Views
6 months ago

Anton Ocvirk | Monografija copy

slovenci genre

slovenci genre littéraire, mais d’un panorama de la création spirituelle et artistique européenne des deux derniers siècles basé sur l’étude de six œuvres représentatives « ayant influencé l’espace européen par leur sujet et leur structure artistique », c’est-à-dire ayant fait de la littérature européenne une entité culturelle multinationale. En même temps, Dušan Pirjevec réunit à son tour ses études dans un ouvrage intitulé également Le roman européen (Evropski roman, 1979) publié à titre posthume. En s’appuyant sur l’analyse de douze autres romans tout aussi influents que ceux étudiés par Anton Ocvirk, le chercheur détermine les constantes et modifications ontologiques du roman européen et montre, en adoptant une autre perspective, les caractéristiques de son développement. En se faisant l’écho de réflexions nouvelles, la collection « Cent romans » souligne avant tout l’unité de la culture européenne où la culture slovène se trouve implicitement incluse. * * * En 1975, alors que les « Cent romans » n’étaient pas encore tous parus, l’académicien Anton Ocvirk dirigea un volume portant le nom de son dédicataire, Josip Vidmar, critique littéraire et de théâtre influent, président du Front de libération pendant la guerre puis de l’Académie slovène des sciences et des arts, qui fêtait alors ses quatre-vingts ans. Ocvirk aurait pu, à l’instar d’un grand nombre de collaborateurs politiques et culturels invités, écrire pour l’occasion un article commémoratif nourri de la matière riche et diverse dont il disposait. En effet, en dépit des différends intervenus entre les deux hommes avant la guerre, Vidmar avait, entre autre, collaboré avec Ocvirk à l’élaboration des « Œuvres complètes des poètes et écrivains slovènes » ainsi qu’aux « Cent romans ». Cependant, le comparatiste opta pour une analyse complexe de l’activité centrale de l’éminent octogénaire : la critique littéraire. L’étude intitulée « La pensée esthétique de Vidmar et la littérature » est tolérante, en apparence non polémique, même si l’auteur ne cache pas les différences fondamentales caractérisant sa propre conception de la littérature. En effet, selon Vidmar, l’esthétique révèle ce qui est absolu dans l’art, ce qui signifie que ses lois sont éternelles, mais susceptibles d’être appréhendées intuitivement. De son côté, Anton Ocvirk défend la conviction avérée selon laquelle les normes esthétiques changent, diffèrent suivant les époques et les espaces culturels tout en étant accessibles à la raison. Ainsi, au nom des lois du Beau, abstraites, postulées de manière subjective, Vidmar juge arbitrairement les œuvres littéraires concrètes. Or, Ocvirk, s’appuyant sur les propres commentaires du critique, constate que ce dernier, bien que se référant à l’esthétique, est guidé dans ses évaluations par des critères psychologiques et cognitifs, et non par des critères esthétiques. Cependant, il concède que son aîné, par son attachement à la littérature dite « élevée », 261

Résumé a introduit de manière cohérente des critères exigeants et, en rejetant radicalement les courants modernes du XX e siècle, a poussé les partisans de ces derniers à exprimer leur point de vue. Dans l’article consacré à Vidmar, Ocvrik ne se contente pas de problématiser la pensée esthétique de l’illustre critique littéraire (devenue de plus en plus le bastion d’une tradition profondément ancrée et en partie aussi soutenue par le régime), caractérisée par un rejet apodictique de la littérature moderne. Il aborde également la question bien plus vaste des critères subjectifs rentrant en compte dans l’évaluation des œuvres littéraires, soulignant leur nécessaire adaptation aux affinités et réflexions personnelles du critique et leur caractère problématique lorsqu’ils sont présentés comme objectifs et universels. * * * Peu de temps après, dans le premier numéro de Primerjalna književnost, première revue slovène consacrée entièrement à la littérature comparée, publiée par l’Association slovène de littérature comparée fondée en 1973, Anton Ocvirk publia un nouveau bilan faisant le point sur sa conception de la littérature comparée et de son objet d’étude. Ainsi, l’article intitulé L’œuvre poétique et la théorie littéraire (1978) remet en cause de manière fracassante les théories littéraires depuis Aristote jusqu’à Guy Michaud et Étienne Gilson. En effet, l’auteur y explique pourquoi il ne se sent d’affinités idéologiques et méthodologiques ni avec les théoriciens allemands néo-idéalistes, ni avec les formalistes russes, ni avec les courants phénoménologico-existentialistes contemporains. Son objectif est de proposer une synthèse cohérente et équilibrée, désignée sous le nom de « méthode fonctionnelle synthétique », permettant de déterminer les « lois internes » de l’ « organisme poétique » ou du « mécanisme poétique ». Bien qu’étant restée sans échos, cette étude est intéressante dans la mesure où l’on y constate qu’Anton Ocvirk, depuis la rédaction de son programme paru dans le premier numéro de Slavistična revija en 1948, met désormais l’accent sur la théorie littéraire (et non sur l’histoire) tout en continuant à affirmer la nécessité d’associer les deux approches. Anton Ocvirk s’occupa de plus en plus de théorie littéraire également à l’« Institut de littérature » de l’Académie slovène des sciences et des arts, rebaptisé sur son initiative « Institut de littérature slovène et d’études littéraires ». Dès son élection à l’Académie, le comparatiste se vit confier par Josip Vidmar la fonction d’administrateur de cet institut, fonction qu’il remplit jusqu’à sa mort. Conformément au programme qu’il avait élaboré dès 1951, alors qu’il n’était encore que collaborateur extérieur, il ajouta aux projets d’histoire littéraire et bio-bibliographiques en cours un nouveau projet de théorie littéraire : la série de publications regroupées sous le titre commun 262

INVITATION - Anton Paar.com
INVITATION - Anton Paar.com
INVITATION - Anton Paar.com
journal 02 2012 - IUT des Pays de l'Adour - Université de Pau et des ...
La nouvelle republique 17.02.2013.pdf
Printemps - SIC Lausanne & Environs
pREMIER CyCLE - INSA de Lyon
Article paru dans l'Herbomanie Été 2010 Volume 24 no 2
VOLUME 15 NO 1 JANVIER 2011 - COMBEQ
LAMARQUE - Orchestre symphonique de Québec
Télécharger le journal au format pdf - Opéra de Nice
PE254 A PDF - (CCI) de Strasbourg et du Bas-Rhin
Téléchargez le programme de salle du concert symphonique
Directeur et médecin d'urgence Le Dr Joachim Koppenberg
PAV-119_Burmester-SR MB - Burmester Audiosysteme GmbH
MAGICi-S6 - LAURASTAR
Château de Versailles - Office de tourisme de Versailles
UnE OPTIOn POUR LE maROc! - Magazine Energie & Mines
Volume 13, numéro 4 - Commission scolaire de la Capitale