Views
10 months ago

Export02

Premier magazine de l'exportation au Saguenay-Lac-Saint-Jean!

Quelle place prend

Quelle place prend l’exportation dans les activités de votre entreprise? Pour le moment, plus de 95 % de nos activités sont concentrées au Québec, mais on commence à voir des retombées à l’international, notamment au Canada anglais, aux États-Unis, au Chili et aux Émirats arabes unis. Nous avons maintenant un représentant à l’international, et il participe à plusieurs rassemblements industriels au Canada et à l’extérieur. On sent que les efforts commencent à payer. Quelles sont les circonstances qui vous ont amenés à exporter? On visait beaucoup plus grand pour créer de l’emploi dans la région. C’était un rêve qu’on avait. En fait, on voulait amener Filtrartech à un autre niveau. C’est pour cette raison qu’on a pris la décision de commencer la vente de nos équipements à l’international. On a travaillé beaucoup avec SERDEX pour bien comprendre les enjeux de l’exportation. SERDEX nous a ouvert des horizons, nous a éclairés sur le fonctionnement des affaires à l’international. Sa proximité et son expertise ont joué un rôle important puisqu’on n’avait aucune connaissance de l’international. Qu’est-ce que vous avez trouvé le plus difficile dans vos démarches d’exportation? C’est de soutenir tous les coups durs pendant que les retombées sont limitées. Ça peut être très éprouvant. On s’est vite rendu compte que c’est long de percer les marchés internationaux. Ça prend du temps pour faire sa place. On a même dû changer de stratégie en cours de route. Au départ, on cherchait à collaborer avec des distributeurs déjà actifs à l’extérieur. Après quelques mois, on s’est rendu compte que ça ne fonctionnait pas aussi bien que nous l’aurions souhaité. On a donc changé notre stratégie. Depuis cet automne, on essaie d’aller directement dans les usines. Filtrartech L’objectif : doubler le chiffre d’affaires L’aventure du commerce international peut parfois comporter son lot d’incertitudes et, en conséquence, donner lieu à plusieurs séquences d’essai-erreur. Mais lorsqu’une entreprise croit en ses produits et sait se retrousser les manches, elle peut aspirer à de grandes conquêtes. Ainsi, rien n’arrêtera Filtrartech, qui caresse l’objectif de doubler son chiffre d’affaires en faisant rayonner sa marque aux quatre coins du globe. Jean-François Turcotte, directeur général ENTREVUE • Année de fondation : 2006 • Directeur général : Jean-François Turcotte • Nombre d’employés : de 25 à 30 • Champ d’expertise : conception, fabrication, mise en marche et maintenance d’équipements de filtration (dépoussiéreur, vacuum industriel et transport pneumatique) • Exemples de clients : Rio Tinto, Iamgold, Elkem Métal, ArcelorMittal COMMENT TIRER PROFIT DE NATURALLIA 2017? Naturallia est le principal forum d’alliances commerciales dans le domaine des ressources naturelles. Un tel événement peut générer des retombées inimaginables pour une entreprise. Cependant, il est facile pour un dirigeant de retourner dans son quotidien et qu’aucune démarche ne soit mise de l’avant pour effectuer le suivi nécessaire qui générera des retombées. Voici les principales tâches à effectuer dans les semaines suivant le forum. Prendre le temps Nadine Brassard, directrice générale et commissaire à l’international Premièrement, si ce n’est pas déjà fait, réservez-vous un moment dans votre agenda strictement pour faire votre bilan de l’événement. Vous prendrez ainsi le temps de relire vos notes et de planifier vos actions en insérant les tâches à effectuer à votre agenda. Que ce soit sous forme de soumission, d’information sur un produit ou un service, ou tout simplement pour relancer une discussion pour un possible partenariat, commencez par envoyer un courriel en décrivant le 10 PAR SERDEX INTERNATIONAL contexte dans lequel vous vous êtes rencontrés et un élément clé de votre discussion. N’oubliez pas que beaucoup de rencontres ont eu lieu lors du forum et que vous n’êtes pas le seul à faire de la relance. Vous devez vous assurer que votre interlocuteur vous replace au début de sa lecture. Également, pensez à mettre un sujet accrocheur dans le titre du courriel. Le contact humain Pour faire suite à votre courriel, n’hésitez pas à appeler la personne pour vous assurer qu’elle a bien reçu et lu votre message. Vous devriez par la même occasion lui offrir de l’information complémentaire ou, sinon, donnez-lui les détails verbalement que vous aviez mis dans le courriel. L’objectif est de valider l’intérêt du partenaire potentiel, de créer un lien afin de poursuivre les discussions et d’augmenter vos chances de générer des résultats. S’il y a lieu, pour la suite des démarches, sollicitez une rencontre! C’est un incontournable. Au moment du rendez-vous, assurez-vous d’être bien préparé pour que vos échanges portent vers des actions concrètes qui pourront mener à des retombées tangibles pour votre entreprise. La clé du succès Tout repose sur la RIGUEUR et sur le SUIVI, qui sont les deux clés du succès pour assurer la suite de vos activités commerciales. Il faut surtout éviter le piège de reprendre la routine et de penser que les résultats vont découler sans efforts. Les investissements de participation à des forums, expositions ou conférences sont importants. Pour les rentabiliser, il faut investir dans le suivi, sinon encore plus dans la préparation. Conclure la vente En participant au forum NATURALLIA ou à ce type d’événement d’affaires, les retombées se font rarement ressentir dans de courts délais. Parfois, il arrive qu’elles soient instantanées, mais il faut généralement prévoir plusieurs mois et de nombreux efforts pour gagner la confiance du partenaire ou du client potentiel et, ainsi, pour concrétiser un résultat. Lorsqu’on veut diversifier ses marchés et vendre à de nouveaux clients, il est essentiel d’être bien préparé et d’avoir une stratégie de commercialisation réfléchie. Par conséquent, si NATURALLIA ou toutes autres activités auxquelles participe votre entreprise vous ouvre à de nouvelles occasions d’affaires, prenez le temps de valider votre stratégie pour bien aligner vos démarches et pour outiller vos équipes. C’est ce qui vous assurera un maximum de succès.

DES NOUVELLES DE L’ACCORD DE PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Présentant 12 pays, 40 % du PIB mondial et une abolition de 95 % des tarifs douaniers dès son entrée en vigueur, l’Accord de partenariat transpacifique (PTP) caractérise la plus grande zone de libre-échange actuellement en négociation. Cependant, en pleine période de ratification, les États-Unis s'en sont retirés, freinant ainsi son application. Près d’un an s’est écoulé depuis le retrait des États-Unis : il est temps de faire le point. De PTP à PTPGP Gabrielle Ouellet-Duval, commissaire adjointe à l’international et en stratégies numériques En novembre 2017, en marge du sommet annuel de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) au Vietnam, les leaders des pays concernés, soit l’Australie, le Brunéi, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, le Vietnam et le Canada, conviennent de contracter un accord sans les États-Unis, le renommant de ce fait l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). Alors que plusieurs d’entre eux sont prêts à conclure l’entente, le premier ministre canadien Justin Trudeau refuse d’appuyer l’accord, déclarant qu’il reste beaucoup de sujets à aborder. Il cite notamment les questions liées à la protection des secteurs automobile et culturel du Canada. En décembre 2017, un avis signé de la main de 18 chefs d’État est transmis au premier ministre canadien, le pressant d’adhérer au nouvel accord, sans quoi le Canada risque de perdre un levier économique qui lui permettrait de diversifier ses marchés dans un contexte d’incertitude avec l’ALENA. Actuellement, le Canada discute avec les pays membres afin d’obtenir la meilleure entente possible. Depuis les derniers mois, plusieurs pays dont Taiwan, la Colombie, les Philippines, la Thaïlande, l’Indonésie et, plus récemment, le Royaume-Uni ont signifié leur intérêt à prendre part à la négociation de cet accord, ce qui pourrait en augmenter la valeur, mais certainement retarder sa ratification. Des répercussions importantes pour les membres L’adhésion à cet accord de libre-échange serait profitable pour le Canada. Elle lui permettrait d’accéder au marché de l’Asie-Pacifique, zone clé de la croissance économique mondiale depuis plusieurs années. Elle représente également une possibilité de commercialiser plus facilement avec le Japon, qui a toujours refusé de signer un accord bilatéral avec le Canada, soutenant que le PTP répond davantage à ses intérêts. Somme toute, plusieurs membres souhaitent en arriver rapidement à une entente. C’est pourquoi il faut surveiller ce dossier, qui pourrait fort probablement en arriver à conclusion dans l’année 2018 et ainsi présenter de nouvelles occasions d’affaires pour les entreprises canadiennes. Le 30 novembre se déroulait l’événement Récoltez les BÉNÉFICES, en collaboration avec le Créneau d’excellence AgroBoréal, Agroalimentaire Saguenay– Lac-Saint-Jean et UPA Saguenay–Lac-Saint-Jean. Une présentation des impacts de la participation du Canada aux accords de commerce internationaux dans les secteurs agricole et agroalimentaire. Témoignage de l'entrepreneur Rudy Laixhay, président de Pierre du Moulin inc. Mme Catherine Brodeur, M. Sc., Agr. associée, vice-présidente – Études économiques du Groupe AGÉCO, discute des avantages et des risques en lien avec l’ouverture des marchés. Mmes Isabelle T. Rivard du Créneau d'excellence AgroBoréal et Audrey Coulombe de SERDEX International nous ont entretenu d’initiatives régionales concrètes pour faire face à l’ouverture des marchés. 20 ans PAR SERDEX INTERNATIONAL 11 1997 2017

Le Saguenay et la vallée du Lac St. Jean; étude historique ...
Premiers pas à l'export de PME agroalimentaires - Ania-Export
L'offre « Maroc » à l'export Des produits pour le ... - FOOD MAGAZINE
Export L'Allemagne, une destination à exploiter - FOOD MAGAZINE
Export de produits marocains - FOOD MAGAZINE
Saguenay/Lac St-Jean - Portail VIH / sida du Québec
Austrian Export - PROGIS Software GmbH
'Indispensable de l'export - Nos publications - Medef
Export Pricelist 2012 - Festool
ALSACE EXPORT - Les Vins d'Alsace
Portrait Saguenay–Lac-Saint-Jean - Ministère de la Culture et des ...
Les exportations d'armements navals.pdf - CESM - Ministère de la ...
Entreprises exportatrices du Québec en environnement - Bibliothèque
l'Outaouais - Développement économique, innovation et exportation ...
Prévisions à l'exportation - Automne 2011 - Sommaire - EDC
Prévisions à l'exportation - Automne 2011 - Sommaire ... - EDC
Financements des activités internationales : export, implantations à l
Vidéocom Vol.1 No.1
Performance cGa eXPorT - Import-Export Solutions - Société Générale
Mise en œuvre de la méthode allégée à Exportation et ...
HANSEL ET GRETEL:IMPORT EXPORT - La Rose des Vents
JEAN- LOUIS DAVID 37 - ICI Magazine