Views
5 months ago

Museikon_1_2017

Pour un corpus des

Pour un corpus des inscriptions grecques de l’église Saint-Sauveur de Berestovo | 81 Movilă commença d’ailleurs à ériger un petit sanctuaire, sans néanmoins porter ce projet à terme. On ne sait rien à propos de la décoration de cette église, pas plus qu’au sujet de celle de l’église des Trois-Saints-Hiérarques, ou de Saint- Basile, autre objet des attentions et des largesses du métropolite. Mais, une fois écartée Notre-Dame-de-la-Dîme, le vocable « Saint-Vladimir » semble nous orienter vers l’église de la Transfiguration ou du Sauveur à Berestovo. Le métropolite Pierre Movilă lui-même la croyait être « l’église de saint Vladimir », fondée, selon la légende, par le prince qui conduisit la Rus’ à la Vraie Foi. 19 Ce choix trouve confirmation dans les paroles initiales de l’inscription slavonne de l’église, datée de 1643 : « Сію церковь созда великій и всея Росїи князь и самодержец, святый Владимир, во святом крещении Василій » (« Cette église fut construite par le grand prince et autocrate de toute la Russie saint Vladimir, Basile dans le saint baptême »). De même, sur la fresque votive de l’église Saint-Sauveur, Pierre Movilă, agenouillé, offre l’église restaurée au Seigneur dont le trône est flanqué, à droite, de la Vierge, et, à gauche du saint patron, le prince Vladimir. 20 Ce lien entre l’église de Berestovo et le prince Vladimir, sur lequel Pierre Movilă insiste tant, permet de supposer, avec quelque raison, que c’est bien de cette église que parlent les deux peintres lorsqu’ils mentionnent « l’église de Saint Vladimir » dans la lettre au patriarche de Moscou. Que cette missive ait été rédigée par Mélèce Syrigos permet de penser que ce dernier ait joué un rôle plus ou moins important dans l’invitation de Jean et Georges à Kiev. On peut également évoquer en ce sens ses tentatives ultérieures de recruter les mêmes artistes pour le compte des églises moscovites. Le théologien grec arriva en 1643 à Kiev où il s’établit au monastère des Grottes. Ici, après l’approbation par l’Église orientale de sa rédaction et traduction grecque de la « Confession orthodoxe », Mélèce Syrigos commença la composition de l’office connu comme « Stichères et canon de prière pour les vénérables pères des Grottes de Kiev et pour tous les saints qui ont brillé en Petite Russie ». Cette œuvre devait ultérieurement être éditée à Kiev en traduction slavonne au sein des Akathistes Fig. 8: Plătăreşti. Saint Mercure. Détail. Cliché : Vera Tchentsova. Fig. 9: Plătăreşti. Saints Côme et Damien. Détail. Clichés : Musée historique d’État, Moscou. (1663, 1677, 1693) sortis de la typographie de la Laure des Grottes. 21 Il semble que la préparation de ce texte ait été entreprise en vue de la canonisation des saints du monastère des Grottes. La présence de Mélèce Syrigos dans l’entourage de Pierre Movilă en 1643 coïncide en outre avec la nouvelle consécration de l’église de la Transfiguration à Berestovo après sa restauration. En raison de l’identification des peintres impliqués dans la réalisation du décor peint de l’église Saint-Sauveur de Berestovo, la prochaine étape de la recherche sur celui-ci doit être menée de concert avec l’étude des fresques préservées dans les églises peintes sous le prince Mathieu Basarab dans les Pays roumains, où la même équipe de peintres avait œuvré, comme l’indique explicitement le texte de la lettre. 22 Malheureusement presque toutes les églises mentionnées dans ce texte ont perdu leurs décorations du xvii e siècle ou furent repeintes, les fresques de Jean et Georges étant à présent couvertes d’un décor plus tardif. Toutes enfin ont un besoin impérieux de restauration. Dans ce panorama quelque peu sombre, les perspectives d’approche iconographique comparative les plus fécondes sont offertes par les fresques du pronaos de l’église de Saint-Mercure- Martyr à Plătăreşti près de Bucarest, lesquelles sont presqu’entièrement conservées. 23 Une certaine parenté est observable dans le choix des compositions de l’église Saint-Sauveur et de l’église de Plumbuita, en dépit du fait que dans ce dernier édifice les couches plus tardives couvrent complètement les strates de l’époque de Mathieu Basarab. Certains détails iconographiques relevés sur les fragments conservés de la décoration réalisée par Jean et Georges dans l’église du monastère Strehaia, permettent d’envisager l’utilisation des mêmes modèles que ceux mis en œuvre à Kiev. Jean et Georges passèrent donc du service de Pierre Movilă à celui de Mathieu Basarab, réalisant le décor de l’église édifiée par ce dernier

82 | Vera Tchentsova à Strehaia en 1645. 24 Par ailleurs, l’analyse iconographique confirme la parenté des décors de Strehaia et Plătăreşti, notamment pour la représentation de saint Antoine. Bien que des couches de peinture plus tardives gênent la comparaison, le modèle iconographique semble bien à nouveau identique à celui de Kiev. Il serait éminemment souhaitable que la restauration de l’église kiévienne soit menée en coordination avec les travaux similaires projetés à Strehaia, non seulement pour mieux étudier les fresques existantes, mais également afin que le travail des restaurateurs puisse s’appuyer, lorsqu’une fresque est particulièrement dégradée, sur le parallèle offert par l’autre édifice. Les recherches futures permettront sans doute d’enrichir la liste des églises roumaines décorées dans les années 1640 par les peintres grecs de la « Lettre de Jean et Georges » grâce au mécénat du prince valaque Mathieu Basarab. Le canon iconographique observable à Kiev fut par ailleurs mis en œuvre par des artistes issus d’une même tradition que Jean et Georges dans un autre monastère de la Valachie, Clocociov, fondé en 1645. 25 Rien n’interdit de penser que Jean et Georges, ayant, semble-t-il, échoué à se faire engager par Moscou, aient poursuivi leur travail en terre roumaine. On peut citer à ce titre l’église Saint-Jean-Prodrome de Topolniţa. En 1673, ce sanctuaire fut décoré de fresques par des artistes dont l’un portait le nom de Georges le Grec. Bien que le prénom soit des plus communs, il est tentant de l’identifier avec l’un de nos deux artistes. 26 W. Deluga et, à sa suite, la chercheuse kiévienne Alina Kondratuk ont cerné certains traits caractéristiques mettant en exergue la parenté stylistique des décors, toujours fragmentaires, des églises Saint-Sauveur et du monastère Golia à Iaşi, métoque du monastère athonite de Vatopedi, ce dernier décor ayant été exécuté à l’époque du prince moldave Vasile Lupu. 27 Il n’est donc pas exclu que les églises des régions septentrionales de Roumanie, c’est-à-dire de la région historique de Moldavie, puissent dans l’avenir apporter un matériel important à l’étude comparative de fresques kiéviennes de l’époque de Movilă. iv. L’inscription votive grecque et la fresque de la ‘Donation de Pierre Movilă’. L’inscription votive en langue grecque que l’on peut lire sur les parois de l’église Saint-Sauveur s’écarte résolument des canons du genre (Fig. 14-15). Son texte a depuis longtemps attiré l’attention des chercheurs, mais ceux-ci se sont trouvés confrontés à des difficultés de lecture considérables. La raison en est que certains termes de l’inscription ont subi des déformations conséquentes et ceci, selon toute probabilité, dès leur reproduction sur la fresque par un ar- Fig. 12 : Église Saint-Sauveur. Saint Antoine. Détail. Fig. 11 : Plătăreşti. Saint Antoine. Détail. Fig. 10 : Strehaia. Saint Antoine. Détail. Fig. 13 : Église Saint-Sauveur. Saint Antoine des Grottes. Clichés : Vera Tchentsova.

Etudes de titulature byzantine
raydan fcs final.indd - cefas
2015-nouveau-livret-chretien-magazine
U “STCYP OU. 66 - Ville de Saint Cyprien
Les Saints Ressuscités des Sépulcres
La Sainte Bible - Nouveau Testament
Les petits Bollandistes : vies des saints de l'Ancien et du Nouveau ...
Le culte des héros et ses conditions sociales : Saint Patrick, héros ...
I Fiorett, Les petites fleurs de la vie du petit pauvre de Jésus-Christ ...
La Parole de Dieu dans l'Écriture - Conférence des évêques ...
Accomplis tes promesses, O Dieu - LWF Assembly
Février - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
Ménologe de la Compagnie de Jésus : assistance d'Italie - Libr@rsi
Le Miroir des âmes, ou, Exposition des différents états des âmes par ...
Visions d'Anne-Catherine Emmerich sur la vie de Notre-Seigneur ...
La Bible résiste-t-elle face à la critique scientifique? - EBAF