31.10.2017 Views

Gaumont Pathé! Le mag - Mai 2017

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

MAI 2017

70 E ÉDITION DU FESTIVAL

MAI 68, LE TRIOMPHE D’APOCALYPSE NOW, LA COLÈRE DE PIALAT, LE SHOW

TARANTINO... À L’OCCASION DES 70 ANS DU FESTIVAL DE CANNES,

RETOUR SUR 7 ÉDITIONS HISTORIQUES.

Tendance

Les secrets de Get Out,

le film-phénomène de l’année

Valérie Lemercier

en

5 dates

FOCUS

Pirates, aliens et super-héros :

les sagas passent à l’abordage !


le film-phénomène de l’année

MAI 68, LE TRIOMPHE D’APOCALYPSE NOW, LA COLÈRE DE PIALAT, LE SHOW

TARANTINO... À L’OCCASION DES 70 ANS DU FESTIVAL DE CANNES,

RETOUR SUR 7 ÉDITIONS HISTORIQUES.

MAI 2017

les sagas passent à l’abordage !

GAPA_263_p1.indd 1 18/04/2017 14:42

EN

Édito

« Vive le cinéma ! »

Tendance

Les secrets de Get Out,

70 E ÉDITION DU FESTIVAL

Valérie Lemercier

en

5 dates

FOCUS

Pirates, aliens et super-héros :

COUVERTURE

263 Mai 2017. Éditeur : Les Cinémas Gaumont Pathé

Éditions - 2, rue Lamennais, 75008 Paris. Directeur de

la publication : Thierry Fontaine / Assistant éditorial :

Alexis Audren / Coordinatrice : Marianne Chalubert

Rédacteur en chef : Gaël Golhen / Direction Artistique :

Samuel Smith / SR : Françoise Jallot / Conception maquette

et réalisation : PREMIÈRE MEDIA, 105, rue La Fayette RCS

Paris – 820 201 689 / Régie publicitaire : TALENT GROUP -

24 place du Général Catroux, 75017 Paris ; contacts : Faustine

Nataf, directrice générale adjointe, faustinenataf@talentgroup.fr -

Impression : Imprimé en France par BLG Toul. Le papier utilisé

est issu de forêts gérées durablement. © Le magazine des

cinémas Gaumont Pathé 2017. Les dates de sortie sont données

sous toutes réserves ; des changements indépendants de notre

volonté peuvent intervenir.

CE MAGAZINE VOUS EST OFFERT PAR LES CINEMAS GAUMONT ET PATHE.

Comme on vous le raconte dans notre dossier central, c’est ce qu’avait

hurlé Quentin Tarantino en lançant le Festival de Cannes 2004 : « Vive

le cinéma ! » On avait de nouveau envie de lancer ce cri joyeux en

écoutant le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, annoncer la Sélection

officielle de cette soixante-dixième édition. Pour l’occasion, le Festival a vu les

choses en grand. D’abord les stars : nombreuses, partout, et de tous horizons.

Une icône glamour (Nicole Kidman avec trois films et une série présentés en

Sélection officielle), des muses sublimes (Kristen Stewart, Kirsten Dunst), des

géants (Dustin Hoffman et Jean-Louis Trintignant) et notre trésor national, Marion

Cotillard. Les tapis rouges auront belle allure. Mais il y aura surtout du très

très haut niveau pour la Compétition : Michael Haneke, Michel Hazanavicius,

Jacques Doillon, Sofia Coppola et François Ozon présenteront leurs nouveaux

films et concourront pour la Palme. Et puis, Cannes devait forcément prendre

le pouls du monde. Pendant dix jours, la Croisette sera le reflet de la société,

de ses angoisses et de ses maux. De nombreux films (Happy End de Michael

Haneke, Jupiter’s Moon de Kornél Mundruczó) évoqueront les populations

déplacées, tandis qu’Al Gore viendra présenter An Inconvenient Sequel, son

nouveau documentaire sur les problèmes climatiques. Conscience politique,

stars, artistes, pendant dix jours, la Croisette sera un véritable… festival. Un

festival, oui, c’est bien l’idée. Et le plus grand du monde !

GAÊL GOLHEN

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 3


PHOTO JEAN-MARIE LEROY

1988

Valérie Lemercier se révèle dans la série Palace

de Jean-Michel Ribes. Sa Lady Palace, grande bourgeoise

débitant des horreurs, marque les esprits.

« J’ai écrit à Jean-Michel Ribes parce

que j’adorais Merci Bernard qui passait

sur France 3. J’avais accompagné ma

lettre d’une photo de moi avec un ruban

comme quand on part en colo, avec mon

numéro de téléphone dessus. Cette lettre

devait être différente de toutes celles qu’il

recevait puisqu’il m’a embauchée. »

GIVE ME FIVE

1993

Le triomphe des Visiteurs est aussi celui de Valérie,

césarisée (second rôle) en 1994 pour son interprétation

échevelée de Béatrice de Montmirail.

« J’ai trouvé le scénario très drôle, plein

de gags complètement délirants. Nous nous

sommes beaucoup amusés sur le plateau

mais de là à imaginer le succès du film...

Je n’ai pas joué dans le deuxième, car je

n’étais pas convaincue par l’histoire. Pourquoi

refaire la même chose en moins bien ? »

2005

Palais Royal !, son troisième film après Quadrille et

Le Derrière, est le plus gros succès de Valérie Lemercier

comme réalisatrice. Amplement mérité.

« Réaliser m’intéresse parce que je peux

faire jouer les acteurs comme

je le souhaite, dans des décors ou des costumes

qui me plaisent, mais ça s’arrête là.

Je n’ai pas envie que l’on sente la “volonté”

du metteur en scène : j’ai plus un rôle

de directrice artistique ou de directrice

d’acteurs que de réalisatrice de cinéma. »

VALÉRIE

LEMERCIER

QUATRE ANS APRÈS 100 % CACHEMIRE, VALÉRIE LEMERCIER REVIENT

EN FORCE AVEC MARIE-FRANCINE, NOUVEAU PORTRAIT CORROSIF DE

LA PETITE BOURGEOISIE QU’ELLE CROQUE SI BIEN. L’OCCASION DE

RETRACER SA CARRIÈRE EN CINQ DATES.

PAR FRANÇOIS CHAMPY

2008

Étienne Chatiliez, l’un de ses modèles, lui fait jouer une

femme qui devient noire dans Agathe Cléry. Un rôle

marquant, dans une comédie qui a divisé la critique.

« J’ai passé des essais, ça ne m’était jamais

arrivé. J’ai joué quatorze scènes devant

Étienne Chatiliez ! J’ai été ensuite maquillée

à l’aérographe tous les matins pendant trois

heures et demie. Et j’avais une douche cabine

rien que pour moi. J’ai passé mon année avec

du noir sous les ongles et dans les narines... »

2017

Dans son cinquième film, Marie-Francine, Valérie Lemercier

interprète une bourgeoise de 50 ans qui se résigne

à retourner vivre chez ses parents.

« Je ne saurais pas faire un film qui se passe

dans un squat. La bourgeoisie, je connais

les costumes, les décors, le milieu... Mon

nouveau film part de l’envie de raconter

la vie de quelqu’un de périmé, de démodé,

la vie d’une femme de 50 ans qui n’a sauté

dans aucun des trains de la modernité. »

MARIE-FRANCINE

Réalisation : Valérie Lemercier

Avec : Valérie Lemercier,

Hélène Vincent, Denis Podalydès...

Genre : Comédie

Durée : 1 h 30

SORTIE : 31 MAI

Disponible en VFST

4

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉA


ÉVÉNEMENT

Il était sept fois... Cannes

À L’OCCASION DES 70 ANS DU PLUS GRAND FESTIVAL DE CINÉMA DU MONDE,

RETOUR SUR SEPT MOMENTS CLÉS DE L’HISTOIRE CANNOISE.

PAR JEANNE DE MAISONNEUVE, PIERRE LUNN ET CÉDRIC PAGE

1946 1959

La première fois

Le 1 er septembre 1939, jour de l’inauguration du premier

Festival de Cannes, les troupes allemandes envahissent la

Pologne, le Festival est annulé. C’est donc avec sept ans de

retard qu’il naîtra, en 1946. Philippe Erlanger, son fondateur,

avait réuni du beau monde : René Clément, Walt Disney, Alfred

Hitchcock, David Lean, Roberto Rossellini, Billy Wilder

concouraient pour le Grand Prix (la Palme d’or n’apparaît

qu’en 1955). Il y en aura finalement une dizaine, manière de

dire à l’époque, que tout le monde avait gagné cette compétition

d’un nouveau genre.

La Nouvelle Vague éclabousse la Croisette

En 1958, François Truffaut, critique de cinéma en guerre

contre l’académisme, se voit refuser son accréditation au

Festival de Cannes à cause de ses anathèmes enragés de

l’édition précédente (dont le fameux « le cinéma français

crève sous les fausses légendes »). Un an après, il revient,

triomphant, en tant que réalisateur des Quatre Cents Coups.

Le président Marcel Achard lui décerne le prix de la mise

en scène, Jean-Pierre Léaud, 14 ans, devient la coqueluche

des festivaliers. Jean-Luc Godard, Claude Chabrol et Alain

Resnais exultent : la Nouvelle Vague peut déferler.

1968

Sous les pavés, les films

Peut-on continuer à regarder des films en smoking alors que la

France entière est sens dessus dessous ? En mai 68, le cinéma

paraît soudain bien secondaire face au vent de révolte qui

souffle sur le pays. « Je vous parle solidarité avec les étudiants

et les travailleurs, vous me répondez travellings et gros plans.

Vous êtes des cons ! », synthétise Jean-Luc Godard avec son

légendaire sens de la formule. Avec l’aide de François Truffaut,

Claude Berri, Louis Malle et quelques autres, il parvient à faire

annuler le Festival. La Palme d’or attendra.

6

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


1979

L’apocalypse, maintenant !

L’une des projections cannoises les plus médiatisées. L’une

des Palmes d’or les plus mythiques. En 1979, Apocalypse

Now, le film de guerre de Francis Ford Coppola, en chantier

depuis trois ans, est projeté dans une version incomplète (« a

work in progress », dit le sous-titre). L’ambiance est survoltée,

paranoïaque, et la présidente du Jury, Françoise Sagan, se

plaindra d’avoir été « forcée » de récompenser ce film qu’elle

n’aime pas (une Palme ex aequo avec Le Tambour de Volker

Schlöndorff). Pour une partie de l’intelligentsia, c’est une

défaite face à l’impérialisme US.

1987

Pialat contre les critiques

40 e édition du Festival. Alors que Les Ailes du désir de Wim

Wenders se dessine comme le favori des critiques, le Jury

présidé par Yves Montand remet, à l’unanimité, la Palme d’or

au sulfureux Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat avec

Gérard Depardieu et Sandrine Bonnaire. Quand le cinéaste

vient chercher la récompense sous les sifflets, il se tourne

vers la salle, poing levé, et lance une phrase désormais symbolique

des relations tumultueuses entre le Festival et la

critique : « Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je

ne vous aime pas non plus. »

2002

La révolution numérique

L’ambition du Festival a toujours été de prendre le pouls du cinéma,

d’être le reflet de son temps et d’accompagner le 7 e art

dans toutes ses mutations. En 2002, le délégué du Festival,

Thierry Frémaux, invite le numérique sur la Croisette. Hors

compétition avec la projection événementielle de Star Wars :

L’Attaque des Clones de George Lucas, et en compétition avec

L’Arche Russe d’Alexandre Sokourov. La polémique fait rage

entre ceux qui voient la présence du numérique à Cannes

comme l’acte de décès du cinéma et ceux qui parlent du futur.

Quinze ans plus tard, on sait qui a gagné.

2004

« Vive le cinéma ! »

Dix ans après avoir mis le feu à Cannes avec Pulp Fiction,

Palme d’or 1994, Quentin Tarantino préside le Jury de la

57 e édition. Dans un cri de guerre resté dans les annales

et qui tranchait avec la solennité habituelle de l’exercice,

l’enfant terrible du 7 e art lance les festivités en criant sur la

scène « Vive le cinéma ! ». Pedro Almodóvar (président du

Jury de la 70 e édition du Festival), lui succède sur la scène

pour introduire son film La Mauvaise éducation, présenté en

ouverture et enchaîne avec un timide « Moi aussi, j’aime le

cinéma », comme pour moquer le chien fou yankee.

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 7


ÉVÉNEMENT

In The Fade

de Fatih Akin

Habitué du Festival, Fatih Akin signe un

thriller qui promet d’être explosif. Avec

Diane Kruger en vengeresse implacable.

The Meyerowitz

Stories

de Noah Baumbach

Dustin Hoffman, Adam Sandler et Ben Stiller

interprètent les membres d’une famille qui se

retrouvent pour un hommage au patriarche.

Le casting de l’année ?

Okja

de Bong Joon-ho

Cinéaste coréen le plus excitant de sa génération,

Bong Joon-ho (Memories of murder)

débarque enfin à Cannes en Compétition

avec un film de monstre. Grosse attente.

120 battements

par minute

de Robin Campillo

Robin Campillo (Eastern Boys) retrace le

combat de l’association Act Up au début des

années 90. Adèle Haenel y est entourée de

jeunes acteurs inconnus.

Les Proies

de Sofia Coppola

Un soldat est recueilli dans un pensionnat

de jeunes femmes : le nouveau film de Sofia

Coppola réunit autour de Colin Farrell une

assemblée d’actrices fascinantes (Nicole

Kidman, Elle Fanning, Kirsten Dunst).

Rodin

de Jacques Doillon

Le cinéaste français revient à Cannes avec

ce portrait du sculpteur joué par Vincent

Lindon. Izïa Higelin est Camille Claudel.

Happy End

de Michael Haneke

Double lauréat de la Palme d’or (Le Ruban

blanc et Amour), Michael Haneke vise le

triplé avec ce portrait d’une famille bourgeoise

européenne sur fond de crise des

migrants. Isabelle Huppert et Jean-Louis

Trintignant sont au casting.

The Killing of a

Sacred Deer

de Yorgos Lanthimos

Après The Lobster, le plus américain des

cinéastes grecs retrouve Colin Farrell dans

un nouveau drame fantastique avec aussi

Nicole Kidman.

A Gentle Creature

de Sergei Loznitsa

Le cinéaste urkainien adapte La Douce, de

Dostoïevski, l’histoire d’une femme suicidée

sans explication dont le mari revisite

l’histoire par flashback.

Jupiter’s Moon

de Kornél Mundruczó

On ne sait pas grand-chose de ce drame

du réalisateur hongrois qui avait déjà été

sélectionné à Cannes en 2008 pour son

film intimiste Delta, mais le titre intrigue.

L’Amant double

de François Ozon

Le cinéaste français retrouve Marine Vacth

(Jeune et Jolie) pour un thriller érotique

qui explore une relation malade entre une

jeune femme dépressive et son psy.

You Were Never

Really Here

de Lynne Ramsay

Après son dérangeant We Need To Talk About

Kevin, la cinéaste britannique met en scène

Joaquin Phoenix en ancien Marine qui tente

de venir en aide à une jeune prostituée.

Good Time

de Benny & Josh Safdie

Les frères Safdie embarquent Robert

Pattinson et Jennifer Jason Leigh dans une

histoire de hold-up qui rate et la longue

nuit qui s’en suit.

Wonderstruck

de Todd Haynes

Le réalisateur de I’m Not There poursuit ses

récits diffractés dans ce drame étrange autour

de deux enfants sourds vivant à 50 ans

d’écart mais mystérieusement connectés.

Le Redoutable

de Michel Hazanavicius

Le réalisateur s’intéresse à un épisode

critique de la vie amoureuse et artistique

de Jean-Luc Godard, et fait de Louis Garrel

un double troublant du grand cinéaste.

The Day After

de Hong Sang-soo

Le cinéaste sud-coréen habitué de Cannes

revient en Compétition avec son actrice

fétiche Kim Min-hee (Mademoiselle).

Radiance

(Vers la lumière)

de Naomi Kawase

La délicate cinéaste japonaise poursuit ses

obsessions dans cette romance entre une

femme qui fait de l’audiodescription de

films et un photographe qui perd la vue.

FILM D’OUVERTURE

Les Fantômes d’Ismaël

Deux ans après avoir subi un petit camouflet

(Trois souvenirs de ma jeunesse avait été

snobé par la Sélection officielle et avait été

récupéré par la Quinzaine des réalisateurs),

Arnaud Desplechin revient en force au Festival

dont il fait l’Ouverture avec son nouveau

film. Les Fantômes d’Ismaël est aussi

énigmatique que son titre : on y suit les

déboires amoureux d’un cinéaste pris entre

trois femmes, sa compagne, une actrice et

un amour de jeunesse qu’il croyait disparu.

Entre mélodrame passionnel et thriller,

réalisme et surréalisme, Arnaud Desplechin

réalise un nouveau film à tiroirs dans lequel

l’inévitable Mathieu Amalric, son alter ego,

livre une composition hallucinée face à

Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg.

Réalisation : Arnaud Desplechin

Avec : Mathieu Amalric, Marion

Cotillard, Charlotte Gainsbourg...

Genre : Thriller, drame

Durée : 1 h 50

SORTIE : 17 MAI

8

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


ALBERTINE PRODUCTIONS & STUDIOCANAL

PRÉSENTENT

VOICI

L’AVENIR

DE L’HUMANITÉ...

Photos : Mykola Komarovskyy/Shutterstock, Areipa.it/Shutterstock - Document non contractuel

UNE COMÉDIE DE

ÉRIC JUDOR

SCÉNARIO DE

NOÉ DEBRÉ & BLANCHE GARDIN

AU CINÉMA LE 10 MAI


FOCUS

10

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

Les enjeux

Si personne n’avait vraiment prévu

le succès des Gardiens de la Galaxie, la

franchise est désormais incontournable.

Le réalisateur James Gunn a repris du

service : « À l’époque, j’avais peur que

ça soit le premier bide Marvel parce que

c’était trop bizarre, trop ésotérique…

Sur Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2,

cette crainte m’a quitté. Les gens attendent

avec excitation de voir le film. »

C’est d’ailleurs lui qui signera le troisième

opus des Gardiens, devenant le

seul cinéaste à réaliser une trilogie complète

dans l’univers cinématographique

Marvel. Le thème de la famille sera de

nouveau central dans ce second film,

à une pirouette près : cette fois, la fine

équipe devra apprendre à se supporter

au quotidien. Pas si simple. « Tomber

amoureux est très facile, le rester est

une autre affaire. C’est l’histoire de gens

esquintés par la vie qui ne se sont

jamais sentis proches de personne.

L’idée de former une équipe est excitante

pour eux, mais ça ne fonctionne

pas aussi bien qu’ils l’auraient espéré. »

Nouvel épisode, nouveau

casting

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 fera

évidemment revenir les usual suspects

Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista,

Michael Rooker, Bradley Cooper et

Vin Diesel au doublage (dans la VO),

mais ajoutera quelques nouvelles têtes

d’affiche. Dont l’immense Kurt Russell,

qui jouera le père de Star-Lord, Ego, une

planète vivante (sic) qui a la capacité

de prendre forme humaine. « Son rôle

est aussi important que n’importe quel

Gardien », explique James Gunn. La

Française Pom Klementieff incarnera

l’extraterrestre Mantis alors qu’Elizabeth

Debicki jouera le rôle d’Ayesha, « une

nazie de l’espace ». Et le cinéaste s’est

offert un joli cadeau avec Sylvester

Stallone, qui jouera « une sorte de

figure paternelle de Yondu. On avait

besoin de quelqu’un qui puisse en

remontrer à Michael Rooker. Pour le dominer,

il fallait une personnalité bigger

than life, et Stallone était évidemment

parfait. C’est Stallone, quoi ! »

Si vous avez manqué

l’épisode précédent

Les Gardiens de la Galaxie

Peter Quill est un chasseur de prime intergalactique qui entre un

jour en possession d’un mystérieux globe, à l’incroyable énergie.

Avec l’aide de Gamora, Drax, Rocket (un raton laveur) et Groot (un

arbre qui parle), ils vont tenter de sauver l’univers...

Réalisation : James Gunn

Avec : Chris Pratt,

Zoe Saldana, Dave Bautista...

Genre : Action, super-héros / Durée : 2 h 13

SORTIE : 26 AVRIL

CINQ FILMS ALIEN, QUATRE ÉPISODES DE PIRATES DES CARAÏBES, ET UN GARDIENS DE

LA GALAXIE. ALORS QUE LES SUITES DE CES TROIS SAGAS FANTASTIQUES DÉBARQUENT AU CINÉMA, ON

A FAIT LE TRI. QUI JOUE QUOI ? OÙ EN EST-ON ? ET COMMENT S’Y RETROUVER ? PETIT GUIDE PRATIQUE.

PAR PIERRE LUNN ET ALEXIS AUDREN

Alien : Covenant

Les enjeux

Pression maximale. Alien : Covenant

assume pleinement son statut de suite

de Prometheus tout en voulant revenir

aux origines de l’horreur, avec un huis

clos terrifiant et l’effrayante bestiole

tapie dans l’ombre du vaisseau. « Je

me suis demandé si je n’étais pas allé

trop loin avec le premier Alien, c’était

assez extrême. Mais j’y reviens, en bien

pire », assure Ridley Scott. Une sorte

de fusion d’ADN qui fait de Covenant

un film unique dans l’histoire de la

franchise. Et un nouveau terrain de jeu

pour le réalisateur qui y a planté les

graines de quatre autres suites, dont

l’objectif est de faire le lien avec Alien,

le huitième passager. On n’a pas fini de

crier dans le vide de l’espace.

Nouvel épisode, nouveau

casting

De Prometheus, il ne reste que Michael

Fassbender et Noomi Rapace. Logique :

leurs personnages étaient partis à la

recherche de la planète des Ingénieurs à

la fin du précédent film. Mais retour aux

sources oblige, le personnage principal,

Daniels (Katherine Waterston), rappelle

très fortement la Ripley du premier Alien.

Courageuse, Daniels porte Covenant et

évolue de la même manière que Ripley

à l’époque. Le film met en scène de nouveaux

acteurs : James Franco, Demian

Bichir, Billy Crudup, Carmen Ejogo et

Danny McBride. Un cocktail détonnant

pour un casting cohérent. L’horreur, au

fond, est un vrai travail d’équipe.

Réalisation : Ridley Scott

Avec : Katherine Waterston,

Michael Fassbender...

Genre : Science-Fiction / Durée : 2 h 02

SORTIE : 10 MAI

Si vous avez manqué

les épisodes précédents

Alien, le huitième passager

L’équipage du Nostromo, un navire cargo qui rentre sur Terre

reçoit un appel au secours provenant d’un vaisseau abandonné.

Arrivés sur place ils découvrent un œuf étrange...

Aliens, le retour

Ripley revient sur Terre et est embarquée dans une nouvelle mission

de sauvetage sur la planète Acheron. Plus de bestioles, plus

de robots, plus de combats... une suite signée James Cameron.

Alien 3

David Fincher s’empare de la franchise. Il plonge Ripley au cœur

d’une planète-prison isolée où l’une des monstrueuses créatures

l’a suivie, cachée dans son vaisseau spatial...

Alien, la résurrection

Des scientifiques clonent Ripley avec de l’ADN alien. Entre les

monstres, les savants et les clones, plus possible d’échapper

à son destin. Un film signé du Français Jean-Pierre Jeunet.

Prometheus

L’humanité pourrait avoir une origine extraterrestre. Un homme et

une femme partent à la découverte de cet autre monde... Ridley

Scott remonte à la source d’Alien, le huitième passager.

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 11


FOCUS

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar

Les enjeux

Alors que l’attraction Pirates of

the Caribbean des Parcs à thème

Disney fête cette année ses 50 ans,

la célèbre saga qui s’en inspire

s’offre une cure de jouvence bien

méritée avec un nouvel opus, Pirates

des Caraïbes : La Vengeance de

Salazar. Cap sur ce nouveau film qui

s’annonce comme un pur retour aux

origines de la franchise. Batailles

navales impressionnantes, exploration

d’un nouveau pan de l’univers

fantastique des Caraïbes ; ce

nouveau chapitre mélange avec

brio l’action et l’humour à travers

des scènes palpitantes dignes des

premiers opus. Le cadre terriblement

exotique du film transporte ses spectateurs

aux confins des mers et dans

une vision fantasmée des Caraïbes

pour un dépaysement total où il sera

question pour le fameux capitaine

Sparrow de retrouver le trident de

Poséidon, conférant tout pouvoir sur

les mers, afin de sauver sa peau.

Nouvel épisode,

nouveau casting

Les capitaines Jack Sparrow et Barbossa,

interprétés par les deux piliers

de la saga, Johnny Depp et Geoffrey

Rush, sont de retour accompagnés

de nombreux comparses croisés au fil

des précédentes aventures du Black

Pearl. Un casting de choix renforcé

par deux nouveaux acolytes pour le

capitaine Sparrow, Carina Smyth et

Henry Turner, interprétés par Kaya

Scodelario et Brenton Thwaites. Et

pour tenir tête à ces pilleurs des

mers et autres aventuriers, l’oscarisé

Javier Bardem rentre dans la peau

du terrible capitaine Salazar, bien

décidé à exercer sa vengeance contre

Sparrow, responsable de sa mort et de

celle de son équipage. Les Norvégiens

Joachim Rønning et Espen Sandberg,

s’illustrent ici à la réalisation d’un

blockbuster pour la première fois tandis

que Geoff Zanelli, formé à l’école

Hanz Zimmer, signe la composition

de la bande originale du film.

Si vous avez manqué

les épisodes précédents

Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl

Des pirates prenant l’allure de squelettes sous le regard de la Lune

attaquent la ville de Port Royal à la recherche d’une ultime pièce

d’or et de son propriétaire, seuls capables de briser une malédiction.

Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit

Soucieux d’échapper au terrible pacte le liant avec le maître des sept

Mers, Davy Jones, Jack Sparrow affronte vents et marées (et au passage

un kraken !) pour rompre le sortilège et détruire le coffre maudit.

Pirates des Caraïbes : Jusqu’au au bout du monde

Will Turner, Elizabeth Swann et Barbossa s’allient afin de sauver Sparrow

du Royaume des Morts et doivent faire face, aux côtés de pirates

du monde entier, au terrifiant Davy Jones et à la Compagnie des Indes.

Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence

Emportée dans une nouvelle aventure par Angelica, une ancienne

conquête, Jack Sparrow se voit contraint de partir à la recherche de la

légendaire Fontaine de Jouvence accompagné par le terrible Barbe-Noire.

Réalisation : Joachim Rønning

& Espen Sandberg

Avec : Johnny Depp, Javier

Bardem, Brenton Thwaites...

Genre : Aventure / Durée : 2 h 33

SORTIE : 24 MAI

12

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


Pourl’achatd’uneVolvic33cl

GagnezuneMarionnetededoigtsOlaf

DisponibledanslescinémasGaumontetPathé

OfrevalabledanstouslescinémasGaumontetPathéparticipantàl’opération,du17/05/2017au30/05/2017inclus.

Unemarionnetededoigtsofertepourtoutachatd'unebouteileVolvicMascote33CLPET(selondisponibilité)choisiedansunMenu

ouhorsMenuetdanslalimitedesstocksdisponibles(15000primespourl'ensembledescinémasparticipants).

S.E.V,VOLVIC-SASaucapitalde2890058€ -RCS CLERMONT-FERRAND395780059-@Disney


LE PHÉNOMÈNE

DU MOIS

Get Out

Daniel Kaluuya dans

« Get Out ».

PRENANT À BRAS LE CORPS

LE THÈME DU RACISME

ET L’HISTOIRE DES ÉTATS-

UNIS CONSTRUITE SUR

L’ESCLAVAGE, GET OUT EST

UN VRAI THRILLER POLITIQUE.

PAR BORIS MALAINE

On l’aura attendu des années, le grand

film d’horreur de notre époque. Celui qui

allait remettre au centre de son propos

un vrai discours politique et social, sans

oublier de faire peur. Vraiment peur. Et

voilà Get Out. L’histoire est celle de

Chris (Daniel Kaluuya) et Rose (Allison

Williams), un couple qui file le parfait

amour depuis quelques mois. Il est

noir, elle est blanche. Un jour, Chris

est invité à rencontrer ses beauxparents

dans leur domaine situé à la

campagne. Et le week-end n’aura rien

à voir avec ce qu’il avait imaginé. Il

serait criminel d’en dire plus sur l’intrigue,

le twist faisant partie du succès

de ce brillant Get Out, qui étudie sous

microscope la relation Noirs/Blancs

dans l’Amérique contemporaine, avec

une terrifiante justesse. On y parle

de racisme, bien sûr, mais également

d’acceptation de soi et d’envie de

l’autre, sur fond d’orgueil post-colonialiste.

Sans envie d’en découdre pour

autant, sans invectiver ou hurler une

quelconque rage. Juste le constat de

ce que veut vraiment dire être Noir aux

États-Unis en 2017.

14

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


Blumhouse, la petite maison des horreurs

American Nightmare, Split, Oculus, Paranormal Activity, Insidious,

The Visit, Get Out... On s’arrête là ? Car la liste est encore longue.

Depuis 2006, la société de production Blumhouse enchaîne les succès à un

rythme effréné. L’entreprise fondée par Jason Blum s’est fait une spécialité

de monter des films fantastiques et d’horreur à budget plus que modeste

pour les transformer en poules aux œufs d’or. Avec derrière la caméra des

cinéastes à la recherche de liberté créative (M. Night Shyamalan, James

Wan...), à qui il offre un contrôle total sur le produit final. « On leur dit :

“Tu ne seras pas bien payé dans un premier temps, ton budget ne pèsera

pas lourd, mais tu feras le film que tu voudras”. Je ne leur promets pas un

hit, mais je les assure qu’ils seront jugés sur leur travail », explique Blum.

Résultat : des films qui devraient se contenter de petites niches dans le

système hollywoodien traditionnel deviennent des terreurs au box-office

mondial. La technique a fait ses preuves. Split, qui marquait le grand

retour de M. Night Shyamalan aux affaires, a ramassé 272 millions de

dollars à travers le monde pour un investissement riquiqui de 9 millions.

Et le phénomène Get Out a rapporté six fois son budget dès son premier

week-end d’exploitation. Des longs-métrages avec l’angoisse en seule

ligne de mire, qui compensent de façon maligne le manque de moyens

et fi nissent par rassembler bien plus largement que les adolescents et

les jeunes adultes, cibles fétiches du cinéma d’épouvante. « Quand vous

faites un fi lm à petit budget, la pression de le transformer en succès

financier chute de façon exponentielle », résume Jason Blum. American

Nightmare est mon exemple favori. Quel producteur sain d’esprit donnerait

vingt millions de dollars pour faire un film avec comme pitch : “Et si le

crime était légal aux États-Unis pendant douze heures chaque année ?”

Mais pour trois millions, vous pouvez le tenter. J’encourage donc les réalisateurs

avec qui on travaille à expérimenter et à prendre des risques. »

Certainement la clé du succès.

« Split ».

« American Nightmare ». « Paranormal Activity ».

Bradley Whitford

et Catherine Keener

dans « Get Out ».

Daniel Kaluuya et Allison

Williams dans

« Get Out ».

Humour noir

Pour son premier long-métrage, le

réalisateur Jordan Peele (de l’hilarant

duo comique Key & Peele) fait preuve

d’une maîtrise impressionnante et

traite le sujet comme un magicien,

nous faisant regarder à droite quand on

devrait jeter un coup d’œil à gauche,

instaurant l’étrange par petites touches.

Testant la paranoïa de son héros

jusqu’à la dernière minute. C’est dans

ces moments de « vide » qui n’ont l’air

de rien que Get Out est à son apogée.

Le jeune héros se fait-il un film du

comportement bizarre de ses beaux-parents

? Est-il méfiant à cause d’années

de racisme latent ou bien perd-il la

tête ? Get Out se joue des poncifs, évite

le piège des personnages qui agissent

en dépit du bon sens, use avec parcimonie

du jump scare (littéralement

« saut de peur ») et trace à tombeau

ouvert sur l’autoroute de l’horreur. Le

vrai coup de génie est d’ajouter à ce

programme déjà bien chargé de grosses

touches d’humour parfaitement à leur

place, qui dynamitent par instants la

tension avant qu’elle ne revienne à

la charge puissance 10. Sans jamais

faire s’écrouler la structure du récit ou

chuter le rythme. Le genre de film qui

résonne en vous plusieurs jours après

l’avoir vu. Souvent la marque des vraies

réussites.

GET OUT

Réalisation : Jordan Peele

Avec : Daniel Kaluuya, Allison

Williams, Catherine Keener...

Genre : Épouvante, horreur

Durée : 1 h 44

SORTIE : 3 MAI

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 15


L’INSOLITE DU MOIS

Tunnel

ÉNORME SUCCÈS EN CORÉE DU SUD, CE FILM CATASTROPHE SUR UN HOMME COINCÉ DANS

UN TUNNEL ÉCROULÉ CONFIRME LA VITALITÉ ET LA CRÉATIVITÉ DU CINÉMA CORÉEN.

PAR FRANÇOIS CHAMPY

Ha Jung-woo

dans « Tunnel ».

Les films coréens n’en finissent plus de dévorer le

box-oce local. L’été dernier, après les zombies

de Dernier train pour Busan qui ont attiré onze millions

de spectateurs, le survivant de Tunnel a réuni

sept millions de personnes en salles. Depuis le début des

années 2000, le cinéma coréen enfante des succès et des

réalisateurs de talent à la pelle : Kim Ki-duk (Printemps, été,

automne, hiver et… printemps), Park Chan-wook (Old Boy),

Bong Joon-ho (The Host), Lee Chang-dong (Secret Sunshine),

Na Hong-jin (The Murderer)… Et maintenant Yeon Sang-ho

(Dernier train pour Busan) et Kim Seong-hun (Tunnel). Un

tel foisonnement créatif n’est pas sans rappeler celui qui

caractérisait les nouvelles vagues européennes dans les

années 60. À cette diérence près que le cinéma coréen

se distingue surtout pour son appétit pour les films dits

« de genre » : polars labyrinthiques, films fantastiques

et d’horreur incroyablement angoissants et gore, thrillers

malsains… Les réalisateurs explorent et explosent les limites

pour des résultats bluants d’audace.

Un film politique et humaniste

Prenez Tunnel. Il s’agit bien d’un film catastrophe mais

la catastrophe en elle-même (l’écroulement d’un tunnel

au moment du passage d’une voiture) dure environ

cinq minutes là où, dans un blockbuster américain, elle

aurait occupé un tiers de l’histoire. De même, le cinéaste

ne s’intéresse qu’à un personnage en détresse alors qu’en

général, dans ce type de production, ils sont plusieurs à

vivre le drame et à en aronter ensemble les conséquences.

Comme ses confrères, Kim Seong-hun pervertit les codes

d’un genre bien défini pour aller vers autre chose, ici une

critique en règle de la bureaucratie coréenne, coupable de

vouloir transformer le pays (et ses infrastructures) à la vitesse

grand V au mépris des règles de sécurité. Le réalisateur

définit mieux que personne les enjeux de son film : « Un

type ordinaire, n’ayant commis aucune faute, se retrouve

pris au piège d’une catastrophe provoquée par des erreurs

de la société. » Tunnel passe donc des scènes de survie à

l’intérieur de la carcasse de la voiture, où est coincé le héros,

aux scènes à l’extérieur du sinistre où s’activent le valeureux

chef des pompiers, l’épouse bouleversée du malheureux et

les représentants hypocrites du gouvernement. Avec cette

terrible question en suspens : jusqu’à quel point faut-il

utiliser l’argent des contribuables pour sauver la vie d’un

seul homme dont on ne sait pas s’il est encore vivant (la

batterie du portable finit évidemment par se vider) ? Au-delà

du simple film de genre, à la mise en scène inventive (une

nécessité pour rendre prenante la tentative de survie du

héros dans deux mètres carrés !), Tunnel nous interroge sur

notre échelle de valeurs et sur notre humanité.

TUNNEL

Réalisation : Kim Seong-hun

Avec : Ha Jung-woo, Doona Bae...

Genre : Drame

Durée : 2 h 06

SORTIE : 3 MAI

16

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


LE COMÉDIEN

DU MOIS

Vincent

Lindon

CACHÉ DERRIÈRE SA BARBE, VINCENT LINDON

EST FASCINANT DANS LA PEAU DU SCULPTEUR

AUGUSTE RODIN. ET RAPPELLE QU’IL PEUT

TOUT JOUER.

PAR JEANNE DE MAISONNEUVE

Alors qu’on célèbre cette année la vie et l’œuvre

du plus grand sculpteur français, mort il y a

tout juste un siècle, Jacques Doillon propose sa

vision de l’artiste dans Rodin, nouvelle tentative

de porter à l’écran son existence tumultueuse. Pour le

public français, l’auteur du Penseur a les traits puissants

de Gérard Depardieu qui l’incarnait dans le film de Bruno

Nuytten, Camille Claudel, en 1988. Même si le titre du film

de Jacques Doillon indique un focus plus important sur la

figure du sculpteur, sa relation avec Camille Claudel, son

élève, sa muse et sa maîtresse, en constitue toujours le

cœur. Vincent Lindon succède donc au monstre de cinéma

qu’est Depardieu dans ce rôle fort, manière de rappeler

qu’il fait partie des plus grands acteurs français en activité.

Humain trop humain

Vincent Lindon a longtemps été le visage du cinéma social :

La Crise, de Coline Serreau, lui offre la notoriété en 1992,

et La Loi du marché, de Stéphane Brizé, un prix d’interprétation

à Cannes en 2015. Entre-temps, il aura tourné

chez Philippe Lioret (un peu), Benoît Jacquot (beaucoup)

et Pierre Jolivet (passionnément). Il est tour à tour la figure

du Français moyen en proie aux difficultés de la vie

(La Crise, La Moustache, Welcome, La Loi du marché), l’amoureux

transi (L’Étudiante), le conjoint en détresse (Le Septième

Ciel), l’homme d’action (Pour elle, Mea Culpa), la bête de

comédie (Belle Maman, Le Coût de la vie, La confiance règne). Ce

qui est absolument constant, c’est la capacité de cet acteur

caméléon à insuffler une humanité sans pareille à chacun de

ses personnages. Mais aussi de la tension, de la passion et

de l’émotion. Lindon est affable et brut de décoffrage. Il y a

ces deux aspects chez lui, et c’est ce qui frappe aussitôt, ce

qui fonde son charisme. Un cocktail improbable de prestance

feutrée et de gouaille populaire. En quelques années, le

comédien s’est imposé comme le pilier d’un nouveau cinéma

du milieu, en prise sur l’actualité politique et entièrement

voué au réalisme social. Proche des gens, accessible, il

facilite comme personne le processus d’identification et

entretient ainsi un lien privilégié avec le public – son discours

de remerciement au Festival de Cannes, très engagé,

a ému la planète entière. Ainsi, jamais le spectateur n’aura

touché d’aussi près le génie créatif et tumultueux d’Auguste

Rodin que sous les traits de Vincent Lindon. Caché derrière

la barbe légendaire du sculpteur, l’acteur effectue un travail

extraordinaire et parvient à livrer sa propre interprétation

de l’artiste sans jamais évoquer la performance, pourtant

excellente, de Gérard Depardieu. L’intensité avec laquelle

il se livre à ce rôle, totalement habité par la puissance

créatrice, la passion amoureuse, l’admiration et le rejet

de ses contemporains est sans doute l’une des plus belles

façons de célébrer Rodin.

RODIN

Réalisation : Jacques Doillon

Avec : Vincent Lindon, Izïa Higelin,

Séverine Caneele...

Genre : Drame

Durée : 1 h 59

SORTIE : 24 MAI

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 17


VERSION ORIGINALE CONDOR PRÉSENTE

Vous entrez dans un tunnel.

Ça va couper.

TUNNEL

UN FILM DE KIM SEONG-HUN

SORTIE LE 3 MAI


CINEMA


ŒIL POUR ŒIL

ÉRIC JUDOR

LE PREMIER EST UN HUMORISTE FRANÇAIS QUI SIGNE AVEC PROBLEMOS, SON DEUXIÈME FILM. LE SECOND

EST UN COMÉDIEN AMÉRICAIN, PILLIER DE LA SÉRIE SCRUBS ET RÉALISATEUR DE BRAQUAGE À L’ANCIENNE.

Éric Judor commence à se faire connaître en tant

qu’humoriste grâce à son duo Éric & Ramzy, composé

avec son pote Ramzy Bédia. Après avoir écumé les salles

de spectacles, le tandem explose au début des années

2000 dans la sitcom de Canal+ H, une série télé hospitalière

parodiant les soap américains. Judor (qui a créé le show

avec Kader Aoun) joue Aymé Césaire, l’infirmier du service

orthopédique, obsédé sexuel et qui transpire des pieds.

le nombre d’épisode de H. La série fut un hit générationnel

qui s’étala sur 4 saisons et invitait

des guests à chaque épisode.

PAR FRANÇOIS RIEUX

Débuts hospitaliers

ZACH BRAFF

Avec son air nonchalant et sa dégaine d’éternel ado, Zach

Braff débute sa carrière dans le show à succès Scrubs qui

se passe lui aussi dans le milieu hospitalier. Il incarne John

Dorian, alias JD, un interne en médecine farceur à la

punchline facile. La série, qui a duré 9 saisons, est un

terrain de jeu pour l’acteur qui parfait son rôle de douxdingue

cinglant et d’amoureux transi dont on connaissait

toutes les pensées grâce à la voix off (géniale).

71 182

le nombre d’épisode de Scrubs. Chaque épisode durait

22 minutes. Zach Braff est le héros des 8 premières

saisons, mais disparaît au second plan pour la dernière.

Après avoir joué dans La Tour Montparnasse infernale,

Les Dalton, Seuls Two, Halal Police d’État, Éric Judor se

lance dans la mise en scène. À la fin des années 2000, il

entame sa carrière solo avec la série Platane (qu’il écrit et

réalise et dans laquelle il joue son propre rôle). En 2016, il

réalise son premier long métrage avec la suite iconique de La

Tour Montparnasse infernale, La Tour 2 contrôle infernale.

Deuxième réalisation au cinéma pour Éric Judor, trois si l’on

compte sa coréalisation de Seuls Two avec Ramzy, Problemos

est une comédie hybride mélangeant survival et délire politique,

une histoire un peu folle d’une communauté zadiste.

Problemos

Réalisation : Éric Judor

Avec : Éric Judor, Blanche Gardin, Youssef Hajdi...

Genre : Comédie

Durée : NC

SORTIE : 10 MAI

Disponible en VFST

Le grand saut

L’actu

Alors en pleine ascension, Zach Braff s’essaie au cinéma

dans des films bien ouvragés comme Le Club des cœurs

brisés, avant de passer lui aussi à la réalisation. Son premier

film, Garden State, est une comédie dramatique décalée.

Un immense succès critique et un film culte. Après la fin

de Scrubs, le réalisateur-acteur continue sur sa lancée avec

Le Rôle de ma vie, une œuvre semi-autobiographique.

Après deux « dramédies » semi-autobiographiques, Zach Braff

fait un virage à 180° avec Braquage à l’ancienne, un film de

casse doublé d’une comédie. Avec le trio d’acteurs vétérans et

rebelles : Morgan Freeman, Michael Caine et Alan Arkin.

Braquage à l’ancienne

Réalisation : Zach Braff

Avec : Alan Arkin, Morgan Freeman, Michael Caine...

Genre : Comédie

Durée : 1 h 37

SORTIE : 3 MAI

20

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


BACKSTAGE

Copyright Warner Bros. Entertainment Inc

PORTRAIT DE L’INSAISISSABLE GUY RITCHIE

QUI VIENT RELIFTER LES LÉGENDES

DE LA TABLE RONDE AVEC LE ROI ARTHUR :

LA LÉGENDE D’EXCALIBUR.

PAR PIERRE LUNN

PROFESSION : RÉALISATEUR

GUY RITCHIE

Mais qui est donc Guy Ritchie ? Parmi la génération

de réalisateurs anglais nés dans les années 90

(avec Danny Boyle et Matthew Vaughn notamment),

Ritchie, surdoué de la pub et du clip,

est reconnu pour son incroyable flair technique et son sens

du casting hallucinant. Arnaques, crimes et botanique a lancé

le « néo-cinéma british » et montré qu’il y avait aussi des

Tarantino de l’autre côté du Channel. Snatch traçait le même

sillon avec plus de moyens, plus de stars et plus de punchlines…

Puis il est parti réaliser Revolver et RocknRolla deux « Ofnis »

azimuthés, incompréhensibles et incompris qui auraient dû

faire oublier jusqu’à son nom. Ça, c’était jusqu’à ce que Joel

Silver l’installe à la barre de ses relectures de Sherlock Holmes,

et l’impose aux côtés de Michael Bay ou Antoine Fuqua comme

l’un des rares « shooteurs » capables de s’épanouir dans le

système des studios… Et après Sherlock Holmes : Jeu d’ombres

et un remake de la série Des agents très spéciaux, le voilà aux

commandes d’une adaptation totalement cintrée et pyrotechnique

de la légende du Roi Arthur…

Pop et épique

Comme il nous le confie au téléphone : « Oui, il y a une signature

Guy Ritchie, mais moi, ce qui m’intéresse, ce sont d’abord les

personnages. Comment je peux les nourrir, et leur insuffler une

personnalité plus fun, plus déjantée. Plus originale. » En vérité,

Ritchie est un homme capable de sentir comme personne le goût

de l’époque. En 2009, son Sherlock Holmes parvenait à honorer

deux des phénomènes pop les plus importants du moment :

Robert Downey Jr., Tony Stark himself. Et la série Sherlock avec

Benedict Cumberbatch qui bouleversa l’Angleterre et dont il

reprit, au passage, quelques effets de signature visuels... En

2015, le très fun Agents très spéciaux – code U.N.C.L.E., sa vision

d’Épinal du film d’espionnage rétro-cool, sortait au beau milieu

de l’année la plus riche en… films d’espionnage rétro-cool.

Il anticipe les modes à l’instant où elles se produisent et ce

n’est sans doute pas un hasard si son Roi Arthur : La Légende

d’Excalibur sort quelques semaines avant que Michael Bay

n’envoie ses Transformers aider les chevaliers de la Table

Ronde… Ritchie sait taper dans le mille de ce qui marche. Et

il vise bien. Génie du rythme et de la production design (très

impressionnante dans Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur),

il distille du fun derrière chacune de ses images. Les bagarres

du roi Arthur découpées au ralenti, l’éléphant sorti de nulle

part qui défonce un château (au ralenti), Jude Law astre noir

du film qui écrase de sa superbe l’ébouriffant Charlie Hunnam

ou Astrid Bergès-Frisbey sublime et envoûtante sorcière… Tous

ces effets, tous ces personnages hallucinants et hallucinés

donnent une âme et un surcroît d’originalité au film médiéval ;

ils rappellent surtout que Guy Ritchie aime le beau, l’action,

les jolies femmes et les mâles alpha. Le style, le style, le style…

Toutes ces raisons pour lesquelles on va au cinéma.

Jude Law dans

« Le Roi Arthur : La

Légende d’Excalibur »..

LE ROI ARTHUR : LA LÉGENDE D’EXCALIBUR

Réalisation : Guy Ritchie

Avec : Charlie Hunnam, Astrid Bergès-Frisbey, Jude Law

Genre : Aventure

Durée : 1 h 30

SORTIE : 17 MAI

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 21


REWIND

Il était une fois...

Fenêtre

sur cour

JEUDI

11

MAI

à 20 h

REDÉCOUVREZ LE CHEF-D’ŒUVRE D’ALFRED HITCHCOCK À L’OCCASION

D’UNE SOIRÉE EXCEPTIONNELLE LE JEUDI 11 MAI À 20 H.

PAR FRANÇOIS CHAMPY

C’est, avec Sueurs froides et Psychose,

le meilleur film d’Alfred

Hitchcock. Un totem vénéré

par la planète cinéphile. Une

merveille de mécanique, servie par

la double prestation d’anthologie de

l’obstiné James Stewart et de la sublime

Grace Kelly, pas encore princesse – elle

le deviendra deux ans plus tard. L’idée

de génie du maître du suspense ? Faire

du héros, photographe de presse, un

homme immobilisé – il a une jambe

dans le plâtre – et témoin impuissant

d’un meurtre soi-disant perpétré dans

l’immeuble d’en face dont il est le seul

à être convaincu de la réalité. Les deuxtiers

du film sont racontés de son point

de vue plus ou moins crédible dont tout

le monde finit d’ailleurs par douter, son

infirmière et sa petite amie en tête ! Cette

subjectivité, partagée par le spectateur,

est évidemment stimulante et captivante.

Elle participe de la réflexion plus

large du film sur le pouvoir des images,

et a fortiori de l’imagination – donc, de

la fiction. Les yeux de James Stewart, ses

jumelles, puis son téléobjectif, traquant

le moindre détail en plans plus ou moins

rapprochés sont autant de manières

pour Hitchcock de substituer le regard

du héros à celui du cinéaste. Au-delà

de l’intrigue policière et de l’histoire

d’amour, d’une efficacité redoutable,

Fenêtre sur cour est une passionnante

déclaration d’amour au septième art.

Fenêtre sur cour ne fut pas compris tout

de suite – comme la plupart des films

d’Hitchcock, on le jugea trop commercial

et, de fait, il remporta un beau succès

aux États-Unis. Il repartit notamment

bredouille (malgré quatre nominations)

des Oscars 1955, qui, comble de l’affront,

récompensèrent Grace Kelly pour son

rôle dans l’oubliée Une fille de la province,

de George Seaton. Il fallut ensuite qu’un

Français, François Truffaut, réhabilite le

maître dans un remarquable et fabuleux

livre d’entretiens, paru en 1966, pour

que la vérité éclate enfin : Hitchcock

était un génie, peut-être le plus grand

dans son domaine, et Fenêtre sur cour,

son film préféré avec Les Enchaînés.

Son influence sur le cinéma – et sur les

images au sens large - est indiscutable.

Elle est manifeste chez Brian De Palma

qui lui rendit deux fois hommage.

D’abord, dans Hi, mom!, où le jeune

Robert De Niro observait une voisine à

la jumelle, puis dans Body Double, sorte

de remake dégénéré dans lequel l’érotisme

larvé de Fenêtre sur cour s’incarnait

véritablement à l’écran. La projection

en salles, dans une remarquable version

restaurée du film d’Hitchcok, sera précédée

d’une présentation de l’éminent

journaliste de Positif et chroniqueur de

l’émission Le Cercle sur Canal+ Philippe

Rouyer. Un bon moyen de devenir un

très fin observateur de Fenêtre sur cour.

Retrouvez la trilogie Indiana Jones, dans le cadre du rendez-vous « Il était une fois... » Indiana Jones

et Les Aventuriers de l’Arche perdue : vendredi 2 juin à 20 h ; Indiana Jones et Le Temple maudit :

vendredi 9 juin à 20 h ; Indiana Jones et La Dernière Croisade : vendredi 16 juin à 20 h.

22

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


22 OCT

26 NOV

17 DÈC

21 JAN

04 FÈV

04 MAR

08 AVR

10 JUIN

SPECTACLES AU CINÉMA

Saison 2017-2018

LE BALLET DU BOLCHOÏ EN DIRECT DE MOSCOU

LE BALLET

AU CINÉMA

Retrouvez les étoiles du Bolchoï dans votre cinéma. Pour la saison 2017-2018, le

chorégraphe et ancien directeur du célèbre théâtre moscovite Alexeï Ratmansky

propose trois ballets emblématiques : le Corsaire, Roméo et Juliette ainsi que

Les Flammes de Paris. Alexandre Dumas fils et William Shakespeare sont également

à l’honneur avec les adaptations de La Dame aux camélias par John

Neumeier et La Mégère apprivoisée mis en scène par Jean-Christophe Maillot.

Enfin, trois incontournables de la scène russe complètent la programmation :

Giselle, Casse-Noisette et Coppélia.

© OCTAVIA KOLT / BALLET INSIDER — GRAPHIC DESIGN GOD SAVE THE SCREEN

EN DIRECT

DE MOSCOU

LE CORSAIRE

LA MÉGÈRE APPRIVOISÉE*

CASSE-NOISETTE*

ROMÉO ET JULIETTE

LA DAME AUX CAMÉLIAS*

LES FLAMMES DE PARIS

GISELLE*

COPPÉLIA

ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT

DANS VOTRE CINÉMA OU SUR CINEMASGAUMONTPATHE.COM

* ENREGISTRÉ

Alexeï Ratmansky,

ancien élève et directeur

du Ballet du Bolchoï

s’empare du Roméo

et Juliette de Sergueï

Prokofiev pour une

nouvelle version de

cette histoire d’amour

intemporelle.

La ballerine moscovite

Svetlana Zakharova

sera l’héroïne de

Giselle et de La Dame

aux camélias, repris

ici par le chorégraphe

américain John

Neumeier.

Le Bolchoï brillera de

toute sa splendeur

scénique dans Les

Flammes de Paris et

La Mégère apprivoisée,

deux spectacles recréés

sur mesure pour la

compagnie.

LE CORSAIRE

LA MÉGÈRE APPRIVOISÉE*

CASSE-NOISETTE*

ROMÉO ET JULIETTE

LA DAME AUX CAMÉLIAS*

LES FLAMMES DE PARIS

GISELLE*

COPPÉLIA

22 octobre à 17 h

26 novembre à 16 h

17 décembre à 16 h

21 janvier à 16 h

4 février 16 h

4 mars à 16 h

8 avril à 17 h

10 juin à 17 h

2017

Inspiré d’un poème de Lord Byron, ce joyau du répertoire est une promesse d’aventure et

de grand spectacle dont les plus célèbres pas du ballet classique sont tirés.

Avec cette création sur mesure pour le Bolchoï, Jean-Christophe Maillot offre au Bolchoï un

de ses plus beaux ballets. Un véritable tour de force et un feu d’artifice chorégraphique.

Noël ne serait pas vraiment Noël sans le récit féérique de la petite Marie et son Prince

Casse-Noisette, sur la partition universelle de Tchaïkovski !

2018

Le talent du virtuose Alexeï Ratmansky retrace le drame des amants de Vérone au plus

proche du récit pour nous faire revivre leur passion comme aucun autre chorégraphe

aujourd’hui.

Le roman d’Alexandre Dumas prend vie sur la scène du Bolchoï avec l’étoile Svetlana

Zakharova dans le rôle de la courtisane en quête d’amour et de rédemption.

Très peu de ballets rendent autant justice à l’énergie et au talent débordants de la

compagnie moscovite que Les Flammes de Paris.

La prima ballerina assolutta Svetlana Zakharova excelle dans le rôle ultime du ballet

classique, accompagnée par les étoiles Sergei Polunin et Ekaterina Shipulina.

Ce ballet assure de finir la saison en beauté sur une note comique et loufoque ! La version

du Bolchoï opère un retour fascinant à la chorégraphie et aux costumes d’origine.

Durées et horaires sous réserve de modifications

* Titre préenregistré

Réservations sur cinemasgaumontpathe.com et sur l’application mobile.

24

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


SPECTACLES AU CINÉMA

Le Chevalier à la rose

UN OPÉRA ROMANTIQUE CULTE QUI MARQUE LES ADIEUX

À LA SCÈNE DE LA CÉLÈBRE CANTATRICE RENÉE FLEMING.

SAMEDI

13

MAI

à 18 h 30

Vienne, durant la seconde moitié du XVIII e

siècle. La Maréchale est dérangée lors d’une

nuit charnelle avec son amant Octavian. À

sa porte, son cousin, le baron Ochs vient lui

faire part d’une nouvelle réjouissante, il va se

fiancer avec la jeune Sophie. Dans la tradition,

avant le mariage, un chevalier doit aller

porter à la future fiancée une rose d’argent,

gage d’un amour sincère. Octavian est ainsi

choisi pour eectuer la besogne, mais la fatalité

le frappe lorsque celui-ci tombe amoureux de

la jeune femme.

Le Chevalier à la rose, opéra en trois actes écrit par

Richard Strauss, est une œuvre incontournable

de l’opéra allemand. C’est sur les planches de

cette nouvelle adaptation signée Robert Carsen

que la cantatrice américaine de légende Renée

Fleming va chanter pour la dernière fois avant

de prendre sa retraite opératique. Face à elle, la

mezzo-soprano Elīna Garanča, sous les traits

d’Octavian, va tenir tête et voix à celle qui incarne

son rôle fétiche de La Maréchale depuis 1995.

Un duel vocal au sommet qui prend hors scène

des allures de passation de flambeau.

Réservez votre place dès maintenant.

Tarif normal 35 €, tarif étudiant/-18 ans 20 €. Inclus dans l’abonnement Pass Intégral.

Réservations sur cinemasgaumontpathe.com et sur l’application mobile.

Nabucco

REPRISE POUR UNE DATE EXCEPTIONNELLE DE L’OPÉRA

DE GUISEPPE VERDI, LE SPECTACLE À SUCCÈS DU MET.

JEUDI

1 ER

JUIN

à 19 h 00

En 586 avant Jésus-Christ, Nabucco, le

roi de Babylone, a triomphé des Hébreux.

Mais Zaccaria, le grand prêtre du peuple de

Jérusalem, veut se venger de cet affront et

menace de tuer Fenena, la fille de Nabucco.

C’était sans compter sur l’amour que porte

la jeune femme à Ismaël, le neveu du roi

des Hébreux, et l’arrivée d’Abigaïlle, une

esclave qui prétend être la fille légitime de

Nabucco et qui est elle aussi éprise d’Ismaël.

Chef-d’œuvre de Giuseppe Verdi, Nabucco

reprend toute sa puissance dans la mise en

scène du Metropolitan Opera de New York,

avec une distribution unique et exceptionnelle,

que vous pourrez revivre le 1er juin dans les

salles Gaumont et Pathé. Tragédie flamboyante

et ode à la liberté (comme en témoigne le

célèbre Va pensiero, qui représente le chant de

liberté des esclaves juifs), la diusion a battu

des records lors de sa retransmission cette

saison. Dans le rôle du charismatique et terrible

Nabucco, on retrouve l’illustre ténor Plácido

Domingo qui, à 72 ans, enfile le costume du roi

de Babylone. Cette œuvre de Verdi en quatre

actes est dirigée par le chef d’orchestre iconique

du Metropolitan Opera, James Levine. De quoi

donner un soue épique à une œuvre classique

et intemporelle.

Réservez votre place dès maintenant.

Tarif normal 35 €, tarif étudiant/-18 ans 20 €. Inclus dans l’abonnement Pass Intégral.

Réservations sur cinemasgaumontpathe.com et sur l’application mobile.

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 25


SPECTACLES AU CINÉMA

MARDI

4

JUILLET

à 20 h 30

Cyrano de Bergerac

d’Edmond Rostand

Mise en scène Denis Podalydès

GRÂCE AU FANTASTIQUE MICHEL VUILLERMOZ, DENIS PODALYDÈS

ILLUMINE LA PIÈCE LA PLUS FLAMBOYANTE DU THÉÂTRE FRANÇAIS.

© Christophe Raynaud de Lage

Billetterie pour le direct :

tarif plein 24 €,

tarif étudiant/-18 ans 15 €,

tarif - 14 ans 12 €,

Pass Intégral accepté.

Après Roméo et Juliette et Le Misanthrope, la

saison « Théâtre au cinéma » s’achève

avec Cyrano de Bergerac, sans doute la pièce

la plus célèbre du répertoire et le héros préféré

des Français. Écrite en 1897 par Edmond Rostand,

constamment jouée et réinventée (sur scène comme

sur grand écran), Cyrano de Bergerac repointe son

nez à la Comédie-Française sous la direction de

Denis Podalydès et sera diusée en direct, par

satellite, dans 70 salles Gaumont et Pathé, en HD et

son 5.1. C’est la dernière occasion de voir cette production

dont ce sont les dernières représentations.

« Cyrano, c’est un rêve de théâtre total, un mélange

des arts et des genres : opéra-boue, tragédie, drame

romantique, poésie symboliste, farce moliéresque »,

expliquait l’acteur-metteur en scène dans sa note

d’intention. Créé en 2006 et adoubé aux Molières

Michel Vuillermoz est Cyrano

de l’année suivante (avec 6 statuettes), son Cyrano

embarque le spectateur dans un grisant mouvement

perpétuel. Entre mises en abyme, projections vidéo

et décor roulant, le rythme eréné de ces cinq actes

permet de redécouvrir cette pièce flamboyante,

portrait magnifique d’un rêveur amoureux, d’un

homme d’action qui préfère le verbe à l’épée. Avec

l’aide d’une distribution parfaite, Denis Podalydès

modifie le drame héroïque en une fresque sensible

et rêvée où les morceaux de bravoure se transforment

en instants d’émotion douce, comme

la fameuse tirade des Cadets de Gascogne ou la

scène du balcon, véritables moments magiques.

Spectacle ample, décors somptueux qui rappellent

les tableaux d’époque, costumes magnifiques (imaginés

par Christian Lacroix), tout ici témoigne de

l’ambition folle d’un spectacle inoubliable.

Cyrano réclame du panache et l’acteur

Michel Vuillermoz possède le talent et

l’énergie nécessaires à l’interprétation

de cet amoureux blessé, à l’intelligence

acérée et à la parole si douce. Étonnant

de délicatesse et de sensibilité, loin des

postures de bravache, il « est » Cyrano,

un Cyrano plus donquichottesque que

Matamore, séduisant par son âme et

portant un regard sans illusion sur le

monde qui l’entoure...

26

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


LE BALLET

AU CINÉMA

EN DIRECT

DE MOSCOU

LE CORSAIRE

22 OCT

LA MÉGÈRE APPRIVOISÉE*

26 NOV

CASSE-NOISETTE*

17 DÈC

ROMÉO ET JULIETTE

21 JAN

LA DAME AUX CAMÉLIAS*

04 FÈV

LES FLAMMES DE PARIS

04 MAR

GISELLE*

08 AVR

COPPÉLIA

10 JUIN

© OCTAVIA KOLT / BALLET INSIDER — GRAPHIC DESIGN GOD SAVE THE SCREEN

ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT

DANS VOTRE CINÉMA OU SUR CINEMASGAUMONTPATHE.COM

* ENREGISTRÉ


ÉVÉNEMENT

7 e Festival du cinéma

chinois en France

LA 7 E ÉDITION DU FESTIVAL DU CINÉMA CHINOIS SE DÉROULERA À PARIS, STRASBOURG, LYON,

MARSEILLE, CANNES, BREST ET LA RÉUNION DU 15 MAI AU 27 JUIN.

Pour cette édition 2017, le Festival propose

comme à l’accoutumée pas moins de onze

films qui balayent tout le savoir-faire du cinéma

chinois actuel. Un cinéma dynamique qui alterne

modernité et tradition. Histoire de mafieux, artsmartiaux,

romance, drame, comédie satirique,

aventures fantastiques ou encore blockbusters

épiques... La palette de genres est large et les

films proposés par le Festival sont encore inédits

en France. Parmi la dizaine de longs-métrages

proposés, on retrouvera notamment Operation

Mekong, de Dante Lam, qui revient de façon

spectaculaire sur le Triangle d’or, cette zone

géographique en Asie où la guerre entre la police

d’élite et les narcotrafiquants fait rage.

Programme complet, informations et horaires sur festivalducinemachinois.com

CONTACTS

E-mail : festivalducinemachinois@gmail.com

Facebook : @centrecultureldechine

Instagram : @centrecultureldechine

Twitter : @cccparislive

Parmi les grands noms de la sélection, on

notera Tsui Hark (cinéaste derrière la saga

Il était une fois en Chine, le dyptique Detective

Dee, le mystère de la flamme fantôme

et Le Syndicat du crime 3), Zhang Ziyi

(actrice dans Tigre & Dragon, Le Secret des

poignards volants et The Grandmaster), ou

encore Stephen Chow (auteur notamment

de Bons Baisers de Pékin, Shaolin Soccer

et Crazy Kung-Fu). À travers les onze films

diffusés, le Festival ne propose pas seulement

des films du cinéma chinois grand

public, mais aussi de nombreuses pépites

jusqu’alors inconnues. Comme Sean Lau,

acteur ultrapopulaire en Chine qui a partagé

sa carrière entre blockbusters, comédies

et séries télé ou encore le long-métrage

d’animation Big Fish & Begonia qui mêle

fantastique et onirisme, pendant chinois

des productions nippones du studio Ghibli.

OPÉRATION MEKONG

Deux navires marchands chinois descendant

le Mékong dans la région du Triangle d’Or

sont arraisonnés par des trafiquants et leurs

équipages exécutés. Un groupe de policiers d’élite

spécialisés dans la lutte contre les narcotiques

est envoyé dans la région afin de découvrir la

vérité et de démasquer les responsables de ce

massacre.

THE WASTED TIMES

À Shanghai en 1937, à la veille de l’attaque japonaise,

l’homme d’affaires et chef de la pègre Lu

avec son associé Zhang sont approchés par des

représentants des autorités militaires japonaises

afin de coopérer. Lu s’y oppose et les Japonais

décident de le faire supprimer. Il est sauvé par

son beau-frère qui se sacrifie pour lui, mais toute

sa famille est massacrée.

OPÉRATION MEKONG

De : Dante Lam

Avec : Zhang Hanyu, Eddie Peng

Durée : 2 h 04

Genre : Aventure et action

THE WASTED TIMES

De : Cheng Er

Avec : Zhang Ziyi, Ge You, Yuan Quan

Durée : 2 h 05

Genre : Film d’époque, film noir

28

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


CALL OF HEROES

En 1910, la Chine est divisée et les seigneurs

de la guerre se battent entre eux. Shaolin,

le cruel et caractériel fils du seigneur Cao,

de passage dans le village de Pucheng,

assassine de sang-froid un groupe d’innocents.

Arrêté par la milice du village, son chef

(Yang) l’incarcère, décide de le faire juger et

de l’exécuter.

CALL OF HEROES

De : Benny Chan

Avec : Sean Lau, Louis Koo,

Eddie Peng

Durée : 1 h 59

Genre : Arts martiaux

CHONGQING HOT POT

Chongqing aujourd’hui. Trois amis sont copropriétaires

d’un restaurant à fondue, situé dans

l’un des nombreux anciens abris anti-aériens

de la ville. La faillite semble proche, car le

restaurant n’a plus de clients. Un acheteur

potentiel estime que le restaurant est trop

petit. Sans argent pour l’agrandir, les trois

amis décident de faire les travaux eux-mêmes.

CHONGQING HOT POT

De : Yang Qing

Avec : Chen Kun, Bai Baihe,

Qin Hao

Durée :1 h 34

Genre : Comédie noire

MOUNTAIN CRY

Au cours des années 1980, dans un village

isolé de la province de Shanxi, Hong Xia, une

jeune femme muette vit avec ses deux enfants

et son mari violent dans une maison isolée

à flanc de montagne. Celui-ci est tué lors d’un

accident survenu dans la forêt. Han Chong,

accusé d’être responsable de cette tragédie,

doit subvenir aux besoins de la veuve.

MOUNTAIN CRY

De : Larry Yang

Avec : Lang Yueting, Zi Yi

Durée : 1 h 47

Genre : Drame

BIG FISH & BEGONIA

Les habitants d’un monde invisible des

hommes contrôlent le temps, les marées et

les changements de saisons. Le jour de ses

seize ans, Chun est alors transformée en

dauphin rouge afin de découvrir et d’explorer

le monde des humains. Elle est heureusement

sauvée d’une tornade par un jeune garçon au

coût de sa propre vie.

BIG FISH & BEGONIA

De : Liang Xuan et Zhang Chun

Durée : 1 h 30

Genre : Animation

MR. NO PROBLEM

En 1942, pendant la guerre sino-japonaise,

le domaine agricole de Shuhua situé près

de Chongqing est dirigé par Ding. Il a été

embauché par la famille Xu, propriétaire

du domaine avec l’homme d’affaires Tong

afin de le faire fructifier. Le domaine n’est pas

rentable et Ding, se sentant menacé, feint

de redoubler d’efforts.

MR NO PROBLEM

De : Mei Feng

Avec : Fan Wei, Tao Yin,

Chao Zhang

Durée : 2 h 23

Genre : Comédie dramatique

JOURNEY TO THE WEST :

THE DEMONS STRIKE BACK

Le moine Tang part vers l’Ouest avec trois

disciples. Malgré l’harmonie apparente, une

certaine tension règne entre eux. Après une

série d’événements concernant principalement

la capture de démons, le moine et ses disciples

retrouvent sérénité et respect mutuel pour former

finalement une équipe très unie et soudée

résolue à exorciser tous les démons.

JOURNEY TO THE WEST:

THE DEMONS STRIKE BACK

De : Tsui Hark (écrit par Stephen Chow)

Avec : Kris Wu, Lin Yun, Yao Chen

Durée : 1 h 48

Genre : Comédie fantastique

CROSSCURRENT

Gao Chun remonte le Yangtze à bord d’une vieille

barge de transport de marchandises. Tout au long

du voyage, il rencontre de nombreux symboles

représentant la Chine d’hier, d’aujourd’hui et

de demain. Il trouve également un livre de poésie

et réalise bientôt que son périple est le même

que celui de l’auteur des poèmes. Ce voyage

envoûtant lui permettra de libérer son âme.

CROSSCURRENT

De : Yang Chao

Avec : Qin Hao, Hongwei Wang

Durée : 1 h 56

Genre : Drame poétique

BEIJING MEETS SEATTLE II :

BOOK OF LOVE

Jiao Ye est hôtesse de casino à Macao. Daniel

est agent immobilier à Los Angeles. Sans

se connaître, ils vont échanger une correspondance

de plus en plus assidue grâce à

un mystérieux livre, jusqu’au moment où les

lettres leur sont retournées. Ils souhaitent alors

se retrouver pour en comprendre la raison.

Y parviendront-ils ?

BEIJING MEETS SEATTLE II :

BOOK OF LOVE

De : Xue Xiaolu

Avec : Tang Wei, Wu Xiubo

Durée : 2 h 09

Genre : Comédie romantique

I AM NOT MADAME BOVARY

Li Xuelian et son mari Qin Yuhe simulent un

faux divorce dans le but d’obtenir un second

appartement. Quelques mois plus tard, Qin

Yuhe emménage dans l’appartement avec

une autre femme. Li Xuelian engage alors une

action en justice pour faire reconnaître le faux

divorce afin de l’épouser de nouveau et pouvoir

divorcer pour de bon.

I AM NOT MADAME BOVARY

De : Feng Xiaogang

Avec : Fan Bingbing

Durée : 2 h 17

Genre : Comédie de mœurs

Sortie : 5 juillet 2017

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 29


ACTUS

L’AVANT-SÉANCE DE

VOS FILMS RÉINVENTÉE

POUR CONTINUER À VOUS OFFRIR UNE EXPÉRIENCE DE CINÉMA SANS PAREILLE, LES CINÉMAS GAUMONT

ET PATHÉ VOUS PROPOSENT DEPUIS LE 12 AVRIL UN NOUVEL HABILLAGE DES AVANT-SÉANCES

POUR VOUS ACCOMPAGNER JUSQU’AU FILM D’UNE MANIÈRE INÉDITE !

Le renouveau de votre séance

Né d’une volonté de vous accompagner et de vous guider au cours de

l’avant-séance de votre film, ce nouvel habillage des premières parties

vient rendre votre expérience de cinéma encore plus immersive. De

façon sobre et élégante, ces diverses créations offrent un écrin de

choix aux différentes bandes annonces et publicités diffusées avant

votre fi lm. Désormais projetées au format Scope, elles habillent tout

l’écran pour offrir une dimension et une qualité d’images optimales.

Une nouvelle identité visuelle et sonore

Pour créer ce nouvel habillage, l’utilisation du vidéo mapping allié à

une sobriété moderne ont été choisies puis déclinées aux couleurs respectives

des cinémas Gaumont et Pathé. Jouant sur une architecture

dynamique et sur des jeux d’ombres et de lumières, ces nouvelles créations

offrent un voyage coloré et captivant aux avant-séances de vos

fi lms. Afi n d’appuyer cette notion d’immersion et de renforcer l’identité

graphique, le son joue un rôle important dans ces nouvelles séquences.

Création originale pour ce nouvel habillage, la musique d’inspiration

lounge accompagne parfaitement vos avant-séances destinées à vous

informer et à vous détendre avant de vous faire plonger dans votre film.

Réalisation : Nightshift/Good Guys – Jeff Descoubes

Sound design : Studio Benzène

Compositeur : Thomas Roussel

Agence : Just Amazing

30

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


PASS INTÉGRAL

PRÉPAREZ-VOUS À UN WEEK-END D’AVENTURES

À DISNEYLAND ® PARIS

À l’occasion de la sortie de Pirates des Caraïbes : La Vengeance de

Salazar, les cinémas Gaumont et Pathé vous invitent à vivre un week-end

d’aventures à Disneyland® Paris aux couleurs de la célèbre saga ! Tentez

votre chance du 10 au 31 mai 2017 pour gagner une expérience unique

de pirates ou des billets pour les Parcs Disney® pour réveiller le Jack

Sparrow qui sommeille en vous.

En 2017, Disneyland® Paris brille de mille feux pour fêter son 25 e anniversaire,

saisissez votre chance pour vivre un week-end privilégié de 3 jours/2 nuits au

Disney’s Newport Bay Club® avec l’accès aux Parcs Disney® ! Pour l’occasion, cap

vers l’attraction Pirates of the Caribbean pour une aventure plus étincelante que

jamais. Puis à bâbord toute pour rencontrer le capitaine Jack Sparrow et assister

au nouveau spectacle Disney Illuminations.

Jeu réservé aux abonnés Pass Intégral.

Pour connaître les modalités du jeu

et y participer, rendez-vous sur

cinemasgaumontpathe.com, rubrique « Offres ».

PROFITEZ DU CINÉMA À VOLONTÉ

ET DES NOMBREUX AVANTAGES DU PASS INTÉGRAL !

Pour bénéficier de tous les avantages du Pass Intégral dont des avant-premières, soirées

spéciales, places de cinéma offertes et jeux concours exclusifs, rien de plus simple :

créez votre compte sur cinemasgaumontpathe.com en quelques clics afin de rattacher

votre carte à votre nouveau compte en ligne. Vous pourrez alors profiter des nombreux

avantages du Pass Intégral !

Les cinémas Gaumont et Pathé proposent deux abonnements : Pass Intégral et Pass Intégral

Duo pour profiter du cinéma à volonté. Deux sésames qui offrent un accès illimité au cinéma

partout en France dans tous les cinémas Gaumont et Pathé ainsi que dans plus de 40 cinémas

indépendants partenaires.

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 31


GUIDE

DES

SORTIES

3 mai

Braquage à l’ancienne

De : Zach Braff

Genre : Comédie

Durée : 1 h 37

Avec : Michael Caine, Morgan

Freeman, Alan Arkin

Willie, Joe et Al, trois séniors à la retraite,

bouclent difficilement les fins de mois. Alors que

l’un d’eux va perdre sa maison, il décide de faire

un casse pour renflouer sa retraite. Il convainc

ses deux amis de fomenter un braquage dans

leur banque à l’aide d’un ancien gangster.

De toutes mes forces

De : Chad Chenouga

Genre : Drame

Durée : 1 h 38

Avec : Khaled Alouach, Yolande

Moreau, Laurent Xu

Nassim, un lycéen, vit une double vie. D’un côté

il profite de sa vie étudiante et de ses copains, de

l’autre, il se retrouve SDF et doit intégrer un foyer

social. Nassim ne veut pas accepter sa nouvelle

situation. Il marche sur le fil du rasoir, espérant

que ses deux vies ne se rencontreront pas.

Emily Dickinson, A Quiet Passion

De : Terence Davies

Genre : Biopic

Durée : 2 h 05

Avec : Cynthia Nixon, Jennifer

Ehle, Jodhi May

La vie et l’œuvre de la poétesse Emily Dickinson.

Indomptable et rebelle dans une société religieuse

et patriarcale, la jeune Emily ne se plie pas aux

règles du couvent évangéliste dans lequel elle

a été placée. Son père la ramène à la demeure

familiale où elle décide d’écrire de la poésie.

En amont du fleuve

De : Marion Hänsel

Genre : Drame

Durée : 1 h 30

Avec : Olivier Gourmet, Sergi

Lopez, John Lynch

En Croatie, Homer et Joé, remontent un fleuve vers

des chutes d’eaux. Ils ne se connaissaient pas

jusque-là, pourtant ils sont demi-frères. Ils ont

découvert leurs liens de parenté après la mort de

leur père quelques jours plus tôt. Dans leur périple,

ils rencontrent Sean, un Irlandais mystérieux.

LE GUIDE

Get Out

De : Jordan Peele

Genre : Épouvante, horreur

Durée : 1 h 44

Avec : Daniel Kaluuya, Allison

Williams, Catherine Keener

Rose et Chris forment un joli couple. Lui est noir,

elle est blanche ; lorsque Rose veut présenter

Chris à ses parents, le jeune homme est réticent.

Sa belle-famille va-t-elle consentir à cette

union ? Une fois arrivé dans le domaine familial,

Chris se rend compte que quelque chose cloche.

Et ce n’est pas uniquement parce que Missy

et Dean, les parents de Rose, emploient des

domestiques de couleur...

On l’appelle Jeeg Robot

De : Gabriele Mainetti

Genre : Action

Durée : 1 h 58

Avec : Claudio Santamaria, Luca

Marinelli, Ilenia Pastorelli

Enzo, un voyou poursuivi par la police, se jette

dans les eaux du Tibre pour échapper à une

arrestation. Là, il entre en contact avec une

étrange substance radioactive qui le contamine.

Il se rend compte qu’il possède désormais des

pouvoirs surnaturels qu’il ne tarde pas à utiliser

lors de ses activités criminelles. Mais sa vie est

bouleversée le jour où il croise Alessia, une jeune

femme en proie à un mafieux.

Tunnel

De : Kim Seong-hun

Genre : Drame

Durée : 2 h 06

Avec : Ha Jung-woo, Doona Bae,

Oh Dal-su

Sur la route pour retrouver sa famille, un homme

est accidentellement enseveli sous un tunnel en

travaux. Alors que l’affaire fait la une des médias,

que les politiciens essaient de calmer l’entourage

et qu’une opération de sauvetage est lancée, le

quidam entreprend de lutter comme il peut avec

le peu de moyens qu’il a sous la main. En lien

avec le monde extérieur grâce à son smartphone,

l’homme, bloqué dans sa voiture, lutte de toutes

ses forces pour sa survie.

4 mai

Voyage of Time : Au fil de la vie

De : Terrence Malick

Genre : Documentaire

Durée : 1 h 30

Avec la voix de : Cate Blanchett

(VO).

Entre deux films, le cinéaste emblématique

Terrence Malick délaisse la fiction le temps d’un

documentaire hommage à l’univers et à la nature.

Une œuvre connexe à son chef-d’œuvre palmé

en 2011, The Tree of Life qui, narrée par Cate

Blanchett dans la VO, nous plonge dans la beauté

de l’infiniment grand pour une expérience cinéma

sensorielle hors-norme. Séance unique, le 4 mai.

10 mai

Alien : Covenant

De : Ridley Scott

Genre : Science-fiction

Durée : 2 h 02

Avec : Michael Fassbender,

Katherine Waterston, Danny

McBride

Des membres d’une expédition spatiale trouvent

aux confins de la galaxie une planète jusqu’ici

inconnue et inhabitée. En débarquant sur cette

terre sauvage, ils découvrent un havre de paix où la

végétation est dense et luxuriante. Mais le rêve vire

vite au cauchemar lorsqu’une menace extraterrestre

s’en prend à l’équipage. Piégés avec la créature

dans leur vaisseau, le Covenant, ils vont devoir unir

leurs forces pour survivre.

Disponible en 4DX, IMAX, DOLBY ATMOS et DBOX

Outsider

De : Philippe Falardeau

Genre : Biopic

Durée : 1 h 38

Avec : Liev Schreiber, Naomi

Watts, Ron Perlman

L’histoire vraie de Chuck Wepner, un négociant en

alcool, qui a relevé le défi fou d’affronter sur un

ring le boxeur Mohammed Ali aux championnats

du monde poids lourds de 1975. Le vendeur a

réussi à tenir pas moins de 15 rounds face au

plus grand combattant de tous les temps. Chuck

Wepner, connu sous le nom de « Bayonne Bleeder »,

a notamment inspiré Sylvester Stallone pour son

personnage de Rocky Balboa.

Le Chanteur de Gaza

De : Hany Abu-Assad

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1 h 35

Avec : Tawfeek Barhom, Kais

Attalah, Hiba Attalah

En Palestine, Mohammed décide de prendre son

destin en main et de réaliser son plus grand rêve :

devenir chanteur. Élevé dans un camp de réfugiés

à Gaza, le jeune homme a commencé sa passion

lorsqu’il était enfant en chantant dans les mariages

et les réceptions privés. À désormais 25 ans, il souhaite

se rendre en Égypte pour passer les auditions

de Arab Idol et devenir chanteur professionnel.

Message from the King

De : Fabrice Du Welz

Genre : Thriller

Durée : 1 h 42

Avec : Chadwick Boseman, Luke

Evans, Teresa Palmer

Jacob King, originaire de Cape Town en Afrique du

Sud, arrive à Los Angeles pour chercher sa sœur qui

a disparu. Avec quelques dollars en poche, il décide

de s’installer une semaine dans la Cité des Anges

pour récolter des informations sur cette soudaine

disparition. Au cours de son enquête, il découvre

que sa sœur est morte dans des circonstances mystérieuses.

Jacob se lance alors dans une vengeance

sanguinaire.

32

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ


PHOTO JEAN-MARIE LEROY

Problemos

De : Eric Judor

Genre : Comédie

Durée : NC

Avec : Eric Judor, Blanche

Gardin, Youssef Hajdi

Jeanne et Victor retrouvent leur ami Jean-Paul.

Celui-ci fait désormais partie d’une communauté

zadiste qui a élu résidence sur une zone

de construction dédiée à un parc d’attractions

aquatiques. Jeanne et Victor décident d’intégrer

la communauté pour aider Jean-Paul. Quelque

temps plus tard, le groupe semble faire

mystérieusement partie des derniers survivants

sur la Terre.

Disponible en VFST

Vive la crise !

De : Jean-François Davy

Genre : Comédie

Durée : 1 h 32

Avec : Jean-Claude Dreyfus,

Jean-Marie Bigard, Lola Marois Bigard

En 2025, Marine Le Pen, alors actuelle Présidente

de la République démissionne face à la crise

économique. Étienne, un cadre, se fait licencier au

même moment. Errant de bar en bar pour noyer son

désespoir au fond d’une bouteille, il fait la connaissance

de Montaigne, un agrégé de philo.

À eux deux, ils montent une association avec

d’autres marginaux avec pour seule règle de vie :

le bien-vivre ensemble.

17 mai

Le Roi Arthur : La Légende

d’Excalibur

De : Guy Ritchie

Genre : Aventure

Durée : 2 h 06

Avec : Charlie Hunnam, Jude Law,

Djimon Hounsou, Eric Bana

Bien avant la Table Ronde et le règne sur le royaume

de Camelot, le Roi Arthur ignore encore tout de son

ascendance royale. Il passe son temps à boire et

se battre dans les tavernes. Lorsqu’il s’empare de

l’épée légendaire Excalibur, son destin va se révéler

à lui. Mais la guerre va commencer et Arthur rejoint

la résistance où il fait la connaissance d’une jeune

femme du nom de Guenièvre.

Disponible en 3D et DBOX

Les Fantômes d’Ismaël

De : Arnaud Depleschin

Genre : Thriller, Drame

Durée : 1 h 50

Avec : Mathieu Amalric, Marion

Cotillard, Charlotte Gainsbourg

À la veille du tournage de son nouveau film, la vie

d’un cinéaste est chamboulée par la réapparition

d’un amour disparu... Entre sa compagne, son actrice

et cette femme revenue du passé, les choses vont

aller de mal en pis pour le malheureux.

Sword Art Online

– The Movie : Ordinal Scale

De : Tomohiko Itõ

Genre : Animation

Durée : 1 h 59

Avec les voix de : Yoshitsugu

Matsuoka, Haruka Tomatsu (VO)

2026. Deux ans après avoir été libérés de Sword Art

Online (S.A.O.), une série de jeux vidéo en réalité

virtuelle, Kazuto et ses camarades coulent enfin des

jours heureux et tranquilles loin des combats et des

fantômes. Récemment, un nouveau jeu a émergé,

Ordinal Scale, déclassant tous les modes de réalité virtuelle

connus jusqu’ici. Kazuto a du pain sur la planche :

d’anciens boss de S.A.O. reviennent à l’attaque.

Venise sous la neige

De : Elliott Covrigaru

Genre : Comédie

Durée : NC

Avec : Élodie Fontan, Olivier

Sitruk, Juliette Arnaud

Christophe et Patricia sont en couple. Lui est dramaturge

et elle est son actrice. Alors qu’il a besoin

de financements pour sa nouvelle pièce, Christophe

invite pendant un week-end des amis qui pourraient

l’aider. Mais pour embêter Christophe avec qui elle

est en froid, Patricia décidé de jouer un rôle. Elle

incarne une expatriée, s’inventant au passage une

langue maternelle et un pays d’origine, la Chouvénie.

24 mai

Pirates des Caraïbes :

La Vengeance de Salazar

De : Joachim Rønning

& Espen Sandberg

Genre : Aventure

Durée : 2 h 33

Avec : Johnny Depp, Javier

Bardem, Brenton Thwaites

Jack Sparrow est de retour dans cette nouvelle

aventure où il va devoir affronter le terrible capitaine

Salazar et son armée de pirates fantômes.

Pour se défaire de cette mésaventure, le pirate va

devoir trouver le Trident de Poséidon, un artefact

légendaire qui est la seule arme capable de vaincre

Salazar et ses sbires. Aidé de nouveaux compagnons,

Jack Sparrow ne peut que réussir.

Disponible en 3D, IMAX 3D, DBOX, 4DX

Rodin L’AUTRE REGARD

De : Jacques Doillon

Genre : Drame

Durée : 1 h 59

Avec : Vincent Lindon,

Izïa Higelin, Séverine Caneele

Après des années de fièvre artistique, de travail

acharné, le sculpteur Auguste Rodin reçoit, enfin,

à 40 ans, sa première commande de l’État. Il

imagine, sculpte, taille avec allégresse La Porte

de L’Enfer. Une œuvre monumentale, composée

de figurines dont certaines auront leur propre

existence : Le Baiser et Le Penseur. Si Rodin partage

sa vie avec Rose, il est aussi très proche de Camille

Claudel, son élève la plus douée, qui devient son

assistante, puis sa maîtresse. Dix ans de passion

entre deux artistes hors norme.

31 mai

Marie-Francine

De : Valérie Lemercier

Genre : Comédie

Durée : 1 h 30

Avec : Valérie Lemercier, Hélène

Vincent, Denis Podalydès

Marie-Francine, quinquagénaire paumée, retourne

vivre chez ses parents après avoir été virée de son

boulot et larguée par son mari. Là, elle va faire la

connaissance de Miguel, un restaurateur.

Disponible en VFST

The Jane Doe Identity

De : André Ovredal

Genre : Épouvante, horreur

Durée : 1 h 39

Avec : Emile Hirsch, Brian Cox,

Olwen Catherine Kelly

La police amène dans une morgue le corps d’une

jeune femme non identifiée. Tommy et son fils,

médecins légistes, entreprennent l’autopsie de la

victime. Alors qu’ils découvrent des choses étranges

et inquiétantes dans le corps de la défunte, une

force surnaturelle va faire son apparition.

Conspiracy

De : Michael Apted

Genre : Thriller

Durée : 1 h 38

Avec : Noomi Rapace, Orlando

Bloom, Michael Douglas

Une enquêtrice de la CIA divulgue malgré elle

des informations classées secret-défense. Elle se

retrouve alors au centre d’un gigantesque complot

mettant en péril Londres. Une course contre la

montre s’engage pour stopper une attaque biologique

qui pourrait décimer toute la population.

Non daté

LES 25 FILMS DE MAI

L’Amant double

De : François Ozon

Genre : Thriller, érotique

Durée : 1 h 50

Avec : Marine Vacth, Jérémie

Renier, Jacqueline Bisset

Chloé, une jeune femme fragile et dépressive,

entreprend une psychothérapie et tombe amoureuse

de son psy, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent

ensemble, mais elle découvre que son amant

lui a caché une partie de son identité.

Du 22 avril au 28 mai

Bob le bricoleur :

megamachines - le film

De : Stuart Evans

Genre : Animation

Durée : 1 h 00

Bob et Zoé, son associée et toute l’équipe de véhicules parlants,

doivent construire un barrage pour amener de l’eau à

Springsville. Mais les ennuis arrivent vite à Springsville. Le très

célèbre bricoleur embarque donc pour une nouvelle aventure

inédite sur grand écran ! Une séance idéale pour initier les

tout-petits au cinéma puisque la projection bénéficie d’une

lumière tamisée et d’un niveau sonore ajusté.

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ 33


7 juin 7 juin

LE MOIS PROCHAIN

14 juin

14 juin

The Wall Wonder Woman Ce qui nous lie La Momie

IMAX

IMAX

De : Doug Liman

Genre : Thriller, guerre

Avec : John Cena, Aaron Taylor-Johnson

De : Patty Jenkins

Genre : Action, aventure

Avec : Gal Gadot, Connie Nielsen

De : Cédric Klapisch

Genre : Drame

Avec : Pio Marmai, Ana Girardot

De : Alex Kurtzman

Genre : Aventure, fantastique

Avec : Tom Cruise, Sofia Boutella

Le réalisateur de La Mémoire

dans la peau signe un film

haletant où deux militaires

américains sont pris au piège

par un soldat irakien en plein

désert. Le duo est incarné

par le catcheur John Cena et

l’acteur de Kick-Ass Aaron

Taylor-Johnson.

Après son apparition

remarquée dans Batman v

Superman : L’Aube de la

Justice, l’Amazone Diana,

jouée par Gal Gadot, a droit à

son film en solo. Une histoire

qui revient sur l’enfance de

l’héroïne, puis ses combats

pour défendre les humains.

Le réalisateur de L’Auberge

espagnole revient avec une

histoire de famille. Après des

années d’absence, un homme

retrouve son père dont la mort

est imminente. Il doit renouer

les liens avec ses frères et

sœurs sur les terres viticoles

de sa Bourgogne natale.

Le monstre mythique d’Universal

réapparaît dans cette

version de La Momie. Réveillée

par erreur par des soldats

américains, la créature va

semer la terreur. Elle est

incarnée par Sofia Boutella,

révélée dans Kingsman :

Services secrets.

Free Fire

14 juin

Une vente d’armes clandestine doit

avoir lieu dans un entrepôt désert.

Tous ceux qui y sont associés se

retrouvent face à face : Justine,

l’intermédiaire, deux Irlandais, et le

gang dirigé par Vernon et Ord. Mais

rien ne se passe comme prévu.

21 juin

Baywatch : Alerte à Malibu

Après 21 Jump Street, Alerte à

Malibu, la série culte des années 90,

est transformée en comédie potache

et sexy. Dwayne Johnson et Zac Efron

sortent les maillots rouges en compagnies

des sportives et pulpeuses

Alexandra Daddario, Priyanka Chopra.

De : Ben Wheatley / Genre : Action / Avec : Brie Larson, Cillian Murphy, Armie Hammer

De : Seth Gordon / Genre : Comédie / Avec : Dwayne Johnson, Zac Efron

K.O.

21 juin 21 juin 21 juin

28 juin

Le Grand Méchant

Transformers :

Renard et autres contes... Les Ex

The Last Knight

IMAX

De : Fabrice Gobert

Genre : Thriller, fantastique

Avec : Laurent Lafitte, Chiara Mastroianni

De : Benjamin Renner

Genre : Animation

Avec les voix : G. Darnault, E. Noiraud

De : Maurice Barthélémy

Genre : Comédie

Avec : Jean-Paul Rouve, Claudia Tagbo

De : Michael Bay

Genre : Action, science-fiction

Avec : Mark Wahlberg, Anthony Hopkins

Incarné par Laurent Lafitte,

un homme sort du coma et

vit alors un cauchemar éveillé.

Plus rien n’est comme

avant. Est-ce un rêve ou la

réalité ? Est-il victime d’un

complot ? Le créateur des

Revenants signe un nouveau

thriller intrigant.

Benjamin Renner, le coréalisateur

d’Ernest et Célestine

(César du meilleur film d’animation

2013), adapte avec

l’animateur Patrick Imbert son

excellente BD où un renard

devient la « maman » de trois

poussins très agités.

À découvrir en famille.

Les deux anciens compères

des Robin des Bois se

retrouvent dans cette comédie

chorale inspirée par un

succès italien de Fausto Brizzi

(2009), qui suit six couples

de générations différentes

dont la vie semble compliquée

à cause de leurs ex.

Dans ce cinquième épisode

de la sagaTransformers, toujours

réalisé par Michael Bay,

des enfants épaulés par Mark

Wahlberg mènent l’enquête,

entre légende du roi Arthur,

Seconde Guerre mondiale

et voitures transformables.

Attention les yeux !

34

LES CINÉMAS GAUMONT ET PATHÉ

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!