Views
7 months ago

FINALE 2

f) lien entre sommeil et

f) lien entre sommeil et apprentissage Nous pouvons dire d'une certaine façon que quand on dort on mémorise mieux. Les cellules nerveuses activées pendant l’apprentissage se réactivent pendant le sommeil. La mémoire joue un rôle dans l' « encodage », c’est-à-dire qu’il prépare le cerveau à apprendre, à acquérir de nouvelles informations. Il participe aussi activement à la consolidation et la restitution de ces apprentissages pour en faire des souvenirs stables et durables. Chaque stade du sommeil joue un rôle spécifique sur la mémoire. Lors du sommeil léger puis profond qui suit l’endormissement c’est la mémoire déclarative, faite de nos souvenirs et de nos connaissances, qui est consolidée. Lors du sommeil paradoxal, plus tardif, ce sera la mémoire procédurale, celle de nos habiletés motrices et perceptives. Ce n’est pas un hasard si on dit que « la nuit porte conseil ». Huit heures de sommeil apportent la solution à un problème, affinent la connaissance et améliorent notre capacité à planifier. Les performances peuvent s’améliorer pendant le sommeil comme si le cerveau poursuivait un entraînement, de la même manière qu’un sportif profite d’une récupération musculaire pour mieux se dépasser ensuite. Si on dort mal ou non suffisamment en raison d'apnée du sommeil, par exemple, le sommeil va échouer à préparer le cerveau à mémoriser. La capacité d'apprentissage va s'en trouver amoindrie. g) les bienfaits du sommeil sur la mémoire Le sommeil joue différents rôles importants pour le bon fonctionnement du corps humain tels que la stimulation hormonale, la maturation cérébrale, la reconstruction cellulaire, le développement immunitaire, l’apprentissage et la mémorisation ou encore l’accroissement de la vigilance. Dans cette partie, notre étude s’attardera uniquement sur un de ces grands rôles. Nous choisirons d’étudier seulement : la mémorisation. Nous savons donc maintenant que le sommeil, particulièrement paradoxal, consolide les nouveaux apprentissages et aide énormément à la mémorisation en ce qui concerne l’enfant. Mais pas seulement : la mémorisation étant importante à tout âge, ce processus est aussi visible à l’adolescence et à l’âge adulte. En effet, une personne ayant développé de nouvelles habiletés motrices, comme jouer du piano ou apprendre à nager, sera plus habile après avoir dormi qu’après un temps équivalent passé à seulement se relaxer. C’est un peu comme si les choses apprises au cours de la journée étaient transférés au « disque dur » du cerveau pour être finalement emmagasinées pendant le sommeil. Lorsqu’une période de sommeil suit une phase d’apprentissage, l’assimilation des nouvelles connaissances sera meilleure. Le temps passé en sommeil paradoxal augmentera donc invariablement lorsqu’une personne apprendra une langue étrangère par exemple afin de faciliter sa mémorisation. Cependant, son efficacité s’amoindrira si cet individu se trouve privé de sommeil paradoxal pendant son apprentissage. Enfin, dormir aide à faire le tri en 12

fonction de l’importance des informations acquises : ce qui doit être gardé en mémoire le sera tandis que ce qui n’est pas utile pourra être laissé de côté. Cependant, une expérience faite par Philipe Peigneux neuropsychologue spécialiste de l’influence du sommeil sur la mémorisation prouve que tout cela ne se produit pas seulement en sommeil paradoxal mais aussi pendant la phase de sommeil lent… Son étude consistait à former trois groupes de volontaires : le premier groupe composé de 12 personnes étaient soumis à une mesure de leur activité cérébrale à l’éveil pendant l’apprentissage spatial des rues d’une ville virtuelle. Pour le deuxième groupe constitué de 6 personnes, les chercheurs ont étudié le sommeil survenu après l’apprentissage intensif de la topographie de cette ville et en ce qui concerne le troisième groupe formé lui aussi de 6 individus, les scientifiques ont « scanné » leur sommeil alors qu’aucune tâche de mémorisation particulière n’avait été réalisée la veille. Le neuropsychologue Philippe Peigneux conclut que l’analyse des résultats montre que l’activité de l’hippocampe est amplifiée au cours du sommeil lent qui suit l’apprentissage du labyrinthe, par comparaison au sommeil « normal » de sujets non entraînés, ou même de sujets entraînés à une autre tâche qui ne dépend pas de l’hippocampe. Ce qui nous incite à conclure que cette phase de sommeil lent favorise la consolidation des apprentissages de type spatial et explicite, alors que le sommeil paradoxal s’occupe plutôt de la mémoire procédurale et implicite. Comme synthèse de toutes ses expériences, nous pouvons conclure que le sommeil joue un rôle très important sur la consolidation des apprentissages. D’une part le sommeil paradoxal favorise les apprentissages de types perceptifs, moteurs et l’acquisition des langues étrangères. D’autre part, le sommeil lent et non paradoxal est important pour un apprentissage de type spatial. Les chercheurs ont aussi découvert que les tâches apprises la veille étaient nettement mieux assimilées le lendemain. Par exemple le labyrinthe utilisé lors de l’expérience de Philippe Peigneux était mieux connu par les volontaires le lendemain. Toutes ces expériences donnent à penser que pendant la nuit, le cerveau traite les multiples informations, les organise et les fixe pour les mettre à notre disposition le lendemain. De plus on sait que l’activité cérébrale durant la nuit consolide les connaissances à long terme. Pour terminer, les scientifiques déclarent que leurs découvertes n’en sont qu’à leur début et qu’il faudra attendre d’autres expériences pour pouvoir avoir des résultats plus significatifs. 13

La gestion des paradoxes - Philosophie surviste -
CHANSONS #2 - Recueils de poèmes - Chansons
Guide d'enseignement efficace de l'écriture
Charte éthique. Un guide exhaustif des attentes ... - The Linde Group
Faire écrire au cycle 2, dès la GS, pour prévenir ... - Sylvie Castaing
Signification évolutive du sommeil à travers les ... - Institut Danone
36 diapos -version 2 finale -2009
Revue-Pt-Daencrage-mai-juin2014-1
Sncf Conduite et vigilance.indd - Thierry Sarfis
pipette2 FINALE A LIRE ET CORRIGER.indd 1 26/11/2010 ... - AE2P
Décision finale - Centre de gestion de la fonction publique ...
Brise-Glace Express | Jour 8 - 48e finale des Jeux Du Québec ...
Vrai ou faux? La psychologie de la crédulité - Fabrice Clément
Page 1 Page 2 Page 3 'Dynoj-et, il kit di trasmissione finale Dymag ...
rapport objets connectés(2)
June 3, 2011 Lucerne/Switzerland Final Bulletin Commission
N°30 - Bien dormir avec la Micronutrition - PiLeJe
Actes des rencontres de l'éclairage public - Inter-Environnement ...
La thérapie cognitivo-comportementale : Guide d'information