Diversités magazine numéro 10

villedeliege

Diversités magazine le magazine de toutes les diversités

Dialogues

sur

diversités

Magazine

LA

Diversité

10 - janvier 2016


EDITO

Nous continuons à partager avec

vous l’actualité de nos diversités

mais nous ajustons quelque peu la

formule.

Dès janvier, nous commençons

chaque numéro par l’évocation

d’un projet, une association, une

personnalité que nous voulons distinguer.

Notre feuilleton reviendra sur

quelques épisodes de l’immigration

italienne. Les accords organisant

cette importante vague étaient signés

il y a 70 ans.

4

Focus

• Projet New Start par

le Monde des Possibles

• Dj-Ridoo

Nos débats tourneront cette année

autour du livre coproduit par la Ville

de Liège et la Maison des Sciences

de l’Homme (ULg) Dialogues sur la

Diversité, à l’occasion des 20 ans de

la Charte « Liège contre le racisme ».

sommaire

Nouveauté, nous présenterons

chaque mois une œuvre du Créahm

et la tribune d’une association partenaire.

10 - Janvier 2016

Un agenda d’activités, des recettes

culinaires, des suggestions de lecture

et l’occasion de prendre la

parole... achèvent le tableau incomplet

de cette nouvelle édition.

2016 sera placée sous le feu de

l’égalité et de la diversité.

Le feuilleton

70 ans d’immigration italienne

6

8

Suggestions

Lectures, films, musique


10

gastronomie

et recettes

Turquie

12 LE DÉBAT

Dialogues sur la diversité

Une artiste

du Créahm

Nicole Daiwaille

14

+

7

7

14

15

La vidéo du mois

la parole est à vous

coup de projecteur

Agenda


focus

Projet New Start

le Monde des Possible

« N’attends pas le Prince Charmant,

apprends à lire et deviens

qui tu es » citation féministe.

New Start - Un projet européen

de femmes migrantes à l’ASBL Le

Monde des Possibles

Par son ouverture aux langues du

Monde, le projet New Start invite à

la générosité et au partage. Nous,

femmes migrantes, nous apprenons

les techniques de l’interprétariat

en milieu social pour proposer

nos compétences linguistiques

dans l’accompagnement rémunéré

des personnes qui en ont besoin

dans leurs rapports aux institutions.

Conjointement à ces compétences,

New Start promeut aussi

un rapport au monde dans toute

sa richesse, une amplitude gigantesque

à s’ouvrir aux narrations

pour en extraire des points de rencontre

entre toute la diversité des

cultures.

La vie partagée de nos difficultés

rencontrées au quotidien révèle

souvent des violences administratives,

socioéconomiques, patriarcales

ou physiques. Nos témoignages

qui dessinent les bases

d’une solidarité en mouvement

sont autant de traces, de reflets,

de présences antagonistes avec les

hommes et les politiques migratoires

discriminantes.

Notre savoir faire est constitué

de notre vécu et de nos langues,

multiples, bariolées qui plongent

parfois aux origines de civilisations

ancestrales et méconnues à

Liège. D’autres sont complexes, se

méritent mais toutes alimentent

l’étonnement des innombrables

manières de voir le monde, de le

dire et de l’aimer. Nos ateliers menés

avec nos formatrices Régine,

Elisa, Charlotte et Chiara soutiennent

une dynamique d’éducation

populaire sur une session de 3

mois (5 matinées par semaine) qui

se présente en différents modules

(droit, citoyenneté, informations

sociales, actions collectives, économie

sociale...). Cela nous permet

de nous retrouver, d’échanger nos

expériences et savoir-faire pas uniquement

linguistiques.

L’amour des langues c’est l’amour

des gens ; une manière aussi de relever

le défi de dire le monde avec

des vécus parfois traumatiques.

Mais nos faiblesses sont nos forces

et les femmes réussissent admirablement

bien quand elles en ont les

moyens. Nos ateliers intègrent parfois

la présence des hommes car il

s’agit bien de travailler ensemble

à l’émancipation de chacun et de

chacune quel que soit son sexe,

son origine sociale ou ethnique.

Nous travaillons contre la bêtise et

la méchanceté pour que chacune

puisse inventer sa vie, ensemble.

Prochaine session New Start

du 11 janvier 2016 au 25 mars

2016.

L’équipe New Start.

Le Monde des Possibles

97 rue des Champs

4020 Liège

www.possibles.org

04/232.02.92

Avec le soutien

de l’Union Européenne

Programme Daphné III

www.newstart-project.eu

focus


focus

Dj-Ridoo

DJ-Ridoo

Signes particuliers : 24 ans, Liégeois,

Compositeur exclusif, Arrangeur

d’exception.

Handicapé moteur depuis sa naissance,

grâce à la musique et aux

nouvelles technologies, ce jeune

homme de 23 ans est devenu DJ.

Thibault, alias DJ-Ridoo, est passionné

de musiques électroniques

depuis son adolescence. Depuis

plusieurs années, ce jeune fou furieux

du studio hyper-personnalisé,

mixe et remixe des compositions

personnelles aux univers sirupeux,

se baladant entre mix lounge et

électro-pop.

Même si il ne cache pas ses premiers

amours pour David Guetta,

il voue une admiration sans bornes

pour le prodigieux DJ Tiesto.

La musique de DJ-Ridoo lui ressemble

tout simplement : généreuse,

subtile alchimies de sonorités

et de mélodies, acquises grâce

notamment à de nombreuses rencontres

et collaborations avec des

DJ Liégeois, l’Artiste propose un

véritable voyage musical imprégné

de couleurs et de surprises qui

risque bien d’en étonner plus d’un.

Sur sa Fan Page, DADDY K postera

un statut élogieux suite à une de

ses prestations, saluant un artiste

atypique et talentueux…

Voici quelques uns des événements

où DJ-Ridoo s’est produit :

• La DJ Expérience à Bruxelles

• DJ-Ridoo & Friends au MadCafé à

Liège

• La Journée Mondiale de la Radio

à Paris pour l’UNESCO

• La soirée d’ouverture des Rencontres

Internationales du

Créahm (2014)

• Les Francofolies de Spa...

Assurément, le phénomène DJ-Ridoo

est en route et sa musique va

marquer nos mémoires....

Pour plus de détails, voici tous

les contacts :

E-mail : djridooo@live.fr

www.artstyle.thibs.sitew.com

Facebook page DJ-RIDOOO

Soundcloud: https://soundcloud.

com/dj-ridoo-thibs-artstyle

Benoit Henrard - 0473/86 84 39

henrard.benoit@gmail.com

le débAT


70 ans d’immigration italienne

L e feuilleton

Les accords italo-belges

Après la seconde guerre mondiale,

la Belgique doit reconstruire son

économie. Le secteur industriel

minier a été relativement protégé

pendant le conflit et peut donc être

relancé rapidement. Cependant, la

plupart des belges refusent maintenant

de travailler dans les fosses,

aux conditions proposées.

Si « les Belges ne veulent plus descendre

», il faut bien se tourner vers

d’autres dira Achille Van Acker,

Premier Ministre de l’époque. L’Italie,

de son côté, est exsangue, et sa

jeunesse se tourne volontiers vers

l’étranger, comme elle le fit avant

1940 avec la montée du fascisme

mussolinien et encore longtemps

après. Ce pays sera le premier à

répondre favorablement à l’offre

belge et, dès lors, il ne restera plus

qu’à écrire et signer le protocole

d’accord. Surnommé parfois « des

bras contre du charbon », il fut signé

à Rome le 23 juin 1946 et ses

annexes le 26 avril 1947.

Les ouvriers italiens ne pouvaient

venir qu’après avoir passé

les tests médicaux en Italie, avant

d’être acheminés par trains dans

les principales gares de Wallonie.

Le contrat était précis, 5 ans de

mine avant de pouvoir faire « autre

chose » et si il y avait une rupture

du contrat, c’était un retour direct

vers l’Italie.

Pour des points de vue multiples

(ingénieurs des mines, migrants)

sur l’immigration italienne, des

anecdotes, du vécu, visionnez le

court film ci-dessous.

Cliquez ici pour lire une discussion

détaillée et soutenue des questions

suivantes par Anne Morelli : qui a

fait venir les Italiens en Belgique ?

Combien d’Italiens ont été recrutés

pour les mines belges ? Comment

ont-ils été perçus à leur arrivée ?

rosa parks


La parole est à vous

Je savais

que ça serait dur

de trouver une place

ailleurs,

hors de mon pays,

que ça serait difficile.

Je n’avais pas d’illusion

sur le fait d’arriver

et d’avoir tout.

J’étais déjà prête

à ce que ça soit

difficile.

Je savais

que Je ça savais serait dur

de trouver que ça une serait place dur

ailleurs, de trouver une place

hors ailleurs, de mon pays,

que hors ça serait de mon difficile. pays,

Je n’avais que ça pas serait d’illusion difficile.

sur Je le n’avais fait d’arriver pas d’illusion

et d’avoir sur le tout. fait d’arriver

J’étais et d’avoir déjà prête tout.

à ce J’étais que ça déjà soit prête

difficile. à ce que ça soit

difficile.

NINO KOBERIDZE

NINO KOBERIDZE

27 ans

NINO KOBERIDZE

ORIGINAIRE DE TBILISSI, EN GÉORGIE 27 ans

27 ans ARRIVÉE EN AVION DIRECTEMENT ICI IL Y A 4 ANS.

DIVORCÉE,

ORIGINAIRE

2 ENFANTS

DE TBILISSI, EN GÉORGIE

ORIGINAIRE DE TBILISSI, EN GÉORGIE 1 ORDRE

ARRIVÉE

DE QUITTER

EN AVION

LE TERRITOIRE

DIRECTEMENT ICI IL Y A 4 ANS.

DIVORCÉE, 2 ENFANTS

ARRIVÉE EN AVION DIRECTEMENT ICI IL Y ACTUELLEMENT, A 4 ANS. ELLE DEMANDE L’ASILE.

1 ORDRE DE QUITTER LE TERRITOIRE

DIVORCÉE, 2 ENFANTS

ACTUELLEMENT, ELLE DEMANDE L’ASILE.

1 ORDRE DE QUITTER LE TERRITOIRE

ACTUELLEMENT, ELLE DEMANDE L’ASILE.

Pour un extrait de la vie de

Nino, cliquez ici

Vous aussi, libérez-vous ! Parlez-nous

de votre expérience

de discrimination.

Contribuez à une oeuvre artistique.

Pour plus d’info, cliquez ici

Photo issue du Projet « Action

culturelle commune en faveur des

réfugiés » de la chambre patronale

des employeurs permanents des

arts de la scène d'expression française.

www.chambrepatronale.be

la vidéo du mois

« Des Fleurs Pour Danielle », la mamie qui fait du bien.

la parole est à vous


Suggestions

S

U

G

G

E

S

T

I

Livres

ESsai • adulte

Album • Jeunesse

Roman • Adulte

Annie Cornet, Le dialogue social

et la gestion de la diversité, ESAT

Jean Pinaud, 2014

Le dialogue social sur la diversité,

de par la variété des sujets traités

et des publics concernés, apparaît

comme le lieu privilégié de discussions

sur le développement des

ressources humaines en entreprise.

Les partenaires sociaux en sont

bien conscients comme en atteste

le nombre des accords collectifs

sur la diversité. Issu d’un travail collectif

ayant réuni des chercheurs,

des représentants d’entreprises

et des organisations syndicales,

ce guide vise à fournir aux partenaires

sociaux des pistes de réflexion

pour comprendre les enjeux

du dialogue social sur la diversité.

Outre de nombreux exemples d’innovations

en la matière, il contient

des informations pratiques et des

extraits d’accords à l’usage des

négociateurs et de tous ceux qui

misent sur le dialogue social pour

faire progresser le management de

la diversité.

Une suggestion d’Alliage

Marie-Sabine Roger, A quoi tu

joues ?, Sarbacane, 2009.

Les garçons ne jouent pas à la dînette,

ne font pas de la danse, ne

sautent pas à la corde et surtout, ne

pleurent jamais. Les filles ne jouent

pas au foot, ne savent pas bricoler,

ne peuvent pas piloter d’avion, et

bien sûr, ne font pas la guerre. Cet

album, une série de photos à l’effet

pied de nez radical, cachées sous

des rabats, démontre avec humour

et réalisme l’absurdité des idées

reçues.

Disponible dans toutes les bibliothèques

de la Ville de Liège.

André Gide, Voyage au Congo,

Gallimard, 1998

Ce récit permet de se replonger

dans l’ambiance d’une authentique

expédition. Alors qu’à l’heure

actuelle, le monde entier paraît

connecté en permanence, voici

le compte-rendu d’une épopée

de quelques mois à pied (mais

avec des porteurs!), en bateau, en

voiture à travers des contrées déjà

explorées.

Gide se montre un observateur

fort critique de la réalité coloniale :

il épingle les excès, les brutalités.

Bien sûr, la dénonciation n’est pas

nouvelle. Mais, ce témoignage

supplémentaire d’un écrivain

engagé confirme, si besoin en était,

le caractère insupportable de la

machine coloniale qui détruit des

vies et des communautés tout en

se réclamant de la civilisation.

Description basée sur celle de

Patrick Wautelet.

Une suggestion de l’Université de

Liège

suggestions


O N S

Films

Théâtre

Musique

Sang et Or

Film dramatique iranien sorti en

2003, réalisé par Jafar Panahi et

écrit par Abbas Kiarostami.

Selon un livreur de pizza, Hussein,

il existe un déséquilibre du système

social profond. Il le voit partout où

il va. Un jour, lorsque son ami, Ali, lui

montre un porte feuille perdu, avec,

à l’intérieur un collier, il n’arrive pas

à comprendre le niveau de vie des

nobles. Pour lui, son faible salaire

ne lui permettrait jamais de pouvoir

acquérir un aussi beau bijou ...

Mais un jour, Hussein va découvrir

la vie qui se cache derrière l’argent.

Cependant, cela ne le mènera pas

où il aurait préféré être ...

Projection le mardi 12 janvier à la

Maison de la laïcité de Liège, Boulevard

d’Avroy, 86, 19h 15 dans le

cadre de son ciné-club. Entrée 1€ la

séance ou 20€ pour la saison (25

séances).

Pour visionner la bande annonce,

cliquez ici

J’habite un pays fantôme

« Le monde est un village où mon

village n’est plus… Je dessinerai,

jusqu’à mon dernier souffle, mon

pays ; cette contrée imaginaire née

de la dépossession, qui sera tous

les pays et qui ne sera que mien.»

Venez découvrir la démarche artistique

de l’auteur et comédien Kenan

Görgün, qui se situe à mi-chemin

entre le stand up et la conférence

interactive, sous le regard pointu

de Daniel Simon. Immigrations, intégrations,

désintégrations. Double

culture, double identité. Vivre ensemble

? Vivre autrement ? Sur

scène, un auteur et un acteur. Un

créateur et sa créature ? Non : une

dispute philosophique, un laboratoire

où l’identité se cherche, se

déconstruit et se redéfinit sous nos

yeux, en temps réel, à travers les

deux incarnations d’un même personnage.

Représentations au Théâtre de

Liège du 17 au 22 janvier, horaires

et prix variables.

Trio Joubran

Le Trio Joubran, composé des

frères Samir, Wissam et Adnan, est

l’héritier de quatre générations de

luthiers de Palestine. Son répertoire

est constitué de magnifiques improvisations

et de mélodies riches

et subtiles. Il repose sur une grande

connaissance de l’imposante culture

du l’oud, ce luth à l’univers si

vaste.

Au fil des compositions, le Trio Joubran

s’est imposé sur l’échiquier

des musiques du monde et jouit

aujourd’hui d’une reconnaissance

universelle, il joue à guichets fermés

dans les plus grandes salles

du monde. Le trio symbolise la

riche culture de Palestine et représente

une valeur incontournable de

grand compositeur.

Prix en prévente : 24 € (sur le site et

dans les cinémas des Grignoux), le

jour même: 28 € Demandeur d’emploi

15 € - Cinéma le Parc

Pour tous les détails et quelques

pré-écoutes : cliquez ici

suggestions


Culture, gastronomie et recettes

Turquie

La Turquie se trouve à la croisée de

plusieurs cultures, et sa gastronomie

reflète des influences multiples.

Elle bénéficie de l’héritage ottoman

et se situe à la charnière des

saveurs asiatiques, orientales et

méditerranéennes.

Elle s’est enrichie des migrations

des Turcs au cours des siècles, de

l’Asie centrale à l’Europe. Ses voisins

(Grèce, pays du Moyen-Orient,

des Balkans, Iran ou encore Arménie)

y laissèrent leur empreinte et

l’on trouve un grand nombre de

plats communs avec les gastronomies

libanaise, grecque ou arménienne.

Parmi les éléments que les Turcs

ont apportés d’Asie centrale figurent

le yaourt et la yufka (pâte

feuilletée) qui constitue la base du

baklava et des börek.

Par sa position géographique qui

permet une diversité climatique et

une auto-suffisance alimentaire, la

Turquie préserve le caractère hétérogène

de sa cuisine et les traditions

d’un passé lointain sont bien

conservées.

Dans le cadre d’Europalia Turquie,

venez découvrir la culture et gastronomie

turque le 17 janvier 2016

au Théâtre de Liège à travers le

programme suivant :

• Dès 12h : spécialités turques à prix

démocratiques proposées par l’asbl

CEDICOW et possibilité de visiter

l’exposition « 50 ans d’immigration

turque en Belgique », élaborée

par l’asbl verviétoise SIMA.

• 14h : Première de « J’habite un

pays fantôme » de Kenan Görgün

• Après le spectacle, rencontre

informelle avec Kenan Görgun

et Othmane Moumen

Dolmas

Temps de préparation

90 minutes

Temps de cuisson

60 minutes

Ingrédients (pour 6 personnes)

• 50 feuilles de vignes

• 1 bouquet de persil

• 1 gros oignon

• 150 g de riz (rond ou basmati)

• 1 citron

• 1 cube de bouillon de volaille

• poivre

• huile d’olive

• 50 g de pignons de pin

Préparation

Quelques heures avant de faire vos

dolmas :

Faire bouillir de l’eau, puis jeter les

feuilles de vignes dedans: les faire

blanchir 5 à 7 min. Puis les faire refroidir

avant de les préparer.

Préparation de la farce:

Couper finement l’oignon.

Dans une poêle profonde, faire

revenir l’oignon dans 1 cuillère à

soupe d’huile d’olive, puis rajouter

le riz et remuer pendant 3 min.

Verser 40 cl d’eau, puis le cube de

bouillon; laisser cuire à feu moyen

en remuant de temps en temps. Le

riz ne doit pas être totalement cuit,

mais un peu ferme.

Ciseler le persil finement et le rajouter

en fin de cuisson.

Rajouter aussi, les pignons (autant

que vous voulez), puis le jus du citron

(attention ne pas jeter le citron

une fois vidé de son jus: on en aura

besoin pour la cuisson des dolmas),

poivrer.

Réalisation des dolmas:

Prendre une feuille, couper la

queue.

Disposez la feuille face à vous, du

côté des nervures. La pointe de la

feuille doit être vers le haut.

Déposer une cuillère à café de farce

en bas de la feuille; ramener les 2

côtés de la feuille vers le centre,

rouler, jusqu’à la pointe. (la pointe

permet de bien fermer le dolmas).

Dans une marmite, disposer les

dolmas bien serrés les uns contres

les autres, afin qu’ils tiennent à la

cuisson: je vous conseille de les

ranger en cercle.

Cuisson des dolmas :

Verser 20 cl d’eau dans la marmite,

un filet d’huile d’olive, placer

les citrons vides sur les dolmas et

couvrir.

Faire bouillir l’eau de cuisson puis

baisser immédiatement le feu et

mettre ensuite sur feu très doux.

Faire cuire au moins 1 heure, rajouter

un peu d’eau pour la cuisson si

besoin.

Laisser refroidir au moins une heure

au réfrigérateur avant de servir.

Pour en savoir plus sur la

culture de la Turquie, voici

quelques suggestions disponibles

chez PointCulture

Musique

• Turquie Ashik : Chants

d’amour et de sagesse de

l’Anatolie

• Turquie : Cérémonie des

Derviches Kahiri

• Turquie: L’art du tanbur ottoman

DVD

• La Turquie : Vidéo-guide

Hachette

• Des trains pas comme les

autres

• La Turquie : Guide de

Voyage

culture, gastronomie et recette


© Wikihow

culture, gastronomie et recette


Le débat

Dialogues sur la Diversité

L’historique

Dans le cadre des célébrations

du vingtième anniversaire de

l’adoption de la Charte « Liège

contre le racisme » en 2015, la Ville

de Liège s’est associée à la Maison

des Sciences de l’Homme de

l’Université de Liège pour marquer

le coup et contribuer à la réflexion

et l’échange d’idées d’une manière

durable.

C’est ainsi qu’est né l’ouvrage Dialogues

sur la Diversité, qui commence

par une introduction sur

la diversité en général avant de

jouer de l’acrostiche pour aborder

différents thèmes en lien avec ce

concept. Notre volonté a été de

proposer, pour chacun des chapitres,

un regard pluriel, une mise

en dialogue. Chacun fait en effet

l’objet d’un double éclairage : par

un académique/scientifique et par

un acteur spécialiste, issu du terrain,

d’institutions publiques ou privées.

L’ouvrage

Voici ce que nous raconte le huitième

de couverture à son sujet :

D-I-V-E-R-S-I-T-É. Neuf lettres pour

écrire un mot et bien plus qu’un

mot : un enjeu fondamental de la

vie en société Égrenant chaque

lettre de ce concept autour d’un

chapitre spécifique, cet ouvrage

est construit sur le principe du dialogue,

du regard croisé à chaque

fois posé entre un chercheur et un

acteur spécialiste du terrain. Neuf

mots, neuf concepts sont alors

abordés pour éclairer cette diversité

autour de thèmes : Discrimination,

Intégration, Vie sociale, Extrême

droite, Racisme, Stéréotype,

Immigration, Territoire, Ethnicité et

Classes sociales. Autant de mots

souvent entendus, parfois galvaudés

qui se retrouvent ici interrogés,

débattus et argumentés, sous

un regard neuf et original, à partir

d’une approche interdisciplinaire.

Tour à tour, le thème de la diversité

est présenté au défi de sa gestion

et de sa gouvernance, renvoyé à la

question de la justice sociale, interpellé

par la montée des peurs et

des dérives les plus sombres. Liés

aux tensions entre le social et l’économique,

au poids des normes, à la

question des identités, au jeu des

oscillations entre visibilité et invisibilité,

aux jeux de pouvoir et à la

perte de souveraineté des États,

les enjeux abordés et les niveaux

de lecture sont multiples. Ils se

laissent alors approcher pas à pas,

pour mieux en saisir la dynamique.

Les suites prévues

Nous souhaitons maintenant continuer

cette discussion sur différents

concepts, ainsi qu’un travail sur leur

démystification. Chaque mois nous

aborderons donc en détails un chapitre

du livre dans cette revue, afin

d’en soulever les enjeux. Nous organiserons

également trois tables

rondes en regroupant chaque fois

trois chapitres et en les associant

à une représentation théâtrale. De

nouveau afin de favoriser le dialogue,

démystifier les concepts,

souligner les enjeux, tout en travaillant

de manière interdisciplinaire.

Lucien par le Collectif Novea

Le débat


La première aurait lieu le 3 mars

2016 et serait consacrée aux « Mobilités

», regroupant les chapitres

sur l’immigration de Sonia Gsir et

François De Smet, sur le territoire

de Stéphane Dawans, David Tieleman

et Pierre Fontaine, et sur

l’ethnicité et les classes sociales de

Marco Martiniello et Gregor Stangherlin.

Elle serait suivie d’une représentation

de Lucien, au Théâtre

de Liège

La seconde se déroulerait le 23

mai 2016 aborderait le thème des

« Solidarités », à travers les chapitres

suivant : Discrimination de

Aude Lejeune et Patrick Charlier,

intégration de Hassan Bousetta et

Régis Simon avec son équipe, et

vie sociale de Didier Vrancken et

Christine Mahy. Le spectacle Quelle

qu’en soit l’issue clôturerait cette

soirée.

Finalement, la troisième table

ronde s’intégrerait dans une journée

de programmation tournant

autour des « Droits humains » le 10

décembre. Elle réunirait les auteurs

des chapitres sur l’extrême droite

(Jérôme Jamin et Stéphanie Ardu),

le racisme (Edouard Delruelle et

Henri Goldman) et les stéréotypes

(Claire Gavray, Marie-Thérèse Casman,

Stéphane Adam et Hassan

Jarfi). Une activité d’allumage de

bougies Amnesty et la pièce « Ceux

que j’ai rencontrés ne m’ont peutêtre

pas vus » viendraient étoffer le

programme.

Pour chaque table-ronde, d’autres

invités viendraient certainement

compléter les rangs et enrichir les

points de vue. Tout n’est pas encore

bouclé. Suspense, suspense,

nous en reparlerons.

Et le dialogue dans tout

cela ?

Mais en attendant, c’est quoi ce

fameux dialogue que nous recherchons

? Le dialogue se distingue

de la discussion et du débat parce

qu’il sous entend une évolution des

idées et une interpénétration des

arguments au fur et à mesure des

prises de paroles. Le dialogue appelle

donc à ce que les acteurs de

la communication soient transformés,

d’une certaine façon. L’écoute

active, l’humilité sincère et le respect

mutuel y sont donc nécessaires.

Un dialogue consiste en un examen

croisé de différentes paroles,

qui toutes engagent leur auteur. Un

dialogue réussi produit un diagnostic

intégrant tous les arguments

des participants et une conclusion

dans laquelle ils se retrouvent tous.

Première illustration le mois prochain

!

En attendant, nous vous laissons

avec un film présentant le quartette

pour le dialogue tunisien, qui a justement

reçu le Prix Nobel pour la

paix 2015, signe que le dialogue se

profile de plus en plus comme une

attitude et façon de procéder fondamentales

dans nos sociétés.

figures emblématiques


Le creahm

Nicole Daiwaille

Nicole Daiwaille fait partie des plus

anciens de l’atelier peinture du

Créahm. En effet, elle commence

à fréquenter celui-ci en 1984 et est

une des rares à l’atelier à avoir suivi

les enseignements du fondateur

Luc Boulangé. L’œuvre de Nicole

a été maintes fois exposée en Belgique

et à l’étranger.

En artiste accomplie dotée d’une

concentration certaine, Nicole

Daiwaille se plait à planifier scrupuleusement

ses activités. Depuis plusieurs

dizaines d’années déjà, elle

manie habillement stylos, feutres,

pastels et pinceaux. Ses premières

créations, prémisses réduites et

simplifiées de son travail actuel,

révèlent un attrait incontestable

pour la forme géométrique quelle

qu’elle soit. Les thématiques qu’elle

exploite résultent toujours des influences

de son quotidien ou plutôt

des ressources que peut lui offrir

son environnement journalier. Telles

des icônes nouvelles, des icônes

désacralisées, les œuvres de Nicole

Daiwaille témoignent souvent

d’une refonte personnelle entre

coupures de magazines et chefsd’œuvre

artistiques. Mini symboles

et autres décors ornementaux, les

personnages, éléments fétiches de

ses peintures, sont d’accoutumée

encadrés par de petites images entretenant

un lien étroit avec l’art de

l’enluminure des manuscrits moyenâgeux.

La plupart des œuvres de l’artiste

exige une lecture horizontale. Semblables

à des planches de bandesdessinées

exempt de phylactères,

elles dialoguent d’elles-mêmes. Ne

racontant aucunement une histoire

à proprement parler, ces peintures

relatent pourtant un récit : celui

d’une thématique. Quel qu’en soit

le sujet, la règle souveraine est d’en

faire résulter un mot, une idée, un

concept. Un élément caractéristique

donne ainsi le ton et guide

l’observateur dans son exploration

picturale.

Plus d’info sur le Creahm, cliquez ici

Coup de projecteur

La Maison des

Sciences de

l’Homme - ULg

La Maison des Sciences de l’Homme

(MSH) propose aux citoyens et aux

chercheurs un espace de réflexion

et de débats où les savoirs circulent,

s’échangent et s’enrichissent.

Elle accorde une attention toute

particulière aux questions de société

et d’éthique qui permettent

d’interroger le vivre ensemble. La

Maison des Sciences de l’Homme

de l’Université de Liège a été créée

en mars 2013.

Tournée vers la recherche, l’enseignement

universitaire et vers le

monde extérieur, elle s’inscrit dans

la logique de constitution de plateformes

d’échanges de savoirs au

départ de compétences reconnues

au sein de l’Université de Liège.

le cripel

Tout en veillant à la compréhension

des évolutions de notre monde, la

MSH vise une mise en synergie des

sciences de l’homme et de la société

sur des questions fondamentales

nécessitant ouverture d’esprit et

rigueur d’analyse. Elle participe à

la diffusion des savoirs, répond aux

demandes de la cité, organise des

débats et des événements autour

d’un axe principal, celui du « vivre

ensemble ».

Concrètement, la MSH soutient la

mise en réseau des acteurs et des

savoirs et favorise la mise en dialogue

des expertises scientifiques

et des expertises citoyennes. Elle

encourage l’interdisciplinarité ainsi

que la prise en compte de problématiques

citoyennes. Elle s’adresse

tant aux scientifiques, dans le cadre

de la réalisation, de la diffusion et de

la valorisation de leurs recherches,

qu’aux académiques, dans le cadre

d’enseignements croisés, ouverts et

innovants ainsi qu’aux partenaires

extérieurs à l’Université de Liège

dans le cadre de leurs missions

associatives, citoyennes ou d’enseignement.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Rachel Brahy, Coordinatrice scientifique de

la Maison des Sciences de l’Homme.


agenda

> 17 janvier

Expo Hope & Optimism

25 graveurs du monde entier déclinent

le thème de l’espoir et de

l’optimisme, sur base d’une linogravure

de John Mufangejo qui servit

d’image de propagande à Nelson

Mandela.

Grand Curtius

4 janvier

Le goût des merveilles

Projection du film et rencontre

« L’autisme chez l’adulte »

Au Sauvenière, 20h, prix d’entrée

habituels

6 janvier

Jam Session de Blues

Sur scène, improvisation collective

ouverte aux musiciens ayant des

connaissances minimales en blues.

Blues Sphere, 20h30, entrée libre

et ouverte à tous.

7 janvier

Sur la piste de Yu Bin

Un documentaire qui se décline

comme une émouvante et remarquable

exploration de la mémoire

familiale et individuelle

Avant première en présence du

réalisateur - Cinéma Le Parc, 20h,

prix d’entrée habituels

9 janvier

A la croisée des

cultures, spécial Tunisie

Repas tunisien, conférence-débat,

expo photos et projection d’un

documentaire. Ambiance musicale,

danse orientale.

Maison de la laïcité d’Angleur, Chênée,

Grivegnée, dès 18h, repas 15€

9 janvier

Exposition photo Hope

of another human being

l’Enseigne du Commissaire Maigret,

18h30, entrée libre. Exposition accessible

jusqu’au 30 janvier.

12 janvier

Sang et Or

Ciné-club voir page 9. Maison de la

laïcité de Liège, 19h 15, 1€ la séance

ou 20€ pour la saison (25 séances).

13 janvier

Workfare : activer les

malades et les handicapés

vers l’emploi ?

La zone, dès 18h, auberge espagnole,

conférence conférencedébat

de 19h à 21h, entrée libre.

13 > 22 janvier

Exposition "Les émigrants

belges d’hier, un

miroir pour aujourd’hui ?"

Antenne communale de Jupille. Me

13 à 18h - ve 16 à 20h - sa 10 à 13h

ou sur RDV au 04/370.16.80. Entrée

libre. Vernissage le 13 janvier 18h30

14 janvier

Lectures en tous genres

Présentation de textes ou d’auteures

féministes. Barricade, de

19h30 à 21h30, entrée libre.

14 > 31 janvier

Exposition Seda

Gubacheva

Cité Miroir, Bibliothèque George

Orwell, vernissage le 14 janvier, à

18h. Entrée libre.

17 > 22 janvier

J’habite un pays

fantôme

Journée spéciale de première le 17,

détails voir page 10

Théâtre de Liège, prix et horaires

variables.

22 janvier

Trio Joubran

Héritiers de quatre générations de

luthiers de Palestine.

Voir page 9. Cinéma le Parc, 20h30,

23 janvier

Hora Cero Quintet

Tango argentin

L’Aquilone, 20h30.

28 janvier > 3 mars

La collection du Mad

Musée vue par Alain

Platel

Chorégraphe et metteur en scène

belge, Alain Platel est intéressé

par l’univers sensoriel et émotionnel

des personnes handicapées. Le

théâtre de Liège, vernissage le 28

janvier à 18h, entrée libre

30 janvier

Siavash Yazdanifar et

Maryam Azad

Découverte de musique d’Iran.

L’An Vert, 20h30, 7€.

Merci à nos partenaires qui ont collaboré

à ce numéro : Point Culture, la Maison

des Sciences de l’Homme, le Créahm,

les Bibliothèques de la Ville de Liège,

L’Université de Liège, Alliage, Le Monde

des Possibles, le Théâtre de Liège,

CEDICOW, ...

agenda


Consultez les précédents numéros

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

DIVERSITÉS

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

La diversité

dans La presse

N°5 - juillet-août 2015

N°6 - septembre 2015

N°7 - octobre 2015

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

N°8 - novembre 2015

Les jeux au service du handicap ?

diversités

Magazine

N°9 - décembre 2015

SexiSteS, noS jouetS ?

Cabinet de l’échevin de la Culture

et des Relations interculturelles

04 221 93 33

www.liege-diversites.be

More magazines by this user