Views
3 months ago

QR75

DOSSIER MINES ParisTech

DOSSIER MINES ParisTech © DR © DR FORMATION Cegos prépare aux certifications Cegos forme des chefs de projet Certification pour leurs projets de certification et les accompagne éventuellement par une activité de conseil. Florence Gillet-Goinard, responsable des formations Qualité Sécurité et Environnement et Développement durable, explique l’importance de se former pour se préparer à des projets de certification. Entretien Florence GILLET- GOINARD responsable formations QSSE, RSE, Développement Durable Qualité Références : Quelles sont vos formations préparant à des projets de certification ? Florence Gillet-Goinard : Il existe 2 types de formation. Des formations courtes de 2 à 3 jours sont consacrées aux référentiels (ISO 9001, ISO 14001…). Les participants doivent comprendre les exigences de la norme. Si celle-ci donne des axes directeurs, les entreprises doivent trouver les meilleures solutions pour répondre à ces exigences. Ainsi, notre pédagogie est centrée sur la lecture et la compréhension des normes avec des jeux pédagogiques (retrouver les exigences de la Les participants de la promo 2016 du Mastère Spécialisé avec Jasha Oosterbaan, responsable pédagogique du programme et directrice du centre ISIGE - MINES ParisTech norme par chapitre, comprendre les liens entre les différents chapitres, quizz vrai/faux) et de cas pratiques. Nous présentons des cartographies de processus, des exemples de documents clés. En outre, des formations complémentaires sont organisées sur des thèmes en fonction des besoins ponctuels des participants. Par exemple, les sujets peuvent être la résolution de problème, l’analyse de risques, l’approche processus. Par ailleurs, le Mastère Spécialisé « Management Global RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et Développement Durable » en partenariat avec MINES ParisTech, propose, depuis 10 ans, un parcours approfondi et diplômant. En 50 jours de formation, il aborde les exigences de la norme et les outils qui permettent de conduire un projet de certification. Il nous importe, en effet, que les participants comprennent que la certification n’est pas une fin en soi, même si elle est obligatoire pour répondre à certains marchés : elle doit être considérée comme un moyen permettant à l’entreprise de progresser. Cela est important pour nous que les participants prennent du recul et oublient le côté scolaire. Ils doivent donc raisonner et se demander à quoi la norme leur servira et quelle est la valeur ajoutée de cette norme, en quoi elle permettra de faire progresser leur entreprise. Parallèlement, nous explorons aussi les outils qui aideront à faire vivre le système de management au quotidien avec des plans de communication (enjeux et résultats), des petits-déjeuners de la qualité, des quizz, des jeux et des concours etc.. Il faut aussi noter que la certification est juste une étape dans une démarche d’amélioration. Souvent, dès que les entreprises sont certifiées, le personnel se mobilise moins. Donc nous voulons que les participants comprennent le sens qu’ils donnent à leurs certifications et l’intérêt pour l’entreprise. Ils pourront, ensuite, expliquer au personnel et à la direction pourquoi la certification permet de mieux satisfaire le client, de s’engager dans l’amélioration continue et de réduire les impacts environnementaux. En effet, une certification bien appliquée peut être un véritable levier de performances. Nous insistons également sur les audits internes qui sont des formidables outils pour s’assurer en permanence que le système est compris, appliqué et pertinent. Sur le terrain, ils permettent de garantir en permanence la cohérence de leur système de management de qualité ou de santé/sécurité ou de santé/ environnement. Q.R. : A quel public les formations sont-elles destinées ? F.G.G. : Concernant le Mastère Spécialisé RSE et Développement Durable, les participants sont des professionnels expérimentés et extrêmement motivés, car ils se forment tout en poursuivant leur activité. Il existe, en général, deux types de profils. Ceux qui ont parfois déjà un savoir-faire ou des connaissances sur la qualité, la santé, la sécurité et/ ou l’environnement. Ces participants veulent acquérir toutes les compétences nécessaires à la QHSE 1 pour engager un projet plus global de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). Le deuxième type de profil est constitué de personnes (anciens responsables Achat ou RH ou commercial) en reconversion souhaitant travailler dans le domaine du développement durable en milieu de carrière pour 1 Qualité, hygiène, sécurité, environnement 42 IQUALITÉ RÉFÉRENCES • N°75 • Janvier 2018

DOSSIER © DR donner du sens à leur métier. La présence de ces 2 types de public favorise la richesse des échanges entre les participants. Q.R. : Comment préparez-vous les professionnels de la qualité à réaliser un dossier de demande de certification ? F.G.G. : Nous conseillons aux entreprises d’adopter une démarche participative où le responsable Qualité, Santé sécurité et/ou environnement est l’architecte du projet. Il est accompagné des managers et des collaborateurs qui contribuent eux, à la construction opérationnelle du système de management visé. En revanche, il ne faut pas travailler dans la précipitation. Les projets de certification doivent être réalisés sur 18 mois ou 2 ans. De plus, en permanence, la personne formée doit se poser des questions à propos de la création de valeurs sur les actions qu’elle met en place pour éviter la rigidité qui serait contraire à la logique des normes conçues pour aider les entreprises à progresser. En fin de cursus, au travers d’audits internes, le système de management est passé en revue pour savoir s’il est bien adapté et conforme aux exigences du référentiel choisi. Nous conseillons aussi aux personnes de dire que leur certification est valable si une amélioration est constatée. Elles doivent avoir des indicateurs et un tableau de bord pertinent leur permettant de s’assurer qu’ils progressent sur des points clés. Q.R. : Sur quels référentiels internationaux vos formations s’appuient-elles ? F.G.G. : Nos formations traitent des certifications les plus courantes : l’ISO 9001 en qualité, l’ISO 14 001 en environnement et la future ISO 45 001 (la santé et la sécurité), la norme ISO 50001 pour le management de l’énergie et enfin l’ISO 26 000 qui est le cadre de construction d’une démarche RSE (mais on ne peut être certifié sur ce référentiel). Q.R. : Quels conseils pouvez-vous donner aux professionnels de la qualité pour préparer un dossier de demande de certification ? F.G.G. : Il faut se poser des questions sur l’opportunité et les apports de la certification (reconnaissance, valorisation) : Est-ce que la certification sera vécue plus comme une contrainte que comme une opportunité ?, Y-aura-t-il un réel engagement fort de la direction ? La direction a-t-elle compris les futurs impacts sur l’entreprise ? Il faut donc embarquer tout le comité de direction pour qu’il comprenne cette démarche basée à la fois sur la prévention et sur l’amélioration continue. Il faut également que chaque collaborateur ait compris ses responsabilités. En outre, les professionnels de la qualité, santé-sécurité et/ou environnement doivent accepter que le système de management construit soit réadapté en fonction de l’évolution de l’entreprise et du marché. Q.R. : Sur quels points les professionnels de la qualité doiventils être vigilants ? F.G.G. : Avant tout, il est préférable de ne pas être trop scolaire et de ne pas raisonner uniquement sur ce que demande la norme. Celle-ci n’impose pas de solution. Donc le professionnel de la qualité, santé-sécurité et/ ou environnement doit prendre du recul afin de trouver la meilleure réponse, spécifique à son entreprise. Par ailleurs, il faut être vigilant lors de l’audit de certification car certains auditeurs veulent imposer leurs points de vue. Le manager qualité-santé-sécurité-environnement doit donc être formé sur les normes et les maitriser parfaitement pour avoir un vrai échange avec les organismes de certification et justifier leur choix au sein de leur entreprise. « « La certification n’est pas une fin en soi : elle doit être considérée comme un moyen permettant à l’entreprise de progresser. » Q.R. : Quels sont les atouts de votre organisme par rapport à vos concurrents ? F.G.G. : Nous avons une approche pratique de la norme. Ce qui nous intéresse est la logique exigences-bénéfices-moyens. Il s’agit de comprendre les exigences et surtout l’intérêt pour l’organisme et en déduire les réponses à apporter spécifiquement pour sa structure. Cette approche doit donner du sens. Lors de nos formations, chaque participant construit son plan d’action et sa feuille de route opérationnelle, qu’il pourra mettre en place dans son entreprise. Nos formations sont basées sur une logique de transposition des acquis dans l’entreprise. « Nous avons une approche pratique de la norme. Nos formations sont basées sur une logique de transposition des acquis dans l’entreprise » En outre, Cegos dispose d’une longue expérience de pédagogie liée aux normes et fêtera bientôt ses 90 ans. Enfin, un autre atout de notre approche pédagogique est la possibilité pour les participants d’avoir accès à des modules d’e-learning complémentaires leur permettant d’approfondir un thème selon leurs besoins. Q.R. : Quelle est votre actualité ? F.G.G. : Les entreprises doivent terminer leur mise en conformité avec les nouvelles versions 2015 des normes. Parallèlement, l’expérience et le parcours client apportent une démarche extrêmement complémentaire aux exigences de la norme ISO 9001. Enfin, nous fêterons les 10 ans du Mastère Management Global de la RSE et du développement durable, avec une soirée le 4 juin. Cette soirée, Rencontres et Enjeux RSE, aura lieu sur le campus MINES ParisTech et sera l’occasion de récompenser des entreprises pour leur engagement en RSE et développement durable. La soirée est aussi l’opportunité d’échanger sur les meilleures pratiques en développement durable avec des professionnels du domaine de la RSE et du développement durable, parmi lesquels d’anciens participants du Mastère. Propos recueillis par Valérie Brenugat QUALITÉ RÉFÉRENCES • N°75 • Janvier 2018 I43

Télécharger le document (1.6 Mo) - Pays d'OC IGP
Montage QSF OK.indd - Ecole des mines de Nantes
Axés sur la personne - Health Quality Ontario
Présent et avenir de la certification QUALITE - cfpmi
Qu'est-ce que proAction? - Fédération des producteurs de lait du ...
Bois légal - Center for International Forestry Research
AFAQ AFNOR Certification - AFAQ Global Performance, prestation d ...
BIM
CARRIÈRES GOUYER - BTP ANTILLES
Dossier - AFNOR Certification
Cercle Innovation
qualité de service - L'Enass
Dangers naturels et changement climatique: gérer les incertitudes
L'approche développementale en évaluation - La Société ...
Développer des outils pour inclure les impacts socio ... - Ouranos
enregistrements selon ISO 9000 et ISO 14000 - Standards Council ...
Microsoft Dynamics AX 2012 - Bull
Comment réussir avec ITIL ? - IT-expert Magazine
voir le dossier de presse - Mode & Habillement Rhône-Alpes
s t ts s a e t la c t à s e s é - e s t ts e ie r n - CEIMI