Views
1 week ago

Télécharger Au-delà des droits de l\'homme PDF gratuitement ebook gratuit :Pas958

Télécharger Au-de des droits de l'homme PDF gratuitement ebook gratuit :Pas958 What others say about this ebook: Review 1: Tout d?abord il faut spécifier que ce livre est une édition augmentée de l'ouvrage du même titre paru aux éditions Krisis en 2004. Alain de Benoist signe ici un livre tout à la fois accessible et érudit à propos d?un thème essentiel à la compréhension de notre époque : l'idéologie des droits de l'homme -et, plus largement, ce que l'auteur appelle l'"idéologie du Même". Dans une première partie Alain de Benoist rappelle de manière exhaustive les racines chrétiennes de l'individualisme qui engendrera l'idéologie des droits. La religion chrétienne est en effet la première à avoir mis l'accent sur la notion d'égalité de tous les hommes en tant qu'ils sont les créatures d'un même Dieu. Dés les origines, la pensée augustinienne introduit une dichotomie entre la cité terrestre, imparfaite, et la cité céleste faite à l?image du créateur. Cette vision dualiste aboutira au désenchantement du monde -ce cosmos des anciens qui est le lieu effectif de la sociabilité. D?ici naîtra la possibilité d?un raisonnement abstrait basé sur un idéal moral. On retrouve une idée similaire dans la notion chrétienne de "for intérieur", qui est le lieu de la foi et de l'exercice du libre-arbitre -le chrétien exerce sa liberté individuelle, qui consiste à suivre (ou non) l?idéal moral dicté par le dogme- et qui promeut un exercice individuel de la liberté, coupé de toute référence sociale ou historique, bref qui considère un individu abstrait privé de tout lien social, de toute appartenance. Pour terminer, Alain de Benoist rappelle que le moyen-âge tardif et la renaissance ont donné naissance à deux doctrines nécessaires au libéralisme et aux droits de l?homme : tout d'abord le nominalisme (Guillaume d'Ockham) qui, au XIVe siècle, en s'opposant à la théorie des universaux (réalisme logique platonicien), postule que rien n'est réel au-de du seul sujet individuel. Ensuite, la scolastique espagnole (école de Salamanque) qui établit dés le XVIe siècle une théorie des droits naturels de l'homme. Dans la suite du livre (fin de la première et seconde partie), Alain de Benoist analyse les fondements anthropologiques décrits par les philosophes pour établir leur vision du monde libérale ainsi que sur les rapports étroits que ceux-ci entretiennent avec l'idéologie des droits. Les premiers théoriciens libéraux que sont Hobbes et Locke ont usé du fameux concept d'"état de nature", soit un hypothétique état antérieur à toute vie sociale et dans lequel les hommes auraient vécu de façon autonome avant de décider de s'associer par le contrat afin de satisfaire leur intérêt. Ce qui n?est pourtant qu?une hypothèse peu réaliste va leur permettre de valider le concept de droits subjectif, à savoir des droits dont les êtres humains serait porteurs à l?état naturel et que ceux-ci devraient continuer à pouvoir bénéficier en société au seul titre qu'ils font parti de l'espèce humaine. Ce courant d'idée, qui débouchera sur une nouvelle définition du "droit naturel", aboutira à la déclaration des droits américaine de 1776 et française de 1789. Par la suite, Kant a reniera cette démarche naturaliste pour fonder la théorie des droits sur l'exigence morale et la capacité partagée qu'ont les hommes à pouvoir user librement de leur raison. Dans les deux cas, la philosophie libérale considère l'homme comme un être abstrait, un individu hors-sol, atemporel et coupé de tout lien social, historique ou communautaire. Cette théorie connaîtra une éclipse à partir de la restauration qui se prolongera jusqu'au second empire, avant de revenir petit à petit sur le devant de la scène pour finalement s'imposer dans les années 1970. Face aux prétentions de cette théorie, Alain de Benoist montre que l'idéologie des droits est une conception difficilement universalisable car elle est inscrite dans un processus 4 / 7

Télécharger Au-de des droits de l'homme PDF gratuitement ebook gratuit :Pas958 historique et social qui est celui de la modernité occidentale et que de plus, la question même de l'universalité d'un concept est elle-aussi profondément occidentale. En effet, la vision abstraite de l'homme défendue par la philosophie libérale, à savoir qu'il n'existe que des individus et que la société n'a pas d'existence propre ("There is not such a thing as society.", disait Margaret Tatcher) entre en contradiction totale avec toutes les autres formes de sociétés humaines de par le monde -et les sociétés occidentales originelles-, dans lesquelles c'est le collectif qui prime l'individu. C'est la même logique qui oppose le droit naturel libéral -ou droit subjectif-, sensé être la propriété des individus, au droit positif -ou droit objectif- qui est un droit réel défendu par un Etat et des lois, et qui dans son acception originelle ne consistait pas à transformer des besoins individuels en droits subjectifs mais au contraire à départager équitablement ce qui revient à chacun des partis. Pour étayer son propos, Alain de Benoist cite de nombreux auteurs critiques de la théorie des droits. S?il passe vite sur les critiques internes au libéralisme ainsi que sur les jugements des penseurs contre-révolutionnaires et conservateurs, de peu d?intérêt, il reprend à son compte les analyse de Karl Marx : celui-ci considère que l'idéologie des droits est le parent philosophique et moral de l'économisme libéral et qu'elle en partage la même anthropologie : l'homme abstrait sacré par les droits de l'homme est l'homme bourgeois, pour qui la valeur essentielle est celle de son propre intérêt, et dont la liberté n'est plus engagée en vue d'un bien ou d'un bien commun mais n'est au contraire limitée que par ce qui pourrait nuire à autrui (art. 4 de la déclaration de 1789). Le citoyen ne participe donc à la vie politique que pour garantir ses droits en tant qu'individu : ainsi, Marx démontre que la théorie des droits aboutit à une société où c'est le citoyen, c'est à dire l'homme politique (la sphère publique) qui se fait l'esclave de l'égoisme de l'homme bourgeois (la sphère privée) dont l'intérêt devient toujours un besoin susceptible d'être reconnu comme un droit. Citant Carl Schmitt, de Benoist va plus loin en affirmant que c'est l'idée même du politique qui est condamnée par une telle idéologie, le libéralisme ne supportant aucune prise de décision souveraine qui serait contraire à ces droits ou qui enfreindrait la "concurrence libre et non faussée" si chère à l?économie libérale. Le rôle de l'état se voit réduit à une simple gouvernance technicienne et à la police : le gouvernement des hommes est remplacé par le gouvernement des choses. Les relations entre les individus ne sont plus régulées que par le droit : s'en suit une juridicisation de la société source de réification des rapports sociaux (Lukacs). Dans une telle société où seule l'existence des individus est reconnue, plus de place pour la préservation de la culture, de l'histoire des peuples, des ethnies... et de toute forme de vie collective. Pareillement à l'économie, sous le nom de "vivre ensemble" c'est une société sans avenir commun, la guerre de tous contre tous qui nous est proposée. Car, et je rajoute ce commentaire à titre personnel, nous réalisons bien que quand il n'y a plus de bien commun et que les relations humaines ne sont plus régulées que par le droit subjectif, ce sont toujours soit les propriétaires ?les riches- soit la population la plus féconde qui finit par l'emporter. Pour sortir de cette vision du droit et de l' « idéologie du même » sans pour autant justifier la tyrannie, Alain de Benoist, à qui Althusius et son principe de subsidiarité ont toujours été très chers, se base sur l'école républicaine (romanistes) et l'école communautarienne afin de préconiser un retour au droit objectif et à la souveraineté populaire dans un système fédéral. Il s?agit d?après lui de la seule manière qui permette de concilier la lutte contre l'arbitraire et le respect de la personne humaine dans sa réalité globale : individu fruit et acteur, dans un processus dialectique, de liens sociaux au sein d'un espace et d'une culture donnés. En conclusion, nous avons affaire ici à un livre très bien écrit, essentiel pour aborder la question 5 / 7

droit pour télécharger le PDF - DvDreamScape
droit pour télécharger le PDF - DvDreamScape
Clic droit pour télécharger le PDF - DvDreamScape
Clic droit pour télécharger le PDF - DvDreamScape
DES DROITS DE L’HOMME
téléchargement gratuit (pdf) - Montaigne Studies - University of ...
Télécharger gratuitement la version PDF du catalogue en cliquant ICI
Convention européenne des droits de l'homme
flyer - Ligue des droits de l'Homme
Télécharger le ebook - Torah-Box.com
télécharger gratuitement en format pdf - Centre Mnémo
Mariages forcés - Ligue des droits de l'Homme
FENÊTRE SUR LA CULTURE INDIENNE DROITS DE L'HOMME ...
Télécharger (vers l`aval) livre électronique - Ebooks-numeriques.fr
Guide du formateur aux droits de l'homme
Dominique nique nique - Ebooks libres et gratuits
L'Assainissement : un impératif pour les droits de l'homme - WaterAid
Student eBook Course 1.pdf
ET LES PRISONS LES DROITS DE L' HOMME
DROITS DE L’HOMME ET ENTREPRISES EUROPÉENNES
instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme
L'éducation aux droits de l'Homme : comprendre pour agir ... - AOMF
Les droits de l'homme et le système des Nations Unies - NGLS