Views
9 months ago

Le P'tit Zappeur - Bretagnesud #475

LE 1ER RÉSEAU FRANÇAIS

LE 1ER RÉSEAU FRANÇAIS DE MAGAZINES TV GRATUITS HABITAT 2017 G U I D E D ’ A C H A T CHAUFFAGE Plus performants, moins polluants et très esthétiques, les poêles connaissent un véritable succès depuis quelques années. Mais lequel choisir ? À bois, à pellets ou à gaz ? Voici les avantages et inconvénients. Le poêle à bois Source de chaleur naturelle et traditionnelle, il reste celui avec le plus de charme et offre une alternative à la cheminée. Avec un rendement de plus de 80%, c’est une solution très performante, mais qui nécessite de fonctionner à plein régime sous peine de s’encrasser et de s’abîmer rapidement. Difficile donc de réguler la température de la pièce. Comptez entre 4 000 et 6 000 euros pour un poêle à bois de qualité, pose incluse. Pour 3,6 euros du kilowatt, c’est la solution la plus économique en combustible. Le poêle à pellets Alimenté par des petits granulés de bois, il n’a pas le charme d’une bûche qui flambe, mais permet une meilleure régulation de température en fonction des besoins. Cependant, le système de ventilation nécessaire à son fonctionnement peut être bruyant. C’est un appareil un peu plus sophistiqué, avec des éléments mécaniques et électroniques soumis à la chaleur et aux résidus de combustion. L’entretien qu’il nécessite peut s’avérer contraignant. Si vous choisissez ce type de poêle, il vous faudra débourser entre 3 000 et 4 000 euros pose incluse. Enfin, prévoyez environ 5,73 euros du kilowatt. Le poêle à gaz Très précis dans les réglages, il offre un rendement entre 85% et 95%. Généralement proposé avec une télécommande, il permet, au même titre que le modèle à pellets, une programmation et un ajustement de son utilisation. Ce type de poêle, qui fonctionne comme une chaudière, ne demande qu’un entretien réduit, contrairement aux deux autres. Il demeure toutefois la solution la plus coûteuse et nécessite une arrivée de gaz naturel à proximité. Comptez entre 7 000 et 20 000 euros pose incluse, et 6,91 euros du kilowatt. LE P’TIT