Views
1 week ago

LG 207

84 LG

84 LG FÉVRIER 2018 PORTRAIT La passion de l’engagement PAR JULIEN BRUN Elle pénètre la pièce avec l’assurance de ceux qui gèrent la pression des responsabilités sans sourciller. Dans son col Claudine qui laisse sagement à penser aux écoliers de l’entre-deuxguerres, sa prestance presqu’intimidante fait oxymore. Un regard gris-bleu chaleureux et un large sourire suffisent pourtant à mettre à l’aise son interlocuteur. Itinéraire d’une femme réfléchie, sincère et engagée, portrait d’Anouk Agnes. L’édification d’une personnalité Trois générations de femmes étaient réunies dans le pavillon familial où Anouk a grandi, entourée de sa mère, sa grand-mère et de son grand-frère. L’enfant est plutôt bonne élève même si elle a une tendance à la paresse qui la pousse à ne réviser uniquement ce qu’il suffit pour avoir la moyenne. Elle développe très tôt le goût des livres, tout d’abord en chinant dans la bibliothèque rose et autres littératures de jeunesse, puis vers des lectures plus consistantes à force d’après-midis pluvieux sous le ciel gris de Bonnevoie. Dès ses onze ans, elle passe ses vacances d’été en colonie avec le CISV Luxembourg où des adolescents du monde entier partagent, trois semaines durant, le même campement. S’émouvoir des paysages lointains, caresser l’inconnu et embrasser les cultures qui lui sont étrangères marqueront son affection des voyages pour ne plus la quitter. Sa mère se remarie avec Marcel Mart, ministre DP de l’Economie, puis de l’Energie et des Transport sous les gouvernements Werner (1969-1974) et Thorn (1974-1977). À défaut de combler la transparence ineffaçable d’un père absent, la jeune-fille gagne de cette nouvelle union, l’influence culturelle d’un homme engagé. La table des repas familiaux s’anime souvent de débats sociétaux, culturels et politiques parfois le reconnaît-elle, à l’exaspération de sa mère et de son frèreainé. Ces discussions alimentent ses propres réflexions et adoucissent de raison les utopies de son adolescence. Dans les méandres du lycée, elle souhaite s’évader de ses bêtes noires que sont les mathématiques, la physique et la chimie pour se réfugier dans les sciences humaines. Tournant autour des auteurs allemands, volant dans la poésie française et dansant sur la musicalité de la langue italienne, elle quitte l’Athénée pour le Lycée Michel- Rodange et passe un Bac L. Puis sans réelle conviction, Anouk choisit de faire du droit parce que, c’est bien connu, il mène à tout. Après une maîtrise à Paris Assas, un master à Munich et un passage sur les bancs de Science Po à Londres, elle sait enfin qu’elle restera hermétique au droit des affaires. Ce qui la passionne, c’est la philosophie et l’histoire du droit, les droits de l’homme, le droit constitutionnel et international. “Investir dans des entreprises polluantes, c’est perdre de l’argent” La vie active Diplômes en poche, Anouk part en 1998 pour New-York à la Représentation Permanente du Luxembourg auprès des Nations unies pour le compte du ministère des Affaires étrangères. Dans l’hémicycle de l’ONU, elle suit, non sans fascination, les débats de l’Assemblée générale de la commission économique et sociale et notamment ceux des objectifs du millénaire (réduction de la faim dans le monde, éducation des enfants, campagnes de vaccinations, etc.). De retour au Luxembourg en 1999, elle intègre Lux-Development et découvre que le Grand-Duché est l’un des leaders mondiaux dans la contribution financière pour l’aide au développement des pays pauvres. À seulement 25 ans, elle part pour la Namibie puis pour les Balkans (Monténégro et Kosovo) où elle gère des projets concrets de construction d’écoles, de formation d’infirmières et d’équipement en matériel d’hôpitaux. Elle aide aussi les populations locales à trouver des débouchées professionnelles dans ces régions reculées où le charme des paysages jure si souvent avec l’impasse de l’existence qu’est la pauvreté. Un accident de voiture l’oblige à rentrer au pays en 2004; la jeune femme intègre alors la Banque asiatique de développement et refait son baluchon pour Manille jusqu’en 2005. De retour au Luxembourg, elle rejoint le ministère des Finances. Alors ministre des Finances, Luc Frieden est en charge de la politique de stratégie, d’innovation, de compétitivité et du développement des services financiers. De cette volonté de promouvoir la Place à l’international naît, entre autre, Luxembourg for Finance pour lequel Anouk Agnes dirige la stratégie. Elle y découvre les fonds d’investissements et la renommée internationale de Luxembourg en la matière.

LG FÉVRIER 2018 85 Anouk Agnes

207 / 207 SW - Peugeot
207 / 207 SW
207 / 207 SW - Sopadep
LG 206
LG 202
LG 204
LG 188
LG 30.229
LG 30.270
LG 177
LG 32.52
PEUGEOT 207 +
ACCESSOIRES 207 / 207 SW - Peugeot
LG 193
LG 197
LG 205
LG 189
LG 202
LG 30.533
LG 32.55
LG 30.236
LG 176
LG 30.218
LG 194
LG 185
LG 196
LG 30.306
LG 195
LG 191
LG 203