Focus 1er trimestre 2012 - Raiffeisen

raiffeisen

Focus 1er trimestre 2012 - Raiffeisen

Focus 1 er trimestre 2012

Raiffeisen Fonds – Global Invest

«Prochain arrêt, Jungfraujoch», clame la voix dans le haut-parleur – un message erroné qui a suscité

confusion et amusement dans l'Intercity reliant Berne à Zurich. Cette affaire rappelle la nouvelle «Le

tunnel» de Friedrich Dürrenmatt: l'histoire d'un voyageur qui lors d'un trajet habituel en train, réalise

soudain de plus en plus angoissé qu'un tunnel habituellement court devient interminable.

L'investisseur se sent parfois jeté hors du train lorsqu'il est confronté aux fluctuations boursières. Après

s'être effondré l'été dernier, les marchés se sont peu à peu stabilisés et ont même affiché un net

redressement inattendu début 2012. Quelles en sont les raisons? Ce rebond est en partie dû aux

indicateurs économiques américains qui ont largement dépassé les attentes du marché. En outre, le vaste

programme de refinancement de la Banque centrale européenne (long-term refinancing operations, LTRO)

a contribué de manière décisive à limiter le risque systémique au sein de la zone euro. L'assouplissement

de la politique monétaire de certains pays émergents importants a lui aussi eu un impact positif.

Et après? Certes les pays émergents affichent une croissance économique toujours solide et les marchés

d'actions une valorisation toujours favorable, mais les risques restent élevés: il est par exemple peu

probable que l'économie américaine dépasse durablement les prévisions de croissance du marché. La

hausse du prix du pétrole à actuellement 125 dollars le baril, favorisée par la demande croissante et le bras

de fer dans le Golfe persique, suscite des inquiétudes. L'endettement massif de la plupart des pays

industrialisés pèse lourd, les marges bénéficiaires de bon nombre d'entreprises affichent une tendance à la

baisse et les banques d'émission du monde entier ne peuvent pas injecter éternellement des liquidités. Il

ne faut pas pour autant broyer trop de noir. Vous trouverez nos prévisions détaillées à la fin du présent

article.

Actions – augmentation progressive de la quote-part

Fin janvier et début février, nous avons augmenté progressivement la quote-part des titres à dividendes

dans les Global Invest Fonds, car le profil risque-rendement des marchés d'actions s'est nettement

amélioré. Après ces remaniements, la quote-part d'actions est dans une large mesure neutre. Compte tenu

de la hausse des marchés d'actions, mais aussi grâce à la chute continue des taux d'intérêt et à l'évolution

positive des placements immobiliers, le Global Invest Balanced a gagné près de 4% depuis le début de

l'année.

Nous avons notamment augmenté un fonds d'Aberdeen pour renforcer notre engagement dans les pays

émergents. Aux Etats-Unis, nous nous sommes engagés dans le secteur informatique (SanDisk Corp.) et

dans le secteur énergétique, notamment avec le producteur de pétrole Ensco Plc et Cameron International

Corp, fournisseur de l'industrie pétrolière. En Suisse, nous avons augmenté, outre Schweizer Rück, des

sociétés de taille moyenne par leur capitalisation boursière. Malgré leur récent redressement, les titres

1


Focus 1 er trimestre 2012

Raiffeisen Fonds – Global Invest

financiers ne nous apparaissent pas attrayants. Les entreprises financières profitent pour le moment de

l'apport de liquidités de la Banque centrale européenne. Mais les perspectives pour ce secteur sont

incertaines en raison de la baisse de rentabilité et des réglementations qui se multiplient. En revanche, les

banques qui investissent une part très importante de leurs revenus dans les pays émergents devraient

évoluer favorablement. Nous avons réduit les titres défensifs, dont la marche des affaires dépend de

l'évolution conjoncturelle. Nous nous sommes également défaits d'actions de mines d'or telles que

Yamana Gold. Les raisons de cet abandon sont d'une part la récente envolée du titre, et d'autre part

l'apaisement des craintes quant à une possible hausse de l'inflation. Les actions des mines d'or restent

toutefois un placement judicieux, bien que nous mettions désormais moins l'accent sur de tels placements

destinés à amortir les risques. Nous détenons encore dans notre portefeuille un titre de mine d'or, Barrick

Gold.

Obligations – augmentation de l'engagement dans les pays émergents

Début février, nous avons souscrit des fonds obligataires axés sur les pays émergents dans le cadre de la

nouvelle répartition des avoirs sur les catégories de placement. Nous maintenons notre recommandation

de «sous-pondération» pour les obligations, notamment pour les emprunts d'Etat des pays industrialisés,

mais la quote-part d'obligations des pays émergents a été augmentée. La duration des fonds comportant

une quote-part d'obligations – Global Invest Yield, Balanced et Growth – a été plutôt courte depuis le

début de l'année. Nous avons réduit encore pendant la deuxième quinzaine de mars la vulnérabilité du

segment obligataire à une éventuelle hausse des taux en vendant des «futures» en Suisse. Le redressement

continu du marché de l'emploi américain et la réduction des risques structurels en Europe devraient faire

pression sur les marchés obligataires, trop chers par rapport à l'évolution économique actuelle. Au niveau

des titres individuels, nous n'avons procédé à aucun changement significatif dans le segment obligataire.

Placements alternatifs – accent sur les actions immobilières

Nous nous engageons toujours dans des placements alternatifs destinés à réduire le risque d'un

portefeuille «traditionnel» composé d'actions et d'obligations. Ce terme inclut dans notre esprit les

matières premières, les actions immobilières, les fonds immobiliers et les hedge funds. Du point de vue des

Global Invest Fonds, les actions immobilières sont actuellement plus intéressantes que les fonds

immobiliers. Elles ont augmenté de près de 7% depuis le début de l'année. Certes, les fonds immobiliers

ont eux aussi évolué de manière réjouissante, avec une hausse de 4%. Ils n'ont toutefois pas fait aussi bien

que les actions immobilières. Globalement, nous avons une pondération neutre dans le secteur immobilier.

En ce qui concerne les hedge funds, les deux stratégies que nous poursuivons, «Managed Futures» et

«Global Macro», ont profité de l'évolution sur les marchés des actions et des matières premières.

Monnaies – un franc légèrement plus faible

Malgré la crise de la dette dans l'Union européenne, l'euro s'est révélé étonnamment résistant face au

dollar au cours des derniers mois. En ce qui concerne le franc suisse face à la monnaie unique européenne,

la situation initiale est claire: selon la Banque nationale suisse, il n'y a rien à redire au cours minimal de

1.20 francs par euro – et le changement de personnel au sein du directoire de la BNS n'y changera rien.

Certes le deuxième plan de relance pour la Grèce ne suffira pas à résoudre la crise de la dette mais nous

tablons sur des avancées progressives avec la mise en œuvre de la consolidation fiscale décidée le

9 décembre 2011 au sein de l'Union économique et monétaire. Ainsi les afflux financiers vers le franc

comme valeur refuge devraient-ils peu à peu décliner. Par la suite, le franc s'affaiblira légèrement par

rapport à l'euro.

2


Focus 1 er trimestre 2012

Raiffeisen Fonds – Global Invest

Perspectives – une meilleure situation, des questions encore en suspens

A toutes les questions sur l'évolution future, une réponse ressort clairement: la situation sur les bourses

s'est nettement améliorée. On le constate en premier lieu car la situation de la Grèce ne fait plus les gros

titres depuis décembre dernier. En outre, les marchés d'actions affichent depuis le mois d'octobre une

tendance haussière et les rendements des obligations d'Etat italiennes à 10 ans sont passés de plus de 7%

fin novembre 2011 à moins de 5%. Néanmoins, après le fort rebond enregistré récemment, il subsiste un

risque élevé de repli. Les marchés financiers offrent toutefois de bonnes opportunités à moyen terme.

Outre une structure de portefeuille solide, les stratégies de couverture et les prises de bénéfices,

lorsqu'elles sont habilement réalisées au bon moment, constituent des éléments clés pour protéger et

accroître durablement sa fortune.

Christophe Bernard (Stratégiste en chef, Banque Vontobel)

Cédric Lewy (Gérant de portefeuille Global Invest, Banque Vontobel)

Mentions légales importantes

Les fonds mentionnés dans cette publication sont des fonds de droit luxembourgeois. Cette publication ne constitue en aucune

manière une offre d’achat ou de souscription de parts. La performance affichée est basée sur des données historiques et ne préfigure

en aucune façon l’évolution actuelle ou future de la valeur. Les commissions et frais perçus lors de l’émission et, le cas échéant, lors

du rachat des parts, n’ont pas été pris en compte dans le calcul des données relatives à la performance. Des informations sur la

composition des indices de référence (Customised Benchmarks) peuvent être demandées auprès du représentant et des agents

payeurs en Suisse. Les souscriptions s’effectuent exclusivement sur la base de l’actuel prospectus de vente auquel sont joints le

dernier rapport annuel et éventuellement le dernier rapport semestriel. Ces documents, de même que les statuts, peuvent être

obtenus gratuitement auprès du représentant en Suisse de Raiffeisen Suisse société coopérative, Raiffeisenplatz, CH-9001, St-Gall,

des agents payeurs en Suisse de Raiffeisen Suisse société coopérative, Raiffeisenplatz, CH-9001, St-Gall et de la Banque Vontobel SA,

Gotthardstrasse 43, CH-8022 ainsi qu'au siège du Raiffeisen Schweiz (Luxemburg) Fonds, 69, route d’Esch, L-1470 Luxembourg.

Cette publication ne repose pas sur une analyse financière. Les « directives visant à garantir l'indépendance de l'analyse financière »

telles que définies par l'Association suisse des banquiers ne sont donc pas applicables. Pour plus d'informations cf.

www.raiffeisen.ch/indication-juridique

3

More magazines by this user
Similar magazines