Views
7 months ago

Le P'tit Zappeur - Bretagnesud #485

ZAPINTERVIEW C'est le

ZAPINTERVIEW C'est le magnifique cadeau de ce début de printemps. Avec « Vous et moi » (Columbia), l'artiste se met à nu en nous offrant des versions brutes, mais sensibles de ses titres les plus récents et qu'il va défendre en concert partout, en toute intimité. JULIEN DORÉ Peut-on considérer cette sortie comme celle d'un « nouvel album » ? Ce n'est pas un nouvel album puisque les chansons, on les connaît déjà. Ce sont plutôt des versions inédites. Et l'accueil que le public lui réserve me surprend beaucoup. Tant mieux ! Moi, je m'attendais à quelque chose de très intime, comme un bonus, le cadeau qui marque la fin d'une histoire, celle de l'album « & ». Vous vous apprêtez donc à le défendre sur scène, en solo... Comment vous sentez-vous ? Quand je réalise qu'entre le moment où je m'étais isolé pour imaginer ces chansons il y a deux ans maintenant et celui où je sors cet album-là, il y a toujours cet intérêt du public, ça me rassure. Car assez bizarrement, j'ai vraiment peur. À quoi s'attendre sur scène en fait, à un concert dépouillé, mais convivial ? Le spectacle lui-même va se créer de par la présence du public, les choses ne sont pas cadrées à l'avance, il n'y a pas forcement de « set list ». Le concert va se créer au fil des dates. Et ce sera évidemment très différent de ce que j'ai vécu ces derniers mois et qui s'est terminé par « Bercy ». C'était une énorme machine, avec de nombreux décors, beaucoup de vidéos... Cette série de concerts qui arrive est pour moi comme une « mise en danger », ça va être étrange pour moi qui suis toujours entouré de mes potes sur scène !

Cette ambiance acoustique ne pourrait-elle d'ailleurs pas vous inspirer pour votre « véritable » prochain nouvel album ? Je souffre d'un handicap : je n'ai jamais réussi à écrire de nouvelles chansons quand je suis encore imprégné par une histoire qui n'est pas finie, quand je suis en tournée par exemple. Pourtant j'essaie, mais ce que je produis n'a pas d' « histoire ». J'ai besoin de vivre ma vie d'homme, de solitude pour trouver des idées. Je n'ai aucune idée de ce à quoi ressemblera mon prochain album. Le moment où on entre dans cette phase-là, où on bascule est passionnant à vivre. Lors de cette tournée, vous ouvrez votre concert à des artistes anonymes. Pourquoi et comment cela va-t-il se passer ? Ce ne seront pas seulement des artistes locaux, mais bien souvent des personnes dont ce n'est pas le métier, qui auront le courage de proposer leurs propres chansons, des reprises, pourquoi pas des instrumentaux, des histoires... Je veux que ce soit libre. Le plus souvent, les artistes de première partie ont déjà un début de parcours, comme j'ai fait venir Eddy de Pretto et Juliette Armanet. Moimême j'ai souvent fait venir mes potes musiciens aussi. En fait, je commencerai le concert et je les présenterai au public. Tout ça se fera avec le moins de stress possible, avec bienveillance. C'est moi qui vais les sélectionner. À l'heure où je vous parle, je commence une journée où justement visionner ce que j'ai reçu. Il y a en tout déjà plus de 2000 vidéos qui ont été envoyées. Pourquoi avez-vous pris cette initiative ? Je me souviens qu'il y a onze ans, j'ai fait « Nouvelle star ». Je me souviens des files d'attente pour passer les castings, du stress et de l'envie que je ressentais à la fois. Là il n'y a pas de jury. C'est fait avec le cœur. Et c'est une façon assez jolie pour moi de boucler la boucle. ® ” J'ai besoin de vivre ma vie d'homme, de solitude pour trouver des idées.