Views
4 months ago

LCA-09042018

02 Lundi 9 avril 2018 Le

02 Lundi 9 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires Le Chiffre d’Affaires Edité par SARL Art of Advertising 92 rue Sylvain Fourastier - El-Mouradia ALGER CB N° : 1130000416-95 N° Imt.Fisc. : 000416279045535 RC N° : 0968264 B 04 N° Article : 16272951011 Capital Social: 5 000 000,00 DA Tél/Fax: 021 69 64 83 Mob. 0661 412 576 acm_communication@yahoo.fr Directrice de publication / Gérante: CHAFIKA LARBAOUI Rédaction: 92 rue Sylvain Fourastier El-Mouradia - ALGER Tél / Fax: 021 69 64 63 021 69 64 83 e-mail: redactionlca@gmail.com acm_communication@yahoo.fr Publicité: ANEP 1 Avenue Pasteur - Alger Tél: 021 737 678 / 737 128 Impression: SIA Alger Distribution: SARL Art of Advertising Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la rédaction ne seront pas rendus et ne feront l’objet d’aucune réclamation. Reproduction interdite de tous les articles sauf accord de la rédaction. ACTUALITÉ 224 LE CHIFFRE DU JOUR millions de mètres carrés est la superficie des espaces verts en Algérie. Le chiffre a été annoncé avant-hier par la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Mme Fatma-Zohra Zerouati. DÉCLARATION DU JOUR Xavier Driencourt, l’ambassadeur de France en Algérie «Le grand nombre de demandeurs de visa français a été à l’origine du retard dans le traitement des dossiers. À l’avenir, le délai de réponse ne saura dépasser les 15- 20 jours, et entre 1 500 à 2 000 demandes seront traitées quotidiennement». L’INFO Politique d’industrialisation de l’Algérie (1965-1978) Belaïd Abdeslam publie une série de documents Belaïd Abdeslam a publié une série de documents sur la politique d’industrialisation algérienne d’après l’indépendance, réunissant des rapports ainsi que des discours, des notes, des exposés, des lettres, des mémorandums et des comptes rendus de la période 1956-1978. Ces documents, publiés sous forme de dix volumes édités par Dar Khettab, pourraient avoir une importance capitale relative à la situation économique actuelle et la politique d’industrialisation algérienne à l’aube de l’indépendance. L’ancien Premier ministre a tenu à la publication de ces documents suite aux polémiques suscitées par la publication de son ouvrage «Chroniques et réflexions inédites», et préalablement à la publication prochaine de ses mémoires, qui porteront sur les instances qu’il avait sous sa coupe durant son exercice. Délégué aux affaires économiques dans l’exécutif provisoire (28 mars-15 octobre 1962), puis président-directeur général de Sonatrach, ensuite ministre de l’Industrie et de l’Energie et enfin ministre des Industries légères, M. Abdeslam est pour le moins que l’on puisse dire un élément conscient des difficultés qu’a rencontrées l’Algérie, et ce, de l’indépendance à ce jour. En évoquant les documents, il a formulé que «certains de leurs aspects ne sont plus de mode en ce moment ou sont dépassés par les événements, il n’en demeure pas moins que ces documents reflètent des préoccupations qui, bien que formulées depuis plusieurs années, sinon quelques décennies, demeurent d’actualité». Et d’ajouter : «On peut y trouver aussi la description de l’origine ou l’explication de bien des choses qui se passent actuellement dans notre pays et qui forment le germe de beaucoup de difficultés et des anxiétés que connaissent aujourd’hui les Algériens». En attendant la parution de ses mémoires, les lecteurs peuvent déjà profiter de 3 500 pages partagées en dix volumes, comportant des réponses à des questions telles que, l’utilisation des terres agricoles par l’industrie, la politique salariale, et la protection des cadres gestionnaires mais aussi des documents concernant le contrat Sonatrach-El Paso 1969. Par Sara Abada Une photo pour le dire Cités résidentielles ou zones industrielles ? Coopération Ouyahia reçoit le ministre angolais des Relations extérieures Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu, dimanche à Alger, M. Manuel Domingos Augusto, ministre des Relations extérieures de la République d’Angola, porteur d’un message au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, indique un communiqué des services du Premier ministre. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, précise la même source. Le ministre angolais a tenu, samedi, une séance de travail avec M. Messahel à l’issue de laquelle, il a relevé, dans une déclaration à la presse, l’existence d’un «grand potentiel» d’échanges entre l’Algérie et son pays, soulignant l’importance de rehausser la coopération économique au niveau des relations politiques liant les deux pays. M. Augusto a eu également un entretien avec le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, durant lequel les deux responsables ont passé en revue les relations entre les deux pays et les moyens de tirer profit de l’expérience de l’Algérie en matière de sauvegarde de la mémoire nationale et de prise en charge des moudjahidine. MDN Gaïd Salah en visite de travail à la 2 e Région militaire à Oran Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’étatmajor de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, effectuera, du 9 au 12 avril courant, une visite de travail et d’inspection à la 2 e Région militaire à Oran, a indiqué, hier, dimanche, un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). Lors de cette visite, le général de corps d’armée procèdera à l’inspection d’unités opérationnelles et tiendra également des réunions d’orientation avec les cadres et les personnels des unités de la 2 e Région militaire, précise la même source. Santé Nouvelle rencontre entre le ministre de la Santé et les médecins résidents Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a réitéré à Biskra que «les portes de son département demeurent toujours ouvertes aux médecins résidents» pour débattre de leurs préoccupations, assurant qu’il a décidé de les rencontrer de nouveau «au courant de cette semaine». Dans une conférence de presse animée en marge du lancement dans cette wilaya des festivités de célébration de la Journée mondiale de la santé, le ministre a déclaré que le dialogue et la concertation constituent une préoccupation pour son département, rappelant avoir rencontré, le 1 er avril dernier, les représentants de cette catégorie pendant toute une journée, et les participants ont été convaincus des résultats de la rencontre. Sénat Adoption du projet de texte de règlement budgétaire 2015 Le projet de texte portant règlement budgétaire de l’exercice 2015 a été adopté dimanche à la majorité par le Conseil de la nation lors d`une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, président de cette institution parlementaire, en présence du ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, et du ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda. Consacrant le principe du contrôle du législatif sur l’exécutif, ce projet de texte fait ressortir les conditions d’exécution du budget général de l’Etat de l’année 2015 ainsi que l’état d’exécution effective des crédits sur la même année.

10 03 Lundi 9 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires ACTUALITÉ 120 000 DA par étudiant pour 60% d’échec à l’université Le lourd fardeau du Trésor public… Le système de l’enseignement supérieur est à revoir. Le taux d’échec en première année à l’université avoisine les 60%, notamment dans les filières techniques. Un chiffre record mais qui cache un malaise dans l’université algérienne appelée à jouer un rôle important dans le développement et la diversification de l’économie nationale. Par Zahir Radji. Ainsi, ce taux d’échec représente un autre fardeau à supporter par le Trésor public, du moment où la prise en charge d’un étudiant coûte plus de 120 000DA. Sachant que le nombre d’étudiants en Algérie dépasse 1,5 million ! Le département de Tahar Hadjar se dit conscient de l’ampleur de la situation, notamment durant cette conjoncture où les ressources financières se font rares, suite à la baisse drastique des prix du pétrole. Déjà, c’est dans ce cadre que Gouali Nourredine, un cadre dans ce ministère, a appelé à une révision profonde du système d’orientation des nouveaux bacheliers pour mettre un terme à ce phénomène qui pèse gros sur le budget de l’Etat. Il est à noter que de nombreux étudiants se retrouvent contraints de suivre une formation avec laquelle ils n’ont aucune affinité particulière et à laquelle ils ne s’étaient pas forcément préparés. M. Nourredine, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Radio nationale «Chaîne I», a annoncé l’installation aujourd’hui par le ministre Tahar Hadjar de la commission nationale pour la révision de la cartographie de l’université afin de l’adapter à la réalité économique du pays. Il a, Qatar, marché prometteur en outre, reconnu que les formations dispensées actuellement ne répondent pas à l'effet escompté. M. Nourredine a fait savoir également que 55% des diplômés des universités et écoles supérieures sont spécialisés dans les sciences humaines et que seulement 45% sont des diplômés dans des spécialités techniques. «Notre département se dirige vers l’adaptation des formations universitaires afin de répondre aux besoins des partenaires sociaux et économiques et abandonner des spécialités dépassées par le temps et délaissées également par les étudiants», a-t-il souligné. Concernant les préparatifs pour la prochaine Les opérateurs algériens à l’assaut de la citadelle Longtemps considéré comme la chasse gardée des Etats-Unis, et de quelques pays européens, le marché qatari ne fait plus peur aux opérateurs algériens. Une rencontre a réuni récemment à Qatar du 3 au 6 avril, des opérateurs algériens et leurs homologues qataris. A l’issue de cette rencontre jugée fructueuse par les Algériens, il en ressort clairement que les opérateurs nationaux peuvent se positionner sur ce marché, avec une production qui touchera plusieurs secteurs. Cette réunion a permis de prendre contact, d’étudier le marché local et les prospectives possibles. Si aucun partenariat «n’a été annoncé, il n’en demeure pas moins, que des signes positifs en ce sens ont été enregistrés et l’idée d’une association avec des opérateurs locaux fait son chemin, particulièrement pour les services après-vente (SAV). C’est donc l’agroalimentaire et l’agriculture qui ont été le plus retenus pour des exportations en produits agricoles frais. La pénétration -en premier lieu- du marché qatari, devait pouvoir se faire principalement à travers l’agroalimentaire et principalement les conserves. Selon M Smaili Lalmas, expert économiste et président de l’Association Algérie Conseil Export (ACE), l’exportation de produits frais vers le Qatar n’est pas une utopie. «Nous en avons les capacités et ceci sans démagogie». Légumes frais et conserves ne seront, selon lui, qu’une première étape. En effet, l’Algérie peut s’imposer au Qatar à travers des prix compétitifs et de qualité. De l’avis de cet expert, Qatar ne sera qu’une étape, qui servira de tremplin pour pénétrer d’autres marchés environnants, et même le Moyen-Orient. Rien ne semble donc résister à l’ambition des opérateurs algériens de conquérir commercialement cette partie du monde. Pour M. Lalmas, l’agriculture ne sera pas le seul créneau qui sera investi. Les opérateurs algériens ont vite fait de recenser d’autres secteurs où la qualité algérienne sera très appréciée. Il en est ainsi des cosmétiques. Même si l’Algérie ne dispose pas de marque déposée et connue, c’est le milieu de l’immigration qui est visé (classe ouvrière). Une immigration estimée à plus de 2 millions de personnes et qui serait friande de ce genre de produits à prix très compétitifs. Certes, ce n’est pas la clientèle aisée qui est visée, puisque ce sont des produits de première gamme, «mais cela reste très porteur » selon M. Lalmas. Avec ces capacités et ses offres, l’Algérie peut largement se positionner. Il en va de même pour l’électronique grand public et la robotique domestique qui vise les classes intermédiaires (couches moyennes et aisées), avec des offres à leur portée. Dans ce secteur, l’Algérie a de quoi largement se positionner et est très compétitive. Des contacts et des pourparlers pour des partenariats vont être établis avec des opérateurs locaux actifs pour assurer le service après-vente (SAV). Une condition sine qua non pour s’assurer des parts de marché. Mais les espoirs qu’a permis cette réunion sont vite tempérés par cet expert qui subordonne cette réussite, à l’application d’une politique de logistique et de transport adéquate. Pour M. Lalmas, l’Algérie ne dispose pas de moyens logistiques et de transports adéquats à l’exportation. Dès lors, celui-ci souligne que ces marchés si convoités sont à notre portée, pour peu que les pouvoirs publics se penchent sur ce problème et le résolvent surtout. «Nous avons les moyens de nous imposer sur ces marchés avec des offres de qualité et des prix compétitifs. Le Golfe arabique et le Moyen-Orient sont à notre portée, pour peu que la logistique et le transport suivent» a-t-il conclu. rentrée universitaire, la tutelle a pris les devants, en vue d’expliquer et de faciliter aux futurs bacheliers leur entrée officielle à l’université. Ce département a programmé dans ce cadre des journées d’information au profit des futurs nouveaux étudiants au titre de l’année 2018, et ce, du 11 au 13 Amélioration des prestations d’Algérie Télécom à Alger avril, à travers l’ensemble des établissements universitaires du pays. Une enveloppe de plus de 300 millions de dollars à investir Le groupe d’Algérie Télécom compte investir entre 300 à 350 millions de dollars dans les prochaines années pour améliorer la qualité des réseaux dans la région d’Alger. Cette enveloppe financière est destinée pour développer les lignes fixe et mobile. C’est ce que le nouveau PDG du Groupe, Ahmed Choudar, a annoncé hier lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale «Chaîne III». Il a expliqué que le redéploiement du Groupe Algérie Télécom en trois entreprises distinctes, (téléphonie fixe, téléphonie mobile et Algérie Téléphone satellite), tend à assurer une convergence et la mutualisation de toutes les entités du groupe au titre d’une stratégie touchant les secteurs cités plus haut. L’idée, dit-il, est de disposer d’un réseau très large regroupant Mobilis et Algérie Télécom pour faciliter le paiement des factures, assurer la gestion des réclamations et optimiser et mutualiser ces infrastructures, avec l’objectif premier de proposer une très bonne prestation de service sur les réseaux fixe et mobile. M. Choudar a précisé que l’objectif à travers l’ensemble de ces actions tend à terme à permettre une «très bonne connectivité» des signaux radio et de l’internet. A propos des performances du signal de l’internet, en particulier dans le centre du pays, le DG du groupe Algérie Télécom reconnaît que le réseau est «très vétuste», parce que, ajoute-t-il, initialement réservé au téléphone fixe. De plus, dit-il, les bornes disposées dans certains quartiers n’ont qu’une portée de 800 mètres. Par ailleurs, il a fait état de deux projets de câbles internet de grande capacité, dont l’un (medex) devrait être réceptionné avant la fin de l’année et un second (Orval) en cours de réalisation, qui vont permettre de multiplier par dix la capacité du réseau.

Page 01-4600CSEAREZKI - La Nouvelle République
Fr-27-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-27-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Festival Vidéo des Écoles d’Art du Grand Est
Page 01-4454csearezki - La Nouvelle République
énergie - Ministère de l'énergie et des mines
Fr-24-08-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4620 CSE - La Nouvelle République
Fr-18-04-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Télécharger le Format PDF - Alger Hebdo.com
Algérie news quotidien national d'information
Publication en ligne Muzac Magazine, Mai 2018
Télécharger le programme - (ENSA) Dijon
Le curé de Butembo paraissait en voie d'être plébiscité - Le Soft ...
Bouteflika III, acte I - Jeune Afrique