dans Mulholland Drive, la route monte doucement<br />

jusqu’en haut de la colline. Lentement, au milieu d’un mur en<br />

appareillage de grosses pierres, deux vantaux s’écartent. En<br />

suivant le chemin privé, on découvre une autre réalisation<br />

typique de Souto de Moura. Des lignes, toujours des lignes,<br />

horizontales et verticales. Cette villa est lumineuse dans sa<br />

conception : rien de trop, ce serait superflu. Bref, un lieu pur et<br />

simple, pour se sentir privilégié, en paix.. h<br />

Santa Maria de Bouro State Inn, Amares<br />

Au cœur d’une région très religieuse, les moines ont délaissé leur monastère, rapidement transformé<br />

en hôtel de grand luxe. Tout l’art de Souto de Moura, dans sa simplicité, sa rigueur, s’exprime ici.<br />

Rien n’est bouleversé, tout est mis en valeur, dans une optique quasiment cistercienne. L’austérité<br />

monacale a été discrètement gommée, à seul dessein de souligner le luxe, le calme et la volupté.h<br />

DESTINATIONPORTUGAL 89


SOUTO DE MOURA<br />

Burgo Building, Porto<br />

Dans une zone calme de la ville se dresse une énorme tour,<br />

comme un avant-goût d’un futur et hypothétique Manhattan.<br />

Là s’exprime toute la vision de Souto de Moura, en combinaison<br />

de lignes verticales et horizontales. Dans un pur équilibre<br />

itératif, l’édifice s’impose. Le hall, vaste, rend modeste par<br />

ses dimensions et le dallage ultra brillant inviterait presque à<br />

marcher sur la pointe des pieds. h<br />

Maison des Arts, Porto<br />

L’un des premiers concours gagné par Souto<br />

de Moura. Déjà, on pressent un style basé<br />

sur une perception orthogonale de l’espace.<br />

Ce dernier est conservé, vaste, presque vide,<br />

car l’essentiel doit être préservé, à savoir la<br />

fonctionnalité d’un lieu simplement créé pour<br />

accueillir les œuvres des autres.h<br />

90 DESTINATIONPORTUGAL


Talents<br />

Architecture<br />

Stade municipal, Braga<br />

Le stade est l’exercice de style typique pour un<br />

architecte. Souto de Moura n’a pas échappé à<br />

cette contrainte. La difficulté est énorme. Les<br />

circulations, les entrées, les sorties, le parking<br />

et la sécurité, tout doit être le moins prégnant<br />

possible. Alors on s’ingénie à tout faire entrer<br />

dans les entrailles du bâtiment. Malgré toutes ces<br />

contraintes, le stade est d’une incroyable légèreté.<br />

En tout endroit, la vue sur la pelouse est préservée.<br />

Les deux tribunes en vis-à-vis sont solidifiées par<br />

une série de câbles qui les relient. Un exploit. h<br />

Appartement, Porto<br />

Simplissime, comme une villa en centre-ville, et du Souto<br />

de Moura pur jus. Les lignes sont là, n’ajoutant rien à la vue<br />

magnifique sur l’océan. Tout en aisance, le quotidien peut<br />

s’organiser dans un univers où toute agressivité est gommée et<br />

où règne seul le plaisir de vivre.h<br />

DESTINATIONPORTUGAL 91


SOUTO DE MOURA<br />

Talents<br />

Architecture<br />

Stations de métro,<br />

Porto<br />

D’ordinaire on identifie l’œuvre d’un<br />

architecte par son travail dans le monde<br />

d’en haut. L’esprit de Souto de Moura<br />

se manifeste aussi dans le monde<br />

d’en bas, dans cet univers troglodyte<br />

où sa passion des lignes orthogonales<br />

s’exprime entièrement. Tout est clair,<br />

les circulations sont évidentes, pas<br />

de surcharge pariétale, le but est<br />

simplement d’entrer, prendre son train<br />

et sortir. Les volumes sont clairs et l’on<br />

se sent à l’aise, pas oppressé. Quand<br />

SDM a de l’espace, il le prend et quand il<br />

en manque, il le crée. h<br />

92 DESTINATIONPORTUGAL


Témoignages • Immobilier • Fiscalité • Agenda<br />

vivre<br />

au<br />

<strong>Portugal</strong><br />

LE NOUVEL ELDORADO<br />

LECAHIER PRATIQUE<br />

© Sutterstock<br />

© Marc Nevoux<br />

DESTINATIONPORTUGAL 95


LECAHIER PRATIQUE<br />

Français de Lisbonne<br />

ILS ONT CHOISI DE S’INSTALLER ET DE VIVRE AU PORTUGAL. ILS NOUS<br />

EXPLIQUENT POURQUOI…<br />

Elsa Salmon<br />

Ciel bleu sur Lisbonne<br />

Émilie Chosse<br />

Une bretonne à Lisbonne<br />

vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Ils ont choisi le <strong>Portugal</strong><br />

Si Facebook est virtuel, ses effets sont parfois<br />

bien réels. Employée chez le géant du Web et<br />

des réseaux sociaux, Elsa Salamon a atterri<br />

au <strong>Portugal</strong> en 2015. Séduite par le pays,<br />

elle a choisi de tenter une nouvelle aventure<br />

professionnelle avec son plus fidèle ami,<br />

Rodrigue, un Franco-Portugais. Tous deux<br />

viennent de créer Bluepill Consulting, une<br />

agence-conseil spécialisée dans la publicité<br />

Facebook et Instagram.<br />

Française de souche, Émilie Chosse a d’abord<br />

quitté sa Bretagne natale pour rejoindre son<br />

mari en Suisse. Rapidement, le couple décide de<br />

migrer vers l’Allemagne, avant de se poser au<br />

<strong>Portugal</strong>, comme une évidence.<br />

La douceur de vivre qu’Emilie et son mari<br />

ont découverte au <strong>Portugal</strong> leur parle. Cette<br />

tranquillité d’esprit, facilité par une notion du<br />

temps approximative et par une rigueur parfois<br />

aléatoire, les a séduit, de même que la bienveillance<br />

entre les personnes, cette capacité à se contenter<br />

de peu. Même si travailler au <strong>Portugal</strong> implique<br />

une nouvelle façon de penser et de considérer les<br />

relations professionnelles, même si la rigueur dont<br />

ils s’étaient imprégnés en Allemagne s’est totalement<br />

envolée, ils apprécient le changement, parce qu’ils<br />

l’ont accepté et en profitent à leur tour. Alors qu’ils<br />

avaient l’opportunité de s’envoler pour Miami, c’est<br />

donc dans la capitale portugaise qu’ils ont choisi de<br />

vivre. Lisboètes depuis août 2016, ils ont créé Casa<br />

Eclea Lisbon Lda, une entreprise spécialisée dans la<br />

location et la gestion immobilière (réservation, check<br />

in et check out, maintenance…) et la rénovation de<br />

biens. En parallèle, lui est designer en voiture de<br />

course, type 24 Heures du Mans. Les enfants, eux,<br />

vont au Lycée français. Entre sa vie de maman et son<br />

travail de chef d’entreprise, Émilie a une vie bien<br />

remplie. Mais l’activité tourne très bien, et les projets<br />

sont nombreux.h<br />

Royale Lisboa<br />

Blanc de blanc<br />

Comme quoi, il n’y a pas que l’immobilier<br />

et la restauration qui poussent les Français<br />

à s’installer au <strong>Portugal</strong>. Très vite, notre<br />

jeune Française s’est familiarisée avec la langue,<br />

un atout indispensable pour se développer<br />

localement. Les principaux clients de son<br />

agence sont Français ou Anglais, mais Elsa et<br />

Rodrigue espèrent rapidement attirer des clients<br />

Portugais et s’ouvrir sur le marché européen.<br />

En attendant, Elsa regorge d’idées et de vitalité.<br />

Formée à l’école de Facebook, son niveau de<br />

connaissance en termes de stratégie et de<br />

gestion de publicité est optimal. h<br />

Des murs blancs, un plafond<br />

de la même couleur, ornée<br />

d’une sublime rosace, des<br />

voûtes et des moulures<br />

style art déco, une dizaine<br />

de fauteuils immaculés,<br />

fixés sur un plancher lasuré.<br />

Des mains qui sortent<br />

des murs, tenant l’une<br />

un peigne ou une brosse,<br />

l’autre une paire de ciseaux<br />

ou un pulvérisateur d’eau.<br />

Bienvenue à Royale.<br />

Ce salon de coiffure à la française est situé au cœur de Principe Real, juste en face du Jardin botanique et à<br />

deux pas des Concept Stores (lire page 14). Martine et son mari l’ont créé voilà plusieurs années déjà. Ici, le<br />

client est chouchouté en permanence. La clientèle est française bien sûr, mais pas seulement.h<br />

96 DESTINATIONPORTUGAL


Le Lisbonne d’Elliot<br />

UNE JOURNÉE<br />

vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Suivez le guide<br />

4 en actes<br />

Les restaurants que j’affectionne<br />

pratiquent des prix justes, ne<br />

jurent que par une qualité et une<br />

fraîcheur optimales des produits,<br />

et se distinguent par leur équipe, à la fois<br />

sympa, accessible et professionnelle. À ce<br />

titre, <strong>Destination</strong> <strong>Portugal</strong> m’a chargé de vous<br />

confier mes adresses de prédilection, pour<br />

une cuisine familiale, mijotée aux petits<br />

oignons et à l’huile d’olive… h<br />

2<br />

4<br />

DÎNER<br />

z Le classique, avec Toma Lá Dá Cá. Sven, Alsacien<br />

de Selesta, est sur place depuis plusieurs décennies.<br />

Il maîtrise le grill comme les Portugais eux-mêmes. Lui et<br />

sa famille me régalent avec leurs crevettes a guilho, leurs<br />

poissons ouverts en deux a escalada ou encore leur viande<br />

certifiée a maronesa.<br />

z Avec un menu du soir unique (et d’une finesse inégalable),<br />

David, le chef d’Os Gazeteiros, propose de cinq à six plats<br />

pour environ 30 euros. Les textures et les saveurs se mêlent et<br />

me rendent créatif pour un sacré bout de temps. David est un<br />

magicien concentré et minutieux, au talent ébouriffant, gardé<br />

bien au chaud sous son turban…<br />

• Toma Lá Dá Cá, Travessa do Sequeiro 38. Tél. : +351 213 479 243.<br />

• Os Gazeteiros, Rua das Escolas Gerais 114-116.<br />

Tél : +351 218 860 399.<br />

CHAQUE JOUR, ELLIOT PARCOURT INLASSABLEMENT LES RUELLES DE<br />

LISBONNE. ET POUR CE GUIDE INSOLITE, LA BEAUTÉ DE LA VILLE EST<br />

AILLEURS. TOUS LES TROIS MOIS, NOTRE HOMME, QUI CONNAÎT LA CAPITALE<br />

PORTUGAISE COMME SA POCHE, NOUS LIVRE QUELQUES SECRETS BIEN<br />

GARDÉS. TELLES CES BONNES ADRESSES, POUR NE PAS SE TROMPER DE<br />

RESTAURANT. TEXTE ELLIOT - www.monlisbonne.com<br />

1<br />

BRUNCH<br />

Si je commence ma journée en bonne compagnie, je ne<br />

dis jamais non à un brunch chez O Ninho. Stan et Marion ont<br />

la bienveillance d’offrir une qualité irréprochable, avec des<br />

produits portugais succulents, servis à des prix particulièrement<br />

raisonnables. Lors de mes visites guidées, je me prive rarement<br />

d’évoquer l’originalité de leur café Flor da Selva.<br />

• O Ninho, Rua São Cristóvão. Tél. : +351 211 361 664.<br />

PETIT-DÉJEUNER<br />

J’aime commencer ma journée par un petit-déjeuner rapide et proche de<br />

chez moi. J’habite Graça, et ma ligne de départ, c’est la Pasteleria Milorde.<br />

En vitrine, les meringues blanches et roses attirent l’œil. Les passants,<br />

intrigués, observent alors, en filigrane, un patron d’une efficacité inégalée.<br />

Miguel Oliveira impressionne par sa maîtrise. Son rythme et sa force, il les<br />

tirent d’une radio jazz qu’il adore : « Toujours Smooth » a-t-il coutume de<br />

dire dans un français parfait. Miguel, c’est un véritable barista qui vous sert<br />

le café plus vite que son ombre. Aussi généreux qu’il est performant, il<br />

accompagne souvent mon « jus » d’une miniature et de son sourire timide<br />

et bienveillant. À son image, regard baissé et concentré, son antre respire la<br />

gentillesse. Je suis ravi chaque fois que j’y mets les pieds.<br />

• Pastelaria Milorde, Rua da Graça 62. Tél. : +351 214 021 721.<br />

3<br />

DÉJEUNER<br />

Vers les 13 ou 14 heures, il faut reprendre<br />

des forces pour la visite de l’après-midi.<br />

Les jours les plus rudes, je me délecte de<br />

la cuisine franche et sans concession de<br />

Fátima. Quand je passe la porte de verre,<br />

les odeurs et les plats déjà commandés<br />

orientent mes envies. Tous les midis (sauf le<br />

dimanche et au mois d’août), c’est toute la<br />

famille qui se démène pour servir touristes<br />

informés et ouvriers affamés. À 7,50 euros le<br />

menu complet (soupe, plat, boisson, dessert<br />

et café), le rapport qualité-prix est féroce.<br />

• Cantinho Da Fátima, Rua da Graça 111.<br />

Tél. : +351 218 878 772.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 97


LECAHIER PRATIQUE<br />

© Sutterstock<br />

L’ACQUISITION DE PROPRIÉTÉ<br />

AU PORTUGAL<br />

Ces dernières années, le nombre de Français ayant choisi de vivre au <strong>Portugal</strong> a connu une croissance<br />

étonnante : on compte aujourd’hui 16 500 Français enregistrés auprès du Consulat de France au<br />

<strong>Portugal</strong>, ainsi qu’à peu près 30 000 non-inscrits (d’après les données officiels de l’Ambassade de<br />

France), et ces chiffres ne cessent d’augmenter. La majorité d’entre eux s’installe à Lisbonne, dans<br />

l’Algarve et à Porto, mais la recherche d’habitations dans des zones plus rurales devient de plus en plus<br />

fréquente. Il est important que ces nouveaux propriétaires connaissent par avance les particularités du<br />

système d’achat de propriété au <strong>Portugal</strong>, et ses différences avec le système français.<br />

TEXTES : Gonçalo Figueira et João Nunes dos Santos<br />

Gonçalo Figueira<br />

Avocat au<br />

Cabinet EDGE-<br />

International Lawyers<br />

gfigueira@edge-il.com<br />

+351 213191290<br />

Le <strong>Portugal</strong> possède un système de lois codifiées,<br />

le Code civil, qui suit la même tradition que<br />

le code civil français, le « Code Napoléon ».Il y<br />

a cependant des caractéristiques spécifiques<br />

à prendre en compte dans chaque régime juridique,<br />

lorsqu’il s’agit de l’achat ou de la location d’un<br />

immeuble. L’une d’elles est la distinction du rôle et du<br />

statut du notaire au <strong>Portugal</strong> et en France.<br />

[ ]<br />

Au <strong>Portugal</strong>, pour tout ce qui concerne les<br />

transactions immobilières, le rôle d’un avocat<br />

est similaire à celui du notaire en France, en<br />

ceci qu’il peut conseiller l’une des parties dans<br />

le contrat d’achat et de vente.<br />

Quand cette démarche fait l’accord des deux parties<br />

associées au processus, il peut authentifier lui-même<br />

le contrat d’achat et de vente ou le contrat de location,<br />

ou demander cette authentification à un collègue<br />

de son cabinet. Le notaire, lui, est un officier public<br />

indépendant, qui s’occupe de la supervision du<br />

transfert de la propriété.<br />

La fiscalité<br />

Le versement de dépôts bancaires pour le contrat<br />

préliminaire, ainsi que pour toutes les dépenses<br />

nécessaires à l’achat, tels les frais juridiques et les<br />

honoraires, les impôts d’achat (notamment l’Impôt de<br />

timbre et l’IMT), ainsi que le prix final, peut être effectué et<br />

contrôlés par le biais d’un compte bancaire placé sous la<br />

supervision d’un cabinet d’avocats. Le Barreau des Avocats<br />

portugais établit toutes les règles de fonctionnement et de<br />

contrôle de ces comptes bancaires.<br />

98 DESTINATIONPORTUGAL


vivre au <strong>Portugal</strong><br />

L’acquisition de propriété<br />

Les documents<br />

© Sutterstock<br />

Il existe trois documents essentiels qui devront toujours être<br />

prêts à être présentés :<br />

- Le contrat d’achat et de vente (Escritura ou Contrato de<br />

Compra e Venda)<br />

- Le certificat de registre foncier (Certidão de Registo<br />

Predial)<br />

- Le certificat fiscal de l’immeuble (Caderneta Predial).<br />

Les impôts d’acquisition au <strong>Portugal</strong> sont l’Impôt municipal<br />

de transmission (IMT) et l’Impôt de timbre (calculé à 0,8 %<br />

du prix d’achat). Il existe également Impôt municipal sur<br />

l’immeuble (IMI) qui est payé chaque année et est calculé selon<br />

un pourcentage de la valeur patrimoniale de l’immeuble (ce<br />

pourcentage varie selon sa localisation).<br />

L’IMT se calcule selon qu’il agisse de l’acquisition d’une habitation<br />

principale ou d’une habitation secondaire. Comme exemple, voici<br />

une copie d’un tableau de calcul d’IMT pour l’achat d’une habitation<br />

secondaire.<br />

Prix Taux Déduction<br />

Jusqu’à 92 407 € 1 % 0,00<br />

De 92 407 € à 126 403 € 5 % 924,07<br />

De 126 403 € à 172 348 € 5 % 4.716,16<br />

De 172 348 € à 287,213 € 7 % 8.163,12<br />

De 287,213 € à 550,836 € 8 % 11.035,25<br />

Supérieur à 550,836 € Taux unique de 6 %<br />

La caution<br />

La licence d’utilisation (Licença de Utilização ou Licença de<br />

Habitação) est elle aussi obligatoire pour tous les bâtiments<br />

construits à partir du 7 août 1951. Pour les immeubles<br />

ayant une licence datée après le 30 mars 2004, il est aussi<br />

obligatoire d’avoir la fiche technique de l’immeuble (Ficha<br />

Técnica de Habitação) qui comprend toutes les informations<br />

techniques de l’immeuble, notamment les constructeurs,<br />

les matériaux utilisés dans la construction, les projets, etc.<br />

Cependant, des changements à venir dans la législation<br />

portugaise font que cette fiche technique ne sera plus<br />

nécessaire dans les transmissions d’immeubles. Le Certificat<br />

énergétique (Certificado energético), qui certifie et classifie<br />

l’efficacité énergétique de l’immeuble, est lui aussi nécessaire.<br />

Tous ces documents s’obtiennent facilement au <strong>Portugal</strong>,<br />

car le système d’enregistrement foncier est l’un des plus<br />

développés d’Europe. Il offre la possibilité de consulter sur<br />

Internet tous les détails de l’immeuble, telle l’identification des<br />

propriétaires, l’existence d’hypothèques ou d’autres charges<br />

sur l’immeuble, ainsi que sa description physique. Le certificat<br />

fiscal de l’immeuble est lui aussi disponible en ligne pour les<br />

avocats.<br />

Après la signature du contrat final, les demandes<br />

d’enregistrement foncier au nom du nouveau propriétaire<br />

sont effectuées par le notaire ou l’avocat<br />

© Sutterstock<br />

En cas de signature d’un contrat préliminaire (Contrato Promessa<br />

de Compra e Venda) avant le contrat final d’achat, la caution est<br />

normalement délivrée au vendeur (pas retenue par le notaire). La<br />

loi portugaise (article 830º du Code Civil portugais) spécifique que :<br />

- Si le contrat final n’a pas lieu en raison d’une faute de la part<br />

du vendeur, celui-ci devra verser le double de la caution à<br />

l’acheteur<br />

- Si la faute revient à l’acheteur, le vendeur aura le droit de<br />

garder la caution versée à l’avance. h<br />

En conclusion<br />

En conclusion, pour s’assurer qu’il possède tout l’appui juridique<br />

nécessaire dans le processus, tout nouvel acheteur devrait engager<br />

les services d’un avocat spécialisé et ayant de l’expérience en Droit<br />

d’immobilier. Il pourra préparer un rapport sur les documents<br />

juridiques de l’immeuble (qui consistera dans une révision des<br />

documents fiscaux, du registre terrier de l’immeuble, et d’autres<br />

documents essentiels, tel le certificat énergétique) et les licences qui<br />

accompagnent la propriété, et revoir et/ou traduire les contrats. Cet<br />

accompagnement assure que l’acquisition d’immeubles au <strong>Portugal</strong><br />

se passe de façon convenable et sure.<br />

• Cabinet EDGE – International Lawyers<br />

Praça Duque de Saldanha nº1, 7ème étage, Lisbonne.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 99


LECAHIER PRATIQUE<br />

[ Focus Lancement ]<br />

Albufeira Design Villas<br />

en Algarve<br />

Maisons de 3 chambres<br />

avec piscines<br />

et jardins privés<br />

Dans une zone résidentielle et<br />

au calme, une nouvelle phase<br />

de commercialisation des<br />

maisons en résidence privée<br />

ALBUFEIRA DESIGN VILLAS<br />

démarre.<br />

Albufeira : une ville de bord de mer<br />

en Algarve vivante toute l’année<br />

Ses magnifiques falaises dorées et son incroyable variété<br />

de plages ensoleillées ont transformé la ville de pêcheur<br />

d’Albufeira en un lieu convoité et habité toute<br />

l’année. L’enchantement est explicable : véritables<br />

cartes postales de l’Algarve, ses bords de mer sont<br />

saisissants de contrastes avec le bleu de l’Océan, l’or du<br />

sable et les ocres des falaises. A cette palette de couleur<br />

s’ajoute également celle d’un nombre impressionnant<br />

de drapeaux bleus – gage de qualité européen de ses<br />

plages et de ses eaux.<br />

Le centre historique possède lui aussi une atmosphère<br />

particulière avec ses maisons peintes à la chaux et ses<br />

pourtours de fenêtres bordées de couleurs vives, ses<br />

ruelles tortueuses remplies de petits restaurants et<br />

troquets où l’on déguste du bon poisson frais.<br />

Mais Albufeira est également réputée pour sa vie<br />

animée : une marina, de nombreux golfs, des bars et<br />

restaurants à foison et de nombreux commerces qui<br />

100 DESTINATIONPORTUGAL


vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Immobilier<br />

restent ouvert lorsqu’arrive la basse saison. En effet, la ville<br />

est le lieu de résidence de nombreux habitants de l’Algarve<br />

qui y trouvent également toutes les infrastructures<br />

de santé, de transport, d’éducation et de commerces<br />

nécessaires ce qui la distingue de certaines autres villes de<br />

l’Algarve ne vivant qu’au rythme de la saison touristique.<br />

La centralité de la ville dans l’Algarve permet aussi de<br />

rejoindre facilement l’Est et l’Ouest de la Région, l’aéroport<br />

International de Faro (à 30 minutes en voiture) et Lisbonne<br />

en, seulement, 2h20.<br />

Un programme de<br />

maisons en résidence privée<br />

disposant chacune<br />

de sa piscine<br />

et jardin individuels<br />

Contemporaines, extrêmement fonctionnelles<br />

et lumineuses…<br />

Les maisons du programme<br />

ALBUFEIRA DESIGN VILLAS sont<br />

situées dans un quartier calme de<br />

la ville, proche de l’animation et bien<br />

desservi par les transports publics.<br />

Ces maisons aux traits épurés allient murs blancs,<br />

pierres et larges baies vitrées. Elles donnent la part belle<br />

aux espaces extérieurs grâce à leurs larges ouvertures<br />

et aux nombreux terrasses et balcons aménagés autour<br />

des pièces.<br />

DESTINATIONPORTUGAL 101


vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Immobilier<br />

CES MAISONS SONT CONÇUES POUR VIVRE<br />

CONFORTABLEMENT TOUTE L’ANNÉE AVEC DES<br />

ÉQUIPEMENTS TRÈS COMPLETS ET DE QUALITÉ<br />

Avec une orientation solaire idéale, la pièce à vivre avec<br />

double hauteur sous plafond et cuisine ouverte intégrée<br />

entièrement équipée s’ouvre par une large baie vitrée sur<br />

la terrasse, la piscine et le jardin. Cette terrasse véritable<br />

prolongement de la belle pièce principale possède un<br />

barbecue astucieusement dissimulé et invite à la flânerie et<br />

aux soirées entre amis si nombreuses en Algarve.<br />

Le ré-de jardin dispose également d’une chambre et d’une<br />

salle de bain avec accessibilité pour personne à mobilité<br />

réduite. Á l’étage deux suites parentales agrémentées<br />

de nombreux placards intégrés, avec salle de bain privée<br />

possèdent en outre un balcon et une terrasse privative<br />

avec pré-installation de Jacuzzi.<br />

En sous-sol vous disposez d’un garage privé et espace de<br />

rangement, avec accès direct aux maisons.<br />

Ces maisons sont conçues pour vivre confortablement<br />

toute l’année avec des équipements très complets et de<br />

qualité: air conditionné réversible (chaud/froid) doubles<br />

vitrages avec pont thermique, panneaux solaires et classe<br />

énergétique A), cuisine intégrée équipée d’électroménagers<br />

Bosch A+++, armoires, parquet flottant. h<br />

Possibilité de choisir ses finitions sans coût additionnel<br />

Les travaux ont commencé et leur conclusion est<br />

prévue pour Avril 2018. Jusqu’à un certain stade de la<br />

construction, les propriétaires peuvent choisir leurs<br />

finitions intérieures dans une gamme présélectionnée<br />

sans coût additionnel.<br />

Amies de l’environnement<br />

Performance énergétique de classe A; isolation<br />

dernière génération; utilisation d’énergie solaire : tout<br />

a été pensé pour que l’impact environnemental soit<br />

réduit.<br />

> Maison de 150 m 2 à partir de 408.000 euros.<br />

Plus d’informations : www.maison-au-portugal.com/ADV.aspx<br />

Contact : (+33) 01 46 07 00 24 ou (+351) 21 325 41 18 – contact@maison-au-portugal.com<br />

102 DESTINATIONPORTUGAL


LECAHIER PRATIQUE<br />

ENTRE<br />

MAR E MAR<br />

Le <strong>Portugal</strong><br />

par nature<br />

Situé sur une longue bande de terre, à deux<br />

pas du cap d’Espichel, bordé par la mer au nord<br />

comme au sud, la maison d’hôtes Entre Mar E Mar<br />

(labellisé « Tourisme Rural ») se veut un lieu plein<br />

d’affinité avec une nature souveraine. Un parc de<br />

30 000 m 2 , doté d’une piscine et abritant plusieurs<br />

lacs, offre une dimension supérieure à ce cocon<br />

niché entre vents, vagues et sable.<br />

104 DESTINATIONPORTUGAL


vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Maison d’hôtes<br />

DESTINATIONPORTUGAL 105


LECAHIER PRATIQUE<br />

DANS CETTE BÂTISSE<br />

À L’ARCHITECTURE<br />

HYPER DESIGN, ON<br />

PROFESSE UNE<br />

PHILOSOPHIE CENT<br />

POUR CENT NATURE.<br />

vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Dans un cadre isolé et sauvage à souhait, la<br />

maison d’hôtes Entre Mar E Mar offre une vue<br />

imprenable sur la mer, à 900 mètres à peine de<br />

la Praia da Foz, à quelques minutes seulement<br />

du centre de Aldeia do Meco et de la plus grande plage<br />

naturiste du <strong>Portugal</strong>. Dans cette bâtisse à l’architecture<br />

hyper design, on professe une philosophie cent pour<br />

cent nature, comme en témoigne le petit-déjeuner,<br />

préparé entre autres avec des œufs de poules (ou de<br />

caille) maison et du jour. Le soir, dans des chambres haut<br />

de gamme, on s’endort bercé par le coassement des<br />

grenouilles, et avec un peu de chance, on peut même<br />

apercevoir des lapins gambader sur la pelouse… Le<br />

parc, justement, se prête aux pratiques de bien-être, à<br />

l’harmonisation du corps et de l’esprit : méditation, yoga,<br />

tai-chi, chi kung ou reiki sont enseignés par un maître. Un<br />

intervenant extérieur propose également des massages<br />

ou des séances de coaching personnel (sur rendez-vous).<br />

Côté pratiques vertueuses, Entre Mar E Mar respecte<br />

l’environnement et use de méthodes raisonnées pour<br />

sa consommation d’eau et d’électricité, dans un rapport<br />

étroit avec les énergies qui nous entourent… h<br />

Renseignements et réservation :<br />

• Rua das Ferroas, Aldeia do Meco.<br />

Tél. : +351 960 278 064. www.entremaremar.com<br />

Photos réalisé par Carlos Sargedas photographe et vidéaste tout terrain. Paysage, portrait,<br />

gastronomie, déco, sport. Une pointure dans son domaine au <strong>Portugal</strong>.<br />

Av da liberdade, 25 • 2970 - 518 Sesimbra • Tél : 00351 212 23 54 52 •<br />

Mail : carlossargedas @ gmail . com • https://www.facebook.com/carlossargedas<br />

106 DESTINATIONPORTUGAL


Maison d’hôtes


Le portugal est à vo<br />

Que vous résidiez en France ou au <strong>Portugal</strong>,<br />

recevez-le chez vous !<br />

Abonnement en ligne<br />

www.webabo.fr/vasco<br />

Abonnement par téléphone<br />

0534 563 560


tre porte ! BULLETIN<br />

Profitez dès aujourd’hui<br />

de nos offres d’abonnement<br />

Tarif unique France ou <strong>Portugal</strong><br />

OFFRE DÉCOUVERTE<br />

1 an - 4n os<br />

21€<br />

au lieu de 23, 80 €<br />

OFFRE FIDÉLITÉ<br />

Une édition<br />

2 ans - 8 n os<br />

40€<br />

au lieu de 47, 60 €<br />

3, rue Chateaubriand<br />

63400 CHAMALIÈRES<br />

!<br />

<strong>Portugal</strong><br />

destination<br />

À LA DÉCOUVERTE D’UN ART DE VIVRE<br />

D’ABONNEMENT<br />

oui, je m’abonne et je choisis<br />

L’abonnement DECOUVERTE 1 an - 4 n os<br />

Je paie 21€ au lieu de 23€ 80<br />

L’abonnement FIDÉLITÉ 2 ans - 8 n os<br />

Je paie 40€ au lieu de 47€ 60<br />

MES COORDONNÉES<br />

nom.....................................................................................<br />

prénom .............................................................................<br />

adresse............................................................................<br />

..............................................................................................<br />

..............................................................................................<br />

c.p........................ ville....................................................<br />

pays....................................................................................<br />

email...................................................................................<br />

mobile................................................................................<br />

JE RÈGLE MON ABONNEMENT PAR :<br />

chèque à l’ordre de vasco editions<br />

carte bancaire visa mastercard<br />

Date d’expiration<br />

Notez les trois derniers chiffres au<br />

dos de votre carte<br />

date et signature :<br />

Bulletin à renvoyer à<br />

<strong>Destination</strong> <strong>Portugal</strong>-Abonnement<br />

ABOMARQUE CS 63656<br />

31036 TOULOUSE CEDEX - FRANCE<br />

Abonnement en ligne sur www.webabo.fr/vasco<br />

Abonnement par tél. 0534 563 560<br />

/<br />

MAGAZINE<br />

DP N°6<br />

Les informations recueillies sont nécessaires à la gestion de votre commande. Conformément à La loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous écrivant.


LECAHIER PRATIQUE<br />

L’AGENDA<br />

COURSE AÉRIENNE<br />

RED BULL AIR RACE<br />

Les 2 et 3 septembre à Porto<br />

GOLF<br />

PORTUGAL MASTERS<br />

Du 21 au 24 septembre à Vilamoura<br />

L’un des principaux tournois de golf du<br />

circuit mondial a lieu dans l’un des temples<br />

de la petite balle, le Victoria Clube de<br />

Vilamoura. Cet événement international ne<br />

fait que renforcer la place du <strong>Portugal</strong> parmi<br />

les grandes destinations mondiales des<br />

amateurs de golf.<br />

• www.europeantour.com<br />

vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Les incontournables de l’automne<br />

SURF<br />

© Sutterstock<br />

© Sutterstock<br />

Le circuit mondial de la Red Bull Air<br />

Race fait halte à Porto. Cette épreuve<br />

de slalom aérien se disputera audessus<br />

du Douro. Les meilleurs pilotes<br />

de la planète rivaliseront d’audace<br />

en contournant des obstacles ou en<br />

volant au ras du sol.<br />

• airrace.redbull.com<br />

© Sutterstock<br />

MOCHE RIP CURL PRO PORTUGAL<br />

Du 17 au 28 octobre à Peniche et Cascais<br />

Au fil des<br />

années, le<br />

<strong>Portugal</strong> est<br />

devenu l’un des<br />

spots de surf les<br />

plus courus de<br />

la planète. Le<br />

Moche Rip Curl<br />

Pro, épreuve<br />

intégrée<br />

dans le World<br />

Surf League<br />

Tour, se dispute en deux endroits, Peniche et Cascais. Octobre, c’est la période<br />

des grandes vagues au <strong>Portugal</strong> et le spectacle est garanti, surtout sur le site<br />

de Supertubos, à Peniche, qui comme son nom l’indique est célèbre pour ses<br />

grandes vagues tubulaires.<br />

• www.worldsurfleague.com<br />

TERROIR<br />

FESTIVAL NATIONAL DE GASTRONOMIE<br />

Du 19 octobre au 26 octobre à Santarém<br />

Un événement dédié à la gastronomie portugaise, une semaine de festivité, avec notamment des démonstrations<br />

de cuisine, mais aussi des recettes et des produits du terroir mis à l’honneur : herbes aromatiques, épices, fromages,<br />

poissons, pâtisseries…<br />

• www.festivalnacionaldegastronomia.pt<br />

110 DESTINATIONPORTUGAL


!<br />

VOUS AVEZ MANQUÉ UN NUMÉRO ? IL N’EST JAMAIS TROP TARD<br />

Commandez les numéros que vous avez manqués<br />

BON DE COMMANDE ANCIENS NUMÉROS<br />

À retourner accompagné de votre réglement à Vasco Editions, 3, rue Chateaubriand 63400 Chamalières<br />

Je commande les numéros<br />

o n°1 o n° 2 o n° 3 o n° 4 o n° 5<br />

au prix unitaire de 5,95 €<br />

SOIT UN TOTAL DE :<br />

……… n° (s) x 5,95€ = ……….……€<br />

Je règle par chèque<br />

à l’ordre de Vasco Editions<br />

Mes coordonnées<br />

Nom..................................................................................................... Prénom......................................................<br />

Adresse .......................................................................................................................................................................<br />

..........................................................................................................................................................................................<br />

Code postal ..............................................Ville .....................................................................................................<br />

Courriel .............................................................................................@.......................................................................<br />

Les informations recueillies sont nécessaires à la gestion de votre commande. Conformément à La loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en<br />

2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous écrivant.


LECAHIER PRATIQUE<br />

L’AGENDA<br />

VOILE<br />

VOLVO OCEAN RACE 2017-2018<br />

Du 31 octobre au 5 novembre à Lisbonne<br />

vivre au <strong>Portugal</strong><br />

Les incontournables de l’automne<br />

CINÉMA<br />

Doclisboa 2017<br />

Du 19 octobre au 29 novembre à Lisbonne<br />

Lisbonne a été choisie comme ville étape de la régate Volvo Ocean Race,<br />

qui fait partie des épreuves majeures dans le genre. La Volvo Ocean Race,<br />

qui partira d’Alicante le 11 octobre et se terminera le 30 juin à La Haye, fera<br />

halte dans la baie de Lisbonne du 31 octobre au 5 novembre. Un spectacle<br />

magique en perspective.<br />

• www.volvooceanrace.com<br />

Tout ce qui compte dans le film documentaire se<br />

donne rendez-vous une fois par an à Lisbonne.<br />

Le cinéma se présente ici comme une pratique permettant<br />

de trouver de nouveaux modes de pensée<br />

et d’action, entre artistique et politique. Des<br />

cinéastes du monde entier viennent confronter<br />

leur expérience et leurs visions. Un événement qui<br />

court sur plus d’un mois, dans différents lieux de<br />

Lisbonne, cinémas et autres espaces culturels.<br />

• www.doclisboa.org<br />

BANDE DESSINÉE<br />

AMADORA BD<br />

Jusqu’au 6 novembre à Amadora<br />

À Amadora, dans la banlieue de Lisbonne, ce<br />

festival propose des expositions disséminées<br />

dans différents quartiers de la ville, des<br />

projections de cinéma d’animation, une foire<br />

aux livres et de nombreuses autres animations,<br />

toutes autour de la bande dessinée.<br />

• www.amadorabd.com<br />

TRAIL<br />

ALUT - ALGARVIANA ULTRA TRAIL<br />

Du 30 novembre au 3 décembre en Algarve<br />

D’une durée<br />

de 72 heures,<br />

l’ALUT est<br />

une des<br />

plus longues<br />

courses nature<br />

du <strong>Portugal</strong>. Le<br />

départ se fait à Alcoutim, l’arrivé près du Cabo de Sao Vincente. Le<br />

parcours traverse les massifs des Serras do Caldeiro, d’Espinhaco,<br />

de Cao et de Monchique, pour une dénivelée totale de 12 700<br />

mètres ! Amateurs, s’abstenir…<br />

• alut.pt<br />

112 DESTINATIONPORTUGAL


Mon <strong>Portugal</strong><br />

à moi<br />

Rencontre<br />

RUBEN ALVES<br />

« Le <strong>Portugal</strong> est un véritable<br />

théâtre à ciel ouvert »<br />

© DR<br />

L’acteur et réalisateur franco-portugais Ruben Alves raconte son <strong>Portugal</strong> à lui, celui qu’il a découvert<br />

progressivement et qu’il aime d’un amour croissant. Avec son film à succès, La Cage dorée, sorti en 2013, ce<br />

cinéaste de 37 ans rend hommage à toute une génération d’immigrés portugais et à leur riche patrimoine<br />

culturel. Très affable au moment de présenter ce pays désormais très en vogue, il témoigne avec passion de<br />

l’évolution de la mentalité de Portugais de plus en plus décomplexés.<br />

PROPOS RECUEILLIS PAR VIVIEN COUZELAS<br />

Qu’évoque le <strong>Portugal</strong> pour le<br />

Franco-portugais que vous êtes ?<br />

Je suis né à Paris, mais le <strong>Portugal</strong><br />

m’évoque beaucoup de choses. Nous<br />

sommes une famille nombreuse, avec<br />

des oncles, des tantes et des cousins,<br />

et nous passions chaque année les<br />

deux mois d’été au <strong>Portugal</strong> avec ma<br />

grand-mère, qui s’occupait de nous.<br />

Je trouvais là-bas ce que je n’avais pas<br />

à Paris. Être au <strong>Portugal</strong>, c’était un<br />

sentiment d’autant plus agréable qu’il<br />

était associé aux vacances, à la chaleur,<br />

à la plage… Sur le plan sensoriel, ce<br />

pays m’évoque l’odeur des eucalyptus,<br />

de la sardine qui grille et des pins<br />

près de la plage. À l’adolescence, j’ai<br />

ressenti un déclic lorsque j’ai visité seul<br />

la ville de Lisbonne. J’ai eu un véritable<br />

coup de foudre ! Et c’est à partir de<br />

cette découverte que j’ai commencé à<br />

m’imprégner de la culture portugaise<br />

Le pays est en train de se rouvrir au<br />

monde, avec une nouvelle génération<br />

de Portugais qui dit : « Stop ! Nous<br />

ne voulons plus être silencieux ! »<br />

dans sa globalité, en comprenant<br />

progressivement, au fil des voyages,<br />

la façon de vivre des Portugais. À<br />

travers la musique, la découverte du<br />

fado, de la voix d’Amália Rodrigues<br />

et de ses textes… Les poètes et les<br />

écrivains portugais m’ont également<br />

permis de comprendre la réalité de<br />

ce pays. Je parlais déjà portugais, mais<br />

j’ai découvert à travers eux une autre<br />

facette du <strong>Portugal</strong>. Depuis cette<br />

période, j’en apprends toujours plus.<br />

Chaque voyage un peu plus. Souvent,<br />

je m’assois en terrasse, j’observe les<br />

gens et je me régale… Le <strong>Portugal</strong> est<br />

un véritable théâtre à ciel ouvert, avec<br />

des gens généreux et authentiques.<br />

Vous indiquiez que la ville de<br />

Lisbonne était pleine de lumière,<br />

une véritable aubaine lorsque<br />

l’on est réalisateur, non ?<br />

Lisbonne a quelque chose d’incroyable.<br />

Cette ville est tapissée de murs faits de<br />

carreaux de faïence, avec des sols en<br />

pierre de marbre et des petits carreaux<br />

clairs qui reflètent magnifiquement<br />

le soleil. Cette lumière se reflète<br />

partout, que vous soyez dans les<br />

miradors ou dans les petites ruelles de<br />

la ville. De mon point de vue d’artiste,<br />

mais aussi pour d’autres cinéastes<br />

ou photographes, c’est une ville très<br />

spéciale. Mais il n’y a pas que Lisbonne<br />

qui vaille le détour. Je découvre<br />

progressivement un pays qui regorge<br />

d’autres lieux incroyables pour ceux qui<br />

font des métiers qui touchent à l’image.<br />

Avec mon film, La Cage dorée, j’ai par<br />

exemple découvert le nord du <strong>Portugal</strong>.<br />

Je me débrouille professionnellement<br />

pour mettre les gens en situation<br />

de découvrir de nouveaux aspects<br />

de ce pays. Avant de faire mon film,<br />

quand j’imaginais la scène finale, je<br />

me disais que le Douro était un lieu<br />

extraordinaire, où il serait judicieux<br />

d’aller filmer. Du coup, j’y suis allé en<br />

repérage avec mon équipe, car je ne<br />

connaissais pas. C’était incroyable ! Le<br />

choix s’est fait ainsi. Je suis en train de<br />

penser aux lieux de mon deuxième film<br />

et je réfléchis à des endroits originaux<br />

pour mettre en avant le <strong>Portugal</strong>. Je<br />

voyage dans tout le pays grâce mes<br />

projets professionnels. C’est génial !<br />

…<br />

DESTINATIONPORTUGAL 113


Mon <strong>Portugal</strong><br />

à moi<br />

La première démarche de mon<br />

film était de rendre hommage à<br />

toute cette génération d’immigrés<br />

portugais qui a travaillé dur, quitte<br />

à avaler quelques couleuvres.<br />

…<br />

Comment analysez-vous le fait<br />

que les Portugais soient si fiers<br />

de leur patrimoine culturel ?<br />

Les Portugais, à l’instar d’autres pays<br />

latins ou du nord de l’Afrique, sont très<br />

fiers de leur pays. Ce côté latin fait que<br />

l’on vibre pour sa terre, mais d’autres<br />

choses peuvent l’expliquer. Nous avons<br />

notamment hérité d’un complexe lié à<br />

certaines périodes du passé. Je mets<br />

ce complexe en corrélation avec les 40<br />

ans de dictature salazariste. C’était alors<br />

un pays où il ne fallait pas faire de bruit.<br />

Les Portugais étaient habitués à faire<br />

constamment attention à ce qu’il fallait<br />

dire ou pas. Dans mon film, j’ai essayé de<br />

retranscrire ce côté : « On ne veut pas faire<br />

de bruit, on ne veut pas gêner, chut ! ». Ce<br />

sentiment était dans l’ADN des gens qui<br />

ont vécu et/ou grandi sous la dictature. Je<br />

pense qu’il se transmet inconsciemment<br />

de génération en génération et déteint<br />

sur la mentalité générale. Les Portugais<br />

ont en eux un sentiment patriotique<br />

très fort, qu’ils n’ont pas toujours eu<br />

l’occasion d’exprimer. Aujourd’hui, je<br />

commence à observer un phénomène<br />

inverse. Le pays est en train de se<br />

rouvrir au monde, avec une nouvelle<br />

génération de Portugais qui dit : « Stop !<br />

Nous ne voulons plus être silencieux ! ».<br />

Ce film est clairement dédié<br />

à vos parents. N’est-ce pas<br />

finalement un moyen de dire à<br />

toute cette génération : « Soyez<br />

fiers d’être Portugais et revendiquez<br />

enfin ce que vous êtes » ?<br />

Exactement ! Lors de la promotion<br />

du film, nous avions l’impression que<br />

les gens découvraient la culture et la<br />

personnalité des Portugais. Auparavant,<br />

ce n’était pas glamour de dire qu’on<br />

était Portugais. Aujourd’hui, ça l’est<br />

complètement. Le <strong>Portugal</strong> est dans l’air<br />

du temps, à la mode touristiquement<br />

parlant. Le personnage de Cristiano<br />

Ronaldo a également mis un vrai coup<br />

de projecteur sur le pays. D’un coup, les<br />

Portugais, ces gens très humbles, très<br />

discrets, ont découvert un personnage<br />

qui incarnait tout l’inverse ! Quoi qu’on<br />

puisse penser de sa manière d’être, ce<br />

personnage, fier de porter le maillot<br />

du <strong>Portugal</strong>, renvoie un message fort à<br />

tout le monde, et plus particulièrement<br />

à ses concitoyens. L’été dernier, le pays<br />

a gagné l’Euro 2016, et c’était beau<br />

de voir des gamins chanter l’hymne<br />

national portugais alors qu’ils sont nés<br />

et ont grandi en France. Ce footballeur<br />

a donné un coup de boost à toute<br />

une génération et l’a décomplexée.<br />

Nous avons une belle culture à faire<br />

découvrir et une riche histoire qui<br />

mérite que l’on s’y penche, avec de<br />

grands poètes et bien plus encore.<br />

Quel aspect du <strong>Portugal</strong> souhaitiezvous<br />

mettre en lumière au moment<br />

de l’écriture du scénario ?<br />

La première démarche de mon film<br />

était de rendre hommage à toute cette<br />

génération d’immigrés portugais qui a<br />

travaillé dur, quitte à avaler quelques<br />

couleuvres. Le film est tourné dans<br />

les beaux quartiers de Paris, mais il<br />

aurait pu se dérouler bien avant, dans<br />

les bidonvilles de Champigny. À cette<br />

période, certains n’avaient ni l’eau ni<br />

l’électricité, et ne se révoltaient pas. Il y<br />

a des images d’archives incroyables, où<br />

l’on voit des Portugais et des Portugaises<br />

travailler dans la boue, habillés de<br />

blanc, sans la moindre tache sur leurs<br />

Rencontre<br />

vêtements. Car c’est aussi très portugais<br />

de travailler dans des endroits austères<br />

et de revenir très propre. Au-delà d’être<br />

curieux, je trouve cela très touchant.<br />

En quoi est-ce typiquement<br />

portugais ?<br />

Quand vous rentrez dans un<br />

appartement ou dans une maison au<br />

<strong>Portugal</strong>, vous pouvez lécher le sol.<br />

Les Portugais sont très à cheval sur<br />

la propreté. Quand je vais la voir, ma<br />

tante me dit : « Mon dieu, je ne savais<br />

pas que tu venais, c’est tout sale ! », alors<br />

que la maison brille de mille feux.<br />

C’est incroyable et ça en dit beaucoup<br />

sur la mentalité des Portugais.<br />

Votre film a eu un très<br />

fort retentissement. Quels<br />

sont vos projets ?<br />

La Cage dorée a été produit en France<br />

avec des acteurs portugais que je<br />

suis allé chercher. Ça a été une petite<br />

bataille avec les producteurs français,<br />

qui ne connaissaient pas forcément<br />

ces acteurs. Joaquim De Almeida, lui,<br />

travaillait aux États-Unis depuis près<br />

de 30 ans, notamment sur la série<br />

24 Heures Chrono. Depuis La Cage<br />

dorée, je suis souvent allé au <strong>Portugal</strong>,<br />

où j’ai créé une boîte de production<br />

avec laquelle j’ai lancé des projets<br />

comme des documentaires, dont un<br />

sur le fado destiné à la télé. Nous avons<br />

produit un second documentaire sur<br />

le peintre Amadeo de Souza Cardozo,<br />

qui a été redécouvert l’année dernière<br />

par le Grand Palais. J’en ai également<br />

un troisième en projet sur un athlète<br />

portugais spécialiste du triple saut.<br />

Je travaille actuellement sur deux<br />

autres films pour le cinéma, dont un<br />

qui se déroulerait au <strong>Portugal</strong> avec<br />

des acteurs portugais. Quand j’y<br />

pense, mon parcours professionnel<br />

reflète finalement bien ma vie :<br />

perpétuellement entre la France et le<br />

<strong>Portugal</strong>. Je n’arrive pas à choisir entre<br />

Paris, ou j’ai mon socle professionnel<br />

bien installé, et Lisbonne, où la<br />

qualité de vie est extraordinaire. Mais<br />

pourquoi choisir, au fond ? h<br />

114 DESTINATIONPORTUGAL

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!