Views
7 months ago

Export02

Premier magazine de l'exportation au Saguenay-Lac-Saint-Jean!

POURQUOI S’INTÉRESSER

POURQUOI S’INTÉRESSER À L’AFRIQUE? 20 14 20 15 20 16 20 17 4 PAR SERDEX INTERNATIONAL Mars – Exploration Abidjan (Côte d’Ivoire) Avril – Exploration Ouagadougou (Burkina Faso) Mai – Accompagement client Ouagadougou (Burkina Faso) Septembre – Promin 2015 Accompagnement client, show minier et coup d’État Ouagadougou (Burkina Faso) Février – Exploration Dakar (Sénégal) Septembre – Exploration Yaoundé et Douala (Cameroun) Octobre – Exploration Dakar (Sénégal) Novembre – Mission commerciale SIM Sénégal Dakar (Sénégal) Mars – Accompagnement client Secteur mines Ouagadougou (Burkina Faso) Avril – Accompagnement rencontre client Mbour, St-Louis, Tivaouane et Dagana (Sénégal) MISSIONS DE SERDEX Depuis juin 2014, SERDEX International a organisé une dizaine de missions en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, ou y a participé. On nous pose souvent la question à savoir quel peut être l’intérêt des entreprises régionales de s’investir dans ces pays avec toutes les difficultés et problèmes que cela sous-entend. La réponse comprend plusieurs volets. Une culture propice D’abord, la culture et la langue. La grande majorité des pays d’Afrique de l’Ouest parlent le français, ce qui n’est pas le cas des Américains, des Australiens, des Chinois, etc., qui ont évidemment beaucoup de difficulté à communiquer avec les populations de ces pays. Pour nos entreprises régionales, la faiblesse d’être francophone devient un avantage. Qui plus est, les Québécois ont la cote par rapport au lourd passé colonial des Français. Une structure industrielle avantageuse Christian Gravel, conseiller stratégique à l’exportation La structure industrielle des entreprises régionales est un avantage. Tout est à construire dans une Afrique de l’Ouest qui manque de tout. L’énergie électrique, le développement minier et l’agriculture sont des enjeux prioritaires dans tous ces pays. Les grandes usines en place (huile, cimenteries, mines, etc.) manquent cruellement d’entreprises spécialisées uniquement pour maintenir à flot les équipements en place. L’industrie lourde, l’énergie électrique, la maintenance et les mines sont des spécialités régionales. Près de la moitié des minières en activité en Afrique de l’Ouest sont des entreprises canadiennes… Une croissance considérable Plus important encore est la démographie. La population en Afrique doublera d’ici 2050 pour passer à plus de 2 milliards de consommateurs. Le train africain se met en route et les entreprises qui, même modestement, monteront à bord pendant que le ticket d’entrée est encore accessible auront un avantage certain. D’ailleurs, la plupart de ces pays ont un taux de croissance annuel de leur PIB supérieur à 10 %. Rien n’est facile quand on parle de développer de nouveaux marchés. Pour l’Afrique, les embûches sont nombreuses mais pas insurmontables. Plusieurs de nos entreprises régionales l’ont compris et sont déjà à pied d’œuvre en train de semer pour l’avenir. Donc, la vraie question devrait être : Est-ce que, comme entreprise régionale, et compte tenu des perspectives économiques futures, j’ai les moyens de ne pas être en Afrique?

L’IMPORTANCE DE LA VALIDATION DE CLIENTS Près de 1 entreprise sur 5 s’est fait frauder en 2016 La fraude, notamment la fraude commerciale, fait perdre chaque année des millions de dollars aux entreprises et aux organismes sans but lucratif du Canada. Audrey Coulombe, conseillère en recherche et projets spéciaux Qu’on en soit à notre première vente à l’international ou qu’on soit aguerri en la matière, il est possible de se faire jouer des tours. Quand on reçoit une demande de soumission d’un nouveau client ou, encore mieux, une commande, l’enthousiasme prend souvent les devants. Toutefois, il faut faire preuve de prudence et c’est pourquoi on parle ici de la validation de clients. En commerce international, l’attitude gagnante consiste à vérifier, à se protéger et, en tout dernier lieu, à agir! De courtes vérifications payantes Avant de dépenser temps et argent dans la préparation d’une soumission ou dans la rencontre d’un client potentiel, il est recommandé de procéder à des vérifications minimales à propos du client. La première vérification qui vous est suggérée est aussi simple que de vérifier : Est-ce une organisation qui existe? Est-elle sérieuse? Car il pourrait s’agir d’un simple concurrent qui veut connaître vos prix ou vos spécialités techniques sur devis pour mieux vous copier ou encore pour fabriquer une imitation de vos produits en coupant sur la qualité ou le prix. Pire, ce pourrait être une entité de fraude mettant de l’avant des stratagèmes divers pour vous extorquer temps et argent. Pour savoir si le client potentiel est une organisation existante et sérieuse, une recherche est nécessaire. L’entreprise a-t-elle une adresse, un numéro de téléphone, une page Facebook? Dans le doute, il est pertinent d’aller visiter son site web, à savoir s’il est existant et surtout s’il n’est pas désuet. De plus, un tour sur Google Maps peut parfois nous donner beaucoup d’indications lorsque, par exemple, à l’adresse de l’entreprise, on retrouve un champ vide. Existant oui, mais solvable? La seconde vérification sur l’organisation potentiellement cliente doit consister à vérifier si elle est solvable. On peut obtenir une large gamme d’informations sur la situation financière et sur les antécédents de paiements du client à ses fournisseurs grâce aux organismes Equifax ou Dun & Bradstreet. Il est déjà suffisamment exigeant d’être en affaires dans un contexte international; mieux vaut alors prévenir les inconduites que les gérer. ENTREVUE Industries Dodec inc. L’exportation, un pari… calculé! Afin de diversifier son carnet de commandes, Industries Dodec inc. a décidé d’étendre ses activités en Afrique de l’Ouest, au Canada anglais, aux États-Unis et au Mexique. Quelle place prend l’exportation dans les activités de votre entreprise? Nous en sommes encore à nos débuts en matière d’exportation. Nous avons fait le choix d’être prudents, de tester le marché et de nous « faire les dents » avec de plus petits projets. Nous pourrons ensuite nous attaquer à des projets de plus grande envergure. Qu’est-ce que vous avez trouvé le plus difficile dans vos démarches d’exportation? La paperasse! Il y en a beaucoup, et on s’y perd facilement. C’est donc important d’aller chercher de l’aide, pour éviter de mauvaises expériences. Il faut aussi accepter de ne pas toujours être en plein contrôle. Ça prend énormément de patience. Il faut donc être passionnés par ce que l’on fait. • Année de fondation : 1975 • Direction : Jean-Luc, Sylvie, Sonia et Marie-Jeanne Bonneau • Nombre d’employés (incluant les entreprises satellites) : 100 travailleurs à temps plein • Champ d’expertise : conception, fabrication, installation et réparation de pièces industrielles • Secteurs d’activité : alumineries, industries hydroélectriques, construction, industrie minière, hydraulique, pétrochimie, pâtes et papiers, secteur forestier, transport, sucrières Marie-Jeanne Bonneau, directrice du développement et copropriétaire Quel rôle a joué SERDEX International dans votre démarche? SERDEX nous a accompagnés dès le tout début de notre démarche et dans deux missions en Afrique. C’est au Sénégal en 2016 que nous avons constaté que nous avions une place dans ce marché. Les spécialistes de SERDEX nous ont permis de nous positionner stratégiquement pour la commercialisation de nos produits. C’est une équipe qualifiée, toujours disponible lorsque nous avons eu besoin de conseils. PAR SERDEX INTERNATIONAL 5

Le Saguenay et la vallée du Lac St. Jean; étude historique ...
Saguenay/Lac St-Jean - Portail VIH / sida du Québec
Premiers pas à l'export de PME agroalimentaires - Ania-Export
L'offre « Maroc » à l'export Des produits pour le ... - FOOD MAGAZINE
Export L'Allemagne, une destination à exploiter - FOOD MAGAZINE
Export de produits marocains - FOOD MAGAZINE
Austrian Export - PROGIS Software GmbH
'Indispensable de l'export - Nos publications - Medef
ALSACE EXPORT - Les Vins d'Alsace
Export Pricelist 2012 - Festool
Prévisions à l'exportation - Printemps 2013 - Exportation et ... - EDC
Portrait Saguenay–Lac-Saint-Jean - Ministère de la Culture et des ...
Les exportations d'armements navals.pdf - CESM - Ministère de la ...
Entreprises exportatrices du Québec en environnement - Bibliothèque
Financements des activités internationales : export, implantations à l
Prévisions à l'exportation - Automne 2011 - Sommaire - EDC
l'Outaouais - Développement économique, innovation et exportation ...
Prévisions à l'exportation - Automne 2011 - Sommaire ... - EDC
Vidéocom Vol.1 No.1
Performance cGa eXPorT - Import-Export Solutions - Société Générale
Classe Export - La Suisse n'est - Développement Économique du ...
Mise en œuvre de la méthode allégée à Exportation et ...
JEAN- LOUIS DAVID 37 - ICI Magazine