Views
9 months ago

La théologie du peuple. Racines théologiques du pape François

L’auteur montre d’abord avec force que cette théologie s’enracine dans la culture d’un peuple pauvre et croyant, où elle est amenée à reconnaître une forme de « sagesse » spécifiquement chrétienne. Tout en tenant compte des médiations, tant scientifiques que philosophiques, requises par l’intelligence de la foi, elle puise sans cesse aux sources vives d’un évangile vécu par le peuple des pauvres, des petits et des simples. La seconde partie de ce travail montre à quel point cette pratique de la théologie éclaire la manière dont le pape gouverne l’Église dans un dia- logue sincère et ouvert avec les religions, les peuples et les cultures. Est ainsi mis en relief l’esprit dans lequel il tend à favoriser, à notre époque de globalisation, la paix, la solidarité et la justice envers les exclus.

Donner raison, 60 Une

Donner raison, 60 Une collection dirigée par Hubert Jacobs s.j. et Robert Scholtus Du même auteur (en français) Le pape du peuple. Bergoglio raconté par son confrère théologien, jésuite et argentin (propos recueillis par Bernadette Sauvaget), Cerf, Paris, 2015. © 2017 Éditions jésuites, 7, rue Blondeau, 5000 Namur (Belgique) 14, rue d’Assas, 75006 Paris (France) www.editionsjesuites.com ISBN : 978-2-87299-319-2 D 2017/4255/7

PRÉFACE Si les théologies latino-américaines de la libération ont heureusement aidé l’Église d’après Vatican II à mieux écouter la clameur des pauvres, l’originalité de la « théologie (argentine) du peuple » a consisté à indiquer que cette écoute devait prendre les chemins d’une histoire dont les protagonistes sont les peuples et leurs cultures respectives. En ce qui concerne l’Amérique latine, et plus spécifiquement l’Argentine, cette histoire a été marquée de manière décisive par une évangélisation qui demande à être poursuivie et renouvelée pour donner tous ses fruits de justice et de sens. La piété populaire, notamment, s’y révèle vraie spiritualité en acte(s), où l’inspiration évangélique suscite un humanisme chrétien de solidarité et d’ouverture à l’intérieur duquel le politique et le poétique, l’éthique et le mystique tendent à avancer de conserve. Juan Carlos Scannone montre avec force que la théologie ne saurait être étrangère à cette culture d’un peuple pauvre et croyant, où elle est amenée à reconnaître une forme de « sagesse » spécifiquement chrétienne dont il lui faut apprendre à se nourrir pour être à la hauteur de ses responsabilités. Théologie du peuple et de sa culture évangélisée, elle prendra certes en compte les médiations, tant scientifiques que philosophiques, requises par l’intelligence de la foi, mais en revenant sans cesse puiser aux sources vives d’un évangile attesté par l’expérience croyante du peuple des pauvres, des petits et des simples. Et il se pourrait bien que cette pratique « inculturée » de la