Views
11 months ago

FINALE 2

Tout ces souvenirs on un

Tout ces souvenirs on un point comment, on les replace automatiquement dans leur contexte, la date, le lieu et les personnes qui étaient présentes. Ensuite la mémoire sémantique, elle héberge d'une part nos connaissances générale c'est à dire le sens des mots, les dates que l'ont a apprise à l'école, les noms des personnages, des capitales... Elle héberge également nos connaissances personnelles, tout ce qui nous touche personnellement notre histoire. On se souvient par exemple de l'adresse où on habités quand on étaient petits ou du nom d'un instituteur qui nous a marqué. Enfin il y a la mémoire procédurale savoir faire du vélo par exemple, tenir ses couverts ou jouer d'un instruments. Le fonctionnement de la mémoire à long terme expliqué avec un exemple : Au moment ou mon événement se déroule, tout les sens sont en éveil. Ça veut dire que dans le cerveau chaque zone correspondant a chacun de nos sens reçoit des informations. La zone visuel reçoit des images, la zone du goût reçoit des saveurs, la zone de l’ouïe reçoit des sons etc... Pour le moment les informations sont analysées mais elles ne sont pas stockées. Pour être stockées elles doivent passer par l'hippocampe (il y a un hippocampe à chaque hémisphère) sorte de quartier général. L'hippocampe ordonne aux informations, une fois arrivées à lui, de retourner de là ou ils viennent pour cette fois être mémorisé. Et l'hippocampe va crée des liens entre les différents éléments qui constitue cet épisode de sorte que se souvenir va constituer un maillage particulier, un maillage unique. La restitution, maintenant, les souvenirs peuvent remonter à la surface de deux manières différentes. D'abord suite à un questionnement : qu'ai je fais le week-end dernier par exemple à ce moment, la requête part du cortex frontale, siège des décisions et des stratégies, elle arrive au niveau de l'hippocampe qui lui va allé sonder les différentes zones de notre mémoire : le calendrier, les émotions et les différentes zones de la mémoire sensorielle. Au finale le maillage correspondant à l’événement va remonté dans sa globalité. Parfois un souvenir revient en mémoire sans qu'on se soit posé la question. Dans ce cas la « machine » c'est mise en marche toute seule. En effet il suffit d'un indice pour que le mécanisme se déclenche, vous entendez par exemple un morceau de musique que vous avez écouté pendant l’événement auquel vous avez participé et grâce au lien qui existe entre tout les éléments qui compose l'épisode et bien l'hippocampe fait remonter se souvenir dans sa globalité. Ce qu'il se passe dans le cerveau quand l'épisode s'imprime, chaque souvenir constitue un maillage, un itinéraire bien particulier qui uni entre eux des dizaine de milliers de neurones. Cet itinéraire est tracé par des signaux électrique. En effet dans le cerveau les informations circules sous forme de signaux électriques le long des neurones, les cellules du cerveau, et 10

sous la forme chimique entre les neurones au niveau de ce que l'on appelle les synapses. Pour qu'un épisode soit gardé en mémoire il faut absolument qu'il y ai une trace de cet itinéraire. Deux facteurs entre en jeu d'abord la charge émotionnelle, plus elle est importante plus le signale est fort, plus l'empreinte qui laisse est profonde. Ensuite la répétition : la répétition consciente d'abord quand on évoque l'événement, ce qui c'est produit à mainte reprise. Et ensuite la répétition inconsciente, la nuit pendant le sommeil car ce moment là les réseaux de neurones qui ont étaient activés pendant l’événement sont réactivés. A chaque passage le signal va creuser son sillon et parallèlement de nouvelles connexions apparaissent, de nouvelles synapses comme si le cerveau renforçait l'armature du souvenir. e) les bénéfices de la sieste Pour l'adulte la sieste est bénéfique pour la consolidation mnésique. Pour l'enfant elle est bénéfique pour la mémoire déclarative, l'abstraction et la généralisation d'apprentissage grammaticaux. Les enfants de 3 à 6 ans une sieste après l'apprentissage en mémoire visuo spatiale permet une mémorisation à long terme. Les performances chutent en cas d’absence de sieste, surtout chez l'enfant habitué à en moyenne quatre siestes par semaines. Pour l'adolescent le rythme du sommeil est modifié, il y a un retard de phase. L'adolescent se couche plus tard, pour un besoin de sommeil encore conséquent. Décalage de deux heures par rapport à la pré-adolescence, coucher tardif aggravé par les changements de mode de vie, le travail le soir et l'utilisation d'outils numériques, notamment le smartphone qui diffuse une lumière bleu qui dit « le jour se lève... » au cerveau. Ce qui engendre la diminution du temps de sommeil, la récupération du sommeil est insuffisante ce qui aggrave le décalage des phases et qui engendre aussi une dette chronique du sommeil (87% de lycéen) pour lutter contre cela il faudrait retarder l'heure de début des cours ! 11

36 diapos -version 2 finale -2009
Revue-Pt-Daencrage-mai-juin2014-1
Sncf Conduite et vigilance.indd - Thierry Sarfis
pipette2 FINALE A LIRE ET CORRIGER.indd 1 26/11/2010 ... - AE2P
Décision finale - Centre de gestion de la fonction publique ...
Brise-Glace Express | Jour 8 - 48e finale des Jeux Du Québec ...
Vrai ou faux? La psychologie de la crédulité - Fabrice Clément
rapport objets connectés(2)
Signification évolutive du sommeil à travers les ... - Institut Danone
Actes des rencontres de l'éclairage public - Inter-Environnement ...
La thérapie cognitivo-comportementale : Guide d'information
Alcool - Pour réduire sa consommation - Inpes
Neuroanatomie fonctionnelle du sommeil humain - Aepu.lu
Page 1 Page 2 Page 3 'Dynoj-et, il kit di trasmissione finale Dymag ...
N°30 - Bien dormir avec la Micronutrition - PiLeJe
June 3, 2011 Lucerne/Switzerland Final Bulletin Commission
Le sommeil, un ami pour la vie - Bon pour vous
La gestion des paradoxes - Philosophie surviste -
CHANSONS #2 - Recueils de poèmes - Chansons