Views
4 months ago

Ni le jour ni la nuit. Face à Guernica de Picasso

Un jour, un tableau survient dans notre vie : il est d’une présence insupportable. Comment se comporter face à cela ? Le fameux tableau de Picasso peut nous conduire à répondre. En participant de tout notre être, en regardant à notre tour, non seulement chacun de ses détails, mais en nous, pour voir se manifester toutes les dimensions du drame. C’est à une exploration que nous sommes conviés. Quelle accusation retentit alors avec Guernica, qui ne peut plus se taire, ni le jour ni la nuit ?

LE DERNIER SOIR Il ne

LE DERNIER SOIR Il ne fait pas bon. Novembre, la mauvaise saison, moment où l’année s’aiguise de froid et de fatigue. À mes yeux d’enfant, ça ne paraissait pourtant pas une période si noire. J’y puisais de larges parts de joie : les gelées à ma vitre, le noyau insensé du feu, le silence glougloutant des radiateurs. Cette protection me ravissait. Les maisons peuvent cela. Mais arrive un moment, avec toute la violence d’un choc, et avec les années aussi, sans qu’il soit toujours possible de déterminer ni à quel âge nous y sommes sensibles, ni si la seule actualité d’un désastre y suffit, où nous pouvons nourrir le sentiment d’être les victimes de nos propres choix, les spectateurs impuissants d’un jeu que nous n’avons pas osé, les curieux ouvriers de notre perte. Même si nous savons que dire cela, c’est céder à l’épuisement devant l’épouvante, et qu’il faudrait se