Views
4 months ago

Martin Luther et Ignace de Loyola

René Lafontaine a enseigné la dogmatique pendant quarante ans à l’IET, depuis qu’il a consacré sa thèse doctorale à la christologie de Thomas d’Aquin. Comme recteur honoraire de la Faculté de théologie établie par les jésuites à Bruxelles, il a ensuite introduit un grand séminaire de recherche proposant que la Lettre aux Galates soit principalement étudiée dans son Commentaire luthérien de 1535, que ce « réformateur » estimait correspondre le mieux à sa pensée personnelle. L’article publié dans la NRT 133/1, «Ignace de Loyola et Martin Luther: vie spirituelle et théologie », propose de comprendre ces deux visions de la grâce comme étant complémentaires plutôt qu’opposées l’une à l’autre.

Chapitre premier LA

Chapitre premier LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION 1 A. LA GENÈSE HISTORIQUE DE LA « DÉCLARATION COMMUNE » D’AUGSBOURG La genèse historique de la Déclaration commune d’Augsbourg en 1999 est intéressante à parcourir, parce qu’elle met en évidence les obstacles qu’il a fallu surmonter pour parvenir enfin à cet « accord différencié » d’Augsbourg. Cette entreprise œcuménique fut enclenchée par la décision prise en 1968 par les confessions catholique, protestante et orthodoxe de proposer une seule traduction œcuménique de la Bible (TOB), dont le premier fruit fut la publication de la Lettre de Paul aux Romains. Comme pour la Déclaration commune, il s’agissait alors de montrer comment l’enseignement de Paul sur la justification par la foi, déjà proclamé dans l’Épître aux Galates, puis confirmé et déployé dans l’Épître aux Romains, après avoir été « le texte des divisions » pouvait devenir « le texte d’une rencontre », selon le mot du pasteur Boegner, ce que la Déclaration commune exprimera dans son paragraphe 13, intitulé « La doctrine de la justification comme problème œcu - ménique ». Fidèle à l’enracinement primordial de toute doctrine chrétienne dans l’Écriture sainte, la Déclaration commune commence par rendre compte du message biblique de la justification : « Notre manière commune de nous mettre à l’écoute de la parole de Dieu dans l’Écriture sainte conduit à des appréciations nouvelles » 1.¥Déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale et de l’Église catholique romaine, signée à Augsbourg en 1999.